Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2019 2 19 /02 /février /2019 18:53
19/2/2019 Commission locale de concertation et de suivi Placoplatre : le cas de la carrière de Villevaudé

Villevaudé 29.9.2018  

un trou béant laissé par Placoplatre à la place du Bois Gratuel

L'industriel n'a pas encore exploité le gypse, il va devoir encore creuser pour atteindre la 1ère couche de gypse  qui se trouve environ à 30m sous le sol

 

 

En fin de matinée a eu lieu la commission de concertation de suivi des carrières Placoplatre sur le 93 et le 77.

 

Les sous préfets de Torcy Gérard Branly et du Raincy Patrick Lapouze, dirigeaient les débats.

 

Etaient présents entre autres :

- les représentants de Placoplatre et leurs conseillers

- Pascal Pian, maire de Villevaudé

- Hervé Touguet, maire de Villeparisis

- la DRIEE 77

- la Police de l’Eau

- Plusieurs associations environnementales ADEBF, France Nature Environnement, Coubron Environnement, ADENCA….

 

S’étaient excusés

- Rodrigue Kokouendo, député (En Marche) de la 7ème circonscription du 77

- Xavier Vanderbise, maire de Courtry

 

Etait absent : Stéphane Testé, député (En Marche) de la 12ème circonscription du 93

 

Des élus qui avaient probablement des dossiers plus importants à traiter que celui-ci.

 

 

Détruire des forêts

 sur la 7ème circonscription du 77

et réhabiliter des forêts

chez les autres !

 

 

Concernant la carrière de Villevaudé, l’industriel Placoplatre a été autorisé par l’ETAT à détruire  près de 19 hectares de forêt à Villevaudé.

 

A titre de compensation Placoplatre va reboiser des forêts domaniales au sud et à l’est du 77, territoires de grande chasse.

Les maires de Villevaudé et Villeparisis auraient préféré, semble-t-il, que ces reboisements se fassent sur le territoire mais c’est l’industriel qui décide, la « législation à la française » permet même à l’industriel de reboiser hors du département.

 

Pour ce qui est du ruissellement des eaux Adenca demande une tierce expertise hydrogéologique, hydrologique et hydraulique.

 

En effet l’étude hydraulique et hydrogéologique établie en 2013 par le cabinet Greuzat de Varreddes demanderait à être approfondie et  complétée par une étude hydrologique (1) suite aux pluies cinquantennales qui se sont déversées sur le secteur en juin 2018 et ont induit d’importantes inondations sur la commune  de Claye-Souilly.

 

Il ne semble pas que l’industriel soit disposé à faire réaliser cette étude pour l’instant puisque la préfecture ne le lui impose pas.

 

Pourtant le réchauffement climatique pourrait accroître les risques de pluies de plus en plus intenses et par delà les risques d’inondations sur le secteur.

 

 

 

14/2/2019 Villevaudé (carrière Placoplatre au bord de la Dhuis)

14/2/2019 Villevaudé (carrière Placoplatre au bord de la Dhuis)

14/2/2019 Villevaudé bord de la Dhuis (eau sortant de la carrière Placoplatre se dirigeant vers Claye-Souilly)

14/2/2019 Villevaudé bord de la Dhuis (eau sortant de la carrière Placoplatre se dirigeant vers Claye-Souilly)

On peut lire dans l’arrêté préfectoral d’autorisation de 2017 que les eaux météoriques (2) de l’extension rejoindront le système existant, sans déversement vers la Beuvronne.

 

Ironie du sort,  lors d’une promenade sur la Dhuis, des adhérents d’Adenca ont aperçu 2 tuyaux sortant de la carrière Placoplatre de Villevaudé et déversant de l’eau en direction du bois voisin, vers Claye-Souilly.

 

Les réponses de Placoplatre sur ce point  n’ayant pas satisfait notre association, Adenca a  demandé à la DRIEE et à la Police de l’eau à ce qu’une inspection soit réalisée afin d’élucider ce point.

 

 

Affaire à suivre…….

 

 

 

(1) Etude hydrologique

Définition technique

L'étude hydrologique consiste à définir les caractéristiques des crues de différentes périodes de retour (débits, durées, fréquences). Elle est basée sur la connaissance des chroniques de débit sur la rivière, relevées aux stations hydrométriques et enrichies des informations sur les crues historiques. Des changements significatifs dans l'occupation de l'espace sur le bassin versant (forte urbanisation, reboisement important, etc.) ou des aménagements lourds en amont (barrages écrêteurs de crues) sont susceptibles de modifier le régime des crues (en particulier les crues moyennes) et peuvent nécessiter une actualisation d'études hydrologiques antérieures.

http://www.georisques.gouv.fr/glossaire/etude-hydrologique-0

 

(2) Eaux météoriques. Eau provenant plus ou moins directement des précipitations ou des condensations de vapeur d'eau atmosphérique. Source : CETMEF.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 13:17

Atelier/Concertation

projet carrière de gypse à ciel ouvert sur le Fort de Vaujours

 

Villeparisis

mercredi 5 décembre

de 19h à 21h30

à la mairie

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 14:34

 

Nous avons été contactés par des habitants de Courtry qui souhaitaient connaître les lieu et l'heure de la réunion/atelier organisée par Placoplatre dans le cadre de son projet d'ouverture d'une carrière à ciel ouvert sur le Fort de Vaujours.

 

 

N'ayant pas trouvé d'annonce de cette réunion sur le site internet de la commune, nous avons contacté la mairie qui nous a confirmé cette réunion mais, ironie du sort, personne n'était disponible dans cette mairie pour nous indiquer si cette réunion était annoncée ou non sur le site internet de la commune .

 

 

 

 

Cette réunion à lieu ce soir

lundi 3 décembre

de 20h30 à 23h

à la salle Darmon 

(31 Rue Charles Van Wyngene)

 

Pour mémoire Xavier Vanderbise, maire de Courtry :

  • ne s'est pas rendu aux 2 dernières réunions de concertation Placoplatre Fort de Vaujours organisées à Vaujours et Villeparisis

  • n'a toujours pas fourni à notre association la copie du réseau d'assainissement de la commune de Courtry autour du Fort de Vaujours, alors que le maire de Vaujours nous l'a fourni, il y a plus d'un an déjà.

 

 

L'exploitation d'une carrière de gypse

à ciel ouvert et

à l'explosif

sur le Fort de Vaujours

un sujet qui gêne

Monsieur le Maire ?

 

 

Pour le savoir, nous vous conseillons de le contacter

 

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2018 5 09 /11 /novembre /2018 09:43

 

Paru dans Mag Journal 77 :
Fort de Vaujours ► Placoplatre tente de rassurer les associations environnementales

09NOV2018 

 

Placoplatre a tenu, mardi 6 novembre, une réunion publique sur son intention d’exploiter une carrière à ciel ouvert à l’intérieur du fort de Vaujours, dont il est propriétaire. Les associations environnementales ont réclamé des études complémentaires et des assurances sur la dépollution réelle du site.

Ils étaient cent-dix participants réunis, mardi soir, à la Maison du temps libre de Vaujours, dont des élus et représentants d’associations de défense de l’environnement, membres de la CSS (Commission de suivi de site) du fort de Vaujours.

La décontamination du site remise en question

Pour les associations, le fort n’a pas été totalement dépollué, soit un hectare seulement sur ses 45 hectares de surface. Elles soupçonnent une contamination résiduelle en matières uranifères, dont l’uranium 238. L’irradiation aurait été confirmée en 2001 par la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) et par le CEA (Commissariat à l’énergie atomique) lui-même pour certains ouvrages qui ont été noyés dans le béton.

Les questions ont fusé dans la salle : « Pourquoi ne pas utiliser une exploitation en souterrain plutôt qu’à ciel ouvert ? Où iront les déblais du Grand Paris Express ? Quelles mesures seront prises pour la sécurité des ouvriers ? Quid des poussières du chantier et de leurs retombées alentour ? Qui contrôlera les pollutions des eaux souterraines et du sous-sol ? Quel suivi pour la faune et la flore… ? »

 

Les deux représentants de Placoplatre, Jean-Luc Marchand, directeur industriel et des carrières, et Gilles Bouchet, responsable des carrières, ont fait face au feu nourri des questions, sans réussir toutefois à convaincre leurs interlocuteurs. Le débat était encadré par deux garants de la CNDP  (Commission nationale du débat public), autorité administrative indépendante.

Domique Dellac, conseillère départementale PCF du canton de Tremblay-en-France, a demandé la levée du secret défense de 1955-1997, période correspondant aux expérimentations du CEA. « Il existe un livre rédigé par des ingénieurs du CEA, « Si Vaujours m’était conté ». Dans le cadre de la transparence, pourquoi ne pas le mettre en ligne sur votre site ? » a-t-elle lancé aux deux dirigeants.

Les impacts sur la santé

Pascal Barras, un habitant de Courtry, a invoqué l’application du principe pollueur-payeur. Grégory Jurado, élu FI à Courtry, revendique le principe de précaution sur ce dossier : « Le fort de Vaujours, c’est un scandale de l’État. Il est parti sans avoir dépollué le site. Sur la question des tumeurs, au-delà des chiffres de l’ARS (Agence de régionale de santé), je vous invite à aller demander à la pharmacie de Courtry combien elle délivre de Lévothyrox [Ndlr : médicament pour les malades de la thyroïde], en comparaison avec Meaux ».

Il poursuit : « Le métier de Placoplatre n’est pas de dépolluer un site contaminé par cinquante ans d’explosifs nucléaires. Cette réunion aurait dû avoir lieu il y a plus de quatre ans, avant les travaux de démolition. Il y a une convergence d’intérêts totale. Qui peut imaginer que la préfecture n’accorde pas l’autorisation après tous les travaux déjà entrepris ? »

Xavier Lemoine, maire de Montfermeil, a salué la transparence du carrier sur le dossier, mais attend néanmoins de sa part « des réponses que ni l’ARS ni l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) ne sont actuellement en mesure de donne».

 Jean-Marie Baty, président de MNLE 93, s’est tourné vers Dominique Bailly, le maire de Vaujours :« Pouvez-vous nous prêter cette salle pour que les associations d’environnement puissent faire leur propre présentation sur cette problématique ? …..

https://www.magjournal77.fr/fort-de-vaujours-placoplatre-tente-de-rassurer-les-associations-environnementales/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 16:14

 

 

 

Lors de la réunion d’information d’hier organisée par Placoplatre concernant son projet d’exploitation du gypse fort de Vaujours/Guisy l’angoisse des riverains était palpable.

 

La réunion commença par la présentation de son projet par Placoplatre. Ironie du sort l’industriel oublia de dire qu’il venait d’obtenir en 2017 une autorisation d’exploiter une carrière de gypse à Villevaudé/Villeparisis qui lui donnait des ressources de gypse pour environ 30 ans.

 

 

A noter la présence de  Dominique Dellac et Pierre Laporte, les conseillers départementaux du 93, de Dominique Bailly, le maire de Vaujours et de Xavier Lemoine, le maire de Montfermeil.

 Des absences très remarquées celles de Xavier Vanderbise, maire de Courtry et Ludovic Toro, maire de Coubron  ainsi que des 2 députés du groupe en Marche Rodrigue Kokouendo et Stéphane Testé, des élus qui avaient probablement autre chose à faire de bien plus intéressant.

 

Les riverains étaient venus  en nombre de Vaujours, Villeparisis, Courtry, Tremblay-en-France et même de Mitry-Mory, Claye-Souilly et de Chelles….

 

La principale préoccupation des participants étaient les risques santé/ environnement.

Pollution de l’eau, de l’air par rejet de particules polluantes et risque d’inondation accru par la démolition d’une partie de la butte d’Aulnaye et le rebouchage par des déchets de la fosse d’Aiguisy qui sert actuellement de bassin de rétention des eaux pluviales.....

 

Le sous préfet du Raincy tenta pendant près de 10 minutes de rassurer la population mais ne sembla pas y parvenir, une opération bien difficile pour le représentant d’un ETAT qui ne veut pas lever le « Secret Défense »

 

C’était le cabinet conseil Respublica, payé par Placoplatre, qui dirigeait le débat et  qui donnait la parole au public.

 

 Est-ce pour cela que certains membres d’associations nommées à la commission de suivi de site ont eu quelques difficultés à obtenir la parole et n’ont pour certains même pas obtenu de réponse à leurs questions, c’est le cas notamment de la représentante de FNE Seine et Marne, qui posa 2 questions l’une sur la pollution des rivières environnant le site et  l'autre sur les risques d’inondation.

 

En effet le cabinet Respublica décida de stopper la réunion avant  même que l’industriel n’ait répondu à toutes les questions.

 

Les garants CNDP Laurent Pavard et Dominique Simon censés assurer la sincérité et le bon déroulement de la concertation n’interviendront même pas pour demander à Placoplatre de répondre aux dernières questions posées en fin de réunion.

 

 

Un manque de transparence

qui n’est pas là

pour rassurer les riverains

 

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 11:05

 

 

Réunion publique

ce soir

à Vaujours

 à 20 heures

Maison du  Temps Libre

78. rue de Meaux

 

Ne vous trompez pas, Placoplatre indique 2 horaires différents sur son site, mais l’horaire exact est 20 heures.

 

 

 

Il aurait suffit de presque rien pour que cette réunion se passe sereinement.....

 

Mais Placoplatre refuse de donner la parole à la tribune à 3 associations de défense de l’environnement qui souhaitaient présenter en commun leurs observations, ce sont des associations membres de la commission de suivi de site, dont les bénévoles travaillent, sans relâche, depuis des années sur ce dossier.

 

Placoplatre ne cesse d’ailleurs de dire que le gypse est une ressource d’intérêt national et européen,  alors que l’industriel semble porter peu d’intérêt aux riverains de ses sites.

 

Pour exemple à Villevaudé :

- Placoplatre détruit 19 hectares de forêt et va reboiser à l’autre bout du 77 dans les forêts domaniales, grand territoire de chasse.

 

- Placoplatre détruit une partie de la butte d’Aulnaye, en amont du lotissement de Mauperthuis à Claye-Souilly, sans construire de bassin de rétention d’eau, en aval de sa carrière, afin de protéger la population des risques d'inondations.

 

 

Sommes-nous revenus

au Moyen-Age

 au temps où

Placoplatre

serait le seigneur du secteur

et les riverains

les manants

« serviable et corvéable à merci » ?

 

 

A vous de juger

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 13:12

 

2,5 millions d'Euros

à la charge du contribuable !

 

Xavier Vanderbise, maire de Courtry, qui s'exprime dans les colonnes du Parisien 77 oublie de dire que cet échangeur va favoriser, entre autres, l'accès aux carrières Placoplatre et Siniat, pour des milliers de camions qui vont venir déverser des millions de tonnes de déchets du Grand Paris dans les trous de ces carrières.

Il est vrai que la sortie actuelle , au niveau du refuge du Petit Bordeaux à Villevaudé n'était adaptée aux camions de gros tonnage chargés de déchets. Le Conseil Départemental a pensé à tout pour faciliter la circulation de ces poids lourds de gros tonnages : une 3ème voie a même été rajoutée au niveau du nouveau rond point.

 

 

 

 

 

 

Xavier Vanderbise oublie également de dire que ces milliers de camions vont défoncer nos routes alors que c'est le contribuable seine et marnais qui en paye l'entretien.

 

 

 

 

Xavier Vanderbise

un maire aux abonnés absents 

dans le cadre de la concertation

projet d'exploitation gypse

Placoplatre

Fort de Vaujours ?

 

 

Xavier Vanderbise doit dire pourquoi les maires de Vaujours et Villeparisis acceptent des réunions de concertation dans leurs communes et qu'aucune réunion n'est projetée à Courtry, la commune sur laquelle se trouve la majorité des installations du Fort de Vaujours dont la partie la plus polluée : le Fort Central où a eu lieu la majorité des essais du CEA .

 

 

 

 

Le Parisien 77 :

Le Pin : ça circule enfin sur la bretelle de l’A104

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne|Hendrik Delaire|25 octobre 2018, 16h44|

 

Achevé en juin dernier, l’échangeur permettant aux automobilistes de quitter la Francilienne est finalement ouvert à la circulation dans la nuit de jeudi à vendredi.

Quitter la Francilienne à hauteur du Pin pour rallier Chelles ou Claye-Souilly par la D 34, c’est désormais possible pour les automobilistes venant du sud.

Après quatre mois d’inspection par la Direction des routes d’Ile-de-France (Dirif), la bretelle d’accès du Pin, pourtant achevée en juin dernier, va finalement être ouverte à la circulation dans la nuit de jeudi à vendredi.

Un délai qui avait suscité l’incompréhension du maire de Courtry, Xavier Vanderbise (LR) en août dernier.

Également vice-président du conseil départemental en charge des routes, il ne cache pas sa satisfaction de voir l’échangeur enfin ouvert à la circulation.

« La bretelle va permettre de désengorger la traversée de Villevaudé, mais aussi de rallier plus vite les communes du Pin, de Chelles et de Courtry et d’y développer des futures zones d’activité, comme celle de la Régale 2 à Courtry », explique l’élu.

Jusqu’à présent les automobilistes venant du sud étaient obligés de sortir de la Francilienne plusieurs kilomètres en amont, au niveau de la sortie du refuge du Petit-Bordeaux, à Villevaudé, et puis d’emprunter la D 404 et la D 86.

En tout ce sont près de 15 000 automobilistes, qui sortiront désormais chaque jour au niveau du Pin. Pour absorber ce nouveau flux d’automobilistes, une troisième voie a été rajoutée au cœur du rond-point existant, auquel vient se raccorder la nouvelle voie d’accès.

Coût de l’ouvrage : 2,5 M€, cofinancés par le conseil départemental et le conseil régional d’Ile-de-France. …..

 

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/le-pin-ca-circule-enfin-sur-la-bretelle-de-l-a104-25-10-2018-7928067.php

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 20:45

 

Les associations et des élus membres de la CSS ont demandé à Placoplatre qu'il organise une concertation sur ce projet.

 

L'industriel a décidé que cette concertation se ferait avec la Commission Nationale du Débat Public dirigée par Chantal Jouanno.

 

En général dans ce cadre plusieurs réunions publiques sont organisées, généralement jusqu'à une dizaine, ainsi que des ateliers thématiques...

 

 

 

 

 

 

Dans ce type de concertation c'est l'industriel qui, en quelque sorte, a la main.

 

C'est Placoplatre qui décide d'organiser ou non des ateliers thématiques.

C'est Placoplatre qui choisit combien de réunion  de concertation il organisera.

C'est Placoplatre qui choisit le lieu, la date et l'heure de la réunion  de concertation.

C'est Placoplatre qui choisit l'animateur de la réunion de concertation.

C'est Placoplatre qui décide quels seront les intervenants dans cette réunion de concertation. Les associations environnementales souhaiteraient présenter au public leur argumentation, mais pour l'instant l'industriel n'a pas donné son feu vert, il réfléchit.....

 

La seule réunion publique de concertation programmée par Placoplatre, pour l'instant, se tiendra à Vaujours le 6/11/2018 à 20h30.

 

Placoplatre n'a pas programmé de réunion publique de concertation sur Courtry, est-ce pour ne pas contrarier Xavier Vanderbise qui semble peu enclin à voir une telle réunion organisée dans sa commune où le sujet santé/environnement est très sensible et où la la population est particulièrement inquiète ?

 

 

C'est 

«  la dite concertation à la française »

 

 

L'industriel décide

et

les riverains subissent 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2018 2 16 /10 /octobre /2018 19:02

 

 

Vous n’en croyez pas vos yeux mais c’est pourtant vrai, dans son projet Placoplatre dit vouloir exploiter la 1ère couche de gypse à l’explosif alors que personne ne sait exactement ce que contiennent les entrailles du Fort  de Vaujours (munitions, pollution chimique, radioactive…)

 

Alors que Placoplatre vient d’être autorisé en 2017 à exploiter une carrière de gypse à Villevaudé  à ciel ouvert pendant plus de 20 ans, ce qui lui permet de préserver ses emplois pendant de nombreuses années, l’industriel en veut encore plus :  il veut exploiter le gypse sur l’ancien fort de Vaujours.

 

 

La sécurité des riverains

 en question ?

 

 

Alors que le  gypse

est  considéré comme matériau

d’intérêt national et européen.

 

Les riverains

sont-ils considérés comme des populations

d’aucun intérêt ?

 

A vous de juger

 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

 nous vous conseillons de contacter

 votre député

Rodrigue KOKOUENDO

(LREM)

 

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2018 7 29 /04 /avril /2018 20:31
Derrière les barbelés, la carrière/décharge Placoplatre de Villevaudé qui va accueillir les ordures du Grand Paris !

 

 

 

 

Des barbelés

pour décourager

les familles

qui empruntent régulièrement

avec leurs enfants

la promenade de la Dhuis ?

 

 

Cette clôture a été installée par l’industriel Placoplatre pour protéger sa carrière/décharge

que la préfecture a récemment autorisée.

 

Les barbelés rappellent à nos plus anciens de mauvais souvenirs et en général personne n’aime côtoyer des barbelés.

 

Une bretelle de sortie de la Francilienne à Villevaudé va même ouvrir, à proximité dans quelques jours, qui va favoriser l’accès des poids lourds chargés d’ordures  du Grand Paris vers cette carrière/décharge.

 

C’est le Conseil départemental du 77 qui a décidé d’utiliser vos impôts pour financer cette

nouvelle bretelle.

 

 

Détruire

des villages ruraux 

pour améliorer le cadre de vie

des grandes villes ?

 

 

 

Un peu de pédagogie à la française :

 

 

Les ordures

du Grand Paris

il faut bien les enterrer quelque part 

 pourquoi pas chez vous.

 

C’est le principe

de ladite « solidarité inter régionale »

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche