Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 20:38
Gressy : la Beuvronne 1ère rivière qui alimente le canal de l'Ourcq

Gressy : la Beuvronne 1ère rivière qui alimente le canal de l'Ourcq

 

 

A l’heure où la mairie de Paris fait baigner les populations dans le canal de l’Ourcq au bassin de la Villette, la préfète de Seine et Marne va-t-elle permettre aux agriculteurs de déverser des pesticides près des cours d’eau que la préfecture vient de  déclasser ?

 

Pour mémoire la 1ère rivière qui alimente en eau le canal de l’Ourcq est la Beuvronne, l’une des rivières de Seine et Marne la plus polluée par les pesticides et où la préfecture vient de déclasser une  dizaine de cours d’eau (affluents de la Beuvronne).

 

 

 

Paru dans le journal de l’environnement :

 

Pesticides : cours d’eau et fossés à la merci des préfets

Le 26 juillet 2017 par Marine Jobert


 

La fixation des distances entre les cultures traitées aux pesticides et les cours d’eau et fossé est désormais laissée à la discrétion des préfets. Ces zones de non-traitement (ZNT) sont un levier important pour la lutte contre la pollution du réseau hydrographique. Les premiers arrêtés publiés dans l’ouest du pays vont être déférés devant la justice, au nom du principe de non-régression.

Il y a un an, le Conseil d’Etat retoquait l’arrêté de 2006 qui règlementait l’usage des pesticides au bord des cours d’eau. 10 mois plus tard, après une élaboration houleuse et une consultation publique intense, un nouvel arrêté voyait le jour, considéré unanimement comme favorable à l’agriculture conventionnelle et défavorable au bon état écologique des cours d’eau et à la santé. Voici venu le temps de la publication des arrêtés préfectoraux, pour mettre en musique, département par département, les modalités de protection des milieux aquatiques contre la pollution liée à l’application de pesticides, au travers de zones de non-traitement. Attendus pour le 7 juillet au plus tard, beaucoup en sont encore au stade de la consultation. Mais quelques départements les ont déjà publiés.

 

 

UNE CARTE IGN RABOTÉE

C’est le cas dans les Pays de la Loire, où l’antenne régionale de France Nature Environnement s’est empressée de les décortiquer, pour les comparer aux prescriptions précédentes. Or la cartographie sur laquelle se fondent les arrêtés préfectoraux pour identifier les ZNT a été revue de fond en comble: seuls les cours d’eau et les éléments hydrographiques présents sur les cartes au 1/25.000 de l'Institut géographique national (IGN) font aujourd’hui foi. Le chevelu, les têtes de bassin versant ou les zones humides ont parfois disparu. «Ce chantier cartographique –avec lequel on était déjà mal à l’aise- ne devait pas avoir de portée juridique, explique Benjamin Hogommat, juriste chez FNE Pays-de-la-Loire. Car il a été lancé en exécution d’une simple instruction ministérielle de Ségolène Royal, qui n’a pas plus de valeur qu’une circulaire.»

 

 

 

1.500 KM DE LINÉAIRE DISPARUS

Par la grâce de l’activisme de la fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), qui a activement contribué à cette cartographie -multipliant les demandes de déclassement des cours d’eau-, cette nouvelle topographie a guidé la plume des préfets. Avec des conséquences concrètes immédiates: pour le seul Maine-et-Loire, ce sont 1.500 km de linéaire sur 9.000 qui ont disparu des cartes IGN, a calculé FNE Pays-de-la-Loire. «Désormais, ils seront très probablement considérés comme des fossés, avec une marge de recul par rapport aux épandages qui va passer de 5 mètres à 30 cm», déplore Benjamin Hogommat.

 

 

 

CHAQUE DÉPARTEMENT EN FAIT À SA GUISE

Autre changement de taille: la largeur des ZNT est désormais à la discrétion du préfet. «L’arrêté de 2006 posait un cadre général –la carte IGN et des protections minimales-, à charge pour chaque département de prescrire des protections supplémentaires» selon les milieux à protéger, détaille le juriste de FNE. Ainsi, les préfets de Loire-Atlantique et de Vendée avaient imposé pour les fossés un mètre de protection supplémentaire aux 5 mètres déjà prévus par l’arrêté ministériel pour les autres points d'eau. Dans l’arrêté rédigé par la préfète de Loire-Atlantique, les ZNT applicables aux fossés passent de 1 m à 30 cm; dans d’autres départements de la région, elles ont tout bonnement disparu.«Au vu des études scientifiques existantes quant au phénomène de dispersion des pesticides, il est très dangereux de ne pas prévoir de zone tampon le long des fossés», rappelle Chrystophe Grellier, président de l’Union départementale des associations de protection de la Nature 44.

 

 

 

PRINCIPE DE NON-RÉGRESSION INVOQUÉ

«La situation risque d’être très hétérogène d’un département à l’autre», s’inquiète Benjamin Hogommat. Et de citer l’exemple de l’Isère, où l’arrêté -«très bref»- ne prévoit aucune ZNT pour les fossés, les zones humides et les zones inondables. Une régression, par rapport à la règlementation précédente. C’est sur ce fondement –le principe de non-régression, inscrit dans la loi pour la protection de la biodiversité- que les juristes associatifs sont en train de fourbir leurs arguments juridiques pour déférer, au cas par cas, les arrêtés.

 

 

http://www.journaldelenvironnement.net/article/pesticides-cours-d-eau-et-fosses-a-la-merci-des-prefets,85033#email=ne77@orange.fr?xtor=EPR-9#email=ne77@orange.fr

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 16:34

Paru dans Mag Journal 77

Fresnes-sur-Marne ► Un incendie à la REP mobilise dix casernes de pompiers

Samedi soir, les secours luttent contre le feu

Samedi soir, les secours luttent contre le feu

Un incendie s’est déclaré samedi 29 juillet à la REP (Routière de l’Est parisien), centre de recyclage Véolia à Fresnes-sur-Marne, peu avant 22 heures. Les secours ont opéré toute la nuit pour l’éteindre.

Le feu de décharge a brûlé une couche de pneus recouverte d’ordures ménagères. Les déchets étaient stockés dans une cuvette en terre sur une surface de 1 000 m2.

Les secours ont passé la nuit de samedi et une partie du dimanche à éteindre les flammes à l’aide d’une grande lance à eau. Deux bulldozers de la société ont recouvert le tas avec de la terre inerte et deux tracteurs de la REP, avec des remorques d’une vingtaine de milliers de litres d’eau chacun et des lances canons ont aussi participé à l’opération.

Des effectifs de dix centres de secours du département ont été mobilisés : Chelles, Claye-Souilly, Lagny-sur-Marne, Mitry-Mory, Meaux, Villeparisis, Coulommiers, Faremoutiers, Ferrière-en-Brie, Le Châtelet-en-Brie.

Par chance les fumées n’ont pas gêné le trafic aérien mais se voyaient depuis la RN3 et des communes alentour : Claye-Souilly, Charmentray, Trilbardou, Chauconin-Neufmontiers, Villeroy, Charny, Penchard.

Les relevés concernant un éventuel problème de pollution par les fumées ont été effectués.

Les raisons de l’incendie restent encore indéterminées.

Les engins de la REP rabattent de la terre par-dessus les matériaux en feu.

Les engins de la REP rabattent de la terre par-dessus les matériaux en feu.

Repost 0
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 17:57

 

 

 

 

 

Votre eau du robinet vous coûte toujours plus chère bien que des non-conformité aux références de qualité soient constatées régulièrement.

 

Aujourd’hui l’industriel Veolia, pour son usine de distribution d'eau d’Annet sur Marne, vient d’obtenir de l’Agence Régionale de Santé l’autorisation de ne pas respecter (de déroger à) la législation en vigueur pendant une durée de 2 mois pour une limite de qualité.

 

Pour mémoire cette usine fournit près de 500 000 habitants en eau du robinet.

 

Veolia doit fournir à l'ARS, pendant ces 2 mois, des résultats d'analyses  très réguliers et journaliers pour certains paramètres, souhaitons que l'Agence Régionale de Santé  diffusera tous les résultats sur le site du Ministère de la Santé.

 

 

L’Agence Régionale de Santé autorise l’usine de distribution d’eau Veolia d’Annet sur Marne de déroger à une limite de qualité pendant 2 mois
L’Agence Régionale de Santé autorise l’usine de distribution d’eau Veolia d’Annet sur Marne de déroger à une limite de qualité pendant 2 mois
Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 11:06

 

 

Biographie des députés

de la circonscription couvrant Claye-Souilly

 

 

 

Jules PREVET

 

Député de 05/1924 à 05/1928

Groupe Entente Républicaine et Démocratique

 

Fils de René PREVET, Négociant et de Maria Sara Paillard.

Il épouse Clara Anna Elisabeth Diosy à Londres (Paddington) le 1/12/1885.

 

Fabricant de produits alimentaires, conserves de légumes et de viandes.

Président de la Chambre de Commerce de Meaux et de Coulommiers.

Président de la Chambre Syndicale des Fécules de Paris.

Vice Président de l’Union des Syndicats de l’Alimentation en Gros. (1)

 

Il habite Paris mais gère une usine implantée  à Meaux.

Une seconde usine sera implantée en nouvelle Calédonie en 1888 qui emploiera en majorité des condamnés d’un pénitencier.

Il s’aperçoit que lors de la cueillette du café, les ouvriers pour soigner leurs plaies

uilisent la feuille de Niaouli, il fera distiller les feuilles et déposera en France un brevet sous le nom de Goménol, produit qui sera utilisé en pharmacie (pommades, suppositoires…) (2)

 

Son frère Charles (1852-1914) également fabricant de produits alimentaires sera Député, Conseil Général et  Sénateur de Seine et Marne, Maire de Nangis et  Conseiller Municipal de Meaux, Officier de la Légion d’Honneur et succédera à son père au conseil d’Administration du Figaro.

 

Son fils François (1901-1974) Docteur en droit et en pharmacie

 sera fabricant de produits pharmaceutiques.

Président du syndicat national des produits pharmaceutiques.

Membre de la commission chargée d’établir la liste des médicaments agréés par la Sécurité Sociale.

Commandeur de la Légion d’Honneur.

 

(1) http://www.culture.gouv.fr/LH/LH160/PG/FRDAFAN84_O19800035v0505961.htm

(1) http://www.persee.fr/doc/pharm_0035-2349_2004_num_92_341_5625

Sources :   Internet : Site Leonore, Archives de Paris, Site Assemblée Nationale.

 

 

Site de l’Assemblée Nationale :

Extrait Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 6 septembre 1854 à Paris (2e, ancien 9e), mort le 10 avril 1940 à Paris (17e).

 Fils de négociant, il épousa à son tour, après avoir obtenu sa licence en droit, la carrière industrielle. A l'âge de 65 ans, il n'avait encore pour seuls titres publics que ceux de président de la Chambre de commerce de Meaux-Coulommiers et du groupement économique de la XVIe région et de secrétaire de l'assemblée des présidents de chambres de commerce de France. Il fallut les circonstances particulières de l'après-guerre pour qu'il s'inscrive sur la liste républicai
ne démocratique où, placé en dernière position, il termina deuxième et fut élu, au quotient, par 31.021 voix sur 75.045 votants.

Au Parlement, il déploya u
ne énergie inlassable, dans le prolongement de son activité antérieure. Tour à tour membre de la commission supérieure des maladies professionnelles, de la commission des finances, de la commission de l'Algérie, des colonies et protectorats, il s'intéressa à toutes les questions économiques et financières, multipliant les avis, rapports, amendements, propositions. En particulier, il rédigea les rapports annuels du ministère du commerce, intervint sur les crédits aux petits et moyens commerçants, la suppression des zones franches, les crédits hôteliers, les expositions internationales, proposa la création d'une banque populaire pour le développement du tourisme. Son œuvre capitale est un rapport sur la suppression des octrois.

Face aux candidats du Cartel des gauches, il est réélu en 1924, le seul de la liste d'union républicai
ne démocratique, avec 29.611 voix sur 86.498 votants et retrouve, sa place à la commission des finances.

En 1928, se présentant dans la 2e circonscription de Meaux et bien qu'arrivant en tête au premier tour avec 4.745 voix contre 2.765 à Tessan, il sera battu par celui-ci par 5.118 voix contre 5.085. Il demanda alors à jouir de ses droits à la retraite et vécut jusqu'à l'âge de quatre-vingt-six ans.

Il était officier de la Légion d'hon
neur.

 

 

 

 

 

Repost 0
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 14:02

 

 

 

 

C’est ladite concertation

à la française

 

 

Chantal Jouanno invite qui elle veut aux réunions de concertation plan déchets IDF.

 

Elle n’a pas souhaité inviter les riverains des décharges et incinérateurs de Seine et Marne, mais nous n’avons rien à dire : c’est la loi.

 

Que la loi soit juste ou injuste, vous n’avez pas à discuter, vous les « petites gens » qui vivez au bord des décharges et incinérateurs.

 

 

 

 

Etes-vous considéré

comme

« des gens qui ne sont rien » ?

 

 

A vous de juger

 

 

 

 

Paru sur le site Ordif :

Plan régional: Installations de la Commission Consultative d’Élaboration et de Suivi

 

Le Conseil Régional d'Île-de-France a accueilli le 26 juin dans son hémicycle la première réunion de la Commission chargée du plan régional de prévention et de gestion des déchets.

 

La première Commission Consultative d’Elaboration et de Suivi  du Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchetss’est tenue lundi 26 juin 2017, sous la présidence de la Vice-Présidente du Conseil Régional d’Île-de-France, Chantal Jouanno, en présence du Directeur Régional de la DRIEE, Jérôme Goellner, de la Directrice régionale de l’ADEME Île-de-France, Joëlle Colosio, du Président de l'ORDIF, Jean-Philippe Dugoin Clément, du directeur de l'environnement de la Région Ile-de-France, Dominique Gamon,  du Coordinateur du Développement Durable de la CRMA, Timothée Vial, d’Emmaüs Défi, Hugo Arnaud et de la Fédération Régionale des Travaux Publics d’Île-de-France, Vincent Grosshenny.

 

Cette réunion de lancement a été l’occasion d’expliquer le rôle de cette commission, mais également les modalités d’élaboration et le fonctionnement de ce nouveau plan. Des illustrations concrètes sont venues compléter cette concertation permettant à la région de se mettre en perspective vis-à-vis des grands enjeux et de rendre concomitant la dynamique d’élaboration du plan par sa mise en œuvre opérationnelle dès que possible.

À l’ordre du jour notamment la présentation de la démarche de planification des déchets d’Île-de-France, le rôle- les messages et l’implication de l’état ou de l’ADEME dans l’élaboration du PRPGD, des illustrations de thématiques prioritaires et la mise en perspective des grands enjeux avec le rappel de la situation de l’Île-de-France par rapport aux objectifs de la loi Transition Énergétique pour la Croissance Verte (TECV) ; et des focus sur les entreprises artisanales de la réparation en Île-de-France, le développement des collectes de proximitéou encore sur les enjeux de la planification et de la gestion des déchets des travaux publics.

 

 

La Région Île-de-France a réuni le 2 décembre 2016 l’ensemble des acteurs du secteur des déchets autour du lancement de la nouvelle planification régionale de prévention et gestion des déchets en faveur de l’économie circulaire. Une conférence intitulée « Economie circulaire et objectif « zéro déchet » : quels enjeux et quelle ambition pour l’Île-de-France ? » était organisée à cette occasion. Pour en savoir plus

 

http://www.ordif.com/article/plan-regional-installations-de-la-commission-consultative-delaboration-et-de-suivi

 

 

Repost 0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 14:18

 

Paru sur le site Le Parisien 77 :

Fresnes-sur-Marne : une nuit pour maîtriser l’incendie de la décharge

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Fresnes-sur-Marne|H.D.|30 juillet 2017, 19h06|0

 

Incendie samedi et dimanche dans la décharge Veolia Claye-Souilly : des pompiers de 4 casernes déplacés pour éteindre le sinistre !

Illustration. Les pompiers ont mis plus de douze heures à maîtriser l’incendie qui s’est déclaré samedi soir au centre de recyclage Veolia de Fresnes-sur-MarnePompiers de Paris/Préfecture de Pompiers de Paris

 

 

 

 

Les pompiers ont eu besoin d’une nuit entière pour maîtriser le feu. Un incendie s’est déclaré ce samedi soir au centre de recyclage Veolia à Fresnes-sur-Marne.

 

Il est environ 21h 45 lorsque des déchets prennent feu sur ce site de stockage pour une raison encore indéterminée. Une vingtaine de pompiers des casernes de Claye-Souilly, Lagny-sur-Marne, Chelles et Meaux se rendent sur les lieux. Il leur faudra plus de douze heures pour circonscrire l’incendie avec l’aide des employés de Veolia qui ont recouvert les foyers avec de la terre.

 

Les opérations des pompiers n’ont pris fin qu’à 10h30, ce dimanche. Aucun blessé n’est à déplorer. Des relevés de toxicologie ont été effectués et la municipalité de Fresnes-sur-Marne, ainsi que celles des communes de Charmentray, Charny, Chauconin-Neufmontiers, Trilbardou, Villenoy et Penchard ont été tenues informées.

 

 

 leparisien.fr

http://www.leparisien.fr/fresnes-sur-marne-77410/fresnes-sur-marne-une-nuit-pour-maitriser-l-incendie-de-la-decharge-30-07-2017-7166625.php

 

 

 

Depuis plusieurs années on constate des incendies de plus en plus importants chez les industriels du déchet, des incendies qui se déclarent souvent le week-end ou pendant les périodes de congés.

 

Pourquoi ?

 

 

 

 

Incendie août 2012

qui continuera à couver pendant 7 mois

dans un centre de compostage de déchets

à Compans

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/bientot-la-fin-de-sept-mois-d-incendie-11-03-2013-2631175.php

 

 

 

Incendie le dimanche  17/2/2013

 dans la décharge de déchets dangereux Seveso à hauts risques

Sita Villeparisis

http://adenca.over-blog.com/article-villeparisis-la-serie-continue-incendie-dans-la-decharge-de-dechets-dangereux-sita-fd-115439713.html

 

 

 

Incendie les samedi 3 août 2013

dans un centre de compostage de déchets

à Compans

https://actu.fr/ile-de-france/meaux_77284/4-000-m3-de-compost-incendies_8127741.html

 

 

 

Incendie le samedi 24/8/2013

 dans l’usine deTMB d’ordures ménagères

de Varennes-Jarcy (91)

http://arivem.free.fr/cariboost_files/Retour_20d_27exp_C3_A9rience_20TMB_20M_C3_A9thanisation_20en_20Europe_20juillet_202015.pdf

 

 

Incendie le samedi 15 avril 2017

 dans une décharge

à Clichy sous bois (93)

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/livry-gargan-important-incendie-dans-une-decharge-15-04-2017-6856938.php

 

 

Incendie le dimanche 4/6/2017

dans un centre de compostage de déchets

à Compans

http://adenca.over-blog.com/2017/06/7eme-circonscription-de-seine-et-marne-village-rural-martyr-de-compans-feu-dans-une-entreprise-de-compostage-de-dechets-a-proximite

 

 

 

Incendie le dimanche 9/7/2017

dans un entrepôt de traitement de déchets

à Genevilliers (92)

http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/hauts-de-seine/gennevilliers-impressionnant-incendie-entrepot-dechets-maitrise-1295167.html

Repost 0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 11:01

 

Paru sur le site Nature Environnement Mortcerf :

Jeudi noir pour l'agriculture biologique

Publié le 28 juillet 2017

Les associations n'ont pas été entendues (FNAB,  Agir pour l’Environnement, Greenpeace, France Nature Environnement, Fondation pour la Nature et l’Homme, WWF)  ! Voir leur communiqué du 25/07/2017.

En totale incohérence avec l'objectif d'engager la transition écologique de l'agriculture française affiché au lancement des États généraux de l’alimentation il y a moins d’une semaine (!), le Ministre de l’Agriculture s’apprête à limiter les aides à la conversion et au maintien des agriculteurs biologiques.

LA BIO REPRÉSENTE 5,7 % DES SURFACES AGRICOLES FRANÇAISES MAIS NE BÉNÉFICIE QUE DE 2 % DES AIDES EUROPÉENNES... ET LE GOUVERNEMENT TROUVE ÇA ENCORE TROP !!!

« Décision du ministre de l'Agriculture, Stéphane TRAVERT, de ne prévoir aucun budget pour les aides à l'agriculture biologiques dans les 3 prochaines années, aucune nouvelle conversion biologique ne sera possible. Les producteur(rice)s bio de la Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique (FNAB) dénoncent ce renoncement politique historique. »

Voir le communiqué de presse complet de la FNAB

URGENT – PETITION A SIGNER AVANT LE MARDI 1er AOÛT 2017

Interpellez le ministre de l'agriculture maintenant en signant la pétition initiée par Agir pour l'Environnement et soutenue par la Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique https://alaide.agirpourlenvironnement.org/

 

 

Repost 0
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 11:32
Carte éditée par la DRIEE complétée par Adenca pour indiquer l'emplacement de la Beuvronne et la Thérouanne

Carte éditée par la DRIEE complétée par Adenca pour indiquer l'emplacement de la Beuvronne et la Thérouanne

 

 

 

Une carte établie par la DRIEE nous indique que les taux de pesticides sont très mauvais dans nombreuses rivières du 77 dont la Beuvronne depuis plusieurs années et varient de mauvais à très mauvais dans la Thérouanne.

 

A la demande de l’agriculture intensive le préfet Jean-Luc Marx a décidé de déclasser un nombre important de cours d’eau dont des affluents de la Beuvronne et de la Thérouanne par un arrêté préfectoral du 14/6/2017

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/Eau/Milieux-aquatiques-et-zones-humides/Cartographie-des-cours-d-eau/Cartographie-des-cours-d-eau-de-Seine-et-Marne

 

 

 

Quelles conséquences ?

 

 

  Le 21/7/2017, en pleine période de vacances, la nouvelle préfète du 77 Béatrice Abollivier, met en consultation un projet d' arrêté préfectoral, vous avez jusqu’au 14/8/2017 pour faire vos observations.

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/27968/223942/file/AP_points_eau_ZNT_consultation.pdf

 

Ce projet  d’arrêté préfectoral nous éclaire sur les raisons des demandes de l’agriculture intensive.

 

En effet, les agriculteurs n’auront plus l’obligation de laisser une bande enherbée en bordure de ces cours d’eau déclassés pour éviter le transfert de pesticides et nitrates vers les points d’eau.

 

Pour protéger notre ressource en eau Mme la Préfète aurait pu maintenir cette obligation mais elle déconseille simplement aux agriculteurs de supprimer la bande enherbée.

 

Mme la Préfète

 voudrait-elle

ne pas contrarier le lobby agricole ?

 

 

Pourtant Nicolas Hulot, ministre de l’écologie et Agnès Buzyn, ministre de la santé disent vouloir faire de la santé/environnement un axe prioritaire de leur action.

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/communique-nicolas-hulot-et-dagnes-buzyn-sur-qualite-lair#xtor=RSS-23

 

 

Ce ne sont pas des paroles qu’attendent les populations de Seine et Marne qui boivent une eau non-conforme chargée de pesticides mais des actes forts de l’ETAT.

 

 

 

 

 

 

 

Extrait de la cartographie des cours d'eau issue de la préfecture 77, Adenca a entouré en rouge les cours d'eau déclassés sur la Beuvronne, La Thérouanne et le ru de Rutel

Extrait de la cartographie des cours d'eau issue de la préfecture 77, Adenca a entouré en rouge les cours d'eau déclassés sur la Beuvronne, La Thérouanne et le ru de Rutel

Repost 0
Published by ADENCA - dans Rivières
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 10:59
forêt de montgé en goële : la chapelle

forêt de montgé en goële : la chapelle

 

 

Montgé-en Goële, charmant village de 700 âmes, occupé en majorité par la forêt et les espaces agricoles.

La forêt régionale de Montgé-en-Goële s’étend sur 960 hectares, pour majorité situés sur cette commune, la région IDF est propriétaire de 358 hectares à Montgé-en-Goële.

Une forêt plantée d’arbres remarquables, un boisement important de châtaigniers, des chênes, des frênes, des marronniers,  des charmes, des tulipiers de Virginie et une magnifique allée plantée de platanes (c’est la baronne d’Eichthal qui avait fait planter 252 platanes  au début du 20ème siècle).

On y trouve également de l’ail sauvage, du muguet, des jacinthes sauvages, des iris, des buissons de rhododendrons…..

 

Cette butte est un réservoir hydrologique, ses sources alimentent plusieurs rivières  la Beuvronne, La Thérouanne, La Nonette qui baigne le château de Chantilly.

 

Au 12ème siècle un prieuré s’y implanta, qui aurait été fondé par Thibault, comte de Champagne et Roi de Navarre, qui sera  donné  aux chanoines réguliers du St Sépulcre d’Allemagne,  dépendant de la congrégation bénédictine  fondée en 1105 par Bernard d'Abbeville, abbé de Saint Cyprien de Poitiers (abbaye dépendant de la Chaise-Dieu).

Ce prieuré comprenait une chapelle et une ferme.

Au 16ème siècle le prieuré aurait été dévasté en partie par les protestants, des religieuses s’y installèrent ensuite.

Au 18ème siècle les religieux n’occupent plus les lieux et les locaux sont loués à un particulier jusque vers 1792 où les biens furent vendus aux enchères publiques, suite à la dissolution de toutes les communautés religieuses par l’Assemblée législative.

 

Le prieuré devenu une propriété particulière passa entre les mains de divers propriétaires, à  M. Paultre de la Motte, puis au général de Montigny Turpin qui le transforma en rendez-vous de chasse et restaurera la chapelle.

C’est M. Marouzi qui y construisit vers  1840 le château de St Thibault, qui fut vendu à plusieurs reprises, en 1852 à M. de Thurneyssen, puis quelques années plus tard à M. Lainé qui fit terminer le château et le meubla, agrandit la ferme et les dépendances.

Il fit reconstruire la chapelle fit remettre le monument funéraire de Jean de Chabannes, comte de Dammartin, accompagné d'une mise au tombeau du Christ, sculpté vers le 16ème siècle.. (aujourd’hui au château de Bourdeilles en Dordogne)

 

Pendant quelques années cette chapelle redevint un lieu de pèlerinage, jusqu’à ce que M.Perret, nouveau propriétaire en interdise l’entrée au public.

 

Au début du 20ème le banquier d’origine allemande, le baron André d’Eitchthal, achète la propriété, son épouse y fera planter une allée cavalière de 252 platanes.

Le baron d’Eitchthal sera maire de Montgé en Goële entre 1919 et 1929.

 

Le château disparaîtra dans les années 1970.

 

 

C’est ici que l’industriel Knauf projette de détruire la forêt pour exploiter le gypse.

Car cette multinationale pourrait exploiter le gypse en souterrain et laisser la forêt de Montgé en Goële aux populations du nord-ouest 77, mais l’industriel semble vouloir tout le sol et le sous-sol, puisqu'il voudrait exploiter à ciel ouvert ?

 

Quelles tractations

sont en cours

entre la région Ile de France

et l’industriel allemand 

derrière le dos des populations ?

 

 

Pour le savoir nous vous conseillons de contacter

vos conseillers régionaux

 

 

Il s’agit de :

Mme Anne CHAIN-LARCHÉ (LR)Maire St Denis les Rebais, vice présidente du Conseil Régional chargée de la ruralité et de l’agriculture

Mme Marie-Pierre Badré (LR) Adjointe au Maire de Couilly Pont aux Dames

M. Gilles Battail (LR) Maire deDammarie les Lys

M. Joffrey BOLLÉE (FN)

M. Pierre CHERRIER (FN) de la Celle St Cloud (92)

M. James CHERON (UDI) Adjoint au maire de Montereau Fault Yonne

Mme Aurélie COURNET (FN) de Paris

M. Gilbert CUZOU (PS) de Paris

M. Benoît CHEVRON (LR) de Villiers St Georges, Président de la Fédération Départementale des Chasseurs

M. Bertrand DUTHEIL DE LA ROCHERE (FN)

Mme Sylvie FUCHS (FDG) Conseillère municipale de Roissy en Brie

M. François Kalfon (PS ) Conseiller municipal Melun

M. Éric Jeunemaître (LR) Adjoint au maire de Provins

Mme Sylvie MONCHECOURT (UDI) Maire de Montigny sur Loing

Mme Laure-Agnès MOLLARD-CADIX (UDI) Conseillère municipale de Combs la Ville

Mme Bénédicte MONVILLE de CECCO Conseillère municipale de Melun

M. Jean-Paul Planchou (PS ) Ancien maire de Chelles

M. Julien PROFFIT (LR) Conseiller Municipal de Claye-Souilly

Mme Hamida Rezeg (LR) Adjointe au maire de Meaux

MmeRoseline Sarkissian (PS) Conseillère municipale de Fontainebleau

Membre de la commission Environnement, aménagement du territoire

Claudine Mme Thomas (LR) Adjointe au maire de Chelles

Mme Béatrice TROUSSARD (FN) conseillère municipale de Chelles

Maire de Fontainebleau M. Frédéric Valletoux (LR)

Mme Thi Hong Chau VAN (CD) Adjointe au maire de Bussy Saint Georges

 

Sources :

Bibliothèque Gallica : Bulletin des études littéraires et scientifiques du Lot 1955 : le sépulcre de l’ancien prieuré de Montgé.

http://fr.topic-topos.com/allee-des-platanes-montge-en-goele

Repost 0
Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 12:06
La Beuvronnette vers 1910

La Beuvronnette vers 1910

 

 « La Beuvronnette »

 

 C’est une bâtisse de caractère qui marque le paysage, construite  au bord du canal de l'Ourcq, au début du 20ème siècle, dans le noyau historique de Claye-Souilly, sur un parc arboré de trois hectares (18 rue A, Briand), en pierres meulières, sa façade est agrémentée de bandeaux, briques de céramique verte et blanche, d’encadrements et de soubassements, couverture en tuiles plates et zinc, pointes de faîtage en zinc travaillées à l’ancienne, cheminée en briques, gouttières en zinc, balcon en ferronnerie. A signaler un mur de clôture en pierres meulières et briques et une très belle grille en ferronnerie datant de la même époque.

 

 

 Le sous-sol abrite la cave à vins et le fruitier.

 

 

                                  L’escalier en fer forgé (Collection Breton)

 

 

  Au rez-de-chaussée se trouvent une entrée, deux salons, une salle à manger, un bureau et une cuisine, puis un très bel escalier avec rambarde en fer forgé début 20ème siècle nous conduit au premier étage qui comprend quatre chambres, une salle de bains, un cabinet de toilette, au 2ème étage il y a deux chambres et une salle de jeu.

 Dans le jardin, coule une source qui alimente un petit bassin.

 

 Sur le côté gauche se situent deux grands garages et la maison des domestiques comprenant au rez-de-chaussée, cuisine, salle à manger, à l’étage 3 chambres (en 1926 il y avait une femme de chambre, une cuisinière, un chauffeur, un jardinier, une gardienne).

 

 La Beuvronne serpente au milieu du parc, deux petits ponts permettent la traversée de la rivière (1) (dans la 2ème moitié du 20ème siècle la propriété est découpée et le lotissement «Domaine de  la Beuvronne »  voit le jour).

 

 C'est Emile Mounier (1844-1906), notaire à Claye-Souilly de 1876 à 1901, qui la fera construire, son épouse y vivra jusqu'à sa mort en 1926, puis viendront y habiter leur fille Marie et son époux Pascale Greppe, notaire, qui avait pris la suite de son beau père à l'étude de Claye-Souilly, les époux Greppe prêtaient volontiers leur parc pour organiser diverses manifestations : kermesse paroissiale, compétition de tir à l’arc…..

Fervents catholiques ils reçurent Monseigneur Gaillard, Evêque de Meaux, à l'issue d'une cérémonie religieuse en l’église Saint Etienne de Claye-Souilly.

 

Vers 1940 c'est Jeanne Labrusse qui deviendra propriétaire, elle exploitait une entreprise de déménagement à Paris, elle y vivra avec ses fils Guy et Michel,

 

Vers 1953 la propriété sera revendue à la famille Breton (entreprise d'élevage de volailles),

 

Dans les années 60 c'est M, Soulier qui acquiert la propriété pour y implanter une maison de retraite « Les Jours Heureux » qui fermera en 2004,

 

Après sa fermeture le projet de Plan Local d'Urbanisme de 2006 faisait craindre le risque de démolition de cette propriété, c'est là qu'interviendra Yvonne Patron, une frêle octogénaire, née à Claye-Souilly, qui avait participé enfant aux fêtes organisées dans la propriété et qui voulait protéger ce patrimoine remarquable. Avec l'aide de ses amis, elle fit signer une pétition qui recueillit près de 200 signatures et qui permit d'attirer une attention particulière de la population sur cette propriété, les élus prirent conscience de l'intérêt de ce patrimoine et cherchèrent une solution pour la conserver, un projet immobilier devrait voir le jour dans les mois à venir qui doit permettre de réhabiliter la propriété,

 

Malheureusement Yvonne ne pourra pas voir la restauration de ce patrimoine car elle nous a quitté en 2015, mais maintenant elle peut dormir en paix.

 

 

Pour aller plus loin :

 

Pascal et Marie Greppe, bienfaiteurs de Claye-Souilly

http://claye-souilly-decouverte.over-blog.com/article-23745425.html

 

Biographie de Yvonne Patron :

http://adenca.over-blog.com/2015/03/claye-souilly-yvonne-patron-nous-a-quitte.html

 

 

 

Sources :

Archives privées de la famille Breton

Blog Claye-Souilly Découverte

AD 77 : dictionnaire des notaires et études de Seine et Marne (imprimerie département 77)

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article

Recherche