Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 09:27

 

 

Projet de vente de l’aqueduc de la Dhuis

à Placoplatre 

ou l’argent public dilapidé

par le Conseil Régional IDF !

Extrait dossier de presse 20.9.2008 Inauguration promenade de la Dhuis

Extrait dossier de presse 20.9.2008 Inauguration promenade de la Dhuis

 

 

6.4 millions d’euros dépensés

par le Conseil Régional IDF (1)

en 2007/2008

qui vont partir en fumée ?

 

Le Conseil Régional IDF a dépensé 6.4 millions d’euros pour aménager cette liaison verte (1) et aujourd’hui nous apprenons par un article paru dans le Parisien 77 du 27/1/2016 que la ville de Paris, propriétaire de l’aqueduc de la Dhuis, ne semble pas opposée à la vente future de cet aqueduc pour permettre à Placoplatre d'exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert.

 

 

Valérie Pécresse

qui dit vouloir aider les villages ruraux

est prioritaire pour racheter

l’aqueduc de la Dhuis à la ville de Paris

mais il ne semble pas que ce soit

dans ses projets.

 

 

 

Valérie Pécresse

 préfère, semble-t-il,

dépenser l’argent du contribuable

 pour subventionner un projet coûteux

de construction d’un centre administratif à Claye-Souilly

dont la ville pourrait se passer

en rénovant les bureaux

de l’ancien centre de sécurité sociale.

 

 

 

(1)  file:///C:/Documents%20and%20Settings/Station/Mes%20documents/Downloads/2008-cp-promenade-regionale-de-la-dhuis-inauguration-de-la-promenade-de-l-acqueduc-de-la-dhuis.pdf

 

promenade de la Dhuis à Villevaudé

promenade de la Dhuis à Villevaudé

Partager cet article
Repost0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 22:36
camions en file venant déverser leurs ordures dans la décharge ECT d'Annet sur Marne

camions en file venant déverser leurs ordures dans la décharge ECT d'Annet sur Marne

 

 

 

L’attractivité de notre territoire ce sont les décharges, mais il faut de bonnes routes pour permettre aux milliers de camions de venir déverser leurs ordures.

 

Qu’à cela ne tienne Jean-Jacques Barbaux, nouveau président du Conseil Départemental, compte investir en masse pour rénover nos routes détruites par les milliers de camions.

 

Pour commencer Jean-Jacques Barbaux va investir 500 000 € pour refaire les routes près de la décharge Veolia de Fouju-Moisenay.

 

Ce n’est qu’un début Jean-Jacques Barbaux a raclé les fonds de  tiroirs  et dépensera cette année

39 millions d’euros pour rénover les routes de ce département.

 

Une aubaine pour les professionnels du déchet qui vont pouvoir venir défoncer encore et

encore nos routes aux frais du contribuable seine et marnais.

 

Un bien mauvais signe adressé aux populations seine et marnaise, alors que Jean-Jacques

Barbaux a décidé de ne plus subventionner l’association Airparif, la santé des populations

ne semble pas être la préoccupation principale du nouveau président.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 11:47

 

Claye-Souilly

Quelques jours avant Noël une petite fille d’une dizaine d’années meurt d’une leucémie.

Plusieurs années plus tôt  c’était un petit garçon qui décédait également d’une leucémie sur cette commune.

 

C’est dans le cadre de l’aménagement du territoire engagé dans les années 60 par Paul Delouvrier, responsable du District de Paris, que l’on décide d’implanter des activités polluantes dans le secteur de Mitry-Claye, où l'on pratiquait l'agriculture intensive,  c’est à cette même période que fut décidé l’implantation de l’aéroport de Roissy.

 

Le district de Paris est devenu ensuite Conseil Régional d’Ile de France mais la situation n’a pas changé.

 

Une surveillance sanitaire des populations

a-t-elle accompagné

l'implantation de ces sites polluants

et de l'agriculture intensive?

 

Pas à notre connaissance.

 

Pour en quelque sorte endormir les populations très inquiètent, dans le courant de 2015, le ministère de l’écologie a décidé de financer un état des lieux de l’environnement (pollution eau, air et sol), on appelle cela une étude de zone, un terme très flou qui laisse croire aux populations que l’on va se pencher sérieusement sur leur état de santé.

 

Mais Marisol Touraine n’a pas du tout l’intention de financer une étude épidémiologique de la population comme nous le précise l’Agence Régional de Santé dans son courrier reçu en décembre dernier.

 

Peut-être dans 5 ans lorsque l’étude de la pollution de   zone sera terminée on se penchera sur votre santé.

 

Mais pendant ce temps-là

des enfants meurent

sans que leur famille

ne puisse

savoir pourquoi ?

 

 

Pour Adenca le compte n’y est pas

cette étude de zone

doit être accompagnée de suite

par une étude de l'état de santé

des populations

 

Le Ministère de la Santé possède des statistiques sur la santé des populations mais nous les cache. A plusieurs reprises des élus et associations ont demandé à l’Agence Régionale de Santé de fournir ces informations mais l’ARS fait la sourde oreille.

 

 

Un ETAT qui regarde ailleurs

et semble plutôt vouloir intimider ceux

qui tente d’informer les populations

 

Notre  présidente, contactée en 2008 par les Renseignements Généraux,  est probablement fichée  « S » comme les terroristes pour avoir voulu informer au travers des médias de l’implantation d’une décharge près d’une école maternelle à Fresnes sur Marne et du  risque pour la santé des enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 10:42

 

 

En temps de fortes pluies, les eaux usées arrivent en quantité vers le centre d’épuration d’Annet sur Marne qui n’est plus en mesure de toutes les traiter.

Il existe bien des bassins d’orage pour retenir les eaux, l’un se trouve près de la station d’épuration mais il n’est pas utilisé cela sent mauvais et cela gêne les habitants situés à proximité, quant à celui de la rue Paul Valentin il semble en bien mauvais état.

 

Pour faire court  tout cela laisse présumer que des eaux non traitées se déverseraient dans un affluent de la Beuvronne et se dirigeraient vers la Marne en amont très proche du captage d’Annet sur Marne et cela depuis plusieurs années.

 

La reconstruction de cette station d’épuration

projetée depuis des années

semble aujourd’hui dans l’impasse.

 

Le contrat bassin Beuvronne 2012-2016 (1)  devait financer la reconstruction de certaines stations d’épuration, la somme de 14 millions d’euros devait être utilisée à cette fin, mais le contrat arrive à son terme en 2016 et ce projet ne semble pas avoir été planifié.

 

De son côté la communauté de communes Plaines et Monts de France avait préconisé en date du 20/4/2015 la reconstruction d’une nouvelle station d’épuration, les coûts de maîtrise d’œuvre et études préalables étaient estimées à 100 000 € ht, pour ce faire Plaines et Monts de France sollicitait des subventions auprès de l’Agence de l’Eau Seine Normandie, du Conseil Régional IDF et du Conseil Départemental 77.

 

Ironie du sort la communauté de communes Plaines et Monts de France devrait voir son territoire modifié, Annet sur Marne devrait rester dans cette communauté, mais les communes les plus riches qui auraient pu aider à financer  ces travaux devraient rejoindre l’Intercommunalité Roissy Pays de France.

 

Un 2ème espoir de voir cette station reconstruite rapidement semble s’envoler.

 

 

Pour tous renseignements complémentaires contactez :

 Christian Marchandeau

 maire d’Annet sur Marne

 Jean-Pierre Dormeau

 adjoint au maire de Gressy

et président du syndicat de la Haute Beuvronne

en charge du contrat bassin Beuvronne

 

(1) Contrat bassin Beuvronne http://www.iledefrance.fr/sites/default/files/mariane/RAPCP12-209RAP.pdf

Partager cet article
Repost0
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 18:30
Ce soir sur France 2 à 20 h 55  Cash investigation : Produits chimiques : nos enfants en danger

     Fresnes sur Marne

L'école maternelle et le Centre aéré

au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

et à proximité de 2 décharges

dont la plus importante décharge d'Europe de déchets ultimes

 

 

 

 

Ce soir sur France 2 à 20 h 55

Cash investigation

Produits chimiques : nos enfants en danger

 

Chaque jour, les enfants peuvent être exposés jusqu’à 128 résidus chimiques. Augmentation des cancers, des anomalies de naissance ou des troubles hormonaux... ces pathologies pourraient bien souvent avoir une même cause : les pesticides. Six multinationales contrôlent ce secteur : Syngenta, Bayer, Monsanto, Dow, Basf et DuPont. Pendant un an, l’équipe du magazine a suivi à la trace leurs molécules. Grâce notamment à des analyses de cheveux de mômes, les journalistes ont découvert qu’un insecticide vendu en France aurait un rôle dans le déclenchement de l'autisme. L'enquête mène jusqu’à Hawaï, laboratoire à ciel ouvert où les multinationales de l’agrochimie testent leurs futurs produits et où les médecins constatent des cas anormalement élevés d'anomalies de naissance.

 

Ce soir sur France 2 à 20 h 55  Cash investigation : Produits chimiques : nos enfants en danger

Saint Mesmes

l'école primaire

au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

Partager cet article
Repost0
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 08:37

 

 

La communauté de communes Plaines et Monts de France avait préconisé en date du 20/4/2015 d’entreprendre  des travaux de réhabilitation du réseau du refoulement d’eaux usées et l’aménagement d’un poste de refoulement situé Chemin rural dit de la Ruelle aux Prêtres.  En effet, le réseau actuel est régulièrement soumis à des problèmes de bouchage entraînant un déversement vers le milieu naturel par surverse, travaux évalués à 250 000 € ht.

Pour ce faire Plaines et Monts de France sollicitait des subventions auprès de l’Agence de l’Eau Seine Normandie, du Conseil Régional IDF et du Conseil Départemental 77.

 

Ironie du sort la communauté de communes Plaines et Monts de France devrait voir son territoire modifié, St Mesmes devrait rester dans cette communauté mais les communes les plus riches qui auraient pu financer ces travaux devraient rejoindre l’Intercommunalité Roissy Pays de France.

 

Le contrat bassin Beuvronne 2012-2016 (1)  devait financer des travaux sur les stations de traitement des eaux usées, la somme de 14 millions d’euros devait être utilisée à cette fin, mais le contrat arrive à son terme en 2016 et ce projet ne semble pas avoir été planifié.

 

L’espoir de voir ces travaux se réaliser rapidement semble donc  s’envoler.

 

 

Pour tous renseignements complémentaires contactez :

 Alfred Stadler

maire de St Mesmes

 

Jean-Pierre Dormeau

 adjoint au maire de Gressy

 et président du syndicat de la Haute Beuvronne

en charge du contrat bassin Beuvronne

 

(1) Contrat bassin Beuvronne http://www.iledefrance.fr/sites/default/files/mariane/RAPCP12-209RAP.pdf

Partager cet article
Repost0
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 11:39

 

 

Pollution de la Beuvronne 

des communes préfèrent dépenser l’argent public

pour s’inscrire

au concours des villes fleuries

plutôt

que de rénover leur réseau d’assainissement !

 

Sur le site  officiel des villes et villages fleuris on peut lire :

« Evoluant avec les attentes des citoyens, le label s'engage aujourd'hui sur les enjeux tels que la qualité de l'accueil, le  respect de l'environnement et la préservation du lien social. » (1)

 

Mais il semble  que

le jury

soit peu regardant

sur le volet 

« respect de l’environnement »

 quand on voit le nom

des communes récompensées

 

 

L’envers du décor

 

Des élus qui préfèrent dépenser dans le fleurissement de la commune plutôt que de protéger la ressource en eau en remettant en bon état leur réseau d’assainissement.

 

 

Eaux se déversant dans le ru des Grues au sortir de la station d'épuration commune à Claye-Souilly, Villeparisis, Mitry-Mory

Eaux se déversant dans le ru des Grues au sortir de la station d'épuration commune à Claye-Souilly, Villeparisis, Mitry-Mory

 

 

En tête de liste Claye-Souilly (fleur d’or) qui dépense depuis près de 20 ans nos impôts dans le fleurissement de la commune et qui depuis des années ne s’est pas préoccupé des déversements presque journalier d’eaux usées non traitées dans le ru des Grues..

En effet pour éviter de polluer le ru des Grues il aurait fallu mettre en séparatif le réseau d’assainissement de Bois Fleuri (eaux usées et pluviales séparées) et construire un bassin de rétention des eaux pluviales. Aujourd’hui il va falloir trouver une solution dans l’urgence

puisque la préfecture par un arrêté de 2014  impose de mettre en conformité le système d’assainissement de Claye-Souilly.

 

 

Suivie de près par Annet sur Marne (3 fleurs) qui a un système d’assainissement dans un état déplorable.

 

Sans oublier Compans (3 fleurs) dont l’état de l’assainissement de la zone industrielle devait faire l’objet d’une étude approfondie voici 20 ans déjà et où récemment l’entreprise Difachimie (3) a été mise en demeure par la préfecture pour un risque de pollution de la Beuvronne.

 

 

Et la liste est longue…..

 

 

 

 

(1) http://www.villes-et-villages-fleuris.com/

(2) http://www.claye-souilly.fr/documents/4eme_fleur/index.html

 

(3) http://adenca.over-blog.com/2015/12/securite-sanitaire-difachimie-a-t-il-pollue-la-beuvronne-le-parquet-va-t-il-engage-des-poursuites-pour-proteger-la-population-qui-bo

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 11:32

 

Valérie Pécresse

envoie

un mauvais message à la Seine et Marne 

 une seule élue sur 17

nommée

à la commission environnement

et

aménagement du territoire !

 

 

Alors que ce département représente la moitié de la surface de l’Ile de France, une seule élue est nommée à la commission environnement et aménagement territoire  pour nous représenter c’est :

Roseline Sarkissian

                                                      Elue du sud 77

 

Aucun élu du nord 77 n’a été nommé dans cette commission.

 

 

La part du lion a été attribuée au Val de Marne avec 29 %  des élus soit 5 sur 17 suivi par les Yvelines, le département de Valérie Pécresse avec 18 % des élus soit 3 sur 17.

 

Difficile a une seule élue de Seine et Marne de faire entendre sa voix, notamment quant il va s’agir de protéger nos espaces agricoles contre l’implantation de décharges.

 

 

Quant à l’aménagement du territoire

ce sera comme d’habitude.

 

Petit peuple de Seine et Marne

Vous êtes les serviteurs de l’Ile de France

 

On  vous pille vos ressources (sable, gravier, gypse, pétrole…)

On vous envoie les ordures au bord de votre plus important captage d’Annet sur Marne.

On vous prend vos meilleures sources du sud 77.

On vous prend l’eau de vos rivières du nord 77 au travers du canal de l’Ourcq pour laver les trottoirs de Paris.

On vous implante des lignes à très haute tension près de vos écoles, de vos maisons pour

alimenter « la ville lumière ».

 

L’argent de vos impôts versé à la région est utilisé en majorité pour les autres, au titre de la « solidarité régionale », au titre de cette même solidarité on vous envoie les ordures des autres qui détruisent votre environnement, polluent votre eau, votre air et vos sols et vous font prendre des risques sur votre santé.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 08:43

 

 

La communauté de communes Plaines et Monts de France avait préconisé en date du 20/4/2015 d’entreprendre  des travaux visant à mettre en place des ouvrages de traitement du phosphore par voie physico-chimique sur cette station d’épuration.. L’évolution de la réglementation depuis la date de mise en service de cette station ainsi que les objectifs de reconquête du milieu récepteur notamment sur le phosphore nécessite la mise en place d’un traitement spécifique à ce paramètre. Le montant estimé des travaux est le suivant 60 500 euros HT.

 

Pour ce faire Plaines et Monts de France sollicitait des subventions auprès de l’Agence de l’Eau Seine Normandie, du Conseil Régional IDF et du Conseil Départemental 77.

 

Ironie du sort la communauté de communes Plaines et Monts de France devrait voir son territoire modifié, Saint Mard devrait rejoindre l’Intercommunalité Roissy Pays de France.

 

Le contrat bassin Beuvronne 2012-2016 (1)  devait financer des travaux sur les stations de traitement des eaux usées, la somme de 14 millions d’euros devait être utilisée à cette fin, mais le contrat arrive à son terme en 2016 et ce projet ne semble pas avoir été planifié.

 

L’espoir de voir ces travaux se réaliser rapidement semble donc s’envoler.

 

Pour tous renseignements complémentaires contactez :

 Daniel Dometz

maire de St Mard

 

Jean-Pierre Dormeau

 adjoint au maire de Gressy

 et président du syndicat de la Haute Beuvronne

en charge du contrat bassin Beuvronne

 

 

(1) Contrat bassin Beuvronne http://www.iledefrance.fr/sites/default/files/mariane/RAPCP12-209RAP.pdf

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 20:10
 
 
Le chantage à l’emploi
que les riverains
des sites dangereux
n’acceptent plus 
Boues rouges de Cassis
ou
exploitation de carrière sur le site pollué
du Fort de Vaujours
 le même combat !

 

Extrait article paru sur le site Reporterre :
Boues rouges : un chantage à l’emploi pour polluer les calanques

30 janvier 2016 / Hélène Servel (Reporterre) 

 

Le chantage à l’emploi que les riverains des sites dangereux n’acceptent plus :  Boues rouges de Cassis ou exploitation de carrière sur le site pollué du Fort de Vaujours, le même combat !

Depuis 50 ans, les rejets de l’usine d’alumine de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, finissent en mer Méditerranée, y crachant arsenic, titanium, mercure ou encore uranium. Le préfet a prolongé l’autorisation de rejet, avec le feu vert de Manuel Valls et d’Emmanuel Macron. Une grande manifestation a lieu à Marseille samedi 30 janvier.

 

Marseille, correspondance

Tout a commencé en 1821, date de la découverte de la bauxite, le minerai permettant la production d’aluminium, aux Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône). Son extraction a été permise par la mise au point d’un procédé chimique développé à partir de 1893 à Gardanne (Bouches-du-Rhône), en dissolvant l’alumine par de la soude. Aujourd’hui, la forte coloration rouge du résidu issu de cette réaction suscite l’ire des associations de défense de l’environnement. Et pour cause, depuis 1966, ces résidus sont rejetés dans la mer par une canalisation de 50 km de long.

Actuellement, l’usine de production d’alumine de Gardanne appartient à Alteo, le plus grand producteur mondial d’« alumine de spécialité », notamment destinée à fabriquer des écrans à cristaux liquides. Employant plus de 400 personnes, l’usine représente un vivier d’emploi dans une région fortement touchée par le chômage. C’est l’argument-massue que l’entreprise renvoie à ses détracteurs. Mais José Bové, eurodéputé Vert, ne l’entend pas de cette oreille :« Alteo appartient à HIG Capital, un fonds spéculatif dont les activités sont très floues. Ils misent toute leur communication sur de l’intox et du chantage à l’emploi. En disant : “On veut préserver les emplois”, ils peuvent continuer à polluer et surtout à faire du fric sans dépenser un centime. »…….

 

 

 L’intervention directe de Manuel Valls

La période d’autorisation touchant à sa fin en décembre 2015, le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a rendu sa décision le 30 décembre dernier. Résultat : même si l’arrêté préfectoral admet la réduction de pollution que pourrait induire l’arrêt du rejet des boues rouges, il octroie un délai supplémentaire de six ans à l’industriel pour continuer à rejeter ses effluents et mettre en place un traitement complémentaire.

Tout ça se joue sur fond de révélation du Canard enchaîné de l’intervention directe de Manuel Valls dans la décision du préfet. Ségolène Royal confirme cette version alors que Matignon dément en expliquant que « la décision du préfet est fondée sur l’avis d’une commission indépendante ». Mais pour José Bové, la décision est illégale : « Le Premier Ministre, Manuel Valls a personnellement donné l’ordre de reconduire l’autorisation de rejets liquides en mer de l’usine d’alumine Altéo de Gardanne au cours d’une réunion interministérielle le 3 novembre 2015. En cela, il a outrepassé ses pouvoirs et a illégalement empiété sur les compétences de la Ministre de l’Ecologie, seule autorité hiérarchique de la Préfecture en ce qui concerne la police de l’eau et les installations classées pour la protection de l’environnement »écrit le député.

Bref, de quoi se fâcher tout rouge, et c’est d’ailleurs ce qu’ont prévu de faire des dizaines d’associations et collectifs dont l’Union calanques littoral, Collectifs littoral, The Ocean Nation devant la préfecture, à Marseille, le 30 janvier 2016. Un recours hiérarchique est également lancé contre le préfet, accusé d’avoir outrepassé l’avis du ministère de l’Écologie.

La manifestation est prévue samedi 30 janvier, à 14 h, devant la préfecture, place de la République. Gari, de Massilia Sound System, et Sergent Garcia seront aussi de la partie pour mettre l’ambiance. Une pétition est en ligne jusqu’à fin janvier pour demander l’arrêt total des rejets de boues rouges. Même si elle ne le sont plus.


[1] Cf. l’enquête et les analyses indépendantes menées par le Monde diplomatique à ce sujet.

 

Article complet :

http://www.reporterre.net/Boues-rouges-un-chantage-a-l-emploi-pour-polluer-les-calanques

 

Partager cet article
Repost0

Recherche