Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 20:43

 

 

Paru dans actu environnement

https://www.actu-environnement.com/ae/news/chasse-oiseaux-doit-europeen-glu-barge-courlis-35934.php4

 

Chasse des oiseaux sauvages : la France est-elle prête à respecter le droit européen ?

Biodiversité  |  31 juillet 2020  |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

 

© Golubev Dmitrii

© Golubev Dmitrii

Depuis 2009 et la directive concernant la conservation des oiseaux sauvages, la France déroge à la protection de ces espèces en accordant chaque année des quotas de chasse pour certaines d'entre elles et notamment par des pratiques « traditionnelles » mais interdites. Les arguments mis en avant auprès de la Commission européenne pour justifier ces dérogations ne la convainquent plus désormais. La France doit se mettre en conformité. Et la nouvelle ministre de la Transition écologique Barbara Pompili semble prête à passer le cap.

Lors d'une réunion organisée avec la Fédération nationale des chasseurs (FNC) le 17 juillet dernier, la ministre a prévenu qu'elle ne souhaitait pas donner de quotas de chasse à la glu, l'une des méthodes interdites, pour la prochaine saison 2020-2021. « La ministre a clairement indiqué qu'elle projetait de répondre aux injonctions européennes de façon positive et très rapidement, résume Willy Schraen, président de la FNC. Il est évident que la FNC ne pourra accepter la décision de sa ministre de tutelle, et que celle-ci fera l'objet d'une action juridique appuyée », prévient-il.

Pour la LPO, « la fin du piégeage dit traditionnel est heureusement inéluctable. Car contrairement à ce que prétendent les chasseurs, la chasse à la glu est cruelle, non sélective et peu contrôlée. » La LPO attend de la France qu'elle se mette aussi en conformité en faisant cesser toutes les chasses traditionnelles, mais également en retirant de la liste des espèces d'oiseaux chassables celles en mauvais état de conservation (soit 20 sur 64 chassables) et en mettant un terme à la chasse des oiseaux migrateurs en février.

Mais ce n'est pas pour tout de suite puisque la France prévoit d'autoriser la chasse à la tourterelle des bois alors qu'elle fait partie des espèces menacées. Le ministère vient aussi de publier les arrêtés suspendant jusqu'au 30 juillet 2021 la chasse de la barge à queue noire et du courlis cendré en attendant la mise en place de la gestion adaptive pour ces espèces, comme c'est le cas pour la tourterelle des bois. La chasse de ces deux oiseaux sauvages pourrait ainsi reprendre l'année prochaine.

https://www.actu-environnement.com/ae/news/chasse-oiseaux-doit-europeen-glu-barge-courlis-35934.php4

Partager cet article

Repost0
1 mai 2020 5 01 /05 /mai /2020 11:33
Disparition de la biodiversité : une caricature dessinée par l'un de nos adhérents

Partager cet article

Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 14:21

Paru sur le site "La Marne"

Site Terzeo.

L’association Marne lance une pétition pour sauver les oiseaux

 

L'association Marne lance un nouvel appel pour tenter de sauver les oiseaux rares menacés par le projet Terzeo à Iles-lès-Villenoy et Villenoy.

De espèces rares d'oiseaux sont menacées sur le site que Terzeo veut exploiter. Exemple, des grèbes à cou noir et une gorgebleue à miroir.
Des espèces rares d’oiseaux sont menacées sur le site que Terzeo veut exploiter à Villenoy. Exemple, des grèbes à cou noir et une gorgebleue à miroir. (©wikimedia Commons-wikipedia)

La pétition que vient de lancer l’association Marne est sans doute la dernière chance de sauver les oiseaux des boucles de la Marne, à Villenoy et Iles-les-Villenoy. 

1 800 personnes ont déjà signé la pétition. 

L’association en attend plus encore, avant d’écrire au préfet pour tenter d’infléchir sa décision. 

Signer la pétition. 

Le préfet a donné le feu vert à Terzeo le 20 mars 2020

Après trois ans de discussions, manifestations et oppositions sur de nombreux points, le préfet de Seine-et-Marne a autorisé en 2019,  l’implantation de cette plateforme de recyclage des déchets du groupe Bouygues. 

L’emplacement, à Villenoy et Isles-lès-Villenoy, dans les boucles de la Marne, est celui de l’ancienne sucrerie Tereos. 

L’exploitation du site était jusqu’à récemment bloquée en raison de la présence d’espèces protégées. 

Le 20 mars 2020, en plein confinement, le préfet de Seine-et-Marne Thierry Coudert a signé une dérogation à la protection des espèces protégées. De fait, ce dernier obstacle étant levé, Terzeo peut commencer à s’installer. 

Dans le rapport de Terzeo (octobre 2019) concernant la faune du site, on peut notamment lire : 

« Les bassins de la sucrerie de Villenoy étaient reconnus comme site de passage d’oiseaux migrateurs et site d’hivernage notamment lors des grands froids puisque les bassins ne gelaient pas et que les eaux et les vases eutrophes livraient une nourriture abondante (vers, larves d’insectes, crustacés, mollusques…).

 

Des bulldozers dans un refuge d’espèces rares

La sucrerie a fermé en 2003. Laissé sans aucune activité, le site est devenu un refuge pour de nombreuses espèces : oiseaux, insectes… 

Trois espèces d’oiseaux rares sont particulièrement menacées : le grèbe à cou noir, l’oedicnème criard et la gorgebleue à miroir. 

  • Le grèbe est une espèce emblématique de la région. Il a deux zones de nidification dans le secteur, les bassins à Villenoy et le site des sablières Capoulade à Isles-lès-Meldeuses.
  • L’oedicnème niche là et ses populations se rassemblent à 1 km de là, à Vignely, avant de migrer.
  • La gorgebleue à miroir, ce ravissant oiseau est en voie de disparition. 

Asterio Fernandez, président de Marne (Mouvement associatif de résistance aux nuisances environnementales), est consterné :

Avec l’implantation de Terzeo sur le site, 83 % des habitats seront détruits, avec très peu de compensations. 

Car si Terzeo s’est engagé à agrandir un plan d’eau, qui devrait passer de 4 à 7 ha, ce bassin pourra être utilisé l’été si Terzeo a besoin d’eau. 

Asterio Fernandez regrette qu’aucun projet alternatif n’ait été conçu pour ce site. 

A Lieusaint, l’ancien site de la sucrerie est devenu l’espace naturel de la Motte. Il y a des solutions de mise en oeuvre de sites tout en respectant la biodiversité. Et il y a des crédits pour ça.

Il souligne une autre incohérence : 

La région Ile-de-France a des capacités excédentaires pour le traitement de ces déchets… Ce nouveau site ne se justifie pas. 

La question des terres polluées toujours en suspens

Le projet Terzeo (filiale de Bouygyes) devait permettre d’assainir les terres polluées par la sucrerie Tereos. Qui va payer ? La question n’est pas réglée. 

Pour rappel, ces terres contiennent de fortes concentrations en arsenic. La nappe située en-dessous est polluée. L’association Marne souligne que la nappe dans laquelle les communes de Condé-Sainte-Libiaire et Isles-lès-Villenoy captent l’eau potable, communique avec les eaux souterraines du site Terzéo. 

Partager cet article

Repost0
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 11:25

 

Pour protéger les oiseaux des boucles de la Marne : signez la pétition

http://chng.it/QJsMjPjvQR

 

 

Projet TERZEO à Villenoy DES OISEAUX EN GRAND DANGER !

D’une très grande richesse écologique au sein des boucles de la Marne, le site des bassins de Villenoy abrite 91 espèces d’oiseaux protégés aux plans national et européen.

Parmi ces espèces 41 sont vulnérables, en danger ou en voie de disparition d’après la liste rouge régionale des oiseaux en danger.

Après avoir autorisé le stockage d’un million de tonnes de déchets dangereux sur le site (1), le Préfet de Seine et Marne vient d’autoriser la société TERZEO à déroger à l’interdiction de destruction d’espèces et d’habitats d’espèces protégées par Arrêté n°2020/19 UD 77-DRIEE du 20 mars 2020.

Cela va provoquer la disparition de 83% des habitats d’espèces sur le site et porter un coup fatal à la biodiversité des boucles de la Marne. (2)

Protégeons la biodiversité du site des bassins de Villenoy et des Boucles de la Marne.

Refusons le projet TERZEO et la destruction d’espèces protégées.

Signez et faites signer la pétition qui sera remise au Préfet de Seine de Seine et Marne.

  1. (1) NB : Un recours contentieux de l’association M.A.R.N.E contre l’arrêté d’exploitation du 12 février 2019 est en cours.
  2. (2) La société TERZEO souhaite étendre son projet sur des espaces boisés riverains appartenant à la ville de Paris. La Mairie de Paris doit refuser de céder ces terrains. L’association M.A.R.N.E a saisi les élus de Paris.

 

  • ·        La date de l’arrêté, autorisant les travaux au début de la période de reproduction des oiseaux est révélatrice du peu d’intérêt porté à l’avifaune du site par les services de l’Etat.
  • ·        L’empressement à signer cet arrêté le 20 mars avant la suspension des procédures publiques le 25 mars 2020 dans le cadre de l’urgence sanitaire, est étonnante compte tenu des priorités actuelles des services de l’Etat.

 

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2019 7 21 /07 /juillet /2019 11:13
JUIN 2019 Bleuets et coquelicots au bord d'un champ de colza près de St Valéry sur Somme

JUIN 2019 Bleuets et coquelicots au bord d'un champ de colza près de St Valéry sur Somme

Partager cet article

Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 09:03
Ancienne carrière Placoplatre Vaujours/Coubron

Ancienne carrière Placoplatre Vaujours/Coubron

 

 

A l’occasion de la fête de la nature

le 25 mai prochain

 Placoplatre  invite la population

à venir visiter

ses anciennes carrières de gypse réaménagées

de Vaujours.

 

 

Mais en même temps l’industriel projette de réexploiter le gypse dans son ancienne carrière d’Aiguisy (Vaujours/Coubron), et par delà mettre en péril, pour partie, l’habitat de 13 espèces de chauves-souris protégées sur 20 connues en Ile de France. Ces espèces de chauve-souris sont classées dans la liste Rouge régionale, dans la catégorie EN (En danger).(1)

 

Mais en même temps l’industriel va encore détruire plusieurs hectares d’arbres au bois Gratuel à Villevaudé où en 2018 il en a déjà détruit 10 hectares.

 

L’industriel semble peu se préoccuper de l’avenir de l’est parisien, car plutôt que de financer la réimplantation d’arbres au plus près de Villevaudé, aider par exemple la commune de Villeparisis à reboiser la forêt  de Morfondé (40 hectares) qu’elle vient d’acquérir, il a préféré participer au reboisement de forêts domaniales, grands territoires de chasse, à l’est et au sud du 77 : Crécy (7ha), Villefermoy (4.5ha), Malvoisine (5.77 ha) et Montceaux (2.5 ha).

 

 

C'est pourquoi

ADENCA

ne souhaite pas participer à cette visite.

 

 

 

 

 (1) résumé de l’étude d’impact écologique annexe 2, page 3.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 11:11

 

 

 

Nous apprenons que dans les anciennes carrières Placoplatre situées à proximité du Fort de Vaujours nichent 13 espèces de chauve souris protégées parmi les 20 espèces connues en Ile de France.

 

Concernant les espèces de chauve-souris nichant sur le fort de Vaujours, fort situé en majorité sur le 77, nous n’avons aucunes informations.

 

Le Conseil Département 77 finance régulièrement des actions en faveur de la préservation des chauve-souris au sud 77 mais aussi dans la vallée du Morin, notamment au travers de Seine et Marne Environnement, une association créée à l’initiative du CD 77 et largement financée par vos impôts.

 

Bien que les riverains du nord-ouest 77 versent leurs impôts comme les autres il semblerait que peu ou peut-être pas d’actions aient été financées  par le CD 77 dans ce secteur en faveur de la préservation des chauve-souris.

 

 

Pour mémoire Seine et Marne Environnement a pour partenaire l'Unicem, Union Nationale des industries de carrières et Matériaux de construction dont Placoplatre est adhérent.

https://www.unicem.fr/cartographie/

 

 

 

Pour savoir si

 

Xavier Vanderbise

Maire de Courtry

et

Vice Président du Conseil Départemental

 

va demander qu'une étude

sur les chauve-souris 

soit financée par le CD 77

sur le Fort de Vaujours

contactez-le

 

 

Paru sur le site Atome 77 :

 

Opération « chauves-souris » en Bocage Gâtinais
Les 30 juin et 1er juillet 2017
Seine-et-Marne environnement, agence environnementale du Département, organise un week-end de prospection sur le secteur du Bocage Gâtinais afin d'inventorier les chauves-souris et d'améliorer les connaissances sur ces animaux.

De nombreux bénévoles seront sur le terrain 
le 
30 juin au soir et le 1er juillet 2017 
à la recherche de chauves-souris

Nichés dans les combles, greniers,granges (etc.), ces petits mammifères protégés sont très utiles à la régulation des insectes la nuit. De nombreux bâtiments peuvent abriter des chauves-souris en reproduction.Toutefois, leur présence est souvent très discrète.
Pour contribuer à la démarche et permettre l'intervention des bénévoles, les particuliers et collectivités sont invités à autoriser l'accès à leurs bâtiments. Des créneaux de passage peuvent être fixés au préalable auprès de Seine-et-Marne environnement afin d'organiser au mieux les interventions et d'optimiser la prospection.
Plusieurs objectifs à cette opération : sur le plan national, participer au suivi des populations de ces animaux pour les évaluations Natura 2000, au niveau de la région, contribuer auplan d'action chiroptère, et, à l'échelle du département, contribuer à la connaissance de la nature seine-et-marnaise.
L'opération, menée en 2014 sur le territoire de la Bassée et en 2015 sur les vallées des 2 Morin, ont contribué à l'amélioration des connaissances par la découverte de colonies de reproduction d'espèces peu communes.

Les attentes sur le territoire du Bocage Gâtinais sont d'autant plus fortes du fait d'un territoire préservé avec d'importantes potentialités d'accueil.

L'opération est financée par la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Environnement et de l'Energie d'Ile-de-France et le Département de Seine-et-Marne.

 

Aidez Seine-et-Marne Environnement en donnant accès à vos combles, greniers, granges... Et, si vous aussi êtes sensibilisés à la cause de ces petits mammifères et souhaitez participer à la démarche, alors n'hésitez pas à contacter Seine-et-Marne Environnement, en précisant vos disponibilités pour l'opération de prospection "chauve-souris".

Pour fixer un rendez-vous pour le passage d'un bénévole

Seine-et-Marne environnement - Tél. 01 64 31 11 18 - Courriel : contact-1@me77.fr

http://www.atome77.com/articles/1625/Ecologie/Operation-%AB-chauves-souris-%BB-Bocage-Gatinais.htm

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 09:32

 

 

Au nord de l’Ile de France à Vaujours l’industriel Placoplatre souhaite exploiter  de nouveau d’anciennes carrières de gypse  dans la fosse d’Aiguisy. Ces anciennes carrières abritent 13 espèces protégées de chauve-souris, et d’après nos informations,  3 habitats sur 4 des chiroptères devraient être détruits par l’exploitation de cette carrière à ciel ouvert.

 

 

Au sud de la Seine et Marne, il en est autrement, à St Pierre les Nemours, une ancienne carrière de silice, abritant 5 à 6 espèces de chauve-souris, ne sera plus exploitée, l’ETAT et l’Europe ont même débloqué 80 000 € pour financer la protection de ces chiroptères.

En effet des barres de fer ont été transportées à l’aide d’hélicoptère pour permettre la fermeture de cette carrière aux intrus, un système qui permettra uniquement le passage des chauves-souris.

https://www.youtube.com/watch?v=Bje7fYs1TRc

 

 

C’est un article du parisien 77 du 3 novembre dernier qui alerte la population sur la fragilité des chauves-souris. http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/saint-pierre-les-nemours-la-carriere-du-puiselet-fermee-pour-preserver-les-chauves-souris-02-11-2018-7933704.php

 

 

Ironie du sort, Christophe Parisot, membre de l’association Pro Natura IDF, cité dans cet article,  est également le directeur de Seine et Marne Environnement, une association créée à l’initiative du Conseil Départemental du 77, qui a pour partenaire l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction Unicem dont Placoplatre est adhérent.

https://www.unicem.fr/cartographie/

 

 

Est-ce pour ne pas contrarier

Placoplatre

que

 Xavier Vanderbise

 vice président du conseil départemental du 77

 n’organise pas sur la commune de Courtry

 de réunion de concertation

sur le projet

d’ouverture de carrière à ciel ouvert

sur le fort de Vaujours et la Fosse d’Aiguisy ?

 

Pour le savoir, nous vous conseillons de le contacter.

 

 

Pour aller plus loin :

 Voir page 9 : liste des espèces protégées  se trouvant sur le site
https://www.fort-de-vaujours.fr/wp-content/uploads/2018/10/Annexe-2-R%C3%A9sum%C3%A9-Etude-dimpact-%C3%A9cologique.pdf

 

(1) http://www.me77.fr/spip.php?article834

 

Paru sur le site Seine et Marne Environnement :

 

Année mondiale des chauves-souris

Les chauves-souris présentes en France sont toutes insectivores en incluant dans cette catégorie les araignées. Elles rendent donc un service non négligeable de régulation des arthropodes. C’est aussi pour cela que l’on dit que lorsque les hirondelles se couchent les chauve-souris partent en chasse. Exploitant la même ressource alimentaire, ces animaux se sont réparti la journée.

La biologie des chauves souris est surprenante. Contrairement aux souris, elles ont un très faible taux de reproduction (1 à 2 jeunes par an maximum) des durées de vie longues. C’est aussi ce qui les rend particulièrement vulnérables à la destruction de leurs populations, leurs habitats ou leurs gîtes de reproduction ou d’hivernage.

L’hivernage est en effet une autre de leur spécificité. Les insectes plus rares en hiver, les chauves souris vont, pour certaines, migrer et pour d’autres hiberner dans des lieux où la température restera assez stable. C’est ainsi qu’en Seine-et-Marne, les chauves souris se trouvent dans d’anciennes carrières souterraines, ou des caves anciennes, sous les ponts qui abritent des anfractuosités, mais aussi dans des arbres creux. D’autres encore supportant mieux le froid n’hiberneront quasiment pas, préférant les lieux en courant d’air.

Pour celles qui hibernent, le rythme de vie se ralentit en abaissant le rythme cardiaque et la respiration afin de consommer le moins possible leurs réserves.
Tout dérangement provoquant le réveil peut leur être fatal en provoquant la brusque consommation de ces réserves si précieuses pour finir l’hivernage.

Qu’il s’agisse de l’abattage d’un arbre creux, du rejointement d’un pont ou encore de dérangement dans un site souterrain……

http://www.me77.fr/spip.php?id_article=383&page=articleb

 

 

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 08:38

 

Paru dans le journal de l’environnement :

 

Pollinisateurs: leur travail, c’est notre santé

Le 16 juillet 2015 par Romain Loury

 

Sans insectes pollinisateurs, la production mondiale de fruits et légumes pourrait chuter au moins d’un cinquième, révèle une grande étudepubliée dans le Lancet. Ce qui ferait grimper le taux de plusieurs maladies liées à l’alimentation et à la nutrition, en particulier dans les pays du Sud.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la production agricole doit augmenter de 70% d’ici 2050 pour satisfaire une demande en hausse, objectif déjà compromis par le réchauffement climatique.

Un autre bouleversement en cours devrait la rendre encore plus ardue: la raréfaction des pollinisateurs, qui s’accélère depuis ces dernières années, du fait de la destruction de leur habitat, de certains pesticides et de maladies, mais aussi du réchauffement.

224 types d’aliments étudiés

Première étude de cette ampleur à lier pollinisation et santé humaine, le travail mené par Matthew Smith, de l’université de Harvard (Boston, Massachusetts), et ses collègues montre les dégâts que pourrait occasionner l’absence de ces insectes, d’un point de vue alimentaire et nutritionnel.

Les chercheurs ont étudié la consommation de 224 types d’aliments dans 156 pays, et analysé comment elle serait affectée par l’absence de pollinisation. Pour cela, ils se sont appuyés sur de précédentes études, qui ont fixé, végétal par végétal (fruits, légumes, graines, fruits à coque), la part des pollinisateurs, comprise de 0% à 100%, dans la production.

1,42 million de morts en plus

D’après leur modélisation, l’absence de pollinisation ferait chuter l’offre en fruits de 22,9%, celle en légumes de 16,1%, celle de graines et de fruits à coque de 22,1%.

Ce qui augmenterait la mortalité mondiale de 2,7%, soit 1,42 million de personnes qui décèderaient en plus chaque année, du fait de maladies chroniques (particulièrement en Europe de l’Est et en Asie) et de malnutrition (surtout en Afrique subsaharienne, Asie du Sud et Amérique du Sud).

La grande majorité des produits étant encore produits dans le pays où ils sont consommés, 82% des effets sanitaires liés à la perte de pollinisation ont lieu dans le pays lui-même, ont calculé les chercheurs.

«Ce qui signifie que la plupart des pays tireront les plus grands bénéfices en s’occupant de leurs propres populations de pollinisateurs, protégeant aussi bien leur santé publique que leurs rendements agricoles», conclut Matthew Smith.

http://www.journaldelenvironnement.net/article/pollinisateurs-leur-travail-c-est-notre-sante,60492?xtor=EPR-9

 

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 18:32

 

La rubrique d'Alain

 

Ayant fait un petit stage de vannerie sauvage fin Novembre, je suis parti me promener le long du canal de l'Ourcq et plus particulièrement  j'ai grimpé un peu sur les hauteurs du talus de droite (coté N3 en allant vers Fresnes). Je voulais voir ce qu'il y avait comme plantes pouvant m'intéresser et être utilisées pour faire quelques essais de vannerie. Voici donc quelques photos  de la bio-diversité que j'ai rencontrée lors de cette promenade :

 

De jolies bouteilles d'eau minérale…..

 Bouteille

 

Une magnifique bâche à bulle sauvage se reposant cachée sous les feuilles mortes ….

Bache

 

Un chauffe-eau sauvage en plein repos…..

chauffeEau

 

Magnifique exemplaire d'"alvolus vulgaris":

arrosoir

 

 

Et pour finir ce spécimen assez commun mais tout de même magnifique de "vĕhĭcŭlum  derelictus" se désaltérant juste avant la tombée du jour

      voiture

 

Partager cet article

Repost0

Recherche