Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 15:52

 

 

Depuis des années des industriels qui ne respectent pas la législation en vigueur et dont les agissements peuvent mettre en danger la santé des riverains  font du chantage à l’emploi, une situation intolérable, des méthodes d'un temps révolu.

 

Un cas d’école

Wipelec Meaux

 

16/6/2017 parking de l'usine Wipelec Meaux

16/6/2017 parking de l'usine Wipelec Meaux

 

Un article paru récemment dans le journal la Marne nous interpelle.

A sa lecture on semble croire que le préfet a fermé complètement l’entreprise suite aux non respects répétés de la législation par l’exploitant, mais en fait ce n’est qu’une unité de l’entreprise qui est touchée.

En effet pour nous être rendus sur site vendredi dernier, nous avons constaté la présence de plus de 20 véhicules dans l’entreprise.

 

 

Wipelec Meaux le 16/6/2017

Wipelec Meaux le 16/6/2017

Nous avons été quelque peu choqués par les panneaux affichés sur le site, dans lesquels il n’est fait à aucun moment allusion aux enfants fréquentant  la crèche riveraine.

 

Les enfants de la crèche

 ne doivent pas être, en quelque sorte,

pris en otage dans cette affaire

 

 

 

La solution c’est Guy Pelamourgue

 le dirigeant de Wipelec

qui l’a entre les mains :

 

Qu’il remette en état le site

comme la préfecture le lui demande 

et la polémique

s’arrêtera.

 

 

Pour mémoire Wipelec est une entreprise qui a déjà pollué 2 sites, l’un à Pomponne et l’autre à Romainville où des riverains vivent dans l’angoisse constante.

 

 

Paru sur le site de la fédération d’environnement du 93 :

 

 

Pollution du site Wipelec à Romainville

 

La société WIPELEC qui a exercé des activités de traitement de surface à Romainville, encadrées dans le cadre des procédures ICPE dès 1990, a cessé ces activités le 6 avril 2009, puis entamé une procédure de redressement judiciaire en août 2009.

Les dégâts et pollutions laissés sur le site par WIPELEC, ont conduit le 8 juillet 2013 à l’arrêté préfectoral N°2013_2024 pris par la préfecture de Seine-Saint-Denis reconnaissant la nécessité de « procéder à des travaux d’office, hors site, relevant d’une situation impérieuse concernant la société Wipelec-Ceres pour les anciennes activités au 21-29 rue des oseraies et au 53-55 rue des Ormes à Romainville ».

Malgré la mobilisation des riverains et les alertes répétées concernant les impacts du site abandonné, sur leur santé, aucune précaution efficace n’a été mise en œuvre par les autorités sanitaires, la préfecture, ou les élus locaux, pour mettre un terme aux conséquences de ces pollutions sur les abords du site.

Alors qu’après les premières mesures réalisées par l’ADEME, il était conseillé aux habitants du quartier
« une aération quotidienne des logements », puis « aérer le plus possible les habitations , amorcer les siphons »., le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a donné le 11 février 2016 un avis beaucoup plus alarmant pour tous les riverains :« Des riverains du site industriel Wipelec sont soumis depuis des années à une exposition de très haut niveau, très largement au-dessus des seuils d’action rapide préconisés par le HCSP qui induit un risque sanitaire inacceptable appelant des mesures dans un délai très rapide. »

 

« S’il se confirme que cette pollution est encore présente, des mesures rapides visant à soustraire les habitants exposés à des valeurs supérieures au seuil d’action rapide4 (10 μg/m3) doivent être engagées sans délai, mesures qui pourraient conduire à court terme à un relogement temporaire des familles concernées ; »

 


Après trois ans de dérives et de laxisme, pour reconnaître enfin une situation environnementale catastrophique, il est temps aujourd’hui de prendre en compte la santé des populations de ce quartier plutôt que les projets immobiliers envisagés sur l’ancien site WIPELEC.

 

 

http://www.environnement93.fr/www.environnement93.fr/Pollution_du_site_Wipelec_a_Romainville.htm

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 20:46
 
Cette fois c’est l’imprimerie
« Le Menu Dubreuil »
qui a pris feu.
 
Dans quel état
étaient les installations ?
 
Nous n’avons
aucunes informations à ce sujet.
 
 
Quant il s’agit d’autoriser l’implantation d’installations dangereuses ou polluantes, en Seine et Marne, l’ETAT ne se prive pas, mais quand il s’agit de donner les moyens aux inspecteurs de la DRIEE de les contrôler, l’ETAT est aux abonnés absents.
Déjà il y a près de 20 ans, la députée de la 6ème circonscription, Nicole Bricq le signalait, mais depuis la situation n’a fait que se dégrader.
 
Certains industriels font parfois  du chantage à l’emploi pour ne pas effectuer les travaux imposés par la DRIEE et mettent en danger leurs salariés et les riverains (crèche, écoles, centre aéré, habitations….), une population complètement oubliée des pouvoirs publics.
 
 
Nicolas Hulot
va-t-il se pencher sur le lourd dossier
de la Seine et Marne ?
 
Nous n’en savons rien
 
 
Ce que nous savons c'est que des tas de conseillers payés par nos impôts viennent d'être nommés au ministère de l'Ecologie.

http://www.lagazettedescommunes.com/510736/ministere-de-la-transition-ecologique-lequipe-de-nicolas-hulot-au-complet/

 

 

 

 
Paru dans le Parisien 77 :
Ozoir-la-Ferrière. L’imprimerie ravagée par un spectaculaire incendie

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Ozoir-la-Ferrière|Pascale De Souza|16 juin 2017, 10h24 | MAJ : 16 juin 2017, 19h01|2

 

 

 

Ozoir-la Ferrière : 2ème incendie, en quelques jours, dans une imprimerie du Nord-ouest 77

Ozoir-la-Ferrière, dans la nuit de jeudi à vendredi. Un incendie a totalement détruit le site de fabrication de l’imprimerie Le Menu Dubreuil, rue Louis-Armand. Gaël Declercq - SDIS77

Pascale De Souza

 

 

Ozoir-la-Ferrière

Imprimerie Le Menu Dubreuil 

incendieSdis 77

Ozoir-la-Ferrière, dans la nuit de jeudi à vendredi. Un incendie a totalement détruit le site de fabrication de l’imprimerie Le Menu Dubreuil, rue Louis-Armand. Gaël Declercq - SDIS77

Pascale De Souza

Ozoir-la-FerrièreImprimerie Le Menu DubreuilincendieSdis 77

Quelque 2 200 m² sont partis en fumée dans la nuit de jeudi à vendredi, rue Louis-Armand. L’incendie d'origine accidentelle, qui a détruit l’usine d'impression de Le Menu Dubreuil, n’a heureusement fait aucune victime.

 

« Il y a des sacrés dégâts ! », s’exclamait un riverain, ce vendredi matin, en passant devant l’imprimerie Le Menu Dubreuil, à Ozoir-la-Ferrière. Un incendie d’origine accidentelle a totalement détruit l’usine d’impression de nappes et serviettes industrielles pour hôtellerie et restauration, située rue Louis-Armand. Une fuite d’encre sur un point chaud, alors que deux employés se trouvaient sur place, serait à l’origine du sinistre.

>Découvrez les images de l’incendie dans notre diaporama

« C’était impressionnant, témoigne la femme du directeur du site, revenue voir l’étendue des dégâts en fin de matinée. Il y avait de la fumée noire partout, d’autant qu’il y avait beaucoup de vent. »

Au point que des relevés ont été faits pour évaluer les risques sur les établissements scolaires voisins. « Nous n’avons relevé aucune toxicité mais nous leur avons quand même demandé de ne pas ouvrir les fenêtres », précise le capitaine Gilles Perrot.

Jusqu’à 60 pompiers et 4 000 litres d’eau par minute

L’officier du centre de secours de Lagny-sur-Marne a pris la relève ce vendredi matin, alors que les premiers secours sont arrivés sur place aux alentours de 3 heures. Au plus fort du sinistre, une soixantaine de pompiers de 16 casernes du département ont été mobilisés, tandis que le débit de l’eau des tuyaux est monté jusqu’à 4 000 litres d’eau par minute. Un engagement, qui a permis d’empêcher le feu de s’étendre aux entreprises voisines de la zone industrielle.

Les pompiers jugeaient avoir circonscrit l’incendie aux alentours de 11 heures. Une quarantaine de soldats du feu étaient cependant toujours sur place à l’heure méridienne, pour éteindre les petits foyers persistant à l’intérieur des locaux.

Des solutions recherchées pour la quinzaine de salariés

L’usine incendiée emploie de 12 à 15 personnes, selon les périodes, l’été constituant plutôt une saison forte. Ce vendredi après-midi, une réunion de crise était prévue dans un second bâtiment de l’imprimeur, à Ozoir-la-Ferrière, qui accueille la partie administrative. Le groupe industriel y a dépêché plusieurs cadres. « Nous allons faire le maximum pour trouver une solution pour les salariés, qui pourraient peut-être être réaffectés dans d’autres sites du groupe », indique Eric Chartier, le directeur des entreprises d’Ozoir.

« Le fonds de commerce » était aussi à l’ordre du jour des cadres du groupe. « On va également réfléchir à un plan de reconstruction dans les meilleurs délais », ajoute le patron.

 

http://www.leparisien.fr/ozoir-la-ferriere-77330/ozoir-la-ferriere-spectaculaire-incendie-dans-une-imprimerie-16-06-2017-7056768.php

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 12:51
Compans 11/6/2017

Compans 11/6/2017

 

 

Le rêve, une route toute neuve, financée par le Conseil Départemental 77,  vous amène sur le site mais quand vous arrivez devant l’installation, la situation se dégrade, une fumée âcre vous prend à la gorge, en effet après l’incendie de la semaine dernière la fumée sort toujours des tas de compost.

 

Une clôture toujours inexistante ?

 

Ironie du sort, la clôture est inexistante sur la majorité du site, ce qui permet à quiconque d’y entrer et à une personne malveillante de pouvoir y mettre le feu.

 

 

Compans 11/6/2017

Compans 11/6/2017

 

Comment les élus de Compans peuvent-ils laisser une installation aussi dangereuse,  mal clôturée, sans intervenir auprès de l’exploitant pour obtenir la pose d’une clôture correcte et le gardiennage du site de jour comme de nuit, particulièrement le week-end, car depuis 2013, ces deux incendies se sont produits le week-end.

 

Faudra-t-il un incident grave

pour que l’exploitant

se décide

à clôturer correctement

son site ?

 

L’entreprise Parcs et Jardins Frasnier, semble pourtant avoir les moyens financiers de réaliser des travaux, elle annonce un chiffre d’affaires, entre 2013 et 2015, chaque année,  de plus de 4 millions d’euros et un bénéfice cumulé de plus de 200 000 € entre 2013 et 2015 (1) qui lui permettait, semble t-il, d'engager les travaux de clôture et protection de son site afin de ne plus faire prendre de risque aux populations de Compans.

 

Affaire à suivre…..

 

 

(1)Infogreffe  https://www.infogreffe.fr/entreprise-societe/692000243-parcs-et-jardins-frasnier-770188B006370000.html

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

http://www.leparisien.fr/compans-77290/compans-2-500-m-de-compost-partent-en-fumee-mais-sans-produire-de-flammes-06-06-2017-7022277.php

Compans : 2 500 m³ de compost partent en fumée mais sans produire de flammes

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Compans|H.D.|06 juin 2017, 12h30|

L’incendie pourrait durer plusieurs jours. Un tas de compost de 2 500 m³ a commencé à se consumer dimanche vers 17 heures sur le site de l’entreprise Parcs et jardins Frasnier à Compans.

Ce lundi après-midi une vingtaine de pompiers était toujours présente sur les lieux pour circonscrire l’incendie. Si aucune flamme ne se dégage de l’amas de compost, d’importantes volutes de fumée s’en émanent. Depuis lundi les pompiers tentent avec l’aide d’engins de chantier de l’entreprise de dégager unepartie de la matière pour tenter d’éteindre l’incendie.

Les pompiers sont en contact permanent avec le groupe ADP pour s’assurer que ces dégagements ne perturbent pas le trafic aérien au décollage et à l’atterrissage de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

L’origine de l’incendie demeure pour le moment indéterminée mais la fermentation peut être à l’origine du sinistre. Fin 2012, un incendie similaire avait consumé plusieurs milliers de mètres cubes pendant près de sept mois pour ne s’achever qu’en mars 2013.

leparisien.fr

 

 
 
Paru dans le journal La Marne :
Compans
4 000 M3 de compost incendiés

La moitié du grand tas de compost de la société Frasnier se consume. L'incendie serait volontaire.

12/08/2013 à 21:32 par Hélène Rousseaux

 

 

4000 M3 sur les 8000 du site de compost brûlent.

Depuis le week-end dernier, l’un des immenses tas de compost stockés à ciel ouvert par la société Frasnier, sur la D 212, entre Compans et Gressy, s’est transformé en brasier de 4 000 m3. L’alerte a été donnée samedi. La mairie de Compans, apercevant la fumée, a prévenu les pompiers. Selon toute vraisemblance, le feu aurait démarré dans la nuit de vendredi 2 à samedi 3 août et aurait été allumé volontairement. En effet, la combustion spontanée dans un tas de compost ou bien de paille se déclare en général plutôt au centre du tas, sous la matière qui fermante, surchauffe et finit par s’enflammer. Cette fois, le feu est parti des côtés, laissant peu de place à la thèse de l’accident.

Un feu inextinguible

Les pompiers sont intervenus mais n’ont pas pu circonscrire l’incendie. Le propriétaire a dû creuser une tranchée coupe-feu afin d’éviter la propagation du foyer. « Ce type de feu ne peut pas être éteint. Il faut attendre que tout soit consumé. Il faut surtout faire attention que le feu ne se propage pas » explique-t-on du côté des soldats du feu. Il a donc été vivement conseillé au cultivateur propriétaire du champ de blé voisin de moissonner au plus vite afin d’éviter que la culture ne s’embrase. Dimanche, en fin de journée, des ados rôdaient autour et à l’intérieur du site mais se sont vite carapatés se voyant repérés. Ils ont rejoint le camp des gens du voyage installé à proximité. À la nuit tombée, des cris d’oiseaux ressemblant plutôt à des signaux retentissaient des bois environnants. On pouvait les entendre depuis le portail de l’entrepôt. Peu de temps après, un peu avant minuit, un homme était repéré alors qu’il venait de s’introduire dans les lieux que le propriétaire n’avait pas totalement terminé de clôturer. Le tas de compost brûle toujours, crépitant et se signalant la nuit par ses lueurs rougeoyantes. De temps à autre, une petite partie s’écroule et dégouline de la hauteur de l’amas, comme une coulée de lave. L’année dernière, un feu a également ravagé une partie du stock. Il avait pris à la même période, presque jour pour jour. Les braises ne se sont éteintes que neuf mois plus tard, en avril.

Le propriétaire a déposé une plainte auprès de la police dans le courant de la semaine pour l’incendie toujours en cours.

 

autre article sur le même sujet :

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/bientot-la-fin-de-sept-mois-d-incendie-11-03-2013-2631175.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 18:40

 

Nous avons appris il y a quelques jours que la préfecture de Seine et Marne avait pris la décision de faire fermer l’entreprise Wipelec dans l’attente de sa mise en conformité avec la législation.

 

Wipelec est une entreprise bien connue des services de l’ETAT pour avoir pollué 2 sites, l’un à Romainville, l’autre à Pomponne.

 

Notre association a posé à l’Agence Régionale de Santé les questions suivantes :

1° quels sont les résultats des investigations menées à l'intérieur de la crèche interentreprise ?
2° quelles sont les investigations qui ont été menées pour connaître les conséquences de cette pollution sur les eaux de la Mar
ne,
notamment :
- sur les eaux de baignade de la plage de Meaux
- sur le captage d'eau de Nanteuil Les Meaux …

 

Nous attendons sa réponse.

 

 

Paru sur le site de la fédération d’environnement du 93 :

 

 

Pollution du site Wipelec à Romainville

 

La société WIPELEC qui a exercé des activités de traitement de surface à Romainville, encadrées dans le cadre des procédures ICPE dès 1990, a cessé ces activités le 6 avril 2009, puis entamé une procédure de redressement judiciaire en août 2009.

Les dégâts et pollutions laissés sur le site par WIPELEC, ont conduit le 8 juillet 2013 à l’arrêté préfectoral N°2013_2024 pris par la préfecture de Seine-Saint-Denis reconnaissant la nécessité de « procéder à des travaux d’office, hors site, relevant d’une situation impérieuse concernant la société Wipelec-Ceres pour les anciennes activités au 21-29 rue des oseraies et au 53-55 rue des Ormes à Romainville ».

Malgré la mobilisation des riverains et les alertes répétées concernant les impacts du site abandonné, sur leur santé, aucune précaution efficace n’a été mise en œuvre par les autorités sanitaires, la préfecture, ou les élus locaux, pour mettre un terme aux conséquences de ces pollutions sur les abords du site.

Alors qu’après les premières mesures réalisées par l’ADEME, il était conseillé aux habitants du quartier
« une aération quotidienne des logements », puis « aérer le plus possible les habitations , amorcer les siphons »., le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a donné le 11 février 2016 un avis beaucoup plus alarmant pour tous les riverains :« Des riverains du site industriel Wipelec sont soumis depuis des années à une exposition de très haut niveau, très largement au-dessus des seuils d’action rapide préconisés par le HCSP qui induit un risque sanitaire inacceptable appelant des mesures dans un délai très rapide. »

 

« S’il se confirme que cette pollution est encore présente, des mesures rapides visant à soustraire les habitants exposés à des valeurs supérieures au seuil d’action rapide4 (10 μg/m3) doivent être engagées sans délai, mesures qui pourraient conduire à court terme à un relogement temporaire des familles concernées ; »

 


Après trois ans de dérives et de laxisme, pour reconnaître enfin une situation environnementale catastrophique, il est temps aujourd’hui de prendre en compte la santé des populations de ce quartier plutôt que les projets immobiliers envisagés sur l’ancien site WIPELEC.

 

 

http://www.environnement93.fr/www.environnement93.fr/Pollution_du_site_Wipelec_a_Romainville.htm

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 20:24

 

C’est dans le village de Compans que s’est déclaré cet incendie,  ce village rural est situé au bord des pistes de Roissy et près de la zone industrielle qui compte 6 sites Seveso dont 2 à hauts risques.

 

Mais qu’à cela ne tienne c’est ici que le ministère de l’écologie avait laissé s’étendre, pendant plusieurs années, une monstrueuse décharge illégale, c’est seulement en 2015 que les 1 200 tonnes d’ordures seront retirées à la suite de l’intervention d’associations environnementales. https://www.lesechos.fr/03/06/2015/LesEchos/21950-365-ECH_la-decharge-illegale-de-compans-enfin-deblayee--.htm

 

Ironie du sort c’est sur la même commune qu’est installé depuis de nombreuses années l’entreprise de compostage Frasnier, une entreprise bien connue des services de l’ETAT pour ses incendies à répétition, en 2012/2013 le compost avait mis près de 7 mois à se consumer et cela recommence aujourd’hui.

 

 

 

Que font les élus pour protéger les populations 

dans cette commune située à proximité

de 6 sites Seveso ?

 

 

 pour le savoir  contacter :

Joël Marion

Maire de Compans

 

Yves Albarello

 Député-maire de Claye-Souilly

 

 

 

 

Paru sur le site facebook nationale 2 infos

4 juin, 14:24 ·

23h15: depuis plusieurs heures un feu est en cours a Compans dans la société PSL. Les pompiers toujours sur place ont maîtrisé l'incendie.

 

7ème circonscription de Seine et Marne, village rural martyr de Compans : feu dans une entreprise de compostage de déchets à proximité d’un affluent de la Beuvronne !

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

http://www.leparisien.fr/compans-77290/compans-2-500-m-de-compost-partent-en-fumee-mais-sans-produire-de-flammes-06-06-2017-7022277.php

Compans : 2 500 m³ de compost partent en fumée mais sans produire de flammes

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Compans|H.D.|06 juin 2017, 12h30|

L’incendie pourrait durer plusieurs jours. Un tas de compost de 2 500 m³ a commencé à se consumer dimanche vers 17 heures sur le site de l’entreprise Parcs et jardins Frasnier à Compans.

Ce lundi après-midi une vingtaine de pompiers était toujours présente sur les lieux pour circonscrire l’incendie. Si aucune flamme ne se dégage de l’amas de compost, d’importantes volutes de fumée s’en émanent. Depuis lundi les pompiers tentent avec l’aide d’engins de chantier de l’entreprise de dégager une partie de la matière pour tenter d’éteindre l’incendie.

Les pompiers sont en contact permanent avec le groupe ADP pour s’assurer que ces dégagements ne perturbent pas le trafic aérien au décollage et à l’atterrissage de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

L’origine de l’incendie demeure pour le moment indéterminée mais la fermentation peut être à l’origine du sinistre. Fin 2012, un incendie similaireavait consumé plusieurs milliers de mètres cubes pendant près de sept mois pour ne s’achever qu’en mars 2013.

leparisien.fr

 

 

 

Paru sur le site Le Parisien  en 2013:

Les riverains ont la gorge qui pique

 

| Publié le 08.03.2013, 07h00

 

De la toux et la gorge irritée. Les habitants de Mitry-Mory sont incommodés depuis le début de la semaine par des odeurs nauséabondes et un étrange nuage. Le tout est dû à l’incendie qui couve depuis juillet dernier à l’entreprise de compostage Frasnier à Compans. Le feu qui se répandait sur 15000 m³, suite à la fermentation de la terre, a été circonscrit par la méthode de l’étouffement, c’est-à-dire qu’il a été recouvert de terre.

« Comme le feu continue, la terre cuit et se fissure, laissant passer la fumée, expliquent les pompiers. Avec la hausse des températures, les odeurs se réveillent. Mais ce n’est pas dangereux. » Les pompiers ont choisi la technique de l’étouffement, préférable à l’utilisation de l’eau. « Cela pourrait polluer les marais autour ».

 

Le Parisien

 

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/les-riverains-ont-la-gorge-qui-pique-08-03-2013-2624563.php

 

 

autre article sur le même sujet :

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/bientot-la-fin-de-sept-mois-d-incendie-11-03-2013-2631175.php

Partager cet article
Repost0
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 14:51

 

Pollution Wipelec Meaux

près de la crèche:

 la préfecture fait fermer le site

 dans l’attente de la mise aux normes !

 

 

Extrait de l’arrêté préfectoral du 31/5/2017 :

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/27166/218070/file/AP%20N%C2%B017%20DCSE%20IC%20032%20du%2031%20mai%202017.pdf

Pollution Wipelec près de la crèche : Meaux va-t-il revivre le même cauchemar que les habitants de Romainville ?

 

La 1ère question que l’on se pose c’est pourquoi l’ETAT a autorisé l’implantation à Meaux de Wipelec alors qu’il connaissait les antécédents de l’entreprise qui avait déjà pollué un site à Romainville ?

Comment l’Agence Régionale de Santé a-t-elle pu donner un avis favorable alors qu’elle savait que le captage d’eau dans la Marne, qui fournit l’agglomération de Meaux en eau potable, se trouvait en aval de Wipelec, que ce captage ne possédait pas de périmètre de protection, puisque la collectivité de Meaux  ne bénéficiait pas d’une autorisation préfectorale DUP comme l’y oblige la loi ?

 

La 2ème question est de savoir comment les élus du conseil départemental 77 ont pu donné un avis favorable à l’implantation d’une crèche à proximité de cette entreprise et de ce site pollué qui figure dans la base Basol des sites pollués français ?

Comment la mairie de Meaux a-t-elle pu donner son feu vert pour l’ouverture de cette crèche dans cette zone industrielle ?

 

La 3ème question est de savoir depuis combien de temps cette entreprise pollue les eaux pluviales de la ville de Meaux, quel est l’état du réseau d’assainissement dans cette zone industrielle, quels contrôles de pollution Meaux fait-elle réaliser sur ce réseau d’assainissement ?

 

Les familles qui ont confié leurs enfants à cette crèche demandent des explications.

 

Les populations de la communauté d’Agglomération veulent connaître les incidences

de ce site pollué :

- sur la qualité de l’eau de la Marne captée pour leur consommation d’eau du robinet

- sur la qualité de l’eau de la plage de Meaux.

- sur le site Natura 2000  des boucles de la Marne.

 

Quant à l’industriel qui a déjà pollué plusieurs sites et ne respecte pas la législation en vigueur à Meaux il devrait déposer un référé auprès du tribunal administratif dans le but d’obtenir la réouverture de l’entreprise.

 

Chantage à l’emploi ?

 

 

Comment peut-on rouvrir un site dans un tel état sans faire prendre des risques au personnel, aux enfants de la crèche, aux populations de l'agglomération de Meaux ?

 

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

contactez

Gérard Péhaut

Sous préfet de Meaux

Jean-François Copé

 maire de Meaux

Jean-François Parigi et Olivier Morin

 adjoints au maire de Meaux

et conseillers Départementaux

 

 

 

Paru sur le site France 3 :

Pollution industrielle à Romainville : logements contaminés, cancers et interdictions de séjour aux enfants

Les riverains de l'ancienne usine Wipelec à Romainville ont appris début 2015 que leurs logements étaient empoisonnés par les substances rejetées par les entreprises qui ont exploité les lieux. Mais depuis, la situation ne s'est guère améliorée...

Par Pierre-Olivier Chaput

Publlié le 19/02/2016 à 15:13 Mis à jour le 20/02/2016 à 11:53

Les pavillons voisins de l'usine Wipelec qui traitait des métaux et des matières plastiques à Romainville ont appris début 2015 grâce à un rapport de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) que leurs logements avaient été contaminés par la pollution provoquée par cette usine.
Dans le quartier, les nouvelles informations, les prévisions de relogement et les décès des suites de maladies longues qui se sont poursuivis depuis l'an dernier
ne rendent pas les habitants particulièrement optimistes.

 

"L'état des milieux n'est pas compatible avec l'usage de logement"

L'ADEME a analysé l'air, l'eau et le sol des logements avoisinants le site pollué. Le résultat est sans appel : de nombreuses substances dangereuses ont été détectées, comme le trichloroéthylène, le benzène et des hydrocarbures qui sont des cancérigènes probables ou avérés. L'exposition se serait essentiellement faite par la voie des airs, à cause de la "présence de polluants volatiles dans l'air ambiant".

Certai
nes des mesures mettent en évidence notamment dans l'analyse de l'air intérieur des taux de substances qui dépassent les recommendations des Valeurs guides de qualité d'air intérieur (VGAI). Cela concerne par exemplele tétrachloroéthylène. Et malgré des seuils mesurés en dessous des normes dans les environnements étudiés, de nombreuses substances dangereuses ont été détectées dans bon nombre d'entre eux.

Ces dégradations de l'état des sols et de l'air ambiant mis en évidence par les investigations ont amené à la conclusion selon laquelle une partie de ces environnements "n'est pas compatible avec l'usage de logement".

 

Dépollution en cours ?

Une société suisse du nom de Ginkgo est en charge de la dépollution du site abandonné par Wipelec en 2006. Elle compte rentabiliser l'opération en construisant des logements sur le site une fois qu'il sera traité. Mais depuis que le rapport de l'ADEME a été révélé en janvier 2015, les choses ne semblent pas s'être beaucoup améliorées pour les résidents...

L'association Romainville Sud qui suit l'avancement du dossierrapporte sur son site les informations issues d'u
ne réunion d'information tenue par l'entreeprise Ginkgo début février. On y apprend entre autres que 6.000 mètres cube de terre doivent encore être évacués du site, qu'un résident supplémentaire a succombé à une longue maladie ou encore qu'une famille en attente de relogement aurait l'interdiction de recevoir ses petits enfants dans sa maison.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/seine-saint-denis/pollution-industrielle-romainville-logements-contamines-cancers-et-interdictions-de-sejour-aux-enfants-931959.html

 

pour aller plus loin : 

http://adenca.over-blog.com/2017/01/meaux-wipelec-et-avant-caci-une-creche-implantee-pres-d-un-site-pollue-inscrit-dans-la-base-basol-du-ministere-de-l-ecologie.html

http://adenca.over-blog.com/2017/03/meaux-pres-de-la-creche-pollution-des-eaux-pluviales-par-wipelec-jean-francois-cope-doit-s-expliquer.html

http://adenca.over-blog.com/2017/01/pollution-wipelec-pomponne-77-l-agence-regionale-de-sante-va-t-elle-faire-realiser-des-mesures-de-controles-de-l-air-interieur-dans

http://adenca.over-blog.com/2017/01/pollution-du-site-wipelec-a-romainville.html

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/quand-des-dechets-cotoient-une-creche-03-01-2017-6517938.php

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 17:21
Liste des captages d'eau abandonnés suite à la pollution des eaux par les pesticides ou les nitrates

Liste des captages d'eau abandonnés suite à la pollution des eaux par les pesticides ou les nitrates

 
 Le lobby agricole a encore de beaux jours devant lui, combien de nouveaux captages d’eau pollués par les nitrates et les pesticides seront-ils fermés d’ici 2025 ?
Entre la pollution de l’agriculture intensive et de l’industrie notamment celle des ordures, l’eau potable, une denrée qui risque de se faire rare dans les années à venir, au nord 77. 
 

 

 

Extrait article de Sciences et Avenir du 4/1/2017
 « A l'issue du Grenelle de l'environnement en 2008, la précédente majorité avait lancé un premier plan Ecophyto dont l'ambition était de réduire "si possible" de 50% l'usage des pesticides d'ici à 2018. Mais le succès n'a pas été au rendez-vous puisque l'utilisation de produits chimiques en agriculture a progressé au contraire de 5% par an en moyenne entre 2009 et 2013. Le nouveau plan, fondé sur la recherche et l'innovation, repousse l'objectif de 2018 à 2025… »
 
L’article complet :
Les pesticides sont désormais interdits dans les jardins publics

Depuis le 1er janvier 2017, l'utilisation de pesticides est interdite dans les parcs publics et les espaces verts.

 

LE JARDIN HÉROLD, DANS LE 19E ARRONDISSEMENT DE PARIS, OCCUPE UNE PARTIE DE L'ANCIEN HÔPITAL HÉROLD, DÉMOLI EN 1988. DANS LE CADRE D'UNE IMPORTANTE OPÉRATION DE RÉNOVATION URBAINE, DES ESPACES VERTS ONT ÉTÉ AMÉNAGÉS EN 2012.

Bonne nouvelle pour les citadins qui aiment profiter des espaces verts : depuis le 1er janvier 2017, les communes françaises n'ont plus le droit d'utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien de leurs parcs publics. Même chose pour les promenades, forêts et voiries (excepté les zones où l'interdiction ne peut être envisagée pour des "raisons de sécurité", comme les pistes d'aéroport et les autoroutes). Une interdiction qui a étéadoptée en juillet 2015 par l’Assemblée nationale lors du vote de la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

Objectif : 50 % de pesticides en moins en 2025

La réglementation s'applique pour l'instant à l'État, les collectivités territoriales et les établissements publics. Dès septembre 2016, plus de 4.000 communes avaient déjà pris les devants. Et à partir du 1er janvier 2019, cette interdiction s'étendra également aux particuliers qui disposent d'un jardin ou potager, représentant entre 5 et 10 % des volumes de vente de pesticides chaque année. Le ministère de l'environnement précise que "les produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique, continueront d'être autorisés". Ces alternatives comprennent des insectes (les coccinelles mangent les pucerons, le trichogramme lutte contre la pyrale du maïs...), des champignons, bactéries ou phéromones, utilisés de façon raisonnée pour protéger les cultures contre les attaques des bio-agresseurs.

La France est le deuxième pays européen concernant les quantités de produits phytosanitaires vendues (66 659 tonnes chaque année), après l'Espagne (69 587 tonnes) et devant l'Italie (49 011 tonnes). En termes d'utilisation, l'Hexagone est au neuvième rang européen selon le nombre de kilos de substances actives vendues rapporté à l'hectare, avec 2,3 kg/ha par an. A l'issue du Grenelle de l'environnement en 2008, la précédente majorité avait lancé un premier plan Ecophyto dont l'ambition était de réduire "si possible" de 50% l'usage des pesticides d'ici à 2018. Mais le succès n'a pas été au rendez-vous puisque l'utilisation de produits chimiques en agriculture a progressé au contraire de 5% par an en moyenne entre 2009 et 2013. Le nouveau plan, fondé sur la recherche et l'innovation, repousse l'objectif de 2018 à 2025, avec un palier intermédiaire (une baisse d'un quart du recours aux pesticides) en 2020.

 

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-pesticides-sont-desormais-interdits-dans-les-jardins-publics_109414?xtor=RSS-16

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 17:40
Base Basol des sites pollués français :

 

 

Les activités de la société WABCO WESTINGHOUSE Equipements Automobiles ont été initialement autorisées par l’arrêté préfectoral du 2 août 1994.
Les installations classées à autorisation sous les rubriques 2940 et 2260 ont cessé en 2001/2002. L'activité de traitement des métaux et de matières plastique, classée à autorisations sous la rubrique 2565 a cessé en 2006. Seules des installations classées sous le régime de la déclaration sont encore exploitées sur le site.

Le site, d'une superficie d'environ 2 ha est bordé :
- au nord par des entrepôts et la route nationale 3 (RN3) ;
- à l’est par une zone boisée et la rivière Beuvronne ;
- au sud par une zone pavillonnaire ;
- à l’ouest par la rue Aristide Briand puis par le canal de l’Ourcq et par une zone d’habitation.


Les zones potentiellement sensibles au voisinage de ce site identifiées dans les différentes études sont les cours d’eau (la Beuvronne et la Canal de l’Ourcq) et la zone pavillonnaire située au sud de l’établissement.

Plusieurs nappes sont rencontrées au droit du site. La nappe superficielle est située à 1,5 et 3,3 m de profondeur. Son sens de l’écoulement est orienté est/sud-est en direction de la Beuvronne qui draine la nappe.

 

Description qualitative :
A la suite de l’arrêt en 2006 des installations classées à autorisation (traitement des métaux et de matières plastiques), la société Wabco a fourni plusieurs études relatives à l’état du sous-sol.
Ces études ont révélé une pollution du sol et des eaux souterraines par des hydrocarbures et composés organo-halogénés volatils (COHV), susceptible d’atteindre les habitations du lotissement voisin qui sont au droit latéral de l’écoulement de la nappe.

Aussi, il a été demandé à Wabco, par arrêté préfectoral complémentaire du 11 avril 2012 de : 
- réaliser des prélèvements de gaz de sols et d’eaux souterraines dans les propriétés jouxtant le site industriel ;
- réaliser une étude visant à s’assurer que l’état des milieux à l’extérieur du site soit compatible avec les usages constatés autour du site ;
- transmettre les mesures de gestion à mettre en œuvre ;
- mettre en place une surveillance des eaux souterraines sur site et hors site.

Suite aux prélèvements d’eaux souterraines et de gaz du sol hors site, l’évaluation des risques a été menée dans le cadre d’une Interprétation de l’Etat des Milieux (IEM) suivant les recommandations de la circulaire du 8 février 2007 relative à la gestion des sites pollués. Dans ce cadre, ont également été contrôlés la qualité de l'eau des puits de particuliers à proximité immédiate du site ainsi que l’eau du robinet et l’air intérieur des maisons voisines.
Les échantillons d'air intérieur prélevés chez les riverains en juillet 2013 présentent de teneurs en COHV inférieures aux limites de détection analytiques. Des hydrocarbures ont été détectés à teneurs compatibles avec l'usage constaté.
Les échantillons d'eau du robinet prélevés présentent des teneurs inférieures aux limites de qualité des eaux de boisson et/ou valeurs guide de l'OMS pour l'eau potable.
Quant à l'eau des puits particuliers voisins, la teneur mesurée en trichloréthylène + tetrachloréthylène (10,54 µg/l) en juillet 2013 dans l'un des puits dépassait légèrement la norme de potabilité de 10 µg/l. Cette teneur ne dépasse plus la norme lors du prélèvement réalisé en juillet 2014.
Enfin, les prélèvements d'eaux de surface dans la rivière la Beuvronne ne révèlent aucun dépassement des valeurs limites de qualité des eaux de boisson et/ou valeurs guide de l'OMS pour l'eau potable, pour l'ensemble des paramètres analysés (métaux lourds, hydrocarbures totaux, composés aromatiques polycycliques, composés organo-halogénés volatils).

Le plan de gestion de la pollution proposé par l'exploitant en mars 2014 porte exclusivement sur la gestion de eaux souterraines et propose l'atténuation naturelle de la pollution. L'inspection des installations classées a demandé à l'exploitant de complèter son dossier en privilégiant le traitement des sources de pollution, conformément aux principes de la circulaire du 8/02/2007 relative à la gestion des sites et sols pollués.

Paru dans le Parisien 77 :
Claye-Souilly : les Wabco dans la rue pour garder leur emploi

08 Nov. 2015, 16h28 | MAJ : 08 Nov. 2015, 16h28

 

Le syndicat CFDT appelle à manifester, ce lundi matin, dans les rues de Claye-Souilly, pour protester contre l’arrêt total de la production chez Wabco, spécialiste des systèmes de freinage et d’embrayage sur camions implanté sur la commune depuis 1973.

Cette décision, prise par la direction de ce groupe américain, menace les 178 emplois restants sur le site, qui en avait déjà perdu près d’une centaine après deux plans sociaux successifs, en 2009 et 2013. « Le groupe préfère concentrer ses efforts sur le développement de son usine de Pologne », rappelle le syndicat, qui réclame le « maintien sur cinq ans de la production et le déploiement d’un plan de revitalisation du site digne de ce nom ».

Rendez-vous au 44, rue Aristide Briand, à Claye-Souilly, à 9 heures.

 

http://www.leparisien.fr/claye-souilly-77410/claye-souilly-les-wabco-dans-la-rue-pour-garder-leur-emploi-08-11-2015-5259277.php

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 09:12
 Villevaudé décharge polluée Terralia du groupe Paprec : que fait l’ETAT dans ce dossier ?

 

 

 

Villevaudé

décharge polluée Terralia du groupe Paprec

 que fait l’ETAT dans ce dossier ?

 

 

Le groupe PAPREC un industriel qui semble proche des plus hautes instances de l’ETAT.

 

En effet, à grand renfort de média le président de la république s’est rendu le mois dernier en Seine St Denis pour y visiter l’usine Paprec (1) mais il n’est pas venu visiter la décharge polluée  de ce même groupe à Villevaudé.

 

 

L’omerta de l’ETAT dans ce dossier ?

 

A vous de juger

 

La décharge ISDI Terralia (Groupe PAPREC) à Villevaudé avait été autorisée dans les années 2000, puis en 2009 l’exploitation avait été prolongée jusqu’en 2014 et de nouveau en 2014 bien que la décharge soit fermée pour cause de pollution aux hydrocarbures Madame le Préfète avait donné une autorisation supplémentaire de 5 ans qui court jusqu’au 18/2/2019 avec une surveillance trimestrielle des eaux (2).

 

Cette pollution aux hydrocarbures nous a été révélée par le CG 77, en effet les services de l’ETAT que nous avons contacté à nombreuses reprises n’ont pas souhaité nous indiquer le type de pollution découvert dans cette décharge, ni nous fournir une copie des résultats en leur possession.

 

Extrait de la réponse du CG 77 par courrier du 9 janvier 2014 qui nous indique :

 

« A la suite d’un contrôle inopiné, les services de la DDT ont suspecté une pollution sur un périmètre de l’ISDI. Des sondages et analyses ont conduit à l’identification d’une pollution aux hydrocarbures, sur ce périmètre circonscrit et qui ne s’est pas propagée. L’exploitant a été sollicité et s’est engagé à extraire la couche de terres polluées du site. Il appartient à votre association de saisir la DDT 77 pour pouvoir consulter les résultats d’analyses, le Département n’y ayant pas accès et à défaut, ce qui semble être le cas, de saisir la commission d’accès aux documents administratifs (CADA) »

 

 

 

Le site est-il dépollué ?

Nous n’en savons rien

 

 

Quels sont les résultats des analyses trimestrielles

des eaux souterraines ?

 

Nous n’en savons rien

 

 

L’ETAT 

 a-t-il engagé 

une action juridique à l’encontre de l’industriel ?

 

Nous n’en savons rien

 

 

Ce que nous constatons c’est que la décharge est toujours fermée et que ses eaux de ruissellements se déversent dans le ru  de l’Etang qui rejoint le ru  qui traverse le  lotissement de Mauperthuis à Claye-Souilly pour aller se rejeter dans la Beuvronne.

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

contactez 

la sous préfecture de Torcy.

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Services-de-l-Etat/Prefecture-et-sous-prefectures/Les-sous-prefectures/La-sous-prefecture-de-Torcy2/La-sous-prefecture-de-Torcy

 

 

(1) http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/10/20/operation-de-charme-a-la-courneuve-pour-francois-hollande_4793058_823448.html

 

(2) Les 2 arrêtés préfectoraux successifs

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/8292/52482/file/ARP_Villevaude.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/13750/98266/file/ARP+ISDI+PRESCRIP+COMP+VILLEVAUDE+TERRALIA.pdf

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-villevaude-l-ancienne-decharge-terralia-groupe-paprec-une-verrue-polluee-122599825.html

http://adenca.over-blog.com/article-villevaude-l-ancienne-decharge-terralia-groupe-paprec-une-verrue-polluee-122599825.html

http://adenca.over-blog.com/article-protection-du-captage-d-annet-sur-marne-le-cas-de-la-decharge-polluee-de-villevaude-terralia-grou-124855441.html

http://adenca.over-blog.com/article-groupe-paprec-decharge-terralia-de-villevaude-106375885.html

http://adenca.over-blog.com/article-groupe-paprec-pourquoi-la-decharge-terralia-de-villevaudest-elle-toujours-fermee-115646517.html

http://adenca.over-blog.com/2015/03/que-deviennent-les-anciennes-decharges-isdi-le-cas-de-la-decharge-isdi-terralia-groupe-paprec-a-villevaude-une-verrue-polluee.html

http://adenca.over-blog.com/article-villevaude-omerta-des-services-de-l-etat-a-la-suite-de-pollution-de-la-decharge-terralia-aux-h-122037993.html

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 14:57
Ne ratez pas le documentaire
"Pollution des sols, le scandale caché"
diffusé ce soir mardi 20 janvier 2015 à 20.35 h
sur France 5
 
 
Parmi les sujets traités
2 concernent la Seine et Marne
 
Le projet de carrière à ciel ouvert sur l’ancien site
du CEA de Courtry-Vaujours
et les déchets radioacifs (DRNR) en provenance
de l’usine CMMP d’Aulnay
 (citée dans le reportage)
qui ont été enterrés dans la décharge Sita Villeparisis
classée SEVESO à hauts risques
 
 
 
Paru sur le site Natura Sciences :
Pollution des sols : le scandale caché

  Le 16 janvier 2015 à 11:05  

 Notre territoire est parsemé de territoires pollués. Il y en aurait près de 400 000 répartis aux quatre coins de France. Le documentaire de Sarah Oultaf « Pollution des sols : le scandale caché » (50 min) diffusé sur France 5 le mardi 20 janvier à 20h35 s’intéresse à cette véritable bombe à retardement.

 

Durant deux siècles, les industriels ont enfoui une grande variété de produits chimiques sur leurs terrains ou en pleine nature. Ils ont ensuite souvent abandonné ces sites ou les ont revendu sans qu’une réelle décontamination n’ait eu lieu. Le documentaire « Pollution des sols : le scandale caché » s’intéresse aux conséquences sanitaires réelles ou supposées de ces sites. La pollutionenterrée est désormais souvent recouverte de paysages verts, d’habitations ou encore de terrains de loisirs. Mais cette pollution sournoise peut nous contaminer doucement.

Les produits toxiques enterrés peuvent en effet migrer de leurs containers ou des terres où ils sont enterrés et contaminer les nappes phréatiques. L’eau ainsi polluée sera consommée par les hommes et les animaux d’élevage. Des gaz ou des poussières toxiques pourront aussi contaminer l’air que nous respirons.

Des friches industrielles aux éco-quartiers

A Mazières-de-Touraine, le site industriel abandonné par l’entreprise Pal-Pack en 2011 dévoile ses horreurs. Le volume de déchets stocké sur place est très conséquent et ce, sans autorisation préfectorale. L’entreprise n’était en effet censée que recycler des emballages alimentaires vides. Mais sur place, c’est une toute autre réalité, bourrée de fûts chimiques qui se révèle. En décembre 2014, des contenants enfouis sur le terrain ont été mis au jour ; l’enquête suit son cours. Entre-temps, l’ancien patron de Pal-Pack a ouvert une nouvelle entreprise à l’activité similaire. Cet exemple dévoile une attitude peu salutaire : plusieurs entreprises abandonnent leurs sites sans les dépolluer.

Réaprties partout dans le pays, plusieurs friches industrielles sont ainsi en cours de reconversion. Derniers terrains constructibles dans les villes, ces friches deviennent des éco-quartiers. A Strasbourg, on en construit un sur d’anciennes tanneries ; à Rennes et à Grenoble sur de vieux sites militaires et à Toulouse sur la friche d’une cartoucherie. « Tous ces lieux ont-ils été correctement dépollués ?» questionne la réalisatrice.

Le plus grand éco-quartier français est celui de Limeil-Brévannes (94), situé sur une anciennedécharge sauvage. L’ancien maire de la ville qui a commandé ce projet veut croire au professionalisme des pollueurs. Comment faire autrement ? Dans le doute, une information demande tout de même aux propriétaires de ne pas cultiver de légumes potagers dans leurs jardins, mais en prendront-ils connaissance?

De l’arsenic et de la radioactivité

La mine d’or de Salsigne dans le département de l’Aude a été la plus importante mine d’or d’Europe Occidentale et la dernière de France métropolitaine. Elle est marquée par un siècle de pollution par l’arsenic et a été longtemps le site le plus pollué de France. Fermée en 2004, l’Etat a dû prendre en charge la dépollution pour un montant total de 50 millions d’euros. Mais l’essentiel des déchets toxiques est stocké sur place, formant une nouvelle colline. Dix ans plus tard, la pollution commence à s’échapper dans les ruisseaux situés aux alentours.

À Vaujours, à 15 km de Paris, le ministère de la Défense a occupé pendant plus de 40 ans d’immenses bâtiments. Ils sont aujourd’hui laissés à l’abandon. Le CEA y a travaillé dans l’ombre pour mettre au point le détonateur de notre première bombe atomique. En 2010, Placo-platre, filiale de Saint-Gobain a racheté le site ; le sous-sol du fort de Vaujours, contenant du gips, intéresse l’industriel. Des mesures de radioactivité réalisées dans le bunker en février 2014 montrent pourtant que la dépollution du site n’a pas été réalisée correctement par le CEA. Les riverains s’interrogent : l’exploitation d’une carrière à ciel ouvert ne va-t-elle pas soulever des poussières radioactives ?

 

A quel point les poussières de l’amiante nous contamineront-elles ?

Autre époque, autres règles de sécurité. Pendant 40 années, une entreprise traitant des fibres d’amiante à Aulnay-sous-Bois a contaminé ses 40 0000 riverains, dans un rayon de 1 km. Des poussières blanches étaient reportées par les riverains, sans réaction des préfets successifs. «Combien d’usines d’amiante ont laissé échappé leurs poussières et combien de citoyens ne le savent pas encore ? Combien vont être malades ? », s’interroge la réalisatrice.

Selon Annie Thébaud-Mony, chercheuse en santé publique à l’Inserm, ce cas est typique. Pour elle, les enjeux économiques priment toujours sur la santé des ouvriers et des riverains. Il existe un conflit d’intérêt entre la santé publique que devrait défendre le préfet et un intérêt économique d’autre part.

Ainsi, des dizaines de millions de français subissent une pollution industrielle à un certain moment de leur vie. Le résultat pourrait être catastrophique pour notre santé. En effet, on est passé de 150 000 nouveaux cas de cancers par an dans les années 1980 à 355 000 en 2012. Pour Annie Thébaud-Mony, ces cancers sont principalement liés à l’explosion de cancérogènes résultant de la pollution industrielle.

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche