Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 16:10

 

 

 

placoplatre 16.5.2009 010

Carrière à ciel ouvert Placoplâtre Villeparisis 26.5.2009

 

 

Ce que Placoplâtre  (groupe St Gobain)

veut nous faire au bord de la Dhuis

La multinationale a peut-être des droits mais elle a aussi  un devoir :

celui de respecter l’environnement des habitants du canton de Claye-Souilly 

 

 

 

Paru sur le site du collectif « Sauvons la Dhuis » :

DHUIS : Les carrières à ciel ouvert ou l'Avenir des milieux naturels le long de la Dhuis

Le collectif Sauvons la Dhuis, lutte pour la préservation des milieux naturels qui longent la Dhuis.

En effet, le Bois Gratuel (Villevaudé), le Bois de Montjay et de Grivet (Villevaudé), l'anciennecarrière Letellier ou les Fosses Maloré (Claye-Souilly, Annet-sur-Marne) sont menacés par les industriels du Plâtre (Placoplâtre - Saint-Gobain, ETEX anciennement Lafarge Plâtre).

Le Bois Gratuel est aujourd'hui directement menacé comme nous vous l'avions annoncé lors du dernier communiqué du collectif

Au delà des mots, ils convient de comprendre les désastres écologiques qu'engendrent les carrières de gypse (plâtre) à ciel ouvert.

Pour cela, nous allons vous montrer des photos récentes de 2 carrières à ciel ouvert qui ont déjà anéantis les abords direct de la Dhuis. A savoir, la carrière de Bois le Comte (Villeparisis) et la carrière de Villevaude - Le Pin……

Voyez les photos sur le lien qui suit :

 

http://sauvons.dhuis.fr/post/2012/12/23/DHUIS-%3A-Les-carri%C3%A8res-%C3%A0-ciel-ouvert-ou-l-Avenir-des-milieux-naturels-le-long-de-la-Dhuis

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 10:54

manifestation novembre 2011

Paru sur le site du collectif "Sauvons la Dhuis" :

DHUIS : Reprise des hostilités avec Placoplâtre

Dhuis : Reprise des hostilités avec Placoplâtre

PLACOPLATRE PERSISTE A DETRUIRE NOTRE CADRE DE VIE
Communiqué officiel du collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr :

Ce Mardi 04 Décembre 2012, le collectif « Sauvons la Dhuis » a assisté à uneCommission Locale de Concertation et de Surveillance (CLCS) des carrières de Gypse de l’Est franciien exploitées par la société Placoplâtre (BPB Placo, filiale du groupe Saint-Gobain). Cette CLCS a été orchestrée par les sous-préfets du 93 et du 77 en présence des élus et des services de l’Etat.

Le collectif « Sauvons la Dhuis » a donc pris connaissance des nouvelles menaces sévères qui pèsent sur la Dhuis.
Villevaudé : Projet de Destruction du Bois de Gratuel :

Placoplâtre a présenté un projet d’exploitation d’unenouvelle carrière à ciel ouvert sur la communede Villevaudé au lieu dit du Bois de Gratuel.

Ce bois traversé par l’Aqueduc et la promenade de la Dhuis fait parti intégrante du corridor écologique ou trame verte qui relie la SeineSaint-Denis (93) et la Seine et Marne (77).

 

La coulée verte de la Dhuis

N’ayant pu devenir propriétaire de la Dhuis grâce aux actions du Collectif et à la force de la mobilisation citoyenne, Placoplâtre a décidé de présenter un projet d’exploitation à ciel ouvert qui viendrait à anéantir la majeure partie du bois en venant buter contre la promenade de la Dhuis.

Élément charnière de la trame verte de l’Est Francilien, le bois de Gratuel parcouru par la Dhuis, sur la commune de Villevaudé, possède un réseau important de mares naturelles abritant un nombre non négligeable d’espèces protégées au niveau national.

Ce projet s’oppose aux normes sanitaires liées au périmètre de protection de la Dhuis. En effet, ce bien d’utilité publique doit posséder des bandes de protection sanitaires de 40 mètres de large de part et d'autre de son emprise

 

Exemple de carrière à ciel ouvert.

Le succès de nos actions de préservation de la Dhuis a permis de préserver les milieux naturels du bois de Gratuel situés au nord de la Dhuis. Nos précédentes actions n’ont donc pas été vaines mais le site et la trame verte n’en demeurent pas moins gravement menacés.

 

Manifestation pour la sauvegarde la Dhuis en date du 19 Novembre 2011 avec plus de 900 personnes.
Le collectif « Sauvons la Dhuis » s’oppose donc avec la plus grande fermeté à la destruction du bois de Gratuel. Nous demandons donc que l’exploitation du gypse soit réalisée en cavages afin que l’aqueduc de la Dhuis et les milieux naturels qui l'environnent soient préservées de toute forme de destruction. C'est grâce à ce type d'exploitation, plus respectueuse de l'environnement, que le Bois de Bernouille sur Coubron a pu être sauvegardé.
Courtry : Projet de Destruction du Fort de Vaujours :

Sur les communes de Courtry, Vaujours et Coubron surplombe le Fort de Vaujours. Bordée par la Dhuis et de sa promenade, cette anciennefortification chargée d'histoire a été utilisée de 1955 à 1997 par le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA). Le glas de ce patrimoinehistorique semble avoir sonné.

 

Entrée du Fort de Vaujours en 2010.

C’est sur ce site qu’a été développé le détonateur de la première bombe atomique française : la gerboise bleue.

Ce site de 45 hectares présente des risques très importants de contamination résiduelle en matières radioactives (Uranium 238, voire autres).

Cette contamination radiologique a été confirmée en 2001 par la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité) et par le CEA lui-même qui a reconnu que certains ouvrages contaminés avaient été noyés dans le béton compte tenu de l’impossibilité de les décontaminer.

 

Mesure de radioactivité à 33 fois la norme prise dans l'enceinte du fort de Vaujours en Mai 2011 avec un RADEX 1503 certifié par la CRIIRAD.

A cette pollution exceptionnelle en proche banlieue s’ajoutent des risques non moins importants liés à la présence d’explosifs puissants en subsurface, des pollutions en métaux lourds (Arsenic, Cuivre, Plomb, Tungstène, Zirconium, ect.) s’écrit etc) et des pollutions chimiques (Dioxine, PCB, ect.).

Placoplâtre projette d'exploiter ce site à ciel ouvert pour y extraire le gypse.

Après la destruction et démantèlement de la fortification, afin de découvrir le gypse, Placoplâtre propose le retrait 3 à 4 millions de m3 de terres (Unemontagne !!!) et leur transfert dans unecarrière abandonnée située à cheval des communes de Coubron et Vaujours .

La méthode d’exploitation proposée est donc illégale au regard des servitudes imposées. Que penser du déplacement de telles quantités de terre potentiellement polluées et contaminées ?

Dans ce contexte, où les risques sont mal connus donc non maîtrisés, quelles garanties Placoplâtre peut apporter à la sureté des habitants des communes environnantes, à la sécurité des salariés et sous-traitants qui interviendront sur ce site, à la sécurité des riverains et des usagers de la Dhuys ?

 

Dans les entrailles du fort de Vaujours

Comment Placoplâtre peut elle garantir que les 3 à 4 millions de m3 des terres de découvertes seront correctement traités et décontaminés ?

Comment Placoplâtre peut elle raisonnablement garantir la non contamination des sols, de l’air et des eaux compte tenu de la multitude des risques et des millions de m3 de terre à traiter ?

Existe t'il dans un milieu si urbanisé un autre chantier de dépollution de cet ampleur présentant autant de risques radiologiques ?

Comment Placoplâtre peut elle garantir que les matériaux de construction issus de l’exploitation seront exempts de contamination ?

A la lumière de ces très fortes interrogations, le collectif « Sauvons la Dhuis » émet donc les plus grandes réserves à cet autre projet d’exploitation de carrière à ciel ouvert et souligne son caractère parfaitement périlleux et hasardeux.

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr
  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • ADENCA
  • Les Amis de Carnetin
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

 lien vers l'article avec photos :

http://sauvons.dhuis.fr/post/2012/12/06/DHUIS-:-Reprise-des-hostilités-avec-Placoplâtre

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 16:17

 

 

 

 

dhuis villevaudé 2 15.10.2011

aQUEDUC DE LA

 

 

Paru sur le site du Collectif « Sauvons la Dhuis » :

Aqueduc de la Dhuis : Abandon officiel de la Mairie de PARIS et poursuite des opérations du Collectif

Communiqué - Aqueduc de la Dhuis : Abandon officiel de la Mairie de PARIS et poursuite des opérations du Collectif

 

L'aqueduc de la Dhuis ou l'axe fondamental de la trame verte de l'Est Francilien.
Petit historique :

Le 21 Septembre 2011 l’hallali sonne sur une fin annoncée de l’aqueduc de la Dhuis.

  • Début octobre 2011 voit naitre un nouveau collectif « Sauvons la Dhuis » composée d’associations de défense de l’environnement, de cyclotouriste, de randonneurs et de fédérations d’associations environnementales départementales du 77 et du 93.
  • Une pétition en ligne est lancée… les attentes sont largement dépassées le compteur des signataires s’emballe dès la première semaine 5000 signatures au final.

http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

  • Mi octobre alors que le projet de cession de l’aqueduc de la Dhuis doit être débattu en Conseil de Paris le projet est retiré de l’ordre du jour grâce à différentes actions croisées.
  • Début Novembre le collectif demande à être reçu par la Société BP PLACOPLATRE.
  • Mi novembre sous un soleil d’été indien 900 personnes se joignent à pied ou à vélo au collectif sur un tronçon de la Dhuis avec à leurs côtés des membres d’associations du 77 du 93 du 94, des élus locaux maires des communes environnantes, des représentants de tous les partis politiques, des représentants du Conseil Régional, du Conseil Général, le descendant de Monsieur Hausmann.

 

  • En décembre les communes environnantes votent en leurs conseils des motions de soutien et de demande de retrait du projet à la mairie de Paris.
  • Début février le collectif obtient un rendez-vous avec le Conseil Régional du 77 qui lui propose de participer au « Schéma régional de cohérence écologique » (ou SRCE) d'Ile de France. Le collectif va participer à 3 réunions de travail autour de l'élaboration du SRCE entre mars et avril.
  • Début mars le collectif est reçu par Monsieur Mansat le porteur du projet auprès de la Mairie de Paris qui en fin d’entretien confirme son intention de retirer définitivement ce projet de cession des débats du Conseil de Paris.
  • Mi mai le collectif reçoit la confirmation officiel de l’abandon du projet.

 

9 MOIS d’efforts et d’investissements personnels importants pour une première étape.
Remerciements :

Les membres du Collectif « Sauvons la Dhuis » tenait à adresser ses remerciements aux différents soutiens qui lui ont permis depuis le 21 septembre de continuer avec pugnacité son combat pour la préservation de l'aqueduc de la Dhuis.

Nous renouvelons nos remerciements aux communes qui ont fait voter des motions et différentes personnalités politiques présentes lors de la manifestation du 19 novembre, aux élus qui ont acceptés de nous recevoir et de nous entendre, et à Mr Mansat et à la Mairie de Paris pour avoir entendu nos demandes.

Et maintenant :

Après avoir paré à l'urgence en réussissant à faire entendre la voix des habitants du 93 et du 77, le collectif « Sauvons la Dhuis » veut commencer un travail de longue haleine afin de sauvegarder durablement l'aqueduc de la Dhuis comme corridor écologique du Raincy à Dampmart et cela sans discontinuité.

En effet, rien ne protège véritablement l'Aqueduc de la Dhuis en Seine-et-Marne, aucun statut de protection ne le préserve lui et les milieux naturels exceptionnels qu’il alimente.

Ce corridor écologique est majeur pour le vivant de la région Ile de France et l'Est Francilien.

Au-delà de la participation du collectif « Sauvons la Dhuis » au sein du « Schéma régional de cohérence écologique » (ou SRCE) d'Ile de France nous attendons que les acteurs locaux intègre les nouveaux outils issus du Grenelle Environnement de manière volontariste dans leurs documents d’urbanismes.

En effet il est important de signaler que le SRCE est un état des lieux global Ile de France qui ne protège pas les sites naturels mais renvoie aux caractéristiques et protections des sites locaux déjà inscrits comme sites protégés.

Nous tenions à souligner que la société Ecosphère (société d'expertise écologique et environnementale) qui assiste à l'élaboration du SRCE d'Ile de France est également un fournisseur de services des sociétés extractrices de gypse Lafarge et société BP Placoplâtre.

Afin d'éviter toute forme possible de collusion, nous demandons qu'un autre prestataire soit consulté afin d'étudier les secteurs traversés par l'aqueduc de la Dhuis dans l'Est Francilien.

La Dhuis doit prendre ses lettres de noblesse en tant que corridor écologique dans un cadre règlementaire et pérenne. Nous demandons donc officiellement aux élus d’élargir leurs réflexions vers une notion régionale de l’est Parisien et les invitons à inscrire ce corridor écologique et les espaces naturels qu’il alimente en Espaces Naturels Sensibles et Natura 2000.

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr
  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • ADENCA
  • Les Amis de Carnetin
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

http://sauvons.dhuis.fr/post/2012/07/04/Aqueduc-de-la-Dhuis-%3A-Abandon-officiel-de-la-Mairie-de-PARIS-et-poursuite-des-op%C3%A9rations-du-Collectif

Partager cet article
Repost0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 21:05

 

 

 

Claye-Souilly
Ne laissez pas disparaître l’un des plus beaux sites naturalistes du nord-ouest 77
l’ancienne carrière Letellier

 

 

 

 

Letellier 23052011 Libellule a Quatre-Taches m

 

Carrière Letellier Libellule à quatre tâches (photo23/5/2011 Les Abbesses Gagny-Chelles)

 

 

 

 

Consultez les articles parus sur le blog des Abbesses de Gagny-Chelles :

http://blog.gagny-abbesses.info/post/2011/06/16/Autour-de-l-%C3%A9tang-magique-de-la-carri%C3%A8re-Letellier

http://blog.gagny-abbesses.info/post/2011/05/26/Un-petit-d%C3%A9tour-dans-la-carri%C3%A8re-Letellier

http://blog.gagny-abbesses.info/post/2011/03/22/Le-mois-de-mars-2011-dans-le-plus-beau-site-naturaliste-du-nord-Seine-et-Marne

http://blog.gagny-abbesses.info/post/2010/06/17/Les-odonates-de-la-carri%C3%A8re-oubli%C3%A9e

 

 

En effet les terrains de cette ancienne carrière ont été acquis par

la multinationale St Gobain ( à travers  sa filiale Placoplâtre) qui

projette d’y exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert.

 

 

Voir à ce sujet notre article :

http://adenca.over-blog.com/article-claye-souilly-exploitation-de-carrieres-de-gypse-et-risques-de-sismicite-105855519.html

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 13:46

Claye-Souilly
Implantation de près de  900 logements
à proximité d’une ancienne carrière de gypse
qui devrait être de nouveau exploitée dans les années à venir
par la multinationale St Gobain (à travers sa filiale Placoplâtre).
 claye-souilly carrière 05.2012 
                               Claye-Souilly 26/5/2011 à proximité du lotissement de Maupertuis
C’est en effet derrière ce rideau d’arbres qu’une filiale de la multinationale St Gobain
achète depuis des années toutes les parcelles de terrain dans le but d’exploiter une carrière à ciel ouvert comme elle le fait déjà à proximité sur les communes de Villeparisis et Villevaudé.
 
Un arrêté préfectoral du 2 mai 2012 nous apprend que Claye-Souilly est concernée
par une zone de sismicité, c’est pourquoi nous sommes inquiets quand aux risques encourus par la population si des carrières devaient être exploitées sur cette commune.
En effet afin d’exploiter le gypse les carriers utilisent des explosifs, ces mêmes explosifs pourraient semble-t-il produire des mini-séismes donc ajouter un risque à cette zone concernée par la sismicité.
 
Afin de vous informer sur le sujet nous mettons en lien un article paru dans la revue Science et Vie de 2009.
Extrait article paru sur le site  Balades naturalistes Sorties dans la nature en Franche-Comté et ailleurs :

 

Séismes provoqués par les activités humaines

 

par Boris Bellanger (Science & Vie 2009)

 

L'Homme responsable de séismes ? Barrages, mines, forages, géothermie agressent la croûte terrestre engendrant parfois des réactions dévastatrices. Toutes ces installations peuvent déclencher des tremblements de terre. À Bâle (Suisse) en décembre 2006 une mine de charbon dans l'Utah (États-Unis) en août 2007, et un autre dans la région de Sarrebruck (Allemagne) en février 2008 ont enfanté une série de séismes. Sans oublier le dévastateur tremblement de terre survenu au Sichuan en Chine le 12 mai 2008, que certains scientifiques audacieux relient aujourd'hui à la présence du barrage voisin de Zipingpu.

Depuis des décennies, plusieurs observations ont interpellé les scientifiques qui sont à l'écoute des soubresauts de notre planète. "Le soupçon d'influence naît lorsqu'il y a coïncidence dans le temps et dans l'espace entre le tremblement de terre et la mise en activité d'une installation, par exemple lors de la mise en eau d'un barrage, explique Jean-Robert Grasso, du Laboratoire de géophysique interne et tectonophysique de l'université Joseph-Fourier (Grenoble), un des rares Français à se pencher sur ce sujet. "Si l'on observe un événement sismique, on s'interroge, mais lorsque c'est unesérie d'événements qui se produit à un endroit précis, notre certitude augmente."

Pour pouvoir incriminer une ingérence humaine dans la tectonique de la planète, il est nécessaire de connaître précisément l'activité sismique de la région avant la mise en service des installations incriminées. En France, l'historique des secousses ressenties par la population est parfaitement documenté sur les cinq derniers siècles. Ce qui a permis notamment à Jean-Robert Grasso de démontrer de manière flagrante, dès les années 1980, que les séismes enregistrés dans la région de Pau, dont certains de magnitude 4, étaient dus à l'exploitation de l'immense gisement de gaz naturel de Lacq par Elf Aquitaine. Le bassin sédimentaire aquitain était en effet connu jusque-là pour être le plus calme de France au niveau sismique. "Les tremblements de terre apparus dix ans après les premiers pompages à Lacq, en 1969, et qui perdurent depuis, ont donc été facilement repérés", explique Pascal Bernard, sismologue à l'Institut de physique du globe de Paris.

Un autre exemple ? Dans le nord-est des États-Unis, l'exploitation de mines profondes, de vastes carrières à ciel ouvert et de puits d'injection de fluide en profondeur est, d'après les chercheurs, directement à l'origine d'un séisme sur trois enregistrés depuis les années 1980 dans cette région normalement peu active d'un point de vue géologique ! Et ce n'est pas une particularité locale, comme le démontrent les travaux de Christian Kiose, géologue à l'Observatoire de la Terre Lamont-Doherty de l'université Columbia (New York).

Dans une tentative de recensement publiée en août 2007, ce scientifique a dénombré plus de 200 endroits dans le monde pour lesquels l'action humaine a été reconnue comme responsable du déclenchement de séismes. Sa conclusion ? "Si l'on regarde la distribution des séismes déclenchés par l'Homme à l'échelle du globe, il apparaît que la majorité d'entre eux est située dans les régions continentales stables, pour lesquelles le niveau de sismicité naturelle est historiquement bas."

………. 

 

UNE PETITE PERTURBATION SUFFIT À DÉCLENCHER UN SÉISME

Ce qui ressort de l'analyse des nombreux cas recensés est très étonnant : l'Homme n'a pas besoin de perturber fortement le système naturel pour réactiver une faille. "Si la faille est sur le point de rompre, il peut suffire d'un changement de contrainte en profondeur, au niveau de la faille, d'un dixième de bar (c'est-à-dire équivalent à un dixième de la pression atmosphé- rique) pour déclencher la rupture", explique Pascal Bernard. L'homme peut ainsi précipiter l'apparition d'un séisme de la même façon qu'une mouche se posant sur un château de carte en équilibre précaire sera à même, malgré sa légèreté, de le faire s'écrouler. C'est ainsi qu'il aurait déclenché un tremblement de terre à Newcastle, en Australie, en 1989…… 

"Des failles en milieu de cycle peuvent donc très bien être déclenchées par l'Homme, pour peu qu'elles soient très proches du lieu de l'installation", précise Pascal Bernard. Si l'Homme n'a qu'une pichenette à donner pour réveiller une faille endormie, il est donc à même de rivaliser avec les forces mises en œuvre par notre planète...

 

Pour en savoir plus :

Bellanger B. (2009). – Quand l'homme fait trembler la terre Science & Vie avril 2009, n° 1099, pp. 44-59

Lien vers l’article :

http://baladesnaturalistes.hautetfort.com/archive/2012/03/22/seismes-provoques-par-les-activites-humaines.html

 

Pour aller plus loin :

http://www.questmachine.org/article/les_tremblements_de_terre

http://valberange.free.fr/CSDU/tir-de-mine-et-seisme-1928.pdf

http://troglos.free.fr/dossiers_paris_ile_de_france/dossier_carrieres_paris/dossier_gypse_3.html

http://www.leparisien.fr/val-d-oise/plongee-dans-les-entrailles-des-carrieres-de-gypse-14-04-2005-2005864535.php

http://www.datacombes.com/index.php/presse/2001-2/voyage-au-pays-de-l-or-beige.html

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 20:41

dhuis villevaudé 2 15.10.2011

Aqueduc de la Dhuis à Villevaudé

 

 

Une première victoire pour les défenseurs de l'Aqueduc de la Dhuis 

 

 

 

La Mairie de Paris abandonne le  projet de cession

de 4,7 km de l'Aqueduc de la Dhuis sur la butte d'Aulnay

à la société Placoplâtre

 

 

 

 

Attendons maintenant la concertation avec les acteurs locaux..........

 

 

 

 

 

mairie paris

Partager cet article
Repost0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 22:54

dhuis villevaudé 16.10.2011

Aqueduc de la Dhuis 16/10/2011 Villevaudé

 

 

 

 

 

Sauver l’aqueduc de la Dhuis,

c’est aussi protéger  le massif d’Aulnaye

 

 


 

Dans ce département de Seine et Marne envahi par les prospecteurs, fracturé, éventré à l’explosif, pollué par les ordures, les produits chimiques…. où on ne parle que d’argent : l’intérêt économique avant tout.


En effet sous prétexte de créations d’une poignée d’emplois, les multinationales s’approprient nos terres agricoles et détruisent par là même les emplois qui s’y rapportent.

Si un maire est  quelque peu réticent et  souhaite bloquer un projet l’Etat dispose d’un outil pour faire prévaloir des intérêts qui dépassent l’intérêt communal : le Plan d'Intérêt Général (PIG).

 

Ce Plan d'Intérêt Général (PIG) peut être imposé par le Préfet du département.

 

Mais au fait Plan d’intérêt général pour qui ?

Certainement pas pour les populations riveraines de ces projets.

 

Consulte-t-on ces minorités invisibles  ?

Il semblerait que ce ne soit pas à l’ordre du jour. 

 

 

 

Un exemple concret :

Le canton de Claye-Souilly :

 

Canton qui compte actuellement : 810 habitants/km²,  6 décharges pour 6 communes, 2 carrières à ciel ouvert dont une remblayée par des déchets de bâtiment et 19 ICPE (installations qui peut présenter des dangers  pour la santé, la salubrité,  l’environnement...) (1)

 

C’est dans ce canton

- qu’un site remarquable est menacé : la butte d’Aulnaye.

- qu’un patrimoine historique et une trame verte sont menacés : l’aqueduc de la Dhuis.

 

En effet la multinationale St Gobain souhaiterait  y exploiter une nouvelle carrière à ciel ouvert.

 

Les communes concernées par la future exploitation de ce gypse, Annet sur Marne, Le Pin, Villevaudé et Claye-Souilly vont-elles organiser un référendum pour demander l’avis de leur population ?

Pas à notre connaissance.

 

Si ce nouveau projet devait voir le jour les plus aisés pourront fuir et s’installer ailleurs, quant à ceux qui enracinés dans ce  territoire ne voudront pas le quitter ou les plus modestes qui n’auront pas les moyens de partir 

 

  ils devront « subir et se taire ».

 

 

 

 

 

(1)   http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Questions-Reponses-sur-les-ICPE-.html

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 16:06

 

 

Nord Ouest Seine et Marne 

ici  on parle encore de déchets :

extrait de l’article du collectif « Sauvons la Dhuis »

 

 

« un industriel du plâtre bien connu pour faire des carrières à ciel ouvert qu'il rebouche des décennies plus tard avec des dizaines de milliers de tonnes de déchets. »

 

 

Est-ce une idée fixe ou une réalité ?


 dhuis villevaudé 2 15.10.2011 Aqueduc de la Dhuis Villevaudé 

Article paru sur le site officiel du collectif « Sauvons la Dhuis » :

Communiqué - Aqueduc de la Dhuis : Faut-il que l'on marche sur Paris ?

Aqueduc de la Dhuis : Faut-il que l'on marche sur Paris ?

Après une manifestation sur la promenade de la Dhuis en Novembre dernier qui a attiré plus de 900 personnes, un soutien massif des élus locaux, des communes directement ou indirectement concernées, le collectif "Sauvons la Dhuis" a demandé à être reçu par le maire de Paris en la personne de Monsieur Delanoë.

 

Dans le même temps, depuis le mois d'octobre 2011, nous avons demandé officiellement, comme le droit administratif nous l'y autorise, aux services de la Mairie de Paris, les éléments techniques et autres documents administratifs de ce brûlant dossier.

 

Ou plutôt, nous avons demandé les pièces liées au projet de la vente de la coulée verte de l'est Francilien, que constitue l'aqueduc de la Dhuis et les milieux naturels qui l'alimentent et cela au profit d'un industriel du plâtre bien connu pour faire des carrières à ciel ouvert qu'il rebouche des décennies plus tard avec des dizaines de milliers de tonnes de déchets.

 

Au mépris du droit administratif, Monsieur Le Buhan et ses collaborateurs du Service d'Intervention Foncière de la Mairie de Paris, se sont refusés à nous transmettre quelques éléments que ce soit du dossier.

A notre demande de rendez-vous, le cabinet du Maire de Paris a daigné finalement nous répondre : 9 semaines plus tard. Et sa réponse a été de nous adresser aux élus en charge de ce dossier : Madame AnneLe Strat et Mr Pierre Mansat. Il convient de préciser que ni ce dernier ni son entourage n'ont jamais pris le soin de contacter le collectif "Sauvons la Dhuis".

L'entourage de Monsieur Pierre Mansat a même osé déclarer dans la presse que « même si la cession est temporairement reportée, afin de mieux l'expliquer, l'exploitation de la carrière de gypse aura lieu de toute façon ».

Si la Mairie de Paris persiste dans cette attitude, le collectif "Sauvons la Dhuis" fort de ses milliers de sympathisants appellera à une marche sur Paris qui pourrait bien se terminer devant l'hôtel de ville de Paris.

Nous restons mobilisés et vigilants et nous vous tiendrons informés si nous sommes contraints de marcher sur Paris pour fêter pour fêter l'arrivée du Printemps.
DIFFUSEZ LARGEMENT L’INFORMATION, SIGNEZ OU FAITES SIGNER LA PÉTITION « SAUVONS LA DHUIS ».

Le collectif « SAUVONS LA DHUIS » http://sauvons.dhuis.fr

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • ADENCA
  • Les Amis de Carnetin
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

Lien vers l’article :

 

http://sauvons.dhuis.fr/?utm_medium=email&utm_campaign=Aqueduc+de+la+Dhuis+%3A+Faut-il+que+l\\\%27on+...&utm_source=YMLP&utm_term=sauvons.dhuis.fr

 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 12:17

dhuis manif 19.11.2011 2

Aqueduc de la Dhuis manifestation 19.11.2011 Villevaudé

 

SAUVER LA DHUIS

C’EST SAUVER LE CANTON DE CLAYE-SOUILLY

 

 

Ce canton qui compte 6 communes et autant de décharges sans oublier les 2 carrières de gypse à ciel ouvert dont une en cours de remblaiement par des déchets inertes (gravats de bâtiment),canton de  57km2, de plus de 800 habitants/km².

 

Pourquoi la législation française a-t-elle permis d’implanter autant de sites polluants sur une surface aussi réduite, de laisser vivre une population au milieu de toutes ces ordures, de détruire leur environnement et notamment toutes ces terres agricoles à haute valeur économique ?

 

 

Pourquoi a-t-on laissé disparaître tous ces emplois liés à l’agriculture et à l’élevage dans ce département dénommé « Le grenier de l’Ile de France » ?

 

Pourquoi a-t-on favorisé l'implantation d'entreprises polluantes, mécanisées à outrance et peu créatrices d’emplois ?

 

 

 

Pour l’avenir nous voulons l’implantation d’entreprises non polluantes et créatrices d’emplois.

 

Pour l’avenir nous voulons conserver nos derniers poumons d’air comme

« l’aqueduc de la Dhuis ».

 

Pour l’avenir nous voulons pouvoir donner notre avis et ne pas laisser les autres décider 

pour nous.

 

Pour l'avenir nous souhaiterions que nos députés et sénateurs

déposent un projet de loi visant à modifier la législation sur l'implantation

des sites polluants (décharges, carrières, incinérateurs.....)

 

 

 

Blé 13.7.2011 près monument Galliéni Trilbardou

 champ de blé nord 77 (juillet 2011)

           

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 20:35

DHUIS ! LA MENACE PERSISTE

 

Malgré une mobilisation citoyenne sans précédent en faveur de la défense de l’aqueduc de la Dhuis et de son environnement :

  • Plus de 800 manifestants sur le site lors de la journée du 19 novembre 2011.
  • Plus de 4300 signataires de la pétition « sauvons la Dhuis ».
  • Malgré les nombreuses motions appuyant notre action prises à l’unanimité par les élus : Des communes de Carnetin, Chelles, Claye-Souilly, Courtry, Lognes, Thorigny-sur-Marne, Villeparisis, Villevaudé, Mitry Mory.
  • De la communauté d’agglomération de Marne-et-Gondoire.
  • Du conseil général de Seine-et-Marne.

Nous déplorons l’attitude de la Mairie de Paris : le rendez-vous souhaité par notre collectif depuis le 24 octobre 2011 est resté lettre morte jusqu’à ce jour. Cette non-réponse laisse planer une incertitude pesante quant à l’avenir de l’aqueduc.

LA DETERMINATION DU COLLECTIF « SAUVONS LA DHUIS » RESTE INTACTE
  • L’aqueduc outre sa valeur patrimoniale incontestable est un bien commun accessible à tous depuis des décennies : l’aqueduc doit passer dans son intégralité dans le domaine public.
  • L’aqueduc avec ses espaces avoisinants forme un corridor écologique entre Paris, la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne indispensable à la faune et à la flore existantes, les deux zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) présentes à proximité immédiate en constituent le réservoir nourricier : Les ZNIEFF doivent être préservées, l’espace de ce corridor écologique doit être suffisant et non pas se réduire à un simple passage; dans ce but l’exploitation souterraine du gypse doit être privilégiée excluant toutes nouvelles carrières à ciel ouvert .
  • L’aqueduc est reconnu par la région Ile-de-France comme axe principal de la trame verte de l’est Francilien. Ce poumon de respiration est agrémenté d’un lieu de circulation douce (voie piétonne empruntée par le GR14a et piste cyclable) aménagé récemment sur 27 kilomètres: L’aqueduc doit rester dans son intégralité un lieu de déplacement et de promenade agréable pour tous au milieu des espaces champêtres et boisés centenaires existants.

 

A CET EFFET, LE COLLECTIF «SAUVONS LA DHUIS » :
  • INTERPELLE DE NOUVEAU LA MAIRIE DE PARIS, propriétaire et vendeuse des terrains afin qu’elle renonce à une cession au profit d’intérêts privés pour agir en accord avec son orientation écologiste.
  • SOUHAITE UN CONTACT AVEC LE CONSEIL RÉGIONAL D’ILE-DE- FRANCE pour qu’il réaffirme ses orientations visant à constituer autour de la capitale une ceinture verte de respiration homogène et cohérente intégrée au réseau francilien de circulation douce.
  • DEMANDE L’ INTERVENTION DES SERVICES DE L’ÉTAT EN CHARGE DE LA RÉVISION DU SCHÉMA DÉPARTEMENTAL DES CARRIÈRES DE SEINE-ET-MARNE pour qu’ils prennent des mesures conservatoires de préservation en faveur de ce site remarquable.

 

VOTRE SOUTIEN NOUS EST INDISPENSABLE POUR MENER TOUS ENSEMBLE CETTE ACTION A BIEN, AFIN D’ÉVITER CE GÂCHIS ÉCOLOGIQUE IRRÉPARABLE : l'ÉVENTRATION DE LA BUTTE DE L’AULNAY PAR DE NOUVELLES CARRIÈRES A CIEL OUVERT.
VOTRE MOBILISATION EST PLUS QUE JAMAIS NÉCESSAIRE : QUESTIONNEZ VOS ÉLUS, RAPPROCHEZ- VOUS DES ASSOCIATIONS LOCALES DE DÉFENSE DE L’ENVIRONNEMENT, DIFFUSEZ LARGEMENT L’INFORMATION, SIGNEZ OU FAITES SIGNER LA PÉTITION « SAUVONS LA DHUIS ».

 http://www.petitionpublique.fr/?pi=dhuis

Le collectif « SAUVONS LA DHUIS »
Nature Environnement 77

6 rue Plâtrière 77000 MELUN http://nature.environnement.77.over-blog.com

Villevaudé... Demain

Rue de la Grange 77410 VILLEVAUDE http://www.villevaude-demain.com

Les Abbesses de Gagny-Chelles

67 av. Paul-de-Kock 93220 GAGNY http://www.dhuis.fr

Environnement 93

16 avenue Monge 93470 COUBRON Email : environnement.93@laposte.fr

ADENCA

Association de Défense de l'ENvironnement de Claye-Souilly et ses Alentours http://adenca.over-blog.com

Les Amis de Carnetin

Mairie, rue Albert-Mattar 77400 CARNETIN

Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

33 allée des Marguerites - le Bois Fleuri 77410 CLAYE SOUILLY

Partager cet article
Repost0

Recherche