Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 15:37

 

L’Agence de Sureté Nucléaire a fait le 25/11/2019 une visite d’inspection sur le Fort de Vaujours, à la suite de laquelle l’ASN a adressé un courrier, en date du 15/1/2020, aux préfets du 77 et 93, souhaitant une réponse de l’industriel Placoplatre sous 2 mois.

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/Divers/Fort-de-Vaujours

 

 

Extraits des demandes de l’Agence de Sureté Nucléaire du 15/1/2020

Placoplatre Fort de Vaujours : l’Agence de Sureté Nucléaire demande des explications à l’industriel
Placoplatre Fort de Vaujours : l’Agence de Sureté Nucléaire demande des explications à l’industriel
Placoplatre Fort de Vaujours : l’Agence de Sureté Nucléaire demande des explications à l’industriel
Placoplatre Fort de Vaujours : l’Agence de Sureté Nucléaire demande des explications à l’industriel

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 18:45

"L’article 173 de la loi ALUR (Accès au Logement et Urbanisme Rénové) du 24/03/2014 prévoit l’élaboration de  secteurs d’information sur les sols (SIS). La définition officielle d’un SIS est précisée à l’article L. 125-6 du code de l’environnement : « L’État élabore, au regard des informations dont il dispose, des secteurs d’information sur les sols qui comprennent les terrains où la connaissance de la pollution des sols justifie, notamment en cas de changement d’usage, la réalisation d’études de sols et de mesures de gestion de la pollution pour préserver la sécurité, la santé ou la salubrité publiques et l’environnement."

 

A la lecture du document paru sur le site de la préfecture nous apprenons que suite à l'incendie de la décharge Suez Sita Villeparisis du 17/2/2013 des prélèvements ont été effectués sur les terrains avoisinants et il a été découvert une charge en pollution des sols indépendante de l'incendie, sur la parcelle ZA10, au droit du point B7,  une teneur supérieure au fond géochimique en plomb, zinc et en mercure a été relevée.

 

Cette parcelle se trouve au bord du fort de Vaujours et a une contenance de 6974 m2.

 

Il serait souhaitable que Placoplatre, propriétaire de cette parcelle mène des investigations supplémentaires afin de rassurer la population et dépollue le site, si nécessaire.

 

Affaire à suivre......

 

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/41279/311212/file/Courtry.pdf

Courtry  Bois les carrières : suite à la découverte de teneur supérieure au fond géochimique en plomb, zinc et mercure dans le sol, Placoplatre va-t-il mener des investigations supplémentaires ?
Courtry  Bois les carrières : suite à la découverte de teneur supérieure au fond géochimique en plomb, zinc et mercure dans le sol, Placoplatre va-t-il mener des investigations supplémentaires ?

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 15:06

 

 

A grand renfort de médias l’Agence de Sureté Nucléaire présentait son bilan annuel début octobre dernier.

 

Dans un article paru dans le Parisien 77 Le gendarme du nucléaire soulignait la bonne gestion du site par Placoplatre mais ironie du sort l’ASN oubliait de dire que sa dernière inspection datait de février 2018, presque 20 mois déjà, lors de laquelle l’ASN avait demandé plusieurs actions correctives.

Ces actions correctives ont-elles été réalisées ? Le compte-rendu de la prochaine inspection devrait nous le dire.

 

C’est ce lundi que l’ASN devrait faire une nouvelle inspection, pas une inspection surprise, l’industriel Placoplatre a été prévenu, notamment lors de la dernière commission de suivi de site.

 

Affaire à suivre......

 

Lien vers les inspections ASN :

https://www.asn.fr/L-ASN/L-ASN-en-region/Ile-de-France/Fort-de-Vaujours/Lettres-de-suite-d-inspection

 

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

Fort de Vaujours : pour le gendarme du nucléaire, « les zones des objets contaminés ont été assainies »

À l’occasion de son bilan annuel sur les inspections menées l’année dernière, l’Autorité de sûreté nucléaire a souligné la bonne gestion de Placoplatre lors de ces incidents.

 

Placoplatre Fort de Vaujours : l’Agence de Sureté Nucléaire ASN n’a pas fait d’inspection depuis 21 mois, la prochaine inspection devrait avoir lieu ce lundi

Vincennes, mardi 8 octobre 2019. Les représentants de l’ASN ont fait un bilan sur l’état de la sûreté nucléaire en 2018 en Ile-de-France. LP/Hendrik Delaire

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/fort-de-vaujours-pour-le-gendarme-du-nucleaire-les-zones-des-objets-contamines-ont-ete-assainies-08-10-2019-8168940.php

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 09:48

 

 

Le sous préfet de Torcy, Gérard Branly a réuni cette année pour la 2ème fois cette CSS.

Il avait autorisé à ce que 2 représentants de FNE Seine et Marne puissent participer à cette réunion et comme à son habitude il a permis à chacun de s’exprimer librement et nous l’en remercions.

 

Les élus du 93 : les conseillers départementaux  Dominque Dellac (PC) et Pierre Laporte (PC) ainsi que le sénateur Gilbert Roger( PS) sont intervenus à plusieurs reprises, nous les remercions pour leur engagement sans faille à la protection de la santé des riverains et de leur environnement  et pour suivre sans relâche, depuis de nombreuses années, ce dossier si lourd.

 

Du côté des élus du 77 aucune prise de paroles : le seul élu présent était le député Rodrigue Kokoendo (LREM) qui n’a posé aucunes questions. Quant aux conseillers départementaux Xavier Vanderbise (LR), Isabelle Reccio (LR) et aux  2 sénateurs Claudine Thomas (LR) et Vincent Eblé (PS), ils n’ont même pas fait le déplacement, les populations du 77 apprécieront.

 

 

Du côté du CEA, il semblerait qu’il y ait un manque de transparence.

 En effet les associations attendent toujours les justificatifs de sortie du fort de Vaujours en 1998 des déchets radioactifs et matières nucléaires (bons de collecte, fiches suiveuses...) mais le CEA semble faire la sourde oreille.

Le CEA n’a pas permis non plus aux associations de consulter les archives du fort de Vaujours et notamment les compte-rendus du CHS et CHSCT. Nous remercions la DRIEE 77 qui a été autorisé à les consulter et en a fait un résumé aux membres de la CSS.

 

Lors de la présentation de Placoplatre nous avons appris que l’industriel avait découvert  700 m3 de terres polluées (radiologique et chimique), au niveau du bâtiment LG3, qui avait accueilli un canon à gaz léger (installation secondaire ayant expérimenté de l’uranium occasionnellement). (1)

 

Quant à la carrière exploitée depuis 1974, au niveau de la Fosse d’Aiguisy, Placoplatre  n’a pas respecté l’arrêté préfectoral qui l’obligeait à la remblayer avant fin 2015.

Aujourd’hui la situation semble assez grave sur ce secteur puisque durant l’hiver 2017-2018 «une loupe de glissement de terrain» a été découverte le long de la route stratégique (RD 129).

 

Bien que Placoplatre ait réalisé depuis un remblaiement de près de 70 000 m2 , un nouveau glissement de terrain a été constaté en juillet 2019 ce qui a amené la préfecture a délivré une mise en demeure à l'industriel.

De l’avis d’octobre 2019 du BRGM, la route stratégique (RD 129) ne serait pas menacée dans l’immédiat (2/3mois) mais le versant nécessiterait des travaux de stabilité à court terme. Une tierce expertise est demandé par la préfecture.

 

Placoplatre a déposé sa demande d’exploiter (DAENV) une carrière à ciel ouvert sur le fort de Vaujours le 23/9/2019, demande qui est en cours d’instruction à la préfecture.

La préfecture a demandé une tierce expertise sur l'étude des risques sanitaires avant de se positionner dans ce dossier.

 

Alors que les associations apprenaient par la presse le 8 octobre dernier que des inspections menées l’année dernière par L’Agence de Sureté Nucléaire avaient conclu à une bonne gestion du site par Placoplatre, elles s'attendaient à une présentation détaillée  par l’ASN , comme à l’ordinaire, mais elles ont dû se contenter d’un très court résumé oral.

 

 

(1) note CEA d’octobe 2018 page 12

 

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2019 3 02 /01 /janvier /2019 12:02

 

 

Dans le cadre de la concertation engagée par Placoplatre concernant le  projet d’exploitation d’une carrière à ciel ouvert sur le Fort de Vaujours, un site internet avait été ouvert, sur lequel vous pouviez poser des questions jusqu’au 21/12/2018, auxquelles Placoplatre devaient répondre.

 

 

Ironie du sort depuis quelques jours les questions sont toujours en ligne mais le grand public n’a plus accès aux réponses de Placoplatre, l’accès est réservé à ceux qui possèdent  "un code d’accès".

https://www.fort-de-vaujours.fr/vos-questions-nos-reponses/

 

Qui sont ces personnes qui possèdent ce code d’accès ?

 

Pourquoi l’industriel a bloqué l’accès à ses réponses au grand public ?

 

Pourquoi Placoplatre n’a-t-il par répondu aux 2 dernières questions posées par notre présidente ?

 

  

C’est

ladite concertation à la française ?

 

 

Pourtant on peut lire sur le site de la concertation :

 

« Pour accompagner sa démarche et favoriser un débat neutre, serein et équilibré, l’entreprise a sollicité la Commission nationale du débat publique pour que soient désignés 2 garants. Mme Dominique Simon et M. Laurent Pavard ont été nommés pour assurer cette mission. Il rédigeront à la fin un bilan de cette concertation. »

 

 

Ces 2 garants, payés par vos impôts, ont été nommés, par Chantal Jouanno, dans le cadre de la CNDP, structure qui devrait organiser « Le Grand Débat National ».

 

 

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 11:39

 

 

 

Une absence remarquée, celle du vice président du conseil départemental et maire de Courtry : Xavier Vanderbise (LR).

 

Les questions posées par les participants se sont concentrées sur les « problèmes de santé » et la « levée du secret défense ».

 

La réponse de l’industriel :

le gypse

est considéré

comme une ressource d’intérêt national !

 

 

Et les riverains

Une population d’aucuns intérêts ?

 

 

 

Plusieurs conseillers municipaux de Villeparisis sont intervenus, l’un d’eux a même demandé pourquoi sa commune ne participait pas à la commission de suivi de site. (c’est la préfecture qui en a décidé ainsi).

 

 

Alors que les questions fusaient, notamment, sur « la levée du secret défense » le représentant de l’ETAT a menacé de quitter la salle avec ses services, il a même évoqué, semble-t-il, l’éventualité de ne plus réunir de Commissions de Suivi de Site si cette instance ne convenait pas aux participants, son souci principal étant de protéger les 400 emplois, ce qui semble t-il, a été mal vécu par la salle remplie de riverains.

 

Opposer

les emplois aux riverains

est-ce la meilleure stratégie ?

 

A vous de juger

 

 

La représentante de l’Agence Régionale de Santé ARS a fait une présentation très technique des risques sur la santé pour les riverains de ce site, incompréhensible pour la majorité des participants, pour indiquer au final qu’il n’y avait pas plus de personnes qui mourraient de cancers à Courtry et peut-être même moins qu’ailleurs.

 

La réponse de l’ARS n’ayant semble-t-il  pas convaincu le président d’une association villeparisienne qui a attiré l’attention sur les problèmes de santé qu’il constatait dans sa commune.

 

Le député Rodrigue Koukouendo (En Marche) a remercié à plusieurs reprises les associations. Un député qui semble déconnecté des réalités car ce qu’attendent les associations c’est son soutien, qui ne semble pas leur être acquis pour l’instant.

 

A la sortie de la réunion les participants semblaient très déçus, ils indiquaient qu’ils n’avaient rien appris de nouveau, que l'on n'avait pas répondu à leurs attentes et certains sont même repartis bien plus angoissés, pour les risques sur leur  santé, qu’avant la réunion.

 

 

Deux « ateliers » doivent être organisés, avec la présence annoncée du Commisariat à l’Energie Atomique :

- A Courtry le lundi 3 décembre de 20h30 à 23h à la salle Darmon (31 Rue Charles Van Wyngene)

- à Villeparisis le mercredi 5 décembre de 19h à 21h30 à la mairie.

 

 

La balle est aujourd’hui dans le camp d’Emmanuel Macron qui doit donner les moyens à la préfecture de répondre aux questions des riverains, en levant « le secret défense » même partiellement, afin que l’on sache vraiment ce que contiennent les entrailles du fort de Vaujours.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 14:58

 

 

 

Extrait site Placoplatre Fort de Vaujours :

 

Depuis le démarrage des travaux de démolition en 2015, le projet fait l’objet de nombreux échanges avec l’administration, les élus locaux et les associations, notamment au travers des réunions de la Commission de Suivi de Site (CSS) mises en place par les Préfectures de Seine et Marne et Seine Saint Denis. Placoplatre souhaite aller plus loin et prend l’initiative de lancer une concertation publique. Celle-ci intervient en amont du dépôt de la demande d’autorisation d’exploiter en préfecture et se déroulera du 17 septembre au 21 décembre 2018.

Pour accompagner sa démarche et favoriser un débat neutre, serein et équilibré, l’entreprise a sollicité la Commission nationale du débat publique pour que soient désignés 2 garants. Mme Dominique Simon et M. Laurent Pavard ont été nommés pour assurer cette mission. Il rédigeront à la fin un bilan de cette concertation.

Parce que l’avis de chacun est essentiel, le public est invité à prendre la parole et contribuer au dossier d’exploitation de la future carrière de Vaujours-Guisy.

 

Pour poser vos questions :

https://www.fort-de-vaujours.fr/concertation/contribuez-a-la-concertation-publique

https://www.fort-de-vaujours.fr/concertation

 

 

 

 

 

Le Fort de Vaujours est situé sur 2 commune

Vaujours et Courtry

 

 

Une 1ère réunion publique sera organisée le 06 novembre à 20h30 à la Maison du temps libre à Vaujours.

 

 

 

Une 2ème réunion publique

sera-t-elle organisée à Courtry ?

 

 

Et d’autres réunions  publiques seront-elles également organisées sur les communes voisines de Coubron, Villeparisis, Tremblay-en-France...... ?

 

 

 

 

 

Pour le savoir

 nous vous conseillons de contacter

Placoplatre

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 18:55

 

 

Dans un souci de transparence, la  représentante de France Nature Environnement Seine et Marne avait demandé que la commission de suivi de site du Fort de  Vaujours soit ouverte au public.

Cela permettait aux riverains, comme lors d’un conseil municipal, de pouvoir assister à cette commission, d’entendre ce qui y était dit.

 

C’est une décision qui dépend du bureau de la CSS. Ce bureau compte 9 membres.

 

A voté pour :

- la représentante de FNE Seine et Marne pour le collège des riverains et associations protection de l’environnement

 

Ont voté contre :

- Les sous préfets du Raincy et de Torcy

- Le représentant de la DRIEE

- Le représentant des élus du 93 : le sénateur Gilbert ROGER

- Le représentant de Placoplatre Gilles Bouchet

- Le représentant des salariés de Placoplatre  Ludovic LE NOST

 

Se sont abstenus :

- Le représentant des élus du 77 : Paul Miguel, Président de la Communauté d’Agglomération Paris-Vallée de la Marne

- Le représentant du collège des riverains et association protection de l’environnement du 93 Gérard Munaut, association Coubron-Environnement ADESBB 93

(à noter que certaine association de défense de l'environnement du 93 membre de la CSS était favorable à l'ouverture de cette CSS au public)

 

Nous regrettons cette décision qui n’est pas pour calmer les esprits dans ce dossier si lourd.

 

 

Pour plus d’informations

nous vous conseillons de vous rapprocher

 des membres du bureau de la CSS

 qui ont voté contre

ou se sont abstenus.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
24 avril 2018 2 24 /04 /avril /2018 10:26

 

 

 

 

Les riverains du fort de Vaujours souhaitaient seulement assister à cette commission, comme on assiste à une réunion de conseil municipal.

 

Ils savaient qu’ils n’auraient pas le droit de s’exprimer mais qu’ils pourraient écouter.

 

 

La nouvelle vient de tomber :

 

Les salariés de Placoplatre

s’opposent à la présence

du public

à cette commission.

 

 

Des riverains très déçus, qui voudraient bien comprendre.

 

Une telle décision ne semble pas propice à apaiser les esprits dans un dossier si lourd et c’est bien dommage.

 

C’est Ludovic Le Nost, qui représente les salariés de Placoplatre au bureau de la CSS, qui a relayé ce refus auprès des Sous Préfets.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 mars 2018 3 28 /03 /mars /2018 18:51

 

 

La Préfète préfère rencontrer l'industriel Placoplatre plutôt que les riverains du Fort de Vaujours qui s'inquiètent pour leur santé et celle de leurs enfants.

 

Une visite très mal perçue par les populations et qui n'est pas là pour apaiser les esprits.

 

C'est bien dommage.....


 

Paru sur le site de la Préfecture :

Visite de la préfète de Seine-et-Marne à l'usine Placoplatre de Vaujours

Mise à jour le 26/03/2018

Mardi 20 mars 2018, Béatrice Abollivier, Préfète de seine-et-Marne, a visité le site industriel de Placoplatre à Vaujours, ainsi que les carrières à ciel ouvert de Le Pin-Villeparisis

Entourée de Nicolas De Maistre, secrétaire général de la préfecture, de Gérard Branly, sous-préfet de Torcy et de Guillaume Bailly, directeur de l'unité départementale de la DRIEE, la préfète de Seine-et-Marne s'est rendu sur le site de placoplatre situé sur la commune de Vaujours (Seine-Saint-Denis), en limite de Tremblay-en-France au nord et de Villeparisis (Seine-et-Marne) à l’est, le site de Vaujours est à l’origine de la plaque de plâtre en France, avec un démarrage de la production dès 1949.
 
 Après une présentation de l'usine 
placoplatre de Vaujours,  la délégation s'est rendu à la carrière à ciel ouvert de Bois le Comte. Elle alimente l’usine de Vaujours en gypse pour la production de plaques de plâtre et fait l’objet d’un arrêté préfectoral daté du 18 mars 2008. De retour à l'usine, la préfète a pu visiter l'unité de recyclage des déchets de chantier à base de plâtre et le site industriel de la chaine de plaques type V5.
 
 Placoplatre souhaite ouvrir une nouvelle carrière sur le domaine du Bois de Guisy, abritant l'ancien site du fort de Vaujours, pour y exploiter le gypse du sous-sol. Ce projet, actuellement à l’étude, est élaboré en partenariat avec des bureaux d’études spécialisés et en concertation avec l’ensemble des parties prenantes (administration, élus, associations, …).

 

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Actualites/Actualite-du-prefet/Actualites-2018/Visite-de-la-prefete-de-Seine-et-Marne-a-l-usine-Placoplatre-de-Vaujours

 

Partager cet article

Repost0

Recherche