Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 11:09

 

 

 

 

Un communiqué de presse vient d’être signé par des associations et des élus.

 

Adenca aurait souhaité que le député "en marche" Rodrigue Kokouendo le signe avec elle mais comment faire quand un député ne veut pas recevoir notre association ?

 

Un député que ne répond pas à nos courrier et mails, qui semble injoignable par téléphone à l’assemblée nationale.

 

Un député qui n’est pas venu à la Commission de suivi de site de Placoplatre Fort de Courtry/Vaujours de juillet dernier.

 

 

Si vous avez la chance de pouvoir rencontrer le député en marche

Rodrigue Kokouendo

pouvez-vous attirer son attention sur ce dossier qui inquiète la population

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 18:30
Fort de Courtry/Vaujours : communiqué de presse des élus et des associations
Repost 0
Published by ADENCA - dans CARRIERES
commenter cet article
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 11:12

 

Mme Hélène Lipietz attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur les activités extractives de la société Placoplatre, filiale du groupe Saint-Gobain, dans le secteur de Villevaudé, au nord-ouest de la Seine-et-Marne. Cette société procède actuellement à des fouilles archéologiques pour exploiter une nouvelle carrière de gypse au Bois-Gratuel et aux Mazarins. Or, le mode d'exploitation en carrière qui a été retenu est refusé par la population, par nombre d'élus locaux et par les associations de protection de la nature et de l'environnement : cette exploitation à l'air libre provoquera non seulement de multiples nuisances pour les riverains causées par des excavations estimées à 70 mètres de profondeur mais aussi la destruction de 150 hectares de bois et d'espaces naturels riches d'une quarantaine d'espèces de la flore et de la faune, certaines rares, en particulier des amphibiens et des batraciens comme le triton alpestre. C'est pourquoi l'exploitation en cavage est plus indiquée dans une zone aussi densément peuplée comme cela a déjà été pratiqué par la société Placoplatre pour une carrière de gypse aujourd'hui épuisée sous le bois de Bernouille. Elle l'est actuellement sur le secteur de la commune de Villeparisis. Elle lui demande donc s'il entend modifier le permis d'exploitation dans un sens plus écologique et plus respectueux des riverains.

 

En attente de réponse du Ministère de la transition écologique et solidaire

  1. Question écrite n° 01414 de Mme Hélène Lipietz (Seine-et-Marne - NI)

    1. publiée dans le JO Sénat du 28/09/2017 - page 2996

     

    http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ170901414&idtable=q332679|q332678&_c=VILLEVAUDE&rch=qs&de=20141001&au=20171001&dp=3+ans&radio=dp&aff=sep&tri=p&off=0&afd=ppr&afd=ppl&afd=pjl&afd=cvn

    Repost 0
    Published by ADENCA - dans CARRIERES
    commenter cet article
    8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 15:28

     

    Dernière minute

     

     

     

    Des objets contaminés à l’uranium manufacturé ont été retrouvés dans un secteur censé ne pas en contenir.

     

    Les travailleurs ayant opéré à proximité de la zone vont subir des examens radiotoxicologiques.

     

    De quels éléments de protection individuelle étaient munis les travailleurs ayant opéré à proximité de la zone contaminée ?

     

    Nous n’en savons rien

     

     

     

    Pour tous renseignements complémentaires

    nous vous conseillons de contacter

    votre député,  membre de la CSS Fort de Vaujours   

       

    Rodrigue Kokouendo

    http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA721644

     

     

     

     

     

    Inspection ASN du 9/8/2017sur le thème de la radioprotection des travailleurs et de l’environnement à la suite de la découverte d’objets contaminés.

     

    Pour extrait :

     

    Le 31 juillet puis le 3 août 2017, les services préfectoraux et l’ASN ont été informés par PLACOPLATRE que des objets (de types entonnoirs, bassines compressées, sacs plastiques), contaminés à l’uranium manufacturé, avaient été découverts dans les zones A4 et A5, dans des terres de remblais le long de murs de bâtiments, lors de travaux de terrassement. Des analyses étaient en cours au jour de l’inspection, mais les premières mesures directes auraient montré des valeurs de contamination surfacique beta comprises entre 10 et 15 fois le bruit de fond. A la suite de cette déclaration, l’ASN a procédé à une inspection le 9 août 2017, afin de constater les dispositions mises en place, immédiatement après cette découverte, par PLACOPLATRE (balisage, bâchage, affichage des consignes). L’ASN souligne que cette découverte revêt en effet un caractère inattendu dans la mesure où, d’après l’étude historique, aucune activité de stockage ou de transit d’uranium n’était censée avoir lieu dans les zones concernées par ces découvertes. Le dossier d’abandon ne mentionne pas la présence de déchets contaminés enterrés sur le site.

    ....

    L’ASN relève en premier lieu la bonne gestion de cet événement, avec un processus de détection adapté, et la transparence dont PLACOPLATRE a fait preuve. Il ressort en effet de cette inspection que l’exploitant a su mettre en œuvre les premières mesures de radioprotection qui s’imposaient, afin d’éviter toute exposition radiologique (principalement interne) des travailleurs. Ainsi, les inspecteurs ont constaté que les lieux de découvertes avaient été correctement balisés et bâchés et que tous les travaux y avaient été suspendus. Les appareils de prélèvement atmosphériques, disposés en proximité des opérations de terrassement, n’ont pas détecté de contamination. Les travailleurs ayant opéré à proximité de la zone vont subir des examens radiotoxicologiques. Par mesure de précaution et dans l’attente d’une meilleure compréhension de la situation, le port d’équipements de protection individuelle a toutefois été prescrit par PLACOPLATRE. L’ASN considère, à cet égard, que les zones de port de ces équipements pourraient être plus clairement identifiées. En sus de ces premières dispositions, les travailleurs présents ont été informés de la situation et sensibilisés au risque radiologique. Un travailleur interrogé par les inspecteurs a notamment pu confirmer qu’une sensibilisation lui avait été dispensée……

     

     

    Par ailleurs, l’ASN considère qu’il conviendra de mener une réflexion sur le contrôle d’éventuels autres objets qui auraient pu être retrouvés lors des opérations antérieures de terrassement. En fonction du retour d’expérience de ces contrôles, la réflexion pourra être élargie aux terres présentes sur site. Enfin, l’ASN juge utile la démarche de recherche historique poursuivie par PLACOPLATRE via notamment la sollicitation du CEA, afin de disposer d’éléments historiques qui pourraient expliquer ces découvertes d’objets.

     

     

     

     

     

    Le rapport complet :

    http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/28462/227412/file/20170705-Rapport%20inspection%20ASN%20du%209_aout_2017_170817_LDS_insp_Vaujours_anonymisee.pdf

     

     

    Repost 0
    Published by ADENCA - dans CARRIERES
    commenter cet article
    5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 13:35

     

     

     

    L’une des membres de la commission de site Fort de Vaujours souhaitait consulter les Schéma d’Assainissement  des communes de Courtry et de Vaujours afin de savoir vers  quelles rivières étaient dirigées  les eaux pluviales du site.

     

     

    Xavier Vanderbise, maire de Courtry, a permis, en toute transparence, aux associations de consulter le schéma d’assainissement de sa commune et nous l’en remercions.

     

    A Vaujours, il semble être plus difficile de consulter ce document.

     

    En effet, en août dernier, le secrétariat des services techniques de Vaujours ne pouvait donner suite à la demande, en l’absence de son responsable. Il fallait adresser un e.mail à ce responsable à son retour de congés, mais il semblerait que cela ne suffise pas car ce responsable demande aujourd’hui qu’un courrier soit envoyé au maire de Vaujours.

     

     

    Le schéma d’assainissement

    de Vaujours 

     un document classé « Secret Défense » ?

     

    Pas du tout.

     

    C’est un document public que chacun peut consulter.

     

     

    L’association de Défense de L’Environnement qui tente de consulter ce document va-t-elle être obligée de contacter la Commission d’Accès aux Documents Administratifs CADA pour consulter ce document ?

     

    L’avenir nous le dira........

     

     

     

     

     

     

     

    Repost 0
    Published by ADENCA - dans CARRIERES
    commenter cet article
    23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 10:23
    Fort de Vaujours : Nicolas Hulot ne recevra pas le sénateur Gilbert Roger qui avait sollicité un rendez-vous

     

     

     

    Le sénateur Gilbert ROGER, membre de la commission de suivi de site Fort de Vaujours, a adressé le 30/5/2017 un courrier au ministre de l'écologie Nicolas Hulot, lui faisant un compte-rendu de ce dossier et des différentes démarches des sénateurs.

     

    Il souhaitait être reçu par le ministre ou par l’un de ses collaborateurs, mais le sénateur devra se contenter d’un courrier de Nicolas Hulot envoyé le 26/7/2017 dans lequel le ministre ne proposera pas de rendez-vous au sénateur.

     

     

     

    Les associations de riverains le regrettent.

     

     

     

     

    Affaire à suivre……

     

    Repost 0
    Published by ADENCA - dans CARRIERES
    commenter cet article
    27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 10:59
    forêt de montgé en goële : la chapelle

    forêt de montgé en goële : la chapelle

     

     

    Montgé-en Goële, charmant village de 700 âmes, occupé en majorité par la forêt et les espaces agricoles.

    La forêt régionale de Montgé-en-Goële s’étend sur 960 hectares, pour majorité situés sur cette commune, la région IDF est propriétaire de 358 hectares à Montgé-en-Goële.

    Une forêt plantée d’arbres remarquables, un boisement important de châtaigniers, des chênes, des frênes, des marronniers,  des charmes, des tulipiers de Virginie et une magnifique allée plantée de platanes (c’est la baronne d’Eichthal qui avait fait planter 252 platanes  au début du 20ème siècle).

    On y trouve également de l’ail sauvage, du muguet, des jacinthes sauvages, des iris, des buissons de rhododendrons…..

     

    Cette butte est un réservoir hydrologique, ses sources alimentent plusieurs rivières  la Beuvronne, La Thérouanne, La Nonette qui baigne le château de Chantilly.

     

    Au 12ème siècle un prieuré s’y implanta, qui aurait été fondé par Thibault, comte de Champagne et Roi de Navarre, qui sera  donné  aux chanoines réguliers du St Sépulcre d’Allemagne,  dépendant de la congrégation bénédictine  fondée en 1105 par Bernard d'Abbeville, abbé de Saint Cyprien de Poitiers (abbaye dépendant de la Chaise-Dieu).

    Ce prieuré comprenait une chapelle et une ferme.

    Au 16ème siècle le prieuré aurait été dévasté en partie par les protestants, des religieuses s’y installèrent ensuite.

    Au 18ème siècle les religieux n’occupent plus les lieux et les locaux sont loués à un particulier jusque vers 1792 où les biens furent vendus aux enchères publiques, suite à la dissolution de toutes les communautés religieuses par l’Assemblée législative.

     

    Le prieuré devenu une propriété particulière passa entre les mains de divers propriétaires, à  M. Paultre de la Motte, puis au général de Montigny Turpin qui le transforma en rendez-vous de chasse et restaurera la chapelle.

    C’est M. Marouzi qui y construisit vers  1840 le château de St Thibault, qui fut vendu à plusieurs reprises, en 1852 à M. de Thurneyssen, puis quelques années plus tard à M. Lainé qui fit terminer le château et le meubla, agrandit la ferme et les dépendances.

    Il fit reconstruire la chapelle fit remettre le monument funéraire de Jean de Chabannes, comte de Dammartin, accompagné d'une mise au tombeau du Christ, sculpté vers le 16ème siècle.. (aujourd’hui au château de Bourdeilles en Dordogne)

     

    Pendant quelques années cette chapelle redevint un lieu de pèlerinage, jusqu’à ce que M.Perret, nouveau propriétaire en interdise l’entrée au public.

     

    Au début du 20ème le banquier d’origine allemande, le baron André d’Eitchthal, achète la propriété, son épouse y fera planter une allée cavalière de 252 platanes.

    Le baron d’Eitchthal sera maire de Montgé en Goële entre 1919 et 1929.

     

    Le château disparaîtra dans les années 1970.

     

     

    C’est ici que l’industriel Knauf projette de détruire la forêt pour exploiter le gypse.

    Car cette multinationale pourrait exploiter le gypse en souterrain et laisser la forêt de Montgé en Goële aux populations du nord-ouest 77, mais l’industriel semble vouloir tout le sol et le sous-sol, puisqu'il voudrait exploiter à ciel ouvert ?

     

    Quelles tractations

    sont en cours

    entre la région Ile de France

    et l’industriel allemand 

    derrière le dos des populations ?

     

     

    Pour le savoir nous vous conseillons de contacter

    vos conseillers régionaux

     

     

    Il s’agit de :

    Mme Anne CHAIN-LARCHÉ (LR)Maire St Denis les Rebais, vice présidente du Conseil Régional chargée de la ruralité et de l’agriculture

    Mme Marie-Pierre Badré (LR) Adjointe au Maire de Couilly Pont aux Dames

    M. Gilles Battail (LR) Maire deDammarie les Lys

    M. Joffrey BOLLÉE (FN)

    M. Pierre CHERRIER (FN) de la Celle St Cloud (92)

    M. James CHERON (UDI) Adjoint au maire de Montereau Fault Yonne

    Mme Aurélie COURNET (FN) de Paris

    M. Gilbert CUZOU (PS) de Paris

    M. Benoît CHEVRON (LR) de Villiers St Georges, Président de la Fédération Départementale des Chasseurs

    M. Bertrand DUTHEIL DE LA ROCHERE (FN)

    Mme Sylvie FUCHS (FDG) Conseillère municipale de Roissy en Brie

    M. François Kalfon (PS ) Conseiller municipal Melun

    M. Éric Jeunemaître (LR) Adjoint au maire de Provins

    Mme Sylvie MONCHECOURT (UDI) Maire de Montigny sur Loing

    Mme Laure-Agnès MOLLARD-CADIX (UDI) Conseillère municipale de Combs la Ville

    Mme Bénédicte MONVILLE de CECCO Conseillère municipale de Melun

    M. Jean-Paul Planchou (PS ) Ancien maire de Chelles

    M. Julien PROFFIT (LR) Conseiller Municipal de Claye-Souilly

    Mme Hamida Rezeg (LR) Adjointe au maire de Meaux

    MmeRoseline Sarkissian (PS) Conseillère municipale de Fontainebleau

    Membre de la commission Environnement, aménagement du territoire

    Claudine Mme Thomas (LR) Adjointe au maire de Chelles

    Mme Béatrice TROUSSARD (FN) conseillère municipale de Chelles

    Maire de Fontainebleau M. Frédéric Valletoux (LR)

    Mme Thi Hong Chau VAN (CD) Adjointe au maire de Bussy Saint Georges

     

    Sources :

    Bibliothèque Gallica : Bulletin des études littéraires et scientifiques du Lot 1955 : le sépulcre de l’ancien prieuré de Montgé.

    http://fr.topic-topos.com/allee-des-platanes-montge-en-goele

    Repost 0
    Published by ADENCA - dans CARRIERES
    commenter cet article
    6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 15:32
    Placoplatre fort de Vaujours 5/7/2017 : Une commission de suivi de site assez décevante !

     

     

    Hier a eu lieu la 2ème commission de suivi de site de 2017 Placoplatre Fort de Vaujours.

    Une commission à laquelle vous riverains vous n’avez pas le droit d’assister.

    L’association FNE Seine et Marne l’avait demandé, mais l’industriel ne le souhaitait pas et la préfecture non plus.

     

     

    Dépollution chimique du site :

    Un sujet qui fâche ?

     

    Il faut savoir  que l’ETAT a nommé l’Agence de Sureté Nucléaire pour superviser les travaux de dépollution radioactive du site.

     

    Mais l’ETAT n’a pas souhaité nommer un organisme indépendant pour superviser les travaux de dépollution chimique du site : métaux lourds (arsenic, mercure, cadmium, nickel…), hydrocarbures, PCB, dioxynes et furanes….

     

    Ségolène Royal l’avait envisagé un temps mais n’a pas donné suite, quant au nouveau ministre de l’écologie, Nicolas Hulot, il n’a pas toujours pas accepter de recevoir le sénateur Roger qui l’a sollicité à ce sujet par courrier en date du 30 mai 2017.

     

     

    Pour en revenir à la commission de suivi de site d’hier.

     

    Ludovic Toro, médecin, maire de Coubron, conseiller régional et président de l’Office Régional de Santé, qui avait claqué la porte de la CSS l’année dernière, a réintégré cette commission  et nous nous en félicitons.

     

    Lors de la commission de suivi de site du 5/5/2015, il avait demandé au représentant du ministère de la Santé que lui soit fourni l’étude sur  l’état de santé de la population à Coubron et à Vaujours, or cette étude ne lui a jamais été fournie, ni celle demandée par la représentante de FNE Seine et Marne pour Villeparisis.

    Les deux participants ont réitéré leur demande.

     

    Depuis de nombreux mois les associations environnementales avait demandé à  Placoplatre d’effectuer des analyses de métaux lourds dans les eaux souterraines, nous avons appris que Placoplatre les avait fait effectuer mais l’industriel n’a pas souhaité les présenter aux participants lors de la CSS.

     

    Que nous cache-t-on ?

     

     

    Les associations avaient demandé qu’un hydrogéologue agréé soit nommé, elles auraient aimé que ce soit l’ETAT qui le nomme mais c’est Placoplatre qui l’a choisi et qui le rémunère.

    Un hydrogéologue qui a fait une compilation des différents rapports financés par le CEA et Placoplatre, documents que les associations connaissaient déjà.

     

    Un plan des captages d’eau potable environnants  a été présenté, mais ironie du sort les 3 captages  d’eau en aval du site se trouvant à Torcy avaient été oubliés.

     

    Quand aux eaux pluviales du Fort qui partent vers le milieu naturel côté Vaujours et côté Courtry nous ne savons toujours pas où elles se reversent.

     

    Les associations n'ont  pu obtenir aucunes informations quant aux contrôles de la pollution effectués dans le ru de Chantereine et la rivière Morée

     

     

    Une étude hydrogéologique

    à approfondir !

     

     

     

    Contrôle de l’air : les associations attendent toujours la 3ème implantation de balise qui devait se faire sur Courtry, mais il faut que les élus de Courtry et Placoplatre trouvent un accord.

     

    L’ASN a mené une inspection  le 20/4/2017 et a indiqué ses remarques auxquelles Placoplatre devraient répondre pour la mi-juillet.

     

    Pour ce qui est de la CRIIAD, divers dossiers sont parvenus trop tard aux associations et l’organisme n’a pas eu le temps matériel de les étudier avant la CSS, nous vous tiendrons au courant du résultat de son analyse.

     

     

     

     

     

     

     

    Repost 0
    Published by ADENCA - dans CARRIERES
    commenter cet article
    17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 18:19
    Destruction par Placoplatre du Bois Gratuel à Villevaudé : Nicolas Hulot n’est pas venu soutenir les populations !

     

    Ils sont venus de toutes les communes environnantes pour soutenir les populations de Villevaudé contre la destruction du Bois Gratuel par le groupe St Gobain pour implanter une carrière/décharge remblayée par les ordures du Grand Paris.

     

     Des élus étaient également présents : Pascal Pian, maire de Villevaudé, Charlotte Blandiot-Faride, maire de Mitry-Mory, accompagnée de Marianne Margaté, adjointe ainsi que la conseillère régionale Sylvie Fuchs et des élus des communes de Villevaudé, Le Pin, Courtry, Claye-Souilly, Villeparisis…..

     

    Etaient également présents Bernard Bruneau, le président de la fédération d'environnement FNE Seine et Marne, accompagné de plusieurs administratrices, les présidents de l'association des amis de Carnetin, d'Adenca et nombreux membres d'associations de défense de l'environnement du secteur dont Jacques Kalkotourian de l'association de défense de Bois Fleuri.

     

    Ils avaient rêvé que Nicolas Hulot, le nouveau ministre de l’écologie viennent les soutenir, eux les petites gens du nord-ouest 77, qui se battent contre la destruction de leur bois. Si c’était la forêt de Fontainebleau ou  celle de Rambouillet que l’on voulait détruire, passe encore, le ministre se serait peut-être déplacé, mais un bois dans un secteur miné de décharges, vous voulez rire, et puis le président Macron rencontre bon nombre de dirigeants du groupe St Gobain, depuis des années, dans les réunions du club d’élites « Le Siècle », il ne va tout de même pas les contrarier.

     

    Par contre le président Macron avait envoyé des membres de la DGSI (ex Renseignements

    Généraux) pour surveiller ces manifestants bien pacifiques.

     

    C'est la dite "Démocratie à la française"

     

     

    A partir de maintenant

    ce sera comme d’habitude

     

     

    A notre connaissance, aucun ministre de l’Ecologie, depuis des décennies, n’est venu rencontrer ou soutenir les riverains des sites polluants ou dangereux de la 7ème circonscription du 77,  le seul ministre de l’écologie qui s’est déplacé ces 10 dernières années dans cette circonscription  est Jean-Louis Borloo en 2009, il était venu soutenir le projet de l’industriel Veolia : enterrer des déchets de gaz carbonique CO2 sous nos pieds dans la décharge de Claye-Souilly.

     

    L’ancien député Yves Albarello l’avait reçu à Claye-Souilly, en évitant, bien sûr, d’inviter

    les associations de riverains, membres de la commission de suivi de site de la décharge Veolia.

     

     

     

    Manifestation de Villevaudé 17/6/2017

    Manifestation de Villevaudé 17/6/2017

    Paru dans le Parisien 77 :

    Jean-Louis Borloo applaudit les chantiers écolos de la ville

    >Île-de-France & Oise > Seine-et-Marne > Claye-Souilly|17 février 2009, 7h00|0

    Claye-Souilly

    Comme à la maison, Jean-Louis Borloo ! Hier matin, le ministre d'Etat en charge de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire était l'hôte de Claye-Souilly et son maire, le député Yves Albarello (UMP). En un marathon d'une heure et demie, Borloo-xygène, comme il s'est lui-même surnommé, a fait le tour des projets et réalisations de la ville en matière de développement durable. Prétexte de la visite : l'inauguration du centre de loisirs à haute qualité environnementale (HQE), ouvert en centre-ville depuis… deux ans.
    Au passage, le radical a aussi découvert (lire encadré) la décharge voisi
    ne de Veolia où doit être lancé en 2012 un site pilote de stockage de CO2 sous-terre. Objectif : mettre au point la technologie qui permettra aux industries polluantes des pays émergents de réduire leurs rejets de gaz à effet de serre. L'idée séduit le patron du Grenelle : « La France a raté le marché des panneaux photovoltaïques, il ne faudrait pas qu'elle rate aussi celui du stockage de gaz ! »

    « C'est exemplaire ! »

    ……

    Le Parisien

    http://www.leparisien.fr/claye-souilly-77410/jean-louis-borloo-applaudit-les-chantiers-ecolos-de-la-ville-17-02-2009-413556.php

    Repost 0
    Published by ADENCA - dans CARRIERES
    commenter cet article
    16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 21:10

     

     

     

    Paru dans le Parisien 77 :

    Villevaudé-Le Pin : une marche pour protester contre la future destruction du Bois-Gratuel

    >Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Villevaudé|Hendrik Delaire|16 juin 2017, 19h42|0

     

    Projet de destruction par Placoplatre du Bois Gratuel : venez nombreux demain soutenir les habitants de Villevaudé !

    Villevaudé, ce vendredi. Placoplâtre a lancé les premiers travaux préalables à la construction d’un pont enjambant la D 105 pour permettre d’acheminer le gypse de la future carrière du Bois-Gratuel vers son usine de Vaujours (Seine-Saint-Denis). LP/Hendrik Delaire

    Hendrik Delaire

    Villevaudé

    Le collectif « Sauvons la Dhuis » organise ce samedi une marche contre la destruction du Bois-Gratuel les Mazarins, où la société prévoit d’exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert.

    « Lors de notre marche pour sauver la Dhuis il y a plusieurs années nous attendions 100 à 150 personnes et finalement 900 personnes sont venues protester ». Présidente de l’association Villevaudé demain, Marie-Françoise Pian espère une forte mobilisation ce samedi après-midi lors de la marche organisée par le collectif « Sauvons la Dhuis » contre la destruction annoncée du Bois Gratuel Les Mazarins.

    C’est ici que la société Placoplâtre prévoit d’exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert au plus tôt en 2020 afin d’assurer l’approvisionnement de son usine de Vaujours (Seine-Saint-Denis), la plus grande au monde, où le gypse est transformé en plâtre.

    « Les premiers arbres seront abattus dès le 1er août malgré l’opposition de nombreux habitants lors des réunions publiques sur le sujet », assure Marie-Françoise Pian. La présidente de l’association Villevaudé demain redoute que la destruction du bois ne soit qu’une première étape avant une future exploitation du gypse de la butte de l’Aulnay. « Le secteur du Bois Gratuel Les Mazarins n’est que la partie émergée de l’iceberg, Placoplâtre lorgne sur un gisement qui s’étend jusqu’à Thorigny-sur-Marne » ;

    « Nous ne toucherons pas à la promenade de la Dhuis qui sera préservée grâce à un merlon paysager et au renforcement du tissu végétal. De plus nous ne détruirons que 19 ha d’un massif forestier de plus 300 ha sur une période de vingt ans, et qui sera reboisé au fur et à mesure », rétorque Gilles Bouchet, responsable Carrière chez Placoplâtre.

    Ce samedi à 14 h 30 à l’angle de la rue du Lavoir et de la rue Charles-de-Gaulle à Villevaudé.

    leparisien.fr

     

    Repost 0
    Published by ADENCA - dans CARRIERES
    commenter cet article

    Recherche