Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 09:47

 

 

Le chantage à l'emploi

pratiqué

par certains industriels pollueurs

et soutenus parfois

par certains élus

 est une démarche d'un autre temps

 

 

Le sénateur Billout qui travaille aux côtés des associations de riverains sur le lourd dossier du fort de Courtry/Vaujours propose dans le dossier Wipelec une concertation.

 

En effet ce qu'attendent  les associations de défense de l'environnement c'est que l'industriel  Wipelec respecte la législation en vigueur pour protéger ses salariés, les riverains et l'environnement.

 

On ne peut plus accepter que des industriels sous prétexte qu'ils ont créé des emplois tentent de s'exonérer des normes législatives qui permettent de protéger leurs salariés, les riverains et l'environnement.

 

 

Paru sur le site du sénateur Billout :

Michel Billout demande de la transparence et de la concertation

Dossier WIPELEC -

 Par / 29 juin 2017

Monsieur le préfet,

Sensible aux questions de protection et de défense de l’environnement j’ai appris récemment avec satisfaction votre décision d’imposer des mesures d’urgences à l’entreprise Wipelec, située sur le territoire de Meaux.

La mesure de suspension d’activité, si elle assure dans un premier temps de stopper la poursuite d’activités polluantes, doit toutefois permettre à l’ensemble des partenaires de réfléchir ensemble aux moyens à mettre en œuvre pour travailler à la dépollution du site et envisager la reprise de cette entreprise dans des conditions de sécurité optimales pour ses salariés, les riverains et l’environnement.

La protection des personnes, mais également la sauvegarde du tissu industriel dans notre région, concernent de nombreux acteurs (vos services, les élus, les associations, l’employeur, les représentants des salariés ...) et suscitent beaucoup d’émoi et d’interrogations dans la population.

Le traitement de ce dossier à mon avis, nécessite qu’il soit travaillé dans la plus grande transparence et que l’information la plus complète puisse être donnée aux populations, aux associations, aux salariés sur les conditions de sécurisation de ce site et sur le devenir de cette activité industrielle.

Il appartient aux élus du territoire et plus largement à ceux du département au vu des nombreuses problématiques liées à la défense de l’environnement en Seine et Marne, de participer pleinement à cette réflexion commune.

C’est pourquoi, compte tenu de tous ces éléments, je souhaiterais que vous approuviez la tenue d’une réunion rapide de concertation avec les différents acteurs de terrains et vous indique ma disponibilité pour y participer.

Je souhaite également connaître votre position et la suite que vous comptez apporter à ce dossier.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer Monsieur le préfet, l’expression de ma plus sincère considération.

http://groupe-crc.org/activite-des-senateurs/les-courriers-officiels/article/michel-billout-demande-de-la-transparence-et-de-la-concertation

 

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 19:48

 

 

Meaux : le Conseil d’Etat refuse la reprise d’activité de la société Wipelec

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Meaux|S.R. et A.A.|30 juin 2017, 19h30|

 

 

Le juge des référés du Conseil d’Etat a rejeté ce vendredi la requête de l’entreprise Wipelec, frappée d’un arrêté préfectoral de suspension d’activité depuis un mois.

 

Cette société est installée dans la zone industrielle de Meaux. Elle emploie plus de 40 personnes. Wipelec est spécialisée dans la fabrication de pièces de haute technologie dans le domaine de l’aéronautique.

 

Le 31 mai, la préfecture de Seine-et-Marne a décidé de suspendre l’activité de la société, en raison notamment des produits chimiques qui y sont utilisés et entreposés.

 

Le 6 juin, le tribunal administratif de Melun avait une première fois refusé la requête de Wipelec. Le gérant de la société et son avocat avaient alors décidé de saisir le Conseil d’Etat.

 

L’audience qui s’y est tenue le 22 juin ne leur a pas permis d’obtenir gain de cause.

 

  leparisien.fr

http://www.leparisien.fr/meaux-77100/meaux-le-conseil-d-etat-refuse-la-reprise-d-activite-de-la-societe-wipelec-30-06-2017-7101747.php

 

 

 

 

 

Pour mémoire cette entreprise a déjà pollué 2 sites, l’un à Romainville, l’autre à Pomponne.

 

 

 

 

Paru sur

le Site Environnement 93 :

 

 

 

 

Pollution du site Wipelec à Romainville  
 


 

La société WIPELEC qui a exercé des activités de traitement de surface à Romainville, encadrées dans le cadre des procédures ICPE dès 1990, a cessé ces activités le 6 avril 2009, puis entamé une procédure de redressement judiciaire en août 2009.

Les dégâts et pollutions laissés sur le site par WIPELEC, ont conduit le 8 juillet 2013 à l’arrêté préfectoral N°2013_2024 pris par la préfecture de Seine-Saint-Denis reconnaissant la nécessité de « procéder à des travaux d’office, hors site, relevant d’une situation impérieuse concernant la société Wipelec-Ceres pour les anciennes activités au 21-29 rue des oseraies et au 53-55 rue des Ormes à Romainville ».

 

Malgré la mobilisation des riverains et les alertes répétées concernant les impacts du site abandonné, sur leur santé, aucune précaution efficace n’a été mise en œuvre par les autorités sanitaires, la préfecture, ou les élus locaux, pour mettre un terme aux conséquences de ces pollutions sur les abords du site. 

Alors qu’après les premières mesures réalisées par l’ADEME, il était conseillé aux habitants du quartier 
« une aération quotidienne des logements », puis « aérer le plus possible  les habitations , amorcer les siphons »., le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a donné le 11 février 2016 un avis beaucoup plus alarmant pour tous les riverains :« Des riverains du site industriel Wipelec sont soumis depuis des années à une exposition de très haut niveau, très largement au-dessus des seuils d’action rapide préconisés par le HCSP qui induit un risque sanitaire inacceptable appelant des mesures dans un délai très rapide. »

 

 

« S’il se confirme que cette pollution est encore présente, des mesures rapides visant à soustraire les habitants exposés à des valeurs supérieures au seuil d’action rapide4 (10 μg/m3) doivent être engagées sans délai, mesures qui pourraient conduire à court terme à un relogement temporaire des familles concernées ; » 

 


Après trois ans de dérives et de laxisme, pour reconnaître enfin une situation environnementale catastrophique, il est temps aujourd’hui de prendre en compte la santé des populations de ce quartier plutôt que les projets immobiliers envisagés sur l’ancien site WIPELEC. :

 

 

http://www.environnement93.fr/www.environnement93.fr/Pollution_du_site_Wipelec_a_Romainville.html

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 13:57


 

Paru dans le Parisien 77 :

Meaux : Safran vole au secours du soldat Wipelec au Conseil d’Etat

 

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Meaux|Sébastien Roselé|22 juin 2017, 19h36|

 

L’entreprise meldoise Wipelec a été interdite par le préfet de continuer ses activités industrielles le 31 mai. Ce jeudi, la société demandait au juge des référés au Conseil d’Etat de suspendre la décision préfectorale.

 

Deux heures et demie de débat et une décision attendue pas avant mardi. Ce jeudi après-midi, l’entreprise Wipelec, installée dans la zone industrielle de Meaux depuis 2012, demandait au juge des référés du Conseil d’Etat, à Paris, de suspendre l’arrêté préfectoral du 31 mai lui interdisant de poursuivre ses activités industrielles car elle n’est pas en conformité avec le Code de l’environnement.

C’est l’entreprise Safran, motoriste aéronautique et fabricant d’armements divers, réalisant un chiffre d’affaires de 15,8 milliards d’euros par an, qui a le mieux plaidé la cause de Wipelec dont elle est cliente.....

 

http://www.leparisien.fr/meaux-77100/meaux-safran-vole-au-secours-du-soldat-wipelec-au-conseil-d-etat-22-06-2017-7078887.php

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 21:36

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

Meaux : le gérant de Wipelec en garde à vue pour des malversation financières

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne|Sébastien Roselé|19 juin 2017, 20h12|0

 Le gérant de la société Wipelec a été placé en garde à vue ce lundi. Il aurait maintenu son activité industrielle alors que le préfet de Seine-et-Marne avait pris un arrêté pour la suspendre. LP/Sébastien Roselé

Sébastien Roselé

Seine-et-MarneWipelecgérantgarde à vueenvironnementproduits toxiques

Le gérant de l’entreprise meldoise Wipelec, qui fabrique des pièces mécaniques de précision, est soupçonné d’avoir continué son activité industrielle malgré une suspension préfectorale. Il serait aussi et surtout soupçonné de « malversations financières ».....

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/meaux-le-gerant-de-wipelec-en-garde-a-vue-pour-des-malversation-financieres-19-06-2017-7068570.php

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 15:52

 

 

Depuis des années des industriels qui ne respectent pas la législation en vigueur et dont les agissements peuvent mettre en danger la santé des riverains  font du chantage à l’emploi, une situation intolérable, des méthodes d'un temps révolu.

 

Un cas d’école

Wipelec Meaux

 

16/6/2017 parking de l'usine Wipelec Meaux

16/6/2017 parking de l'usine Wipelec Meaux

 

Un article paru récemment dans le journal la Marne nous interpelle.

A sa lecture on semble croire que le préfet a fermé complètement l’entreprise suite aux non respects répétés de la législation par l’exploitant, mais en fait ce n’est qu’une unité de l’entreprise qui est touchée.

En effet pour nous être rendus sur site vendredi dernier, nous avons constaté la présence de plus de 20 véhicules dans l’entreprise.

 

 

Wipelec Meaux le 16/6/2017

Wipelec Meaux le 16/6/2017

Nous avons été quelque peu choqués par les panneaux affichés sur le site, dans lesquels il n’est fait à aucun moment allusion aux enfants fréquentant  la crèche riveraine.

 

Les enfants de la crèche

 ne doivent pas être, en quelque sorte,

pris en otage dans cette affaire

 

 

 

La solution c’est Guy Pelamourgue

 le dirigeant de Wipelec

qui l’a entre les mains :

 

Qu’il remette en état le site

comme la préfecture le lui demande 

et la polémique

s’arrêtera.

 

 

Pour mémoire Wipelec est une entreprise qui a déjà pollué 2 sites, l’un à Pomponne et l’autre à Romainville où des riverains vivent dans l’angoisse constante.

 

 

Paru sur le site de la fédération d’environnement du 93 :

 

 

Pollution du site Wipelec à Romainville

 

La société WIPELEC qui a exercé des activités de traitement de surface à Romainville, encadrées dans le cadre des procédures ICPE dès 1990, a cessé ces activités le 6 avril 2009, puis entamé une procédure de redressement judiciaire en août 2009.

Les dégâts et pollutions laissés sur le site par WIPELEC, ont conduit le 8 juillet 2013 à l’arrêté préfectoral N°2013_2024 pris par la préfecture de Seine-Saint-Denis reconnaissant la nécessité de « procéder à des travaux d’office, hors site, relevant d’une situation impérieuse concernant la société Wipelec-Ceres pour les anciennes activités au 21-29 rue des oseraies et au 53-55 rue des Ormes à Romainville ».

Malgré la mobilisation des riverains et les alertes répétées concernant les impacts du site abandonné, sur leur santé, aucune précaution efficace n’a été mise en œuvre par les autorités sanitaires, la préfecture, ou les élus locaux, pour mettre un terme aux conséquences de ces pollutions sur les abords du site.

Alors qu’après les premières mesures réalisées par l’ADEME, il était conseillé aux habitants du quartier
« une aération quotidienne des logements », puis « aérer le plus possible les habitations , amorcer les siphons »., le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a donné le 11 février 2016 un avis beaucoup plus alarmant pour tous les riverains :« Des riverains du site industriel Wipelec sont soumis depuis des années à une exposition de très haut niveau, très largement au-dessus des seuils d’action rapide préconisés par le HCSP qui induit un risque sanitaire inacceptable appelant des mesures dans un délai très rapide. »

 

« S’il se confirme que cette pollution est encore présente, des mesures rapides visant à soustraire les habitants exposés à des valeurs supérieures au seuil d’action rapide4 (10 μg/m3) doivent être engagées sans délai, mesures qui pourraient conduire à court terme à un relogement temporaire des familles concernées ; »

 


Après trois ans de dérives et de laxisme, pour reconnaître enfin une situation environnementale catastrophique, il est temps aujourd’hui de prendre en compte la santé des populations de ce quartier plutôt que les projets immobiliers envisagés sur l’ancien site WIPELEC.

 

 

http://www.environnement93.fr/www.environnement93.fr/Pollution_du_site_Wipelec_a_Romainville.htm

 

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 20:46

 

Cette fois c’est l’imprimerie

« Le Menu Dubreuil »

qui a pris feu.

 

Dans quel état

étaient les installations ?

 

Nous n’avons

aucunes informations à ce sujet.

 

 

Quant il s’agit d’autoriser l’implantation d’installations dangereuses ou polluantes, en Seine et Marne, l’ETAT ne se prive pas, mais quand il s’agit de donner les moyens aux inspecteurs de la DRIEE de les contrôler, l’ETAT est aux abonnés absents.

Déjà il y a près de 20 ans, la députée de la 6ème circonscription, Nicole Bricq le signalait, mais depuis la situation n’a fait que se dégrader.

 

Certains industriels font parfois  du chantage à l’emploi pour ne pas effectuer les travaux imposés par la DRIEE et mettent en danger leurs salariés et les riverains (crèche, écoles, centre aéré, habitations….), une population complètement oubliée des pouvoirs publics.

 

 

Nicolas Hulot

va-t-il se pencher sur le lourd dossier

de la Seine et Marne ?

 

Nous n’en savons rien

 

 

Ce que nous savons c'est que des tas de conseillers payés par nos impôts viennent d'être nommés au ministère de l'Ecologie.

http://www.lagazettedescommunes.com/510736/ministere-de-la-transition-ecologique-lequipe-de-nicolas-hulot-au-complet/

 

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

Ozoir-la-Ferrière. L’imprimerie ravagée par un spectaculaire incendie

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Ozoir-la-Ferrière|Pascale De Souza|16 juin 2017, 10h24 | MAJ : 16 juin 2017, 19h01|2

 

 

 

Ozoir-la Ferrière : 2ème incendie, en quelques jours, dans une imprimerie du Nord-ouest 77

Ozoir-la-Ferrière, dans la nuit de jeudi à vendredi. Un incendie a totalement détruit le site de fabrication de l’imprimerie Le Menu Dubreuil, rue Louis-Armand. Gaël Declercq - SDIS77

Pascale De Souza

 

 

Ozoir-la-Ferrière

Imprimerie Le Menu Dubreuil 

incendieSdis 77

Ozoir-la-Ferrière, dans la nuit de jeudi à vendredi. Un incendie a totalement détruit le site de fabrication de l’imprimerie Le Menu Dubreuil, rue Louis-Armand. Gaël Declercq - SDIS77

Pascale De Souza

Ozoir-la-FerrièreImprimerie Le Menu DubreuilincendieSdis 77

Quelque 2 200 m² sont partis en fumée dans la nuit de jeudi à vendredi, rue Louis-Armand. L’incendie d'origine accidentelle, qui a détruit l’usine d'impression de Le Menu Dubreuil, n’a heureusement fait aucune victime.

 

« Il y a des sacrés dégâts ! », s’exclamait un riverain, ce vendredi matin, en passant devant l’imprimerie Le Menu Dubreuil, à Ozoir-la-Ferrière. Un incendie d’origine accidentelle a totalement détruit l’usine d’impression de nappes et serviettes industrielles pour hôtellerie et restauration, située rue Louis-Armand. Une fuite d’encre sur un point chaud, alors que deux employés se trouvaient sur place, serait à l’origine du sinistre.

>Découvrez les images de l’incendie dans notre diaporama

« C’était impressionnant, témoigne la femme du directeur du site, revenue voir l’étendue des dégâts en fin de matinée. Il y avait de la fumée noire partout, d’autant qu’il y avait beaucoup de vent. »

Au point que des relevés ont été faits pour évaluer les risques sur les établissements scolaires voisins. « Nous n’avons relevé aucune toxicité mais nous leur avons quand même demandé de ne pas ouvrir les fenêtres », précise le capitaine Gilles Perrot.

Jusqu’à 60 pompiers et 4 000 litres d’eau par minute

L’officier du centre de secours de Lagny-sur-Marne a pris la relève ce vendredi matin, alors que les premiers secours sont arrivés sur place aux alentours de 3 heures. Au plus fort du sinistre, une soixantaine de pompiers de 16 casernes du département ont été mobilisés, tandis que le débit de l’eau des tuyaux est monté jusqu’à 4 000 litres d’eau par minute. Un engagement, qui a permis d’empêcher le feu de s’étendre aux entreprises voisines de la zone industrielle.

Les pompiers jugeaient avoir circonscrit l’incendie aux alentours de 11 heures. Une quarantaine de soldats du feu étaient cependant toujours sur place à l’heure méridienne, pour éteindre les petits foyers persistant à l’intérieur des locaux.

Des solutions recherchées pour la quinzaine de salariés

L’usine incendiée emploie de 12 à 15 personnes, selon les périodes, l’été constituant plutôt une saison forte. Ce vendredi après-midi, une réunion de crise était prévue dans un second bâtiment de l’imprimeur, à Ozoir-la-Ferrière, qui accueille la partie administrative. Le groupe industriel y a dépêché plusieurs cadres. « Nous allons faire le maximum pour trouver une solution pour les salariés, qui pourraient peut-être être réaffectés dans d’autres sites du groupe », indique Eric Chartier, le directeur des entreprises d’Ozoir.

« Le fonds de commerce » était aussi à l’ordre du jour des cadres du groupe. « On va également réfléchir à un plan de reconstruction dans les meilleurs délais », ajoute le patron.

 

http://www.leparisien.fr/ozoir-la-ferriere-77330/ozoir-la-ferriere-spectaculaire-incendie-dans-une-imprimerie-16-06-2017-7056768.php

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 12:51
Compans 11/6/2017

Compans 11/6/2017

 

 

Le rêve, une route toute neuve, financée par le Conseil Départemental 77,  vous amène sur le site mais quand vous arrivez devant l’installation, la situation se dégrade, une fumée âcre vous prend à la gorge, en effet après l’incendie de la semaine dernière la fumée sort toujours des tas de compost.

 

Une clôture toujours inexistante ?

 

Ironie du sort, la clôture est inexistante sur la majorité du site, ce qui permet à quiconque d’y entrer et à une personne malveillante de pouvoir y mettre le feu.

 

 

Compans 11/6/2017

Compans 11/6/2017

 

Comment les élus de Compans peuvent-ils laisser une installation aussi dangereuse,  mal clôturée, sans intervenir auprès de l’exploitant pour obtenir la pose d’une clôture correcte et le gardiennage du site de jour comme de nuit, particulièrement le week-end, car depuis 2013, ces deux incendies se sont produits le week-end.

 

Faudra-t-il un incident grave

pour que l’exploitant

se décide

à clôturer correctement

son site ?

 

L’entreprise Parcs et Jardins Frasnier, semble pourtant avoir les moyens financiers de réaliser des travaux, elle annonce un chiffre d’affaires, entre 2013 et 2015, chaque année,  de plus de 4 millions d’euros et un bénéfice cumulé de plus de 200 000 € entre 2013 et 2015 (1) qui lui permettait, semble t-il, d'engager les travaux de clôture et protection de son site afin de ne plus faire prendre de risque aux populations de Compans.

 

Affaire à suivre…..

 

 

(1)Infogreffe  https://www.infogreffe.fr/entreprise-societe/692000243-parcs-et-jardins-frasnier-770188B006370000.html

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

http://www.leparisien.fr/compans-77290/compans-2-500-m-de-compost-partent-en-fumee-mais-sans-produire-de-flammes-06-06-2017-7022277.php

Compans : 2 500 m³ de compost partent en fumée mais sans produire de flammes

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Compans|H.D.|06 juin 2017, 12h30|

L’incendie pourrait durer plusieurs jours. Un tas de compost de 2 500 m³ a commencé à se consumer dimanche vers 17 heures sur le site de l’entreprise Parcs et jardins Frasnier à Compans.

Ce lundi après-midi une vingtaine de pompiers était toujours présente sur les lieux pour circonscrire l’incendie. Si aucune flamme ne se dégage de l’amas de compost, d’importantes volutes de fumée s’en émanent. Depuis lundi les pompiers tentent avec l’aide d’engins de chantier de l’entreprise de dégager unepartie de la matière pour tenter d’éteindre l’incendie.

Les pompiers sont en contact permanent avec le groupe ADP pour s’assurer que ces dégagements ne perturbent pas le trafic aérien au décollage et à l’atterrissage de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

L’origine de l’incendie demeure pour le moment indéterminée mais la fermentation peut être à l’origine du sinistre. Fin 2012, un incendie similaire avait consumé plusieurs milliers de mètres cubes pendant près de sept mois pour ne s’achever qu’en mars 2013.

leparisien.fr

 

 

 

Paru dans le journal La Marne :

http://www.journallamarne.fr/2013/08/12/4-000-m3-de-compost-incendies/

Compans

4 000 M3 de compost incendiés

La moitié du grand tas de compost de la société Frasnier se consume. L'incendie serait volontaire.

12/08/2013 à 21:32 par Hélène Rousseaux

 

 

4000 M3 sur les 8000 du site de compost brûlent.

Depuis le week-end dernier, l’un des immenses tas de compost stockés à ciel ouvert par la société Frasnier, sur la D 212, entre Compans et Gressy, s’est transformé en brasier de 4 000 m3. L’alerte a été donnée samedi. La mairie de Compans, apercevant la fumée, a prévenu les pompiers. Selon toute vraisemblance, le feu aurait démarré dans la nuit de vendredi 2 à samedi 3 août et aurait été allumé volontairement. En effet, la combustion spontanée dans un tas de compost ou bien de paille se déclare en général plutôt au centre du tas, sous la matière qui fermante, surchauffe et finit par s’enflammer. Cette fois, le feu est parti des côtés, laissant peu de place à la thèse de l’accident.

Un feu inextinguible

Les pompiers sont intervenus mais n’ont pas pu circonscrire l’incendie. Le propriétaire a dû creuser une tranchée coupe-feu afin d’éviter la propagation du foyer. « Ce type de feu ne peut pas être éteint. Il faut attendre que tout soit consumé. Il faut surtout faire attention que le feu ne se propage pas » explique-t-on du côté des soldats du feu. Il a donc été vivement conseillé au cultivateur propriétaire du champ de blé voisin de moissonner au plus vite afin d’éviter que la culture ne s’embrase. Dimanche, en fin de journée, des ados rôdaient autour et à l’intérieur du site mais se sont vite carapatés se voyant repérés. Ils ont rejoint le camp des gens du voyage installé à proximité. À la nuit tombée, des cris d’oiseaux ressemblant plutôt à des signaux retentissaient des bois environnants. On pouvait les entendre depuis le portail de l’entrepôt. Peu de temps après, un peu avant minuit, un homme était repéré alors qu’il venait de s’introduire dans les lieux que le propriétaire n’avait pas totalement terminé de clôturer. Le tas de compost brûle toujours, crépitant et se signalant la nuit par ses lueurs rougeoyantes. De temps à autre, une petite partie s’écroule et dégouline de la hauteur de l’amas, comme une coulée de lave. L’année dernière, un feu a également ravagé une partie du stock. Il avait pris à la même période, presque jour pour jour. Les braises ne se sont éteintes que neuf mois plus tard, en avril.

Le propriétaire a déposé une plainte auprès de la police dans le courant de la semaine pour l’incendie toujours en cours.

 

autre article sur le même sujet :

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/bientot-la-fin-de-sept-mois-d-incendie-11-03-2013-2631175.php

 

 

 

Repost 1
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 18:40

 

Nous avons appris il y a quelques jours que la préfecture de Seine et Marne avait pris la décision de faire fermer l’entreprise Wipelec dans l’attente de sa mise en conformité avec la législation.

 

Wipelec est une entreprise bien connue des services de l’ETAT pour avoir pollué 2 sites, l’un à Romainville, l’autre à Pomponne.

 

Notre association a posé à l’Agence Régionale de Santé les questions suivantes :

1° quels sont les résultats des investigations menées à l'intérieur de la crèche interentreprise ?
2° quelles sont les investigations qui ont été menées pour connaître les conséquences de cette pollution sur les eaux de la Mar
ne,
notamment :
- sur les eaux de baignade de la plage de Meaux
- sur le captage d'eau de Nanteuil Les Meaux …

 

Nous attendons sa réponse.

 

 

Paru sur le site de la fédération d’environnement du 93 :

 

 

Pollution du site Wipelec à Romainville

 

La société WIPELEC qui a exercé des activités de traitement de surface à Romainville, encadrées dans le cadre des procédures ICPE dès 1990, a cessé ces activités le 6 avril 2009, puis entamé une procédure de redressement judiciaire en août 2009.

Les dégâts et pollutions laissés sur le site par WIPELEC, ont conduit le 8 juillet 2013 à l’arrêté préfectoral N°2013_2024 pris par la préfecture de Seine-Saint-Denis reconnaissant la nécessité de « procéder à des travaux d’office, hors site, relevant d’une situation impérieuse concernant la société Wipelec-Ceres pour les anciennes activités au 21-29 rue des oseraies et au 53-55 rue des Ormes à Romainville ».

Malgré la mobilisation des riverains et les alertes répétées concernant les impacts du site abandonné, sur leur santé, aucune précaution efficace n’a été mise en œuvre par les autorités sanitaires, la préfecture, ou les élus locaux, pour mettre un terme aux conséquences de ces pollutions sur les abords du site.

Alors qu’après les premières mesures réalisées par l’ADEME, il était conseillé aux habitants du quartier
« une aération quotidienne des logements », puis « aérer le plus possible les habitations , amorcer les siphons »., le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a donné le 11 février 2016 un avis beaucoup plus alarmant pour tous les riverains :« Des riverains du site industriel Wipelec sont soumis depuis des années à une exposition de très haut niveau, très largement au-dessus des seuils d’action rapide préconisés par le HCSP qui induit un risque sanitaire inacceptable appelant des mesures dans un délai très rapide. »

 

« S’il se confirme que cette pollution est encore présente, des mesures rapides visant à soustraire les habitants exposés à des valeurs supérieures au seuil d’action rapide4 (10 μg/m3) doivent être engagées sans délai, mesures qui pourraient conduire à court terme à un relogement temporaire des familles concernées ; »

 


Après trois ans de dérives et de laxisme, pour reconnaître enfin une situation environnementale catastrophique, il est temps aujourd’hui de prendre en compte la santé des populations de ce quartier plutôt que les projets immobiliers envisagés sur l’ancien site WIPELEC.

 

 

http://www.environnement93.fr/www.environnement93.fr/Pollution_du_site_Wipelec_a_Romainville.htm

 

 

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 20:24

 

C’est dans le village de Compans que s’est déclaré cet incendie,  ce village rural est situé au bord des pistes de Roissy et près de la zone industrielle qui compte 6 sites Seveso dont 2 à hauts risques.

 

Mais qu’à cela ne tienne c’est ici que le ministère de l’écologie avait laissé s’étendre, pendant plusieurs années, une monstrueuse décharge illégale, c’est seulement en 2015 que les 1 200 tonnes d’ordures seront retirées à la suite de l’intervention d’associations environnementales. https://www.lesechos.fr/03/06/2015/LesEchos/21950-365-ECH_la-decharge-illegale-de-compans-enfin-deblayee--.htm

 

Ironie du sort c’est sur la même commune qu’est installé depuis de nombreuses années l’entreprise de compostage Frasnier, une entreprise bien connue des services de l’ETAT pour ses incendies à répétition, en 2012/2013 le compost avait mis près de 7 mois à se consumer et cela recommence aujourd’hui.

 

 

 

Que font les élus pour protéger les populations 

dans cette commune située à proximité

de 6 sites Seveso ?

 

 

 pour le savoir  contacter :

Joël Marion

Maire de Compans

 

Yves Albarello

 Député-maire de Claye-Souilly

 

 

 

 

Paru sur le site facebook nationale 2 infos

Nationale 2 infos

4 juin, 14:24 ·

23h15: depuis plusieurs heures un feu est en cours a Compans dans la société PSL. Les pompiers toujours sur place ont maîtrisé l'incendie.

 

7ème circonscription de Seine et Marne, village rural martyr de Compans : feu dans une entreprise de compostage de déchets à proximité d’un affluent de la Beuvronne !

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

http://www.leparisien.fr/compans-77290/compans-2-500-m-de-compost-partent-en-fumee-mais-sans-produire-de-flammes-06-06-2017-7022277.php

Compans : 2 500 m³ de compost partent en fumée mais sans produire de flammes

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Compans|H.D.|06 juin 2017, 12h30|

L’incendie pourrait durer plusieurs jours. Un tas de compost de 2 500 m³ a commencé à se consumer dimanche vers 17 heures sur le site de l’entreprise Parcs et jardins Frasnier à Compans.

Ce lundi après-midi une vingtaine de pompiers était toujours présente sur les lieux pour circonscrire l’incendie. Si aucune flamme ne se dégage de l’amas de compost, d’importantes volutes de fumée s’en émanent. Depuis lundi les pompiers tentent avec l’aide d’engins de chantier de l’entreprise de dégager une partie de la matière pour tenter d’éteindre l’incendie.

Les pompiers sont en contact permanent avec le groupe ADP pour s’assurer que ces dégagements ne perturbent pas le trafic aérien au décollage et à l’atterrissage de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

L’origine de l’incendie demeure pour le moment indéterminée mais la fermentation peut être à l’origine du sinistre. Fin 2012, un incendie similaireavait consumé plusieurs milliers de mètres cubes pendant près de sept mois pour ne s’achever qu’en mars 2013.

leparisien.fr

 

 

 

Paru sur le site Le Parisien  en 2013:

Les riverains ont la gorge qui pique

 

| Publié le 08.03.2013, 07h00

 

De la toux et la gorge irritée. Les habitants de Mitry-Mory sont incommodés depuis le début de la semaine par des odeurs nauséabondes et un étrange nuage. Le tout est dû à l’incendie qui couve depuis juillet dernier à l’entreprise de compostage Frasnier à Compans. Le feu qui se répandait sur 15000 m³, suite à la fermentation de la terre, a été circonscrit par la méthode de l’étouffement, c’est-à-dire qu’il a été recouvert de terre.

« Comme le feu continue, la terre cuit et se fissure, laissant passer la fumée, expliquent les pompiers. Avec la hausse des températures, les odeurs se réveillent. Mais ce n’est pas dangereux. » Les pompiers ont choisi la technique de l’étouffement, préférable à l’utilisation de l’eau. « Cela pourrait polluer les marais autour ».

 

Le Parisien

 

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/les-riverains-ont-la-gorge-qui-pique-08-03-2013-2624563.php

 

 

autre article sur le même sujet :

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/bientot-la-fin-de-sept-mois-d-incendie-11-03-2013-2631175.php

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 14:51

 

Pollution Wipelec Meaux

près de la crèche:

 la préfecture fait fermer le site

 dans l’attente de la mise aux normes !

 

 

Extrait de l’arrêté préfectoral du 31/5/2017 :

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/27166/218070/file/AP%20N%C2%B017%20DCSE%20IC%20032%20du%2031%20mai%202017.pdf

Pollution Wipelec près de la crèche : Meaux va-t-il revivre le même cauchemar que les habitants de Romainville ?

 

La 1ère question que l’on se pose c’est pourquoi l’ETAT a autorisé l’implantation à Meaux de Wipelec alors qu’il connaissait les antécédents de l’entreprise qui avait déjà pollué un site à Romainville ?

Comment l’Agence Régionale de Santé a-t-elle pu donner un avis favorable alors qu’elle savait que le captage d’eau dans la Marne, qui fournit l’agglomération de Meaux en eau potable, se trouvait en aval de Wipelec, que ce captage ne possédait pas de périmètre de protection, puisque la collectivité de Meaux  ne bénéficiait pas d’une autorisation préfectorale DUP comme l’y oblige la loi ?

 

La 2ème question est de savoir comment les élus du conseil départemental 77 ont pu donné un avis favorable à l’implantation d’une crèche à proximité de cette entreprise et de ce site pollué qui figure dans la base Basol des sites pollués français ?

Comment la mairie de Meaux a-t-elle pu donner son feu vert pour l’ouverture de cette crèche dans cette zone industrielle ?

 

La 3ème question est de savoir depuis combien de temps cette entreprise pollue les eaux pluviales de la ville de Meaux, quel est l’état du réseau d’assainissement dans cette zone industrielle, quels contrôles de pollution Meaux fait-elle réaliser sur ce réseau d’assainissement ?

 

Les familles qui ont confié leurs enfants à cette crèche demandent des explications.

 

Les populations de la communauté d’Agglomération veulent connaître les incidences

de ce site pollué :

- sur la qualité de l’eau de la Marne captée pour leur consommation d’eau du robinet

- sur la qualité de l’eau de la plage de Meaux.

- sur le site Natura 2000  des boucles de la Marne.

 

Quant à l’industriel qui a déjà pollué plusieurs sites et ne respecte pas la législation en vigueur à Meaux il devrait déposer un référé auprès du tribunal administratif dans le but d’obtenir la réouverture de l’entreprise.

 

Chantage à l’emploi ?

 

 

Comment peut-on rouvrir un site dans un tel état sans faire prendre des risques au personnel, aux enfants de la crèche, aux populations de l'agglomération de Meaux ?

 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

contactez

Gérard Péhaut

Sous préfet de Meaux

Jean-François Copé

 maire de Meaux

Jean-François Parigi et Olivier Morin

 adjoints au maire de Meaux

et conseillers Départementaux

 

 

 

Paru sur le site France 3 :

Pollution industrielle à Romainville : logements contaminés, cancers et interdictions de séjour aux enfants

Les riverains de l'ancienne usine Wipelec à Romainville ont appris début 2015 que leurs logements étaient empoisonnés par les substances rejetées par les entreprises qui ont exploité les lieux. Mais depuis, la situation ne s'est guère améliorée...

Par Pierre-Olivier Chaput

Publlié le 19/02/2016 à 15:13 Mis à jour le 20/02/2016 à 11:53

Les pavillons voisins de l'usine Wipelec qui traitait des métaux et des matières plastiques à Romainville ont appris début 2015 grâce à un rapport de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) que leurs logements avaient été contaminés par la pollution provoquée par cette usine.
Dans le quartier, les nouvelles informations, les prévisions de relogement et les décès des suites de maladies longues qui se sont poursuivis depuis l'an dernier
ne rendent pas les habitants particulièrement optimistes.

 

"L'état des milieux n'est pas compatible avec l'usage de logement"

L'ADEME a analysé l'air, l'eau et le sol des logements avoisinants le site pollué. Le résultat est sans appel : de nombreuses substances dangereuses ont été détectées, comme le trichloroéthylène, le benzène et des hydrocarbures qui sont des cancérigènes probables ou avérés. L'exposition se serait essentiellement faite par la voie des airs, à cause de la "présence de polluants volatiles dans l'air ambiant".

Certai
nes des mesures mettent en évidence notamment dans l'analyse de l'air intérieur des taux de substances qui dépassent les recommendations des Valeurs guides de qualité d'air intérieur (VGAI). Cela concerne par exemplele tétrachloroéthylène. Et malgré des seuils mesurés en dessous des normes dans les environnements étudiés, de nombreuses substances dangereuses ont été détectées dans bon nombre d'entre eux.

Ces dégradations de l'état des sols et de l'air ambiant mis en évidence par les investigations ont amené à la conclusion selon laquelle une partie de ces environnements "n'est pas compatible avec l'usage de logement".

 

Dépollution en cours ?

Une société suisse du nom de Ginkgo est en charge de la dépollution du site abandonné par Wipelec en 2006. Elle compte rentabiliser l'opération en construisant des logements sur le site une fois qu'il sera traité. Mais depuis que le rapport de l'ADEME a été révélé en janvier 2015, les choses ne semblent pas s'être beaucoup améliorées pour les résidents...

L'association Romainville Sud qui suit l'avancement du dossierrapporte sur son site les informations issues d'u
ne réunion d'information tenue par l'entreeprise Ginkgo début février. On y apprend entre autres que 6.000 mètres cube de terre doivent encore être évacués du site, qu'un résident supplémentaire a succombé à une longue maladie ou encore qu'une famille en attente de relogement aurait l'interdiction de recevoir ses petits enfants dans sa maison.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/seine-saint-denis/pollution-industrielle-romainville-logements-contamines-cancers-et-interdictions-de-sejour-aux-enfants-931959.html

 

pour aller plus loin : 

http://adenca.over-blog.com/2017/01/meaux-wipelec-et-avant-caci-une-creche-implantee-pres-d-un-site-pollue-inscrit-dans-la-base-basol-du-ministere-de-l-ecologie.html

http://adenca.over-blog.com/2017/03/meaux-pres-de-la-creche-pollution-des-eaux-pluviales-par-wipelec-jean-francois-cope-doit-s-expliquer.html

http://adenca.over-blog.com/2017/01/pollution-wipelec-pomponne-77-l-agence-regionale-de-sante-va-t-elle-faire-realiser-des-mesures-de-controles-de-l-air-interieur-dans

http://adenca.over-blog.com/2017/01/pollution-du-site-wipelec-a-romainville.html

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/quand-des-dechets-cotoient-une-creche-03-01-2017-6517938.php

Repost 0
Published by ADENCA - dans POLLUTION
commenter cet article

Recherche