Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 17:48
Zone industrielle de Mitry-Compans, vue sur l'incinérateur de déchets dangereux classé SEVESO à hauts risques

Zone industrielle de Mitry-Compans, vue sur l'incinérateur de déchets dangereux classé SEVESO à hauts risques

Mitry-Mory

nord-ouest 77 

M. le préfet Jean-Luc Marx

va-t-il faire mettre en sécurité 

le site de l’entreprise en liquidation

Mitrychem ?

 

 

C’est à deux pas de la monstrueuse décharge illégale, située sur les terrains du ministère de l’écologie, que se trouve, dans la zone industrielle de Mitry-Compans, l’entreprise Mitrychem, une société dont la maison mère a son siège au Luxembourg, qui fabriquait des médicaments et en particulier le Spasfon, une entreprise en liquidation judiciaire dont les locaux renferment des produits dangereux.

 

Mitrychem, une entreprise largement aidée par l’ETAT comme l’explique le sénateur Billout dans sa question posée au ministre de l’économie et des finances :

http://www.senat.fr/questions/base/2015/qSEQ15021024S.html

 

 

Entre les subventions, aides, exonérations c’est 1 100 000 € de nos deniers publics dont a bénéficié cette société entre 2012 et 2013, après avoir perçu toutes ces aides, l’entreprise est mise en liquidation judiciaire en mars 2015, laissant derrière elle 37 salariés sans emploi.

 

Mais comme cela ne suffisait pas, l’entreprise a mis "la clé sous la porte", sans transmettre à la DRIEE 77 l’état des stocks de produits dangereux laissés sur le site.

 

L’administrateur judiciaire nommé pour gérer la liquidation judiciaire a indiqué au préfet qu’il n’avait pas les fonds disponibles pour assurer ni le gardiennage, ni les travaux de mise en sécurité du site (contre les risques d'explosion,  de pollution air et eau par déversement de produits toxiques,  d’incendie…)

 

Une situation très inquiétante car le site se trouve dans la zone industrielle de Mitry-Compans qui compte 7 sites SEVESO, dont 3 à hauts risques, Mitrychem est situé à proximité de l’entrepôt Darty où travaillent 500 personnes, à proximité d’un complexe sportif, d’écoles et d’un lycée….

 

Mais qui va payer pour mettre en sécurité ce site : difficile à dire, il faut trouver l’argent, et pour le nord-ouest 77, on vous répond toujours qu’il n’y en a pas.

 

 

 

 

Il est vrai que M. Jean-Luc Marx, préfet du 77

ne fait pas de communiqué, à grand renfort de médias

pour indiquer

qu’il va mettre en sécurité

Mitrychem

comme Siadis à Vaudoy-en-Brie

près de Disneyland..

 

 

Mais vous savez ici vous êtes au nord-ouest 77 dans un secteur où la DRIEE 77 qui contrôle les installations classées est en sous effectif depuis des dizaines d’années, ou on a regroupé les décharges, les sites polluants, les sites SEVESO, les carrières remblayées par des déchets….

 

C’est là également que le carrier Placoplatre veut ouvrir une carrière à ciel ouvert sur le fort de Courtry/Vaujours où ont été effectués des essais atomiques.

 

 

C’est l’endroit ou il semble que l'on peut 

tout se permettre

grâce

à des lois cousues mains pour les industriels

et où les populations

ne peuvent

que subir et se taire

 

 

Cela se passe en France dans le pays

dit

« des droits de l’homme ».

 

 

 

 

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/mitry-mory-mitry-chem-liquide-trente-sept-salaries-licencies-03-03-2015-4571355.php

http://www.humanite.fr/chez-mitrychem-le-cir-detruit-des-emplois-571626

http://www.humanite.fr/les-salaries-de-mitrychem-resistent-malgre-la-liquidation-567108

 

 

Décharge illégale à Compans sur un terrain du ministère de l'écologie

Décharge illégale à Compans sur un terrain du ministère de l'écologie

Partager cet article

24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 07:53
Forêt de Montgé en Goële : La Chapelle St Thibault

 

La chapelle St Thibault date du 19ème siècle, construite sur le site de l’ancien prieuré St Thibault fondé en 1145.

 

C’est le seul vestige qui reste du château construit au 19ème siècle, résidence secondaire des banquiers d’Eitchal.

 

Cette chapelle abritait le mausolée de Jean de Chabannes, comte de Dammartin et une mise au tombeau, ces deux monuments ont été transférés au Château de Bourdeilles en Dordogne.(1)

 

La chapelle a été restaurée voici quelques années.

 

C’est ce patrimoine qui pourrait disparaître si le Conseil Régional Ile de France autorisait le carrier Knauf à ouvrir une carrière à ciel ouvert dans la Forêt régionale de Montgé en Goële.

 

(1) Le patrimoine des communes de la Seine et Marne

Partager cet article

23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 10:10

 

 

Pourquoi Marisol Touraine, ministre de la santé

a-t-elle refusé

l’étude épidémiologique

autour du fort de Courtry/Vaujours ?

 

La santé des populations du 93 et 77 ne serait-elle pas au centre des préoccupations de Mme La Ministre ? 

Pourtant ce sont les deux départements où l’espérance de vie est la plus faible d’Ile de France.

 

Il est vrai qu’on ne voit pas souvent  Mme la Ministre venir au chevet des populations malades de ces 2 départements, elle va même laissé démolir l’hôpital de Lagny dans ce secteur en sous effectif de professionnels de santé.

 

Marisol Touraine serait-elle plus à l’écoute des actionnaires de la Sté St Gobain ?

Sté St Gobain dont elle rencontre les dirigeants régulièrement et depuis de longues années  dans le club huppé de "l’élite" française « Le Siècle » (1) car il faut savoir qu’on retrouve Mme la Ministre dans ce club dès 1990 tout comme Jean-Louis BEFFA actuel président d’honneur de St

Gobain ?

 

Sources :

- Ouvrage d’Emmanuel Ratier : « Au cœur du Pouvoir » édité par Facta

http://librairie-facta.com/2015/03/11/au-coeur-du-pouvoir-demmanuel-ratier-version-2015-augmentee-disponible-a-la-librairie/

 

(1) http://www.lesiecle.asso.fr/

http://www.challenges.fr/economie/20131223.CHA8714/le-siecle-club-tres-select-des-elites-francaises-demenage.html

http://www.syti.net/Organisations/LeSiecle.html

http://blogs.mediapart.fr/blog/robert-joumard/310111/le-siecle

 

 

Partager cet article

Published by ADENCA - dans SANTE PUBLIQUE
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 09:21

 

 

A notre connaissance l’analyse des rejets atmosphériques de radioactivité ne devraient pas être évalués en continu avec des dosimètres installés sur plusieurs points de la clôture du Fort de Courtry/Vaujours comparés à un film de référence situé en dehors de l’influence du Fort.

 

A notre connaissance il n’est pas prévu des mesures de prélèvements sur la chaîne alimentaire sur des échantillons de légumes, salades...... prélevés aux alentours.

 

A notre connaissance des analyses de mousses forestières placées sous les vents dominants ne sont pas prévues non plus.

 

 

Partager cet article

Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 13:56

 

 

Vous qui vivez depuis des années près du site SEVESO à hauts risques BASF Meaux, vous ne pourrez pas assister à la prochaine commission de suivi de site, pourtant Nature Environnement 77  http://www.environnement77.fr/ l’a demandé mais la majorité des membres du bureau ont refusé, parmi lesquels le représentant du préfet Jean-Luc Marx ainsi que la représentante de vos élus Colette Jacquet, conseillère municipale de Meaux.

 

 

 

Assister à cette commission vous aurait permis d’entendre les interventions de chacun et de prendre des notes, même cela on vous le refuse.

 

 

 

En Seine et Marne

 la transparence on ne connaît pas.

 

Riverains de sites polluants vous avez le droit de

Subir et de vous Taire

 

 

 

Compte-rendu de la dernière commission de suivi de site :

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/15724/111334/file/CR%20CSS%20BASF%2029012014.pdf

 

 

Pour toutes informations complémentaires

contactez des élus siégeant dans cette commission de suivi de site :

 

Riverains du site SEVESO à hauts risques BASF Meaux vous ne pourrez pas assister à la commission CSS du 5/6/2015

Partager cet article

22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 11:18

 

Deux décharges ont été fermées depuis moins de 10 ans dans les Yvelines

Arnouville les Mantes et Breuil en Vexin.

 

Où vont les ordures des Yvelines ?

 

Mais bien entendu en Seine et Marne.

 

Depuis 2012 la décharge de Soignolles a « accueilli » 44 000 tonnes d’ordures en provenance des Yvelines.

 

Mais comme cela ne suffisait pas les Yvelines nous envoient également les jus de décharges « lixiviats » dont ils ne savent que faire.

En effet Soignolles reçoit les jus des anciennes décharges d’Arnouville les Mantes et de Breuil en Vexin.

 

 

La décharge de Soignolles est autorisée à fonctionner jusqu’en 2017, mais l’exploitant Sita a bien l’intention de demander l’extension de sa décharge, en effet on exploite à Soignolles des décharges depuis 1974, pourquoi s’arrêter ?

 

Le PREDMA voté par les conseillers régionaux d’IDF interdit l’implantation ou l’extension de décharges jusqu’en 2019 dans le Val d’Oise et en Seine et Marne sauf si le conseil régional d’IDF décide de le réviser avant.

 

 

 

Extrait article le Parisien 78 du 24/2/2014 :

 

Sita Ile-de-France est claire : « Notre objectif est d’optimiser les installations existantes, pas de construire de nouvelles décharges ».(1)

 

(1) http://www.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/la-decharge-cessera-de-fonctionner-le-24-fevrier-28-01-2014-3533689.php

Partager cet article

22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 09:18
Placoplatre Villeparisis

Placoplatre Villeparisis

 

Combien rapporte

l’extraction du gypse à la Région IDF ?

 

 

En effet c’est la question que se pose les populations du nord-ouest 77 depuis qu’elles ont appris que c’était la Région Ile de France qui avait décrété que le gypse était  “richesse d’importance nationale et d’intérêt communautaire" et que leurs conseillers régionaux avaient voté un Schéma Directeur (SDRIF) qui validait cette option.

 

 

En effet ce n'est pas l'ETAT qui en a décidé ainsi mais seulement

le conseil régional IDF pour la seule région Ile de France.

 

 

 

Dans un souci de transparence le Conseil Régional IDF

doit nous indiquer

combien d'argent  rapporte à la région IDF

l’extraction du gypse

en Seine et Marne

et à quoi est utilisé cet argent ?

 

 

Car nos regards se tournent vers les conseillers régionaux du 77 qui semblent « aux abonnés absents » quand il s’agit des projets d’exploitation de gypse dans ce département :

 

- pas de soutien aux populations angoissées pour les risques sur leur santé après l’annonce de la reprise des travaux de démolition des bâtiments de l’ancien CEA à Courtry/Vaujours par Placoplatre

 

- pas de soutien aux populations inquiètent pour les risques de destruction du Bois Gratuel à Villevaudé et l’exploitation de gypse à l’aide d'explosifs  par Placoplatre

 

- pas de soutien aux populations inquiètent pour les risques de destruction de la forêt de Montgé en Goële par le carrier Knauf.

 

 

L’argent du gypse

pèserait-il bien plus lourd

pour les élus du Conseil Régional IDF

que les risques sur la santé des populations

et la destruction

du patrimoine forestier du nord-ouest 77 ?

 

 

Pour le savoir, nous vous conseillons de contacter vos conseillers régionaux du 77 :

 

Mme Hamida Rezeg (UMP) adjointe au maire de Meaux

M. Éric Jeunemaître (UMP) adjoint au maire de Provins

Mme Chantal Brunel (UMP) Maire de Bussy Saint Georges

M. Gilles Battail (UMP) Conseiller municipal Dammarie les Lys

Mme Claudine Thomas (UMP-PR) adjointe au maire de Chelles

M. Frédéric Valletoux (UMP) Maire de Fontainebleau

Mme Marie-Pierre Badré (UMP) adjointe au Maire de Couilly Pont aux Dames

M. Gérard Ruffin (Nouveau Centre) ancien maire de Lésigny

M. Jean-Marc Brulé (Europe Écologie) ancien maire de Cesson

Mme Marie Richard (PS et app.) conseillère municipale de La Ferté sous Jouarre

M. Jean-Paul Planchou (PS et app.) ancien maire de Chelles

Mme Geneviève Wortham (PS et app.) présidente de l’Ordif

M. Jean-François Pellissier (FG) membre commission consultative Predma

Mme Liliane Pays (Europe Écologie) de Fontainebleau

M. Pascal Marotte (Europe Ecologie) conseiller municipal de Moret sur Loing

Mme Brigitte Eude (PS et app.) conseillère municipale Torcy

M. François Kalfon (PS et app.) conseiller municipal Melun

Mme Fatna Lazreg (Europe Écologie) de Melun

M. Philippe Sainsard (PS et app.) conseiller municipal Combs la Ville

Mme Julie Nouvion (Europe Écologie) Marne la Vallée

M. Philippe Camo (FG) adjoint au maire Brétigny sur Orge (91)

Mme Josette Mollet-Lidy (PRG) conseillère municipale de Coulommiers

M. Thibaud Guillemet (Europe Écologie) Maire de Thorigny sur Marne

Mme Roseline Sarkissian (PS et app.) conseillère municipale de Fontainebleau

de la conseillère régionale du 91 :

Mme Charlotte Blandiot-Faride (FDG) adjointe au maire de Mitry-Mory

 

 

Partager cet article

Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 14:29

 

 

Quelle entreprise va procéder à la démolition des bâtiments

du CEA du Fort de Courtry/Vaujours ?

 

Nous n’en savons rien

 

 

Quel suivi médical des travailleurs ?

 

Nous n’en savons rien

 

 

Ce que nous savons c’est que ces travailleurs ne devraient pas porter de dosimètres pour évaluer les doses de radioactivité qu’il pourraient éventuellement recevoir.

 

 

A notre connaissance il n’est pas prévu non plus qu’ils participent  à des séances de formation et à des exercices de sécurité.

 

Partager cet article

Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 09:09

 

L’entreprise de bâtiment SOTRABA qui effectue les travaux d’aménagement en centre ville possède également un terrain non constructible dans une zone naturelle, classée en espaces naturels sensibles, sente de la Cressonnière, en bordure de la Beuvronne, dans une zone en partie inondable.

 

Or les élus de cette commune projettent de classer une partie de ce terrain dans le futur PLU en zone constructible UBa (zone à fort potentiel de densification) où les constructions pourront atteindre jusqu’à 12 m de hauteur maximale.

 

Après le projet de déclassement de tous les espaces boisés de la commune qui devrait favoriser la promotion immobilière.

 

Après le projet de déclassement du terrain de l’ancienne entreprise Fécomme FMS

qui passerait d’Ux en UBa, terrain que possède la Sas Immobilière Gabrielle dont le dirigeant M. Thierry Fecomme semble être un proche de M. le Maire (1).

 

Des questions se posent à savoir

si ce futur PLU est élaboré par les élus

dans le but

de permettre aux populations de vivre dans un environnement favorable

ou dans le but

de favoriser quelques uns ?

 

A vous de juger

 

 

(1) http://adenca.over-blog.com/article-projet-plu-claye-souilly-le-terrain-ou-est-implante-l-imprimerie-fecomme-devrait-passer-en-zone-u-125113748.html

Partager cet article

Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 08:05
Villevaudé espaces agricoles et  le bois Gratuel

Villevaudé espaces agricoles et le bois Gratuel

 

 

Ne laissons pas les multinationales s’accaparer nos espaces agricoles, bois, forêts…

 

Les exploitants de gypse veulent continuer à s’accaparer les terres du nord-ouest 77, nous ne devons pas les laisser transformer cette région en un no man’s land où personne ne voudra plus vivre.

 

Les derniers projets en date :

 

- Le projet de destruction d’espaces agricoles et du bois Gratuel à Villevaudé pour permettre au carrier Placoplatre d’y exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert, à l’aide d’explosifs et remblayer les trous par des déchets

 

- Le projet de destruction de la forêt régionale de Montgé en Goële pour permettre au carrier Knauf d’y exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert et remblayer les trous par des déchets.

 

 

En France c’est une seule personne qui décide pour vous : le préfet du département qui donne les autorisations.

 

 

Comme le préconise le Conseil économique, social et environnemental (CESE) :

« il serait bénéfique de s'inspirer des exemples belges ou suisses en ce qui concerne la consultation de la population locale pour certains projets d'aménagements. »

 

Car en France il semble bien que l’avis des populations pèse bien peu dans les décisions prises par les préfets.

 

 

Communiqué du CESE :

http://www.lecese.fr/sites/default/files/communiques/20150513%20CP%20-%20AVIS%20%20La%20bonne%20gestion%20des%20sols%20agricoles_0.pdf

 

Paru dans le journal Le Figaro :

 

Le CESE veut défendre les terres agricoles

Par le Figaro avec AFP Mis à jour le 13/05/2015 à 6:32

 

 

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) plaide pour la défense des terres agricoles contre la pression urbanistique mais aussi contre l'appauvrissement des sols, dans un projet d'avis rendu public mercredi. "La préservation de la vocation nourricière des sols agricoles métropolitains et ultramarins, le maintien de leur qualité agronomique et la sauvegarde de leur bon fonctionnement apparaissent comme autant d'enjeux primordiaux pour notre société", selon le CESE qui y répond par une série de préconisations.

Pour préserver la qualité des sols, qui abritent une part importante de la biodiversité, le Conseil "milite pour le développement de la recherche et de l'expérimentation sur les pratiques améliorant l'état des sols" comme l'agroécologie et l'agroforesterie ou encore la réimplantation de haies et de prairies.
Le rôle des sols en matière de séquestration de carbone et de lutte contre le changement climatique "gagnerait à être valorisé", ajoute le CESE qui soutient le programme de recherche international "4 pour 1000" dont le ministère de l'Agriculture a récemment annoncé le lancement et qui vise à augmenter chaque année dans cette proportion la teneur en matière organique des sols.

Dans ce cadre, le CESE met l'accent sur la "nécessaire implication des agriculteurs et il promeut les stratégies d'interactions avec les chercheurs". En ce qui concerne la protection du foncier agricole, de nombreux textes législatifs et réglementaires ont d'ores et déjà été élaborés, mais le CESE estime que les compétences devraient être "mieux définies" pour en "améliorer la cohérence". Il faut également "exploiter davantage les dispositifs de protection des terres agricoles existants". Le CESE insiste particulièrement "dans le cadre de la réforme territoriale en cours, sur la nécessité de redéfinir les clauses de compétence en matière d'urbanisme, au niveau adéquat, c'est-à-dire celui où doivent être décidés des aménagements cohérents et utiles à l'échelle d'un bassin de vie".
Ainsi, les permis de construire en zones périurbaines ou rurales "devraient désormais relever des intercommunalités" pour limiter le mitage préjudiciable au secteur agricole, ajoute le CESE.

Le Conseil estime également qu'il serait bénéfique de s'inspirer des exemples belges ou suisses en ce qui concerne la consultation de la population locale pour certains projets d'aménagements.

Le CESE s'associe également aux préconisations formulées par le CES européen pour lutter contre l'accaparement des terres et "milite pour une nouvelle répartition de portage du foncier agricole via la création de produits financiers réglementés innovants".

 

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/05/13/97002-20150513FILWWW00019-le-cese-veut-defendre-les-terres-agricoles.php

 

Partager cet article

Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article

Recherche