Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 18:08

 

Alors qu’on ferme les décharges des Yvelines à la date prévue, on prolonge l’extension d’exploitation de décharge en Seine et Marne.

 

Le cas de la décharge de  Soignolles :

 

La décharge devait fermer en 2018.

 

Jean-Luc Marx, préfet du 77, vient de prendre un arrêté préfectoral en date du 16/11/2015 autorisant l’extension d’exploitation de cette décharge jusqu’en 2022.

 

Jean-Luc Marx n’a même pas informé les associations environnementales membres de la commission de suivi de site.

 

Le PREDMA 2009 voté par le Conseil Régional IDF  indiquait pourtant page 83 :

« Les ISDND :La création de nouvelles capacités sera appréciée de manière à assurer un rééquilibrage territorial à l’ouest et au sud de l’Ile de France, notamment pour faire face aux fermetures de sites dès 2020 et aux incertitudes des projections en particulier sur les déchets desactivités économiques. Ainsi, aucun projet d’extension ou de création de capacités ne devra être prévu dans les départements du Val d’Oise et de Seine et Marne jusqu’en 2019. 

 

Ni Jean-Paul Huchon (PS), président du CR IDF, ni Corinne RUFET (EELV),vice présidente du Conseil Régional IDF, n’ont fait d’opposition à cette demande alors qu’ils en avaient été informés par les associations.

 

Il est vrai que Jean-Paul Huchon (PS) est élu des Yvelines

et Corinne Rufet (EELV), élue de Paris

deux départements

qui envoient allègrement leurs déchets

en Seine et Marne.

 

Mais comme cela ne suffisait pas la décharge de Soignolles recevra également les jus des décharges (lixiviats) de :

- 3 décharges des  Yvelines : Brueil en Vexin, Arnouville les Mantes, Vaux sur Seine

- 2 décharges du Val d’Oise :Vémars  et Attainville.

 

Car non content de nous envoyer ses déchets, les Yvelines n’est pas capable non plus de traiter ses jus de décharges.

 

 

 

Une situation qui montre un mépris certain pour

le "petit peuple" des riverains

des décharges de Seine et Marne

tant de la part de l’ETAT que du Conseil Régional IDF.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 15:34

 

A grand renfort de médias et de subventions Veolia lançait en 2008 un projet pilote de production de biométhane.

 

Qu’en est-il aujourd’hui ?

 

Après avoir encaissé les subventions, le marché ne se développant comme le souhaitait Veolia, la multinationale semble se désintéresser  quelque peu du sujet.

 

Veolia va-t-elle rembourser les subventions aux collectivités ?

Ce n’est pas à l’ordre du jour

 

Il n’est pas admissible que des collectivités versent des subventions sans à minima imposer une obligation de résultats, car dans le cas présent ce n’est pas parce que le système ne peut pas fonctionner mais parce que le marché ne semble pas assez juteux pour Veolia.

 

Un sujet qui fâche le député-maire Yves Albarello présent ce jour à la commission de suivi de site.

 

En effet la commune de Claye-Souilly avait joué le jeu et acquis plusieurs véhicules devant fonctionner au biométhane afin de faire démarrer le projet.

 

Aujourd’hui la commune est obligée de se fournir ailleurs en biométhane ce qui n’est pas acceptable.

 

A l’approche de la COP 21, Antoine Frérot, PDG de Veolia, plutôt que de faire des recommandations pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, devrait plutôt les appliquer à son entreprise.(1)

 

Car le temps n’est plus seulement au profit financier

mais il faut compter

également

sur le profit pour l’environnement.

 

 

Avant de faire subventionner par le Conseil Départemental au Val-Bréon une station-service de Gaz naturel pour véhicules (GNV) à partir de biométhane, nous conseillons à Jean-Jacques Barbaux de se rapprocher du député-maire Yves Albarello. (2)

 

 

 

(1) http://www.usinenouvelle.com/article/cop21-les-trois-recommandations-d-antoine-frerot-le-pdg-de-veolia.N329534

(2) http://www.leparisien.fr/le-mee-sur-seine-77350/biogaz-quinze-usines-en-projet-et-trois-en-fonction-dans-le-departement-02-10-2015-5148637.php

 

 

 

Paru dans l’Usine Nouvelle :

Par A Cergy-Pontoise, Marion Kindermans - Publié le 03 juillet 2008 | L'Usine Nouvelle n° 3108

 

Environnement, Veolia Propreté Ile-de-France lance une unité de production de biométhane carburant à partir de biogaz, sur le site de stockage de déchets non-dangereux de Claye-Souilly (Seine-et-Marne). « Le procédé existe à partir de biogaz de station d'épuration, mais cela reste inédit à partir de biogaz de déchets », remarque Hervé Koch, le directeur des centres de stockage franciliens. Les travaux devraient démarrer en octobre pour une mise en service en 2009. L'unité produira 60 Nm3/h de biométhane carburant à partir de 200 Nm3/h de biogaz capté sur l'installation de stockage de déchets. Soit « l'équivalent des besoins énergétiques d'une flotte de 210 véhicules légers ». La ville utilisera ce carburant pour les bus, les bennes à ordures et les véhicules municipaux. .

 

http://www.usinenouvelle.com/article/veolia-valorise-le-biogaz-de-dechets-en-biomethane-carburant.N62190

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 18:02

 

En effet Jean-Luc Marx, préfet de Seine et Marne n’y est pas favorable, vous trouverez ci-dessous la réponse de Jean-Noël Humbert, sous préfet de Meaux, à la demande d’une association de défense de l’environnement :

 

Extrait du compte-rendu de la CSS décharge Rep Veolia du 16/12/2014.

 

La commission de suivi de site de la décharge Rep Veolia Claye-Souilly se réunira demain sans vous riverains du site !

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/15734/111414/file/CR%20R%C3%A9union%20du%20mardi%2016%20d%C3%A9cembre%202014.pdf

 

 

 Vous qui devez respirer les gaz de la plus importante décharge d’Europe de déchets ultimes, vous n’avez même pas le droit d’assister demain à cette réunion, l’ETAT vous le refuse.

 

Pour mémoire sur le site IREP (1) :

 

En 2013 la multinationale Veolia est classée pour sa décharge de Claye-Souilly :

- 1er plus important émetteur de Méthane de Seine et Marne et 2ème de France

- 3ème plus important émetteur de CO2 de Seine et Marne

- 2ème plus important émetteur d’oxyde de soufre de Seine et Marne.

 

En 2012

- 1er plus important émetteur de Méthane d’Ile de France et 3ème de France

- 2ème plus important émetteur d’oxyde de soufre de Seine et Marne

- l’un des plus importants émetteurs d’oxyde d’azote de Seine et Marne

 

En 2011

- 1er plus important émetteur de Méthane d’Ile de France et 1er  de France

- 2ème plus important émetteur d’oxyde de soufre de Seine et Marne

 

En 2010

- 1er plus important émetteur de Méthane d’Ile de France et 3ème de France

- 2ème plus important émetteur d’oxyde de soufre de Seine et Marne

 

En 2009

- 1er plus important émetteur de Méthane d’Ile de France et 1er  de France

- 2ème plus important émetteur d’oxyde de soufre de Seine et Marne

 

 (1) site IREP registre des émissions polluantes http://www.irep.ecologie.gouv.fr/IREP/index.php

 

 

Extrait site airbreitz :

Le méthane (CH4)

....

Ses effets sur la santé

Le méthane est incolore, inodore, et non toxique. A très haute concentration, il peut cependant provoquer des asphyxies en prenant la place de l'oxygène dans l'air.

 

http://www.airbreizh.asso.fr/polluants/le-methane/

 

 

Extrait article paru sur le portail de l’environnement :

 

Oxydes de soufre (SO2 , SO3)

 

.....

Santé humaine et valeurs guides de l'OMS: il est attribué au SOun effet d'irritation des voies respiratoires après 10 minutes à partir d'une dose de 1000 µg/m³ conduisant à la valeur guide OMS de 500 µg/m³ en incluant une marge de sécurité. L'exposition des humains durant 24 heures à de l'air ambiant chargé en SO2 est à limiter à une valeur maximale tolérable de 125 µg/m³ (des effets irritants se faisant sentir à partir de 250 µg/m³). Pour une période longue, basée sur un an, le niveau annuel tolérable en SO2 à ne pas dépasser est de 50 µg/m³.

 

http://www.environnement.public.lu/air_bruit/dossiers/PA-principaux_polluants_atmospheriques/SO2/index.html

 

 

Extrait article paru sur le portail de l’environnement :

Dioxyde d'azote (NO2) et oxydes d'azote

Vers le niveau supérieur

 

....

Santé humaine et valeurs guides de l'OMS: C'est au gaz irritant NO2 qu'on attribue des propriétés toxiques pour la santé humaine. Des effets ne sont pas observables lors d'une exposition à court terme (moins de 2 heures) sur des sujets sains à des concentrations inférieures à 1 ppm ( 1913 µg/m³ (20°C)).

Des sujets dont la fonction pulmonaire est atteinte de façon chronique, peuvent présenter des réactions à partir de 0.3 ppm (574 µg/m³ (20°C)) lors d'une exposition d'environ 4 heures.

Le NO2 pénètre profondément dans les voies respiratoires. A forte concentration (> 1 ppm) le dioxyde d'azote est un gaz toxique et irritant pour les yeux et les voies respiratoires. Ce gaz est susceptible d'entraîner une altération de la fonction respiratoire et une hyper-réactivité bronchique chez l'asthmatique et chez les enfants et d'augmenter la sensibilité des bronches aux infections microbiennes....

Les effets à long terme (exposition d'un an à plusieurs années) montrent des augmentations de la sensibilité du poumon aux infections bactériennes notamment chez les enfants. Le domaine de concentration du NO2 où se manifestent des effets se situent dans le domaine de concentration de 50 à 75 µg/m³…..

http://www.environnement.public.lu/air_bruit/dossiers/PA-principaux_polluants_atmospheriques/NOx/index.htm

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 17:50

 

 

C’est la question que se posent les riverains auprès avoir appris que l’ANDRA recherche désespérément des sites pour stocker certains déchets radioactifs.

 

L’ETAT qui a déjà autorisé le stockage de déchets à radioactivité naturelle renforcée

chez SITA Villeparisis pourrait autoriser le stockage d’autres déchets radioactifs encore plus dangereux.

 

Car ouvrir une nouvelle décharge de déchets radioactifs en France paraît bien difficile mais transformer les décharges existantes de déchets dangereux ou d’ordures ménagères en décharges de déchets radioactifs pourrait être moins difficile.

 

 l’ETAT pourrait avoir recours à l'article 49-3 pour faire passer en force le stockage des déchets radioactifs dont il ne sait que faire dans les décharges de déchets dangereux et d’ordures ménagères.

 

Rappelons que la Seine et Marne possède une décharge de déchets dangereux et 5 décharges

d’ordures ménagères Claye-Souilly, Monthyon, Soignolles, Fouju-Moisenay, Isles les Meldeuses toutes situées dans la moitié nord de ce département.

 

 

 

Paru dans l’Est Républicain :

 

01/07/2015 à 05:05

 

DÉCHETS RADIOACTIFS - L’ANDRA A PUBLIÉ SON INVENTAIRE. LE DERNIER DATAIT DE 2012
ANDRA : CAPACITÉS DE STOCKAGE INSUFFISANTES POUR LES DÉCHETS RADIOACTIFS

 

 

Bure. Chaque année, le volume des déchets radioactifs (civils et militaires) progresse et le dernier inventaire national publié tous les trois ans par l’Andra (Agence nationale de gestion des déchets radioactifs) le confirme. 1,46 million m³ de déchets radioactifs ont été produits en France au 31 décembre 2013. Soit 140.000 m³ de plus que trois ans auparavant. Normal selon Michèle Tallec, responsable du service inventaire de l’Andra. Elle observe que « 73 % des déchets sont déjà stockés dans les centres de l’Andra dans la Manche (fermé) et dans ceux de l’Aube ». Faute de sites dédiés à l’inverse des TFA (très faible activité) et des FAVC (faible activité vie courte), les déchets haute (HA) et moyenne activité (MAVL) et les faible activité à vie longue (FAVL) sont « entreposés » en centrale ou au centre de retraitement de la Hague pour les plus dangereux (HA et MAVL) qui ont vocation à rejoindre le centre géologique (Cigéo) souhaité par l’Andra à Bure (Meuse).

Ce volume de 1,46 million de m³ ne tient pas compte du stock des résidus d’exploitation dans les mines d’uranium, des déchets radioactifs jetés dans l’océan, et des vieux stockages existants dont « la reprise générerait plus d’inconvénients que d’avantage ».

Si l’inventaire identifie 1.200 producteurs, 60 % du total est d’origine électronucléaire, 27 % issus de la recherche (par le CEA) et 9 % de la Défense. Enfin, 3 % sont d’origine industrielle et 1 % du secteur médical. Les centrales d’EDF produisent 98 % des déchets HA qui ne représentent que 0,2 % des stocks.

réacteurs (avec l’EPR). Transition énergétique, pression des écologistes pour une sortie du nucléaire et réorganisation de la filière nucléaire française, difficultés d’Aréva et loi de 2014 n’y sont pas étrangers. Ainsi, au fil de la fin de vie des installations (40 ans de fonctionnement), la quantité des déchets augmente significativement. L’inventaire évoque aussi les déchets futurs résultant du fonctionnement des sites nucléaires actuels ou dont l’autorisation de création a déjà été accordée (EPR Flamanville et Iter Cadarache). Mais aussi, nouveauté, ceux du démantèlement total du parc de 59

Fin 2020, le volume se situera à environ 1,8 million de m³. Dix ans plus tard, il est estimé à 2,5 millions de m³ et au terme du démantèlement du parc actuel, 4,3 millions de m³ dont 10.000 de HA et 72.000 de MAVL. Le combustible usé (18.710 tonnes fin 2013 avec des prévisions à 21.290 t en 2030), qui n’est pas considéré comme un déchet car valorisable par le retraitement, n’est pas comptabilisé. Selon l’Andra, « le démantèlement ne produit pas de déchets (HA) mais essentiellement des déchets conventionnels, des TFA (2,2 M) et FAVC (1,1 M) ».

m³ contre 10.000, mais le combustible usé devient un déchet à part entière (57.000 assemblages). En abordant le démantèlement, relativement tabou jusqu’à présent, l’Andra travaille sur deux scénarios : la poursuite de la production électronucléaire et son abandon à la fin de vie de l’EPR de Flamanville. La différence ? Le volume des HA est réduit à 3.900

Avec cet inventaire, l’Andra dresse une photographie de la quantité de matière qu’elle aura à gérer à l’avenir et mesure si les solutions et les espaces dont elle dispose, ou qu’elle envisage de créer, sont adaptés aux besoins. Avec le démantèlement du parc actuel, la réponse est non, sachant qu’elle n’a pas de solution pour les FAVL et que Cigéo pour les HA et MAVL n’est pas acté. Les volumes à venir dépassent les capacités de stockage. Les centres de l’Aube pour les TFA et pour les FMAVC seraient pleins à l’horizon 2025 et 2030.

 

L’Andra indique avoir engagé une réflexion pour améliorer des capacités de stockages actuelles, créer de nouveaux centres avec les difficultés que l’on connaît pour trouver des terres d’accueil, et une priorité optimiser le traitement et les volumes de déchets par de la recherche et développement.

 

Sébastien GEORGES

 

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2015/07/01/bure-capacites-de-stockage-insuffisantes

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 14:08
 
Il ne suffit de faire détruire des tours
Jean-François Copé
doit dire où iront les gravats ?
 
 
- Dans la décharge près d’un lotissement et d’une école à Isles les Villenoy ?
- Dans la décharge près d’un lotissement à Crégy les Meaux ?
- Dans la décharge près de l’école maternelle de Fresnes sur Marne ?
- Dans la décharge d’Annet sur Marne près du plus important captage d’eau de Seine et Marne ?
……
 

 

Paru dans le Parisien 77 :

 

VIDEO A Meaux, les habitants ont dit adieu aux tours Artois et Auvergne

Thomas Poupeau | 22 Nov. 2015, 18h52 | MAJ : 22 Nov. 2015, 18h52

 

 

Meaux, ce dimanche à 13 heures. Près d’un millier d’habitants de Meaux ont regardé ces deux bâtiments vides du quartier de Beauval, construits en 1970, être démolis, dans le cadre du programme national de renouvellement urbain (PNRU). (LP/Olivier Arandel.)

 

 

Dans un fracas épouvantable, les seize étages de la tour Auvergne s’effondrent, dans un nuage de poussière. Cinq secondes plus tard, c’est sa voisine, Artois, qui implose. Ce dimanche, à 13 heures pile, près d’un millier d’habitants de Meaux ont regardé ces deux bâtiments vides du quartier de Beauval, construits en 1970, être démolis,

« Ça fait dix-huit ans que j’habite ici. C’est triste d’assister à cette démolition… C’est un peu de notre quotidien qui s’en va », témoigne Sybille Lenin, maman de deux enfants « nés dans le quartier ». Elle ajoute : « Cela fait mal au cœur de voir partir son quartier auquel on est habitué… Mais le renouveau de la ville, c’est important. »

 

Seine-et-Marne. Spectaculaire destruction de deux tours d’habitation à Meaux

Même son de cloche chez Albert, 59 ans, locataire depuis seize ans dans le quartier : « Tous les matins, j’emmène ma femme au travail et je passe devant ces tours. Forcément, c’est impressionnant de les voir tomber ! » Pour le presque sexagénaire, ancien employé de la propreté urbaine, ces démolitions vont « changer le visage de Meaux ». Il ajoute : « On sait qu’il se passait des choses autour de ces bâtiments, du trafic, de la délinquance… C’est une bonne chose de raser cela. » Michel, 40 ans passés à Beauval, ne dit pas autre chose : « C’est mieux pour l’avenir de la ville de Meaux ! »

 

Les familles relogées à Beauval

Les 330 familles qui habitaient dans Auvergne et Artois ont toutes été relogées, pour l’immense majorité dans les nouveaux immeubles - moins hauts, plus qualitatifs - récemment construits à Beauval. Le PNRU, qui concerne 200 quartiers en France, permettra de détruire les neufs tours de Beauval encore debout.

À l’approche de la démolition, l’émotion monte parmi les Meldois. « J’ai les doigts gelés, mais pas question que j’arrête de filmer », jure Faouzi, 13 ans, qui a « appris à faire du vélo en bas d’Auvergne ». « J’ai grave peur », souffle, derrière, une ado juchée sur un muret. «Imagine la dynamite elle explose plus que prévu et on se prend des bouts d’immeuble sur la tête », renchérit sa copine, emmitouflée dans un sweat à capuche XXL.

 

 

Explosion de deux tours à Meaux : l’émotion des riverains

« La reconquête des territoires », selon Copé

 

Juste avant le décompte final, le maire (LR) Jean-François Copé rappelle le contexte des attentats de Paris. « La vie continue. Elle doit continuer. S’arrêter de vivre, cela reviendrait à envoyer un message de démission aux terroristes. Nous devons passer à l’action, à la reconquête des territoires de la République. C’est ce que nous faisons depuis des années à Meaux et aujourd’hui, à Beauval ».

Applaudissements polis, puis les haut-parleurs crachent : « Cinq, quatre, trois, deux, un… » Un blanc. Puis, plusieurs énormes détonations, qui figent l’assemblée, stupéfaite de l’onde de choc. Les deux immeubles tombent, faisant trembler les barrières en métal délimitant le périmètre de sécurité. Clap de fin. « Je vais mettre ça sur Twitter direct », conclut Faouzi, ravi de la vidéo enregistrée avec son téléphone portable.

 

2 700 charges et 30 000 t de gravats

Pour détruire Auvergne et Artois, deux « tripodes » hauts de presque 50 m chacun, l’entreprise Melchiorre a utilisé 587 kg d’explosifs, répartis en 2 700 charges. À l’issue de l’explosion, ce sont 15 000 t de gravats, sur chacun des deux sites, qu’il faudra évacuer.

Depuis 2004, en comptant Auvergne et Artois, treize immeubles ont été détruits à Meaux, soit 2 910 logements reconstruits sur l’ensemble de la ville. Sur les cendres de ces tripodes émergeront des résidences de quelques étages, mêlant logements sociaux, intermédiaires et accession à la propriété.

 

http://www.leparisien.fr/meaux-77100/video-a-meaux-les-habitants-ont-dit-adieu-aux-tours-de-beauval-22-11-2015-5301911.php

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 20:00
 
 
Alors que Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil Départemental 77, dit vouloir protéger les villages ruraux, il verse une importante subvention pour démolir une piscine, plutôt que de la rénover.
 
Dans quel village rural seront déversés les déchets :
- Dans la décharge près d’un lotissement  et d’une école à Isles les Villenoy ?
- Dans la décharge près d’un lotissement à Crégy les Meaux ?
- Dans la décharge près de l’école maternelle de Fresnes sur Marne ?
- Dans la décharge d’Annet sur Marne près du plus important captage d’eau de Seine et Marne ?

......

 
 
 
Paru dans le Parisien 77 :

 

Meaux : la piscine Frot sera démolie et reconstruite pour septembre 2017

Valentine Rousseau | 12 Nov. 2015, 18h16 | MAJ : 12 Nov. 2015, 18h46

 

La piscine municipale Frot, à Meaux, fermera le 1er janvier 2016 jusqu’en septembre 2017, pour être détruite puis reconstruite. La ville a dû anticiper les travaux pour bénéficier des subventions 2015 du conseil départemental qui versera 3,4 M€. Le coût global s’élève à 6,87 M€ et la ville a demandé une aide de 30 % à la région.

 

La carcasse sera d’abord désossée, les cabines démontées et la piscine vidangée avant d’être détruite. La ville remplacera le bassin unique et obsolète de 1975, par deux bassins de 250 m2 et 145 m2, avec rampe d’accès pour fauteuils roulants. Une pataugeoire de 30 m2 et un espace hammam-sauna agrémenteront ce nouveau complexe.

 

La direction des sports, les associations sportives, les écoles et les collèges qui utilisent cette piscine travaillent à de nouveaux plannings pour nager à Tauziet, l’autre piscine de Meaux. « Tous les scolaires et centres auront des créneaux comme c’était le cas avec les deux piscines », assure le cabinet du maire.

 

Une piscine intercommunale en projet à Nanteuil-lès-Meaux

Frot a une capacité d’accueil de 11 665 élèves par an, scolarisés dans le Pays de Meaux. En 2016, Tauziet devra absorber, d’après les calculs de la ville, 42 000 élèves. Un dosage d’orfèvre est en cours pour satisfaire les écoles, les collèges, le club de natation, les cours de bébés nageurs… Durant un an et demi, une seule piscine sera ouverte dans un bassin de population de 90 000 habitants.

Le Pays de Meaux ayant voté la construction prochaine d’une piscine intercommunale à Nanteuil-lès-Meaux, près de Jardiland, pourquoi ne pas ouvrir ce complexe avant de fermer Frot et susciter la grogne contre des créneaux d’utilisation inadaptés ? « La communauté d’agglomération n’est pas encore propriétaire de tous les terrains et Frot devenait quasiment inutilisable », explique-t-on au Pays de Meaux. En 2014, la piscine était restée fermée deux mois pour cause de défaillances techniques.

http://www.leparisien.fr/meaux-77100/meaux-demolie-et-reconstruite-la-piscine-frot-fermera-le-1er-janvier-pour-21-mois-12-11-2015-5270341.php

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 20:41

 

 

Vous riverains qui respirez depuis des décennies les gaz renvoyés dans l’air par cette monstrueuse décharge vous n’avez pas été conviés ce 2 novembre à l’inauguration de la nouvelle centrale électrique de la multinationale.

 

Par contre les élus y étaient et parmi eux le député maire de Claye-Souilly qui, entre nous, ne vient jamais aux réunions des commissions de suivi de site de cette décharge.

 

Comme l’indique le journal la Marne dans son article du 11 novembre :

«  les chaudières étaient vieilles et la technique a fait des progrès depuis leur conception » indique Daniel Ruget, directeur stockage et valorisation chez Veolia….

 

Une autre raison plus impérative a incité Veolia à changer d’outil :

« Les contrats avec obligation d’achat par EDF sont possible uniquement sur de nouvelles installations. Notre contrat initial avec EDF se terminait »….

 

Nouvelle source de revenus

Sur le plan économique, la nouvelle installation électrique sera amortie en cinq ou six ans. Un délai rapide lié au fait que EDF achète l’électricité à 86 euros le mégawatt contre 40 euros le mégawatt dans le contrat précédent……

 

L’industriel ne dit pas si des subventions lui ont été allouées par l’ETAT, le Conseil Régional et le Conseil Général 77.

 

Les représentants des riverains à la prochaine commission de suivi de site ne manqueront pas de le lui demander.

 

 

Souhaitons que cette nouvelle installation réduise les émissions de gaz dans l’air de cette multinationale, l’avenir nous le dira…..

 

 

Pour mémoire en 2013 cette décharge était :

- 1er plus important émetteur de Méthane de Seine et Marne et 2ème de France

- 3ème plus important émetteur de CO2 de Seine et Marne

- 2ème plus important émetteur d’oxyde de soufre de Seine et Marne.(1)

 

 

(1) site IREP registre des émissions polluantes http://www.irep.ecologie.gouv.fr/IREP/index.php

 

pour aller plus loin :

https://www.google.fr/#q=veolia+claye-souilly+%C3%A9mission+m%C3%A9thane

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 09:31

 

 

La gestion des déchets étant pourtant une compétence de la région les candidats aux élections régionales en Seine et Marne parlent peu ou même pas de ce sujet.

 

On nous parle de l’agriculture, de la protection des villages ruraux, mais pour protéger nos bonnes terres agricoles de Brie, il faudrait ne plus venir y déverser des ordures.

 

Mais « la rénovation urbaine » en Ile de France se fait, depuis des décennies, sur le dos des villages ruraux de Seine et Marne qui doivent « accueillir » les déchets de démolition sur leurs meilleures terres agricoles, car le conseil régional IDF fait de la « rénovation urbaine » en détruisant encore et encore des immeubles plutôt que de les rénover.

 

Quand aux déchets ménagers, industriels, dangereux, BTP, il serait souhaitable que le futur plan déchets qui sera voté par les conseillers régionaux n’autorise pas la région IDF à recevoir des déchets en provenance de la France entière et même de l’étranger.

 

            Pour connaître les propositions des candidats sur ce sujet

                                               Contactez-les

                              Liste des principaux candidats

 

LR-UDI-MoDem : Valerie Pécresse, tête de liste régionale

Anne Chain-Larché, Gilles Battail, Hamida Rezeg, Eric Jeunemaître, Claudine Thomas, James Chéron, Marie-Pierre Badré, Julien Proffit, Thi Hong Chau Van, Frédéric Valletoux, Laure-Agnès Mollard-Cadix, Benoît Chevron, Sylvie Monchecourt, Michel Fouchault, Valérie Epikmen, Vincent Paul-Petit, Nathalie Tortrat, Christian Robache, Patricia Astruc-Gavalda, Cédric Brottier, Martine Andrieu, Hervé Kiteba Simo, Sophie Deloisy, Michel Papin, Valérie Lacroute.

 

 

 Parti socialiste : Claude Bartolone, tête de liste régionale

Roseline Sarkissian, François Kalfon, Liliane Vessah, Jean-Paul Planchou, Geneviève Wortham, Jérôme Impellizzieri, Brigitte Eude, Dominique Carotine, Liliane Pays, Mohommed Yenbou, Isabelle Cros, Gilles Bord, Lina Jali, Hadrien Ghomi, Sylvie Meriaux, Joël Lopes, Nathalie Moine, Bastien Marguerite, Nadine Seymour-Galou, Bastien Gibaut, Nathalie Pierre, Patrick Ratouchniak, Marie Erline Randon, Thomas Petit, Dorine Parravano.

 

 Europe-Ecologie- les-Verts : Emmanuelle Cosse, tête de liste régionale

Bénédicte Monville de Cecco, Jean-Marc Pasquet, Rose de la Fuente, Benoît Penez, Fatna Lazreg , Franck Rolland, Estelle Mazzega-Sbovata, Jacques Huleux, Isabelle Garassino, Paulin Roy, Niki Kanpur-Paraschos, Daniel Badiata-Kanza, Meriem Chebab, Farid Djabali, Brigitte Maisonneuve, Renaud Hée, Lydia Labertrandie, Cuong Pham-Phu, Houda Tahami-Bouallaga, Hocine Oumari, Filoména Berwick, Nicolas Lavallée, Karine Merel, Philippe Cluzeau, Odile Montagne.

 

Front de gauche : Pierre Laurent, tête de liste régionale

Jean-François Pellissier, Sylvie Fuchs, Franck Sureau, Françoise Godin, Alain Briard, Marina Galli-Decostes, Sylvain Pichard, Khadidja Bertino, Patrick Mavré, Heger Habert, Alexis Martinez, Stéphanie Treillet, Gérald Sutrooghen, Maud Tallet, Michel Bachman, Sarah Machrou, Maxime Laisney, Anouk Guezet, David Allaert, Chantal Thomas, Florent Demont, Dany Marguerite, Bruno Isselin, Elsa Martin, Guillaume Sprang.

 

Pour consulter la liste complète :

Voir le Parisien 77 : http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/regionales-la-liste-des-candidats-en-seine-et-marne-10-11-2015-5264599.php

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 08:30
 
 Meaux
va détruire 2 tours
mais où iront les déchets
là est  la question ?

 

 

- Dans la décharge près d’un lotissement  et d’une école à Isles les Villenoy ?
- Dans la décharge près d’un lotissement à Crégy les Meaux ?
- Dans la décharge près de l’école maternelle de Fresnes sur Marne ?
- Dans la décharge d’Annet sur Marne près du plus important captage d’eau de Seine et Marne ?

......

 
 
A l’heure où Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil Départemental 77 veut protéger les villages ruraux, son 1er vice président Jean-François PARIGI, président de Meaux Habitat, doit dire où vont aller les déchets de BTP issus de la destruction de ces deux mégas tours.
 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :
À Meaux, deux tours de Beauval exploseront le 22 novembre

11 Nov. 2015, 16h40 | MAJ : 11 Nov. 2015, 16h40

 

À Meaux, deux tours de Beauval exploseront le 22 novembre :  dans quel village rural seront déversés les déchets ?
Meaux. Les deux caravelles Auvergne et Artois, hautes de 16 étages, seront détruites en même temps. (LP/V.R.)

 

Le 22 novembre, à 13 heures deux tours de Meaux exploseront en même temps. Auvergne et Artois, deux tripodes de 16 étages, de la forme d’une étoile à trois branches, exploseront par foudroyage intégral, dans le quartier de Beauval. L’opération coûte 3,7 M€, dont les deux tiers sont financés par l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru).

 

Le tiers restant est payé par le bailleur Meaux Habitat. Cette opération s’inscrit dans le programme de rénovation urbaine lancé depuis 2004. À son issue, treize immeubles représentant 2 910 logements auront été démolis. Auvergne et Artois comptaient 169 logements chacune. Les 330 familles ont été relogées par Meaux habitat.

 

 

http://www.leparisien.fr/meaux-77100/a-meaux-deux-tours-de-beauval-exploseront-le-22-novembre-11-11-2015-5267053.php

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 10:39
 
Les candidats aux élections régionales qui veulent remplacer les trains « petits gris », doivent dire où seront désamiantés ces trains.
 
Après les ordures ménagères, les déchets industriels, les déchets dangereux, les gravats de bâtiment, les casse auto, le nord-ouest Seine et Marne va-t-il « accueillir » une installation de désamiantage de trains.
 

 

En effet le groupe Colas souhaite implanter au bord de la forêt régionale de Montgé en Goële une installation de désamiantage et démantèlement des véhicules ferroviaires (déconstruction de voitures et wagons fret) pour constituer une des 1ères unités en Ile de France dédiée à ce type de véhicules hors d’usage.

 

 

Comme l'Ouest Parisien n'en veut pas, pour se débarasser du problème  la région Ile de France versera-t-elle  de généreuses subventions à l’industriel pour venir implanter son installation au nord-ouest 77 ?

 
 
 

Pour le savoir

posez la question

aux candidats aux élections régionales.

 

 

 
Extrait article le Parisien 77 :
Régionales : les transports, l’agriculture et les lycées au cœur de la campagne

Thomas Poupeau | 10 Nov. 2015, 19h20 | MAJ : 10 Nov. 2015, 19h20

Elections régionales IDF : où seront désamiantés les  trains : à Montgé-en-Goële  au nord-ouest 77 ?

Plusieurs candidats veulent remplacer les « petits gris » - des trains datant des années 1960, fonctionnant à l’énergie fossile - des lignes de train, notamment la ligne R en Seine-et-Marne. Ici un « petit gris » sur la ligne H, dans le Val-d’Oise. (Marc Carémantrant.)

.....
 
 
pour aller plus loin :
Partager cet article
Repost0

Recherche