Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 15:42
Pollution Wipelec Meaux : pour protéger les enfants de la crèche, pourquoi Jean-Luc Marx n’impose-t-il pas la fermeture provisoire de l’entreprise pour remise en état du site ?

 

 

 

Wipelec 1. rue Bauve à Meaux : une entreprise en redressement judiciaire depuis le 31/8/ 2009, suite à une cessation de paiements, elle a bénéficié d’un plan de continuation arrêté par jugement du 28 février 2011, pour une durée de 10 ans (1)

 

Wipelec après avoir pollué un site, 21 à 29 rue des Roseraies à Romainville jusqu’en 2009 , c’est un second site que l’entreprise polluera 16. rue E. Gaudineau à Pomponne jusqu’en 2012, elle s’implantera également 32 rue Ampère à Lagny sur Marne, où elle demandera à exploiter une Installation de traitement de surface, demande qui lui sera refusée le 19/5/2009 par le préfet , suite notamment à un avis défavorable du commissaire enquêteur.

 

 

Qu’à cela ne tienne Wipelec demandera à implanter à Meaux, 1 rue de la Bauve, la même installation de traitement de surface, là le préfet l’y autorisera en date du 29/6/2012, avec avis favorable du commissaire enquêteur et de l’Agence Régionale de Santé, pourtant la pollution de Wipelec Romainville était déjà connue par les services de l’Etat en 2012.

 

 

Quelques mois seulement après son installation le 14/10/2013 la préfecture délivrera une 1ère  mise en demeure  qui constatait déjà la présence de déchets bidons usagés de matières premières et bains usées susceptibles de contenir des matières polluantes stockés à l’extérieur du site de Meaux. (2)

 

 

C’est cette même année 2013, que la mairie de Meaux donnera l’autorisation à la crèche interentreprises de recevoir du public, suivie par l’autorisation du Conseil Départemental d’implanter cette crèche à proximité de cette usine polluante.

 

Une crèche interentreprises créée avec la soutien de la communauté d’agglo du Pays de Meaux, l’aide financière de la Caisse d’allocations Familiales. (3)

 

 

Et puis les mises en demeure et divers arrêtés préfectoraux continueront de tomber sans que l’entreprise n’en tienne vraiment compte.

 

 Le chantage à l’emploi ?

 

Le Préfet pris en étau entre la préservation des emplois polluants et les risques encourus  par les très jeunes enfants qui fréquentent la crèche interentreprise voisine vient de  faire le choix de laisser à l’entreprise un délai supplémentaire de plusieurs mois pour réaliser des investigations. (voir AP (4)

 

 

 

Pourquoi l’ETAT

laisse-t-il fonctionner des entreprises industrielles

avec un si lourd passif

qui récidivent continuellement

et qui font prendre des risques aux riverains ?

 

 

 

 

 

 

(1) http://www.procedurecollective.fr/fr/redressement-judiciaire/1136691/wipelec.aspx

(2)http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/23756/188998/file/AP%20n%C2%B0%2016%20DCSE%20IC%20056%20du%2022%20novembre%202016.pdf

(3) http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/de-nouvelles-creches-dediees-aux-entreprises-05-10-2012-2205013.php

http://www.la-maison-bleue.fr/creche/seine-et-marne/meaux/calendula

 

(4)derniers arrêtés préfectoraux :

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/ICPE-carrieres/Decisions/Mesures-d-urgence/Societe-WIPELEC-Commune-de-Meaux
http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/26512/213380/file/07%2004%2017%20AP%20PC%20N%C2%B0%2017%20DCSE%20IC%20015.pdf
http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/26517/213422/file/AP%20N%C2%B0%2017%20DCSE%20IC%20012%20du%207%20avril%202017.pdf
http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/26515/213403/file/AP%20N%C2%B0%2017%20DCSE%20IC%20011%20du%207%20avril%202017.pdf

 

pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2016/12/wipelec-meaux-apres-la-decouverte-des-dechets-dangereux-solvants-produits-chimiques-pres-d-une-creche-le-prefet-va-t-il-faire-controhttp://adenca.over-blog.com/2017/01/inquietudes-a-meaux-le-cas-de-la-creche-interentreprises-et-de-la-pollution-de-la-ste-wipelec.htmlhttp://adenca.over-blog.com/2017/03/meaux-pres-de-la-creche-pollution-des-eaux-pluviales-par-wipelec-jean-francois-cope-doit-s-expliquer.htmlhttp://adenca.over-blog.com/2017/03/meaux-pres-de-la-creche-pollution-des-eaux-pluviales-par-wipelec-jean-francois-cope-doit-s-expliquer.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 10:51

 

« La Direction générale de la sécurité intérieure a été créée par le décret du 30 avril 2014. Elle reprend les missions de la Direction centrale du renseignement intérieur créée le 1er juillet 2008, elle-même issue du rapprochement de la Direction Centrale des Renseignements Généraux née en 1907 et de la Direction de la Surveillance du Territoire créée en 1944 ».(sic) (1)

 

En cette période difficile, vous pensiez peut-être que les services de renseignements de l’ETAT étaient concentrés sur la recherche d’informations sur les personnes pouvant nuire à la sureté de l’ETAT par l’organisation d’attentats.

 

Mais saviez-vous que les représentants d’associations de défense de l’environnement et de la santé publique pouvaient également être surveillés par la DGSI.

 

La présidente de notre association

a été fichée

par les renseignements généraux

pour s’être inquiété

pour la santé des enfants

 de l’école maternelle de

Fresnes sur Marne

près de laquelle

l’ETAT autorisait

l’implantation d’une décharge

 

 

Le citoyen fiché  « S » (sureté nationale) est classé de 1 à 16 » le classement ne correspond pas  à la « dangerosité » d’une personne, mais plutôt aux actions à entreprendre pour le membre des forces de l’ordre qui contrôle cette personne. Le fichier « S » mélange les personnes condamnées, suspectes comme innocentes. (2)

 

 

Drôle de pays

qui se dit « démocratique »

 

Où un citoyen peut être surveillé par l’ETAT parce qu’on lui reproche de vouloir protéger la santé de ses concitoyens contre les risques de pollutions industrielles.

 

 

 (1) http://www.interieur.gouv.fr/Le-ministere/DGSI

(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fiche_S

 

 

Fresnes sur Marne à droite la décharge, à gauche l'école maternelle

Fresnes sur Marne à droite la décharge, à gauche l'école maternelle

Repost 0
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 18:08
Destruction de la forêt régionale de Montgé en Goële : suite à l’intervention des conseillers  départementaux B.Corneille et M. Margaté, J.J. Barbaux va devoir revoir sa copie !

 

 

Jean-Jacques Barbaux prévoyait de faire voter lors de la séance du CD 77  un engagement partenarial pour un plan de paysage et de ressources de la butte de Montgé.

 

Pour faire court c’était la validation du projet de destruction de la forêt régionale de Montgé en Goële, le joyau du patrimoine du nord-ouest 77, afin de favoriser l’exploitation à ciel ouvert du gypse par l’industriel allemand Knauf.

 

Un certain nombre de réunions avaient été organisées ces dernières années par la préfecture, la préfète ayant refusé que notre association y participe. Seules deux associations environnementales  avaient pu y participer , deux  associations qui n’ont pas validé la proposition de destruction de cette forêt.

 

Mais qu’à cela ne tienne, la commune très endettée de St Soupplets y est favorable ainsi que celle de Cuisy.

 

Une seule réunion publique semble avoir été organisée à Cuisy le 28/6/2016, une exposition a été constituée, qui devrait être présentée dans quelques communes.

 

Mais qu’en on interroge les familles qui fréquentent le site, personne n’est au courant, en effet il semblerait que ce projet de destruction de notre patrimoine se fasse dans la plus parfaite opacité, comme d’habitude, derrière le dos des populations intéressées.

 

Petites réunions entre les dirigeants du Conseil Départemental, du Conseil Régional, de l’industriel Knauf, de l’UNICEM (industries du Plâtre), des services de l’ETAT…..

 

Heureusement les 2 conseillers régionaux du secteur Marianne Margaté et  Bernard Corneille ont manifesté leur grande inquiétude auprès du Conseil Départemental et ont obtenu que le vote soit reporté, ce dont nous les remercions.

 

Rien ne semble gêner Jean-Jacques Barbaux quand il s’agit de détruire le nord-ouest 77.

Laisser créer des buttes  artificielles d’ordures à Villeneuve sous Dammartin et Annet sur Marne et détruire nos buttes naturelles comme la forêt de Montgé en Goële.

 

 

         C’est « ladite démocratie à la française »

 

 Certains élus se réunissent derrière votre dos

avec des industriels

 et décident pour vous

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 18:55

 

Un sacré casse-tête pour Jean-François Copé, président de la communauté d’agglomération du pays de Meaux.

 

Les habitants d’Esbly souhaitent remettre en état la plage en bordure de Marne abandonnée depuis 30 ans.

 

Malheureusement cette plage se trouve en aval proche du projet TERZEO de décharge de déchets dangereux, du sarcophage qui fuit de l’arsenic et du fer... et de la décharge ISDI d’Isles les Villenoy.

Serait-il vraiment sérieux d’implanter une plage dans la Marne en aval proche d’une décharge de déchets dangereux ?

 

Il faut bien que les habitants des villages ruraux de sa communauté d’agglomération comprennent que M. le Maire de Meaux a décidé de réhabiliter sa ville et pour ce faire a bien besoin de décharge ISDI et  aurait, semble t-il, bien besoin de TERZEO pour recycler et stocker les déchets dangereux récupérés des 7 tours qu’il souhaite encore détruire.

 

Vous connaissez

« la dite solidarité à la française »

 

Améliorer

la qualité de vie des populations

des grandes villes

en détruisant

le cadre de vie de celles des villages ruraux

 

 

Pour en revenir à cette plage, les habitants d’Esbly et environs en ont-ils vraiment besoin, Jean-François Copé en a fait réhabiliter une à Meaux en bordure de Marne, pourquoi en implanter une seconde à quelques kms de là ?

 

 

Pour aller plus loin :

http://astudejaoublie.blogspot.fr/2011/08/esbly-la-plage-golf.html

 

Paru dans le Journal la Marne :

 

Soutenez le Collectif de la Plage pour redonner vie à l'ancienne piscine

Un collectif d'associations a présenté à la mairie d'Esbly un projet de centre culturel sur le site de l'ancienne piscine, à l'abandon depuis près de 30 ans.

07/04/2017 à 15:53 par Gurvan Abjean

L’une des friches les plus emblématiques de Meaux et ses environs est en passe de s’offrir une seconde vie.

Le collectif de la plage, qui regroupe plusieurs associations, veut créer un centre culturel à rayonnement international sur les ruines de l’ancienne piscine d’Esbly. Son projet a été présenté en conseil municipal, fin mars. La Ville attendait depuis longtemps une solution adaptée et ambitieuse pour faire revivre cet espace, à l’abandon depuis près de 30 ans.

Votez pour les soutenir

Amar Benbia, membre de l’association “La Foule d’eau” qui fait partie du collectif, est « tombé amoureux » du site et de son architecture des années 20 – 30 il y a environ six ans, en naviguant dans le secteur :

On a tout de suite eu la volonté d’animer ce lieu magnifique. L’objectif est d’ancrer nos animations au niveau local. On va d’ailleurs mener une enquête pour connaître les envies des habitants.

Résidences d’artistes internationaux, festivals, concerts, expositions : le centre sera ouvert à tout type de projets culturels.

Cette opération de grande envergure nécessite « énormément d’argent ». D’abord pour nettoyer, sécuriser et réhabiliter le terrain et les bâtiments. Les responsables du projet veulent mettre en place des chantiers d’insertion et des chantiers bénévoles internationaux pour réaliser ces travaux.

Le collectif a déjà mobilisé plusieurs partenaires. Il participe aussi au concours de la Fabrik Aviva, fonds qui propose d’aider financièrement une quarantaine de projets innovants. Le collectif a besoin de votre soutien pour obtenir une somme pouvant atteindre 50 000 euros. Vous pouvez voter jusqu’au 11 avril.

77450 Esbly

http://www.journallamarne.fr/2017/04/07/le-collectif-de-la-plage-veut-redonner-vie-a-l-ancienne-piscine/

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 11:54
Villevaudé Carrière/décharge Placoplatre exploitée à l'explosif : pour protéger votre environnement l'association Villevaudé Demain a besoin de votre aide
Villevaudé Carrière/décharge Placoplatre exploitée à l'explosif : pour protéger votre environnement l'association Villevaudé Demain a besoin de votre aide
Villevaudé Carrière/décharge Placoplatre exploitée à l'explosif : pour protéger votre environnement l'association Villevaudé Demain a besoin de votre aide
Villevaudé Carrière/décharge Placoplatre exploitée à l'explosif : pour protéger votre environnement l'association Villevaudé Demain a besoin de votre aide
Repost 0
Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 14:07
Une péniche de tourisme fluvial passant l'écluse de Chalifert pour se diriger vers Coupvray

Une péniche de tourisme fluvial passant l'écluse de Chalifert pour se diriger vers Coupvray

 

 

Coupvray, charmant village de 2800 âmes, au bord de Disneyland,  berceau de Louis Braille, l’inventeur du système d’écriture en relief pour aveugles.

 

 

Des ordures qui lui collent à la peau !

En effet depuis de nombreuses années une décharge illégale GVHTP s’est implanté sur cette commune, les démarches des associations environnementales et de la mairie ont conduit à 13 mises en demeure de la préfecture, sans que cette décharge ne soit fermée,  le 3 novembre dernier, la mairie faisait  un nouveau signalement à Jean-Luc Marx, préfet du 77.

 

 Une mairie qui  souhaite attirer les touristes d’Eurodisney, en favorisant le tourisme fluvial sur le canal de Chalifert. (1)

 

Un pari difficile à tenir alors qu’un projet de décharge de déchets dangereux est en cours d’instruction sur une commune voisine Terzeo à Villenoy/Isles les Villenoy, déchets dangereux qui pourraient être acheminés par ce  même canal de Chalifert pour éviter le transport des déchets par camions.

 

Comment concevoir que des péniches chargées de touristes puissent frôler des péniches chargées de déchets dangereux, car il faut savoir que ce canal n’est pas très large, il a 7.20 m  de largeur à la voûte de Chalifert.

 

Coupvray, marché public de prestation intellectuelle page 8 (1) complété par Adenca concernant les déchets dangereux

Coupvray, marché public de prestation intellectuelle page 8 (1) complété par Adenca concernant les déchets dangereux

 

Deux communautés d’agglomération voisines  sur lesquelles devraient s'implanter des projets

vraiment différents :

 

- Val d’Europe Agglomération (président Arnaud de Bellenet)

projets centrés vers le tourismes autour de Disneyland : Coupvray, Village Nature…..

 

-Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux (président Jean-François Copé)

projets centrés vers l’accueil des ordures des autres : décharge déchets dangereux et entreprise de recyclage Terzeo Villenoy/Isles les Villenoy, décharges ISDI Vignely, Trilbardou et carrières/décharges….

 

(1) http://demat.centraledesmarches.com/medialex/publisher_portail/public/annonce/consulterDCEHorsIdentification.jsp;jsessionid=8CC52690552D9F06C524D4DF5BE315C3?iIdAffaire=29818

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-le-cas-de-la-decharge-illegale-gvhtp-coupvray-125255908.htmlhttps://www.google.fr/webhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=coupvray+gvhtphttp://adenca.over-blog.com/2016/11/coupvray-depuis-des-annees-une-decharge-illegale-pres-de-disneyland-les-elus-n-en-peuvent-plus-d-alerter-le-prefet.htmlhttp://adenca.over-blog.com/2015/04/decharge-illegale-gvhtp-coupvray-mme-taubira-ce-n-est-pas-des-effets-d-annonces-mais-la-remise-en-etat-en-urgence-de-ce-site-que-nou

Repost 0
Published by ADENCA - dans SEINE ET MARNE
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 18:45

 

L'ETAT, représenté par François Hollande, qui autorise l'exploitation  d'une nouvelle carrière/décharge, exploitée à l'explosif, au nord-ouest 77, à Villevaudé.

 

Le Conseil Régional, représenté par Jean-Paul Huchon, qui a voté en 2013 le SDRIF  schéma directeur régional (SDRIF) décrétant le gypse  comme une “richesse d’importance nationale” et d’intérêt communautaire et qui encourage dans le Predec, voté en 2015, le remblaiement des carrières par des déchets (voir page 170).

 

Le Conseil Départemental, représenté par Jean-Jacques Barbaux qui veut encourager le remblaiement des carrières par les déchets du Grand Paris.

 

Et même le député de cette circonscription Yves Albarello, rapporteur du Grand Paris, qui est favorable aux remblaiements des carrières par des déchets.

 

C'est

"ladite démocratie à la française"?

 

Le droit des industriels

de détruire

un territoire avec la bénédiction des élus ?

 

 

Le droit des populations

 de subir et de se taire

surtout se taire ?

 

 

A vous de juger.

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

Villevaudé : Placoplâtre a le feu vert pour réexploiter une carrière de gypse

Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Villevaudé|Hendrik Delaire|05 avril 2017, 14h40

Hendrik Delaire

 

«Nous allons lancer les premiers travaux d’aménagement dès que possible pour que l’exploitation puisse débuter au plus tôt ». Responsable de l’exploitation et des carrières de Placoplâtre, Gilles Bouchet ne cache pas son empressement de pouvoir lancer l’exploitation de la carrière de gypse du Bois-Gratuel et des Mazarins à Villevaudé. La filiale de Saint-Gobain, a obtenu la semaine dernière le feu vert de la préfecture de Seine-et-Marne pour exploiter à ciel ouvert ce site, qu’elle convoitait depuis plusieurs années.

 

Un enjeu primordial pour la société plâtrière afin d’assurer l’approvisionnement de son usine de Vaujours (Seine-Saint-Denis), la plus grande au monde, où le gypse est transformé en plâtre. « Le site de bois Gratuel doit prendre le relais de la carrière de Bois-le-Comte, qui fournit deux tiers du gypse et dont les ressources seront épuisées d’ici à 2020 », explique Gilles Bouchet.

105. LP/InfographieLa future carrière de Bois-Gratuel-les-Mazarins sera reliée à celle de Bois-le-Comte par un pont enjambant la D

Conséquence : le bois et ses espaces naturels sont voués à la destruction. « En tout, ce sont plus de 38 espèces de la faune et de la flore dont des espèces rares, qui sont menacées par la destruction du Bois-Gratuel ; en particulier les amphibiens et les batraciens comme le triton alpestre », se désole de Christophe Nédélec, président de l’association Les Abbesses de Gagny-Chelles, opposé au projet de carrière.

« Nous avions proposé des solutions de compromis comme l’exploitation en cavage (souterraine, NDLR) de la carrière mais Placoplâtre a voulu passer en force, alors cette fois nous nous enchaînerons aux arbres s’il le faut », s’emporte le représentant de l’association. « La carrière sera remblayée et revégétalisée au fur et à mesure de l’extraction du gypse et les continuités écologiques de la Dhuis seront préservées », tente de rassurer Gilles Bouchet.

Pour acheminer les 670 000 tonnes de gypse qui seront extraites chaque mois du futur site, Placoplâtre va aussi construire un pont enjambant la D105. L’ouvrage d’art, dont le chantier a déjà débuté, doit permettre le passage des camions effectuant les travaux de terrassement, ainsi que le prolongement du tapis roulant qui charrie déjà le gypse entre la carrière de Bois-le-Comte et l’usine de Vaujours.

« Placoplâtre semble très pressé. Ils ont communiqué auprès des habitants sur les bienfaits de leur projet alors qu’une pétition a récolté plus de 800 signatures contre ce chantier », s’insurge Marie-Françoise Pian, présidente de l’association « Villevaudé demain ».

Opposée au projet, elle souligne le soutien sans faille de l’Etat à Placoplâtre sur ce dossier et dénonce les nuisances pour les riverains. « L’utilisation de tir de mines va soulever de la poussière, provoquer du bruit et des vibrations. Nous craignons même que les explosions ne provoquent l’effondrement de cette carrière dont le sous-sol a déjà été exploité dans les années quatre-vingt. »

« Le projet a reçu en février dernier un avis favorable de la Commission départementale de la nature des sites et des paysages (CDNPS) », rétorque la préfecture.

leparisien.fr

http://www.leparisien.fr/villevaude-77410/villevaude-placoplatre-a-le-feu-vert-pour-reexploiter-une-carriere-de-gypse-05-04-2017-6826974.php

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 16:46

 

Fort de Vaujours

La préfecture vient de mettre en ligne le compte rendu de la dernière CSS ainsi que les présentations ASN et Placoplatre

 

Vous pouvez les consulter à l’aide du lien suivant :

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/Divers/Fort-de-Vaujours

Repost 0
Published by ADENCA
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 09:16
entrée de la piste cyclable, endroit où sortirait les voitures

entrée de la piste cyclable, endroit où sortirait les voitures

Claye-Souilly : lieudit "La Rosée"

Claye-Souilly : lieudit "La Rosée"

 

Un permis de construire a été délivré le 14/11/2014 par la mairie de Claye-Souilly à la SCCV de la Rosée dont le siège social se trouve 14 avenue de Vaucanson à Montfermeil 93.

Cette société est gérée par 2 autres sociétés CEPROM et DGPAM, situées à la même adresse, dont le gérant est M. Kudlug DEGER.(1)

 

Ironie du sort, dans ce permis de construire autorisant l’implantation de 19 logements  au lieudit « La Rosée », la SCCV de la Rosée prévoit d’utiliser une piste cyclable, pour permettre la sortie des véhicules de ces 19 logements, piste cyclable  propriété du conseil départemental du 77.

 

Mais qu’à cela ne tienne, Jean-Jacques Barbaux, président du CD 77, semble favorable pour céder la piste cyclable à la commune de Claye-Souilly qui va pouvoir accéder à la demande de la SCCV de la Rosée, déclasser pour partie cette piste cyclable pour permettre aux véhicules des futurs propriétaires des 19 logements de l’emprunter.

 

C’était sans compter sur la vigilance de l’opposition municipale, très inquiète quant aux risques de collision entre les cyclistes et les voitures notamment dans un virage.

 

En effet nombreuses familles de cyclistes  avec enfants en bas âge fréquentent actuellement cette voie pour rejoindre la piste cyclable située au bord du canal de l’Ourcq, qui mène jusqu’à Paris.

 

Comment sera protégé le virage dangereux, quelle largeur sera octroyée aux cyclistes, une clôture séparera-t-elle la piste cyclable de la route empruntée par les véhicules et enfin qui va payer les travaux et études de mise aux normes de cette voie ?

 

Nous n’en savons rien.

 

 

Pour le savoir

 nous vous conseillons de vous rapprocher

de vos conseillers municipaux.

 

(1) https://www.annonces-legales.fr/annonce-legale/153496/ROSEE-Societe-Civile-Immobiliere-de-Construction-Vente-SCICV-ou-SCCV

http://www.societe.com/societe/ceprom-519636989.html

http://www.societe.com/societe/dgpam-dg-property-asset-management-521511873.html

 

 

Piste cyclable : Virage dangereux qui crée la polémique

Piste cyclable : Virage dangereux qui crée la polémique

Paru dans le Parisien 77 :

Claye-Souilly. L’ouverture partielle de la piste cyclable aux voitures fait polémique

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Claye-Souilly|Hendrik Delaire|31 mars 2017, 19h40|0

Claye-Souilly, ce jeudi soir. Le député-maire Yves Albarello (LR) (à gauche) et le conseiller municipal d’opposition Renaud Hée (EELV) (à droite) se sont vivement opposés sur le vote du transfert d’une partie de la piste cyclable Paris-Claye dans le domaine communal. . LP/H.D

Hendrik Delaire

Claye-Souillypolitiqueconseil municipalpiste cyclableYves AlbarelloRenaud Hée

Les débats ont été animés ce jeudi soir entre le député-maire Yves Albarello (LR) et les membres de l’opposition lors du conseil municipal de Claye-Souilly. Si les premiers désaccords sont survenus lors du vote des taux des impôts locaux qui demeurent inchangés pour 2017, le ton est monté d’un cran au moment de voter le retour dans le domaine de la commune d’une partie de la piste cyclable qui relie Claye-Souilly à Paris.

Objectif de la majorité avec cette délibération : couper la piste cyclable en deux entre la rue de Souilly et le Canal de l’Ourcq pour qu’une voie à sens unique soit réservée aux voitures et ainsi permettre la sortie des automobilistes qui habiteront la future résidence de la Rosée. Situé à proximité immédiate de la piste cyclable, cet ensemble de 17 logements en accession à la propriété devrait sortir de terre d’ici la fin de l’année.

« Ce chantier va transformer la piste déjà très étroite en bande cyclable, ce qui sera très dangereux pour les cyclistes qui devront cohabiter avec les voitures. Le virage pour sortir de la résidence sera très dangereux. Les automobilistes ne pourront pas voir arriver les cyclistes et des accidents auront lieu à coup sûr à cet endroit », a critiqué Renaud Hée (EELV), leadeur de l’opposition au conseil municipal.

Une affirmation contestée par Yves Albarello qui a peiné à cacher son agacement. « Comment pouvez affirmer que des accidents auront lieu ? Vous propagez des propos mensongers sur votre page Facebook vous mériteriez une paire de gifles ! », s’est emporté le député-maire faisant référence à une publication dans lequel l’opposant affirmait « qu’Yves Albarello supprime la piste cyclable avec l’aide du département ».

leparisien.fr

 

http://www.leparisien.fr/claye-souilly-77410/claye-souilly-l-ouverture-partielle-de-la-piste-cyclable-aux-voitures-fait-polemique-31-03-2017-6814164.php

Repost 0
Published by ADENCA - dans CLAYE-SOUILLY
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 10:37

 

Pourquoi Vincent Eblé

veut-il protéger la nappe de Champigny

et pas le plus important captage d’eau d’Annet sur Marne

qui fournit 500 000 habitants en eau potable ?

 

C’est ce qu’on peut lire dans l’avis de 2014 du département de Seine et Marne.

Le département est favorable à l’envoi des ordures du Grand Paris à Villeparisis, St Soupplets, Claye-Souilly et Annet sur Marne .

 

 Cela nene pas Vincent Eblé que les ordures soient déversées dans la décharge d’Annet sur Marne à même la terre, les jus de décharges s’évacuant dans la nappe phréatique et vers la Marne par la Beuvronne qui se rejette en amont proche du captage d’eau situé sur cette même commune et qui fournit 500 000 habitants en eau potable.

 

Mais pour protéger la nappe de Brie  surtout ne pas envoyer ces ordures dans les carrières

De Villegagnon et Pécy.

 

Pour extrait :

AVIS DU DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE SUR LES LIGNES 16 ET 17 SUD DU RÉSEAU DE TRANSPORT PUBLIC DU GRAND PARIS

…….

Dans le cadre de la planification de l’évacuation des déblais, la SGP propose un découpage des tronçons en secteurs et en lots géographiques permettant de mettre en œuvre 3 scénarios, « lots » d’évacuation des déblais en fonction de la localisation des secteurs de production de déblais :

 

- lot 1 « Mutualisation du transport par voie d’eau », Ce lot concerne les déblais provenant des travaux du tronçon de la ligne 14 et d’une partie de la ligne 16 allant des gares de Saint-Denis Pleyel à la Courneuve. Leur quantité est estimée à 2 millions de tonnes. Seuls les déblais pollués, non quantifiés seront évacués en Seine-et Marne vers l’installation de stockage des déchets dangereux de SITA FD à Villeparisis.

 

- lot 2 « Recherche de l’évacuation par la route en direction du Nord de l’Ile-deFrance », Ce lot concerne les déblais d’une partie du tronçon de la ligne 16 allant de la gare du Bourget à la gare de Clichy-Montfermeil. Leur quantité est estimée à 3,2 millions de tonnes.

 

Pour la Seine-et-Marne sont identifiés : 

Les carrières de Placoplatre à Villeparisis et de Knauf à Saint-Soupplets quiü prévoient le remblayage des fouilles par apports de déchets inertes.

 Les installations de stockage de déchets inertes d’ECT à Annet-sur-Marne, de laü REP Véolia à Claye-Souilly.

 L’installation de stockage de déchets non dangereux de la REP Véolia à ClayeSouilly.ü  L’installation de stockage de déchets dangereux de SITA FD à Villeparisis.ü

 

- lot 3 « Evacuation des déblais par la route dans le département de production ». Ce lot concerne les déblais d’une partie du tronçon allant de la gare de Clichy-Montfermeil à la gare de Noisy-Champs. Leur quantité est estimée à 1,2 millions de tonnes. Pour ce lot, les sites potentiels d’évacuation sont situés exclusivement en Seine-et-Marne.

 

 Ils sont communs au lot 2 et deux sites supplémentaires ont été ajoutés : les carrières de SCBV Bannost à Villegagnon et de Cemex Granulat à Pécy. Or, ces deux carrières exploitent les calcaires situés dans la nappe de Champigny obtenus par rabattage de la nappe. Les conditions de réaménagement prévus dans les arrêtés préfectoraux prévoient pour les deux sites « un remblayage par apport de matériaux minéraux inertes, non contaminés ni pollués, constitués de déblais de chantier à base de terres naturelles ou de matériaux issus de travaux publics excluant tout autre produit que les sols naturels ». Le Département considère que ces sites situés dans le périmètre de la nappe de Champigny ne sont pas appropriés pour recevoir des déchets inertes si le caractère inerte de ces derniers n’est pas démontré par des analyses systématiques sur les remblais. En effet, ces matériaux seront au contact immédiat d’une nappe qui alimente en eau potable 1 million de franciliens. Par précaution, en raison d’un risque sanitaire existant, ces sites doivent être écartés. Le Département demande par ailleurs que les carrières de Villegagnon et Pécy soient exclues des sites potentiels définitifs d’accueil de déchets inertes.

file:///C:/Documents%20and%20Settings/Station/Mes%20documents/Downloads/Avis%20D%C3%A9partement%20-%20Note%20technique%20(3).pdf

 

Quand à Jean-Jacques Barbaux son successeur, il a accepté 1 million d’euros de l’exploitant de décharge ECT pour retirer ses recours administratifs contre les décharges d'Annet sur Marne et Villeneuve sous Dammartin.

 

Jean-Jacques Barbaux veut également accueillir les entreprises de recyclage de déchets et  remblayer les carrières avec des déchets,  mais ne dit pas où.

- veut-il encourager la destruction du joyau de ce secteur, la forêt régionale de Montgé en Goële pour permettre à l’exploitant allemand Knauf d’exploiter une carrière/ décharge pour y déverser les ordures du Grand Paris ?

 

-veut-il encourager l’implantation à Moussy le Neuf d'une entreprise de compostage de boues de station d’épuration accompagnée d’une décharge ECT et d’une entreprise de recyclage/ décharge de déchets dangereux à Villenoy/Isles les Villenoy ?

 

- veut-il encourager l’implantation et d’une installation de tri, regroupement et traitement de déchets dangereux (désamiantage des trains, dépollution…) au bord de cette même forêt de Montgé en Goële ?

 

 

-veut-il encourager l’implantation à Moussy le Neuf d'une entreprise de compostage de boues de station d’épuration accompagnée d’une décharge ECT et d’une entreprise de méthanisation pour soulager, entre autres, la ville princière de Chantilly des crottins de chevaux dont elle ne sait que faire ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Recherche