Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2022 7 24 /07 /juillet /2022 11:11

 

 

 

Un exemple à suivre

 

Puisque les agriculteurs de la Somme peuvent le faire

pourquoi

les agriculteurs de Seine et Marne ne le feraient pas ?

 

 

Près de ST VALERY SUR SOMME en juin dernier

Près de ST VALERY SUR SOMME en juin dernier

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2022 2 05 /07 /juillet /2022 11:22
CARICATURE HUMORISTIQUE
Partager cet article
Repost0
17 mai 2022 2 17 /05 /mai /2022 11:49
Arrosage en plein mois d'août  de CIVE Cultures pour nourrir le méthaniseur

Arrosage en plein mois d'août de CIVE Cultures pour nourrir le méthaniseur

 

Les champs couverts de céréales pour nourrir les méthaniseurs commencent à s’imposer au nord 77 au détriment des champs de blé qui nourrissent la population.

 

Il faut bien comprendre que Valérie Pécresse et Emmanuel Macron ont encouragé les agriculteurs à implanter ces usines à gaz (méthaniseur) notamment sur une grande partie du nord 77 en leur versant des subventions importantes, environ 800 000 € par méthaniseur.

Les agriculteurs ont même le droit d’utiliser une partie de leurs champs pour ne produire toute l’année que des céréales qui serviront à nourrir les méthaniseurs.

 

 

Va-t-on devoir choisir entre le blé pour se nourrir

ou le gaz pour se chauffer ?

 

Vu les cours du blé qui explosent certains agriculteurs qui ont investis dans un méthaniseur commencent à se poser la question de savoir si c’était vraiment un bon investissement et s’ils n’auraient pas dû continuer comme leurs ancêtres à concentrer leur activité sur les cultures nourricières pour la population.

 

Il est trop tard pour revenir en arrière, la France qui vendait du blé à l’étranger va-t-elle devenir maintenant dépendante de la Russie ou des Etats Unis… à cause du choix de nos élus qui ont trop encouragé la méthanisation.

 

L’avenir nous le dira……

 

Ces champs de Blé qui disparaissent de nos paysages

Ces champs de Blé qui disparaissent de nos paysages

Partager cet article
Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 17:23

 

 

Paru sur le site de la Confédération Paysanne :

 

 

MOBILISATIONS

DÉBLAIS ISSUS DES CHANTIERS DU GRAND PARIS

 

 

DÉBLAIS ISSUS DES CHANTIERS DU GRAND PARIS

 

Les champs de la grande couronne ne doivent pas servir de décharge aux chantiers du Grand Paris !
 

La Confédération paysanne Île-de-France appelle les paysannes et les paysans ainsi que tous les franciliens à se mobiliser pour que les champs de la grande couronne ne servent pas de décharge aux chantiers du Grand Paris.

Dès le printemps 2019, la Confédération paysanne Île-de-France s'était mobilisée contre un chantier d'enfouissement sur une parcelle agricole sur la commune d'Avrainville au nord d'Etampes. La parcelle a été saccagée avec des déblais dit inertes (mais des photos témoignent de la présence de métaux et plastiques) puis remise en culture.

Aujourd'hui des cas similaires nous sont rapportés partout en région, c'est maintenant qu'il faut dire stop au saccage des terres agricoles !

Pour être mis en lien avec d'autres collectifs ou communes confrontés au problème, contactez-nous.

 

http://ile-de-france.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11389&PHPSESSID=h89hl37p10i8ngamkmone6tfk1

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 11:04

 

 

pARU SUR LE SITE eAU  iLE DE France :

 

 

AGRICULTUREINTERNATIONAL

 

LES POLITIQUES DE L’UE N’EMPÊCHENT PAS LES AGRICULTEURS DE CONSOMMER TROP D’EAU

19 OCTOBRE 2021 ADMIN LAISSER UN COMMENTAIRE

 

 

Selon un rapport publié le 28 septembre par la Cour des comptes européenne, les politiques de l’UE ne permettent pas de garantir une utilisation durable de l’eau par les agriculteurs. L’impact de l’agriculture sur les ressources en eau est indéniable. Pourtant, les dérogations à la politique de l’UE dans le domaine de l’eau accordées aux agriculteurs sont trop nombreuses et vont à l’encontre des efforts déployés pour en garantir une utilisation raisonnée. Par ailleurs, les mesures prises dans le cadre de la politique agricole commune encouragent trop souvent à consommer plus qu’à consommer mieux. Communiqué de la Cour des comptes européenne.

Les agriculteurs sont de grands consommateurs d’eau douce: un quart des captages d’eau dans l’UE provient en effet de l’agriculture. Les activités agricoles ont une incidence à la fois sur la qualité de l’eau (du fait de la pollution causée par les engrais ou les pesticides, par exemple) et sur sa quantité. L’approche actuelle de l’UE en matière de gestion de l’eau remonte à la directive cadre sur l’eau (DCE) de 2000, directive qui a mis en place des politiques portant sur l’utilisation durable de l’eau. L’objectif fixé dans la DCE était de parvenir à un bon état quantitatif pour toutes les masses d’eau dans l’ensemble de l’UE. La politique agricole commune (PAC) joue également un rôle important dans la gestion durable de l’eau. Elle propose des outils susceptibles d’aider à réduire les pressions sur les ressources en eau, par exemple en liant les paiements à des pratiques plus écologiques et en finançant des infrastructures d’irrigation plus efficaces.

«L’eau est une ressource limitée, et l’avenir de l’agriculture de l’UE dépend dans une large mesure de la capacité des agriculteurs à l’utiliser de manière rationnelle et durable», a déclaré Mme Joëlle Elvinger, la Membre de la Cour des comptes européenne responsable du rapport. «Cela dit, jusqu’à présent, les politiques de l’UE n’ont pas permis de réduire suffisamment l’impact de l’agriculture sur les ressources en eau.»

La DCE prévoit des mesures de sauvegarde contre une utilisation non durable de l’eau. Nombreuses sont cependant les dérogations pour les captages d’eau accordées par les États membres à des fins agricoles. Les auditeurs ont constaté que ces dérogations sont généreusement octroyées aux agriculteurs, y compris dans les régions en situation de stress hydrique. Par ailleurs, certaines autorités nationales ne sanctionnent que rarement les cas d’utilisation illégale de l’eau qu’elles détectent. La DCE fait également obligation aux États membres de souscrire au principe du pollueur-payeur. Mais l’eau reste moins chère lorsqu’elle est utilisée à des fins agricoles, et de nombreux États membres ne récupèrent toujours pas les coûts des services liés à l’utilisation de l’eau dans l’agriculture comme ils le font dans d’autres secteurs. Souvent, la consommation d’eau facturée aux agriculteurs ne correspond pas au volume effectivement utilisé, déplorent les auditeurs.

Dans le cadre de la PAC, le versement d’aides de l’UE aux agriculteurs n’est généralement pas subordonné au respect d’obligations qui encouragent une utilisation rationnelle de l’eau. Certains paiements permettent de soutenir des cultures nécessitant de grandes quantités d’eau telles que le riz, les fruits à coque ainsi que les fruits et légumes, sans restriction géographique, et donc également dans des zones en situation de stress hydrique. De plus, le mécanisme de conditionnalité de la PAC (qui consiste à subordonner les paiements au respect de certaines obligations environnementales) n’a que peu d’effet, constatent les auditeurs. Les exigences ne s’appliquent pas à tous les agriculteurs et, en tout état de cause, les États membres ne réalisent pas suffisamment de contrôles et de vérifications en bonne et due forme pour décourager toute consommation non durable de l’eau.

Outre les paiements directs, la PAC finance également certains investissements des agriculteurs ou des pratiques agricoles telles que les mesures de rétention d’eau. Celles-ci peuvent avoir une incidence positive sur l’utilisation de l’eau. Les agriculteurs qui ont recours à cette possibilité sont toutefois peu nombreux, et les programmes de développement rural soutiennent rarement des infrastructures de réutilisation de l’eau. Par ailleurs, la modernisation des systèmes d’irrigation existants ne se traduit pas toujours par une économie des ressources en eau, étant donné que l’eau économisée peut être réutilisée pour l’irrigation soit de cultures nécessitant de plus grandes quantités d’eau soit d’une zone plus vaste. De même, l’installation de nouvelles infrastructures qui permettent d’augmenter la superficie irriguée est susceptible d’accroître la pression sur les ressources en eau douce. Les auditeurs estiment ainsi que, de manière générale, l’UE a indubitablement financé des exploitations agricoles et des projets qui ne respectent pas le principe d’utilisation durable de l’eau.

Lire le rapport spécial n° 20/2021 intitulé «La PAC et l’utilisation durable de l’eau dans l’agriculture: des fonds davantage susceptibles d’encourager à consommer plus qu’à consommer mieux»

 

 

https://eau-iledefrance.fr/les-politiques-de-lue-nempechent-pas-les-agriculteurs-de-consommer-trop-deau/#more-13817

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2021 6 09 /10 /octobre /2021 16:22
La Marche des Terres : les participants se sont arrêté à Fresnes sur Marne accueillis par les associations de défense de l'Environnement

 

C'est à Fresnes sur Marne que les vététistes avaient choisi de faire la pose déjeuner, cette commune est l'exemple type de la disparition de nos bonnes terres agricoles de la Brie au profit de décharges, car elle possède 2 décharges gérées par Veolia, une décharge de gravats de bâtiment de 34 hectares et la plus importante décharge d'ordures ménagères et  de déchets non dangereux de France de 289 hectares (implantée sur Fresnes sur Marne, Claye-Souilly et Charny)

 

Pour les accueillir plusieurs représentants d'associations environnementales avaient fait le déplacement :

- Francis Redon, le président d'Environnement 93 

- Claude Gautrat, le vice président de FNE Seine et Marne

- Jane Buisson, la présidente de Nature Environnement Mortcerf

- Mireille Lopez, la présidente d'Adenca

- des représentants du collectif des contribuables companais et mitryens, d'Adenca et de Mortcerf Environnement.

 

Un accueil très apprécié des participants qui après s'être restauré on pu déguster quelques gâteaux offerts par les membres des associations environnementales.

 

Ils ont ensuite regagné  Pantin par le canal de l'Ourcq accompagnés par la présidente de Nature Environnement Mortcerf et le vice président de FNE Seine et Marne.

 

 

La Marche des Terres : les participants se sont arrêté à Fresnes sur Marne accueillis par les associations de défense de l'Environnement
Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 13:45

 

Plus jamais ça

Une décharge sur des erres agricoles

Une décharge sur des erres agricoles

Au nord-ouest 77 plus de 600 hectares de bonnes terres agricoles ont été transformées en décharges.

 

Protégeons nos terres agricoles pour permettre à nos enfants de pouvoir continuer à se nourrir.

 

 

 

Message de Marches des Terres :

 

 

« Partout en Île-de-France des milliers d’hectares de terres fertiles sont menacés : Grand Paris, J.O., entrepôts, data centers, spéculation, gares en plein champs, déblais polluants… Les nouvelles lignes de métro du Grand Paris Express battent tous les records : déjà 39 milliards d’euros engagés, 43 millions de tonnes de déchets. Le sol vivant est détruit sans souci des besoins des populations. Pourtant, on sait que les infrastructures de transport rapides induisent l'étalement urbain, source d'inégalités sociales croissantes. On sait que l’autonomie alimentaire de l'IdF n’est que de 3 jours. Il est urgent de garantir à tou.te.s un approvisionnement local et de qualité ! Les scientifiques signalent que la bétonisation des sols augmente pollution de l’air, canicules et inondations, la population demande l'arrêt immédiat de ces ravages, mais les décideurs continuent de détruire et de bétonner. Pour la préservation de notre bien commun et des terres nourricières les 9-10 octobre, du Nord, du Sud, de l’Est et l’Ouest de l’Ile-de- France, marchons ensemble sur Paris. Contre le Grand Péril Express, rejoignez les Marches des Terres ! »

 

 

Pour connaître le trajet emprunté en Seine et Marne par la marche des terres, consultez ce lien

https://les-marches-des-terres.com/trajets.html

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 11:13

 

Mettre l’ETAT devant le fait accompli c’est ce qu’a choisi un agriculteur de St Soupplets.

 

En effet l’EARL Benoît MAURICE a fait creuser un forage entre le 5/10 et le 22/10/2020 par l’entreprise Le Potier Forage de Nangis, une entreprise qui ne semble pas s’être souciée de savoir si l’agriculteur disposait d’une autorisation préfectorale.

 

Comme semble l’expliquer l’agriculteur puisque le forage est déjà creusé et puis le débit est faible seulement 6000 m3 (la consommation annuelle d'environ 40 ménages), l’ETAT n’a plus le choix que d’accorder la régularisation.

 

Car vous êtes ici dans la brie profonde, là où les agriculteurs se considèrent, semble-t-il, depuis des siècles comme les seigneurs du territoire.

 

Un mélange des genres, en effet  le forage  a été implanté sur la même parcelle que le méthaniseur Bioenergies SAS, qui a la même adresse de siège social que l’EARL Benoît MAURICE, Monsieur Benoît Maurice étant également directeur général de Bioénergies SAS.

 

Dans leur présentation aux habitants de Marchémoret, en juillet 2019, les futurs exploitants du méthaniseur indiquaient que le 1er forage se trouvait à plus de 500 m du site et qu’il n’y aurait pas d’utilisation d’eau potable, on se demandait bien comment les agriculteurs allaient nettoyer le site, mais c’était avant.

 

 

sources :

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/f01121p0123.pdf

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/drieat-scdd-2021-063.pdf

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 11:12

Paru sur NOVETHIC :

 

Publié le 16 août 2021

ENVIRONNEMENT

PESTICIDE INTERDIT : DESTRUCTION DE BETTERAVES, THÉORIQUEMENT PROTÉGÉES PAR LES NÉONICOTINOÏDES

500 000 tonnes de betteraves sucrières détruites, soit 1,5 % de la production parce que plusieurs milliers d’hectares ont été traités par un herbicide contenant des substances interdites dans l’Union Européenne. Nouvel avatar pour la filière qui avait provoqué un débat animé à l’automne 2020 en obtenant la réintroduction des néonicotinoïdes. Nouvelle illustration de la difficulté à limiter la phytotoxicité et à faire appliquer les restrictions européennes sur les pesticides.

 

[Mis à jour le 16 août] Maudite betterave sucrière, spécialité des plaines agricoles picardes ! Frappée par la jaunisse, elle avait obtenu, à l’automne 2020 du Parlement français, une dérogation pour continuer à utiliser les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles afin de se protéger de la maladie, Mais elle connaît désormais une autre crise liée aux herbicides produits par la société israélienne Adama.

Après la révélation il y a quelques semaines de la présence de substances interdites dans l’Union européenne sur 5 000 hectares de champ de betteraves où ont été répandus l’herbicide Marquis, le ministère de l'Agriculture a ordonné la destruction des parcelles concernées dans le nord et l'est de la France. Cela représente 500 000 tonnes de betteraves soit 1,5 % de la production. La filière demande des indemnisations pour les 273 planteurs.

Jaunisse puis gel

"Après la jaunisse, le gel, c'est un coup dur pour eux mais ils comprennent que le principe de précaution soit appliqué", souligne Cyril Cogniard, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) Champagne-Bourgogne. Il ajoute : "le consommateur est 100 % protégé, mais l'agriculteur est 100 % touché, il doit tout détruire sans savoir s'il va être indemnisé".

Des discussions sont en cours avec le producteur des substances incriminées pour trouver un "accord amiable" à ce préjudice dont la société Adama serait responsable Cette "phytotoxicité" (toxicité d'une substance chimique pour la croissance des plantes) "serait liée à des erreurs lors des étapes de formulation et de conditionnement des produits réalisées dans les usines de la société Adama en Israël", selon les autorités françaises. Des investigations sont en cours "pour connaître l'origine de cette contamination croisée lors du process de fabrication". Cela tombe mal pour Adama qui a publié en juillet son premier rapport de développement durable qui met l’accent sur la sécurité de ses produits.

Un autre de ses herbicides est aussi mis en cause. Six lots de son produit "Goltix Duo" ont été jugés non conformes en raison de la présence de diflufenican, substance approuvée par l'UE, mais pour les céréales pas pour les betteraves, a indiqué le ministère de l’Agriculture. Trier le bon grain de l’ivraie et faire appliquer les règlementations sur les pesticides pour préserver la biodiversité est un long combat qui commence à peine.

Anne-Catherine Husson Traore avec AFP

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/agriculture/isr-rse/500-000-tonnes-de-betteraves-detruites-apres-l-utilisation-de-pesticides-interdits-150077.html

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2021 2 10 /08 /août /2021 17:50
Ecole St MESMES au bord des champs cultivés par l'  agriculture intensive

Ecole St MESMES au bord des champs cultivés par l' agriculture intensive

 

Le préfet Thierry Coudert avait validée une chartre produite par la Chambre d'Agriculture d'IDF sans concertation avec les associations de défense de l’environnement et de riverains du 77, le Conseil d’Etat annule cette chartre.

 

Pour faire court cette chartre permettait aux agriculteurs de déroger, sous certaines conditions, aux distances minimales d'épandages de pesticides de 5, 10 au 20 m des habitations suivant les substances utilisées. (décret du 27/12/2019).

 

De nombreux recours avaient été déposés par des associations : Agir pour l'environnement, France Nature Environnement, Générations futures, UFC-Que Choisir.. et par des communes comme Mitry-Mory et Compans en Seine et Marne.

 

 

Ironie du sort à ce jour, le nouveau préfet du 77, Lionel Beffre,   n’a toujours pas fait retirer du site de la préfecture cette chartre annulée par le Conseil d’Etat :

 

https://www.seine-et-marne.gouv.fr/layout/set/print/Politiques-publiques/Agriculture-et-sante-animale/Agriculture/Agro-environnement/Epandage-de-produits-phytosanitaires

 

 

Paru sur le site 20 minutes :

 

Le Conseil d'Etat renforce les règles d'épandage de pesticides

SANTE La plus haute juridiction administrative française demande au gouvernement de renforcer sous six mois la réglementation encadrant l’épandage des pesticides

20 Minutes avec AFP

Publié le 26/07/21 à 19h20 — Mis à jour le 26/07/21 à 19h22

Un épandage de pesticides dans un champs. Illustration.

Un épandage de pesticides dans un champs. Illustration. — Jean-Michel Nossant - Sipa

Le Conseil d’Etat, dans une décision rendue ce lundi, demande au gouvernement de renforcer sous six mois la réglementation encadrant l’épandage des pesticides « pour mieux protéger la population ». Après plusieurs mois de polémiques, le gouvernement avait fixé en décembre 2019 les distances minimales à respecter entre les zones d’épandage de produits phytosanitaires et les habitations : cinq mètres pour les cultures dites basses comme les légumes et céréales, et dix mètres pour les cultures hautes, fruitiers ou vignes.

Le décret prévoyait également des dérogations ramenant ces distances à trois mètres pour les cultures hautes et cinq pour les basses, dans le cadre de « chartes d’engagement départementales » proposées par les utilisateurs de produits phytosanitaires et validées par les préfets après avoir été soumises à concertation publique. « Ces distances minimales et les conditions d’élaboration des chartes ont été contestées devant le Conseil d’État par des associations, communes et agriculteurs bio qui les jugeaient insuffisamment protectrices, et par des agriculteurs et une chambre d’agriculture qui les considéraient excessives », rappelle le Conseil d’Etat dans un communiqué.

Une distance minimale de 10 mètres

Le Conseil d’Etat indique que l’Agence nationale de sécurité sanitaire [Anses] « recommande une distance minimale de 10 mètres entre les habitations et les zones d’épandage de tout produit classé cancérogène, mutagène ou toxique, sans distinguer si leurs effets sont avérés, présumés ou seulement suspectés ». Par conséquent, la plus haute juridiction administrative française juge que « les distances minimales d’épandage des produits dont la toxicité n’est que suspectée, qui ont été fixées à cinq mètres pour les cultures basses comme les légumes ou les céréales, sont insuffisantes ».

Il demande aussi au gouvernement de « prévoir des mesures de protection pour les personnes travaillant à proximité d’une zone d’utilisation de pesticides, ce que la réglementation en vigueur ne fait pas ». Il estime que « les chartes d’engagements d’utilisation doivent prévoir l’information des résidents et des personnes présentes à proximité des zones d’épandage en amont de l’utilisation des pesticides ».

Le Conseil d’Etat donne six mois au gouvernement pour revoir sa copie. Il annule par ailleurs les conditions d’élaboration des chartes et leur approbation par le préfet « car celles-ci ne pouvaient être définies par un décret, mais uniquement par la loi » conformément à une décision du Conseil constitutionnel rendue en mars 2021.

https://www.20minutes.fr/planete/3091555-20210726-conseil-etat-renforce-regles-epandage-pesticides

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche