Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2018 4 12 /07 /juillet /2018 17:12

 

 

Les deux associations environnementales qui avaient demandé l'organisation de cette réunion publique le regrettent.

 

Cette enquête publique porte notamment sur la demande d'ADP de reverser encore plus d'eau dans la Beuvronne, l'industriel veut encore imperméabiliser près de 12 hectares, sans créer de bassin de rétention d'eau.

 

En effet pour protéger la sécurité de sa plateforme, ADP veut éviter les points de concentrations de l'avifaune et pour ce faire réduire le stockage de ses eaux de pluies, mais l'industriel aurait-il oublié la sécurité des populations en aval de son site , en cas de fortes pluies ?

 

L'industriel veut également continuer à reverser des eaux plus polluées vers la Seine et Marne (Beuvronne) que vers la Seine St Denis (Sausset), alors que la Beuvronne est l'une des rivières les plus polluées du 77 et se rejette en amont proche de votre captage d'eau potable d'Annet sur Marne .

 

Suite aux inondations du centre ville de Claye-Souilly, vous auriez souhaité avoir des explications quant à la brusque montée des eaux en fin de matinée du 12/6/2018.

 

Vous auriez souhaité savoir pourquoi ADP a continué à envoyer, en cette fin de matinée, près de 600 litres d'eau à la seconde dans la Reneuse, via la Beuvronne, alors que le centre ville de Claye-Souilly commençait à être inondé et que son arrêté préfectoral ne l'y autorisait pas ?

 

 

Extrait arrêté préfectoral 2012

Enquête publique Loi sur l'Eau Aéroport de Roissy : Les commissaires enquêteurs refusent d'organiser une réunion publique

 

 

 

Vous auriez souhaité savoir pourquoi ADP a rempli le barrage des Renardières jusqu'à 55 %, alors qu'il indique que la réglementation ne le permettrait que jusqu'à 50% ? (page 26 dossier autorisation environnementale, enquête publique)

 

Vous auriez aimé connaître les limites d'acceptation des eaux de ce barrage et avoir à disposition un plan lisible des secteurs touchés sur Mitry-Mory et Claye-Souilly, en cas de rupture de ce barrage.

 

Mais pour l'instant

vous n'aurez aucunes réponses à vos questions

 

 

 

DANS UN SOUCI DE TRANSPARENCE

IL SERAIT SOUHAITABLE QUE LA PREFECTURE

ORGANISE

A LA RENTREE

UNE REUNION PUBLIQUE

EN PRESENCE

DE LA POLICE DE L'EAU, DES SYNDICATS DE RIVIERES

DES ELUS, D'ADP

ET DES ASSOCIATIONS 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 09:41

 

 

 

Pourquoi le site du Ministère de la Santé n'affiche plus aucunes informations sur la qualité de l'eau potable à Claye-Souilly depuis bientôt 2 mois ?

 

Pour le savoir nous vous conseillons de contacter 

Jean-Luc Servières

Adjoint au maire chargé de l'eau

 

 

 

Qualité de l'eau potable à Claye-Souilly : pourquoi plus aucunes informations depuis le 16/5/2018 ?
Partager cet article
Repost0
9 juillet 2018 1 09 /07 /juillet /2018 09:19

 

Depuis des décennies ADP Roissy envoie des eaux plus polluées vers la Seine et Marne (Beuvronne) que vers la Seine St Denis (ru du Sausset).

 

Et ADP souhaite continuer pendant une dizaine d'années encore.

 

En effet l'industriel préfère, semble-t-il, bien rémunérer ses actionnaires plutôt que d'investir dans un réseau d'assainissement plus performant qui enverrait des eaux de meilleures qualités vers la Beuvronne.

 

 

Le pollué=payeur

 

Mais pour les 500 000 consommateurs d'eau

d'Annet sur Marne

la note d'eau potable

est

de plus en plus salée

 

 

En effet les eaux de la Beuvronne se rejettent dans la Marne en amont très proche du captage d'eau d'Annet sur Marne, plus les eaux pompées dans la Marne sont de mauvaises qualités, plus on doit les traiter et plus le consommateur paye cher son eau potable.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2018 5 06 /07 /juillet /2018 18:21
les appartements sont situés près de ce rond point

les appartements sont situés près de ce rond point

 

Un rêve

qui semble se transformer

en cauchemar

 

Ils ont mis toutes leurs économies pour acquérir cet appartement à la Rosée, à proximité du Canal de l'Ourcq et de la piste cyclable qui mène jusqu'à Paris.

 

Ils en rêvaient des promenades au bord du Canal de l'Ourcq, des parties de pêche, de la proximité de la nature mais quelle déception, lorsque peu de temps après leur arrivée, ils ont ressenti ces odeurs nauséabondes en provenance d'un cours d'eau voisin : « Le ru des Grues ».

 

Difficile de comprendre comment la mairie de Claye-Souilly avait pu choisir de mettre ce terrain en zone urbanisable alors que les élus connaissaient bien le problème de cette rivière polluée,

 

En effet son maire, Yves Albarello, ne pouvait pas ignorer l'état de pollution du ru des Grues puisqu'il est également le président du syndicat qui est chargé de l'entretien de ce cours d'eau.

 

Quant à son adjoint chargé de l'environnement, Jean-Luc Servières, il est vice président de la communauté d'agglomération, chargé de l'assainissement, et traite le lourd dossier du centre d'épuration de Villeparisis, l'un des gros points noirs de Seine et Marne.

 

 Ce centre d'épuration rejette régulièrement et depuis des années des eaux usées, non traitées, dans le ru des Grues,notamment en période de fortes pluies.

 

Les communautés d'agglomération qui se sont succédé ont reçu des mises en demeure de la police de l'eau pour remettre en état ce centre d'épuration, la dernière date d'octobre 2017.

 

Les voisins du cours d'eau devront patienter encore quelques années pour ne plus sentir ces odeurs nauséabondes, en effet l'ETAT donne près de 15 ans à la communauté d'agglomération pour remettre complètement aux normes l'installation.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 18:36
2007 Décharge ECT Annet sur Mare, lieudit Les Gabots

2007 Décharge ECT Annet sur Mare, lieudit Les Gabots

Annet sur Marne inondations lotissement Carrouge : les populations regardent vers la montagne de déchets implantée de 2006 à 2012 par ECT  aux lieudits Les Gabots et Carrouge à Annet sur Marne et le TGV 

 

 

La 1ère autorisation de remblais avait été délivrée le 24/6/2006 par la mairie d’Annet sur Marne, au lieudit les Gabots, à l’exploitant de décharges ECT

La 2ème autorisation sera délivrée, au même exploitant  par la préfecture le 28/1/2008 pour une durée de 4 ans pour y déverser 1 836 800 tonnes de déchets «  dits inertes » aux lieudits « Les Gabots et Carrouge » en bordure du TGV.

 

Les eaux de ruissellements de la montagne de déchets se dirigeant pour partie vers le ru

de Louche à Annet sur Marne.

 

Un affluent de la Beuvronne qui vient d’être rayé de la carte par la préfecture en 2017 et est aujourd’hui considéré comme un fossé, une aubaine pour le syndicat de la Basse Beuvronne qui n’a plus en charge de l’entretenir.

 

Un affluent qui a été rayé de la carte sur avis de l’Onema, devenu AFB, un organisme censé protéger les rivières et la biodiversité. https://www.afbiodiversite.fr/

 

Le ru de Louche (ou ru des Champs Pourris) prenait autrefois sa source dans le Bois St Martin, maintenant il n’a plus de nom c’est un fossé, un fossé qui n’est pas entretenu comme vous pouvez le voir sur notre photo (plus bas), mais un fossé qui déverse ses eaux vers le centre ville d’Annet sur Marne.

 

Dans le lotissement du Carrouge ils n’en peuvent plus de supporter ces inondations à répétition  3 en un peu plus de 15 jours, mais la dernière inondation du 12/6/2018 à elle été la plus violente inondant près de 100 maisons.

 

 

L’exploitant de décharge ECT a sig une convention avec la commune d’Annet sur Marne et lui verse chaque année 80 000 € en compensations de la dégradation des équipements communaux. http://adenca.over-blog.com/article-nord-ouest-77-les-elus-de-la-commune-d-annet-sur-marne-qui-possede-deja-2-communes-donnent-un-avis-103408074.html

 

 

Afin de protéger la sécurité de sa population la mairie d’Annet sur Marne pourrait peut-être

investir cet argent pour créer un bassin de rétention d’eau, en amont du lotissement Carrouge.

 

Le dossier concernant l’autorisation de décharge ECT de 2008 est consultable en mairie d’Annet sur Marne.

 

Si vous voulez savoir pourquoi l’ONEMA (aujourd’hui AFB) a donné un avis de déclassement du ru du Louche, vous pouvez les contacter au  01 68 65 38 22.

 

 

22.6.2018 Ru de Louche près de l'ancienne décharge ECT lieudit Les Gabots à Annet sur Marne

22.6.2018 Ru de Louche près de l'ancienne décharge ECT lieudit Les Gabots à Annet sur Marne

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 10:42

 

 

Paru sur le site « Le Monde » :

 

Pollution de l’air : Bruxelles renvoie la France devant la Cour de justice de l’Union européenne

 

La France était dans le viseur de Bruxelles depuis près de dix ans pour non-respect de la directive européenne de 2008 sur la qualité de l’air.

 

 

LE MONDE |  • Mis à jour le  | Par Stéphane Mandard

 

La menace planait depuis plusieurs mois. La Commission européenne l’a mise a exécution, jeudi 17 mai, en annonçant sa décision de renvoyer la France devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) pour non-respect des normes de qualité de l’air. Des neuf Etats faisant l’objet d’une procédure d’infraction, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie, la Hongrie et la Roumanie subissent le même sort. L’Espagne, la Slovaquie et la République tchèque échappent à la punition mais restent sous surveillance, indique-t-on à Bruxelles

 

Urgence sanitaire

 

Après des années d’avertissements et d’ultimatums sans lendemain, Bruxelles a décidé de taper du poing sur la table. Pour une raison principale : l’urgence sanitaire. Le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), publié au début du mois, rappelle que la pollution de l’air tue environ 500 000 personnes en Europe chaque année, dont 48 000 en France.

 

La Commission reproche aux Etats cancres des dépassements répétés des valeurs limites (fixées à 40 µg/m3 en moyenne annuelle) des émissions de particules fines PM10 (de diamètre inférieur à 10 micromètres) et de dioxyde d’azote (NO2).

 

Cette décision n’est pas une surprise pour le gouvernement. La France est dans le viseur de Bruxelles depuis près de dix ans pour non-respect de la directive européenne de 2008 sur la qualité de l’air. La première mise en demeure remonte à 2009. D’autres ont suivi en 2010, 2011, 2013, 2015 et 2017.

A chaque fois, le législateur européen martelait les mêmes griefs : « La France n’a pas pris les mesures qui auraient dû être mises en place depuis 2005 [pour les PM10, et 2010 pour les NO2pour protéger la santé des citoyens, et il lui est demandé d’engager des actions rapides et efficaces pour mettre un terme aussi vite que possible à cette situation de non-conformité. » Et à chaque fois, il brandissait la même menace : « Si la France n’agit pas dans les deux mois, la Commission peut décider de porter l’affaire devant la Cour de justice de l’UE. »…

 

 

« Feuilles de route » pour les 14 zones concernées

 

Le 30 janvier, le commissaire à l’environnement, Karmenu Vella, avait convoqué le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, et ses collègues européens à un sommet de la « dernière chance » à Bruxelles. « Nous sommes à la fin d’une longue période – trop longue diront certains – d’offre d’aide, de conseils et d’avertissements », avait tonné M. Vella avant de leur accorder un ultime délai (mi-février) pour présenter des plans d’actions susceptibles de réduire la pollution de l’air dans les meilleurs délais.

 

Enjoint également par le Conseil d’Etat de transmettre un tel plan à la Commission avant le 31 mars, M. Hulot avait présenté le 13 avril les « feuilles de route » des quatorze zones concernées par des dépassements des normes : Ile-de-France, Marseille, Nice, Toulon, Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Valence, vallée de l’Arve, Strasbourg, Reims, Montpellier, Toulouse et la Martinique.

Sans mesures radicales et se contentant souvent d’empiler des dispositifs déjà existants, ces feuilles de route ont été jugées insuffisantes par la Commission européenne....


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/pollution/article/2018/05/17/pollution-de-l-air-bruxelles-renvoie-la-france-devant-la-cour-de-justice-de-l-union-europeenne_5300331_1652666.html#IMLYZ8xrXE55UCK8.99

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2018 3 04 /07 /juillet /2018 18:13

 

Le prix de l'eau potable est déjà salée pour les 500 000 consommateurs qui utilisent l'eau potable d'Annet sur Marne, mais la situation ne risque pas de s'améliorer si l'ETAT accède à la demande d'ADP de reverser une eau plus polluée vers le Beuvronne (via la Marne) que vers le ru du Sausset (via la Seine).

 

La Beuvronne est une rivière qui se rejette , dans la Marne, en amont proche du captage d'eau d'Annet sur Marne. Plus les eaux qu'elle rejette dans la Marne sont polluées, plus elles doivent être traitées et plus vous payez cher votre eau potable.

 

La Beuvronne est l'une des rivières les plus polluées du 77, elle devait atteindre un bon état écologique en 2015, mais l'ETAT français n'a pas pu tenir ses engagements et a dû demander une dérogation jusqu'en 2027 pour atteindre ce bon état.

 

Ce mauvais état vient, entre autres, de la mauvaise qualité des eaux reversées par certaines stations d'épuration des eaux,  mais aussi des industriels qui polluent cette rivière, ADP est l'un d'eux et pas le moindre.

 

ADP  dit vouloir protéger l'environnement, mais sur le terrain, il semblerait qu'il en soit autrement.

 

Pour que la Beuvronne atteigne le bon état écologique en 2027 il faut que chacun réduise sa pollution, ADP le premier, mais il ne semble que ce soit à l'ordre du jour.

 

Par contre du côté Seine St Denis ADP prévoit d'envoyer une eau moins polluée vers le ru du Sausset que vers la Beuvronne.

Pourquoi ?

 

Parce qu'ADP doit protéger entre autres, la qualité de l'eau alimentant les bassins de loisirs du Parc de Villepinte.

 

 

La protection de la qualité des eaux

alimentant les bassins de loisirs du Parc de Villepinte

est-elle plus importante

que la protection de la qualité des eaux de la Beuvronne ?

 

A VOUS DE JUGER 

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2018 2 03 /07 /juillet /2018 18:50

 

Le ru des Grues, affluent de la Beuvronne,  reçoit les eaux de la station d’épuration  intercommunal de Villeparisis, qui traite les eaux de cette commune, d’une partie de Claye-Souilly (Bois Fleuri) et d’une partie de Mitry-Mory, station d'épuration déclarée non conforme depuis 2012.

 

Comme le précisait déjà la mise en demeure de la préfecture de 2014, il était constaté des déversements d’effluents non traités quasi journalier par temps sec comme par temps de pluie vers l’affluent de la Beuvronne : le ru des Grues.

La préfecture a délivré une 2ème mise en demeure en 2017 donnant à la communauté d’agglomération un délai maximum de 15 ans pour mettre la station aux normes, en temps de pluie, soit pour 2032 au plus tard.

 

 

C'est Jean-Luc Servières, adjoint au maire de Claye-Souilly, et vice président de la communauté d'agglomération qui est en charge de ce dossier.

 

 

 

Dans un article paru dans le Parisien 77 le 13/6/2016 un riverain de Souilly du ru des Grues alertait déjà sur l’état de cet affluent de la Beuvronne, article repris sur le site Adenca le 14/6/2018.

http://adenca.over-blog.com/2016/06/claye-souilly-pollue-le-ru-des-grues-n-est-plus-que-l-ombre-de-lui-meme.html

 

Paru dans le Parisien 77 :
 
Claye-Souilly : pollué, le ru des Grues n’est plus que l’ombre de lui-même

 

Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Claye-Souilly|Grégory Plesse|13 juin 2016, 16h48 | 

Pollution de la Beuvronne : le cas de la station d'épuration intercommual de Villeparisis

 

Claye-Souilly, le 18 mai. Au fond de son jardin, Bruno Marc s’alarme de l’état de pollution du ru des Grues, où sont déversés des excédents d’eaux usées. Il s’y baignait lorsqu’il était enfant. (LP/G.P..)

 

 

 

Lorsqu’il s’approche du ru des Grues, qui passe au bout de son jardin, dans le hameau de Souilly, Bruno Marc est assailli par un sentiment d’amertume.

 

Ce petit cours d’eau, affluent de la Beuvronne, qui sillonne à travers la Goële avant de se jeter dans la Marne, a bien changé depuis l’enfance de Bruno. « Quand j’étais gamin, on se nourrissait de poissons qu’on y pêchait », se souvient-il tout en plissant des narines en raison de l’odeur nauséabonde qui exhale du cours d’eau dont la couleur nous fait comprendre pourquoi les chats aiment si peu la baignade.

 

Le responsable principal, mais probablement pas le seul, c’est la station d’épuration que se partagent les villes de Villeparisis, Mitry-Mory et Claye-Souilly. C’est ce que confirme un arrêté préfectoral pris en 2014, qui met en demeure la communauté de communes Plaines et Monts de France -aujourd’hui disparue- de mettre en conformité la station d’épuration, dont le « dimensionnement est insuffisant au regard des débits collectés par les réseaux » des trois communes. La CCPMF devait présenter, d’ici à novembre 2015, un plan d’actions devant aboutir au plus tard en 2018.

 

Sauf qu’entre-temps, la CCPMF a disparu et que les communes précitées, fortement opposées à leur rattachement au Grand Roissy, ont tout laissé en suspens depuis septembre 2015. « On a repris le dossier en main en avril, nous allons soumettre notre plan d’actions à la préfecture d’ici le mois de juillet », explique Jean-Luc Servières (DVD), vice-président en charge de l’assainissement et de l’eau à Roissy Porte de France.

 

Mais moins que la station d’épuration, le problème principal viendrait des réseaux d’assainissement des trois communes, qui ne séparent pas eaux pluviales et eaux usées, entraînant du coup un débit que la station d’épuration n’est pas à même de gérer.

 

On l’autorise donc à rejeter, sans traitement, des eaux usées dans le ru des Grues. Pour ce dernier, il est déjà trop tard. Le contrôle réalisé l’an dernier par le syndicat de la Basse Beuvronne révélait que le ru des Grues souffrait de « pollutions aux métaux lourds » ainsi qu’une teneur en oxygène six fois inférieure au minimum nécessaire pour que des poissons puissent y vivre.

 

Le Parisien |

 

http://www.leparisien.fr/claye-souilly-77410/claye-souilly-pollue-le-ru-des-grues-n-est-plus-que-l-ombre-de-lui-meme-13-06-2016-5880103.php

 

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2016/06/villeparisis-mitry-mory-gressy-la-reneuse-un-egout-a-ciel-ouvert.html

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2018 1 02 /07 /juillet /2018 18:11
Claye-Souilly, inondations rue des Arzillières, de Voisins et de Vilaine : les populations regardent vers la montagne de déchets implantée de 2006 à 2012 par ECT  aux lieudits Les Gabots et Carrouge à Annet sur Marne et le TGV !

2011

Vue sur le TGV et la décharge ECT d'Annet sur Marne

au lieudit "Les Gabots

Photo prise de Claye-Souilly

A l'avant de la photo le ru Botteret est situé en bordure des haies

Claye-Souilly, inondations rue des Arzillières, de Voisins et de Vilaine : les populations regardent vers la montagne de déchets implantée de 2006 à 2012 par ECT  aux lieudits Les Gabots et Carrouge à Annet sur Marne et le TGV !

 

 

La 1ère autorisation de remblais avait été délivrée le 24/6/2006 par la mairie d’Annet sur Marne, au lieudit les Gabots, à l’exploitant de décharges ECT

La 2ème autorisation sera délivrée, au même exploitant  par la préfecture le 28/1/2008 pour une durée de 4 ans pour y déverser 1 836 800 tonnes de déchets «  dits inertes » aux lieudits « Les Gabots et Carrouge » en bordure du TGV et près de la commune de Claye-Souilly.

 

Les eaux de ruissellements de la montagne de déchets se dirigent  pour partie vers le ru Botteret à Claye-Souilly grâce à une buse passant sous le TGV rejoignant l’un de ses affluents.

Cet affluent dont le parcours avait été modifié suite aux travaux du TGV.

 

Un affluent qui vient d’être rayé de la carte par la préfecture en 2017 et est aujourd’hui considéré comme un fossé, une aubaine pour le syndicat de la Basse Beuvronne qui n’a plus en charge de l’entretenir.

 

Mais les eaux de ruissellements qui se dirigent vers le ru Botteret proviennent également

d’un remblai  au bord du TGV.

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 19:15
Ses arbres plus que centenaires

Ses arbres plus que centenaires

Sa tour

Sa tour

Partager cet article
Repost0

Recherche