Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 11:33
Village martyr de Fresnes sur Marne : comment les élus peuvent-ils laisser brûler des matériaux, en infraction avec la législation, près de l’école maternelle, depuis des années ?

 

Difficile à comprendre que dans cette commune de 750 âmes les élus laissent un particulier brûler, depuis des années, presque journellement, des matériaux près de l’école maternelle et du centre aéré.

 

Pourtant une fumée âcre se dégage du site et pollue l’environnement, les associations environnementales ont alerté Jean Lefort, le maire de cette commune, depuis bien longtemps sans que cette situation ne s’arrête.

 

Difficile à comprendre alors que certains conseillers municipaux  habitent à proximité de  cette école et ce centre aéré.

 

 

Quant aux associations de parents d’élèves

que font-elles dans ce dossier ?

 

Nous n’en savons rien

 

 

Pour mémoire c’est près de cette école et de ce centre aéré que se situe une décharge ISDI et la plus importante décharge d’ordures ménagères (ISDND) d’Europe.

 

Pour mémoire c’est près de cette école qu’une habitante a fait un signalement à l’Institut de Veille Sanitaire d’un nombre de cas de cancers importants dans sa rue.

 

 

ADENCA

se sent bien seule dans ce dossier

et nous le déplorons.

 

 

La santé des plus petits doit être la préoccupation principale de tous et pas seulement de quelques lanceurs d’alerte.

 

Pour tous renseignements complémentaires, nous vous conseillons de contacteur les élus

de Fresnes sur Marne :

 

 

 

Village martyr de Fresnes sur Marne : comment les élus peuvent-ils laisser brûler des matériaux, en infraction avec la législation, près de l’école maternelle, depuis des années ?
Repost 0
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 21:04
Centre d'épuration de Villeparisis déversant ses eaux dans le ru des Grues

Centre d'épuration de Villeparisis déversant ses eaux dans le ru des Grues

Nous apprenons qu'un camion chargé de produits chimiques s'est déversé dans la zone industrielle de l'Ambrésis à Villeparisis, située près du ru des Grues, un affluent de la Beuvronne.

 

Ce malheureux cours d'eau a subi il y a quelques années une pollution accidentelle par l'industriel Clamens,

 

Ce malheureux cours d'eau reçoit les eaux de la station d'épuration commune à Villeparisis, Claye-Souilly et Mitry-Mory qui a fait l'objet d'une mise en demeure de la préfecture car cette station n'est pas en mesure de traiter correctement toutes les eaux usées qu'elle reçoit et rejette par moment des eaux non traitées dans le ru des Grues.

 


Pour toute information complémentaire concernant cet incident et les risques de pollutions du ru des Grues, nous vous conseillons de vous rapprocher de :

Yves Albarello

Président du Syndicat de la Basse Beuvronne


 

Paru dans le Parisien 77 :

Villeparisis : un camion accidenté renverse 400 l de produits de laverie à l’Ambrésis

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Villeparisis|H.D.|13 juin 2017, 19h37|0

Villeparisis. Plusieurs centaines de litres de produits de laverie se sont répandues sur la chaussée de la route Jean-Monnet après l’accident du camion qui transportait ce chargement dans la nuit de lundi à mardi. © Google Street View

H.D.

VilleparisisProduits laverieAccident camion

L’accident de ce camion a eu des conséquences inattendues. Plusieurs centaines de litres de produits de laverie se sont répandues sur la chaussée de la route Jean-Monnet, à l’entrée de la zone commerciale de l’Ambrésis, à Villeparisis suite à l’accident d’un camion dans la nuit de lundi à mardi.

Il est environ 23 h 55 ce lundi soir lorsque le conducteur du camion qui venait d’emprunter l’échangeur de l’A104 perd le contrôle de son véhicule qui se renverse sur la chaussée.

La majorité du contenu d’une de 1 000 litres s’est alors déversée sur le sol. Neuf employés des enseignes Mac Donald’s et Léon de Bruxelles situées à proximité ont été évacués par mesure de précaution par les pompiers.

Aucun d’entre eux n’a été intoxiqué. La circulation a été interrompue pendant plusieurs heures n’a repris qu’après l’intervention des services de la Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (Drire) et de la société Dascher, dont le camion transportait les produits.

 

leparisien.fr

http://www.leparisien.fr/villeparisis-77270/villeparisis-un-camion-accidente-renverse-400-l-de-produits-de-laverie-a-l-ambresis-13-06-2017-7048467.php

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 15:37
Villevaudé : la promenade de la Dhuis (photo Adenca)

Villevaudé : la promenade de la Dhuis (photo Adenca)

 

Carrière/décharge

Placoplatre

de Villevaudé

 

Une carrière de gypse

dont les trous seront remblayés

par les ordures du Grand Paris.

 

 

Extrait article paru sur le site « Sauvons la Dhuis » :

http://sauvons.dhuis.fr/post/2017/06/04/Aqueduc-de-la-Dhuis-%3A-Appel-manifester-le-Samedi-17-juin-2017

« La Marche pour la Dhuis »

Cette marche aura lieu Samedi 17 juin 2017 à partir de 14h30.

Le lieu du rendez-vous a été fixé sur la commune de Villevaudé (77410) à l'angle de la rue du Lavoir et de la rue Charles de Gaulle (N 48.918423 E 2.659865)

L’entreprise BP PLACOPLATRE (Filiale du groupe Saint-Gobain) projette la mise en œuvre immédiate de nouvelles carrières à ciel ouvert sur une partie du trajet de l'aqueduc de la Dhuis.

 

Comme premier jalon de cette mort annoncée, la destruction du Bois Gratuel (Villevaudé) va démarrer très bientôt. L’abattage des arbres doit en effet débuter le 1er Août 2017.

 

Villevaudé : Les engins en ordre de marche pour détruire nos espaces agricoles et le Bois Gratuel (photo Adenca)

Villevaudé : Les engins en ordre de marche pour détruire nos espaces agricoles et le Bois Gratuel (photo Adenca)

 

 

Repost 1
Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 12:51
Compans 11/6/2017

Compans 11/6/2017

 

 

Le rêve, une route toute neuve, financée par le Conseil Départemental 77,  vous amène sur le site mais quand vous arrivez devant l’installation, la situation se dégrade, une fumée âcre vous prend à la gorge, en effet après l’incendie de la semaine dernière la fumée sort toujours des tas de compost.

 

Une clôture toujours inexistante ?

 

Ironie du sort, la clôture est inexistante sur la majorité du site, ce qui permet à quiconque d’y entrer et à une personne malveillante de pouvoir y mettre le feu.

 

 

Compans 11/6/2017

Compans 11/6/2017

 

Comment les élus de Compans peuvent-ils laisser une installation aussi dangereuse,  mal clôturée, sans intervenir auprès de l’exploitant pour obtenir la pose d’une clôture correcte et le gardiennage du site de jour comme de nuit, particulièrement le week-end, car depuis 2013, ces deux incendies se sont produits le week-end.

 

Faudra-t-il un incident grave

pour que l’exploitant

se décide

à clôturer correctement

son site ?

 

L’entreprise Parcs et Jardins Frasnier, semble pourtant avoir les moyens financiers de réaliser des travaux, elle annonce un chiffre d’affaires, entre 2013 et 2015, chaque année,  de plus de 4 millions d’euros et un bénéfice cumulé de plus de 200 000 € entre 2013 et 2015 (1) qui lui permettait, semble t-il, d'engager les travaux de clôture et protection de son site afin de ne plus faire prendre de risque aux populations de Compans.

 

Affaire à suivre…..

 

 

(1)Infogreffe  https://www.infogreffe.fr/entreprise-societe/692000243-parcs-et-jardins-frasnier-770188B006370000.html

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

http://www.leparisien.fr/compans-77290/compans-2-500-m-de-compost-partent-en-fumee-mais-sans-produire-de-flammes-06-06-2017-7022277.php

Compans : 2 500 m³ de compost partent en fumée mais sans produire de flammes

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Compans|H.D.|06 juin 2017, 12h30|

L’incendie pourrait durer plusieurs jours. Un tas de compost de 2 500 m³ a commencé à se consumer dimanche vers 17 heures sur le site de l’entreprise Parcs et jardins Frasnier à Compans.

Ce lundi après-midi une vingtaine de pompiers était toujours présente sur les lieux pour circonscrire l’incendie. Si aucune flamme ne se dégage de l’amas de compost, d’importantes volutes de fumée s’en émanent. Depuis lundi les pompiers tentent avec l’aide d’engins de chantier de l’entreprise de dégager unepartie de la matière pour tenter d’éteindre l’incendie.

Les pompiers sont en contact permanent avec le groupe ADP pour s’assurer que ces dégagements ne perturbent pas le trafic aérien au décollage et à l’atterrissage de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

L’origine de l’incendie demeure pour le moment indéterminée mais la fermentation peut être à l’origine du sinistre. Fin 2012, un incendie similaire avait consumé plusieurs milliers de mètres cubes pendant près de sept mois pour ne s’achever qu’en mars 2013.

leparisien.fr

 

 

 

Paru dans le journal La Marne :

http://www.journallamarne.fr/2013/08/12/4-000-m3-de-compost-incendies/

Compans

4 000 M3 de compost incendiés

La moitié du grand tas de compost de la société Frasnier se consume. L'incendie serait volontaire.

12/08/2013 à 21:32 par Hélène Rousseaux

 

 

4000 M3 sur les 8000 du site de compost brûlent.

Depuis le week-end dernier, l’un des immenses tas de compost stockés à ciel ouvert par la société Frasnier, sur la D 212, entre Compans et Gressy, s’est transformé en brasier de 4 000 m3. L’alerte a été donnée samedi. La mairie de Compans, apercevant la fumée, a prévenu les pompiers. Selon toute vraisemblance, le feu aurait démarré dans la nuit de vendredi 2 à samedi 3 août et aurait été allumé volontairement. En effet, la combustion spontanée dans un tas de compost ou bien de paille se déclare en général plutôt au centre du tas, sous la matière qui fermante, surchauffe et finit par s’enflammer. Cette fois, le feu est parti des côtés, laissant peu de place à la thèse de l’accident.

Un feu inextinguible

Les pompiers sont intervenus mais n’ont pas pu circonscrire l’incendie. Le propriétaire a dû creuser une tranchée coupe-feu afin d’éviter la propagation du foyer. « Ce type de feu ne peut pas être éteint. Il faut attendre que tout soit consumé. Il faut surtout faire attention que le feu ne se propage pas » explique-t-on du côté des soldats du feu. Il a donc été vivement conseillé au cultivateur propriétaire du champ de blé voisin de moissonner au plus vite afin d’éviter que la culture ne s’embrase. Dimanche, en fin de journée, des ados rôdaient autour et à l’intérieur du site mais se sont vite carapatés se voyant repérés. Ils ont rejoint le camp des gens du voyage installé à proximité. À la nuit tombée, des cris d’oiseaux ressemblant plutôt à des signaux retentissaient des bois environnants. On pouvait les entendre depuis le portail de l’entrepôt. Peu de temps après, un peu avant minuit, un homme était repéré alors qu’il venait de s’introduire dans les lieux que le propriétaire n’avait pas totalement terminé de clôturer. Le tas de compost brûle toujours, crépitant et se signalant la nuit par ses lueurs rougeoyantes. De temps à autre, une petite partie s’écroule et dégouline de la hauteur de l’amas, comme une coulée de lave. L’année dernière, un feu a également ravagé une partie du stock. Il avait pris à la même période, presque jour pour jour. Les braises ne se sont éteintes que neuf mois plus tard, en avril.

Le propriétaire a déposé une plainte auprès de la police dans le courant de la semaine pour l’incendie toujours en cours.

 

autre article sur le même sujet :

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/bientot-la-fin-de-sept-mois-d-incendie-11-03-2013-2631175.php

 

 

 

Repost 1
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 16:59

 

Dans quel état se trouvait l'installation électrique ?

 

En effet c’est la question que l’on se pose lorsque l'on apprend que cette entreprise avait fait l’objet d’une mise en demeure de la préfecture le 13/10/2014 suite à plusieurs non respect de la législation en vigueur, arrêté préfectoral qui indiquait qu’entre autres les installations électriques n’étaient pas entretenues conformément aux normes en vigueur.

 

Une chance que ce sinistre  n’est fait aucuns blessés.

 

 

Depuis 2014 cette entreprise avait-elle mise aux normes en vigueur ses installations électriques et autres comme le demandait la préfecture ?

 

 

 

 

 

Extrait de l'arrêté préfectoral de mise en demeure du 13/10/2014

Nord-ouest 77 Incendie Rotofrance : dans quel état se trouvait l’installation électrique, l'industriel avait-il respecté la mise en demeure de la préfecture ?
Nord-ouest 77 Incendie Rotofrance : dans quel état se trouvait l’installation électrique, l'industriel avait-il respecté la mise en demeure de la préfecture ?

 

Paru dans le Parisien 77 :

Lognes.

Spectaculaire incendie à l’imprimerie Roto France

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Lognes|J.O.|11 juin 2017, 14h42|

http://www.leparisien.fr/lognes-77185/lognes-spectaculaire-incendie-a-l-imprimerie-roto-france-11-06-2017-7039506.php

Nord-ouest 77 Incendie Rotofrance : dans quel état se trouvait l’installation électrique, l'industriel avait-il respecté la mise en demeure de la préfecture ?

 

Jusqu’à Créteil (Val-de-Marne), à une vingtaine de kilomètres de Lognes, on voyait l’épaisse fumée noire au-dessus des immeubles. Samedi vers 21 h 20, un feu s’est déclenché dans la salle électrique de l’imprimerie Roto France, rue de la Maison rouge, dans la zone industrielle Pariest.

Heureusement, il n’y a pas eu de blessés. Quelques employés qui se trouvaient dans une annexe ont dû quitter les lieux et les riverains des habitations les plus proches sont restés confinés chez eux. Les pompiers sont venus à bout du feu vers 23 h 45.

Le bâtiment n’a pas été endommagé à l’extérieur, mais il n’y avait plus de courant sur le site ce dimanche matin. Son fonctionnement pourrait donc être perturbé. Selon l’enquête de police, l’origine de l’incendie est accidentelle.

leparisien.fr

Repost 0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 11:03

 

 

Biographie des députés

de la circonscription couvrant Claye-Souilly

 

 

Albert NAST

 

député du 4/10/1931 au 31/5/1936

Licencié en droit

Avocat à la Cour d’Appel en 1909

Fils de Léon Nast, négociant et de Anne Lenfant.

Il avait épousé le 30/7/1909, à Meaux, en secondes noces, Marthe Germain, fille d’un avoué. C’était Georges Lugol, maire de Meaux qui les avait mariés.Mariage dissous le 11/10/1923.

Il décèdera à Chelles le 19/7/1957.

 

 

Extrait de sa biographie sur le site de l’Assemblée Nationale :

http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/%28num_dept%29/5511

 

Né le 24 septembre 1884 à Paris.

 Albert Nast fit ses études au lycée Condorcet puis obtint son diplôme de docteur en droit en 1908. D'abord clerc d'avoué, ensuite rédacteur au recueil des lois Le Sirey, secrétaire de Me Garçon, professeur de droit, et de Me Raynal, avocat à la Cour de cassation, il fut en même temps avocat près la cour d'appel de Paris et plaida pendant six ans. Mais, ayant toujours été attiré par les questions médicales, à la suite d'un grand deuil il se décida à redevenir écolier et, tout en plaidant pour subvenir aux besoins de sa famille, il entreprit ses études médicales et fut nommé exter
ne des hôpitaux de Paris en 1911.

Pendant la grande guerre, il fut médecin auxiliaire. il fit partie de l'armée auxiliaire pour troubles visuels graves qui, d'ailleurs, se compliquèrent ensuite et nécessitèrent plusieurs opérations. Pendant deux ans, il fut affecté à des centres chirurgicaux, puis au service de syphiligraphie de la zo
ne des armées. En 1921, il obtint son diplôme de docteur en médecine et s'installa à Chelles pour y exercer sa profession.

Depuis l'âge de 20 ans, Albert Nast s'est occupé d'œuvres sociales, à Paris et dans la banlieue. Grâce à l'aide de la population de Chelles, du ministère de la Santé publique, et des commu
nes de Chelles, Brou, Vaires, Champs et Gournay, il crée en 1923 une maternité modèle et des œuvres annexes bien connues dans tout le département. De belle stature, pourvu d'une magnifique chevelure et d'une voix de stentor qui, dans ses moments de colère le faisaient ressembler à un lion, Albert Nast pouvait réussir dans n'importe quelle carrière, comme il avait commencé de le prouver au barreau, puis en médecine.

Il saisit l'occasion de l'élection partielle dans la 1re circonscription de Meaux à la suite de la démission de Delabarre, le 30 juin 1931, pour postuler le siège de député. Elu le 4 octobre 1931, au second tour, par 4.202 voix contre 4.110 à Soupé, 3.858 à Hamelet et 3.082 à Archer, sur 16.340 votants, il s'inscrivit au groupe des indépendants de gauche. Réélu le 8 mai 1932, au second tour des élections législatives, avec 10.218 voix contre 6.550 à Soupé, son plus dangereux adversaire de l'élection précédente, sur 19.808 votants, il reprit sa place au groupe des indépendants de gauche.

Membre des commissions de l'hygiè
ne, de la législation civile et criminelle, du suffrage universel, il déploya une grande activité. Il s'intéressa surtout aux questions médicales et, accessoirement à celles des baux et loyers.

Il perdit son siège le 3 mai 1936, n'obtenant au second tour que 10.787 voix contre 11.334 au communiste Fouchard, candidat du Front populaire, sur 22.446 votants.

Pendant sa carrière politique, il n'abandonna pas son œuvre sociale et médicale malgré la cécité complète dont il fut atteint dès 1931. Son courage, son abnégation lui valurent la médaille d'argent de l'Académie de médeci
ne, la Légion d'honneur et la rosette de l'Ordre de la santé publique. Albert Nast est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages médicaux, juridiques et philosophiques.

 

 

Repost 0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 19:28

 

 

Chantage à l’emploi !

 

Un emploi

on peut en retrouver un

mais une vie

on en a qu’une !

 

 

Pourquoi devons-nous accepter que des sites polluants soient implantés près de crèche, d’écoles, de centre aéré ou de nos maisons ?

 

Comment les élus du conseil départemental de Seine et Marne ont-ils pu laisser s’implanter une crèche près du site pollué Wipelec à Meaux, alors que l’on connaissait déjà les antécédents de pollution de cet industriel à Romainville, Pomponne ?

 

Comment les préfets de Seine et Marne ont-ils pu autoriser l'implantation des décharges d’ordures près de l’école maternelle et du centre aéré de Fresnes sur Marne ou de l’école primaire de Villenoy ou d’un lotissement à Crégy les Meaux ?

 

 

Les projets à venir

 

 

Exploitation d’une carrière de gypse Placoplatre sur un ancien site du Commissariat de l’Energie Atomique à Courtry/Vaujours près de plusieurs écoles dont l’une qui accueille, à elle seule, plus de 1700 élèves (Fénelon Vaujours).

 

Exploitation d’une décharge de déchets dangereux dans les villages ruraux Villenoy/Isles les Villenoy par Terzeo, sur un site pollué, car ici plutôt que de dépolluer on viendra y rajouter la pollution des autres, près des lotissements, écoles, terrains de sports…..

 

Une sorte de mépris pour les populations riveraines, à l’exemple de ce que l’on peut lire dans le projet Terzeo (étude d’impact page 192) :

« le territoire bénéficie d’une population jeune et en croissance mais globalement sa population reste fragile, avec de grandes difficultés sociales, particulièrement en termes d’accès à l’emploi, et avec un niveau de qualification globalement plus faible que la moyenne et une sous représentation des catégories socioprofessionnelles supérieures…. »

 

 

 

Des emplois à bas prix

 dangereux et polluants

pour nos enfants ?

 

 

Car non content de nous détruire notre territoire l’ETAT n’implante pas ici de grandes écoles, d’universités….., ces établissements sont réservés aux autres, à ceux qui nous envoient leurs ordures.

 

 

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans SANTE PUBLIQUE
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 18:40

 

Nous avons appris il y a quelques jours que la préfecture de Seine et Marne avait pris la décision de faire fermer l’entreprise Wipelec dans l’attente de sa mise en conformité avec la législation.

 

Wipelec est une entreprise bien connue des services de l’ETAT pour avoir pollué 2 sites, l’un à Romainville, l’autre à Pomponne.

 

Notre association a posé à l’Agence Régionale de Santé les questions suivantes :

1° quels sont les résultats des investigations menées à l'intérieur de la crèche interentreprise ?
2° quelles sont les investigations qui ont été menées pour connaître les conséquences de cette pollution sur les eaux de la Mar
ne,
notamment :
- sur les eaux de baignade de la plage de Meaux
- sur le captage d'eau de Nanteuil Les Meaux …

 

Nous attendons sa réponse.

 

 

Paru sur le site de la fédération d’environnement du 93 :

 

 

Pollution du site Wipelec à Romainville

 

La société WIPELEC qui a exercé des activités de traitement de surface à Romainville, encadrées dans le cadre des procédures ICPE dès 1990, a cessé ces activités le 6 avril 2009, puis entamé une procédure de redressement judiciaire en août 2009.

Les dégâts et pollutions laissés sur le site par WIPELEC, ont conduit le 8 juillet 2013 à l’arrêté préfectoral N°2013_2024 pris par la préfecture de Seine-Saint-Denis reconnaissant la nécessité de « procéder à des travaux d’office, hors site, relevant d’une situation impérieuse concernant la société Wipelec-Ceres pour les anciennes activités au 21-29 rue des oseraies et au 53-55 rue des Ormes à Romainville ».

Malgré la mobilisation des riverains et les alertes répétées concernant les impacts du site abandonné, sur leur santé, aucune précaution efficace n’a été mise en œuvre par les autorités sanitaires, la préfecture, ou les élus locaux, pour mettre un terme aux conséquences de ces pollutions sur les abords du site.

Alors qu’après les premières mesures réalisées par l’ADEME, il était conseillé aux habitants du quartier
« une aération quotidienne des logements », puis « aérer le plus possible les habitations , amorcer les siphons »., le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a donné le 11 février 2016 un avis beaucoup plus alarmant pour tous les riverains :« Des riverains du site industriel Wipelec sont soumis depuis des années à une exposition de très haut niveau, très largement au-dessus des seuils d’action rapide préconisés par le HCSP qui induit un risque sanitaire inacceptable appelant des mesures dans un délai très rapide. »

 

« S’il se confirme que cette pollution est encore présente, des mesures rapides visant à soustraire les habitants exposés à des valeurs supérieures au seuil d’action rapide4 (10 μg/m3) doivent être engagées sans délai, mesures qui pourraient conduire à court terme à un relogement temporaire des familles concernées ; »

 


Après trois ans de dérives et de laxisme, pour reconnaître enfin une situation environnementale catastrophique, il est temps aujourd’hui de prendre en compte la santé des populations de ce quartier plutôt que les projets immobiliers envisagés sur l’ancien site WIPELEC.

 

 

http://www.environnement93.fr/www.environnement93.fr/Pollution_du_site_Wipelec_a_Romainville.htm

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 18:43

 

RER B : des pannes continuelles, des usagers entassés en surnombre aux heures de pointe dans des conditions inacceptables, des voyageurs qui font des malaises…, c’est le quotidien de cette ligne.

 

Pour plus d’infos nous vous conseillons de consulter le blog en lien :

http://rerb-leblog.com/

 

 Ironie du sort c’est sur cette  7ème circonscription qu’il a été décidé de construire la ligne luxueuse du  CDG EXPRESS pour permettre aux voyageurs de l'aéroport  de Roissy de rejoindre Paris dans de bonnes conditions. L'image de Paris, dans le monde, ne  peut pas continuer à être dégradée par la ligne de transport RER B.

 

De l’argent pour

le CDG EXPRESS

mais pas d’argent pour

le RER B ?

 

 

Il faut bien comprendre que vous êtes ici chez les « petites gens » du nord-ouest 77 où l’on envoie les ordures des autres, alors au point où ils en sont là-bas, ils ne vont pas se plaindre.

 

 

 

Paru dans Actu-Environnement :

https://www.actu-environnement.com/ae/news/charles-de-gaulle-CDG-express-justice-recours-arrete-29154.php4

CDG express : des associations saisissent la justice

Transport | | Mathilde Bouchardon

Réduire la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer cette pageEnvoyer par e-mail

L'Association contre le projet CDG Express, l'association Pouvoir Citoyen et le conseiller régional Pierre Serne (EELV) ont déposé un recours contre l'arrêté inter-préfectoral de déclaration d'utilité publique modificative du projet CDG Express.

Signé le 31 mars 2017, cet arrêté confirme l'objectif de mise en service du projet de liaison CDG Express fin 2023, soit avant la potentielle organisation par Paris des jeux olympiques de 2024. Il modifie la déclaration d'utilité publique obtenue en décembre 2008 et prorogée pour cinq ans en 2013.

La déclaration d'utilité publique modificative prévoit désormais l'établissement d'une grille de circulation pour éviter tout impact du CDG Express sur le fonctionnement des lignes existantes, RER B et lignes K et H du Transilien. Elle prend également en compte l'évolution du montage juridique de l'opération et des conditions de son financement. Le coût de la réalisation de l'infrastructure est estimé à 1,41 milliard d'euros hors taxe aux conditions économiques de 2014. Une taxe d'1,40 euro maximum votée en fin d'année 2016 sera perçue par passager embarqué ou débarqué à Roissy à compter de la mise en service de CDG Express. Aéroport de Paris et SNCF Réseau participeront en fonds propres, pour un montant d'environ 0,2 milliard d'euros chacun, au capital de la société filiale qui réalisera l'infrastructure. Il est également envisagé que la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) entre au capital.

Les requérants entendent obtenir, en plus de l'annulation de la déclaration d'utilité publique, la réalisation d'une nouvelle étude d'impact présentant l'ensemble des alternatives possibles à ce projet.

Mathilde Bouchardon, journaliste
Rédactrice

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans SEINE ET MARNE
commenter cet article
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 15:23
Vue sur l'incinérateur d'ordures ménagères de St Thibault des Vignes

Vue sur l'incinérateur d'ordures ménagères de St Thibault des Vignes

 

 

Nous apprenons grâce à un dossier édité par Geide et Robin des Bois que lors de l’inondation du 28/5 au 5/6/2016 :

 

« L’incinérateur de Saint-Thibault-des-Vignes (Seine-et-Marne) a été inondé par remontée du réseau. Le local de stockage de réactif (bicarbonate de sodium) nécessaire au traitement des fumées a été touché. » SIC (1)

 

Une situation fort inquiétante car à quelques kilomètres en aval se trouve l’importante usine d’eau potable de Neuilly sur Marne qui pompe son eau dans la Marne.

Cette usine fournit en eau potable 1.6 million d’habitants.

 

On peut être encore plus inquiets lorsque l’on se penche sur le Plan de Prévention des Risques Inondations  et que l’on s’aperçoit que l’ETAT n’a pas de connaissance précise de la zone de fort écoulement en zone rouge.

 

Pour extrait page 10 :

«la zone rouge dans laquelle les possibilités de construction sont extrêmement limitées ; elle regroupe d'une part les secteurs d'aléas très forts (hauteurs de submersion supérieures à 2 m) et d'autre part des secteurs de moindre aléa délimités sur le plan, mais suffisamment proches du lit mineur pour que les vitesses y soient également très élevées en période de cru. En l’absence de connaissance précise de la zone de fort écoulement, une bande de 40 mètres à partir du haut de la berge du lit mineur a été instaurée, à titre conservatoire, le long de certains tronçons de la Marne, dans les zones autres que les centre urbains, les zones urbaines denses ou la ZAC de Saint-Thibault-des-Vignes »

 

 

 

Mais vous êtes ici dans la 7ème circonscription de Seine et Marne, dans le pays qui reçoit les ordures des autres.

 

 

 

Là où les populations

 doivent subir et se taire

surtout se taire.

 

 

 

 

(1)Les déchets des inondations du 28 mai au 5 juin 2016 dans les bassins amont de la Seine et de la Loire Geide et Robin des Bois, Page 20

http://www.robindesbois.org/wp-content/uploads/Dechets-inondations-Seine-Loire-GEIDE-RdB-mai-2017.pdf

 

(2) PPRI

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7503/48649/file/Pomponne_StThibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7451/48441/file/Pomponne_StThibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7568/48909/file/REG_Isles_Villenoy_St_Thibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7555/48857/file/NOT_Isles_Villenoy_St_Thibault.pdf

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans INONDATIONS
commenter cet article

Recherche