Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 16:05

 

Plusieurs administrateurs des fédérations d’associations environnementales, Environnement 93 et Nature Environnement 77, sont allés consulter les archives du Fort de Vaujours dans les locaux de l’Agence de Sureté Nucléaire à Paris.

 

 De très nombreux et volumineux documents, dont certains portaient sur l’abandon du site, ont été mis à leur disposition par l’Agence de Sureté Nucléaire. Certains de ces documents ont pu être photographiés ou scannés et vont pouvoir maintenant être étudiés en détail.

 

Partager cet article
Repost0
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 19:07
Usine Placoplatre Vaujours

Usine Placoplatre Vaujours

Préserver les ressources de gypse ne semble pas être la volonté première de l’ETAT en Seine et Marne.
Après le sable et le gravier qui sont pratiquement épuisés en bordure de Marne, c’est le gypse qui devrait suivre.
En effet il faut nourrir la méga usine Placoplatre de Vaujours  pour lui permettre, entre autres, d’exporter nos ressources à l’étranger.
Paru le 21/7/2016 dans Actu Environnement :
L'extraction mondiale de matières premières a triplé depuis 1970

Ressources naturelles  |    |  Rachida Boughriet

 

La quantité de matières premières extraites de la planète est passée de 22 milliards de tonnes en 1970 à 70 milliards de tonnes en 2010, alerte le Programme des nations unies pour l'environnement (Pnue) dans un rapport publié le 20 juillet.

Le rapport classe les pays en fonction de l'importance de l'empreinte écologique de l'utilisation des matières par habitant. Ces 40 dernières années, les pays riches en consomment en moyenne "10 fois plus que les pays les plus pauvres et deux fois plus que la moyenne mondiale".

L'Europe et l'Amérique du Nord, dont l'empreinte écologique des matières premières par habitant se situait entre 20 et 25 tonnes par habitant en 2010, occupent les premières places. En comparaison, l'empreinte écologique de l'utilisation des matières premières de la Chine était de 14 tonnes par habitant et 13 pour le Brésil. L'empreinte écologique annuelle par habitant en Asie-Pacifique, en Amérique latine, dans les Caraïbes et l'Asie de l'Ouest se situait entre 9 et 10 tonnes. L'empreinte de l'Afrique était quant à elle inférieure à 3 tonnes par habitant.

Depuis les années 2000, l'utilisation mondiale des matières premières par les économies émergentes, comme la Chine, s'est accélérée, souligne le Pnue. Ces dernières connaissent "des transformations industrielles et urbaines nécessitant des quantités de fer, d'acier, de ciment, d'énergie et de matériaux de construction sans précédent".

Or, l'économie mondiale a désormais besoin de plus de matières premières par unité de PIB "qu'il n'en fallait au tournant du siècle". 180 milliards de tonnes de matières premières seront nécessaires chaque année, à l'horizon 2050, afin de pouvoir satisfaire la demande mondiale,prévient le Pnue. Soit trois fois la quantité des ressources actuelles. Ce qui pourrait entraîner "l'acidification et l'eutrophisation des sols et des nappes d'eau du monde, augmenter l'érosion des sols et générer davantage de déchets et de pollution".

Cette situation a entraîné "une pression environnementale accrue" sur chaque unité d'activité économique. "L'augmentation spectaculaire de l'utilisation des carburants fossiles, des métaux et de tous autres matériaux contribueront à l'intensification du changement climatique, à l'augmentation de la pollution, à la réduction de la biodiversité et finalement mènera à l'épuisement des ressources naturelles (…) et entraînera une augmentation des risques de conflits locaux", met en garde le rapport.

Le Pnue recommande de fixer un prix aux matières premières lors de leur extraction et de leur utilisation "afin de refléter les coûts sociaux et environnementaux associés et de viser à réduire leur consommation". Il estime que "la seule amélioration de l'efficacité des matières premières n'est pas suffisante" pour inverser la tendance.

Rachida Boughriet, journaliste
Rédactrice spécialisée

http://www.actu-environnement.com/ae/news/extraction-mondiale-matieres-premieres-triple-1970-27256.php4

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 14:59

 

 

 

Lors de la fermeture du CEA de Courtry/Vaujours c’est la Sté Navarra frères qui a été chargée du déminage, désobusage du site ou « dépollution pyrotechnique » pour employer les mots utilisés par l’élite.

 

La Sté Navarra frères est une filiale du groupe GTM et Vinci.

C’est en 1891 qu’est créée la Sté des Grands Travaux de Marseille GTM, par les milieux d’affaires marseillais, pour construire un réseau moderne d’égouts à Marseille.

En 1998 le groupe GTM rachètera la Sté Navarra frères (1) spécialisée dans la dépollution pyrotechnique (Sté créée en 1976)

En 2000 Vinci fusionne avec GTM.

 

 

A la lecture du rapport d’activité de juillet 1998 de Navarra Frères, on apprend que le déminage a été réalisé  seulement à une profondeur de 50 cm.

 

Il a été découvert :

- près de 90 obus dont 51 obus actifs

- 1 bombe papillon

- des grenades

- des fusées

- des détonateurs

- empennages de bombes

….

Les destructions des munitions ont eu lieu sur le site du Fort de Vaujours, dans la batterie nord, le 29 juillet 1998.

 

 

 

Dans le but d’exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert, Placoplatre, présente depuis 2015 lors des CSS quelques informations concernant les opérations de déminage effectuées sur le site, informations difficiles à décrypter, très embrouillées.

De ce qui ressort de ces informations, il semblerait que Placoplatre est déminé une partie du site à  un mètre et parfois à 2 mètres de profondeur…..

 

 Lors de la dernière commission de suivi de site, Placoplatre a indiqué  avoir détruit des munitions à plusieurs reprises le 16/12/2015, le 4/2/2016 et le 9/6/2016 :

- près de 90 obus explosifs

- des fusées d’obus

- des grenades

 

 

 

Combien de munitions

dorment encore

dans les entrailles du Fort de Vaujours ?

 

Personne ne peut le dire

 

 

 

 

L’ETAT dit :

Que le gypse est une ressource d’intérêt  national et européen

 

 

L’ETAT ne dit pas :

De quel intérêt

est

 la vie des ouvriers

qui devront extraire le gypse sur ce site dangereux  ?

 

 

 

Plutôt que de faire prendre des risques

à ces ouvriers

ne pourrait-on pas plutôt les employer

 à  recycler le plâtre

que l’on déverse

par milliers de tonnes

dans la décharge de Claye-Souilly ?

 

 

A vous de juger

 

 

 

 


 

 

(1) http://www.navarrats.fr/france/navarra-ts.nsf/web/historique.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 20:40
Paru dans le Parisien 77 :
Fort de Vaujours : les opposants à la carrière de gypse dénoncent un « 49-3 préfectoral »

|Grégory Plesse|      23 juin 2016, 19h08|0

 

 

C’est un véritable coup de massue qui s’est abattu sur Courtry, Villevaudé et Le Pin. Ils ont tous récemment appris, « sans avoir été consultés au préalable », que le préfet de Seine-et-Marne a créé deux « projets d’intérêt général relatifs à l’exploitation du gisement de gypse de la butte de l’Aulnay » qui en gros, retire aux maires leurs prérogatives en matière d’urbanisme.

Un « 49-3 préfectoral » dénoncé par le collectif « Sauvons la Dhuis » et l’association Adenca qui sert directement les intérêts des plâtriers du secteur, et notamment de la société Placoplâtre, qui a depuis plusieurs années des vues sur des gisements situés au fort de Vaujours et à Villevaudé mais dont les ambitions étaient jusqu’ici freinées par la résistance des maires. Celles-ci sont désormais effacées, ces derniers n’ayant plus voix au chapitre. Pour mettre ainsi la démocratie entre parenthèses, la préfecture fait valoir que le gypse, minerai à partir duquel est produit le plâtre, est érigé en « ressource stratégique d’intérêt national ». Or c’est entre la Seine-et-Marne et la Seine-Saint-Denis,à proximité immédiate des usines de Vaujours (Placoplatre) et du Pin (Siniat), que se trouvent les meilleurs gisements.

p>Pour ces raisons, la préfecture estime que « l’exploitation des ressources en gypse de Seine-et-Marne indispensable pour garantir l’approvisionnement pour les prochaines décennies des sites industriels du Pin et de Vaujours » mais aussi « nécessaire pour justifier les importants investissements de modernisation de ces sites industriels ». Placoplâtre a en effet investi 300M€ en dix ans dans son usine de Vaujours, qui fait figure de référence internationale.

Mais comme le confie le cabinet du maire de Courtry, « on a le sentiment que le seul interlocuteur de l’Etat, c’est Placoplâtre. En termes de démocratie, c’est très limite ». Le maire de Courtry, Xavier Vanderbise (LR), rappelle dans un courrier adressé au préfet -et à ce jour sans réponse- que, dans le cas du fort de Vaujours, « aucun élément ne permet aujourd’hui d’affirmer que le fort, autrefois occupé par le Commissariat à l’énergie atomique, ne présente aucun danger pour les populations voisines et les salariés travaillant sur le site ». En somme, une opposition claire à ce projet, qui a été formalisée lundi en conseil municipal par une motion votée à l’unanimité.

Au Pin, Sylvie Fassier (SE) s’estime « perdante sur toute la ligne » : la contribution économique territoriale (rempalçant la taxe professionnelle, NDLR) générée par l’activité de Siniat est perçue par l’intercommunalité et sur le Pin, « il n’y a pas de projet d’extraction envisagé ».

Contacté, Gilles Bouchet, responsable du développement des carrières chez Placoplâtre affirme qu’il « reste ouvert à la concertation avec les élus ».

 

A Villevaudé, les pavillons risquent de perdre 20 % de leur valeur

 

A Villevaudé, où il est envisagé de raser le bois Gratuel pour y ouvrir une carrière à ciel ouvert, les amoureux de la nature se mobilisent. Et aussi les propriétaires qui s’inquiètent de la dégradation de la valeur de leur patrimoine immobilier.

Comme le rappelle l’agent immobilier Paul Hintermeyer, « le quartier et l’environnement d’un bien immobilier représentent au moins 30% de sa valeur. Si un bois disparaît au profit d’un grand trou où circulent des camions toute la journée, on peut tabler sur une baisse d’au moins 20% de la valeur d’un bien ».

 

G.P.

leparisien.fr

 

 

http://www.leparisien.fr/le-pin-77181/fort-de-vaujours-les-opposants-a-la-carriere-de-gypse-denoncent-un-49-3-prefectoral-23-06-2016-5908387.php

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 13:59

 

Qu’est-ce qu’un

Projet d’Intéret Général PIG ?

 

 

Voilà ce qu’en dit la direction technique territoires et ville :

 

« Le projet d’intérêt général (PIG) constitue depuis les lois de décentralisation de 1983 l’un des outils dont dispose l’État pour garantir la réalisation de projets présentant un caractère d’utilité publique, et relevant d’intérêts dépassant le cadre communal, voire intercommunal.
La qualification par le préfet d’un projet ayant un caractère d’utilité publique en PIG induit une obligation d’adaptation des documents d’urbanisme nécessaire à sa mise en œuvre. 
La loi portant engagement national pour l’environnement du 12 juillet 2010, a défini les directives territoriales d’aménagement et de développement durables (DTADD) qui ne sont pas directement opposables aux documents d’urbanisme, et a établi la possibilité de qualifier de projets d’intérêt général (PIG), les mesures de protection des espaces naturels, agricoles et forestier et autres aménagements nécessaires à la mise en œuvre des DTADD. »

http://www.outil2amenagement.certu.developpement-durable.gouv.fr/pig-projet-d-interet-general-a671.html

 

 

Pour faire court, ce système permet de supprimer toutes les barrières à un projet, en l’occurrence ici  le projet industriel Placoplatre.

Les maires qui sont opposés au projet  seront contraints par l’ETAT de  modifier leur document d’urbanisme pour permettre à ce projet d’aboutir sans problèmes.

 

Dans le cadre de la dite « démocratie à la française », un registre sera mis à votre disposition en mairie de Courtry,  Villevaudé et Le Pin dans lequel pour pourrez indiquer vos observations mais le Préfet ne sera pas tenu de prendre en compte vos demandes.

 

C’est l’ETAT qui décidera pour vous riverains du nord-ouest 77 qui n’en pouvez plus de recevoir les ordures des autres, car après avoir rongé jusqu’à l’os vos ressources de gypse l’industriel à l’intention de remplir les trous avec des déchets « dits inertes » du Grand Paris, en quelque sorte pour rendre service, comme personne n’en veut, un service qui ne sera pas gratuit car l’industriel se fera également  payer pour recevoir ces déchets dans ses carrières.

 

La double peine

pour les riverains des carrières de gypse.

 

Le double bénéfice

pour l’industriel.

 

 

Vous pourrez consulter les dossiers en mairies de Courtry, Villevaudé et Le Pin et indiquer vos observations entre le 13/6 et 12/7/2016, vous  trouverez également toutes les informations concernant ces 2 projets sur le site de la préfecture :

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/ICPE-carrieres/PIG-Projet-d-interet-general

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 10:12

 

Philippe GALLI, un préfet choisi "à point nommé" pour la Seine St Denis ?

 

 

En effet nous constatons que Philippe GALLI, a été nommé préfet du 93 le 5/6/2013, alors que le conflit autour du projet d’exploitation de gypse sur l’ancien fort de Vaujours commençait à prendre de l’ampleur.

 

 

Un préfet qui ne semble pas avoir été choisi au hasard ?

 

A vous de juger

 

 

 

 Philippe GALLI semble être en quelque sorte l’interlocuteur privilégié de St Gobain, de différents élus et médias….

 

Car il faut savoir que  Philippe GALLI est membre du club très fermé « Le Siècle » (1) constitué de « l’élite » la plus puissante de France, « élite » qui se réunit en général une fois par mois dans les salons du « Cercle de l’Union interaillée », près de l’Elysée.

 

Quelques membres de ce club :

- de St Gobain : son PDG  Pierre André de CHALENDAR,

son président d’honneur Jean-Louis BEFFA,

ses administrateurs Isabelle BOUILLOT, Anne-Marie IDRAC, Denis RANQUE, Philippe VARIN.

 

- l’ancien dirigeant du CEA Bernard BIGOT

- l’ancien ingénieur CEA Anne LAUVERGEON

 

- les députés LR du 77: Christian JACOB, Jean-François COPE, Franck RIESTER

- la député PS du 93 : Elisabeth GUIGOU.

 

- La  présidente du Conseil Régional : Valérie PECRESSE (LR)

- La vice présidente du Conseil Régional, chargée de l'Environnement Chantal JOUANNO (UDI)

 

- Les ministres PS :

Marisol TOURAINE, ministre de la Santé,

Bernard CAZENEUVE, ministre de l’Intérieur

Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la Défense….

 

- Les journalistes Arlette CHABOT, Emmanuel CHAIN, David PUJADAS, Jean-Marie COLOMBANI, Christine OCKRENT…..

 

- Les anciens dirigeants de la CFDT : Nicole NOTTA et François CHEREQUE.

 

 

Ont été membres de ce club :

- François HOLLANDE, Manuel VALLS, Jean-Paul HUCHON…

 

 

Rappelons que  Philippe GALLI, préfet du 93 :

- a établi avec la préfète du 77 le règlement intérieur de la CSS Fort de Courtry/Vaujours qui semble bien moins contraignant pour le groupe St Gobain que pour son voisin le groupe SITA

 

- a choisi pour siéger à la CSS une association qui a été subventionnée pendant plusieurs années par la Fondation Placoplatre alors qu’il refusait d’autres associations.

 

 

Rappelons que l'ARS IDF a refusé d'effectuer une étude épidémiologique autour du fort de Courtry/Vaujours, c'est un service qui est dirigé par la ministre de la Santé Marisol TOURAINE, citée plus haut.

 

Rappelons que  Jean-Paul HUCHON, cité plus haut, a fait voter le SDRIF qui décrète que le gypse est “richesse d’importance nationale” et d’intérêt communautaire.

 

Rappelons que  Bernard BIGOT, cité plus haut, a été :

- haut commissaire à l’énergie atomique CEA (2003-2009)

- vice président du Conseil Supérieur de la Sureté Nucléaire

- président du conseil d’administration du CEA (2009-2014)

 

Rappelons que  Anne LAUVERGEON, citée plus haut, était en 1985, ingénieur CEA chargée des problèmes sureté et environnement et chargée du sous-sol pour la région IDF.

 

 

Ne dérangez surtout pas ces « élites »

ils sont occupés ailleurs

 

 

 

Les problèmes de santé

des

« petites gens »

de

l’est parisien

ne semblent pas être

au centre de leurs préoccupations.

 

 

 

 

Sources :

- Ouvrage d’Emmanuel Ratier : « Au cœur du Pouvoir » édité par Facta 

http://librairie-facta.com/2015/03/11/au-coeur-du-pouvoir-demmanuel-ratier-version-2015-augmentee-disponible-a-la-librairie/

 

(1) http://www.lesiecle.asso.fr/

 

http://www.challenges.fr/economie/20131223.CHA8714/le-siecle-club-tres-select-des-elites-francaises-demenage.html

http://www.syti.net/Organisations/LeSiecle.html

http://blogs.mediapart.fr/blog/robert-joumard/310111/le-siecle

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 10:46

 

Projet carrière Placoplatre Fort de Vaujours :

Le chantage à  l’emploi

 Placoplatre

semble connaître ?

 

Rappelez-vous comment, il y a quelques années, Placoplatre avait mis en difficulté les riverains de la future carrière à ciel ouvert de Villeparisis, en envoyant face à eux  ses salariés qui pour la plupart habitaient bien loin de Villeparisis et n’étaient pas concernés par les nuisances de la carrière.

 

Aujourd’hui la situation est tout autre.

 

La santé de milliers de riverains

ne peut pas être sacrifiée

 contre

une poignée d’emplois.

 

 

D’autant que des emplois Placoplatre (groupe St Gobain) pourrait en créer, mais depuis des décennies la multinationale réduit ses effectifs, comme peau de chagrin, en mécanisant à outrance.

 

Placoplatre  pourrait créer des emplois en recyclant les milliers de tonnes de plâtre qui sont  déversées chaque année dans les décharges de Seine et Marne.

 

Placoplatre pourrait créer des emplois en recyclant  les terres gypsifères du Grand Paris.

 

 

 

Mais la préoccupation principale de la multinationale

ne semble être que le profit

pour verser plus de dividendes

 à ses actionnaires.

 

 

Les industriels doivent grandir,

nous ne sommes plus au 19ème siècle

aujourd’hui

ils doivent concilier 

emploi, santé-environnement et profit.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 20:20

 

 

Aujourd’hui se tenait à la sous préfecture de Torcy la commission de suivi de site Fort de Vaujours, quelques minutes après le début de la réunion plusieurs élus ont claqué la porte,

indiquant qu’ils n’assisteraient plus à cette commission. Il s’agit  de Ludovic Toro, maire de Coubron et médecin de profession, de Xavier Vanderbise, maire de Courtry.

 

Il faut dire que dans ces 2 départements du 93 et 77 où l’espérance de vie est la plus faible d’Ile de France et dans ce secteur du nord-ouest 77 particulièrement impacté par une masse d’activités polluantes, les élus sont fortement sollicités par les populations qui n’en peuvent plus de voir autour d’elles tous ces problèmes de santé et ces jeunes décéder prématurément sans que ni le ministère de la santé ni celui de l’écologie ne lève le petit doigt.

 

Ludovic Toro avait demandé dans les 2 précédentes réunions à l’Agence Régionale de Santé de lui fournir les statistiques concernant les décès sur Coubron et Vaujours, soutenu par une association environnementale qui le demandait également sur Villeparisis.

Mais l’Agence Régionale de Santé fait la sourde oreille.

 

l’Agence de Sureté Nucléaire fait des inspections quand les préfets lui demande, 1 fois tous les 6 mois environ.

 

Concernnant la démolition des bâtiments, lors de la dernière inspection de décembre  l’ASN a constaté que les murs extérieurs n’étaient pas investigués  radiologiquement sur toute la hauteur.

 

Concernant  la sortie des déchets du site, bien qu’un portique de contrôle de la radioactivité soit mis en place, l’ASN  souhaite que des investigations complémentaires soient réalisées directement sur les déchets, car le portique n’est pas toujours sensible à certains déchets radioactifs.

 

Quant aux salariés qui travaillent sur le site, ils ne sont pas munis de dosimètre pour contrôler la radioactivité, alors que les employés de l’entreprise Burgeap qui contrôle le site en sont munis.

 

Des balises contrôlent la radioactivité sur le site mais aucunes ne contrôlent  les émissions de poussières (amiante, métaux lourds arsenic, plomb...)

Il est vrai que pour  les émissions poussières Placoplatre connaît bien pour être déjà le 5ème plus important émetteur de poussières  pour son usine de fabrication de plâtre de Vaujours.

 

Quand à l’inspection du travail qui assistait à la visite de l’ASN de décembre, elle est muette, son rapport est secret et ne sera pas fourni aux membres de la commission.

 

Pour L’Agence régionale de Santé c’est autre chose, elle n’a pas fait de rapport, comme cela vous êtes édifié.

 

 

 

Paru de le Parisien 77 :

 

Fort de Vaujours : les élus claquent la porte de la commission de suivi

T.P. | 10 Févr. 2016, 19h20 | MAJ : 10 Févr. 2016, 19h20

 

Trop, c’est trop. Ce mercredi, Ludovic Toro, maire (UDI) de Coubron, Dominique Bailly, maire (UDI) de Vaujours, et Xavier Vanderbise, maire (LR) de Courtry (Seine-et-Marne), ont claqué la porte de...

 

 

 

http://www.leparisien.fr/vaujours-93410/fort-de-vaujours-les-elus-claquent-la-porte-de-la-commission-de-suivi-10-02-2016-5532655.php

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 09:15

 

 

 

Qu'en est-il un an

après l'édition

de notre article du 8/1/2015 ?

 

Un Conseil Régional aux abonnés absents !

 

 

Réédition de notre article  du 5 janvier 2015

L’exploitation du gypse dans la forêt régionale de Montgé en Goële : une bonne affaire pour le Conseil Régional IDF !

 

  

                                    Forêt régionale de Montgé en Goële

 

 

 

 

Le nouveau conseil régional  IDF va-t-il permettre à l’industriel Knauf de détruire la forêt régionale de Montgé en Goële, en implantant une carrière à ciel ouvert remblayée par des déchets !

 

 

L’exploitation du gypse

dans la forêt régionale de Montgé en Goële

une bonne affaire pour le Conseil Régional IDF !

 

 

Le Conseil Régional Ile de France a engagé  en 1992 une procédure d’utilité publique pour lui permettre d’acquérir les terrains de la forêt de Montgé en Goële.

 

Pour faire court c’était dans le but :

- de préserver les boisements senescents (1), des boisements qui ont dépassé l’âge d’exploitabilité

- de maintenir les continuités écologiques

- d’accueillir le public pour des activités de plein air.....

 

Aujourd’hui il se pourrait que cette procédure d’utilité publique puisse être détournée de son but initial au profit d’une entreprise privée car  le carrier allemand  Knauf voudrait exploiter une carrière à ciel ouvert dans cette forêt qui appartient  en grande partie (596 ha) aux contribuables de l’Ile de France.

 

Une affaire qui pourrait être très lucrative pour le Conseil Régional d’Ile de France au travers de l’AEV.

 

En effet l’industriel Knauf a besoin d’obtenir un droit de fortage, pour ce faire le Conseil Régional d’Ile de France au travers de l’AEV peut en votre nom donner un droit de fortage à l’industriel Knauf, c’est-à-dire autoriser cet industriel à exploiter le gypse dans la forêt de Montgé en Goële contre le versement  d’une redevance.

 ( pour mémoire l’AEV perçoit environ 500 00 € par an pour l’exploitation souterraine de gypse sous la butte de Parisis (95)

 

Cette exploitation pourrait rapporter beaucoup d’argent à l’AEV et surtout presque 10 fois plus si l’exploitation est pratiquée à ciel ouvert que si elle est pratiquée en souterrain (2), en effet la redevance est versée au prorata de la tonne de gypse extraite.

 

Détruire la forêt de Montgé en Goële, en exploitant le gypse à ciel ouvert, donnerait de la trésorerie à l’AEV     pour acheter et préserver des espaces naturels ailleurs en Ile de France.

 

Et puis les travaux du Grand Paris ont besoin de trous pour déverser leurs déchets, cela ferait d’une pierre deux coups.

 

 

Pourquoi

 ne pas continuer à détruire ce secteur martyrisé

d'ailleurs comme le disent certains

 

" comme chez vous tout est foutu

pourquoi 

ne pas en rajouter une couche" ?

 

A vous de juger

 

 

 

 

 (1) http://crpf-paysdelaloire.fr/sites/default/files/fiches/les_bois_senescents.pdf

 

(2) version provisoire plan paysage et ressources de la butte de montgé présentation de scénarios d’évolution en comité de pilotage phase 2 élaboration des scénarios d’évolution 1/7/2014 (Omnibus /2G Génie Géologique/Rounet Guitel

 

 

 

 

 

Pour plus d'informations contactez vos élus du conseil régional IDF :

 

Mme Anne CHAIN-LARCHÉ (LR)

Maire St Denis les Rebais, vice présidente du Conseil Régional chargée  de la ruralité et de l’agriculture

 

 

Mme Marie-Pierre Badré (LR) Adjointe au Maire de Couilly Pont aux Dames

M. Gilles Battail (LR) Maire deDammarie les Lys

M. Joffrey BOLLÉE (FN)

M. Pierre CHERRIER (FN) de la Celle St Cloud (92)

M. James CHERON (UDI) Adjoint au maire de Montereau Fault Yonne

Mme Aurélie COURNET (FN) de Paris

M. Gilbert CUZOU   (PS) de Paris

M. Benoît CHEVRON (LR) de Villiers St Georges, Président de la Fédération Départementale des Chasseurs

M. Bertrand DUTHEIL DE LA ROCHERE (FN)

Mme Sylvie FUCHS (FDG) Conseillère municipale  de Roissy en Brie

M. François Kalfon (PS ) Conseiller municipal Melun

M. Éric Jeunemaître (LR) Adjoint au maire de Provins

Mme Sylvie MONCHECOURT (UDI) Maire de Montigny sur Loing

Mme Laure-Agnès MOLLARD-CADIX (UDI) Conseillère municipale de Combs la Ville       

Mme Bénédicte MONVILLE de CECCO Conseillère municipale de Melun

M. Jean-Paul Planchou (PS ) Ancien maire de Chelles

M. Julien PROFFIT (LR) Conseiller Municipal de Claye-Souilly

Mme Hamida Rezeg (LR) Adjointe au maire de Meaux

Mme Roseline Sarkissian (PSConseillère municipale de Fontainebleau

Membre de la commission Environnement, aménagement du territoire

Mme Claudine Thomas (LR) Adjointe au maire de Chelles

Mme Béatrice TROUSSARD (FN) conseillère municipale de Chelles

M. Frédéric Valletoux (LR) Maire de Fontainebleau

Mme Thi Hong Chau VAN (CD) Adjointe au maire de Bussy Saint Georges

 

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 09:27

 

 

Projet de vente de l’aqueduc de la Dhuis

à Placoplatre 

ou l’argent public dilapidé

par le Conseil Régional IDF !

Extrait dossier de presse 20.9.2008 Inauguration promenade de la Dhuis

Extrait dossier de presse 20.9.2008 Inauguration promenade de la Dhuis

 

 

6.4 millions d’euros dépensés

par le Conseil Régional IDF (1)

en 2007/2008

qui vont partir en fumée ?

 

Le Conseil Régional IDF a dépensé 6.4 millions d’euros pour aménager cette liaison verte (1) et aujourd’hui nous apprenons par un article paru dans le Parisien 77 du 27/1/2016 que la ville de Paris, propriétaire de l’aqueduc de la Dhuis, ne semble pas opposée à la vente future de cet aqueduc pour permettre à Placoplatre d'exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert.

 

 

Valérie Pécresse

qui dit vouloir aider les villages ruraux

est prioritaire pour racheter

l’aqueduc de la Dhuis à la ville de Paris

mais il ne semble pas que ce soit

dans ses projets.

 

 

 

Valérie Pécresse

 préfère, semble-t-il,

dépenser l’argent du contribuable

 pour subventionner un projet coûteux

de construction d’un centre administratif à Claye-Souilly

dont la ville pourrait se passer

en rénovant les bureaux

de l’ancien centre de sécurité sociale.

 

 

 

(1)  file:///C:/Documents%20and%20Settings/Station/Mes%20documents/Downloads/2008-cp-promenade-regionale-de-la-dhuis-inauguration-de-la-promenade-de-l-acqueduc-de-la-dhuis.pdf

 

promenade de la Dhuis à Villevaudé

promenade de la Dhuis à Villevaudé

Partager cet article
Repost0

Recherche