Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 17:26
30.9.2020

30.9.2020

30.9.2020

30.9.2020

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 20:08
26.9.2020

26.9.2020

26.9.2020

26.9.2020

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 13:14

 

VOIES NAVIGABLES DE FRANCE AUX ABONNES ABSENTS ?

 

Coupvray : des arbres étant tombés sur les berges rive gauche du Canal de Chalifert le maire en interdit l'accès depuis le 12/7/2020 , pour une durée indéterminée

Canal de Chalifert, Coupvray et Mareuil les Meaux : des arbres s’effondrent sur les berges !
Canal de Chalifert, Coupvray et Mareuil les Meaux : des arbres s’effondrent sur les berges !

 

Mareuil les Meaux : Des arbres sont récemment tombés sur la berge rive droite 

Canal de Chalifert, Coupvray et Mareuil les Meaux : des arbres s’effondrent sur les berges !

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 11:13
Sécurité du Canal de Chalifert : des berges qui s'écroulent à Coupvray ?
Sécurité du Canal de Chalifert : des berges qui s'écroulent à Coupvray ?
Sécurité du Canal de Chalifert : des berges qui s'écroulent à Coupvray ?

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2020 4 17 /09 /septembre /2020 15:54

 

Des photos  qui montrent l'état préoccupant des berges du Canal de Chalifert

entre Condé Ste Libiaire et l'entrée de Mareuil les Meaux (chemin des Rouazes)

Sécurité du  Canal de Chalifert : des berges qui s'effondrent entre Condé Ste Libiaire et Mareuil les Meaux ?
Sécurité du  Canal de Chalifert : des berges qui s'effondrent entre Condé Ste Libiaire et Mareuil les Meaux ?
Sécurité du  Canal de Chalifert : des berges qui s'effondrent entre Condé Ste Libiaire et Mareuil les Meaux ?

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 19:09

 

Pour mémoire voir ci-dessous la vidéo

présentant la rupture de la digue du canal de Briare le 31 mai 2016 

https://www.youtube.com/watch?v=7-RK_Op_Esg

 

 

Le vieux canal de Chalifert a été construit entre 1837 et 1846, à cette époque les digues étaient constituées, en général, avec des matériaux disponibles sur site de natures très variables dont la résistance et l’épaisseur sont souvent mal connues.

L’érosion des berges d’un canal est l'un des premiers signes avant-coureur de risques de rupture d’une digue.

 

Les photos qui suivent parlent d’elles-mêmes.

Canal de Chalifert, rive droite, entre Esbly et Condé Ste Libiaire

Canal de Chalifert, rive droite, entre Esbly et Condé Ste Libiaire

Canal de Chalifert, rive gauche, entre Esbly et Condé Ste Libiaire

Canal de Chalifert, rive gauche, entre Esbly et Condé Ste Libiaire

Depuis combien de temps

Voies Navigables de France

n’a pas engagé de travaux sur ces berges dégradées ?

 

 Condé Ste Libiaire, rive gauche, sur le pont canal

Condé Ste Libiaire, rive gauche, sur le pont canal

Dans la commune voisine d’lsles les Villenoy, quand il s’est agi d’implanter des décharges, pour stocker les ordures des autres, les arrêtés préfectoraux ne se  sont  pas  fait attendre  (TERZEO   ET   CIV ….), mais quand il s’agit de classer un canal pour  protéger les populations en aval, il semble que ce soit une autre affaire.

 

Pourtant l’article R214-114 du code de l’environnement, permet au Préfet de le faire.

 Le classement par le Préfet obligerait l'exploitant :
- à l'établissement d'un dossier technique et d'un dossier d'organisation: exploitation, entretien , surveillance en toute circonstance....
- à un rapport de surveillance et d'auscultation tous les 5 ans dont un dans l'année qui suit la prise de l'Arrêté Préfectoral.....

 

Si les maires des communes riveraines du canal demandaient ce classement

il est probable que cela ferait avancer le dossier.

C’est pourquoi nous vous conseillons de les contacter.
 

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 15:13
Messy 25/7/2020 vers 17 heures  arrosage  des cultures qui viennent d'être semées

Messy 25/7/2020 vers 17 heures arrosage des cultures qui viennent d'être semées

Le gouvernement annonce qu’il va falloir réduire notre consommation d’eau et en même temps subventionne des projets agricoles forts consommateurs en eau comme la méthanisation avec le système CIVE Cultures Intermédiaires à Vocation Energétique.

 

 

Le préfet Thierry Coudert doit  nous expliquer :

 

La réduction de la consommation d'eau

concernera-t-elle

seulement la population

mais pas

les agriculteurs ?

Messy 25/7/2020  arrosage  en plein après-midi des cultures qui viennent d'être semées

Messy 25/7/2020 arrosage en plein après-midi des cultures qui viennent d'être semées

 

Aider par de nombreuses subventions de l’ETAT et des collectivités plusieurs agriculteurs de Seine et Marne  ont décidé, pour se faire un revenu complémentaire, de construire des méthaniseurs, pour produire de l'énergie avec notamment des cultures agricoles "dites intermédiaires"(maïs, tournesol...) (3), énergie qu'ils revendront aux fournisseurs de gaz.

Pour « nourrir » leur méthaniseur ils doivent produire en quantité ces CIVE cultures intermédiaires à vocation énergétique.

 

Cela consiste à semer en juin/juillet du maïs, du tournesol…, juste après la récolte de l'orge d'hiver, pour le récolter en automne et le déverser dans leur méthaniseur.

 

Un système très consommateur d’eau, pour produire 1 kg de maïs il faut plusieurs centaines de litres d'eau (1) que les agriculteurs vont devoir pomper, en majorité, dans la nappe phréatique en cette période de sécheresse.

 

Mais pourquoi s'en priver, alors que les populations payent leur eau potable dès le premier m3 consommé, il n'en est pas de même pour les agriculteurs, si le volume annuel de consommation d'eau pompée dans la nappe phréatique est inférieur à 7000 m3, la redevance n'est pas perçue par l'Agence Seine Normandie, une redevance qui d'ailleurs n'est que de quelques centimes du m3 (entre 1,9 et 3,5 centimes d'euros) (2)

 

(1)http://www.septiemecontinent.com/pedagogie/wp-content/uploads/2014/10/Leau-et-lagriculture.pdf

(2) page 22   https://programme-eau-climat.eau-seine-normandie.fr/sites/default/files/inline-files/AESN_Programme-Eau-et-Climat_V7_chap2.pdf

(3) Page 10 http://cdn3_4.reseaudespetitescommunes.fr/cities/773/documents/gsjy9ysmzscctg7.pdf

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2019/05/methanisation-messy-au-bord-de-st-mesmes-pour-rendre-service-vous-en-prendrez-bien-un-peu-de-dechets-des-autres-lisier-fumier.html

http://adenca.over-blog.com/2019/05/methanisation-eve-au-bord-d-othis-pour-rendre-service-vous-en-prendrez-bien-un-peu-de-dechets-des-autres-lisier-fumier.html

 

 

Paru dans Mag Journal 77 :

 

Seine-et-Marne ► Climat : la préfecture appelle au civisme dans l'utilisation de l'eau

Écrit par Rédaction vendredi, 10/07/2020

communiqué de la préfecture de Seine-et-Marne, jeudi 9 juillet - 

La quinzaine qui vient de s’écouler a été plutôt sèche. Quelques orages isolés non significatifs se sont déclenchés sans impact sur la sécheresse des sols. Les prévisions météorologiques pour les prochains jours n’annoncent pas de pluie significative permettant l’amélioration du débit des rivières.

Grandes rivières

Les débits des grandes rivières sont toujours à la baisse et se rapprochent du seuil de vigilance. Le soutien d’étiage a débuté sur la Seine, le 22 juin, avec un débit moyen de 4,9 m3/s et sur la Marne, le 1er juillet, conformément à la gestion théorique.

Petites rivières

L’absence de précipitations entraîne une diminution des débits de la majorité des petites rivières. Le Réveillon passe sous le seuil d’alerte, le Grand Morin et le Petit Morin sous le seuil de vigilance.

Situation des nappes

Tous les indicateurs piézométriques sont au-dessus du seuil de vigilance.

Dans ces conditions, un arrêté préfectoral de restriction a été signé le 8 juillet 2020. Cet arrêté rappelle les mesures de restrictions correspondant à chaque niveau et pour les rivières en vigilance appelle au civisme des usagers dans l’utilisation de l’eau.

L’ensemble des informations relatives à la gestion de la sécheresse et des étiages sévères en Seine-et-Marne est disponible sur le site internet départemental de l’État (Préfecture).

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/Eau/Gestion-de-crise/Secheresse

lien vers magjournal77: https://www.magjournal77.fr/les-communiques/item/53804-seine-et-marne-climat-la-prefecture-appelle-au-civisme-dans-l-utilisation-de-l-eau

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 19:05
Captage d'eau d'Annet sur Marne dans la Marne

Captage d'eau d'Annet sur Marne dans la Marne

 

Suite à l’important incendie de Meaux et à la fermeture de la baignade de Meaux  les habitants s’inquiètent quant à la qualité de l’eau pompée dans la Marne à Meaux et Annet sur Marne pour alimenter en eau potable les populations de l’agglomération de Meaux et les 500 000 habitants buvant l’eau fournie par l’usine d’Annet sur Marne.

 

Nous attendons que l’Agence Régionale de Santé donne les résultats des analyses effectuées dans la Marne.

 

 

Paru dans le journal la Marne :

Seine-et-Marne. VIDEO + PHOTOS : incendie d’entrepôt impressionnant, Meaux plage ferme

Dimanche 12 juillet, un entrepôt a brûlé rue Pierre Brasseur. La plage de Meaux va fermer en attendant de vérifier si la Marne est polluée.

Publié le 13 Juil 20 à 10:05

La fumée était visible à des kilomètres à la ronde. Dimanche 12 juillet, l’après-midi, trois entrepôts ont brûlé au 30, rue Pierre Brasseur à Meaux. Un dépôt de matériaux (meubles, carrelage…), le garage désaffecté GS auto et un bâtiment de l’intermédiaire en commerce Argos (qui a son siège social sur place) sont partis en fumée. 3500m² en tout ont brûlé.

Incendie d’entrepôt, l’usine BASF n’est pas touchée.....

Le feu a pris à 15h58. 70 pompiers sont intervenus avec 34 véhicules pour éviter à tout prix la propagation du feu et notamment pour protéger l’usine BASF. Celle-ci, située juste de l’autre côté de la rue Pierre Brasseur, n’a heureusement pas été touchée par les flammes. Un pompier témoigne :

C’était notre priorité numéro 1 : stopper toute propagation.

Meaux plage ferme provisoirement

L’intervention a duré jusque dans la nuit, à cause de quelques foyers résiduels qui restaient à éteindre. Pour éviter une pollution de la Marne qui est à proximité, les pompiers ont déployé un « boudin curateur », c’est-à-dire des coussins absorbants mis à la surface de l’eau. Un pompier explique :

L’objectif était de limiter au maximum la pollution

En attendant de vérifier si la rivière est polluée, Meaux Plage va être fermée proviroirement. La baignade est interdite.......

 

https://actu.fr/ile-de-france/meaux_77284/seine-et-marne-video-photos-incendie-d-entrepots-impressionnant-a-meaux_34906772.html

Partager cet article

Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 17:43

Paru dans le journal des communes :

ENVIRONNEMENT, MOBILITÉ

NAPPES PHRÉATIQUES : MÉTÉEAU, L’OUTIL DE PRÉVISION DÉVOILÉ PAR LE BRGM

15 juin 2020

Dès septembre prochain, les décideurs publics devraient bénéficier du nouvel outil de prévision de l’évolution du niveau des nappes souterraines, proposé par le BRGM, pour anticiper notamment les problématiques de restriction d'eau.

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), opérateur historique du réseau piézométrique – en charge des quelque 1.600 capteurs qui mesurent l’état du niveau des nappes d’eau – présentait à la presse ce 11 juin un nouvel outil de prévision baptisé “MétéoEAU Nappes”. Le site éponyme aura pour but d’informer en temps réel “sur l’évolution des nappes souterraines et de prédire leurs niveaux pour les mois à venir”, résume Jérôme Nicolas, responsable du réseau national de surveillance de l’état quantitatif des eaux souterraines et co-responsable du projet. Une façon de répondre aux attentes croissantes des gestionnaires et des utilisateurs d’eaux souterraines face aux dérèglements climatiques. Le projet fait ainsi écho aux nombreuses interrogations après l’exceptionnelle sécheresse de 2019 (85 départements ont pris des mesures de restriction), mais pourrait “également servir à gérer les risques inondations”, remarque-t-il. Il s’agit en effet d’un “service d’aide à la décision pour la gestion de l’eau sur les territoires” permettant aux décideurs, services de l’Etat et collectivités territoriales, et aux usagers, et au premier chef le monde agricole, d’anticiper des problématiques de restriction voire de prévenir les conflits d’usage, ce qui s’avère important en période de sécheresse notamment. 

Produire et diffuser des données brutes quotidiennement est déjà possible aujourd’hui via la base nationale Ades. Le BRGM cherche désormais à produire ces données “valorisées” à partir de ses outils de modélisation numérique. L’objectif est de publier en temps réel les courbes d’évolution des nappes, et même de prédire leur niveau pour les 3 à 6 mois à venir (en hautes et basses eaux) en fonction de scénarios préétablis (prévisions du comportement des aquifères). En clair, passer d’un bulletin de situation hydrologique (BSH) “actuel” à un “BSH prévisionnel”. Sur le concept du “bulletin météo”, les données prédictives seront rafraîchies automatiquement grâce à l’utilisation et au croisement en quasi-temps réel des données pour tenir compte des épisodes pluvieux qui pourraient avoir un impact. L’interface web “facile d’utilisation et compréhensible” (cartes et courbes en temps réel, fiches dynamiques etc.), promet Jérôme Nicolas, sera en principe disponible à la rentrée, après les derniers réglages.  

Selon le dernier bilan du BRGM, au 1er juin, les tendances restent “hétérogènes”, mais la situation est globalement satisfaisante, “avec des niveaux supérieurs à la moyenne sur une grande partie du territoire. La recharge 2019-2020 des nappes phréatiques a été nettement supérieure à la moyenne, du fait de pluies efficaces précoces et conséquentes, et a généré des niveaux particulièrement hauts sur certaines nappes, en particulier du bassin aquitain et sur le pourtour méditerranéen, qui ont en outre bénéficié d’apports supplémentaires en mai. Une situation “moins favorable” sur une large partie Nord-Est, les nappes de la plaine d’Alsace, des couloirs de la Saône et du Rhône et de l’est du Massif Centre affichant toujours “des niveaux modérément bas à bas, conséquences de déficits pluviométriques successifs”. Mais les épisodes de pluie attendus en juin “pourraient avoir un effet bénéfique localement sur les nappes les plus réactives”. Les tendances des nappes inertielles devraient quant à elles “rester orientées vers la baisse et la situation ne devrait pas se modifier”. 

https://www.journal-des-communes.fr/nappes-phreatiques-meteeau-loutil-de-prevision-devoile-par-le-brgm/

Partager cet article

Repost0
20 mai 2020 3 20 /05 /mai /2020 13:55
27.3.2020 Isles les Villenoy : eau potable non conforme aux références de qualité pour le paramètre Equilibre  calcocarbonique

Partager cet article

Repost0

Recherche