Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2021 2 28 /09 /septembre /2021 14:14
Augmentation de 57 % du prix du gaz en 2021 : le contribuable paye-t-il les avantages somptueux dont bénéficient les agriculteurs qui implantent un méthaniseur ?

 

 

 

Les agriculteurs encaissent

La population trinque ?

 

 

 

La double peine pour les finances des contribuables ?

 

L’argent de nos impôts utilisé pour :

  • Verser des subventions somptueuses pour « aider » les agriculteurs à implanter des méthaniseurs de déchets
  • L'achat par l’ETAT du biogaz aux agriculteurs 5 à 10 fois plus cher que le gaz naturel. (1)

 

Et en même temps l’augmentation du prix du gaz pour les particuliers de 57 % en 2021

 

 

 

Du côté subventions, en moyenne en IDF les agriculteurs qui implantent un méthaniseur perçoivent 800 000 € (du conseil régional IDF et de l’ETAT (Ademe), c’est le salaire brut mensuel de plus de 500 salariés payés au SMIC.

 

 

 

 

 

(1) Compte-rendu de la mi méthanisation :

Dans son audition du 12/5/2021 au Sénat Barbara Pompili indique :

« Aujourd'hui, l'État achète le biogaz cinq à dix fois plus cher que le gaz naturel. »

«  Près de 800 dossiers de nouveaux projets ont été déposés et ont fait l'objet d'un contrat d'achat de production de biogaz. Si ces projets se réalisent et si les installations correspondantes sont bel et bien construites et mises en service, nous dépasserons nos objectifs pour 2023, avec un engagement de l'État de 18 milliards d'euros, soit près de trois fois ce que nous mettons sur la table pour la stratégie hydrogène. »

http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20210510/mi_meth.html

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 19:14
CLAYE-SOUILLY : LA BEUVRONNE A SOUILLY
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 08:57

 

 

Riverains

de la zone industrielle de Mitry-Compans

Circulez y’a rien à voir

 

Ce que l’on vous demande

c’est de subir et de vous taire

Surtout vous taire

 

 

 

 

Paru sur le site « La Marne » :

 

Sécurité de la zone Mitry-Compans : un rapport gardé secret par l'État ?

Après l'incendie d'un camp de roms à Compans, l'État reste muet malgré les doutes des associations sur un éventuel risque industriel. La préfecture évoque un rapport, non publié.

Un manque de transparence de l’ETAT après l’incendie de Compans du 31août dernier ?

Des sites Seveso seuil haut se trouvent dans la zone industrielle de Mitry-Compans. L’État refuse de répondre sur un éventuel risque industriel après l’incendie des 31 août au 5 septembre 2021. (©Louis Gohin / La Marne)

 

Par Louis Gohin Publié le 24 Sep 21 à 6:02 

La Marne

 

 

Pourquoi l’État refuse-t-il de commenter les conséquences de l’incendie survenu dans la zone industrielle de MitryCompans entre le 31 août et le 5 septembre 2021 ?

La préfecture de Seine-et-Marne évoque un rapport sur les risques sanitaires et industriels, que la Préfecture de police n’a pas souhaité communiquer.

Sans affirmer qu’il y a danger, des associations veulent savoir s’il y a un risque ou pas pour la sécurité de la zone, qui comprend plusieurs sites Seveso seuil haut.

Principale cause de leurs inquiétudes : une canalisation d’hydrocarbures passe dans le sol, tout près du lieu de l’incendie. Elle alimente les cuves du site CCMP, à quelques centaines de mètres de l’incendie.

Cette canalisation a-t-elle été abîmée par l’incendie ? À quelle profondeur est-elle enterrée exactement ? Est-elle protégée par la dalle en béton qui recouvre une partie du terrain ? L’entreprise Trapil, gestionnaire de la canalisation, ne répond pas à nos sollicitations.

 

Zone industrielle : un tuyau de pétrole sous l’incendie ?

Pour le maire Joël Marion, « il n’y a aucun risque, la canalisation est à au moins 2 mètres de profondeur ».

Mais tout le monde n’est pas aussi catégorique. L’association companaise 3C affirme : « dans les années 1970, quand la canalisation a été construite, la règle était de l’enterrer à un minimum de 80 centimètres seulement. »

 

Un rapport gardé secret ?

Selon la préfecture de Seine-et-Marne, un rapport aurait été rédigé par le laboratoire central de la Préfecture de police (LCPP), à la fois sur le risque industriel et sur le risque sanitaire liés à l’incendie.

Mais la Préfecture de police (PP) se refuse à tout commentaire à ce sujet. Ce rapport existe bien ? « Oui, mais nous avons ordre du cabinet de la Préfecture de police de vous renvoyer vers la préfecture de Seine-et-Marne », répond la PP. Ce rapport sera-t-il rendu public ? 

Nous ne communiquerons rien de notre côté.

 

La Préfecture de police de Paris

Cette posture étonne les associations. « Nous préférerions que les autorités nous disent qu’elles ont fait les vérifications nécessaires pour voir s’il y a un risque ou pas, explique l’association 3C. Mais même pour cela, c’est le silence total. »

 

Aucun contrôle prévu

Les associations ont tout de même assisté à une réunion le 9 septembre avec les services de l’État.

Elles ont appris à cette occasion qu‘aucun contrôle de la canalisation n’était prévu par l’État pour évaluer les dégâts éventuels causés par l’incendie, selon l’association Adenca. La préfecture de Seine-et-Marne n’a pas démenti cette information.

Aéroports de Paris, propriétaire du lieu de l’incendie, n’a pas non plus répondu à nos questions.

La communauté d’agglomération Roissy-Pays de France n’a, elle, pas souhaité répondre à nos questions sur l’entretien des voies ferrées qui serviraient à convoyer du gaz dans la zone industrielle autour de l’entreprise Gazéchim.

 

Risque sanitaire : quelques réponses officielles

Les services de l’État n’ont pas répondu non plus à nos questions sur les mesures prises pour protéger des fumées les policiers, pompiers et conducteurs de bulldozers chargés d’intervenir pour lutter contre l’incendie et sécuriser le périmètre. Concernant l’exposition des habitants aux fumées, l’Agence régionale de santé a affirmé dans nos colonnes qu’il n’y avait pas de danger. Malgré tout, le sous-préfet de Meaux aurait révélé à l’association 3C que de l’amiante se trouvait à l’endroit de l’incendie, entre autres matériaux toxiques (pyralène). Ni la préfecture de Seine-et-Marne, ni la Préfecture de police n’ont souhaité confirmer ou infirmer cette information.
En ce qui concerne l’eau potable, la préfecture de Seine-et-Marne répond et déclare que les analyses par la station de contrôle ne montrent aucun taux de toxicité inquiétant.

 

https://actu.fr/ile-de-france/compans_77123/mitry-compans-securite-pres-de-la-zi-des-questions-sans-reponses_45145857.html

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 11:47
A la suite de « l’anniversaire » des 20 ans de la catastrophes AZF, des représentants d’associations ont été interviewés par France Inter sur l’état de la zone industrielle de Mitry-Compans

 

L'ancien entrepôt Log Appro est toujours dans le même état qu’après le violent incendie de 2010

https://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/violent-incendie-pres-d-une-usine-seveso-27-05-2010-938287.php

 

 

Le constat d'ADENCA :

  • Des ingénieurs de l’ETAT (Drieat), qui surveillent ce site, en nombre insuffisants
  • Un réseau d’assainissement qui doit être réhabilité depuis plus de 20 ans
  • Certains industriels qui reversent leurs eaux industrielles dans les stations d’épuration communales sans y être autorisé
  • Une voie ferrée à remettre en état
  • Des sites non dépollués, les industriels ayant déposé leur bilan
  • Des véhicules stationnés sur le bas-côté de la route alors qu’ils n’en ont pas le droit
  • Un commissariat de police fermé à Mitry-Mory depuis 2013……

 

 

Pour plus d’informations

consultez le site de  l’association environnementale de Compans

qui relaie le reportage d'hier de France Inter.

 

http://www.compans.org/2021/09/reportage-radio-la-langue-de-bois-municipale.html

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2021 2 21 /09 /septembre /2021 18:39
Ru des Cerceaux, affluent de la Beuvronne

Ru des Cerceaux, affluent de la Beuvronne

 

Dans le but d’améliorer la qualité des eaux de cette rivière et de réduire les inondations plusieurs « contrats bassin Beuvronne » ont été financés par, entre autres, l’argent de nos impôts: 1997-2002, 2002-2007 et le dernier 2012-2016 où 90 millions d’euros étaient destinés à améliorer la situation.

 

Pour obtenir les 90 millions d’euros de subventions il fallait monter des dossiers, mais semble-t-il, les élus membres des syndicats qui géraient cette rivière, n’ont pas trouver le temps nécessaire pour demander toutes les subventions, ce qui n’a pas permis à la rivière Beuvronne d’être moins polluée et d’y réduire les inondations.

 

Alors que l’ETAT avait supprimé en 1988 la seule station hydrométrique sur cette rivière à Compans ces syndicats auraient pu utiliser les subventions pour implanter de nouvelles stations hydrométriques.

 

A quoi sert une station hydrométrique ?

Une station hydrométrique est un appareillage mis en place sur un cours d’eau permettant d'en évaluer le débit en continu, notamment en période de crue et d'enregistrer les valeurs obtenues afin d’améliorer les connaissances sur les inondations et de dimensionner les équipements de protection en conséquence.

 

Un exemple à suivre celui d’un syndicat dans le Mont Ventoux.

http://www.epagesomv.com/index.php/projets/reequipement-du-bassin-versant-en-stations-hydrometriques

 

 

La question du jour :

 

Trouvez-vous que l'argent de vos impôts est bien utilisé par vos élus ?

 

 

Rivière Reneuse, affluent de la Beuvronne

Rivière Reneuse, affluent de la Beuvronne

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 17:54
La méthanisation un sujet qui fâche : les populations de Seine et Marne vont-elles devoir réduire leur consommation d’eau potable pour permettre aux agriculteurs d’arroser l'été les cultures CIVE pour « nourrir »  leurs méthaniseurs ?

Qu’est-ce qu’une culture CIVE ( culture intermédiaire à vocation énergétique) ?

 

C’est une culture qui n’est pas destinée à nourrir la population mais à « nourrir » un méthaniseur de déchets pour produire du gaz.

 

Produire du gaz pour les autres comme à Charmentray, Vinantes ou May en Multien des communes non raccordées au réseau de gaz de ville ou à Marchémoret (2 méthaniseurs) et Oissery (3 méthaniseurs), des communes qui n’ont pas besoin d’autant de gaz pour leur consommation personnelle.

 

Mais pour mener à bien leurs cultures CIVE les agriculteurs ont besoin de beaucoup d’eau à certaines périodes et notamment lorsqu’ils sèment des graines de maïs en plein été.

 

Pour exemple des agriculteurs ont demandé l’autorisation d’effectuer des forages sur les communes suivantes :

  • à Marchémoret 2 forages
  • à Coulombs en Valois 2 forages
  • à Chevry Cossigny
  • à Vinantes
  • à May en Multien
  • à Thieux
  • à Gesvres le Chapitre
  • à Plessis aux Bois
  • à Monthyon.

 

C’est soit pour fournir en eau un méthaniseur de déchets comme à Marchémoret, Coulombs en Valois et Chevry-Cossigny ou bien pour arroser, entre autres des "cultures variées" qui peuvent être de la CIVE.

 

 

 

Pourquoi s'en priver

l'eau d'un forage pour l'irrigation

ne coûte pas chère !

 

La redevance n'est pas due si la totalité des prélèvements annuels

est inférieure à 7 000 m3. (1)

 

soit la consommation annuelle moyenne  d'eau potable

d'une famille (2 adultes, 2 enfants)

pendant plus de 40 ans

 

 

(1) http://www.eau-seine-normandie.fr/les-aides-et-redevances/les-redevances/prelevement-pour-irrigation

 

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 12:52
PIERREFONDS (oise) : ses propriétés bourgeoises
PIERREFONDS (oise) : ses propriétés bourgeoises
PIERREFONDS (oise) : ses propriétés bourgeoises
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 18:19
Incendie Compans : comment vont être traitées les eaux polluées du bassin de rétention ?

15 jours après l'incendie

les eaux noires du bassin de rétention

attendaient toujours d'être traitées

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 08:35
Nord 77 : Des méthaniseurs de déchets pour fournir du gaz aux autres

 

 

Pendant que de nombreux villages du nord 77 ne sont pas raccordés au réseau du gaz de ville comme : Rouvres, Montgé en Goële, Cuisy, Gesvres le Chapitre , Forfry, Marcilly, Douy la Ramée, Puisieux, Charmentray, St Mesmes, Vinantes, Le Plessis L’évêque, Le Plessis aux Bois, Nantouillet, Iverny….

 

le Conseil Régional IDF et l’ETAT utilisent l’argent de nos impôts pour verser des millions d’euros de subvention pour « aider » des agriculteurs à construire des méthaniseurs de déchets pour fournir du gaz aux autres.

 

Bénéficient de ces subventions, entre autres, des agriculteurs élus de communes rurales non raccordées au réseau du gaz de ville.

 

Comme pour le méthaniseur de Messy où certains des agriculteurs bénéficiaires de la subvention de 1 120  000 €  sont entre autres  respectivement maire du Plessis aux Bois et 1er adjoint au maire de St Mesmes, 2 communes non raccordées au gaz de ville.

 

Ou pour celui de Charmentray où l’un des agriculteurs bénéficiaire de la subvention de 800 000 €, est également le maire de cette commune non raccordée au gaz de ville.

 

Ou pour celui de St Soupplets où l’un des agriculteurs bénéficiaire de la subvention  de 850 000 € est également un conseiller municipal de Gesvres le Chapitre, une commune non raccordée au gaz de ville.

 

 

Des élus qui ont, semble-t-il, préféré demander des subventions pour satisfaire leurs intérêts personnels plutôt que de les solliciter pour permettre à leur population d’être raccordé au réseau de gaz de ville.

 

 

Paru dans le Journal « La Marne » :

Le gaz du nord Seine-et-Marne va alimenter le réseau national

Une installation de rebours vient de voir le jour à Marchémoret. L'objectif est de redirigeL’installation ne sera au maximum de ses capacités qu’à l’été prochain. (©Luc Marechaux/GRT Gaz)

 

 

Par Victor FernandezPublié le 1 Sep 21 à 11:25 

r le gaz produit localement vers le réseau national.

 

La Seine-et-Marne, championne de la méthanisation ? La construction d’un nouveau méthaniseur vient de débuter à Saint-Soupplets, et les projets de méthaniseurs se multiplient dans le département.

Une production de gaz au delà des besoins

La quantité de gaz produite est si importante qu’elle commence même à dépasser les besoins locaux à certaines périodes de l’année. L’été, la consommation diminue en raison du climat.

Pour ne pas perdre tout ce gaz produit, une installation de rebours a été mise en service par l’entreprise GRT Gaz à Marchémoret, depuis le début de l’été

« Elle ne sera pleinement opérationnelle que l’été prochain quand trois ou quatre projets de méthaniseurs supplémentaires auront abouti », prévient Rami Hariri, directeur territorial Ile-de-France Est de GRDF.

Deux réseaux de gaz distincts

« Le rebours permet de remonter le gaz du réseau de distribution jusqu’au réseau de transport national », explique Jennifer Do Couto, chargée de communication au sein de la délégation territoriale Val-de-Seine de GRT Gaz.

Le réseau gazier comporte en effet deux niveaux. Le gaz est tout d’abord transporté au niveau national sur de longues distances via le réseau de transport. Il est ensuite acheminé chez les particuliers via le réseau de distribution.

Remonter le gaz local vers le réseau national

Habituellement, le gaz voyage donc en sens unique du réseau de transport vers le réseau de distribution.

L’objectif de l’installation de rebours est de lui faire prendre le chemin inverse, pour que le gaz produit par les multiples méthaniseurs de Seine-et-Marne puisse alimenter d’autres foyers au niveau national.

« À première vue, cela peut paraître simple à faire mais en réalité cela implique des technologies assez complexes pour inverser le sens habituel de circulation du gaz », explique Jennifer Do Couto.

Le second rebours de Seine-et-Marne

Au niveau national, cinq rebours sont en service et 27 sont à l’étude ou en construction.

L’installation de Marchémoret est la seconde qu’accueille la Seine-et-Marne, une autre se trouvant à Mareuil-lès-Meaux. Selon l’Agence Régionale Climat d’Ile-de-France, la Seine-et-Marne compte 13 méthaniseurs en fonctionnement et 38 à l’état de projet.

Le département de Seine-et-Marne ambitionne de couvrir 75 % des besoins résidentiels locaux en gaz grâce à la méthanisation d’ici 2030, soit 2 500 GWh par an. L’installation de Marchémoret permettra, elle, de rediriger vers le réseau national l’équivalent de 557GWh de gaz par an, soit la consommation de 150 000 foyers se chauffant au gaz.

Des communes sans gaz

Si la production est supérieure aux besoins, c’est peut-être également car un certain nombre de communes seine-et-marnaises ne sont pas raccordées au gaz.

À proximité de Marchémoret, c’est par exemple le cas de RouvresMontgé-en-GoëleCuisyGesvres-le-Chapitre ou Forfry.

« Il y a des raisons historiques, explique Rami Hariri. Après la guerre, certaines communes ont été raccordées au gaz et d’autres non. Si le réseau passe dans une commune, il est possible pour la mairie de demander à être raccordée mais les procédures sont assez longues ».

Faute de pouvoir profiter du gaz produit à proximité par les méthaniseurs, ces communes devront donc se résigner à le voir s’échapper vers le reste de la France.

https://actu.fr/ile-de-france/marchemoret_77273/le-gaz-du-nord-seine-et-marne-va-alimenter-le-reseau-national_44534811.html

 

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 19:56

 

Un article du journal "La Marne"

 

EN IMAGES.

Après l'incendie d'un camp de Roms près de Roissy, la zone reste dangereuse

 

Des photos impressionnantes du journal "La Marne" après l'incendie du camp des Roms de Compans
Des photos impressionnantes du journal "La Marne" après l'incendie du camp des Roms de Compans
Partager cet article
Repost0

Recherche