Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 14:42

 

Seine et Marne 

Depuis de nombreuses années les services

de la DRIEE (1) sont en sous effectifs

au Nord-Ouest 77. 

 

l’Etat abandonne-t-il ce secteur ? 

 

 

moins de contrôles = moins de problèmes 

 

A vous de juger

 

 

(1)  http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/seine-et-marne-a717.html

 

 

 

 

Paru dans le journal de l’environnement :

 

 


La Cour des comptes préconise de réformer l’État sur le terrain

Le 11 juillet 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg

>  , , , ,

 

Le dernier Cimap avait engagé un choc de simplification, voulu par François Hollande.

L’Etat est-il bien organisé, sur le terrain, pour protéger notre environnement? Bonne question à laquelle répond, en partie, le dernier rapport de la Cour des comptes. Et ce à quelques jours de la tenue d’un comité interministériel à la modernisation de l'action publique. 

Dans le premier rapport qu’ils consacrent à l’organisation territoriale de l’état, les magistrats de la rue Cambon dressent un bilan peu reluisant de l’organisation territoriale des pouvoirs publics. Redondants, ne répondant pas aux besoins des populations, illisibles, dysfonctionnant, les magistrats n’y vont pas avec le dos de la cuiller.

Ces services déconcentrés et autres délégations locales des opérateurs étatiques ont pourtant connu maintes réformes et restructuration depuis 2007: création de la direction générale des finances publiques (DGFIP), révision de la carte judiciaire, révision générale des politiques publiques (RGPP), réforme de l’administration territoriale de l’état (RéATE). Sans oublier, en 2012, la modernisation de l’action publique (MAP).

«Si elles ont permis des progrès dans de nombreux domaines, elles n’ont pas réglé des difficultés essentielles et, parfois, ont même ajouté de nouvelles», estiment les rapporteurs. Le transfert aux régions de la gestion des crédits européens (Feder, Feader, Fep et FES) pourrait réduire les actions de l’Ademe en faveur du développement économique local. Et le nombre de ses agents en délégations régionales.

Avec la RGPP, l’état a choisi de stabiliser les effectifs de la fonction publique, tout en créant des postes dans l’éducation nationale, les services de sécurité et la justice.

Une politique qui contribué à réduire les effectifs des autres ministères et de leurs services déconcentrés. «Dans ce contexte, l’évolution de l’organisation territoriale de l’État a été insuffisante pour lui permettre de mieux remplir ses missions régaliennes tout en s’affranchissant des enchevêtrements de compétences entre l’État et les collectivités territoriales.» 

Faute de personnel suffisant, les délégations régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) de Bourgogne et de Franche-Comté doivent partager leurs ingénieurs et leurs techniciens pour remplir leurs missions d’entretien des digues. Une «formule de mutualisation» à multiplier, estime pourtant la Cour.

Pour n'avoir pas su délimiter clairement les champs d'interventions de ses services locaux et de ses agences, l’État a créé des doublons ou assimilés. Traduction de la Cour: «La nature des missions de l’Ademe demeure en partie différente de celles de la Dreal. Cependant, la question, pendante depuis la création de la Dreal, de la coexistence, dans une même région, de deux entités chargées de l’environnement, se pose.» 

Incohérent, peu précis, l’État ne s’est pas doté non plus des moyens de gestion des ressources humaines adaptés aux évolutions de son organisation territoriale. Est-il ainsi raisonnable que l’Ademe ne puisse déployer que deux agents en Polynésie française, collectivité d’outre-mer comprenant 67 îles habitées et s’étendant sur 5 millions de km2?

Dans la Dreal de Bourgogne, les deux cadres chargés du contrôle, à la sortie de l’usine, des véhicules spéciaux doivent prochainement partir à la retraite. S’ils ne sont pas remplacés, l’attestation de conformité de ces véhicules ne pourra plus être délivrée. Un détail.

Dans ses recommandations, la Cour des comptes estime notamment que l’Etat doit adapter son action à la bonne échelle territoriale. Cette idée plaira, sans doute, aux agents de l’Anah. L’agence nationale de l’habitat n’a plus de personnel propre en région. Pour remplir sa mission, localement, elle doit donc s’appuyer sur les agents des Dreal et des directions départementales des territoires (DDT).

Les rapporteurs préconisent aussi de réduire le nombre de directions départementales. Ce qui suppose de faciliter la mobilité des fonctionnaires. «La mobilité des agents nécessite notamment de renforcer le critère de mobilité dans les régimes indemnitaires et le déroulement de carrière.»

Pour le gouvernement, la publication de ce rapport tombe à pic. Avec l’arrivée des vacances la contestation de cette rationalisation annoncée des services déconcentrés risque d’être moins vive qu’au cœur de l’année. En outre, le gouvernement réunit, le 17 juillet, un comité interministériel à la modernisation de l'action publique. Un Cimap qui, après celui du 2 avril dernier, pourrait accoucher de nouvelles réformes de l’organisation territoriale de l’Etat.

http://www.journaldelenvironnement.net/article/la-cour-des-comptes-preconise-de-reformer-l-etat-sur-le-terrain,35584?xtor=EPR-9

 

Repost 0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 17:48

 

 

 

Pollution de l'air

hausse des risques pour le poumon et le cœur 

 

 

Si on parlait de la responsabilité des élus qui donnent encore et encore des avis favorables pour l’implantation de décharges ou qui implantent des routes ou rond-point favorisant la circulation des camions chargés de déchets ou bien qui votent des plans qui autorisent encore et encore l’implantation de décharges sur notre secteur.

 

Pourquoi aucunes de ces collectivités ne financent d’étude sanitaire, pas même de points de contrôle de la qualité de l'air pour connaître et prévenir les risques encourus par les populations du nord-ouest 77 qui doivent supporter la pollution de ces milliers de camions qui viennent déverser chaque année des millions de tonnes de déchets sur notre secteur ?


 

Sont-ils seulement à l’écoute

du lobbie des déchets ? 

 

A vous de juger 

 

 

 


Paru sur le site  Sciences Avenir Nature :

 

Pollution de l'air: hausse des risques pour le poumon et le cœur

Créé le 10-07-2013 à 08h45 - Mis à jour à 08h45

 

  

 

 

Uneexposition de longue durée à la pollution aux particules accroît le risque de cancer du poumon, même à des doses inférieures à celles autorisées au niveau européen, selon une étude publiée mercredi dans la revue médicale The Lancet. (c) Afp

 


    

Paris (AFP) - Une exposition de longue durée à la pollution aux particules accroît le risque de cancer du poumon, même à des doses inférieures à celles autorisées au niveau européen, selon une étude publiée mercredi dans la revue médicale The Lancet.

A plus court terme, une augmentation de cette pollution augmente le risque d'être hospitalisé ou de mourir d'une insuffisance cardiaque, selon autre étude publiée dans la même revue.

Les particules se distinguent entre elles par leur taille. Celles dites "respirables" sont celles qui ont un diamètre aérodynamique moyen inférieur à 10 µm (particules en suspension notées PM10). Leur taille est suffisamment faible pour entrer dans les poumons. Elles sont générées par les activités humaines telles que le chauffage domestique, le trafic automobile, l'agriculture ou encore les industries.

En passant en revue 17 études européennes rassemblant 313.000 personnes, une équipe de chercheurs européens dirigée par Ole Raaschou-Nielsen a montré qu'une hausse de la pollution aux particules fines (PM2,5) de 5 microgrammes par mètre cube augmentait le risque de cancer du poumon de 18%, tandis qu'une hausse des particules (PM10) de 10 µg par m3 augmentait le risque de 22%.

Les seuils limites fixés par l'Union européenne pour la qualité de l'air sont de 40 µg par m3 pour les PM10 et de 25 µg par m3 pour les PM2,5.

L'OMS recommande pour sa part de limiter l'exposition à 20µg par m3 pour les PM10 et à 10 µg par m3 pour les PM2,5.

Mais les chercheurs relèvent que dans leur étude, le risque de cancer du poumon subsiste même à des concentrations inférieures aux normes européennes et qu'il augmente en fonction du niveau atteint.

Ils ajoutent qu'ils n'ont trouvé "aucun seuil en dessous duquel il n'y ait pas de risque".

Dans l'autre étude publiée par The Lancet, des chercheurs de l'Université d'Edimbourg en Ecosse ont passé en revue 35 études pour évaluer l'impact des particules, mais également de quatre autres polluants atmosphériques (monoxyde de carbone, dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et ozone).

Ils ont découvert que même une exposition brève à ces polluants - qui se produit lors d'une alerte ponctuelle au smog - augmente le risque d'hospitalisation ou de décès des suites d'une insuffisance cardiaque de l'ordre de 2 à 3%, sauf s'il s'agit de l'ozone.

En modélisant la situation, les chercheurs ont estimé qu'il serait possible d'éviter 8.000 hospitalisations pour insuffisance cardiaque aux Etats-Unis en réduisant le niveau des seuls PM2,5 de 3,9µg.

 

 


http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/nature-environnement/20130710.AFP9066/pollution-de-l-air-hausse-des-risques-pour-le-poumon-et-le-c-ur.html?xtor=RSS-16

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans SANTE PUBLIQUE
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 15:46

 

 

 

 

 

PARIS

la ville qui puise son eau

dans les meilleures sources du Sud  Seine et Marne 

et qui envoie ses ordures au nord de ce même département

 

 

Site Eau Paris

Source : Site Eau Paris

(nous avons entouré en rouge les sources de Seine et Marne qui alimentent Paris en eau)

 

 

Paru sur le site Eau Paris :

Provenance de l'eau

Chaque jour, nous consommons à Paris environ 490 000 m3 d’eau potable. 

Cette eau est produite par Eau de Paris à partir d’eaux souterrai
nes et d’eaux de rivières, rendues potables avant d’être acheminées jusqu’aux robinets de tous les Parisiens. 

Les eaux potables issues des différentes unités de production d’Eau de Paris sont dirigées vers cinq réservoirs principaux. En fonction du lieu de résidence, les Parisiens bénéficient ainsi de l'eau de rivière potabilisée, ou de l'eau souterrai
ne prélevée du côté de Provins, Sens, Fontainebleau, Montreuil-sur-Eure ou de Verneuil-sur-Avre. Les réservoirs peuvent aussi recevoir un mélange d’eau de surface et d’eau souterraine. La diversité des unités de distribution contribue à sécuriser l'approvisionnement. 

Consommation  du 23/05/2013  :  519  Millions de litres

 

http://www.eaudeparis.fr/page/provenance-de-l-eau?page_id=151

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 19:50

Carte77 DECHARGES INCINERATEURS CARRIERES REMBLAYEES PAR D

 

 

Carte des  incinérateurs, décharges, projets de décharges et carrières remblayées

par des déchets "dits inertes"

 

 

 

PREDEC

Plan Régional d’ Elimination des déchets de chantier

 

demain le Conseil Régional Ile de France

va  présenter son projet à la commission consultative

afin qu’elle donne son avis.


Le Conseil Régional d’Ile de France prépare ce plan qui décidera en quelque sorte de notre sort  mais sans nous.

 

Ce plan autorisera-t-il l'implantation

de nouvelles décharges au nord-ouest 77 ?

C'est probable mais attendons.


 

 

Comme d’habitude nous devons

SUBIR ET NOUS TAIRE 

 

Mais pas seulement, nous devons aussi

PAYER ET NOUS TAIRE 


 

 

Pourquoi payons-nous

notre eau potable si chère ?

 

 

Le prix dépend de plusieurs critères :

le plus important est la qualité de la ressource  en eau disponible.

 

 

Chacun comprendra qu’une eau pompée dans une rivière (la Marne) située à proximité de décharges et recevant une eau polluée de l’un de ces affluents (la Beuvronne) n’est pas de très bonne qualité.

Chacun comprendra que plus l’eau est polluée, plus elle subit de traitements et plus elle coûte chère.

 

 

 

Citons le prix du m3 pour 2011 de quelques communes où sont implantés des décharges :

 

 

Claye-Souilly                         5.55 € le m3 (1)

 

Villeparisis                             4.58 € le m3  (1)

 

Annet sur Marne                   4.47 € le m3   (1)

 

 

  Et comparons à  Paris           2.94 € le m3 (2)

 

Paris la ville qui nous envoie ses déchets  mais qui n’utilise pas l’eau située au nord-ouest 77 mais celle du sud de la Seine et Marne, là où il n’y a pas de décharges.

 

 

 

(1) Calculé sur la base de 120 m3 consommés annuellement voir détail ci-dessous :

http://eau.seine-et-marne.fr/analyse-departementale

 

(2) http://www.journaldunet.com/economie/magazine/tarifs-juillet-2011/eau-potable.shtml

http://eau.seine-et-marne.fr/les-etudes-de-l-observatoire-de-l-eau

Repost 0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 19:33

Comme

on aimerait que l’on se préoccupe

de la Beuvronne 

comme de la Voulzie

cette eau qui alimente Paris


http://www.les-ormes-sur-voulzie.com/65.htm

 


Ste Colombe 13.4.2013 la Voulzie

       La Voulzie à Ste Colombe

Paru sur le site du CG77 :

 

Le rétablissement des continuités écologiques sur la rivière VOULZIE

·                                 03-07-2013

·                                 RIVIÈRE

·Par Olivier CAUDY <olivier.caudy@cg77.fr>

Restaurer la continuité de la Voulzie afin de retrouver une rivière vivante, dynamique et fonctionnelle ; telle est la démarche novatrice engagée par le Syndicat mixte de la Voulzie et des Méances. 

Depuis de très nombreuses années, les techniciens de l’EDATER (Equipe Départementale d’Assistance Technique à l’Entretien des Rivières), service du Conseil général de Seine-et-Marne, accompagnent les syndicats de rivière dans leurs programmes d’entretien, suite logique des travaux de remise en état engagés dans les années 1970 à 1990.

Cependant, la D.C.E (Directive Cadre sur l’Eau) et la LEMA (Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques) ayant fixé un objectif nettement plus ambitieux (retour au bon état écologique), ces mêmes syndicats sont invités à mettre en œuvre toute mesure concourant au rétablissement des continuités écologiques.

En effet, au cours des siècles passés, la plupart des rivières seine-et-marnaises ont fait l’objet, afin de dériver l’eau vers les moulins, de nombreux aménagements (digues, vannages, etc.) qui se révèlent être autant d’obstacles à la libre circulation des poissons et des sédiments.

Le syndicat de la Voulzie et des Méances, pionnier en la matière pour avoir mis en place, dès les années 2000, une ouverture hivernale des vannes, a décidé d’aller plus loin encore. Ainsi, après deux années d’étude (2010-2011), ce syndicat a sélectionné, comme site pilote, l’usine de Longpont, ancien moulin et deuxième obstacle à la continuité écologique depuis la confluence avec la Seine. (Le premier étant le moulin de Saint-Sauveur-lès-Bray équipé d’une passe-à-poisson dès 2007).

Après les différentes consultations, études, enquêtes publiques et aléas climatiques les travaux (effacement de l’ouvrage, nouvelle prise d’eau incendie et plantations) ont été réceptionnés en juin 2013.

Ainsi, ce sont près de 4 km de la rivière Voulzie qui retrouveront une continuité écologique sur ce secteur, favorisant une plus grande biodiversité aquatique.

 

http://eau.seine-et-marne.fr/actualites2/le-retablissement-des-continuites-ecologiques-sur-la-riviere-voulzie

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 15:39

 

 

beuvronne et fossé montigny entre claye et annet 2.3.2008

Affluent de la Beuvronne près de la décharge ECT d'Annet sur Marne

 

 

 

Claye-Souilly le prix de l’eau potable :

la note est salée ! 

 

 

en 2011 :

5.55 € le m3 (1)

Une augmentation de plus de  

41 % en 4 ans

(depuis 2008) 

 

Prix supérieur en 2011 de 25% à  la moyenne de Seine et Marne

4.43 € le m3 (1)

 

                                                          

Il est vrai que cette commune possède la plus importante décharge de déchets ultimes de France sur son territoire et plusieurs autres  décharges alentours (Villevaudé, Annet, Fresnes sur Marne,Villeparisis), plusieurs carrières remblayées par des déchets « dits inertes » (Villeparisis, Le Pin)….

 

 

Il est vrai que la rivière Beuvronne qui traverse la commune reçoit les eaux de ruissellements de ces décharges et  est bordée  par le site pollué Wabco, qu’elle reçoit les eaux pluviales d’Aéroport de Paris, eaux chargées en période hivernale de fondants hivernaux dont nous ne connaissons pas la composition chimique, rivière qui reçoit également les eaux de ruissellements  de la zone industrielle de Mitry-Compans qui compte 4 sites pollués inscrits dans la base Basol.

 

Il est vrai que  cette rivière Beuvronne se rejette dans la Marne à Annet sur Marne en amont proche de la station de pompage d’Annet sur Marne, station qui fournit en eau potable Claye-Souilly.

 

 

Combien coûte au consommateur  de Claye-Souilly

la dépollution de l’eau pompée dans la Marne

pour la rendre potable ? 

 

 

 

L’eau potable combien cela coûte ailleurs ?

 

En 2011

 à Paris

2.94 € le m3 (2) 

soit 88% de moins qu’à Claye-Souilly 

(soit 350€ de moins pour une consommation annuelle de 120 m3)

 

 En 2011

à Fontainebleau (1) 

3.32€ le m3

Soit 67% de moins qu’à Claye-Souilly 

 

 

 

Pour plus amples renseignements sur ce dossier contactez :

Monsieur Yves Albarello, député maire ou  M. les conseillers municipaux de Claye-Souilly.

 

                       

 

 

(1) Calculé sur la base de 120 m3 consommés annuellement voir détail ci-dessous :

http://eau.seine-et-marne.fr/analyse-departementale

 

(2) http://www.journaldunet.com/economie/magazine/tarifs-juillet-2011/eau-potable.shtml

http://eau.seine-et-marne.fr/les-etudes-de-l-observatoire-de-l-eau

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 11:32

Paru sur le site UFC Que Choisir :

Communiqué

 

Politique de l’eau en France

Pour fermer les vannes de la gabegie, l’UFC-Que Choisir demande un rattachement au Ministère de l’Ecologie

Alors que l’incapacité de la France à respecter le droit Européen de l’environnement, vient à nouveau d’être soulignée avec sa condamnation par la Cour de Justice de l’Union Européenne pour non-respect de la directive nitrates, l’UFC-Que Choisir demande une refonte du système de gestion de l’eau en France, par le biais d’un rattachement au Ministère de l’Ecologie, de toutes les structures locales et nationales en charge de cette ressource vitale.

Bien que de nombreuses instances soient responsables de la protection de l’eau, l’échec de la politique française de l’eau est patent : actuellement la moitié du territoire agricole est classé en zone vulnérable du fait de fortes pollutions en nitrates. Quant aux pesticides, ils sont présents dans 91% des eaux de surfaces (fleuves et rivières) et dans deux tiers des nappes phréatiques ! En vue d’établir des propositions pour réformer le système qui a autorisé ces dérives, l’UFC-Que Choisir a interrogé ses représentants siégeant dans 82 instances locales et nationales, ayant un impact sur la protection de l’eau(1). Les réponses données à cette consultation sont accablantes :

Une parodie de concertation

Les conditions minimales à une prise de décision éclairée sont bien peu respectées dans ces instances. Trop souvent, nos représentants découvrent en séance des documents particulièrement techniques, sans aucune aide pour leur interprétation. Dans un quart des structures, les décisions importantes sont expédiées en moins d’une heure, et dans 33% d’entre elles, sans réel débat contradictoire !

Des instances antidémocratiques

 Le nombre de sièges attribués aux associations consuméristes ou environnementales est systématiquement réduit à la portion congrue. Par exemple, dans le Comité de bassin "Seine Normandie", on ne compte que 10 représentants associatifs sur 180 membres, soit à peine 6% du total ! Ceci explique que pour 70% des instances dans lesquelles ils siègent, nos représentants considèrent qu’ils n’ont que peu, voire aucune influence pour orienter les décisions !

Dépollution : un tonneau des Danaïdes payé par les seuls consommateurs

Une gestion responsable de l’eau consisterait à aider le monde agricole à limiter les épandages d’engrais et de pesticides. Or, sous la pression de ce lobby et avec le soutien des collectivités territoriales, ces instances privilégient à l’inverse une coûteuse dépollution des eaux, dépassant le milliard d’euros par an(2) et financée à 90% par les consommateurs !

Dans un contexte de dégradation continue de la qualité des eaux brutes sur le territoire français, l’UFC-Que Choisir fait le constat de l’échec d’un système piloté par des acteurs locaux à la fois juges et parties.

C’est pourquoi l’UFC-Que Choisir appelle une réforme en profondeur et demande que la gestion de l’eau soit désormais exclusivement dirigée, tant au niveau local qu’au niveau national, par les représentants du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, seule autorité en mesure de faire appliquer une gestion rigoureuse de l’eau, indépendamment des pressions professionnelles et locales.

(1) Principales instances : Comités de bassins et leurs sous-groupes (9 représentations), Commissions locales de l’eau (27 représentations), Conseil de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (27 représentations), Commissions Consultatives des Services Publics Locaux (8 représentations), Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques (une représentation).

(2) Estimation du Commissariat Général au Développement Durable - "Coûts des principales pollutions agricoles de l’eau" - Septembre 2011.

 

http://www.quechoisir.org/environnement-energie/eau/communique-politique-de-l-eau-en-france-pour-fermer-les-vannes-de-la-gabegie-l-ufc-que-choisir-demande-un-rattachement-au-ministere-de-l-ecologie

Repost 0
Published by ADENCA - dans EAU
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 17:43

_6597.jpg

 

Madame Corinne RUFET ( EELV)

vice présidente   chargée de l’Environnement au

Conseil Régional d’Ile de France 

réunit

la  commission consultative du

PREDEC

Plan Régional d’ Elimination des déchets de chantier

jeudi 11 juillet 2013

 

Comme d’habitude Adenca n’est pas invitée à cette réunion, ni même à notre connaissances aucunes associations du nord-ouest 77.

 

 

Vous habitants du Nord-Ouest 77 qui vivez au milieu des ordures des autres et à qui le Conseil Régional Ile de France ne donne pas la parole, sachez qu’Adenca est toujours à vos côtés et  vient d’envoyer une contribution écrite pour vous soutenir.


 

Le PREDEC ne doit pas être seulement un plan qui recherche à stocker les déchets pour les années à venir mais doit également tenir compte des conséquences  de ses orientations sur les risques  de pollution  des ressources en eau, de l’environnement et des répercussions négatives sur la qualité de vie des populations  du Nord-Ouest 77.

 

En effet le plus important captage de Seine et Marne qui fournit 500 000 habitants en eau potable se trouve sur la commune d’Annet sur Marne, commune qui compte 2 décharges, commune située au milieu du plus grand nombre  de décharges d’Ile de France, secteur sur lequel on a autorisé également le remblaiement de carrières avec des déchets « dits inertes ".

 

C’est pourquoi le futur PREDEC doit interdire toutes nouvelles installations polluantes de traitements de déchets, implantations ou extensions de décharges ou remblaiements de carrières par des déchets « dits inertes » sur les cantons de Claye-Souilly, Mitry-Mory et Dammartin en Goële.

 

 

Liste des conseillers régionaux de Seine et Marne qui vont voter ce plan :

Mme Hamida Rezeg (UMP)

M. Éric Jeu nemaître (UMP)

Mme Chantal Brunel (UMP)

M. Gilles Battail (UMP)

Mme Claudine Thomas (UMP-PR)

M. Frédéric Valletoux (UMP)

Mme Marie-Pierre Badré (UMP)

M. Gérard Ruffin (Nouveau Centre)

M. Jean-Marc Brulé (Europe Écologie)

Mme Marie Richard (PS et app.)

M. Jean-Paul Planchou (PS et app.)

Mme Geneviève Wortham (PS et app.)

M. Jean-François Pellissier (FG)

Mme Liliane Pays (Europe Écologie)

M. Pascal Marotte (Europe Ecologie)

Mme Brigitte Eude (PS et app.)

M. François Kalfon (PS et app.)

Mme Fatna Lazreg (Europe Écologie)

M. Philippe Sainsard (PS et app.)

Mme Julie Nouvion (Europe Écologie)

M. Philippe Camo (FG)

Mme Josette Mollet-Lidy (PRG)

M. Thibaud Guillemet (Europe Écologie)

Mme Roseline Sarkissian (PS et app.)

 

Repost 0
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 18:03

cs 07.2013 bleuet

 

Un bourdon butinant des bleuets à  Claye-Souilly

(photo prise par l'un de nos adhérents dans son jardin bio)

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans BIODIVERSITE
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 19:52

  Tilleul fleurs

   Fleurs de Tilleul

 

 

L’un de nos adhérents souhaite faire passer le message suivant :

 

 

« Les tilleuls produisent en plus des fleurs destinées aux infusions un apport conséquent de nectar pour la production du miel par les abeilles.

La floraison s'effectue de Juin à début Juillet.

En ces années très difficiles pour les insectes et tout particulièrement pour les abeilles il serait  de bon ton  de ne pas supprimer cet apport de nectar très important et pourtant comme l'année dernière à Claye Souilly on continue à élaguer les tilleuls en pleine floraison, supprimant une ressource mellifère essentielle pour les abeilles. »

 

 

 

 


Tilleul Abeilles

Abeille butinant une fleur de tilleul

 

 

Une ville qui a obtenu sa 4ème fleur ne se doit-elle pas d’être exemplaire quant à la protection de la biodiversité ?

Souhaitons qu’à l’avenir une attention particulière soit portée par les services de la ville de Claye-Souilly afin de ne pas élaguer les tilleuls et autres arbres en pleine floraison.

 

 


 

Paru sur le site Union nationale de l’Apiculture française :

La pollinisation désigne la fécondation indispensable à la reproduction sexuée des plantes à fleurs. Elle correspond au transport des grains de pollen produits par les organes mâles de la plante (anthères) vers les organes femelles (stigmates). Le vent, certains oiseaux, certains petits rongeurs mais surtout des insectes assurent ce service. Le petit peuple des pollinisateurs est avant tout constitué des insectes et, pour l’essentiel, des abeilles sauvages ou domestiques.

L’abeille peut visiter 250 fleurs en… une heure !

Une abeille peut stocker sur une seule de ses pattes postérieures 500 000 grains de pollen et visiter en une seule heure 250 fleurs : c’est dire à quel point elle joue un rôlemajeur dans la pollinisation ! Ainsi, sur les 100 espèces de plantes alimentaires les plus cultivées dans le monde, 71 seraient pollinisées uniquement par les abeilles, dont les abeilles sauvages qui, à la différence de leurs soeurs domestiques, sont des insectes solitaires….

http://www.abeillesentinelle.net/abeille/abeille-un-pollinisateur-pollinisation.html

 

TilleulsElagués

Tilleuls venant d'être élagués

Repost 0
Published by ADENCA - dans BIODIVERSITE
commenter cet article

Recherche