Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 10:37
C'est derrière ce bois que devrait s'implanter cette entreprise de désamiantage

C'est derrière ce bois que devrait s'implanter cette entreprise de désamiantage

 

Une usine de désamiantage de wagon, de traitement et tri de déchets dangereux, concassage de déchets BTP… projette de s’implanter en bordure de le Forêt Régionale de Montgé en Goële, à proximité du village rural de Marchemoret.

 

Une forêt régionale ouverte au public où des familles avec enfants en bas âge viennent s’y promener.

 

Une agence régionale de santé qui semble donner des avis favorables à tout va dans ce secteur, puisque il y a quelques mois elle avait également donnée un avis favorable pour l’implantation d’une décharge de déchets dangereux à quelques kilomètres de là (projet Terzeo Villenoy/Isles les Villenoy).

 

Mais quand il s’agit de financer des études épidémiologiques pour connaître l’état de santé des riverains des sites polluants du nord-ouest 77 l’Agence Régionale de Santé refuse comme

autour du fort de Courtry/Vaujours ou de la zone industrielle de Mitry-Compans.

 

A notre connaissance l’Agence Régionale de Santé IDF n’a jamais financé, non plus, aucune étude sur l’état de santé des populations vivant autour de l’incinérateur d’ordures ménagères et de la décharge située à Monthyon, commune voisine de Montgé en Goële.

 

 

 

C’est le dit système « de l’intérêt général »

 qui privilégie les intérêts financiers de certains

au détriment de l’être humain

et impose à une minorité invisible de sacrifier son environnement

et sa santé pour les autres.

 

 

 

 

Pour savoir pourquoi

les élus de Montgé en Goële

ont donné un avis favorable,

nous vous conseillons de les contacter

 

M. Pascal Hiraux, maire

Mrs AUBRY Jean-Pierre, Barbier Franck, Bongiorno Guy, BRAUN Pascal, DELMOTTE Philippe, DUBOIS Gérard, GERAL Sébastien, GUILLEMINOT Christian, PELLETIER Rémi, THUILLIER François

Mmes CHAMBE Ghislaine, GAULT Emilie, GERROUDJ Isabelle, JACQUES Evelyne,

 

 

 

Pour savoir

si les élus de Marchemoret

ont donné un avis favorable ou défavorable

nous vous conseillons de les contacter

 

 

M. Jean-Louis DURAND Maire

Mmes Séverine LUCAS, Laëtitia LEMAITRE, Valérie ZERBIB, Emmanuelle BOURDON

Mrs Claude CALOÏ , Laurent BELLOY, Gilles MARLEIX, Emmanuel VUAGNAT, David GIRARD, Christian COURBEBAISSE, Francis DESSE-MARY, Benjamin PERINET, Patrick MARY

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 15:58

 

Entreprise SEVESO à hauts risques

BASF Meaux

 un manque de transparence ?

 

A vous de juger.

 

 

Depuis près de 4 mois les associations environnementales attendent  les réponses à leurs questions.

 

Pour chacune des Commissions de suivi de site, la sous préfecture de Meaux  prévoit un temps réduit  d’environ 2 heures : présentation du bilan d’activité par l’industriel et réponses aux questions des différents participants.

 

Les associations environnementales qui passent plusieurs heures à consulter les dossiers et à préparer leurs questions regrettent que les temps qui leur sont impartis soient si courts.

 

Pour palier à ce manque, la sous préfecture de Meaux leur avait proposé, lors de la CSS du 9/11/2016, de poser leurs questions par écrit à l’industriel BASF Meaux, qui promettait de leur  répondre.

 

Mais près de 4 mois après leur demande

 BASF Meaux

n’a toujours pas souhaité répondre

et nous le regrettons.

 

 

Souhaitons que les prochaines commissions de suivi de site organisées par les services de l’ETAT permettent aux associations d’obtenir des réponses à leurs questions, sinon pourquoi organiser de telles réunions ?

 

 

Est-ce cela

la concertation à la française ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 19:25
Zone industrielle Mitry-Compans : Le site LOG APPRO 6 ans après l’incendie

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

Violent incendie près d'une usine Seveso

|27 mai 2010, 7h00 | 

ZI de Mitry-Mory, hier, 18 heures. L'épais nuage de fumée était visible jusqu'à Meaux. A l'origine du sinistre : une ampoule grillée. Ce sont les employés encore présents sur le site qui ont donné l'alerte. (LP/C.B.)

 

L'entrepôt d'une société de logistique est parti en fumée hier à proximité du site dangereux d'Air Liquide. Le feu a été maîtrisé au bout de trois heures. Plus de 80 pompiers étaient sur place.

 

L'impressionnant nuage de fumée, noir et compact, s'est vu jusqu'à Meaux. Hier, un spectaculaire incendie a ravagé Log Appro, un entrepôt de la zone industrielle de Mitry-Mory. Plus de 80 pompiers, arrivés à partir de 17 heures toutes sirènes hurlantes, ont été mobilisés pour circonscrire les flammes.
Leur propagation aurait créé un drame : juste à côté de la société se trouve l'entreprise de gaz industriels et médicaux Air Liquide, un site surveillé classé Seveso, et au-dessus volent à basse altitude les avions prêts à atterrir sur les pistes toutes proches de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.


L'incendie serait, selon les premiers témoignages, le résultat d'un accident bénin : « Une ampoule qui a grillé et a pris feu vers 16 h 40, raconte Laureano Lopez, le responsable de l'entrepôt. On était cinq sur place à travailler, on n'allait pas tarder à partir. On a essayé tant qu'on a pu d'éteindre les palettes qui brûlaient, tout en appelant les pompiers, mais tout s'enflammait trop vite. »

Des tests pour vérifier la toxicité des fumées

Laureano Lopez et ses collègues n'ont pu que regarder leur outil de travail partir en cendres : à l'intérieur de cette société spécialisée dans le transport des biens de confort étaient stockés des oreillers, des fauteuils, des bas de contention, des spas pour particuliers. A côté du hangar, la maison d'un employé, également gardien, a aussi été détruite. Celui-ci devait être relogé à l'hôtel hier soir par la mairie de Mitry-Mory.


A 18 heures hier, police et pompiers barraient presque entièrement la zone industrielle, incitant au passage les employés, pour la plupart de retour du bureau, à quitter au plus vite le quartier de l'entrepôt, situé rue Gay-Lussac. Une « mesure de précaution, en attendant le résultat des analyses sur la toxicité des fumées, », expliquait le sous-préfet de Meaux, Jean-Pierre Cazenave-Lacroute, appelé sur place pour piloter les opérations. Mais les tests, réalisés dans toutes les communes sous le vent du nuage de fumée, jusqu'à Claye-Souilly, n'ont révélé « aucun danger », assuraient hier soir les pompiers.


Après trois heures d'intervention des soldats du feu, à pied d'œuvre sur les bras articulés et les grandes échelles, l'épais nuage noir a commencé à s'éclaircir à partir de 19 heures, laissant apparaître, à la place de l'entrepôt bleu et blanc, une carcasse de ferraille. Les pompiers, toujours sur place à 21 heures, devaient passer une bonne partie de la nuit à veiller sur les braises.
 

  Le Parisien

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/violent-incendie-pres-d-une-usine-seveso-27-05-2010-938287.php

 

Repost 1
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 15:23

 

 

Paru sur le site de la fédération d’environnement du 93 :

 

 

Pollution du site Wipelec à Romainville
 


 

La société WIPELEC qui a exercé des activités de traitement de surface à Romainville, encadrées dans le cadre des procédures ICPE dès 1990, a cessé ces activités le 6 avril 2009, puis entamé une procédure de redressement judiciaire en août 2009.

Les dégâts et pollutions laissés sur le site par WIPELEC, ont conduit le 8 juillet 2013 à l’arrêté préfectoral N°2013_2024 pris par la préfecture de Seine-Saint-Denis reconnaissant la nécessité de « procéder à des travaux d’office, hors site, relevant d’une situation impérieuse concernant la société Wipelec-Ceres pour les anciennes activités au 21-29 rue des oseraies et au 53-55 rue des Ormes à Romainville ».

Malgré la mobilisation des riverains et les alertes répétées concernant les impacts du site abandonné, sur leur santé, aucune précaution efficace n’a été mise en œuvre par les autorités sanitaires, la préfecture, ou les élus locaux, pour mettre un terme aux conséquences de ces pollutions sur les abords du site.

Alors qu’après les premières mesures réalisées par l’ADEME, il était conseillé aux habitants du quartier
« une aération quotidienne des logements », puis « aérer le plus possible les habitations , amorcer les siphons »., le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a donné le 11 février 2016 un avis beaucoup plus alarmant pour tous les riverains :« Des riverains du site industriel Wipelec sont soumis depuis des années à une exposition de très haut niveau, très largement au-dessus des seuils d’action rapide préconisés par le HCSP qui induit un risque sanitaire inacceptable appelant des mesures dans un délai très rapide. »

 

 

« S’il se confirme que cette pollution est encore présente, des mesures rapides visant à soustraire les habitants exposés à des valeurs supérieures au seuil d’action rapide4 (10 μg/m3) doivent être engagées sans délai, mesures qui pourraient conduire à court terme à un relogement temporaire des familles concernées ; »

 


Après trois ans de dérives et de laxisme, pour reconnaître enfin une situation environnementale catastrophique, il est temps aujourd’hui de prendre en compte la santé des populations de ce quartier plutôt que les projets immobiliers envisagés sur l’ancien site WIPELEC.

 

 

http://www.environnement93.fr/www.environnement93.fr/Pollution_du_site_Wipelec_a_Romainville.htm

 

Repost 0
26 décembre 2016 1 26 /12 /décembre /2016 15:24

 

 

Un industriel

qui ne respecte pas la législation en vigueur !

 

Pour protéger les populations environnantes et les emplois des 6500 salariés de la ZI Mitry-Compans,  pourquoi le Préfet n’impose-t-il pas la fermeture du site Galvachaud tant que l’industriel n’aura pas mis en état  ses installations électriques qui  peuvent entraîner  des risques d’incendie et d’explosion (rapport de l’Apave du 8/1/2016) ?

 

Un risque qui semble accru pendant le week-end puisque l’inspection des ICPE indiquait en 2009 que le week-end il n’y avait personne au sein de l’établissement alors que le chauffage   du bain de zinc   était en fonctionnement 24h sur 24  et 365 jours sur 365.

 

La sécurité et la santé du « petit peuple » du nord-ouest 77 et  celle des salariés de la ZI Mitry-Compans ne serait-elle pas la préoccupation principale de l’ETAT, pour mémoire l’entrepôt Darty, qui se trouve à proximité de Galvachaud, emploie 400 personnes.

 

 

Un cas d’école

 l’entreprise Galvachaud

de Compans

 

Cette entreprise est dirigée par Denis Renault (né en 1954).

Elle employait en 2009 une vingtaine de personnes.

C’est une entreprise de traitement de surfaces : galvanisation à chaud, pour ce faire elle utilise, entre autres, pour le décapage de la soude, de l’acide chlorhydrique (6 bains)….

Quant à la galvanisation elle est réalisée dans un bain de zinc en fusion de 32 m3.

 

L’inspection des ICPE en 2009 indiquait que  cette entreprise fonctionnait du lundi au vendredi, que le week-end il n’y avait personne au sein de l’établissement alors que le chauffage du bain de zinc était en fonctionnement 24h sur 24  et 365 jours sur 365.

 

Un industriel  

qui a pollué la nappe phréatique !

 

La réalisation d’études sur la pollution des sols et de la nappe phréatique a été prescrite par arrêté préfectoral du 4 février 1999.

« Suite à différentes procédures de sanctions administratives et pénales, la société GALVACHAUD a transmis un diagnostic initial et une évaluation simplifiée des risques. Ces études conduisent en un classement du site en site banalisable. Toutefois cette étude a révélé un marquage au zinc sous la cuve de fluxion contenant du chlorure de zinc. » (2)

il a été détecté également une source de pollution à l’arsenic.

« L'arrêté préfectoral du 24 novembre 2006 prescrit la surveillance des eaux souterrai
nes (2 piézomètres - 2 campagne
s par an - paramètres: niveau de la nappe, BTEX, HAP (total des 6 HAP), métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Fe, Ni, Pb, Zn).
Les résultats de l'autosurveillance font apparaître la présence de fer et de zinc, à la fois en amont et en aval…. » (2)

 

 

 

L’arrêté préfectoral  de mise en demeure du 22/11/2016 à l’encontre de la sté Galvachaud dit entre autres :

 

GALVACHAUD Compans une entreprise dangereuse : le préfet doit protéger les 6500 emplois de la ZI de Mitry-Compans et les populations riveraines du site !

 

 

Un industriel 

 qui ne  respecte pas

l’obligation de garanties financières

 

 

« Les garanties financières permettent à l'administration et à la collectivité de se prémunir contre une éventuelle insolvabilité de l'exploitant d'une ICPE qui est civilement responsable des préjudices qu'il pourrait provoquer à des tiers.

Elles sont destinées à assurer la surveillance du site et le maintien en sécurité de l'installation, les interventions éventuelles en cas d'accident et/ou de pollution avant ou après fermeture et la remise en état du site après cessation de l'activité. Le but est d'éviter la création de sites orphelins.
Article L 516-1 du Code de l'environ
nement. »(1)

 

 (1) http://basol.developpement-durable.gouv.fr/fiche.php?page=1&index_sp=77.0028

(2) http://www.entreprises.cci-paris-idf.fr/web/environnement/icpe-sites-et-sols/vie-icpe/garanties-financieres-icpe

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Presentation-du-dispositif-de.html

Repost 0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 10:55

 

Mme Royal s’empresse d’aller au chevet des populations « aisées », pour refuser des forages pétroliers dans le Lubéron  et près du parc naturel de Port Cros dans le Var, ou pour signer la création d’un parc naturel dans la Drôme.

 

Mais quand il s’agit d’implanter une décharge à Villenoy/Isles les Villenoy ou de permettre la création d’une carrière à ciel ouvert remblayée par des déchets sur un ancien site utilisé par le commissariat à l’énergie atomique à Courtry/Vaujours, Mme Royal est aux abonnés absents.

 

 

Pourtant c’est elle

qui donnera aux préfets

les instructions

pour accepter ou refuser ces projets.

 

 

Il semblerait que Mme Royal ait oublié que la Seine et Marne était un département français et qu’il se trouvait seulement à deux pas de son ministère.

 

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-madame-royal-a-l-ecoute-des-populations-aises-de-la-drome-du-vaucluse-et-du-var-mais-pas-des-ha-125218876.html

http://adenca.over-blog.com/article-l-etat-fran-ais-protege-t-il-les-riches-au-mepris-des-pauvres-125187980.html

http://adenca.over-blog.com/article-madame-segolene-royal-protege-le-luberon-mais-que-fait-elle-pour-la-seine-et-marne-124756442.html

 

 

 

Repost 0
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 08:42

 

 

Pollution  Tereos (ex Beghin-Say)

 à Marconnelle (Pas de Calais)

 

pourquoi  

les produits dangereux ont été éliminés du site

et les bassins à eau lagunée aménagés en zone naturelle

 

et qu’à

 Villenoy/Isles les Villenoy

 

on veut transformer

 le site en

décharge de déchets dangereux ?

 

 

Pour plus d’informations contactez

Gérard Péhaut

Sous préfet de Meaux

 

 

Extrait site Basol http://basol.developpement-durable.gouv.fr/ :

Tereos

Localisation  :
Commune : Marconnelle

Description du site :
-Activité: transformation de betteraves / fabrication du sucre depuis 1855. Les eaux de lavage des betteraves étaient envoyés vers différents bassins (bassins à terre, de lagunage, à eau)
-superficie: 360 000 m2: bâtiment + cour + bassins.
-Cessation d'activité: décembre 2007.

Description qualitative :
-Mémoire de cessation d'activité (partie Bassins): 03/07/2008.
-Mémoire de cessation d'activité (partie usine): 03/07/2008.
-Plan de gestion (partie usine): 16/07/2008.
-Plan de gestion (partie bassins): 16/07/2008, qui révèle une pollution aux hydrocarbures et métaux. Néanmoins, l'évaluation des risques sanitaires démontre un risque acceptable.
-Élimination des produits dangereux du site (cuves gasoil, bouteilles de gaz...)


-Vidange des bassins à écume et d'eau de secours, bassins à terre remblayés, aménagement ultérieur du bassin à eau claire (projet commercial), aménagement en zone naturelle des bassins à eaux lagunés constatés le 04/11/2011.


-Etude hydrogéologique et définition du réseau de surveillance: 27/04/2012……

 

 

Repost 0
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 11:39
Gazechim Mitry-Mory

Gazechim Mitry-Mory

 

 

INFORMATION DU PUBLIC

 

GAZECHIM

MITRY-MORY

 

SEVESO

à Hauts Risques

 

GAZECHIM Mitry-Mory SEVESO à Hauts Risques : Information du Public
GAZECHIM Mitry-Mory SEVESO à Hauts Risques : Information du Public
GAZECHIM Mitry-Mory SEVESO à Hauts Risques : Information du Public
Repost 0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 09:25
Nord-Ouest 77,  Zone Industrielle Mitry-Compans, Seveso à Hauts Risques : GAZECHIM conditionnement de chlore, ammoniac ….

 

Historique :

La Sté Gazechim est située 13-21 rue Denis Papin Mitry-Mory

Gazechim créée à Béziers en 1937 sous le nom de sté d’anhydride français.

Sur proposition de la DATAR(1)  cette société a fait une demande d’implantation, c’est le préfet Jacques Solier (2) qui lui donne l’autorisation d’exploiter en 1974, c’est lui qui autorisa également  l’implantation de la 1ère décharge d’ordures ménagères à Soignolles et Villeparisis.

 

L’exploitation débutera en 1976.

L’activité principale de l’entreprise est le conditionnement de bouteilles et de cylindres de chlore, d’ammoniac et d’anhydride sulfureux.(3 gaz toxiques)

 

L’entreprise est ravitaillée en majorité par wagons grâce à une ligne rattachée à la gare de Mitry-Claye

 

Ce site est aujourd’hui classé SEVESO à hauts risques en raison du stockage d’importants tonnages de  chlore, d’ammoniac, d’anhydride sulfureux

En 1998 certaines activités sont séparées de Gazechim et donne naissance à Gazechim PSC qui deviendra Quarechim puis Univar.

Univar, classé SEVESO SB est situé sur le même site, 2 autres sites SEVESO SB se trouvent dans l’environnement proche de Gazechim : Air Liquide et Messer.

 

A environ 600 m se trouvent des habitations, à 800 m on trouve un terrain de sport, l’école primaire du quartier de Mory et la gare de Mitry-Claye à 900m.

 

Concernant le traitement des eaux usées, c’est une station d’épuration commune qui traite les eaux de Gazechim et d’Univar, cette station est située sur le site d’Univar,

Adenca n’a pu obtenir aucunes informations concernant les contrôles réalisés sur cette station d’épuration.

Ironie du sort, Gazechim, pourtant l’un des principaux concernés, renvoie la balle vers Univar.

 

Quand aux eaux de ruissellement qui partent vers la Beuvronne, nous n’avons aucunes informations quant aux conditions de leurs contrôles avant rejet, les arrêtés préfectoraux de 1974, 1993 et 1997 n’apparaissant pas sur le site ICPE. (3)

 

L’effectif est de 21 personnes.

 

Date de la dernière inspection de la Driee : 7/4/2016.

 

 

(1) Créée en 1963 sous la présidence du Gl de Gaulle, la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR) avait un rôle de réflexion, d’impulsion et d’animation des politiques de l’État français en matière d’aménagement du territoire

 

 (2) http://adenca.over-blog.com/article-jacques-solier-prefet-de-seine-et-marne-du-10-3-1975-au-26-4-1978-124313833.html

(3) http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/rechercheICForm.php

 

 

Pour aller plus loin :

 

Explosion sur le site Gazechim Lavera 

 un mort et un blessé

https://www.youtube.com/watch?v=cxV2jnsv8zE

http://www.usinenouvelle.com/article/explosion-mortelle-dans-l-usine-gazechim-des-bouches-du-rhone.N144262

 

 

 

 

Paru dans le journal le Parisien 77 :

 Les dix usines et entrepôts les plus dangereux 

 |30 novembre 2011, 4h30 | 

Sur les vingt-huit PPRT (plan de prévention des risques technologiques) qui doivent être élaborés en Ile-de-France, pas moins de dix concernent des sites seine-et-marnais et la moitié d'entre eux sont d'ores et déjà approuvés. Sont ainsi dotés d'un PPRT la verrerie Keraglass de Bagneaux-sur-Loing, le dépôt d'engrais Sica à Gouaix, l'usine L'Air liquide de Moissy-Cramayel, le dépôt de produits chimiques Brenntag de Tournan-en-Brie et l'entreprise Kuehne & Nagel à Savigny-le-Temple. Des PPRT sont en cours d'élaboration autour des dépôts d'hydrocarbures et de gaz de CCMP et Gazechim à Mitry-Mory ou de la fabrique de détergents BASF (anciennement Cognis) à Meaux. L'usine avait d'ailleurs connu une importante fuite d'acide acrylique, le 19 mars 2004. La population n'avait été alertée que le lendemain du passage d'un nuage toxique.

Plusieurs centai
nes de kilos de ce produit nocif s'étaient échappées sous forme de gaz. Les sites Butagaz de Montereau-Fault-Yonne, Storengy de Germigny-sous-Coulombs et Total-GPN de Grandpuits complètent le tableau. Grandpuits se signale aussi par plusieurs incidents : le 27 juin dernier, un nuage rouge et brun de dioxyde d'azote a été relâché dans l'air après une panne électrique à l'usine d'engrais GPN. En septembre 2010, une fuite d'ammonitrate en provenance de l'usine avait pollué le ru d'Ancœur, un affluent de la Seine, sur 13 km. En 2009, trois fuites d'ammoniac s'étaient produites en un mois, dont une avait entraîné l'hospitalisation de plusieurs salariés de GPN.


 

  Le Parisien

http://www.leparisien.fr/bagneaux-sur-loing-77167/les-dix-usines-et-entrepots-les-plus-dangereux-30-11-2011-1745413.php

 

 

Repost 1
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 19:05
GEREP Compans

GEREP Compans

 

 

Historique :

 

La Sté GEREP est située 14-16, rue Jacquard à Compans

 

Elle a été autorisée a exploiter cette installation le 6/2/1976, c’est le préfet Jacques Solier(1) qui lui donne cette autorisation, c’est lui qui autorisa également  l’implantation de l’entreprise Gazechim dans cette même zone industrielle, classée aujourd’hui Seveso à Hauts risques, il autorisa également l’implantation de la 1ère décharge d’ordures ménagères sur la commune riveraine de Villeparisis.

 

Jusqu’au 1er semestre 2014 l’entreprise exploite un incinérateur de déchets dangereux.

 

A la suite d’une  réglementation plus contraignante  concernant notamment les émissions dans l’air de dioxines et furanes, GEREP est obligée de suspendre ses activités d’incinération de déchets dangereux, à dater du 1er juillet 2014, elle aura 2 ans pour décider de mettre aux normes son incinérateur ou de le fermer définitivement.

 

C’est cette 2 ème option qui sera choisie par l’entreprise en 2016 : fermeture définitive des activités d’incinération de déchets dangereux.

 

L’activité principale de l’entreprise aujourd’hui est  tri, transit et regroupement de déchets dangereux (5000 tonnes autorisées).

 

L’entreprise est classée Seveso à Hauts Risques.

 

Cette entreprise a reçu plusieurs mises en demeure de la DRIEE pour avoir incinérer plus de déchets dangereux que ne l’autorisait l’arrêté préfectoral (2002-2003-2010).

 

En 1985 suite à un incendie sur le site, les eaux de la Beuvronne et de la Marne ont été polluées nécessitant l’arrêt de pompage des eaux dans la Marne par les usines d’Annet sur Marne et de Neuilly sur Marne et ceci pendant plusieurs jours.

Voir notre article :

http://adenca.over-blog.com/2016/08/zone-industrielle-mitry-compans-28-8-1985-pollution-de-la-beuvronne-et-de-la-marne-suite-a-un-incendie-a-l-usine-d-incineration-de-d

 

Cette entreprise est inscrite dans le site Basol des sols pollués et a une obligation de surveiller la nappe phréatique notamment concernant l’’arsenic, des chlorures et du cis-dichloroéthylène.

 

Des pics de pollutions importants ont été détectés en 2014.

Suite aux inquiétudes des associations environnementales GEREP a décidé de faire mener 5 campagnes de contrôles des eaux souterraines en 2015 au lieu de 2 habituellement.

 

Gerep a promis de nous transmettre les résultats de ces nouveaux contrôles.

 

 

L’effectif  est  de  7 personnes.

 

Date de la dernière inspection de la Driee : 18/11/2015.

 

(1) http://adenca.over-blog.com/article-jacques-solier-prefet-de-seine-et-marne-du-10-3-1975-au-26-4-1978-124313833.html

 

 

Sources :

ICPE http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/rechercheICForm.php

BASOL http://basol.developpement-durable.gouv.fr/recherche.php

GALLICA http://gallica.bnf.fr/

CSS 2016

 

Pour plus d’informations consulter le site Compans.org :

http://www.compans.org/article-gerep-la-suite-la-fin-123600258.html

 

Repost 1

Recherche