Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 14:57

 

 

Le cabinet de Ségolène Royal avait promis à 3 sénateurs de nommer un expert pour surveiller la pollution chimique sur le fort de Courtry/Vaujours, mais la ministre est partie sans que cet expert ne soit nommé.
 
Nicolas Hulot, le nouveau ministre de l’écologie, va-t-il nommer cet expert que les riverains attendent depuis de nombreux mois ?
 
 
Un ministre qui semble être en très bons termes avec la multinationale St Gobain (dont Placoplatre est une filiale)

 

 

 

Paru sur le site Ecole Nicolas Hulot :

http://www.ecole-nicolas-hulot.org/partners/partenaires1.php

Partenaires de l’Ecole Nicolas Hulot :

Les institutions : Etat, Région Bretagne, Département du Morbihan, Pays de Vannes, Ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche.
Les organismes : ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie), Agence de l'Eau Loire-Bretagne, Fondation Adrienne et Pierre Sommer, Fondation Jacques et Anne-Marie Gérard -Bouriez.
Les entreprises ayant contribué à la construction ou à l'équipement de l'école : Abeil SA, Aldès, Apple, Atib, Bel Air Industries, Charot, Daw, Décathlon, Duquait Seba, Électricité de France, Énergie Système, ETT, Eurotherm, Forbo Sarlino, France Télécom, Giordano Industries, Girpi, Grohe, Knauf, Lafarge, Legrand, Nicoll, Normbau, Porcher, REHAU, Saint-Gobain Isover, Siplast Icopal, Tetra Pak France, Truffaut, UGAP, Weber et Broutin, Yprema.

 

 

Paru sur le site St Gobain :

https://www.saint-gobain-experience.com/fr/content/prix-de-l%E2%80%99%C3%A9conomie-circulaire

 

Prix de l’économie circulaire

04 Janvier 2016

L’association Entreprises pour l’Environnement (EpE) (www.epe-asso.org(link is external)), dont Saint-Gobain est membre, lance la 11ème édition du Prix EpE-metronews sur le thème de l’économie circulaire. Les moins de 30 ans ont jusqu’au 7 mars pour présenter leur proposition consistant à « réduire, réutiliser, recycler et/ou recréer » pour diminuer l’utilisation des ressources et lutter contre le réchauffement climatique. Une récompense de 5 000 €, 3 000 € et 2 000 € distinguera les trois lauréats. Le jury sera présidé par Cécile Ostria, Directrice de la Fondation Nicolas Hulot.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 09:59

 

Pour protéger la population des risques d’inondation l’ETAT a prévu de réserver des zones à l’expansion des crues, ce sont des espaces naturels où les eaux de débordement peuvent se répandre lors d'un épisode de forte crue.

Ces zones assurent un stockage transitoire de l'eau et retardent son écoulement lorsque les débits sont les plus importants, protégeant ainsi les populations situées en aval, ici Fresnes sur Marne, Annet sur Marne, Thorigny sur Marne…..

 

Pour ce faire l’ETAT avait autorisé, sous conditions, la multinationale Veolia à exploiter une carrière de sables et graviers à Fresnes sur Marne et Précy sur Marne aux lieudit les Sables, la Henrée, le Pré des joncs, les Ajoux de la remise.

Cette carrière devait être remblayée par des déchets « dits inertes », au terme de laquelle  Veolia devait respecter le plan de réaménagement du terrain prévu dans son arrêté d’autorisation.

 

 

Mais qu’à cela ne tienne, la multinationale demandera en 2011 un délai supplémentaire de 5 ans  pour remettre en état le site, pour en fin de compte ne pas respecter l’arrêté préfectoral.

 

La préfecture constatera des dépassements généralisés non conformes au plan de réaménagement qui pourraient porter préjudice au régime d’écoulement de la Marne en cas de crue.

 

Une mise en demeure a été délivrée à Veolia en date du 1/3/2017, la multinationale a 3 mois pour remettre en état le site, conformément à l’arrêté préfectoral de 2012.

 

 

 

Concernant la mise en demeure Veolia Trilbardou, voir notre article :

 

http://adenca.over-blog.com/2016/12/bientot-une-nouvelle-decharge-de-dechets-inertes-a-route-de-lesches-a-trilbardou.html

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 16:42
extrait projet terzeo dossier administratif complété par Adenca (implantation carrière CIV)

extrait projet terzeo dossier administratif complété par Adenca (implantation carrière CIV)

 

Dans un précédent article nous attirions votre attention sur le cas de la carrière/décharge CIV d’Isles les Villenoy, située en face de l’aérodrome,  autorisée en 1997 aux lieudits l’Etroit, Le Poteau, l’Olivette…., pour une durée de 5 ans, à exploiter du sable et du gravier , en nappe alluviale, dans le lit majeur de la Marne.

 

Une carrière qui devait être remblayée par des déchets « dit inertes » puis rendue en 2002 à l’agriculture pour partie et à l’état écologique pour une autre partie.

 

En relisant l’arrêté préfectoral nous nous apercevons que cette carrière pouvait être remblayée avec des terres provenant des bassins de décantation de la sucrerie de Villenoy .

 

L’arrêté indiquait notamment :

« Les terres provenant des bassins de décantation pourront être admises  en remblai sous condition que l’exploitant se soit assuré au préalable de leur caractère d’inertes. »

 

Compte-tenu de la  pollution à l’arsenic, au fer …. découverte à Villenoy sur le site des bassins de décantation de l’ancienne sucrerie  Tereos notre inquiétude est grande quant à l’état des terres de décantation enterrées dans cette carrière.

 

 

Avant d’enterrer ces terres

l’exploitant a-t-il fait réaliser des analyses ?

 

Nous n’en savons rien

 

Ce que nous savons c’est que la Marne est toute proche,  qu’un captage d’eau potable se trouve à Isles les Villenoy en aval de cette Carrière /Décharge et que l’étude par un hydrogéologue agréé,  que nous demandons depuis plusieurs mois, paraît plus que nécessaire.

 

 

En effet cette ancienne carrière qui devait être rendue à l’agriculture semble toujours recevoir des déchets, les associations environnementales ont alerté la préfecture qui devraient effectuer une inspection.

 

 

Affaire à suivre……..

 

 

 

Pour plus d’informations

nous vous conseillons

de vous rapprocher de :

- Emmanuel Bourgeais, maire d’Isles les Villenoy

- Olivier Morin , conseiller départemental de ce canton

- Jean-François Copé, président de la communauté d’agglomération

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

http://adenca.over-blog.com/2017/03/isles-les-villenoy-une-decharge-illegale-pres-du-projet-de-decharge-de-dechets-dangereux-terzeo-6.html

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 11:54
Villevaudé Carrière/décharge Placoplatre exploitée à l'explosif : pour protéger votre environnement l'association Villevaudé Demain a besoin de votre aide
Villevaudé Carrière/décharge Placoplatre exploitée à l'explosif : pour protéger votre environnement l'association Villevaudé Demain a besoin de votre aide
Villevaudé Carrière/décharge Placoplatre exploitée à l'explosif : pour protéger votre environnement l'association Villevaudé Demain a besoin de votre aide
Villevaudé Carrière/décharge Placoplatre exploitée à l'explosif : pour protéger votre environnement l'association Villevaudé Demain a besoin de votre aide
Partager cet article
Repost0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 18:45
 

L'ETAT, représenté par François Hollande, qui autorise l'exploitation  d'une nouvelle carrière/décharge, exploitée à l'explosif, au nord-ouest 77, à Villevaudé.

 

Le Conseil Régional, représenté par Jean-Paul Huchon, qui a voté en 2013 le SDRIF  schéma directeur régional (SDRIF) décrétant le gypse  comme une “richesse d’importance nationale” et d’intérêt communautaire et qui encourage dans le Predec, voté en 2015, le remblaiement des carrières par des déchets (voir page 170).

 

Le Conseil Départemental, représenté par Jean-Jacques Barbaux qui veut encourager le remblaiement des carrières par les déchets du Grand Paris.

 

Et même le député de cette circonscription Yves Albarello, rapporteur du Grand Paris, qui est favorable aux remblaiements des carrières par des déchets.

 

C'est

"ladite démocratie à la française"?

 

Le droit des industriels

de détruire

un territoire avec la bénédiction des élus ?

 

 

Le droit des populations

 de subir et de se taire

surtout se taire ?

 

 

A vous de juger.

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :
Villevaudé : Placoplâtre a le feu vert pour réexploiter une carrière de gypse

Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Villevaudé|Hendrik Delaire|05 avril 2017, 14h40

Hendrik Delaire

 

«Nous allons lancer les premiers travaux d’aménagement dès que possible pour que l’exploitation puisse débuter au plus tôt ». Responsable de l’exploitation et des carrières de Placoplâtre, Gilles Bouchet ne cache pas son empressement de pouvoir lancer l’exploitation de la carrière de gypse du Bois-Gratuel et des Mazarins à Villevaudé. La filiale de Saint-Gobain, a obtenu la semaine dernière le feu vert de la préfecture de Seine-et-Marne pour exploiter à ciel ouvert ce site, qu’elle convoitait depuis plusieurs années.

 

Un enjeu primordial pour la société plâtrière afin d’assurer l’approvisionnement de son usine de Vaujours (Seine-Saint-Denis), la plus grande au monde, où le gypse est transformé en plâtre. « Le site de bois Gratuel doit prendre le relais de la carrière de Bois-le-Comte, qui fournit deux tiers du gypse et dont les ressources seront épuisées d’ici à 2020 », explique Gilles Bouchet.

105. LP/InfographieLa future carrière de Bois-Gratuel-les-Mazarins sera reliée à celle de Bois-le-Comte par un pont enjambant la D

Conséquence : le bois et ses espaces naturels sont voués à la destruction. « En tout, ce sont plus de 38 espèces de la faune et de la flore dont des espèces rares, qui sont menacées par la destruction du Bois-Gratuel ; en particulier les amphibiens et les batraciens comme le triton alpestre », se désole de Christophe Nédélec, président de l’association Les Abbesses de Gagny-Chelles, opposé au projet de carrière.

« Nous avions proposé des solutions de compromis comme l’exploitation en cavage (souterraine, NDLR) de la carrière mais Placoplâtre a voulu passer en force, alors cette fois nous nous enchaînerons aux arbres s’il le faut », s’emporte le représentant de l’association. « La carrière sera remblayée et revégétalisée au fur et à mesure de l’extraction du gypse et les continuités écologiques de la Dhuis seront préservées », tente de rassurer Gilles Bouchet.

Pour acheminer les 670 000 tonnes de gypse qui seront extraites chaque mois du futur site, Placoplâtre va aussi construire un pont enjambant la D105. L’ouvrage d’art, dont le chantier a déjà débuté, doit permettre le passage des camions effectuant les travaux de terrassement, ainsi que le prolongement du tapis roulant qui charrie déjà le gypse entre la carrière de Bois-le-Comte et l’usine de Vaujours.

« Placoplâtre semble très pressé. Ils ont communiqué auprès des habitants sur les bienfaits de leur projet alors qu’une pétition a récolté plus de 800 signatures contre ce chantier », s’insurge Marie-Françoise Pian, présidente de l’association « Villevaudé demain ».

Opposée au projet, elle souligne le soutien sans faille de l’Etat à Placoplâtre sur ce dossier et dénonce les nuisances pour les riverains. « L’utilisation de tir de mines va soulever de la poussière, provoquer du bruit et des vibrations. Nous craignons même que les explosions ne provoquent l’effondrement de cette carrière dont le sous-sol a déjà été exploité dans les années quatre-vingt. »

« Le projet a reçu en février dernier un avis favorable de la Commission départementale de la nature des sites et des paysages (CDNPS) », rétorque la préfecture.

leparisien.fr

http://www.leparisien.fr/villevaude-77410/villevaude-placoplatre-a-le-feu-vert-pour-reexploiter-une-carriere-de-gypse-05-04-2017-6826974.php

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 17:28
Extrait de l'arrêté préfectoral du 17/3/2017 complété par Adenca

Extrait de l'arrêté préfectoral du 17/3/2017 complété par Adenca

 

Le préfet Jean-Luc Marx vient d’autoriser l’implantation par Placoplatre d’une carrière/décharge exploitée à l’explosif sur la commune de Villevaudé au bord de Claye-Souilly, les quartiers les plus touchés seront Bois-Fleuri et Mauperthuis.

 

Le préfet n’a pas retenu les demandes des riverains :

- exploiter la carrière en souterrain

- ne pas détruire le bois Gratuel

- ne pas exploiter à l’aide d’explosifs

- ne pas remplir les trous de déchets.

 

Par contre le préfet semble avoir satisfait à  toutes les demandes de l’industriel Placoplatre qui souhaitait exploiter la carrière à l’explosif, une méthode qui permet, de gagner du temps et par delà de réduire à minima les emplois, pourtant il y a quelques années, pour protéger les riverains le préfet n’avait pas autorisé d’exploiter la carrière voisine de Villeparisis avec des explosifs, mais seulement avec des engins mécaniques.

Les trous de cette carrière serviront de décharge aux ordures du Grand Paris.

 

C'est ladite démocratie à la française.

 

 

Cette carrière/décharge bordera la promenade de la Dhuis, où des familles avec enfants en bas âge se promènent, l’un des derniers poumons verts du nord-ouest 77 va-t-il être détruit pour favoriser les intérêts économiques d’un industriel au mépris des populations ?

 

Quant aux riverains, supporter des explosions régulières, quels risques pour leur santé et quels dangers pour leurs habitations, sachant que la projection du bruit et les secousses peuvent se diffuser très loin par le sol ?

 

 

Pour protéger sa population le député maire de Claye-Souilly Yves Albarello va-t-il contester l’arrêté du préfet en déposant un recours auprès du tribunal administratif ou bien laisser  faire l’industriel Placoplatre ?

 

Nous n’en savons rien

 

Pour le savoir nous vous conseillons de le contacter.

 

 

Leurs jolies maisons
les habitants de
Villevaudé et
 Claye-Souilly
(Bois Fleuri, Mauperthuis…)
devront-ils les solder ?

 

 

En effet
qui voudra les acheter
et venir vivre
près
d'une carrière/décharge
 exploitée à l’explosif ?

 

 

Lien vers l’arrêté préfectoral : http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/ICPE-carrieres/Decisions/Autorisations/Carriere-gypse-PLACOPLATRE-LE-PIN-VILLEPARISIS-VILLEVAUDE-Renouvellement-partiel-et-extension

 

Promenade de la Dhuis à Villevaudé (de chaque côté la carrière/décharge sera exploitée à l'explosif)

Promenade de la Dhuis à Villevaudé (de chaque côté la carrière/décharge sera exploitée à l'explosif)

Partager cet article
Repost0
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 19:46

 


Le  conseil technique de la CRIIRAD  en soutien aux populations riveraines dans l’angoisse  est nécessaire dans le lourd dossier du Fort de Courtry/Vaujours.

 

Nous regrettons que le député Yves Albarello, de la 7ème circonscription du 77 qui couvre la commune de Courtry n’ait pas souhaité verser une subvention à la CRIIRAD, au travers de sa réserve parlementaire.

 

Vous trouverez ci-dessous le détail des sommes versées par l’élu au travers de sa réserve parlementaire :

2016  http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2016?idDemandeur=243&typeTri=dest

2015    http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2015?idDemandeur=243&typeTri=dest

2014  http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2014?idDemandeur=243&typeTri=dest

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 13:59

 

La dernière commission de suivi de site, du 10 mars dernier, de Placoplatre Fort de Vaujours n’a pas atténué les inquiétudes des associations environnementales.

 

On notait à cette commission notamment la présence :

- du sénateur du 77 Michel Billout

- du vice président du conseil départemental du 93 Pierre Laporte

- de la conseillère départemental du 93 Dominique Dellac

- du maire de Courtry et conseiller départemental du 77 Xavier Wanderbise

accompagné de la conseillère départementale du 77 et 1ère adjointe au maire de Vaires sur Marne Isabelle Recio.

 

Nous tenons à remercier tous ces élus pour le soutien qu’ils apportent aux riverains de ce site.

 

 

 

Des absences très remarquées :

Celle du député maire de Claye-Souilly, Yves Albarello, qui n’était déjà pas présent à la précédente CSS.

Celle du conseiller régional d’Ile de France et maire de Coubron, Ludovic Toro, qui n’a pas assisté à cette CSS depuis bientôt 1 an.

 

Elus de ces 2 communes  de Claye-Souilly et Coubron qui n'ont pas souhaité verser de subvention à la CRIIRAD, une association connue pour ses expertises indépendantes dans le secteur de la radioactivité, dont les riverains ont besoin pour les soutenir.

 

 

 

Lors de la visite d’une petite partie du site c’est, en quelque sorte, une impression d’après guerre, de désolation qui ressortait : des bâtiments à moitié démolis, des tas de gravats, de terres….

Projet d’exploitation du gypse sur l’ancien site d’expérimentation du CEA du Fort de Vaujours : les riverains inquiets !

 

 

Un court résumé de cette CSS :

- Placoplatre doit laver à grande eau des canalisations dont on ne connaît pas l’état puisque l’industriel indique qu’il lui est impossible de passer des caméras à l’intérieur pour faire un contrôle, il semblerait que certaines soient bouchées pour partie.

- Placoplatre dit qu’il récupérera les eaux de lavage dans des bacs et contrôlera leur état de pollution, mais qui nous prouve qu’aucunes eaux polluées ne se retrouveront dans nos rivières et notre nappe phréatique.

 

Depuis des mois les associations environnementales demandent qu’avant d’effectuer ces travaux une étude par un hydrogéologue agrée soit effectuée pour connaître le sens exact d’écoulement des eaux de surface et des eaux souterraines, mais pour l’instant l’ETAT n’a pas donné suite à leur demande.

 

Concernant la pollution radioactive, Mme Royal a nommé l’ASN pour superviser les travaux.

 

Concernant la pollution chimique, Mme Royal n’a nommé aucun expert pour superviser les travaux, bien qu’il y ait quelques mois un membre de son cabinet, qui avait reçu 3 sénateurs, promettait de le faire.

 

Nous attendons la réponse du CEA pour connaître notamment la composition isotopique (1) et la concentration maximale des différentes impuretés contenues dans l’uranium appauvri utilisé provenant du retraitement de combustible irradié.

 

(1) http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Nucleaire_et_societe/education-radioprotection/bases_radioactivite/Pages/3-isotope.aspx#.WMvdDtThAsY

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 18:22

 

 

Nature Environnement 77 avait  demandé que soient invités, à la CSS Fort de Vaujours du 23/6/2016, en qualité de membres qualifiés, Damien Girard, maire de Pontfaverger-Moronvilliers et René Petitprêtre, président de l'association de défense de l'environnement de Pontfaverger-Moronvilliers et sa région.

 

Moronvilliers est le site jumeau du CEA de Vaujours sur lequel ont été réalisés des essais similaires à celui de Vaujours.

 

Damien Girard et René Petitprêtre travaillent depuis de nombreuses années sur le dossier de Moronvilliers, l’échange de vue entre les élus et associations des 2 sites, n'aurait pu être que constructif mais certains en ont décidé autrement.

 

La majorité des membres du bureau de la commission de suivi de site du fort de Vaujours a refusé.

 

Hier s’est réuni la 1ère commission d'information auprès du site du CEA de Moronvilliers (51)

Damien Girard, maire de Pontfaverger-Moronvilliers avait demandé au préfet de la Marne que soit invité Pierre Laporte, vice président du Conseil Départemental 93 et membre de la CSS Fort de Vaujours, mais comme à Vaujours la demande a été refusée.

 

Ce 2ème refus  n’est pas enclin à calmer les esprits et l’angoisse des riverains de ces 2 sites.

 

 

Que nous cache-t-on ?

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 14:40

 

Le conseil technique de la CRIIRAD en soutien aux populations riveraines dans l’angoisse est nécessaire dans le lourd dossier du Fort de Courtry/Vaujours.

 

Nous regrettons que le député Pascal Popelin , de la 12ème circonscription du 93, qui couvre la commune de Vaujours n’ait pas souhaité verser une subvention à la CRIIRAD, au travers de sa réserve parlementaire.

 

Vous trouverez ci-dessous le détail des sommes versées par l’élu au travers de sa réserve parlementaire :

2016 http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2016?idDemandeur=610354&typeTri=dest

2015 http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2015?idDemandeur=610354&typeTri=dest

2014 http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2014?idDemandeur=610354&typeTri=dest

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche