Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 09:16
entrée de la piste cyclable, endroit où sortirait les voitures

entrée de la piste cyclable, endroit où sortirait les voitures

Claye-Souilly : lieudit "La Rosée"

Claye-Souilly : lieudit "La Rosée"

 

Un permis de construire a été délivré le 14/11/2014 par la mairie de Claye-Souilly à la SCCV de la Rosée dont le siège social se trouve 14 avenue de Vaucanson à Montfermeil 93.

Cette société est gérée par 2 autres sociétés CEPROM et DGPAM, situées à la même adresse, dont le gérant est M. Kudlug DEGER.(1)

 

Ironie du sort, dans ce permis de construire autorisant l’implantation de 19 logements  au lieudit « La Rosée », la SCCV de la Rosée prévoit d’utiliser une piste cyclable, pour permettre la sortie des véhicules de ces 19 logements, piste cyclable  propriété du conseil départemental du 77.

 

Mais qu’à cela ne tienne, Jean-Jacques Barbaux, président du CD 77, semble favorable pour céder la piste cyclable à la commune de Claye-Souilly qui va pouvoir accéder à la demande de la SCCV de la Rosée, déclasser pour partie cette piste cyclable pour permettre aux véhicules des futurs propriétaires des 19 logements de l’emprunter.

 

C’était sans compter sur la vigilance de l’opposition municipale, très inquiète quant aux risques de collision entre les cyclistes et les voitures notamment dans un virage.

 

En effet nombreuses familles de cyclistes  avec enfants en bas âge fréquentent actuellement cette voie pour rejoindre la piste cyclable située au bord du canal de l’Ourcq, qui mène jusqu’à Paris.

 

Comment sera protégé le virage dangereux, quelle largeur sera octroyée aux cyclistes, une clôture séparera-t-elle la piste cyclable de la route empruntée par les véhicules et enfin qui va payer les travaux et études de mise aux normes de cette voie ?

 

Nous n’en savons rien.

 

 

Pour le savoir

 nous vous conseillons de vous rapprocher

de vos conseillers municipaux.

 

(1) https://www.annonces-legales.fr/annonce-legale/153496/ROSEE-Societe-Civile-Immobiliere-de-Construction-Vente-SCICV-ou-SCCV

http://www.societe.com/societe/ceprom-519636989.html

http://www.societe.com/societe/dgpam-dg-property-asset-management-521511873.html

 

 

Piste cyclable : Virage dangereux qui crée la polémique

Piste cyclable : Virage dangereux qui crée la polémique

Paru dans le Parisien 77 :

Claye-Souilly. L’ouverture partielle de la piste cyclable aux voitures fait polémique

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Claye-Souilly|Hendrik Delaire|31 mars 2017, 19h40|0

Claye-Souilly, ce jeudi soir. Le député-maire Yves Albarello (LR) (à gauche) et le conseiller municipal d’opposition Renaud Hée (EELV) (à droite) se sont vivement opposés sur le vote du transfert d’une partie de la piste cyclable Paris-Claye dans le domaine communal. . LP/H.D

Hendrik Delaire

Claye-Souillypolitiqueconseil municipalpiste cyclableYves AlbarelloRenaud Hée

Les débats ont été animés ce jeudi soir entre le député-maire Yves Albarello (LR) et les membres de l’opposition lors du conseil municipal de Claye-Souilly. Si les premiers désaccords sont survenus lors du vote des taux des impôts locaux qui demeurent inchangés pour 2017, le ton est monté d’un cran au moment de voter le retour dans le domaine de la commune d’une partie de la piste cyclable qui relie Claye-Souilly à Paris.

Objectif de la majorité avec cette délibération : couper la piste cyclable en deux entre la rue de Souilly et le Canal de l’Ourcq pour qu’une voie à sens unique soit réservée aux voitures et ainsi permettre la sortie des automobilistes qui habiteront la future résidence de la Rosée. Situé à proximité immédiate de la piste cyclable, cet ensemble de 17 logements en accession à la propriété devrait sortir de terre d’ici la fin de l’année.

« Ce chantier va transformer la piste déjà très étroite en bande cyclable, ce qui sera très dangereux pour les cyclistes qui devront cohabiter avec les voitures. Le virage pour sortir de la résidence sera très dangereux. Les automobilistes ne pourront pas voir arriver les cyclistes et des accidents auront lieu à coup sûr à cet endroit », a critiqué Renaud Hée (EELV), leadeur de l’opposition au conseil municipal.

Une affirmation contestée par Yves Albarello qui a peiné à cacher son agacement. « Comment pouvez affirmer que des accidents auront lieu ? Vous propagez des propos mensongers sur votre page Facebook vous mériteriez une paire de gifles ! », s’est emporté le député-maire faisant référence à une publication dans lequel l’opposant affirmait « qu’Yves Albarello supprime la piste cyclable avec l’aide du département ».

leparisien.fr

 

http://www.leparisien.fr/claye-souilly-77410/claye-souilly-l-ouverture-partielle-de-la-piste-cyclable-aux-voitures-fait-polemique-31-03-2017-6814164.php

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 15:57

A la suite de l’arrêt en 2006 des installations classées à autorisation (traitement des métaux et de matières plastiques), la société Wabco a fourni plusieurs études relatives à l’état du sous-sol.
Ces études ont révélé une pollution du sol et des eaux souterraines par des hydrocarbures et composés organo-halogénés volatils (COHV), susceptible d’atteindre les habitations du lotissement voisin qui sont au droit latéral de l’écoulement de la nappe.

Aussi, il a été demandé à Wabco, par arrêté préfectoral complémentaire du 11 avril 2012 de :
- réaliser des prélèvements de gaz de sols et d’eaux souterraines dans les propriétés jouxtant le site industriel ;

- réaliser une étude visant à s’assurer que l’état des milieux à l’extérieur du site soit compatible avec les usages constatés autour du site ;
- transmettre les mesures de gestion à mettre en œuvre ;
- mettre en place une surveillance des eaux souterraines sur site et hors site. (1)

En 2013 il a été détecté la présence de trichloréthylène + tétrachloréthylène dans le puits d’une propriété voisine de l’usine Wabco.

Qu’en est-il  aujourd’hui ?

 Nous n’en savons rien

 

Ce que nous savons c’est que l’entreprise Wabco devrait fermer ses portes dans le courant de cette année.

Avant de partir l’ETAT obligera-t-il WABCO à dépolluer le site afin de protéger les populations environnantes ?

 

Pour le savoir nous vous conseillons de vous rapprocher de

Gérard Péhaut

Sous préfet de Meaux

Ou de

Yves Albarello

Député-maire de Claye-Souilly

 

(1) http://basol.developpement-durable.gouv.fr/fiche.php?page=1&index_sp=77.0152

 

 

Paru sur le site de l’Institut de Veille Sanitaire :

Exposition environnementale au trichloroéthylène chez les riverains de sites pollués en Île-de-France

 

Évaluation des expositions, des risques sanitaires associés, et appui à la décision sanitaire

Auteur(s) : Legout C
Editeur(s) : Santé publique France

 

RÉSUMÉ :

Une pollution au trichloroéthylène (TCE) a été détectée à proximité d'anciens sites industriels franciliens. Les concentrations mesurées dans l'air des logements des riverains étaient jusqu'à 90 fois supérieures à la Valeur d'Action Rapide (10 μg/m3) recommandée par le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) pour le déclenchement d'actions correctrices sous 6 mois.
En l'absence de recommandations nationales sanitaires spécifiques, l'Agence régionale de santé d'île-de-France a sollicité Santé publique France pour évaluer les expositions au TCE et les risques associés et pour contribuer à la décision d'u
ne prise en charge sanitaire et d'un relogement temporaire.
L'étude des dangers et des relations doses-réponses s'est basée sur les synthèses toxicologiques disponibles. Les excès de risques individuels ont été calculés et l'impact sanitaire a été estimé. La perti
nence de la surveillance biométrologique des expositions a été évaluée avec des toxicologues. Pour éclairer la question du relogement, les situations conduisant à des risques inacceptables ont été identifiées pour différents couples (concentration X durée d'exposition).
Aux concentrations mesurées, les effets dont il faut protéger les riverains sont cancérigè
nes. L'exposition individuelle peut théoriquement être suivie par la concentration sanguine du TCE, mais la sensibilité des méthodes de dosage est encore insuffisante pour qu'un suivi biométrologique soit possible. Le sur-risque très faible de cancer lié à l'exposition et l'absence de biomarqueurs d'effets précoces ne sont pas en faveur de l'organisation d'un dépistage spécifique. Cependant, pour les familles les plus exposées, le maintien dans le logement pendant les travaux de dépollution (3 ans en moyenne) conduirait à des excès de risque inacceptables.
Portés à la connaissance des instances nationales, ces résultats ont contribué à u
ne réponse du HCSP (11/02/16) précisant que sur l'un des sites pollués, le relogement des personnes les plus exposées devait être envisagé sans délai.

 

Lien vers l’article complet :

http://invs.santepubliquefrance.fr/fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Environnement-et-sante/2017/Exposition-environnementale-au-trichloroethylene-chez-les-riverains-de-sites-pollues-en-Ile-de-France

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 11:12
 http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/claye-souilly/ville-77118

http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/claye-souilly/ville-77118

 

 

 

Claye-Souilly

 

Endettement par habitant en 2015

 plus de 30 %  

au dessus de la moyenne nationale !

 

 

Moyenne nationale 959 €

Moyenne villes de 10 000 à 20 000 habitants 942 €

Moyenne Claye-Souilly 1258 €

 

 

 

 

 

 http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/claye-souilly/ville-77118

http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/claye-souilly/ville-77118

 

Endettement 14 830 000 € en 2015

 

Un endettement passant de 7 627 000 € en 2000 à 14830 000 € en 2015, multiplié par 1,9.

Pendant que la population augmentait peu, passant de 10 100 habitants en 1999 à 11500 habitants en 2013, multiplié par 1,2.

 

Une ville où l’eau potable est parmi les plus chères du département pour une qualité, semble-t-il, assez médiocre.

 

 Une ville en manque de médecins, qui n’a pas de centre médical municipal, pas de crèche municipale.

 

Une ville traversée par l’une des rivières les plus polluées de Seine et Marne : la Beuvronne.

 

Une ville qui doit supporter un air pollué, notamment à cause des millions de camions qui viennent déverser leurs ordures aux alentours et des émissions polluantes de la plus importante décharge d’Europe de déchets ultimes Veolia :

 

- parmi les 5 plus importants émetteurs de Méthane de France et cela depuis des années

- 1er émetteur de gaz polluant Aldéhyde formique (formaldéhyde) en Ile de France, en 2015, un gaz reconnu cancérigène avéré chez l’Homme (groupe 1) en 2004 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

- 2ème plus important émetteur d’oxyde de soufre  en 2015 de Seine et Marne.

 

 

 Où passent nos impôts ?

 

 

 

(1) http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/claye-souilly/ville-77118

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 11:51

 

Pourquoi paye-t-on 

l’eau potable

si chère à Claye-Souilly ?

 

 alors qu’en novembre, par 2 fois encore

elle était non-conforme

aux référence de qualité ?

 

 

 

Que nous cache

l’Agence Régionale de Santé

de Seine et Marne ?

 

En effet nous constatons que depuis le 14/11/2016 l’ARS n’affiche plus les paramètres analytiques sur le site du ministère de la santé pour le captage d’Annet sur Marne.

 

 

 

Pour plus d’informations

 nous vous conseillons de vous rapprocher de

Jean-Luc Servières

Adjoint au maire de Claye-Souilly

 chargé de l’eau

 

 

Claye-Souilly la qualité  et le prix de l’eau potable en question : 2 fois encore l’eau était non-conforme aux références de qualité en novembre 2016
Claye-Souilly la qualité  et le prix de l’eau potable en question : 2 fois encore l’eau était non-conforme aux références de qualité en novembre 2016
Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 19:59
future piste BMX en violet

future piste BMX en violet

 

Le Député Maire Yves Albarello, rapporteur du Grand Paris recherche des sites pour « accueillir » les déchets du Grand Paris.

Il semblerait qu’il ait trouvé une petite place sur sa commune à proximité du lotissement chic des Jardins Anglais.

Une toute petite place pour y stocker quand même  près de 380 000 tonnes de déchets « dits inertes » (1) plus encore que dans la décharge Terralia de Villevaudé.

 

Mais c’est pour la bonne cause, pour implanter une piste de BMX près de la décharge ECT d’Annet sur Marne et au bord du TGV.(2)

 

Vous ne pensez pas qu’on aurait pu implanter cette piste BMX au Parc de la Prée, plutôt qu’à côté de la décharge ECT ?

 

Quels parents

prendront les risques

d’amener leurs enfants en bas âge

sur une piste BMX

implantée  près d’une décharge ?

 

De toute façon M. le Maire promet que les camions qui viendront déverser les déchets sur le site ne traverseront pas Claye-Souilly.

 

Mais comment viendront-ils ?

 

La seule autre route qui aurait pu desservir le site passe par le village d’Annet sur Marne et est interdite aux poids lourds de plus de 3.5 tonnes.

 

 

A moins que….

 

A moins que M. le Maire ne projette de conclure un protocole d’accord avec l’exploitant de décharge ECT qui pourrait se charger du chantier en autorisant les camions à passer par sa décharge d’Annet sur Marne ?

 

Peut-être même un protocole financier du style de ceux conclus entre le président du CD 77 J.J. Barbaux pour 1 million d’euros (3) ou avec le maire d’Annet sur Marne pour 80 000 € annuel, pendant 12 ans ? (4)

 

 

Les ordures ça rapporte gros

 les élus de la majorité municipale de Claye-Souilly le savent bien.

 

 

Ce sont  plusieurs millions d’euros

que cette commune

a reçu

depuis quelques années

de l’exploitant de décharge Veolia.(5)

 

 

(1) page 44 PLU déclaration de projet lieudit « Les Culées »

190 000 m3 de déchets inertes soit 380 000 tonnes suivant le coefficient appliqué par la DDT : 1m3 = 2 tonnes

(voir AP Terralia Villevaudé)

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/8292/52482/file/ARP_Villevaude.pdf

 

(2) http://adenca.over-blog.com/2015/06/consternation-a-claye-souilly-yves-albarello-va-t-il-encore-accueillir-des-dechets-sur-sa-commune.html

(3) http://www.leparisien.fr/acheres-la-foret-77760/seine-et-marne-contre-1-meur-le-departement-accepte-de-rester-la-decharge-de-l-ile-de-france-09-10-2016-6188521.php

(4) http://adenca.over-blog.com/article-nord-ouest-77-les-elus-de-la-commune-d-annet-sur-marne-qui-possede-deja-2-communes-donnent-un-avis-103408074.html

(5) Taxe déchets

http://adenca.over-blog.com/article-25133019.html

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&idArticle=LEGIARTI000006390735&dateTexte=&categorieLien=cid

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 10:35
Décharge ECT Annet sur Marne

Décharge ECT Annet sur Marne

 

Claye-Souilly

 des élus qui aiment bien les ordures ?

 

A vous de juger

 

 

 

Véronique Pasquier la conseillère départementale du canton de Claye-Souilly (1)  et adjointe au maire de cette même commune a voté favorablement vendredi dernier pour que le CD77 perçoive 1 million d’euros de l’exploitant de décharge ECT en compensation de quoi le CD 77 retirera ses recours auprès des tribunaux contre l’extension des décharges ECT d’Annet sur Marne et Villeneuve sous Dammartin.

 

Véronique Pasquier n’est pas la seule au sein de la majorité municipale de Claye-Souilly a être favorable à l’extension de cette décharge, le 3/12/2012 les élus suivants avaient déjà donné un avis favorable pour l’extension de cette décharge :

 

Messieurs et Mesdames ALBARELLO Yves, SERVIERES Jean-Luc, DOUTRELEAU Gérald, JACQUIN Laurent, MIQUEL Christiane, PASQUIER Véronique, POINT Jacques, OURY René, BOUDON Jeanine, MANSUY Solange, POISSENOT Madeleine, WILMS Denise, PERY KASZA Francine, FOURNIER Marie-Claude, SAVOURET Alain, FINA Jean-Louis, BAPTISTA Denise, JOINT Patrick, HAAS Marie-Laurence, THIERRY Antoinette, FLEURY Yann (procuration à Jean Luc SERVIERES), BARBOSA Aline, BROUET-HUET Séverine , COLLONGE Sylvain, MAYNOU Corinne, BAYE Jean-Baptiste, BOUSSANGE Julien.

 

 

Pour donner cet avis favorable

la commune de Claye-Souilly

a-t-elle reçu

 une compensation financière

de l’exploitation ECT ?

 

 

Nous n’en savons rien

 

 

Ce que nous savons c’est que depuis de nombreuses années la commune d’Annet sur Marne reçoit d’ECT «  une compensation financière » pour « accueillir » les décharges ECT.

 

 

En 2008 c’était

50 000 € annuellement

 somme qui est passée en 2013

à 80 000€.

 

 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires concernant ce dossier

 nous vous conseillons de vous rapprocher de

Véronique Pasquier

Adjointe au maire de Claye-Souilly

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-nord-ouest-77-les-elus-de-la-commune-d-annet-sur-marne-qui-possede-deja-2-communes-donnent-un-avis-103408074.html

http://adenca.over-blog.com/article-decharges-en-seine-et-marne-l-exemple-d-annet-sur-marne-42563935.html

http://adenca.over-blog.com/article-annet-sur-marne-les-eaux-en-provenance-de-l-installation-se-rejetant-dans-le-perimetre-de-protecti-115144013.html

 

(1) http://www.seine-et-marne.fr/Departement/Assemblee-departementale/Tous-vos-elus2/Canton-de-Claye-Souilly

 

Paru ce jour dans le Parisien 77 :

Seine-et-Marne : contre 1 M€, le département accepte de rester la décharge de l’Ile-de-France

Faustine Léo|09 octobre 2016, 15h52|0

L’argent est bien souvent le nerf de la guerre. ECT, premier groupe français de stockage des matériaux inertes, va verser un million d’euros au conseil départemental de Seine-et-Marne. En échange, celui-ci retire ses recours auprès des juridictions administratives, formulés à l’encontre des autorisations d’extension accordées à ECT par le préfet à Annet-sur-Marne et Villeneuve-sous-Dammartin. 6,8 millions de tonnes de déchets pourraient alors être stockées sur ces deux sites, notamment issus des futurs chantiers du Grand Paris. Aujourd’hui déjà, 80 % des déchets inertes (qui ne se décomposent pas) des chantiers franciliens atterrissent dans le nord-ouest du département…….

http://www.leparisien.fr/acheres-la-foret-77760/seine-et-marne-contre-1-meur-le-departement-accepte-de-rester-la-decharge-de-l-ile-de-france-09-10-2016-6188521.php

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 20:37

 

 

 

Claye-Souilly 

 non-conformité aux références de qualité

de l’eau du robinet

le 3/6/2016

 paramètres

Carbone organique total et turbidité

 

 

 

 

site du ministère de la santé

site du ministère de la santé

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 17:58
1.2.2009 la décharge illégale devenue aujourd'hui "Parc de la Prée"

1.2.2009 la décharge illégale devenue aujourd'hui "Parc de la Prée"

 

 

Dans un souci de transparence la mairie de Claye-Souilly doit prévenir les familles avec enfants qui fréquentent le parc de la Prée que c’est sur une ancienne décharge illégale qu’ils viennent se promener.

 

Quels types d'ordures 

ont été déversés

dans cette ancienne décharge illégale ?

 

Nous n’en savons rien.

 

 

Mais nous apprenons par la presse que des animaux qui fréquentaient le site sont morts : ânes, chevaux (1)

Combien d’animaux sont-ils morts ?

Une autopsie a-t-elle été réalisée  pour connaître les causes exactes de leur mort ?

Nous n’en savons rien.

 

Ce que nous savons c'est que le ru des Grues, affluent de la Beuvronne, reçoit les eaux de ruissellement de cette ancienne décharge, or nous apprenons dans une étude récente, que les sédiments de ce ru sont fortement chargés en métaux lourds, notamment cuivre, zinc et plomb.

 

Avant d’ouvrir le Parc de la Prée au public la mairie de Claye-Souilly a-t-elle fait réaliser des analyses des sols, de l’eau des ruisseaux et plan d’eau qui reçoivent les eaux de ruissellement du site ?

Nous n’en savons rien.

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

nous vous conseillons de

contactez

les élus de Claye-Souilly

 

 

Paru sur le site Europe 1 :

Des éco-quartiers construits sur des décharges industrielles

 

L'association écologiste Les Robins des Bois tire la sonnette d'alarme. Les sols de nombreux éco-quartiers en France sont très pollués.

 

REPORTAGE

Verts en haut, pourris en dessous. C'est un paradoxe qui a de quoi étonner : de nombreux éco-quartiers sont construits sur des poubelles industrielles. L'alerte a été lancée par l’association écologiste Robins des Bois. Si l’immense majorité de ces chouchous de l’urbanisme actuel sont bien des bâtiments innovants en termes de performances énergétiques et de matériaux, ils sont bâtis sur d’anciennes friches industrielles dépolluées à minima à la fermeture des usines. Avec un risque sanitaire non mesuré.

 

Plomb, mercure, arsenic et amiante. A Toulouse, La Cartoucherie est bâtie sur des résidus de munitions dont du plomb, du mercure et de l’arsenic. Une pollution qui fait sans cesse reporter les travaux de l’école promise dans les plans initiaux. A côté de Roubaix, à Lys-lez-Lannoy, l’écoquartier a pris la place de l’usine sidérurgique de Stein, fermée en 2003 et dont le sol est truffé d’amiante. "L’usine ferme, le préfet prescrit des mesure de dépollution pour un futur usage industriel, il est donc dépollué à minima et un jour, il intéresse un aménageur, une collectivité ou un promoteur et par miracle il devient acceptable pour un usage résidentiel", résume Jacky Bonnemains, patron de l’association Les Robins des Bois.

 

Les habitants peu ou pas au courant. "La dépollution n’existe pas", abonde Françoise Lecoufle, maire de Limeil-Brévannes dans le Val-de-Marne. "Aujourd’hui, on gratte un peu la terre, on met une nappe géotextile et on remet 30 à 50 cm de terre propre par-dessus. la pollution reste", détaille l’élue de cette commune où l’éco quartier Les Temps Durables, voulu par son prédécesseur, repose sur 15 à 18 m de déchets dont des métaux lourds. Dans cet écoquartier, l’Agence régionale de santé (ARS) a interdit aux habitants de planter des fruits des légumes consommables dans leurs jardins. Mais dont de nombreux résidents qu’Europe 1 a pu rencontrer n’en ont pas connaissance. "Comment ça la terre ? Mon fils joue là-dedans", souffle une mère de famille locataire. Christian, lui, a été prévenu "oralement" de cette restriction mais "ça fait trois ans qu’on habite là, c’est un peu sorti de notre esprit", indique-t-il . Quant à Maria, retraitée, elle "n’aurait jamais acheté" si elle "avait su".

 

"Concessions à la précaution". Conséquence directe : les panneaux "à vendre" fleurissent sur les balcons. Mais combien de nouveaux acheteurs connaîtront les restrictions si elles ne sont pas dans les actes notariés ? Ailleurs, c’est carrément l’architecture qui s’adapte. A Lys-lez-Lannoy, il n’y a ni parking en sous-sol ni logements en rez-de-chaussée pour réduire les contacts entre les habitants et les polluants des sous-sols. "C’est totalement insuffisant", assène Jacky Bonnemains, des Robins des Bois. "Des années 1990 à 2000, 2005, c’était inimaginable mais comme ces terrains prennent de la valeur, on est prêts à faire des concessions à la précaution." Et de pointer du doigt "la pression démographique et le besoin d’habitat qui font que les collectivités vont trop vite, avec les encouragements de l’Etat."

 

"Enorme pression". A Limeil-Brévannes la maire Françoise Lecoufle confirme, le lobbying des promoteurs et l’insistance de l’Etat à faire construire des logements ont fait abandonner toute prudence. "Il y a une énorme pression", explique l’élue. "Le préfet, pour lui, ce n’est pas son problème, tant qu’on construit des logements c’est très bien. Moi j’étais dans l’opposition, on pensait que ça n’allait jamais se faire vu la qualité du sol… cela s’est fait quand même, maintenant il faut surveiller".  La mairie de Limeil-Brévannes réalise des prélèvements annuels pour vérifier qu’il n’y a pas d’émanation de polluants dans l’air. Pour l’instant rien à signaler. Cependant, quand elle a voulu lancer une enquête épidémiologique la préfecture l’en a dissuadée : "On m’a expliqué que les résultats ne seraient pas probants, que les gens avaient vécu ailleurs, travaillaient ailleurs et que ce ne serait pas concluant".

 

http://www.europe1.fr/societe/des-eco-quartiers-construits-sur-des-decharges-industrielles-2746228

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 14:57
1.2.2009 la décharge illégale devenue aujourd'hui "Parc de la Prée"

1.2.2009 la décharge illégale devenue aujourd'hui "Parc de la Prée"

 

 

Le Décor

 

Un site idyllique : de la pelouse, quelques arbres, des animaux et de l’animation pour encourager les populations  à venir s’y promener.

 

 

L’envers du décor

 

Nous apprenons par la presse que des animaux qui fréquentaient le site sont morts : ânes, chevaux (1)

 

 

Combien d’animaux sont-ils morts ?

 

Une autopsie a-t-elle été réalisée  pour connaître les causes exactes de leur mort ?

 

Nous n’en savons rien.

 

Ce que nous savons c'est que le ru des Grues, affluent de la Beuvronne, reçoit les eaux de ruissellement de cette ancienne décharge, or nous apprenons dans une étude récente, que les sédiments de ce ru sont fortement chargés en métaux lourds, notamment cuivre, zinc et plomb.

 

Avant d’ouvrir le Parc de la Prée au public la mairie de Claye-Souilly a-t-elle fait réaliser des analyses des sols, de l’eau des ruisseaux et plan d’eau qui reçoivent les eaux de ruissellement du site ?

Nous n’en savons rien.

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

nous vous conseillons de

contactez

les élus de Claye-Souilly

 

 

(1) journal la Marne 25/5/2016

pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-achat-des-terrains-de-l-ancienne-decharge-illegale-les-remblais-paysagers-un-cadeau-empoissonn-115828239.html

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/une-butte-paysagere-sur-l-ancienne-decharge-22-09-2009-647907.php

http://www.leparisien.fr/annet-sur-marne-77410/la-ville-veut-en-finir-avec-la-decharge-sauvage-de-la-pree-16-03-2009-443847.php

 

 

Paru dans actu environnement :

Décharge d'Entressen : la blessure peine à cicatriser

La décharge d'Entressen, près de Marseille (13) a fermé en mars 2010. Une décharge transformée aujourd'hui en unité de valorisation de biogaz grâce à la dégradation des déchets. Mais la pollution de la nappe phréatique et de l'environnement aux sacs plastiques reste d'actualité. Reportage.

 | 30 mai 2016 | Baptiste Clarke

 

En 1912, date de la création de la décharge d'Entressen, la réglementation n'était pas aussi stricte qu'elle ne l'est aujourd'hui. Ce n'est qu'en 1997 qu'un arrêté précise les conditions d'enfouissement pour les installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND). L'ancien centre d'enfouissement d'Entressen était très loin de respecter ces normes. Sans aucune protection, notamment géotextile pour préserver la nappe phréatique, cette masse d'eau sera gravement polluée pendant des décennies. Par ailleurs, dès l'apparition des sacs plastiques dans les années 60, la pollution s'est propagée avec leur dispersion un peu partout aux alentours ; des paysages consternants : des arbres, des champs, des canaux, même des animaux d'élevage couverts de sacs plastiques.

L'ex-communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) est contrainte de fermer cette décharge en 2002 mais cela mettra près de 10 ans pour trouver un autre exutoire aux déchets de la collectivité… qui sera finalement l'incinérateur de Fos-sur-Mer.

Essayer de gommer les traces du passé

Aujourd'hui, sur le site on ne parle plus de décharge mais plutôt "d'une unité de valorisation de biogaz". Autrement dit, le méthane issu de la dégradation des déchets est capté et valorisé. Pour cela, il a préalablement fallu recouvrir les déchets par un système de couverture semi-perméable pour limiter l'infiltration des eaux de pluie et mettre en place plusieurs systèmes pour réduire la pollution de la nappe phréatique (voir le reportage).

La combustion du biogaz par Verdesis, une filiale de Dalkia, permet de produire de l'électricité : 40 GWh/an soit la consommation électrique de 16.000 foyers. L'installation valorise aussi la chaleur qu'elle produit pour assécher les lixiviats qui seront incinérés.

A dire vrai, le paysage a radicalement changé, on oublierait presque que sous cette colline des millions de tonnes de déchets ont été déchargés. Une végétation abondante, des arbres : "on finit par avoir un couvert végétal qui pourrait même permettre d'imaginer la création d'un parc naturel avec une vocation ludique d'ici 30 à 40 ans", déclare Guy Teissier, président du Conseil du territoire Marseille-Provence. Pourtant il faudra 30 ans au moins selon les estimations, pour que le site cesse de polluer la nappe phréatique.

Par ailleurs, la question de la pollution aux sacs plastiques reste entière à l'instar du canal du Centre Crau dont le fond est recouvert de lambeaux plastiques. Ce canal débouche sur la réserve naturelle du marais de Vigueirat. Mais ici, selon Guy Teissier, "ce n'est pas sur notre territoire"… En somme, pas de responsable, pas de payeur et donc aucune action en justice pour cette affaire !

Baptiste Clarke, journaliste
Reporter d'image
s

http://www.actu-environnement.com/ae/news/pollution-nappe-phratique-decharge-entressen-26885.php4

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 19:07

 

 

PLU Claye-Souilly

L'enquête se déroulera à la mairie

du lundi 2 mai 2016 au samedi 4 juin 2016.

le commissaire enquêteur Jacques DAUPHIN vous recevra

-  Le lundi 2 mai de 14 heures à 17 heures 30

-  Le mercredi 11 mai de 14 heures 30 à 18 heures

-  Le vendredi 27 mai de 14 heures à 17 heures

-  Le samedi 4 juin de 9 heures à 12 heures.

Un registre sera mis à votre disposition pour y indiquer vos observations

 

 

Dans le projet de PLU que la commune a présenté aux personnes associées en janvier 2016 il est prévu une extension de l’urbanisation  à Bois Fleuri :

 

- alors que le réseau d’assainissement est en unitaire (eaux usées et eaux pluviales ensembles).

- alors que toutes ces eaux sont renvoyées vers le centre d’épuration de Villeparisis qui depuis des années n’est pas en mesure de les traiter correctement et qui renvoie des eaux de mauvaise qualité vers le ru des Grues.

 

 

Eaux se déversant dans le ru des Grues à la sortie du centre d'épuration de Villeparisis

Eaux se déversant dans le ru des Grues à la sortie du centre d'épuration de Villeparisis

 

 

Le ru des Grues, une rivière complètement asphyxiée par la pollution, c’est cette rivière qui serpente à travers Souilly et dont l’odeur incommode les habitants situés à proximité.

 

 

Ru des Grues à Souilly

Ru des Grues à Souilly

 

 

Avant d’urbaniser à Bois Fleuri il est plus que nécessaire de mettre le réseau d’assainissement en séparatif (eaux usées d’une part et eaux pluviales d’autre-part) et de remettre en état de bon fonctionnement la station d’épuration de Villeparisis.

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article

Recherche