Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2024 5 12 /04 /avril /2024 15:13
Crécy la Chapelle vue sur  la rivière
Partager cet article
Repost0
12 avril 2024 5 12 /04 /avril /2024 15:12
LONGUEVILLE : LE VIADUC
Partager cet article
Repost0
8 avril 2024 1 08 /04 /avril /2024 13:12

 

 

Extraits du rapport d'inspection

 

 

Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 10/10/2023 BASF Meaux   doit revoir sa copie
Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 10/10/2023 BASF Meaux   doit revoir sa copie
Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 10/10/2023 BASF Meaux   doit revoir sa copie
Partager cet article
Repost0
7 avril 2024 7 07 /04 /avril /2024 12:14
Canal de l'Ourcq à Marolles Oise
Partager cet article
Repost0
4 avril 2024 4 04 /04 /avril /2024 18:53

 

Paru dans la Liberté Le Bonhomme Libre :

 

Méthanisation : de nouvelles règles du jeu pour contrer les dérives en Normandie

Parce que des dérives ont été observées, la Région Normandie a décidé de revoir sa copie pour les subventions aux agriculteurs désirant mettre en place des unités de méthanisation.

Contrôle des méthaniseurs : Valérie Pécresse en IDF va-t-elle suivre la méthode d'Hervé Morin en Normandie ?

 La Région Normandie veut poursuivre le développement de la méthanisation pour l'inscrire dans la transition énergétique normande, mais de façon « raisonnée et raisonnable », c'est-à-dire en limitant l'utilisation de cultures alimentaires pour produire du biogaz. Illustration. ©Jean-Philippe MASSIEU

 

Par Maxence GorreguesPublié le 19 Mar 24 à 19:50  

 

Financeurs publics et acteurs de terrain ont trouvé un accord. Et les termes en ont été dévoilés à Caen (Calvados), ce lundi 18 mars 2024, au sujet du développement des unités de méthanisation en Normandie.

 

Près de 200 unités de méthanisation en 2024 en Normandie

Ces unités qui produisent du biogaz sont en plein développement dans la région. La Normandie en comptait 77 en 2019, pour en dénombrer près de 200 cinq ans plus tard. Alors qu’une vingtaine de projets supplémentaires était à l’arrêt depuis plusieurs mois, leur instruction ayant été suspendue par le Conseil régional de Normandiele feu vert vient d’être de nouveau activé.

 

Des mesures pour contrer les dérives

« Nous avons observé des dérives, explique Hervé Morin, le président de la Région. Il nous a donc fallu réviser les conditions de développement des unités de méthanisation, afin que cette activité développée dans les exploitations agricoles n’ait pas d’impact négatif sur les autres activités agricoles, et en partie sur l’élevage. »
En d’autres termes, il fallait trouver un meilleur équilibre pour que 
la rémunération issue de la production de biogaz ne vienne pas concurrencer les sommes perçues par les activités traditionnelles, au risque de les voir se réduire, ou pire, de les voir disparaître.

 

25 contrôles par an

Pour fonctionner, une unité de méthanisation respecte deux grandes étapes : le stockage des matières organiques, puis le transfert dans le digesteur dans lequel le biogaz est produit par fermentation.

Certaines installations enfreignaient les règles liées aux intrants dans les digesteurs. En clair : des surfaces agricoles, particulièrement de maïs, se trouvaient détournées de leur destination de production alimentaire animale, en faveur d’une destination énergétique.

Hubert Dejean de la Bâtie, vice-président du Conseil régional en charge de la transition environnementale 

Résultat : les services de l’État contrôleront 25 unités de méthanisation par an sur site, pour s’assurer de la conformité de l’installation, et vérifier que les cultures alimentaires ne dépassent pas 15% de l’approvisionnement des méthaniseurs.

 

« Une régulation nécessaire »

« Cette régulation est acceptable, et même souhaitable, confie Sébastien Windsor, président de la Chambre d’agriculture de Normandie. Il fallait trouver un équilibre pour que les revenus de la méthanisation ne soient pas supérieurs à ceux de l’agriculture, mais qu’ils apparaissent bien comme un complément de revenus pour les agriculteurs. Elle reste un complément à l’élevage. » 

Pour monter une unité de méthanisation, il est courant que des agriculteurs se regroupent à trois ou quatre. Le coût avoisine généralement les 10 millions d’euros, et l’aide directe de la Région, via des fonds européens, peut avoisiner le million d’euros.

 

Il est normal qu’avec des aides aussi significatives, les règles soient bien claires, et que les contrôles soient bien organisés.

Hervé Morin

 

Des manquements aux obligations règlementaires entraîneront le remboursement des aides accordées.

 

« La production agricole doit d’abord nourrir les hommes et les animaux, conclut le président de Région. La méthanisation est au service de l’agriculture et non l’inverse. » Ces nouvelles règles doivent être validées lors de la prochaine commission permanente du Conseil régional de Normandie, le 15 avril 2024.

 

https://actu.fr/normandie/caen_14118/methanisation-de-nouvelles-regles-du-jeu-pour-contrer-les-derives-en-normandie_60840550.html

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2024 3 03 /04 /avril /2024 14:04

 

 

Quels risques pour le captage d’eau potable de Marcilly ?

 

 

Extraits du rapport d'inspection

 

Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 29/11/2023 de la casse auto DRM à Marcilly le Préfet va-t-il faire fermer le site dans l’attente de sa mise aux normes ?
Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 29/11/2023 de la casse auto DRM à Marcilly le Préfet va-t-il faire fermer le site dans l’attente de sa mise aux normes ?
Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 29/11/2023 de la casse auto DRM à Marcilly le Préfet va-t-il faire fermer le site dans l’attente de sa mise aux normes ?
Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 29/11/2023 de la casse auto DRM à Marcilly le Préfet va-t-il faire fermer le site dans l’attente de sa mise aux normes ?
Suite à une inspection de la DRIEAT 77 du 29/11/2023 de la casse auto DRM à Marcilly le Préfet va-t-il faire fermer le site dans l’attente de sa mise aux normes ?
Partager cet article
Repost0
2 avril 2024 2 02 /04 /avril /2024 13:58
Le Cercle de Généalogie de la Brie a édité un numéro exceptionnel :  « Sportifs Olympiques nés en Seine-et-Marne »   

Le Cercle de Généalogie de la Brie a édité un numéro exceptionnel :

« Sportifs Olympiques nés en Seine-et-Marne »

 

Vous pouvez vous procurer ce numéro au 5 cour de l’Abbaye à Lagny sur Marne

Pour connaître les horaires d’ouverture téléphonez au 01 64 12 29 29

Sinon vous pouvez vous le faire expédier par courrier.

https://www.cgbrie.org/

 

Sont cités dans ce numéro 2 sportifs nés à Claye-Souilly, des tireurs à l’arc :

 

Charles Gustave Cabaret, brossier puis fabricant d’arcs (JO de Londres 1908)

Il remporte une médaille de bronze

 

-  François, Arthur Mabillon , bûcheron, (JO d’Anvers 1920)

Il remporte 2 médailles d’argent au tir au Beursault à 33 mètres et 50 mètres et une médaille de bronze au 28 mètres.

 

 

Sont cités d’autres athlètes nés à Meaux, Melun, Montereau-Fault-Yonne, Ferrière-en-Brie, Fouju, Fontainebleau, Thorigny-sur-Marne, Chevrainvilliers, ST Fargeau, Congis-sur-Thérouanne, Coulommiers, Lagny-sur-Marne, Esbly, Moret sur Loing, Villeparisis, Tournan-en-Brie, Champagne-sur-Seine.

Partager cet article
Repost0
30 mars 2024 6 30 /03 /mars /2024 13:42
LE TUNNEL DE CHALIFERT
Partager cet article
Repost0
29 mars 2024 5 29 /03 /mars /2024 15:54

 

 

 

Paru dans la revue "Liaison"

de France Nature Environnement Ile de France

 

Le Pin : Une colline de déchets toxiques à la place d'une réhabilitation environnementale
Partager cet article
Repost0
27 mars 2024 3 27 /03 /mars /2024 11:49

 

 

Éditorial de la Lettre d’info de Yonne Lautre : Soutenir le mouvement des agriculteurs, mais pour quelle agriculture ?

 

 

Le 17 avril, ce sera la journée internationale des luttes paysannes.
Il est vrai que la crise agricole occupe une partie de l’espace médiatique ces derniers temps. Mais de quelles luttes parlons nous ?
Il semblerait, d’après les sondages, que 9 français sur 10 soutiennent le mouvement des agriculteurs. Quoi de plus normal puisqu’à ce qu’il paraît, c’est eux “qui nous nourrissent”. Mais ne sommes nous pas victimes d’une sorte de naïveté quand nous accordons notre soutien sans faille à un mouvement qui n’en est peut-être pas "un", mais “des” mouvements divers qui cachent bien des réalités et des intérêts différents... voire divergents ?
Du coup, des précisions s’imposent et “définir” devient essentiel non seulement pour comprendre, mais aussi pour accorder notre soutien -ou pas- selon les revendications des uns et des autres.
Derrière ce mot “agriculteur”, on trouve le “paysan”, le “petit agriculteur”... celui et celle qui respecte la terre, les animaux, l’environnement qui garantit la pérennité de leur travail et de leur production. La terre n’est pas seulement une ressource mais aussi une alliée.
Mais on trouve aussi “l’exploitant agricole”... qui, comme son nom l’indique, "exploite" la terre, les animaux... Sa priorité est simple : produire, faire du chiffre, intensifier et produire encore.
Son budget est son guide et pour cela, les haies sont des obstacles, le bien-être animal un frein... insecticides, pesticides, herbicides... des outils essentiels... les méga-bassines une assurance de produire, coûte que coûte. “L’agri-business”, “l’agro-industrie” et les fermes usines se portent bien.
Enfin, entre les deux, il y a cet agriculteur qui n’y arrive pas. On lui a appris qu’il fallait investir, travailler avec les meilleurs outils, les tracteurs, moissonneuses-batteuses et tout le tralala. Pour cela, il a investi et doit son âme à sa banque... Il est endetté et, devant l’impossibilité de devenir celui qu’on lui a appris à être, il finit souvent par baisser les bras.
Bref... Si vous faites partie des 9 français sur dix qui soutiennent les agriculteurs, pensez à réfléchir et choisir lesquels vous soutenez réellement avant de répondre aux sondeurs...
Tom Roberts

27 mars, par Rédaction de Yonne Lautre

https://yonnelautre.fr/spip.php?auteur2751

 

Partager cet article
Repost0

Recherche