Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 10:58

 

Plutôt que de chercher une méthode

pour réduire

ses émissions de CO2

 

Veolia

projette depuis plusieurs années d'enterrer

ses déchets de gaz carbonique CO2

sous vos pieds.

 

Une méthode à l'état d'essai

 il faut bien que quelqu'un serve de cobaye,

 pourquoi pas vous ?

 

 

Un peu plus, un peu moins

de sites polluants ou dangereux 

au point

où vous en êtes ici !

 

 

 

Une expérience abandonnée dans les Pyrénées Atlantiques  à Jurançon, voir ce qu'en pensait les associations :

 

https://blogs.mediapart.fr/henripepin/blog/071215/cop-21-limpact-de-lenfouissement-du-co2-sur-le-climat-retour-sur-lexperience-menee-jurancon


 

 

 

Paru sur Actu Environnement :

 

“ Il est possible de stocker au moins 100 ans d'émissions de CO2 ”

Un projet européen, piloté par le BRGM, étudie les risques et l'acceptabilité sociale du stockage de CO2 après captage. Cette technologie, encore peu développée, est pourtant jugée essentielle pour respecter les objectifs climatiques internationaux.

Interview  |  Energie  |    |  Sophie Fabrégat

 

 

 

Marie Gastine
Coordinatrice du projet Enos pour le BRGM

 

 

Actu-Environnement.com : En quoi consiste le projet européen Enos (Enabling onshore CO2 storage in Europe), que le BRGM pilote ?

 

Marie Gastine : Le projet Enos est financé par la Commission européenne, dans le but d'étudier, pendant quatre ans, sur plusieurs sites de stockage terrestre du CO2, les risques sanitaires, environnementaux et financiers mais aussi d'accroître l'acceptabilité sociale de ces projets. Nous travaillons sur des sites de stockage déjà existants. A Hontomin en Espagne, du CO2est injecté en petite quantité dans un réservoir rocheux peu perméable, à 1.500 m de profondeur. Il s'agit de tester différentes techniques d'injection et d'évaluer les risques de sismicité induite. En effet, l'injection crée de la microsismicité et donc, des événements peuvent être ressentis à la surface.

Nous allons également simuler des fuites sur deux sites en Italie et en Angleterre, un aquifère et une faille. Là, le CO2 est injecté à 200 mètres de profondeur afin d'analyser notre capacité à les détecter, à les contrôler et à prévoir leur comportement. Le principal risque est que le CO2 retourne dans l'atmosphère. Mais il peut également polluer l'eau en interagissant avec les...

https://www.actu-environnement.com/ae/news/stocker-co2-100-ans-marie-gastine-brgm-

Repost 0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 20:11

r-gion-pau-082008-035-copie-1.jpg

2008  près de Pau

 

CLAYE-SOUILLY

 

PROJET DE STOCKAGE SOUS NOS PIEDS

DE GAZ CARBONIQUE CO2  

PAR VEOLIA

 

Quels risques pour la population ?

 

 

 

Ce qui se passe ailleurs :

 

 

 

La terre a de nouveau tremblée près de Pau,

des secousses de magnitude dépassant 4

comme en décembre 2012

 

Rappelons que c’est près de Pau à Jurançon que Total a fait des essais de stockage de gaz carbonique dans le sol.

 

L’association Coteaux de Jurançon Environnement avait attiré l’attention des pouvoirs publics sur les risques de séisme mais les services de l’Etat avaient malgré tout donnés les autorisations.

http://coteaux.de.jurancon.environnement.over-blog.com/

 

Aujourd’hui les habitants du Béarn sont inquiets et attendent des réponses à leurs questions.

 

Paru sur le site MY TF1 News :

 

Pyrénées-Atlantiques : la terre a tremblé sans dégâts dans le secteur de Lacq

Edité par M.G. avec AFP
le 02 septembre 2013 à 18h48 , mis à jour le 02 septembre 2013 à 18h53.
 

 

 

Crédits : LCILa terre a tremblé lundi après-midi dans les Pyrénées-Atlantiques dans le secteur de Lacq, près de Pau. La secousse sismique, d'une magnitude de 4,1, a été ressentie par des habitants mais n'a pas fait de dégâts.

Le Bureau central sismologique français (BCSF), basé à Strasbourg, a fait état d'un séisme survenu à 14h36 dans le bassin de Lacq, à 25 km au nord-ouest de Pau. La secousse a été mesurée à 4,1 sur l'échelle de Richter par le Laboratoire de Détection et de Géophysique. Elle a été ressentie par des habitants mais n'a pas fait de dégât.

Les pompiers des Pyrénées-Atlantiques ont indiqué à l'AFP voir reçu une quinzaine d'appels de personnes s'inquiétant d'avoir ressenti une explosion ou une vibration, mais n'ont pas réalisé d'intervention ni recensé de dégâts. Selon de témoignages d'internautes sur le site de La République des Pyrénées, des personnes ont dit avoir perçu une "brève secousse", un "boum" ou un "grondement", certains assurant l'avoir ressentie, quoique faiblement, jusque dans des quartiers de Pau.

Les départements des Pyrénées sont, avec les départements des Alpes, l'une des régions de France à la plus forte activité sismique. Ainsi selon les données du BCSF, une soixantaine de secousses sont relevées chaque année dans un rayon de 100 km autour de l'épicentre de mardi, la grande majorité de ces secousses étant d'une magnitude inférieure à 3, la quasi-totalité inférieure à 4.

La dernière secousse fortement ressentie localement, d'une magnitude 4,8, était intervenue dans la nuit du 30 au 31 décembre dernier, et n'avait pas fait de dégâts, mais avait suscité une centaine d'appels inquiets aux secours.

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/pyrenees-atlantiques-la-terre-a-tremble-sans-degats-dans-le-secteur-8257189.html

Repost 0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 15:27

Paru sur le site Romandie.com :

Le stockage de CO2 dans le sol peut entraîner la dispersion de métaux lourds


PARIS - Le stockage du gaz carbonique (CO2) dans le sous-sol, envisagée pour réduire les émissions dans l'atmosphère, présente des risques de dispersion des métaux lourds dans le sous-sol, des risques environ
nementaux qui doivent être pris en compte, avertit l'Ineris mardi.

Cette technologie, qui reste expérimentale et dont le coût est très important, est considérée comme u
ne solution d'avenir pour réduire les émissions de CO2, en stockant ce gaz dans d'anciens gisements gaziers ou des roches aquifères présentes dans les grands bassins sédimentaires, comme le bassin parisien.

L'Institut national de l'Environ
nement industriel et des risques (Ineris), qui mène des études de risques depuis 2003 sur le captage, le transport et le stockage de CO2, estime que parmi ces risques figure celui de la remobilisation des métaux lourds sur lequel il a mené une étude.

Selon ces travaux, le CO2 permettrait u
ne fois injecté dans le sous-sol à un certain nombre de métaux, à l'origine piégés dans la roche solide, de passer dans la phase liquide (l'eau, salée ou non, présente dans les infractuosités de la roche).

Des contaminants naturellement présents dans les roches réservoirs peuvent être libérés du fait de l'intéraction avec le gaz carbonique, a expliqué Pierre Toulhoat, directeur scientifique de l'I
neris, lors de la présentation de l'étude.

Si la dispersion dans les couches géologiques envisagées pour le stockage
ne pose pas de problème en tant que tel, puisque ces aquifères profonds ne sont pas concernés par les captages d'eau, l'Ineris met en garde contre une éventuelle dispersion à plus long terme dans des aquifères situées plus haut.

Nos travaux
ne permettent pas une évaluation des risques à proprement parler, ils permettent simplement d'éclairer les enjeux, tempère M. Toulhoat, qui précise que l'étude démontre simplement que ce paramètre devra être pris en compte lors du choix d'un site pour le stockage de C02.


(©AFP / 20 novembre 2012 16h21)

http://www.romandie.com/news/n/_Le_stockage_de_CO2_dans_le_sol_peut_entrainer_la_dispersion_de_metaux_lourds_11201120121625.asp

 

Repost 0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 10:58

Stockage de CO2 dans la décharge

 Veolia de Claye-Souilly :

Risque de Séisme ? 

Le canton de Claye-Souilly qui compte 6 décharges pour 6 communes a-t-il besoin de cela ?

Nous faisons appel aux élus de ce canton pour qu’ils se penchent sérieusement sur le sujet et qu’ils se positionnent contre ce projet à Claye-Souilly. 

Paru sur le site Romandie. Com :

Climat: le risque sismique rend hasardeux le stockage géologique du CO2


WASHINGTON - Le stockage du dioxyde de carbo
ne, prôné par nombre d'experts pour lutter contre le réchauffement climatique, est jugé hasardeux par des géophysiciens américains en raison du risque élevé de déclencher des séismes, alertent-ils dans une étude dévoilée lundi.

Nous estimons qu'il y a u
ne forte probabilité que des tremblements de terre seront déclenchés par l'injection de vastes volumes de CO2 dans les roches fragiles le plus souvent trouvées dans la croûte terrestre, écrivent Mark Zoback et Steven Gorelick, professeurs de géo-mécanique à l'Université de Stanford (Californie, ouest), en conclusion de leurs travaux.

Dans la mesure où même des séismes de petite ou moyen
ne puissance peuvent compromettre l'étanchéité des poches géologiques contenant le CO2 séquestré, nous pensons que, dans ce contexte, stocker de très grands volumes de ce gaz constitue une stratégie risquée, insistent-ils.

Vu ce risque, cette stratégie pour réduire de façon importante les émissions de gaz à effet de serre serait probablement un échec, concluent ces scientifiques dont les travaux paraissent dans les Annales de l'académie américai
ne des sciences (PNAS), datées du 18 au 2 juin.

Pour qu'un stockage du CO2 (dissout dans de l'eau) fasse vraiment u
ne différence à l'échelle de la planète pour réduire le réchauffement climatique, il faudrait en enfouir environ 3,5 milliards de tonnes par an, soit un volume équivalent à 28,6 milliards de barils de pétrole.

La production annuelle mondiale de brut est de 27 milliards de barils environ.

Risque de pression sur les failles existantes

Avant de se lancer dans des projets aussi vastes que d'injecter dans le sous-sol de gigantesques volumes de CO2 et ce à de multiples emplacements dans le monde, il est important de savoir que ces dernières décennies, les réseaux moder
nes de surveillance sismique ont montré que les tremblements de terre se produisent quasiment partout à l'intérieur des continents, soulignent-ils.

Le stockage géologique à grande échelle de CO2 est pourtant considéré comme u
ne solution viable par nombre d'experts pour réduire les émissions de ce principal gaz à effet de serre, dont la plus grande partie provient de la combustion de charbon dans les centrales électriques, soulignent ces deux géophysiciens.

Ils citent un rapport de 2005 du Groupe d'experts de l'ONU sur l'évolution du climat (Giec) préconisant cette solution.

Dans la mesure où la croûte terrestre est fortement sous tension à l'intérieur des conti
nents, des injections de fluides dans des puits profonds (deux kilomètres de profondeur) tels des gisements pétroliers et gaziers en voie d'épuisement, peuvent provoquer des séismes en accroissant la pression à proximité d'une faille préexistante et potentiellement active, selon eux.

Cet effet a été pour la première fois observé dans les années 60 à Denver, dans le Colorado (ouest), quand des injections d'eau dans un puits de trois kilomètres de profondeur près de l'Arsenal militaire des Rocheuses a déclenché un tremblement de terre, précisent les auteurs de l'étude.

U
ne étude séparée publiée vendredi 15 juin, effectuée par l'Académie américaine des sciences, conclut aussi que la séquestration géologique du CO2 peut potentiellement induire des tremblements de terre importants. Ce risque est en revanche jugé faible avec la fracturation hydraulique pour extraire du pétrole ou du gaz dans les schistes bitumineux.

La combustion du charbon pour produire de l'électricité libère 2,1 milliards de ton
nes de CO2 par an aux Etats-Unis soit 36% de la totalité des émissions carboniques américaines, précisent ces deux chercheurs.

Quant à la Chi
ne, elle en a généré trois fois plus en 2011, ayant brûlé 6,95 milliards de tonnes de charbon pour produire de l'électricité, soit 80% de ses émissions totales de CO2.

Au total, ces deux pays sont les deux plus grands émetteurs de CO2 de la planète, responsables à eux seuls de 40% des émissions.


(©AFP / 19 juin 2012 00h20)

 

http://www.romandie.com/news/n/_Climat_le_risque_sismique_rend_hasardeux_le_stockage_geologique_du_CO299190620120021.asp

 

Repost 0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 07:34

 

 

Seine et Marne :

pour mettre leurs déchets notre sol ne leur suffit plus,

ils veulent notre sous-sol profond

pour enterrer les déchets de gaz carbonique CO2

 

 

Le ministère de l'écologie vient de mettre en place une consultation par internet sur un projet de modification de l'

Arrêté du 17 juillet 2009 relatif aux mesures de prévention ou de limitation des introductions de polluants dans les eaux souterraines 

afin de permettre l'injection de déchets de gaz carbonique CO2 dans le sous-sol.

 

Ce projet d’arrêté  ferait courir des risques à la population du département de Seine et Marne, en effet pour  permettre l'introduction du gaz carbonique co2 dans le sous-sol profond les industriels vont devoir y ajouter des produits chimiques, ces produits chimiques dont on ne connaîtra probablement pas la composition (secret industriel) risquent de migrer vers la nappe phréatique et de la polluer.

 

La nappe phréatique de ce département a déjà assez souffert avec les ordures qui y sont déversées depuis des décennies, les pollutions industrielles, les pesticides, les essais de fracturation hydraulique…

 

ADENCA en appelle à Madame Nicole Bricq, ministre de l’écologie,   afin que cet arrêté ne voit pas le jour. 

 

 

Pour répondre à cette consultation : Si vous voulez faire de même  http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-arrete-portant-modification-de-l-arrete-du-17-juillet-2009-relatif-aux-mesures-de-prevention-ou-de-limitation-des-introductions-de-polluants-dans-les-eaux-souterraines

 

 

Pour aller plus loin :

Communiqué de presse Ineris

http://www.ineris.fr/centredoc/cp-csc-impuretes.pdf 

 

Rapport de l'ineris

http://www.ineris.fr/centredoc/95145-11842b-stockage-co2-2.pdf

 

 

 

 

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 22:20

 

Essai de captage, transport et stockage géologique CO2 en France Nord :

21.6 millions de subventions pour des multinationales ?

 

 

A l’heure où notre pays est en déficit, 21.6 millions d’euros de nos deniers publics devraient être versés à des multinationales  pour financer un essai de captage, transport et stockage géologique CO2en France Nord

 (fonds démonstrateur de recherche de l’Ademe).

 

Projet piloté par Total, GDF Suez avec pour partenaires Air Liquide, EDF, Lafarge et Vallourec. http://www2.ademe.fr/servlet/doc?id=82659&view=standard

 

 

Les avantages pour les industriels

obtenir un brevet avec des subventions de l’Etat  pour le vendre en particulier à l’étranger.

 

Les risques pour les populations riveraines de ce futur essai : beaucoup d’incertitudes, voir notamment ce qui se passe ailleurs :

- Essai en Algérie dans le désert :

 

Extrait DD Magazine 12/12/2009 

 

" le Dr. Vasco du Lawrence Berkeley National Laboratory fait des recherches sur les déformations de la surface du sol suite à l'injection de CO2 à In Salah dans le sahara algérien. Un million de tonnes de gaz sont injectées par an à environ 2 km de profondeur. L'interférométrie radar a permis d'observer une  élévation de la surface du sol de de 5mm par an sur des kilomètres"

 

lien vers l’article : http://www.ddmagazine.com/1598-CSC-Capture-et-Stockage-du-CO2.-De-quoi-sagit-il.html

 

 

 

-Essai en Norvège sous la mer :

 

 

Extrait Le Monde.fr Planète 20/4/2012

« Unefracture au nord de Sleipner ?Pour quiconque, c'est du chinois. Mais quand Klaus Wallmann a annoncé sa découverte, dans le centre de conférences de l'île San Servolo, près de Venise, mercredi 19 avril, un frisson de surprise a parcouru la centaine de spécialistes européens de la séquestration du carbone réunis pour leur forum CO2GeoNet. Le chercheur de l'institut allemand Geomar a révélé avoir détecté, lors d'une campagne océanographique, en juin 2011, une "jeune" fracture géologique de plus de 12 km de long au fond de la mer du Nord, non loin du point d'injection de la plate-forme de Sleipner. »

 

 

lien vers l’article : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/04/20/enfouir-pour-mille-ans-le-gaz-carbonique-ce-n-est-pas-si-simple_1688568_3244.html

 

 

La France a-t-elle les moyens d’utiliser des fonds publics

dans des essais qui paraissent aussi risqués ? 


Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 15:58

Le stockage de gaz carbonique CO2

classé sous le régime AS « Seveso seuil haut »

 

 

 

Classification des sites Seveso :

L’inventaire des établissements à risques

Pour les établissements à risques d’accidents majeurs on distingue par ordre d’importance décroissante sur le plan du potentiel de nuisances et de danger :

  • Les installations AS : cette catégorie correspond aux installations soumises à autorisation avec servitudes d’utilité publique pour la maîtrise de l’urbanisation, elle inclut les installations dites « seuil haut » de la directive SEVESO II (670 établissements en France en 2005 dont 23 stockages souterrains de gaz)
  • Les installations dites « seuil bas » : cette catégorie correspond au seuil bas de la directive SEVESO II (543 établissements en France en 2005)

 http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/Risques-accidentels.html

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

 http://adenca.over-blog.com/article-stockage-co2-claye-souilly-le-site-sera-t-il-classe-seveso-37610268.html

 

Repost 0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 18:28

 

 

Le stockage de CO2

comparable à l'enfouissement

 des déchets nucléaires à long terme ?

 

 

 

 

 

Extrait article paru sur le site France Inter :

Ulcos, l'espoir de l'acier propre pour Florange

 

par Marion Douet

 

PARIS (Reuters) - Capter le carbone qui se dégage de l'aciérie de Florange et le stocker sous terre pour réduire les émissions de CO2: cette première mondiale pourrait assurer l'avenir des hauts-fourneaux d'ArcelorMittal, à l'arrêt depuis des mois.

 

Les candidats à l'élection présidentielle qui ont visité Florange se sont tous prononcés en faveur de ce projet mais les salariés craignent que l'arrêt des hauts-fourneaux ne mette un terme à cet espoir de voir 600 millions d'euros investis sur le site.

 

"Evidemment c'est un bon projet, à la fois économique, social et environnemental mais si les hauts-fourneaux ne redémarrent pas, Ulcos n'a plus de sens", déclare Edouard Martin, représentant de la CFDT au comité d'entreprise européen d'ArcelorMittal.

 

Au-delà de l'expérience scientifique, Ulcos impliquerait le maintien en activité des hauts-fourneaux et ferait de Florange le premier site sidérurgique au monde à produire de l'acier propre grâce au captage et stockage de CO2 (CSC).

 

Depuis 2004, un programme de recherche européen réunissant 48 entreprises et dirigé par ArcelorMittal, travaille sur les technologies permettant de réduire de 50% les émissions de gaz à effets de serre (GES) issus de la production d'acier, industrie très polluante.

 

Afin de concrétiser ces recherches, les hauts-fourneaux de Florange ont été choisis pour servir de démonstrateur grandeur nature. Le projet comportera une étape de modification du haut- fourneau pour capturer le CO2 avant de le transporter jusqu'à un site de stockage géologique.

 

"Du fait de la taille de son haut-fourneau, c'est le site de Florange qui a été retenu. La zone de stockage se situerait dans le nord-ouest de la Lorraine", a expliqué à Reuters Jean-Pierre Birat, coordinateur du projet Ulcos au niveau européen et expert chez ArcelorMittal.

 

CHOC THERMIQUE

 

D'après les premières informations dont dispose la société indienne, qui a obtenu en octobre 2011 un permis de recherche, le site de stockage permettrait d'injecter le carbone issu de la production pendant dix ans…….

 

UNE SEULE EXPÉRIENCE EN FRANCE

 

Les associations de protection de l'environnement estiment que cette technologie coûteuse ne va pas favoriser l'effort de réduction des émissions en amont de la chaîne industrielle et soulignent le manque de connaissances scientifiques, notamment concernant les risques de fuites.

 

Elles rappellent qu'au lac Nyos (Cameroun) une remontée de CO2 stocké naturellement au fond du lac avait asphyxié environ 1.700 habitants et des milliers d'animaux en 1986.

 

"On va dépenser beaucoup d'énergie pour capter, comprimer et injecter le CO2. Et si de surcroît ce carbone est relargué par des fuites, on aura une double peine", estime Benoît Hartmann, porte-parole de France Nature Environnement (FNE).

 

Il ajoute que pour cette fédération d'associations environnementales le stockage de CO2 est comparable à l'enfouissement des déchets nucléaires à long terme.

 

En France, la seule expérimentation de CSC en cours est située à Lacq, dans les Pyrénées-Atlantiques, où Total a commencé en 2010 à injecter du CO2 à 4.500 mètres de profondeur dans un ancien réservoir de gaz.

 

Le 6 mars dernier, le tribunal de Pau a rejeté la demande d'un groupement d'associations environnementales qui souhaitait un retrait de l'arrêté préfectoral autorisant l'exploration.

 

Edité par Yves Clarisse

Lien vers l’article complet :

http://www.franceinter.fr/depeche-ulcos-l-espoir-de-l-acier-propre-pour-florange

Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 11:06

Projet de stockage de déchets gaz carbonique CO2

à Claye-Souilly


 

Canton qui compte actuellement : 810 habitants/km²,  6 décharges pour 6 communes, 2 carrières à ciel ouvert dont une remblayée par des déchets de bâtiment et 19 ICPE (installations qui peut présenter des dangers  pour la santé, la salubrité,  l’environnement...) (1)

 (1)   http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Questions-Reponses-sur-les-ICPE-.html

 

C’est dans ce canton que la multinationale Veolia souhaiterait implanter un projet de stockage de déchets de gaz carbonique CO2 sur la plus importante décharge de France de déchets ultimes  (ordures ménagères et déchets industriels..) de Claye-Souilly. Cette même décharge qui vient de recevoir une partie des déchets de Limeil Brévannes (94) et qui reçoit près de 70 % de déchets en provenance d’autres départements.

 

 

C’est dans ce même canton

- qu’un site remarquable est menacé : la butte d’Aulnaye.

- qu’un patrimoine historique et une trame verte sont menacés : l’aqueduc de la Dhuis.

 

En effet la multinationale St Gobain souhaiterait  y exploiter une nouvelle carrière à ciel ouvert.

Afin de laisser la place aux multinationales ne serait-il pas plus sage de déplacer les populations de ce canton ?

                                                                   ***

Communiqué de presse de FNE :

Captage et Stockage du CO2 : les associations sont condamnées à verser 1000 € à Total

 

Le tribunal administratif de Pau a rendu aujourd’hui sa décision dans l’affaire qui oppose quatre associations de protection de l’environnement à l’Etat et à Total, concernant le premier stockage souterrain de CO2 en France. Le tribunal a considéré que toutes les procédures légales avaient été respectées.

En revanche, le débat n’a toujours pas eu lieu concernant le fond du dossier : l’utilité contestée de l’enfouissement du CO2, les risques associés à la technique et au site choisi en zone sismique, la consommation supplémentaire d’énergie (40%), le transfert des responsabilités de l’exploitant au contribuable, la transmission de ces sites à risques aux générations futures. Il n’y a en effet jamais eu de débat public en France sur ces projets, ni par la Commission du débat public ni par le Parlement (le gouvernement a directement légiféré par ordonnance).

Dans d’autres pays, les décisions récentes conduisent à l’abandon des projets de CSC (captage et stockage du CO2) les uns après les autres (Allemagne, Pays-Bas, Angleterre…) Sur 13 projets européens annoncés, 6 sont déjà abandonnés. La France semble, comme en d’autres temps avec le nucléaire, partir la fleur au fusil vers de nouvelles chimères technologiques, potentiellement dangereuses et inutiles pour l’environnement mais rentables pour les pétroliers.

Ainsi le récent rapport de l’institut Négawatt d’octobre 2011, qui ne fait aucune référence au CSC, estime que, pour atténuer le changement climatique, nous devrions diminuer nos émissions de CO2 en faisant porter les efforts sur la sobriété et l’efficacité énergétique, et le développement des énergies renouvelables. Or les sommes colossales injectées dans la mise au point du CSC (26 millions d’euros d’aides publiques pour 2009) auraient été plus utiles dans la recherche concernant ces énergies d’avenir.

Bruno Genty, président de FNE : « Nous sommes déçus de la décision du Tribunal administratif de Pau. Nous sommes surtout surpris d’avoir été condamnés à verser 1000 € de frais de justice à Total, contrainte d’amputer ses 12 milliards de bénéfices annuels pour payer ses deux cabinets d’avocats. »

Surprises mais pas effondrées, elles ne se laisseront pas intimider et envisagent de faire appel. Car derrière le CSC de Total, d’autres projets attendent, à Claye-Souilly, Florange, Le Havre. D’autres associations sont mobilisées. Même si les projets industriels avancent en catimini et dans l’opacité, les associations citoyennes ne resteront pas silencieuses.

 

http://www.fne.asso.fr/fr/captage-et-stockage-du-co2-les-associations-sont-condamnees-a-verser-1000-a-total.html?cmp_id=33&news_id=12675&vID=897

 

Repost 0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 12:17

Paru dans le journal Sud Ouest :

Mardi 14 février 2012 à 14h17
Par Odile Faure

 

 

Pau : le stockage de CO2 en question

Le stockage de CO2 était examiné ce mardi matin au tribunal administratif de Pau

 

Partager

La question du captage, du transport et surtout du stockage de CO2 dans le sous-sol des coteaux de Jurançon, un projet pilote exploité par Total depuis deux ans, était examinée ce matin au tribunal administratif de Pau.

Alors que le préfet des Pyrénées-Atlantiques a donné son accord fin 2011, pour la poursuite du projet, trois associations ont attaqué le premier arrêté d'autorisation du préfet du 13 mai 2009. Le temps du dépôt des différents mémoires, le dossier est arrivé à l'audience ce matin.

 

L'association Côteaux de Jurançon, la fédération Sépanso et la Sépanso Béarn mettaient en cause les différentes polices utilisées dans le dossier (police du code minier et des installations classées) ; la légalité du permis de stockage ; la capacité financière et technique avec notamment « l'impartialité » du BRGM, nommé tiers expert alors qu'il travaille « pour Total ; la question du CO2, déchet ou pas déchet et enfin « l'absence » d'application du principe de précaution.

Pour les associations, Marie-Laure Lambert a fait référence à la situation européenne. « Sur 13 projets de stockage envisagés en Europe, 6 ont déjà été annulés. La France est la seule à se lancer la fleur au fusil. » Elle met également en doute, la « remise en état du site »

Le représentant de l'Etat a pour sa part expliqué que la cessation d'activité et donc la question de la remise en état du site fera l'objet d'un nouvel arrêté.

Le rapporteur public a demandé au tribunal de rejeter tous les moyens invoqués par les requérants bien que les association « soulèvent d'abondants moyens fort argumentés ». Le tribunal rendra sa décision le 6 mars 2012.

 

lien vers l'article :

http://www.sudouest.fr/2012/02/14/pau-le-stockage-de-co2-en-question-633467-4344.php

 

Repost 0

Recherche