Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 10:50

 

Paru sur le site FNE Ile de France :

 

La voix d’Environnement 93 ? Aussi celle de FNE Ile-de-France !

Je suis allé à la rencontre de Francis Redon, Président d’Environnement 93 le 20 Avril dernier. S’impliquer sur tous les sujets environnementaux du territoire Séquano-dyonisien est son lot quotidien. Aller à la rencontre des acteurs locaux de protection de l’environnement de son département est essentiel pour mettre en commun les combats menés et apprendre mutuellement les uns des autres. Portrait.

C’est une deuxième vie qui commence à la tête d’Environnement 93. Après un parcours professionnel dans le milieu de l’informatique, Francis s’engage localement, sur Gagny, pour la protection de l’environnement. Avec Endema 93 (ex-Gagny environnement), il réussit à faire retoquer le Plan Local d’Urbanisme (PLU) en 2009. Il s’agissait de préserver les carrières de Gagny, réservoirs naturels de biodiversité, face à la bétonisation et au goudronnage. « Pour certains, qui dit naturel dit vide, il faut donc ne jamais s’arrêter de clamer que la biodiversité est le fondement même du développement durable » rappelle Francis.

 

Environnement 93, une fédération qui travaille main dans la main avec Adenca

Aujourd’hui Francis Redon épluche toujours les documents d’urbanisme et les dossiers de PLU. En 2016 la commune du Raincy a d’ailleurs demandé à Endema93 de participer à l’élaboration de son PLU. Hors PLU, les actions sur le département sont multiples pour favoriser le dialogue environnemental aussi bien dans le cadre des consultations et enquêtes publiques, des commissions départementales ou régionales, que des mises à niveau sur les thématiques environnementales qui sont autant de requis que de nécessités !

Quelques dossiers monopolisent cependant les énergies tels que l’urbanisation du Parc Georges Valbon, la rénovation de l’usine de transfert des déchets de Romainville, les luttes pour préserver les terres agricoles du Triangle de Gonesse avec les voisins du Val d’Oise, la protection des sites Natura 2000 de Seine-Saint-Denis, le dossier du Fort de Vaujours. Ce dernier projet cristallise les passions face aux impacts avérés des contaminations radioactives léguées par le CEA sur la zone Vaujours-Coubron-Courtry où l’augmentation des pathologies thyroïdiennes et des dérèglements hormonaux n’a jamais été analysée. Pour se faire entendre, le Parc Georges Valbon porté par le Collectif Sauvons La Dhuis, puis relayé par Environnement 93, a réussi àrassembler les moyens permettant de porter devant les tribunaux ce non-sens écologique. Les 333 contributeurs peuvent être fiers de défendre l’environnement par leur action online qui a bel et bien des répercussions sur le lieu où nous vivons. Le mouvement France Nature Environnement est et sera partout où l’environnement a besoin de lui.

▶️ Site d'Envrionnement 93: bit.ly/Environnement93

▶️ Engager la concertation sur le projet du Fort de Vaujours: http://bit.ly/ConcertationFortdeVaujours

Pierre GIAMBELLUCA
FNE Ile-de-France

https://fne-idf.fr/le-reseau/la-voix-des-herissons/746-la-voix-d-environnement-93-aussi-celle-de-fne-ile-de-france

Repost 1
Published by ADENCA
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 18:35
Conseil régional IDF Chantal Jouanno :des ordures et encore des ordures pour le nord-ouest 77 ?

 

 

 Chantal Jouanno, vice-présidente du Conseil régional, en charge de l’écologie et du développement durable indique :

 

« On ne peut pas continuer à donner le sentiment que la grande couronne est le déversoir du Grand Paris. Deuxièmement, c’est une formidable opportunité de créer une filière de valorisation des déchets, donc de l’activité et des emplois. Enfin sur le plan environnemental, on ne peut pas continuer à aller enfouir des terres en Seine-et-Marne parce qu’on ne prend pas le temps de s’organiser autrement ».

 

Après les décharges

 les entreprises de recyclage d’ordures

dans nos villages ruraux du nord-ouest 77 ?

 

Chantal Jouanno, l’élue  des Hauts de Seine au conseil régional,  ne répond pas aux courrier, e.mail, demande de rendez-vous des riverains des villages ruraux du nord-ouest 77 qui n’en peuvent plus de recevoir les ordures des autres.

 

Depuis sa nomination Chantal Jouanno n’a jamais répondu à Adenca :

- ni à sa demande de participation aux réunions de concertation Plans Déchets

- ni à sa demande de rendez-vous à la suite de l’annulation du Predec

- ni à sa demande d’information concernant un recours qui devait être déposé par sa collectivité contre l’annulation du Predec.

 

 

 

C’est ladite démocratie à la française.

 

Populations des villages ruraux du nord-ouest 77, vos enfants devront se contenter, semble-t-il, d’emplois à bas prix dans le traitement des ordures des autres et  de vivre au milieu d’un environnement pollué.

 

 

Circulez, y’a rien à voir

L’élite parisienne décide pour vous.

 

 

 

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 17:08

 

Article paru en avril 2017 sur le site de Sénart Citoyens :

 

 

ECT ou la culture du déchet et de la chenille processionnaires

http://ecoinfo77.blogspot.fr/2017/04/ect-ou-la-culture-du-dechet-et-de-la.html

 

Alors que les communes alentours luttent contre ce fléau, sur les espaces qu'elle à "végétalisé" le long de la butte d'Egrenay, la société ECT les cultives ! Plusieurs centaines de cocons sont en train de détruire la centaine de pauvres Pins cache misère de cette verrue géographique. C'est ce que l'on appelle la "Cohésion territoriale" !

 

 

Nord-ouest 77 décharge de Moissy Cramayel : ECT ou la culture du déchet et de la chenille processionnaires

 

 

Informations sur les chenilles processionnaires, effets sanitaires, mesures réglementaires spécifiques en Seine-et-Marne sur le site

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/Foret/Contexte-et-Partenaires/La-foret-en-Seine-et-Marne/Informations-sur-les-chenilles-processionnaires

Repost 1
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 13:43
Château de St Thibault Montgé en Goële

Château de St Thibault Montgé en Goële

 

Le baron André Eichthal achètera au début du 20ème siècle le château de St Thibault (disparu vers 1970), avec parc à l’anglaise, plantés de rhododendrons  et de nombreuses essences d’arbres, la propriété possédait également une chapelle où se trouvait le statue funéraire de Jean de Chabannes,comte de Dammartin.Une ferme avec ses dépendances faisait également partie du domaine, le tout situé au milieu de la forêt régionale de Montgé en Goële.

 

Son épouse y fera réaliser une allée cavalière, plantée de 252 platanes , une allée conservée encore aujourd’hui en partie.

 

 

Nord-ouest 77 Forêt régionale de Montgé en Goële :un banquier d’origine allemande la protégea, un industriel allemand veut la détruire

 

 

Le Baron était issu d’une dynastie de banquiers allemands, d’origine juive, anoblie par le roi Maximilien de Bavière.

Il était né au Château de Plaines à Pradines (Loire) le 30/3/1873

Il est le fils d’Adolphe Eichthal et Agathe Tessier

 

Il avait pour grand Père Adolphe Eichthal (1805-1895)

Député de la Sarthe de 1846 à 1848

Gérant de la Banque de France 1839 à 1848

Directeur de la Caisse d’Epargne de Paris

Commandeur de la Légion d’Honneur.

 

Il épousera le 21/10/1896 à Nîmes Madeleine Martin

fille de Louis, Simon MARTIN, négociant et de Marie Teissonnière,

dont le grand-père Scipion Teissonnière avait été président de la cour d’appel de Nîmes.

 

2 enfants Jacqueline et Bertrand naîtront de cette union.

 

Il était  Licencié en droit et sera :

- maire de Montgé en Goële de 1919 à 1929

- délégué cantonal de Dammartin en Goële

- vice président de la Caisse d’Epargne de Paris

- délégué de la Sté de Secours aux blessés militaires pendant toute la guerre

- administrateur de l’office public des habitations à bon marché de la Seine

- vice  président du secours d’urgence

- fondateur de l’association du village reconstitué pour l’assistance aux habitants des régions sinistrés.

 

 Il décédera le 3/2/1948.(1)

 

 

Forêt régionale de Montgé en Goële

un banquier d’origine allemande

la protégea

 un industriel allemand

veut la détruire !

 

 

Aujourd’hui c’est l’industriel allemand Knauf qui est venu s’implanter à St Soupplets en 1990 qui voudrait détruire cette magnifique forêt pour y exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert qui devrait être remblayée par des déchets.

 

 

 

(1)Sources :

Bibliothèque Gallica :Bulletin des études littéraires et scientifiques du Lot 1955 : le sépulcre de l’ancien prieuré de Montgé.

Geneanet  site Pierfit

Archives municipales de NÎmes

Base Léonore http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=RETOUR

http://fr.topic-topos.com/allee-des-platanes-montge-en-goele

http://www.77couleurjardin.com/pages/jardins-par-secteur/secteur-nord/montge-en-goele-domaine-de-saint-thibault.html#R5F75D6tQAmQvSII.99

 

 

 

 

 

Repost 0
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 15:19
7ème circonscription de Seine et Marne : une circonscription qui semble vouée à la ruine et  croule sous les ordures des autres ?

 

Voici l’évolution de votre territoire

depuis une dizaine d’années

 

Sécurité :

- Fermeture du commissariat de Mitry-Mory (2013)

 

Santé :

- Fermeture de l’hôpital de Lagny sur Marne (2012)

- Fermeture de la clinique de Lagny sur Marne (2013)

- Fermeture de nombreux cabinets médicaux

- Fermeture de centres de sécurité sociale

 

Transports :

- Une ligne de train RER B délabrée

- Des villages ruraux très mal desservis.

 

Commerces :

- Fermeture des petits commerces en centre-ville et dans les villages ruraux

( Boulangeries, Epiceries, Cafés/Restaurants, Presse/Librairie…)

 

Environnement :

Eau :

- Une eau du robinet chère et de qualité médiocre

- Une rivière Beuvronne parmi les plus polluées de Seine-et-Marne

 

Air :

- Pollution par :

            - Pesticides (près des écoles, des maisons, des centres aérés, des terrains de sports…)

            - Incinérateurs, Décharges, Carrières, Usine à plâtre, Centrales à bitume....

            - Blanchisseries Industrielles....

            - Circulation des avions, camions et véhicules divers…

          

Déchets :

- Ouverture d’un incinérateur d’ordures de station d'épuration à St Thibault des Vignes

- Ouverture de 8 décharges ISDI, d’ordures du BTP :

            - 1 à Fresnes Sur Marne près de l’école maternelle (2007)

            - 3 à Annet sur Marne (2 en 2008, 1 en 2013)

            - 2 à Villeneuve sous Dammartin (2008 et 2014)

            - 1 à Moussy le Neuf (2011)

            - 1 à Villevaudé  (2009)

- Ouverture d’une entreprise de traitement de déchets dangereux à Villeparisis (2010)

- Ouverture de 2 carrières/décharges :

            - 1 à Villeparisis (2008)

            - 1 à Villevaudé (2017)

- Extension de la décharge de déchets non dangereux de Claye-Souilly (2007) qui compte   289 hectares aujourd’hui

- Stockage de déchets radioactifs DRNR dans la décharge de Villeparisis (2009)

- Ouverture de décharges illégales :

            - à Compans sur une site du Ministère de l’Ecologie (nettoyée en 2016)

            - à Claye-Souilly sur des terres agricoles où l’on fait aujourd’hui se promener des                         enfants (devenue Parc de la Prée)

            - à Le Pin sur un site appartenant au Conseil Départemental

            - à Pomponne, à Villeroy, à Saint-Thibault des Vignes

            - à Fresnes sur Marne au bord de la Beuvronne

            - à Villeparisis le long de la Francilienne.

 

 

Projets à venir :

 

- 2 Décharges ISDI d’ordures du BTP ( Fresnes sur Marne et Moussy le Neuf)

- 1 Carrière/décharge sur l’ancien site du Commissariat à l’Energie Atomique de

   Courtry/Vaujours

- Usine de méthanisation d’ordures à Moussy le Neuf

- Usine de compostage d'ordures de station d'épuration à Moussy le Neuf

- Enfouissement de déchets gaz carbonique (CO2) sous la décharge de Claye-Souilly

- Extension du délai d’exploitation de la décharge de déchets dangereux de Villeparisis

- Remblais par déchets « dits inertes » à Claye-Souilly pour créer une piste BMX.

 

 

Comment en est-on arrivé là ?

 

Pourquoi Yves Albarello, le député de cette circonscription a donné des avis favorables pour :

- L’Extension de la décharge Veolia de Claye-Souilly

- L’Implantation de décharges ISDI à Villevaudé et Annet-Sur-Marne

- L’Implantation d’une installation de traitement de déchets dangereux à Villeparisis, alors que  la mairie de Villeparisis avait donné un avis défavorable ?

Pourquoi Yves Albarello, rapporteur du Grand Paris,  n’était pas favorable  au moratoire Predec qui interdisait l’implantation de décharges ISDI pendant 3 ans en Seine et Marne ?(1)

 

 Pour plus d'informations

 nous vous conseillons de le contacter

 

(1) http://adenca.over-blog.com/2015/03/le-depute-du-nord-ouest-seine-et-marne-yves-albarello-contre-le-moratoire-du-predec-qui-interdirait-l-implantation-de-decharge-isdi

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-que-faire-des-dechets-de-verres-cathotiques-mais-envoyez-les-en-seine-et-marne-ils-ont-de-la-plac-82655466.html

Repost 0
Published by ADENCA - dans SEINE ET MARNE
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 16:38

 

 

A l'occasion

de la fête de la Nature

 L'Association du sentier au pont rouge

vous invite à une visite :
 

 

A la découverte d'Isles-les-Villenoy

Samedi 20 mai 2017, 14h

Dans le cadre de cette fête de la nature, nous partirons à la découverte de ce village, de la Marne et de son grand et beau bassin naturel qui sert d’abri à certains oiseaux. Nous aurons peut-être la chance de voir certains oiseaux migrateurs. Venez nombreux ! Une belle balade en perspective !

Réservation obligatoire au 06 31 35 17 37 ou à voisinecosolidaire@gmail.com

 

vous pouvez consulter le programme sur le site de l'association :

http://www.fetedelanature.com/espace-acteurs/association-du-sentier-au-pont-rouge

 

 

A l'occasion   de la fête de la Nature   L'Association du sentier au pont rouge  vous invite à découvrir Isles les Villenoy
Repost 0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 20:55
Forêt régionale de Montgé en Goële

Forêt régionale de Montgé en Goële

 

 

Destruction

de 35 hectares de la forêt régional

de Montgé en Goële

 

 

Afin de protéger la forêt régional de Montgé le conseil départemental 77 décidera d’y créer une zone de protection au titre des Espaces Naturels Sensibles.

Pour accompagner l’action du conseil régional IDF de protection du massif et de son ouverture au public, le 19 juin 1989, le conseil général 77 décide de préempter (1) les terrains de la forêt régionale de Montgé en Goële.

 

Etait-ce vraiment

 pour protéger la forêt

 ou

 pour favoriser

l’exploitation du gypse à ciel ouvert

par l’industriel allemand Knauf ?

 

A vous de juger.

 

Ironie du sort en 2014, le conseil départemental 77 décidera de déclasser 35 hectares d’Espaces Naturels Sensibles pour permettre à l’exploitant Knauf d’implanter une carrière de gypse à ciel ouvert dans cette forêt.

 

C’est lors de la séance du 2/2/2014 que le conseil général 77 donnera un avis favorable, ce sont  Jean-Pierre Bontoux (PCF) conseiller général du canton de Mitry-Mory  et son collègue Michel Vallier (PS), conseiller général du canton de Trilport, qui seront les rapporteurs de la proposition de déclassement des Espaces Naturels Sensibles, sous le présidence de Jean-Jacques Hyest (UMP),

 

 

C’est le Conseil Régional IDF, président Jean-Paul Huchon (PS), qui l’avait demandé  après que ses membres aient donné un avis favorable à l’unanimité  (séance du 26/6/2003).

 

Ce même jour l’AEV, président David Bohbot (PS), demandera au maire de St Soupplets, Francis Delabarre (UMP), de faire voter une délibération pour demander d’exclure du droit de préemption ENS les parcelles concernées, ce que fera le conseil municipal le 15/12/2003.

 

 Le Centre de la propriété forestière et la Chambre d’Agriculture consultés le 8/12/2003 n’ont pas émis de remarque particulière.

 

Est-ce acceptable

que tous ces élus se soient entendus 

pour accepter

la destruction

de notre patrimoine forestier du nord-ouest 77 ?

 

A vous de juger

 

 

 

Qu'en est-il aujourd'hui ?

 

Lors de la séance du 28/4/2017  le conseil départemental 77, déposa une proposition visant à permettre de détruire la forêt de Montgé en Goële, en autorisant l'exploitation du gypse par une carrière à ciel ouvert, c'est Isoline Millot (LR), conseillère départementale du canton de Nemours qui était rapporteur de cette proposition, sous la  présidence de Jean-Jacques Barbaux (LR) .

 

C'était sans compter sur l'intervention des deux conseillers départementaux du canton de Mitry-Mory, Marianne Margaté (PCF) et Bernard Corneille (DVG), qui ont permis que cette proposition n'aboutisse pas.

 

Deux conseillers très attachés au patrimoine environnementale du nord-ouest 77 qui ont obtenu un vote à l'unanimité  du conseil départemental 77 contre l'exploitation du gypse à ciel ouvert sur la forêt de Montgé en Goële.

 

Affaire à suivre.........

 

 (1) préemption. Priorité dont jouit un acheteur (notamment l'Administration) pour se porter acquéreur d'un bien avant toute autre personne

Repost 0
Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 18:22
Plan Déchets IDF : riverains des décharges, taisez-vous c’est la région IDF qui décide !

 

Valérie Pécresse a pris un arrêté en date du 6/3/2017 afin de nommer les membres de la commission d’élaboration et de suivi du futur plan déchets d’Ile de France.

 

Riverains des installations de déchets de Seine et Marne vous ne serez pas invités à la table de la concertation car  Valérie Pécresse  ne l’a pas souhaité et comme c’est elle qui décide.

 

C’est ladite

« concertation à la française »

 

Par contre Valérie Pécresse a préféré inviter,  en nombre, les industriels du déchet et du BTP, ils seront représentés par 33 syndicats fédérations et associations de démolisseurs ou producteurs de déchets ou maître d’ouvrage ou exploitants de décharges.....

 

Quant aux associations régionales ou nationales, elles seront seulement  huit : 3 pour la défense de l’environnement, 3 pour la défense des consommateurs et 2 pour le secteur du réemploi.

 

Il en sera de même pour les élus du conseil régional, sur 16 élus pour l’IDF Valérie Pécresse  n’en choisira que deux pour représenter le 77 :

- Mme  Roseline Sarkissian

- Mme Sylvie Fuchs.

 

Par contre les Yvelines, l’Essonne et le Val de Marne, en auront 3 chacun.

 

 

La Seine et Marne au service de l’Ile de France !

 

C’est à partir des années 1960 que la situation se dégrade pour la Seine et Marne quand le Général de Gaulle  décide de créer par ordonnance le district de Paris (devenu la Région IDF). C’est Paul Delouvrier qui sera chargé de réorganiser cette région.

 

Pour faire court :

- Il fallait soulager Paris de ses industries polluantes que l’on envoya pour  grande partie vers l’Est Parisien : la Seine St Denis et la Seine et Marne.

 

- Il fallait soulager Paris de ses logements insalubres, ce pourquoi on créa les villes nouvelles, ce qui permis d’envoyer les populations modestes vivre en grande banlieue pour favoriser  l’accueil des populations aisées dans la capitale.

 

Mais il y avait aussi le problème des ordures, il fallait bien les déverser quelque part, ce sera en majorité  dans l’est parisien au nord-ouest 77 et dans le Val d’Oise, dans les trous des carrières       « une aubaine ».

 

Taisez-vous, c’est la région qui décide !

 

Pour éviter les contestations l’ETAT imposera un plan déchets au niveau régional en IDF.

C’est le Conseil Régional IDF qui décidera alors qu’ailleurs ce sera les départements.

 

 

 

 

Repost 0
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 18:54
Les communes entourées en violet ne bénéficieront pas du Plan de Prévention du Bruit et de l'Environnement alors que les communes voisines en bénéficieront.

Les communes entourées en violet ne bénéficieront pas du Plan de Prévention du Bruit et de l'Environnement alors que les communes voisines en bénéficieront.

 

Annet sur Marne, Charmentray, Charny,  Cuisy, Fresnes sur Marne, Iverny, Marchemoret, Messy, Montgé en Goële, Nantouillet, Le Pin, Le Plessis l’Evêque, Le Plessis aux Bois, Oissery, Précy sur Marne, St Mesmes,  St Pathus, Villeroy, Villevaudé, Vinantes.

 

Ces 20 communes rurales ne bénéficieront pas d’un Plan de prévention du bruit et de l’environnement, ni d’un dispositif de surveillance de la qualité de l’air.

Pourquoi ?

 

Parce que l’ETAT a décidé de démanteler la Communauté de Communes Plaines et Monts de France, contre l’avis des populations et celui de leurs élus.

Une communauté  de communes qui dépassait les 100 000 habitants et n’en a plus que 23 500 aujourd'hui, trop peu pour bénéficier  d’un Plan de prévention du bruit et de l’environnement et d’un dispositif de surveillance de la qualité de l’air.

Ces 2 dispositifs étant réservés aux communautés d’agglomération de plus de        100 000 habitants.

 

Une injustice environnementale

de plus pour les habitants

 de ces 20 communes rurales

 qui se sentent complètement abandonnés

 

Paru sur Mairie info le 2/5/2017 :

 

1637 communes concernées par les cartes du bruit

LEnvironnement

Les ministres de l’Environnement et de l’Intérieur ont défini samedi, par arrêté, la liste des agglomérations de plus de 100 000 habitants et des communes qui en sont membres, et qui sont concernées par l’application « de l’article 572-2 du Code de l’environnement ». Autrement dit, l’obligation d’établir une carte de bruit et un plan de prévention du bruit.
Rappelons que les plans de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) ont été instaurés suite à la directive européenne 2002/49/CE. Les textes prévoient qu’une carte du bruit doit être réalisée autour des voies routières empruntées par plus de 3 millions de véhicules par an, des voies ferrées comptant plus de 82 trains par jour, et des agglomérations dont la population est supérieure à 100 000 habitants. La liste de ces agglomérations doit être remise à jour tous les cinq ans.
Pour établir les PPBE, les autorités compétentes sont le préfet ou le département pour les infrastructures routières dépendant de leur compétence, et les communes situées dans le périmètre des agglomérations concernées ou les EPCI s’ils ont la compétence en matière de lutte contre les nuisances sonores.
Les PPBE doivent contenir une synthèse des données issues de la cartographie du bruit sur le territoire, une évaluation du nombre de personnes exposées à un bruit excessif, les objectifs de réduction du bruit, les mesures et les financements envisagés pour réduire le bruit dans les zones les plus exposées.
Pour ce qui concerne les agglomérations, le Code de l’environnement précise que les cartes du bruit doivent prendre en compte « le bruit émis par le trafic routier, ferroviaire et aérien ainsi que par les activités industrielles et, le cas échéant, d'autres sources de bruit ». Elles doivent être révisées « au moins tous les cinq ans » et « rendues publiques ».
Selon l’arrêté publié ce week-end, ce sont 45 agglomérations qui sont désormais concernées par ces dispositions : Angers, Arras, Aubergenville, Beauchamp, Bordeaux, Brest, Brunoy, Caen, Cannes, Cergy, Clermont-Ferrand, Courcouronnes, Dijon, Dunkerque, Grenoble, Hénin-Beaumont, Le Havre, Le Mans, Le Pecq, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Montmorency, Montpellier, Nancy, Nantes, Nice, Orléans, Orsay, Paris, Perpignan, Reims, Rennes, Roissy-en-France, Rouen, Sainte-Geneviève-des-Bois, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Tours, Torcy, Trappes, Versailles. En incluant les communes faisant partie de ces agglomérations, la liste concerne 1637 communes, dont on trouvera le détail dans l’arrêté téléchargeable ci-dessous.
Pour établir cette liste, le ministère de l'Environnement a essayé d'adapter les critères de manière à ce que cette obligation ait un sens, autrement dit, qu'elle ne concerne que des communes effectivement touchées par un problème de bruit. Il a donc ajouté un critère de densité (plus de 1000 habitants au km²). Dans la nouvelle liste, plusieurs centaines de communes sont sorties, et plusieurs centaines d'autres sont entrées.
Il est à noter que cette liste permettra de déterminer d’autres obligations : le seuil de 100 000 habitants est également celui qui a été retenu par le législateur pour mettre en place les dispositifs de surveillance de la qualité de l’air (article L221-2 du Code de l’environnement).

 

http://www.maire-info.com/environnement-developpement-durable/environnement/1637-communes-concernees-par-les-cartes-du-bruit-article-20708

 

 

Repost 1
Published by ADENCA - dans BRUIT
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 10:37
C'est derrière ce bois que devrait s'implanter cette entreprise de désamiantage

C'est derrière ce bois que devrait s'implanter cette entreprise de désamiantage

 

Une usine de désamiantage de wagon, de traitement et tri de déchets dangereux, concassage de déchets BTP… projette de s’implanter en bordure de le Forêt Régionale de Montgé en Goële, à proximité du village rural de Marchemoret.

 

Une forêt régionale ouverte au public où des familles avec enfants en bas âge viennent s’y promener.

 

Une agence régionale de santé qui semble donner des avis favorables à tout va dans ce secteur, puisque il y a quelques mois elle avait également donnée un avis favorable pour l’implantation d’une décharge de déchets dangereux à quelques kilomètres de là (projet Terzeo Villenoy/Isles les Villenoy).

 

Mais quand il s’agit de financer des études épidémiologiques pour connaître l’état de santé des riverains des sites polluants du nord-ouest 77 l’Agence Régionale de Santé refuse comme

autour du fort de Courtry/Vaujours ou de la zone industrielle de Mitry-Compans.

 

A notre connaissance l’Agence Régionale de Santé IDF n’a jamais financé, non plus, aucune étude sur l’état de santé des populations vivant autour de l’incinérateur d’ordures ménagères et de la décharge située à Monthyon, commune voisine de Montgé en Goële.

 

 

 

C’est le dit système « de l’intérêt général »

 qui privilégie les intérêts financiers de certains

au détriment de l’être humain

et impose à une minorité invisible de sacrifier son environnement

et sa santé pour les autres.

 

 

 

 

Pour savoir pourquoi

les élus de Montgé en Goële

ont donné un avis favorable,

nous vous conseillons de les contacter

 

M. Pascal Hiraux, maire

Mrs AUBRY Jean-Pierre, Barbier Franck, Bongiorno Guy, BRAUN Pascal, DELMOTTE Philippe, DUBOIS Gérard, GERAL Sébastien, GUILLEMINOT Christian, PELLETIER Rémi, THUILLIER François

Mmes CHAMBE Ghislaine, GAULT Emilie, GERROUDJ Isabelle, JACQUES Evelyne,

 

 

 

Pour savoir

si les élus de Marchemoret

ont donné un avis favorable ou défavorable

nous vous conseillons de les contacter

 

 

M. Jean-Louis DURAND Maire

Mmes Séverine LUCAS, Laëtitia LEMAITRE, Valérie ZERBIB, Emmanuelle BOURDON

Mrs Claude CALOÏ , Laurent BELLOY, Gilles MARLEIX, Emmanuel VUAGNAT, David GIRARD, Christian COURBEBAISSE, Francis DESSE-MARY, Benjamin PERINET, Patrick MARY

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Recherche