Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 13:20
Captage d'eau potable St Soupplets 4 du pont de Volleron

Captage d'eau potable St Soupplets 4 du pont de Volleron

 

Historique des captages de St Soupplets 

 

Le 1er captage d’eau connu datait de 1905 et se trouvait au pied de la butte de Montgé, près de l’usine Knauf, il a été abandonné avant 1995.

Les 4 autres captages  d’eau ont été forés au lieudit le Pont de Volleron près de l’actuelle station de pompage, au bord du ru d’Avernes.

 

De ces 4 forages il n’en reste plus qu’un en activité St Soupplets 4, autorisé vers 2010 par l’Agence Régionale de Santé Régionale de Santé, un captage insuffisant pour l’alimentation en eau potable de tout le territoire concerné, un projet consisterait à rouvrir l’ancien captage d’eau St Soupplets 3 afin de solutionner le problème.

 

 

Commission CSS de la décharge Veolia de Monthyon du 31/1/2022

 

Profitant de la présence à la CSS de Stéphane Devauchelle, maire de St Soupplets, les associations souhaitaient obtenir des informations au sujet du projet de réouverture de cet ancien captage, or l’élu ne leur fournira aucunes informations , renvoyant la balle vers la communauté d’agglomération du pays de Meaux.

 

Ironie du sort, Régis Sarrazin, vice président de cette communauté d’agglo, était également présent à cette réunion mais lui non plus ne pourra fournir aucunes informations car il s’occupe des rivières et non des captages d’eau.

 

Nous laissons aux usagers de l’eau potable fournit

par le captage de St Soupplets 4

 le soin d’apprécier les réponses de leurs élus.

 

 

Quant à la représentante de l’Agence Régionale de Santé, elle n’était pas au courant du projet de réouverture du captage et n'était pas en mesure d'indiquer à quelle date  le seul captage d’eau en fonction de St Soupplets 4 serait protégé par une déclaration d’utilité publique.

 

Pourtant la législation française oblige cette protection depuis plus de 30 ans.

 

Pour faire court la protection DUP est un outil juridique qui doit être mis en place par les élus en charge du captage, un outil concourant à la sécurité sanitaire du captage d’eau, c’est un hydrogéologue qui fait une étude et définit les différents périmètres de protection autour du captage et préconise des règles à respecter.

 

Comme l’indique la brochure éditée par le ministère de la santé en page 3 (1)

« Ces périmètres de protection (immédiate, rapprochée et éloignée) visent à assurer la protection de la ressource en eau, vis-à-vis des pollutions de nature à rendre l’eau impropre à la consommation (principalement ponctuelles et accidentelles). Il s’agit d’une protection de l’environnement proche du captage permettant notamment d’assurer la sécurité sanitaire de l’eau et, en cas de pollution accidentelle, de disposer du temps nécessaire pour éviter l’exposition de la population à divers polluants. »(SIC)

 

(1) https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/CAPTAGE_WEB.pdf

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 13:58

 

 

Il faut bien que vous compreniez que l’argent de vos impôts n’est pas extensible et que ce sont vos élus qui font le choix de son utilisation.

 

 

Dans votre secteur l’ETAT et le Conseil Régional IDF ont fait le choix de verser 1 700 000 € de subventions à 2 groupes d’agriculteurs pour financer des projets privés de méthaniseurs de déchets à St Soupplets et Barcy.

 

 

La méthanisation

préférée

à la préservation de la ressource en eau ?

          

    A vous de juger

 

En effet nous apprenons en lisant le rapport  2006-2021 schéma départemental d’alimentation en eau potable du 77 que :

  • Le captage de St Soupplets 4 est insuffisant pour l’alimentation en eau de tout le territoire concerné.
  • Le captage  de St Soupplets 3 est à l’arrêt et aurait besoin d’une réhabilitation estimée à 200 000 €.
  •  
  • Quand au captage de Marcilly un pesticide interdit depuis 2001 se retrouve régulièrement dans l’eau, ce qui,  depuis plus d'une décennie, est une cause de non-conformité.

Le pesticide en question est un désherbant l’Atrazine déséthyl désopropyl, couramment utilisé à partir de 1960 par les agriculteurs, en particulier sur les cultures de maïs, pour notamment sa facilité d’utilisation, son efficacité et son prix attractif, il a été interdit en France fin 2001 mais la date limite d’utilisation a elle été fixée au 30/9/2003.

 

St Soupplets, Barcy, Marcilly, Gesvres le Chapitre, Monthyon, Chambry :  Pendant que  l’ETAT et le CR IDF  subventionnent des méthaniseurs de déchets privés, le syndicat d’eau potable a besoin de 200 000 € pour réhabiliter votre captage d’eau

Extrait Bilan 2006-2021 schéma départemental d’alimentation en eau potable du 77

(éléments importants soulignés en rouge par Adenca)

https://eau.seine-et-marne.fr/amelioration-de-la-qualite-de-leau-potable-bilan-des-actions-menees-de-2006-aujourdhui

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 13:51

Fuite sur un canal de digue

N° 56954 -  09/03/2021 -  FRANCE - 77 - MAY-EN-MULTIEN

O84.11 - Administration publique générale

Une fuite est constatée en pied de talus du canal de l’OURCQ sur le chemin de servitude et dans les bois et marais des parcelles riveraines. L’alerte est donnée par le propriétaire des parcelles riveraines. La consolidation de barge à cet endroit est assurée par des palfeuilles vétustes. Une surveillance est mise en place. Le gestionnaire procède au battage d’un rideau provisoire de palplanches sur 40 m.

Une semaine plus tard, à la suite de fortes pluies et de la montée du plan d’eau, une fuite survient sur le chemin de halage (ARIA 56955). Deux ans auparavant (ARIA 51481), une fuite similaire avait été relevée dans le même secteur. L’autorité de contrôle demande un diagnostic de l’ensemble de l’ouvrage sur ce secteur.

https://www.aria.developpement-durable.gouv.fr/accident/56954/

 

 

Fuite sur un canal de digue

N° 56955 -  15/03/2021 -  FRANCE - 77 - MAY-EN-MULTIEN

O84.11 - Administration publique générale

EISH : Jaune

Une résurgence d’eau est constatée au niveau d’un trou d’une vingtaine de centimètre de diamètre perpendiculaire à l’axe du chemin de halage d’une digue. Le chemin est affaissé à cet endroit et se situe plus bas que le niveau d’eau. L’eau s’écoule en contrebas, en pied de talus du canal sur le chemin de servitude et dans les bois et marais des parcelles riveraines. En raison des dernières pluies, le niveau du plan d’eau est au-dessus de sa valeur normale.

Le gestionnaire modifie les consignes de régulation automatique afin d’abaisser le niveau d’eau sur ce bief. Il réalise également un rideau provisoire de palplanches d’une quinzaine de mètres de part et d’autre de la fuite. Des travaux plus conséquents de reprise de la zone affaissée et de rehaussement du chemin de halage sont programmés.

Le cheminement de l’eau a été rendue possible par la vétusté des palfeuilles qui consolident la berge à cet endroit. Une semaine plus tôt, un suintement avait déjà été constaté dans le secteur (ARIA 56954). De même, 2 ans auparavant (ARIA 51481), une fuite similaire avait été relevée dans le même secteur. L’autorité de contrôle demande un diagnostic de l’ensemble de l’ouvrage sur ce secteur.

https://www.aria.developpement-durable.gouv.fr/accident/56955/

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 11:02
CHARNY : L’EAU POTABLE NON CONFORME AUX REFERENCES DE QUALITE 2 fois en moins d’un mois, ALORS QUE SON PRIX EXPLOSE !
CHARNY : L’EAU POTABLE NON CONFORME AUX REFERENCES DE QUALITE 2 fois en moins d’un mois, ALORS QUE SON PRIX EXPLOSE !

 

Paru sur le site de la commune de Charny

Au vu de l’important programme de travaux défini sur notre territoire (réseaux de collecte vieillissants, mise aux normes et reconstruction des stations d’épuration …) avec des délais de réalisation imposés par la Direction Départementale des Territoires de Seine et Marne (police de l’eau), la Communauté de Communes a souhaité augmenter et harmoniser les parts payées par l’ensemble de ses administrés.

Le prix de l’eau pour la collecte et le traitement des eaux usées est composé d’une part à destination du délégataire (SUEZ sur la commune de Charny) et d’une part à destination de la Communauté de Communes.

Pour la commune de Charny, le prix de l’eau fixé pour la part à destination de la Communauté de Communes était de 1 euros par m3 au 01 janvier 2019. Cette taxe a été portée à 2,71 euros par m3 à compter du 26 avril 2019.

Cordialement,

La Mairie de Charny

Voir courrier dans son intégralité

Courrier concernant Suez

http://www.charny77.fr/a-la-une/facture-assainissement-eau/

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2021 5 07 /05 /mai /2021 12:01

 

Alors que Jean-Benoit Pinturier projette d’autoriser, dans son futur Plan Local d’Urbanisme, l’implantation de décharges de déchets inertes ISDI sur les espaces agricoles (A) de sa commune, nous apprenons que les 2 captages d’eau potable de St Pathus ne sont pas protégés par une déclaration d’utilité publique.

 

Ces captages fournissent en eau potable les habitants de Saint Pathus, Oissery, Montgé en Goële et Cuisy (1).

 

 

Pourtant la législation française oblige cette protection depuis presque 30 ans.

 

Pour faire court la protection DUP est un outil juridique concourant à la sécurité sanitaire du captage d’eau, c’est un hydrogéologue qui fait une étude et définit les différents périmètres de protection autour du captage et préconise des règles à respecter.

 

Comme l’indique la brochure éditée par le ministère de la santé en page 3 (2)

« Ces périmètres de protection (immédiate, rapprochée et éloignée) visent à assurer la protection de la ressource en eau, vis-à-vis des pollutions de nature à rendre l’eau impropre à la consommation (principalement ponctuelles et accidentelles). Il s’agit d’une protection de l’environnement proche du captage permettant notamment d’assurer la sécurité sanitaire de l’eau et, en cas de pollution accidentelle, de disposer du temps nécessaire pour éviter l’exposition de la population à divers polluants. »(SIC)

 

Les deux captages de Saint Pathus ne bénéficient pas de cette protection, une aubaine pour les entreprises polluantes qui voudraient s’implanter sur le territoire puisqu’aucun  arrêté préfectoral (DUP) n’impose d’obligation à respecter aux alentours de ces captages.

 

 

 Pour exemple

extrait de l’arrêté préfectoral du 10/11/2020,

 protégeant les captages d’Isles les Villenoy et de Condé Ste Libiaire 

qui interdit certaines activités dans le périmètre de protection rapprochée de ces captages :

ST PATHUS : le maire projette d’autoriser dans son futur PLU l’implantation de décharges ISDI sur les espaces agricoles alors que ses captages d’eau potable ne sont pas protégés par une déclaration d’utilité publique !

Pour savoir pourquoi

cette Déclaration d’Utilité Publique n’est toujours pas mise en place

nous vous conseillons de vous rapprocher de

Jean-Louis DURAND

Maire de Marchémoret

Président du SMAEP (Syndicat mixte d’alimentation en eau potable)

Syndicat chargé de la mise en place de ce dossier DUP

Et de

Jean-Benoit PINTURIER

Maire de St Pathus et membre du SMAEP

 

 

 

Sources

(1) https://eau.seine-et-marne.fr/

 

(2) https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/CAPTAGE_WEB.pdf

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2021 3 21 /04 /avril /2021 20:09

18/4/2021

Des déchets recouvrent

le canal de Chalifert

entre Esbly et Condé Ste Libiaire

CANAL DE CHALIFERT : Une voie d'eau qui manque d'entretien ?
CANAL DE CHALIFERT : Une voie d'eau qui manque d'entretien ?
Partager cet article
Repost0
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 17:27

 

MEAUX

 

site du ministère de la santé

 https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau

 

 

eau potable non conforme aux  limites de qualité 2 fois en 1 semaine 

 

pour la paramètre dalapon (herbicide)

 

http://id.eaufrance.fr/par/2094

MEAUX : eau potable non conforme aux  limites de qualité 2 fois   en   1 semaine !
MEAUX : eau potable non conforme aux  limites de qualité 2 fois   en   1 semaine !

 

Pour toute information complémentaire

contactez

Jean-François Copé

 

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 16:08

 

 

«  Un PPC (périmètre de protection des captages) est un dispositif rendu obligatoire par la loi sur l’eau du 3 janvier 1992 (article L-1321-2 du code de la santé public). Il constitue la limite de l’espace réservé réglementairement autour d’un captage utilisé pour l’alimentation en eau potable, après avis d’un hydrogéologue agréé.Ce périmètre vise à prévenir les risques de pollutions ponctuelles ou diffuses sur un point de prélèvement d’eau pour la consommation humaine. Ils sont rendus officiels par Déclaration d’Utilité Publique (DUP). »(sic 1)

 

 

Meaux est la plus importante ville de Seine et Marne mais son captage d’eau dans la Marne qui fournit près de 85 000 habitants en eau potable n’est toujours pas protégé.

 

 

Une réunion a eu lieu fin novembre dernier.

Qu’est-il ressorti de cette réunion ?

Dans quel délai la procédure de protection de ce captage sera réalisée ?

Pourquoi l’ARS ne fournit pas aux associations la copie de l’avis de 2009 de l’hydrogéologue agréé ?

 

 Nous n’en savons rien.

 

Pour mémoire l’usine BASF qui se trouve en amont proche de ce captage, a déversé en 2012 accidentellement 200 kgs de sulfate de magnésium dans la Marne, les pompiers sont intervenus et ont installé un ballon obturateur, l’usine de captage d’eau a dû être momentanément arrêtée.

 

Aujourd’hui se tenait la réunion CSS de l’usine Seveso à Hauts risques BASF Meaux, les représentants d’associations pensaient pouvoir obtenir des réponses à leurs questions concernant la protection du captage d’eau mais, ironie du sort, l’Agence Régionale de Santé n’avait envoyé aucun de ses représentants à cette réunion, bien que le sous préfet Nicolas Honoré les y ait invités.

 

 

L’Agence Régionale de Santé

préfère-t-elle

pratiquer la politique de la chaise vide

 plutôt que de répondre aux questionnements

des associations de riverains et de protection de l’environnement ?

 

Il serait temps que le Préfet Thierry Coudert se penche sur le lourd dossier de la protection de la ressource en eau car rien qu’au nord ouest 77 de nombreux captages d’eau  ne sont pas protégés, pour ne citer qu’eux : Charmentray (2), Marcilly, Juilly, St Soupplets, Forfry…..

 

Ironie du sort l’industriel Terzeo a même été autorisée le 11/2/2019 par la préfecture a exploité une décharge de déchets dangereux en amont des captages d’eau d’Isles les Villenoy et Condé Ste Libiaire, avant même que ceux-ci ne soient protégés, une aubaine pour l’industriel qui n’est pas tenu de respecter les contraintes imposées par l’arrêté de protection des captages pris en date du 10/11/2020.

 

  1. http://sigessn.brgm.fr/spip.php?article82

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 16:18

 

La protection des captages d’eau est obligatoire depuis 1992 (1), ce sont les collectivités qui sont responsables de la mise en place de cette protection, pour le captage de Nanteuil les Meaux c’est la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux qui à la charge de ce dossier.

 

Pour mémoire ce captage  fournit en eau potable près de 80 000 habitants des communes suivantes :

Enquête Publique pour la régularisation du captage en Marne de l'usine d'eau potable de Nanteuil les Meaux  Résumé non technique page 13

Enquête Publique pour la régularisation du captage en Marne de l'usine d'eau potable de Nanteuil les Meaux Résumé non technique page 13

 

Or  depuis  l'arrivée  de Jean-François Copé en 1995 à la mairie de Meaux puis à la présidence de la communauté d’agglomération du Pays de Meaux, le périmètre de protection du captage d'eau n'a toujours pas été mis en place.

 

Jean-François Copé vient même de s’apercevoir que le prélèvement en eau dans la Marne n’était autorisé par aucun arrêté préfectoral.

En 1997 un dossier avait été élaboré par Geotherma, mais ce dossier n’a jamais été instruit, c’est pourquoi aujourd’hui le président de la CAPM dépose une demande de régularisation, une enquête publique est en cours (2)

 

Dans le dossier d’enquête publique on apprend que le captage de Nanteuil les Meaux,qui est l’un des plus importants du 77, ne possède pas de ressource de secours.

Entre 2016 et 2017 pour trouver une eau de secours 3 forages ont été réalisés dans la nappe souterraine (Penchard, Poincy et Mareuil les Meaux), mais il semblerait que des études supplémentaires sont à prévoir pour savoir si ces ressources peuvent être utilisées.

 

On apprend également que ce captage ne possède pas de station d’alerte sur la Marne en amont du captage de Nanteuil les Meaux  pour permettre la détection de pollutions diverses dans la rivière.

 

Sont cités dans le dossier d’enquête publique :

  • L’avis de l’hydrogéologue agréé de 2009
  • Le dossier environnemental finalisé en 2008

Mais les 2 documents ne sont pas joints au dossier, ce qui est regrettable.

 

La protection du captage, ce sera pour plus tard !

 

Pourquoi ?

 

Pour le savoir

nous vous conseillons de vous rapprocher  de

l'Agence Régionale de Santé

qui instruit ce dossier

https://www.iledefrance.ars.sante.fr/delegation-departementale-de-seine-et-marne-77

 

 

 

 

 

  1. Un PPC (périmètre de protection des captages) est un dispositif rendu obligatoire par la loi sur l’eau du 3 janvier 1992 (article L-1321-2 du code de la santé public).

La protection de la ressource en eau est une priorité pour la production d’eau potable. Contre les pollutions locales, ponctuelles et accidentelles, la réglementation instaure ainsi des périmètres de protection autour des captages d’eau (article L.1321-2 du code de la santé publique), mis en œuvre par les Agences Régionales de Santé (ARS). http://sigessn.brgm.fr/spip.php?article82

  1. https://www.seine-et-marne.gouv.fr/Publications/Enquetes-publiques/Regularisation-captage-en-Marne-usine-d-eau-potable-situee-a-Nanteuil-les-Meaux-CA-PAYS-DE-MEAUX

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 11:49

 

 

Les populations appréciaient la création de ce parking d’environ 80 places qui devait leur permettre de stationner, à l'avenir, dans de meilleures conditions, mais ironie du sort, il semblerait que pour construire son port fluvial Thierry Cerri, maire de Coupvray, ait besoin de cet emplacement.

 

Construction puis Déconstruction

Combien ça devrait coûter ?

 

Hormis le coût financier de l’opération de construction puis déconstruction, Thierry Cerri doit dire où il compte « relocaliser » ce parking ? ( Dossier concertation Annexe technique 1, page 12)

 

 

La question du jour :

Considérez-vous que

Thierry Cerri

gère bien l’argent des impôts des habitants de Coupvray?

 

Partager cet article
Repost0

Recherche