Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 10:46

Les Yvelines

 un département qui envoie ses ordures chez les autres

 le centre d’épuration d’Achères

déverse ses déchets de boues de station d’épuration sur les champs de

Seine et Marne

 

C’est Jacques Barthélémy, préfet de Seine et Marne qui a autorisé le déversement des boues de la station d’épuration des Yvelines (Achères) sur les terres agricoles du 77 (AP 06/DAIDD/E/015).

Après avoir quitté la Seine et Marne Jacques Barthélémy obtiendra une importante promotion, il deviendra préfet de la région Franche Comté.

 

Comme à l’habitude c’est le nord 77 qui « accueille » la majorité de ces boues, parmi elles 5 communes situées sur le bassin versant Beuvronne : Dammartin-en Goële, Juilly, Montgé en Goële, St Mard, Thieux.

 

Prés d'un quart 

des déchets de boues déversés sur les champs

de Seine et Marne

proviennent des Yvelines.

 

En effet le département des Yvelines non content de déverser ses déchets dangereux à Villeparisis, ses déchets ultimes à Claye-Souilly et à Soignolles, ses déchets BTP dans les décharges du 77, déverse également ses déchets de boues de la station d’épuration d’Achères, des déchets de plus mauvaise qualité que ceux provenant de Seine et Marne.

 

Pour extrait :

État des lieux des filières de traitement et d’élimination des boues en Seine-et-Marne 2013 (1)

« la quantité de phosphore apportée par les boues d’Achères reste élevée bien que la dose d’épandage baisse progressivement suite à une politique volontaire du SIAAP d’amélioration continue de la filière. L’apport moyen est de 384 kg/ha de P2O5 total, soit 288 kg/ha de P2O5 biodisponible, signifiant à minima une période de retour tous les 4 années pour éviter une accumulation dans le sol. La dose moyenne optimale serait de 6,3 tonnes de produit brut par hectare contre 8,4 tonnes par hectare en 2012. »

 

Ironie du sort les Yvelines peuvent déverser les déchets de boues sur seulement 24 communes de leur département (1242 ha) alors qu’ils pouvent venir  en déverser sur 62 communes de Seine et Marne et sur une surface près de 4 fois plus importante (4966 ha) (2), l’Essonne ne reçoit aucuns déchets de boues d’Achères.

 

 

 

Les Yvelines  protège-t-il ses espaces agricoles

au mépris

des espaces agricoles

de Seine et Marne ?

 

Vous trouverez ci-dessous la liste des communes de Seine et Marne autorisées à recevoir  les boues d'Achères :

 

 

ACHERES LA FORET, AMPONVILLE, BEAUMONT DU GATINAIS, BOMBON, BRANSLES, LA CHAPELLE LA REINE, CHÂTEAU LANDON, EGREVILLE, LE VAUDOUE, BELLOT, CHAMBRY, CHAMIGNY, CHANGIS SUR MARNE, COCHEREL, CONGIS SUR THEROUANNE, COULOMBS EN VALOIS, CROUY SUR OURCQ, DAMMARTIN EN GOELE, DHUISY, ETREPILLY, LA FERTE SOUS JOUARRE, LA HAUTE MAISON, JAIGNES, JOUARRE, JUILLY, MARCILLY, MAY EN MULTIEN, MONTENILS, MONTGE EN GOELE, OISSERY, PIERRE LEVEE, LE PLESSIS PLACY, POINCY, PUISIEUX, SAINT GERMAIN SOUS DOUE, SAINT MARD, SAINT PATHUS, SAINT SOUPPLETS, SEPT SORTS, TANCROU, THIEUX, TROCY EN MULTIEN, USSY SUR MARNE, VARREDDES, VENDREST, VINCY MANŒUVRE, LA CHAPELLE GAUTHIER, FONTENAILLES, GRANDPUITS BAILLY CARROIS, LA CHAPELLE MOUTILS, LA CHAPELLE SAINT SULPICE, LA FERTE GAUCHER, CHOISY EN BRIE, FONTAINS, JOUY SUR MORIN, MAISON ROUGE, MEILLERAY, MONTOLIVET, NANGIS, SANCY LES PROVINS, SOURDUN, SAINT BARTHELEMY, SAINT MARTIN DES CHAMPS, SAINT MARTIN DU BOSCHET, VULAINES LES PROVINS

 

(1) État des lieux des filières de traitement et d’élimination des boues en Seine-et-Marne 2013 p 17

http://eau.seine-et-marne.fr/library/valorisation-des-boues-2013

(2) http://bouesseineaval.siaap.fr/?cat=33

http://bouesseineaval.siaap.fr/?cat=34

 

déchets de boues déversés sur les espaces agricoles de Messy 77

déchets de boues déversés sur les espaces agricoles de Messy 77

Partager cet article
Repost0
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 09:12
 
NORD-OUEST 77

 

Les villages du bassin versant Beuvronne vont-ils recevoir sur leurs terres agricoles
les déchets de démolition de l’Arche Gédon de Torcy ?
 
En effet cette commune située au nord-ouest 77, démolie à tout va et envoie ses déchets chez les autres car elle ne possède pas de décharge sur son territoire.

 

Un manque de solidarité vis-à-vis de ses voisins des villages ruraux du bassin versant Beuvronne qu’on oblige à vivre au milieu des déchets des autres.

 

Guillaume LE LAY-FELSINE, maire de Torcy, connaît pourtant bien le sujet pour avoir été pendant des années le directeur de cabinet du maire de Villeparisis, une commune qui croule sous les déchets des autres , rappelez-vous notamment le dossier sulfureux de la décharge illégale RTR Environnement que Guillaume LE LAY-FELSINE a dû traiter avant son départ de Villeparisis.
 
 
 Extrait du Journal du Dimanche :

 

Les décharges sauvages du "clan Hornec"

 

Société | 9 mars 2014 | Mise à jour le 11 mars 2014

Scandale environnemental aux portes de Paris sur fond de banditisme. Un business lucratif où amiante et bitumes étaient lâchés en pleine nature….. »

 
 
 

 

Paru sur le site du journal « La Marne » :
Torcy Démolition du parking silo de l’Arche Guédon

Il ne restera bientôt plus rien du parking silo de l’Arche Guédon. Les travaux de destruction, commencés en début d’année s’achèveront mi-septembre.

07/08/2015 à 10:49 par Arno Dew

 

Neuf mois et plus de 562 000 € ont été nécessaires pour venir à bout de l’imposant édifice de béton construit en 1977, en même temps que le quartier.

Aujourd’hui, équipées de pinces hydrauliques, les pelles mécaniques continuent leur « grignotage » sur les derniers pans de murs restant en place. Cette technique permet de minimiser les nuisances sonores et vibration et de broyer sur place la structure béton afin de faciliter l’évacuation des gravats.

Dans le même temps, pour compenser les emplacements ainsi détruits, des places de stationnement ont été créées Cours de l’Arche Guédon. Car jusqu’à sa fermeture, ce parking était très utilisé.

Dès huit heures du matin, les 325 places disponibles étaient occupées, loin de suffire aux automobilistes contraints de se garer dans les rues alentours, sur la place des Rencontres et dans les parkings privés des copropriétés alentours.

Lisez la suite de l’article dans l’édition du 05/08

Arno Dew

http://www.journallamarne.fr/files/2015/08/Image-41.jpg

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 09:35

 

 

Pourquoi cette usine n’étale pas ses boues

sur les espaces agricoles

de son propre département ?

 

 

Le Val de Marne

protège-t-il ses espaces agricoles

au mépris de ceux de Seine et Marne ?

 

 

Pour mémoire nous vous rappelons que le département du Val de marne vient déverser ses déchets dangereux à Villeparisis, ses déchets ultimes à Claye-Souilly et à Soignolles, ses déchets BTP dans les décharges du 77.

 

Source :

Observatoire de l’eau  État des lieux des filières de traitement et d’élimination des boues en Seine-et-Marne 2013 page 18

http://eau.seine-et-marne.fr/library/valorisation-des-boues-2013

stockage de déchets de boues sur un espace agricole à Messy 77

stockage de déchets de boues sur un espace agricole à Messy 77

Partager cet article
Repost0
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 09:56

 

 

C’est la question que se posent les riverains auprès avoir appris que cette décharge ne reçoit pratiquement plus de déchets depuis plusieurs années et que  l’ANDRA recherche désespérément des sites pour stocker certains déchets radioactifs.

 

L’ETAT permet déjà à ces décharges d'ordures ménagères (déchets ultimes)  de stocker des déchets à radioactivité naturelle renforcée.

 

Car ouvrir une nouvelle décharge de déchets radioactifs en France paraît bien difficile mais transformer les décharges existantes d’ordures ménagères  en décharges de déchets radioactifs pourrait être moins difficile.

 

En effet l’article 49-3, utilisé à plusieurs reprises ces derniers mois,  pourrait permettre de faire passer en force le stockage de déchets radioactifs dans les décharges d’ordures ménagères.

 

Rappelons que la Seine et Marne possède 5 décharges d’ordures ménagères  Veolia Claye-Souilly, Monthyon et Fouju-Moisenay ,  Sita Soignolles, Capoulade Isles les Meldeuses  toutes situées dans la moitié nord de ce département.

 

 

Pour plus d'informations
nous vous conseillons de vous rapprocher de
Claude Decuypère
maire de Monthyon

 

 

 

 
Paru dans actu environnement :
Veolia confirme son appétit pour le démantèlement nucléaire

Gestion des risques  |    |  Florence Roussel

 

Cet article a été publié dans Environment & Technique n°345
 

Alors que le groupe Areva envisage de céder plusieurs de ses filiales pour renflouer ses caisses, Veolia Environnement ne cache pas son intérêt pour la question du démantèlement. Le groupe est déjà présent sur ce marché depuis plusieurs années à travers sa filiale Sarp Industries, maison-mère de la société Asteralis créée avec le Commissariat à l'énergie atomique (CEA). Sarp assure pour le compte de l'Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) la gestion du site de stockage de Morvilliers (08). 

Interrogé sur cette question mardi 10 février, le PDG du groupe, Antoine Frérot plaide pour la création "d'une filière française de démantèlement" selon l'AFP, avec une collaboration d'acteurs nationaux comme Areva et le CEA. Le marché potentiel du secteur est estimé à 32 milliards d'euros en France et à 200 Mds€ dans le monde. 

Quant à Areva, la cession de l'activité de démantèlement de sites nucléaires pourrait lui rapporter jusqu'à 500 millions d'euros.

 

 

http://www.actu-environnement.com/ae/news/veolia-demantelement-nucleaire-activite-23841.php4

 

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 09:37
Nord-ouest 77  quelle est cette odeur répugnante qui se dégage dans l’air : mais ce sont les boues d’épuration des autres qu’on déverse sur vos terres agricoles

 

 

En effet nous apprenons que les Yvelines non contents de venir déverser leurs déchets dangereux à Villeparisis, leurs déchets ultimes à Claye-Souilly et leurs déchets de BTP en 77, viennent également déverser en cette période estivale les boues d’épuration d’Achères (78) sur plusieurs communes du bassin versant Beuvronne.

 

En effet vous n’aurez aucun répit, vous qui ne partez pas en vacances et qui vouliez profiter de votre petit jardin, une odeur répugnante vous oblige à vous confiner chez vous et cette odeur provient des boues des centres d’épuration des autres qu’on vient déverser près de chez vous.

 

C’est le préfet de Seine et Marne qui donne les autorisations, c’est Jacques Barthélémy, préfet de Seine et Marne qui a autorisé le déversement des boues de la station d’épuration des Yvelines (Achères) sur les terres agricoles du 77 (AP 06/DAIDD/E/015).

Après avoir quitté la Seine et Marne Jacques Barthélémy obtiendra une importante promotion, il deviendra préfet de la région Franche Comté.

 

Nord-ouest 77  quelle est cette odeur répugnante qui se dégage dans l’air : mais ce sont les boues d’épuration des autres qu’on déverse sur vos terres agricoles
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 08:35

 

 

Comme-ci cela ne leur suffisait pas de venir déverser leurs déchets dangereux, déchets ultimes et déchets de BTP sur notre département, la Seine et Marne reçoit également 82 % des déchets de boues de stations de traitement des eaux venant d’autres départements d’IDF, de la petite couronne, mais pas seulement, l’Essonne qui possède pourtant énormément de terres agricoles vient également déverser ses déchets de boues sur nos terres agricoles.

 

 

 

Source :

Observatoire de l’eau État des lieux des filières de traitement et d’élimination des boues en Seine-et-Marne 2013 page 18

http://eau.seine-et-marne.fr/library/valorisation-des-boues-2013

 

déchets de boues déversés sur des espaces agricoles à Messy 77

déchets de boues déversés sur des espaces agricoles à Messy 77

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 09:34

 

 

C’est la question que se posent les riverains après avoir appris que l’ANDRA recherche désespérément des sites pour stocker certains déchets radioactifs.

 

L’ETAT permet déjà à ces décharges d'ordures ménagères (déchets ultimes)  de stocker des déchets à radioactivité naturelle renforcée.

 

Car ouvrir une nouvelle décharge de déchets radioactifs en France paraît bien difficile mais transformer les décharges existantes d’ordures ménagères en décharges de déchets radioactifs pourrait être moins difficile.

 

En effet l’article 49-3 a permis récemment de faire passer en force le stockage de déchets radioactifs Cigeo dans la Meuse pourquoi l’ETAT n’aurait-il pas recours à cet article 49-3 pour faire passer en force le stockage des déchets radioactifs dont il ne sait que faire dans les décharges d’ordures ménagères.

 

Rappelons que la Seine et Marne possède 5 décharges d’ordures ménagères Veolia Claye-Souilly, Monthyon et Fouju-Moisenay, Sita Soignolles, Capoulade Isles les Meldeuses, toutes situées dans la moitié nord de ce département.

 

 

Paru dans l’Est Républicain :

 

01/07/2015 à 05:05

 

DÉCHETS RADIOACTIFS - L’ANDRA A PUBLIÉ SON INVENTAIRE. LE DERNIER DATAIT DE 2012
ANDRA : CAPACITÉS DE STOCKAGE INSUFFISANTES POUR LES DÉCHETS RADIOACTIFS

 

 

Bure. Chaque année, le volume des déchets radioactifs (civils et militaires) progresse et le dernier inventaire national publié tous les trois ans par l’Andra (Agence nationale de gestion des déchets radioactifs) le confirme. 1,46 million m³ de déchets radioactifs ont été produits en France au 31 décembre 2013. Soit 140.000 m³ de plus que trois ans auparavant. Normal selon Michèle Tallec, responsable du service inventaire de l’Andra. Elle observe que « 73 % des déchets sont déjà stockés dans les centres de l’Andra dans la Manche (fermé) et dans ceux de l’Aube ». Faute de sites dédiés à l’inverse des TFA (très faible activité) et des FAVC (faible activité vie courte), les déchets haute (HA) et moyenne activité (MAVL) et les faible activité à vie longue (FAVL) sont « entreposés » en centrale ou au centre de retraitement de la Hague pour les plus dangereux (HA et MAVL) qui ont vocation à rejoindre le centre géologique (Cigéo) souhaité par l’Andra à Bure (Meuse).

Ce volume de 1,46 million de m³ ne tient pas compte du stock des résidus d’exploitation dans les mines d’uranium, des déchets radioactifs jetés dans l’océan, et des vieux stockages existants dont « la reprise générerait plus d’inconvénients que d’avantage ».

Si l’inventaire identifie 1.200 producteurs, 60 % du total est d’origine électronucléaire, 27 % issus de la recherche (par le CEA) et 9 % de la Défense. Enfin, 3 % sont d’origine industrielle et 1 % du secteur médical. Les centrales d’EDF produisent 98 % des déchets HA qui ne représentent que 0,2 % des stocks.

réacteurs (avec l’EPR). Transition énergétique, pression des écologistes pour une sortie du nucléaire et réorganisation de la filière nucléaire française, difficultés d’Aréva et loi de 2014 n’y sont pas étrangers. Ainsi, au fil de la fin de vie des installations (40 ans de fonctionnement), la quantité des déchets augmente significativement. L’inventaire évoque aussi les déchets futurs résultant du fonctionnement des sites nucléaires actuels ou dont l’autorisation de création a déjà été accordée (EPR Flamanville et Iter Cadarache). Mais aussi, nouveauté, ceux du démantèlement total du parc de 59

Fin 2020, le volume se situera à environ 1,8 million de m³. Dix ans plus tard, il est estimé à 2,5 millions de m³ et au terme du démantèlement du parc actuel, 4,3 millions de m³ dont 10.000 de HA et 72.000 de MAVL. Le combustible usé (18.710 tonnes fin 2013 avec des prévisions à 21.290 t en 2030), qui n’est pas considéré comme un déchet car valorisable par le retraitement, n’est pas comptabilisé. Selon l’Andra, « le démantèlement ne produit pas de déchets (HA) mais essentiellement des déchets conventionnels, des TFA (2,2 M) et FAVC (1,1 M) ».

m³ contre 10.000, mais le combustible usé devient un déchet à part entière (57.000 assemblages). En abordant le démantèlement, relativement tabou jusqu’à présent, l’Andra travaille sur deux scénarios : la poursuite de la production électronucléaire et son abandon à la fin de vie de l’EPR de Flamanville. La différence ? Le volume des HA est réduit à 3.900

Avec cet inventaire, l’Andra dresse une photographie de la quantité de matière qu’elle aura à gérer à l’avenir et mesure si les solutions et les espaces dont elle dispose, ou qu’elle envisage de créer, sont adaptés aux besoins. Avec le démantèlement du parc actuel, la réponse est non, sachant qu’elle n’a pas de solution pour les FAVL et que Cigéo pour les HA et MAVL n’est pas acté. Les volumes à venir dépassent les capacités de stockage. Les centres de l’Aube pour les TFA et pour les FMAVC seraient pleins à l’horizon 2025 et 2030.

 

L’Andra indique avoir engagé une réflexion pour améliorer des capacités de stockages actuelles, créer de nouveaux centres avec les difficultés que l’on connaît pour trouver des terres d’accueil, et une priorité optimiser le traitement et les volumes de déchets par de la recherche et développement.

 

Sébastien GEORGES

 

 

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2015/07/01/bure-capacites-de-stockage-insuffisantes

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 12:10

L’Essonne

un département qui envoie ses ordures chez les autres

l’usine de traitement des eaux de Morsang et le CA de Corbeil  

déversent leurs  déchets de  boues

sur les champs de

 Seine et Marne !

 

 

 

Pourquoi les usines

de l'Essonne

n’étalent pas leurs déchets boues

sur les espaces agricoles de leur propre département ?

 

 

L’Essonne

protège-t-il ses espaces agricoles

au mépris de ceux de

Seine et Marne ?

 

 

Pour mémoire nous vous rappelons que le département de l’Essonne vient déverser ses déchets dangereux à Villeparisis, ses déchets ultimes à Claye-Souilly et à Soignolles, ses déchets BTP dans les décharges du 77.

 

 

 

Source :

Observatoire de l’eau : État des lieux des filières de traitement et d’élimination des boues en Seine-et-Marne 2013 page 18

http://eau.seine-et-marne.fr/library/valorisation-des-boues-2013

 

 

déchets boues sur un espace agricole à Messy 77

déchets boues sur un espace agricole à Messy 77

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 11:19

 

SEINE ET MARNE

un PREDEC pour rien ?

 

A grands renforts de médias M. Jean-Paul Huchon président du Conseil Régional IDF et M. Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil Départemental 77, se sont félicités du vote du PREDEC qui interdit pendant 3 ans l’implantation de décharges ISDI en Seine et Marne.

 

Mais ces 2 élus ont oublié de vous dire que le PREDEC n’interdisait ni le déversement de déchets « dits inertes » dans les carrières, ni les divers aménagements avec des déchets « dits inertes » que les maires peuvent autoriser sous couvert de mur anti-bruit, aménagements paysagers, remblaiement de futur parcours sportifs : golf, piste BMX….

 

Rien que sur l’ancien canton de Claye-Souilly, 2 projets de ce type sont à l’ordre du jour, sur ce secteur qui compte déjà 5 décharges et 2 carrières remblayées par des déchets « dits inertes ».

 

En effet Placoplatre prévoit de remblayer sa future carrière de Villevaudé par des déchets « dits inertes » et à Claye-Souilly la commune projette de remblayer un terrain avec des déchets « dits inertes » pour installer une piste BMX.

 

M. Huchon et M. Barbaux ne vous ont pas dit non plus qu’il existait en France un vide juridique quant aux déversements de déchets « dits inertes » d’une hauteur inférieure à 2 mètres sur des terres agricoles ou autres.

 

Il ne vous ont pas dit non plus que les associations se battent depuis des années pour faire réviser la législation déchets « dits inertes » qui semble « cousue mains » pour permettre aux professionnels du BTP de déverser leurs déchets dans les meilleurs conditions économiques (moins le chantier est surveillé, plus le prix à la tonne de déchets déversés est attractif).

 

Car cette législation inadaptée ne prend pas en compte le coût environnemental et encore moins le coût sur la santé publique

 

 

Mme Ségolène Royal

pourrait

si elle le voulait

faire modifier cette législation

 mais elle ne semble pas le vouloir

 

 

Alors les professionnels du BTP n’ont pas de soucis à se faire, ils vont pouvoir continuer à déverser les déchets du Grand Paris sur la Seine et Marne et achever de dégrader nos jolis villages ruraux.

 

 

 

La France

« Pays des droits de l’homme »

 

est-elle devenue

aujourd’hui

 

« Pays des droits des industriels » ?

 

A vous de juger.

 

Partager cet article
Repost0
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 09:22
Reportage France TV INFO hier soir :

 

http://www.francetvinfo.fr/france/la-seine-et-marne-ne-veut-plus-etre-seule-a-gerer-les-dechets-de-region-parisienne_969249.html

 

 

La Seine-et-Marne ne veut plus être seule à gérer les déchets de région parisienne

 

Une équipe de France 2 s'est rendu dans ce département où on trouve la plus grande poubelle de France. Les habitants sont exaspérés.

C'est en Seine-et-Marne qu'est déversée la grande majorité (80%) des déchets de la région parisienne. La décharge est géante : grande de trois km², elle comprend des montagnes de déchets de foyers et d'entreprises. Chaque année, cinq millions de tonnes sont enfouies ici.

Ce choix stratégique fut décidé il y a environ 10 ans, car les terres de Seine-et-Marne sont immenses et bon marché. Mais certains sites sont devenus tellement vastes qu'ils approchent des habitations. L'école maternelle de Fresnes-sur-Marne n'est plus qu'à 300 mètres.

"Une honte"

Les habitants sont exaspérés. "C'est une honte", assure un homme à France 2. Pour l'entreprise ECT, propriétaire de la décharge, le marché est juteux : un mètre carré de déchet rapporte cinq euros. La société a donc sorti le grand jeu pour convaincre la mairie de Villeneuve-sous-Dammartin : elle lui a accordé 140 000 euros en 2013 pour rénover les rues, l'église...
Malheureusement, cette réputation a des conséquences néfastes pour la Seine-et-Marne. Des décharges sauvages ont vu le jour. Les agriculteurs, en colère, doivent faire le ménage. Craignant les travaux liés au Grand Paris, le département a décidé d'une pause : aucune extension de la décharge pendant trois ans, afin d'obliger aussi les autres départements d'Île-de-France à prendre leur part de déchets.

 

http://www.francetvinfo.fr/france/la-seine-et-marne-ne-veut-plus-etre-seule-a-gerer-les-dechets-de-region-parisienne_969249.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche