Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 09:09

L’enquête publique concernant le projet de captage, stockage et transport du CO2 dans la région de Lacq (64) vient de débuter et se terminera le 21/9/2008.            

     
Extrait de l’article d’Odile Faure,  journal Pau et Agglomération Juillet 2007

 Le feu aux poudres

Cette expérience met le feu aux poudres à Jurançon. Si l’exploitation du gaz naturel ne semblait pas poser de problèmes aux riverains de la Chapelle de Rousse, celle du dioxyde de carbone (CO2) fait blocage. «  Ils sont concernés par le côté immédiat de l’injection de CO2, inodore mais toxique. A 7% de concentration, il est mortel » affirme Hervé Pépin, expert de l’association Coteaux de Jurançon environnement, chercheur de l’Institut national de recherche scientifique de Montréal … Ils craignent des fuites et sont également sensibles pour le futur. Ils ne veulent pas laisser en héritage un produit empoisonné sachant que si Total se désengage c’est l’état qui doit gérer.

Enfin Henri Pépin démonte la façon dont se sont déroulées les choses « Au niveau administratif c’est un désastre. Total a mené son projet avec l’aide du Bureau de Recherches géologiques et minières (BRGM). Quand on a demandé une contre-expertise, c’est à nouveau le BRGM qui est intervenu. Il y a un conflit d’intérêt manifeste.

Total se conduit comme un seigneur sur ses terres.

Henri Pépin souhaite porter le débat du stockage de CO2 sur le plan national et ne veut pas réduire la lutte des Jurançonnais à la défense de leur « jardin »....


Peur d’un séisme
.

De nombreux membres de l’association évoquent la peur d’une explosion ou d’une séisme qui pourrait faire sortir le gaz, à l’image d’Isabelle Razavet, trésorière, Joëlle Cestac, elle veut se battre « pour les coteaux » et conteste la constitution de la CLIS (1). Sur 27 membres « nous n’avons qu’une voix dans la commission alors que Total en a six »....

Jean-Bernard Larrieu, viticulteur   n’est pas     du   tout   convaincu   par  les explications de la

CLIS (1) « On a l’impression que c’est la politique du rouleau compresseur quand on sait que  le projet doit se finaliser à la fin de l’année ! On travaille depuis des années sur l’image de la Route des vins, les 2/3 sont en agriculture biologique.

Eux ils arrivent en terrain conquis »….........

  (1) Commission Locale d'Information et de Surveillance

   

               
 TOUS ENSEMBLE DEMANDONS UN DEBAT

              SUR LE STOCKAGE DE CO2 AU PLAN NATIONAL

                    SOUTENONS LA PETITION DE

                 L’Association Coteaux de Jurançon Environnement
                             
Avenue de l'Amiral Landrin 64110 Jurançon

                           
http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=1864

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 09:08

Réactions des riverains dans le projet de stockage de co2 dans la région de Lacq Pyrénées Atlantiques


COTEAUX DE JURANCON ENVIRONNEMENT

Association loi 1901 créée le 16 janvier 2008 suite à un projet pilote d'enfouissement de CO2 dans le puits de ROUSSE 1 situé sur les coteaux de Jurançon. Ce blog a pour but d'informer les riverains et les populations environnantes sur les risques du projet et de les tenir au courant des différentes rencontres.

 


Extrait assemblée générale du 14-5-2008

·         le bien-fondé du refus d'une expérimentation industrielle, en zone urbanisée, viticole, agricole, ... et sismique. La mise en oeuvre d'un projet pilote pour tester une nouvelle technologie non totalement maîtrisée a de quoi inquiéter les riverains.

·         Le risque de fuite avéré aussi bien à court terme qu'à long terme et dénoncé par de multiples experts internationaux (article des Echos du 11/10/07) représente une menace pour les humains et l'environnement. Il n'existe aucune méthode fiable pour évaluer la probabilité ou la gravité de tels risques. Il est impossible de garantir un stockage techniquement sûr et permanent du CO2.

·         …….

·         Le bien fondé du refus de léguer aux générations futures un cadre de vie dégradé situé sur un site industriel d'enfouissement de déchet.

·         ……

·         La nébuleuse autant technique que juridique qui entoure le projet, laissant dubitatifs de nombreux élus contactés, ...

·         La totale méconnaissance de l'avenir : aucun engagement formel et formalisé après 2 années d'expérience pilote!!! Total s'accroche à un cadre juridique qui l'exonère de toute responsabilité à long terme. Le transfert envisagé de propriété au gouvernement fait en sorte que les contribuables devront assumer et payer pour les dommages qui pourraient en découler.

·         Enfin dernier point qui n'est pas le moins important, la prise de conscience que cette nouvelle technologie, loin d'être une solution miracle pour lutter contre le réchauffement climatique comme veut le présenter Total montre, selon les études les plus récentes, toutes ses limites en terme de fiabilité économique et de perspective réelle pour contribuer à réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre. Les inconvénients globaux sont supérieurs aux bénéfices.

……
Greenpeace, qui considérait, jusqu'à présent, l'enfouissement souterrain du CO2 comme un moyen d'éviter l'effet de serre, est maintenant contre : "La capture et la séquestration du CO2 ne sauveront pas le climat" "C'est un faux-espoir". Il est souligné aussi devant l'assemblée que l'association CJE a l'appui de France Nature Environnement et de la Sépanso.

Il est dénoncé l'erreur commise par Total qui a négligé le test initial d'acceptabilité sociale
auprès des populations directement concernées, en voulant plutôt passer en force selon les vieilles méthodes "robustes" des industries pétrolières pour arriver à leurs fins.

Il est également expliqué la notion de conflits d'intérêts qui ne semble pas bien comprise par les autorités françaises. Il importe que les personnes chargées d'évaluer la faisabilité scientifique et les risques de l'expérience pilote ainsi que son acceptabilité sociale dans le cadre de Chapelle de Rousse soient totalement indépendantes de Total et le garantissent par écrit. Il semble, de manière surprenante, que le Préfet des Pyrénées-Atlantiques ait choisi le BRGM pour effectuer une contre-expertise. Or, le Direteur du BRGM siège au conseil scientifique du projet pilote de Total ; ce qui rend son institution inéligible à une contre-expertise. Par ailleurs, le BRGM a des liens étroits avec Total et est partie prenante dans une entraprise de prestation de service d'ingénierie dans le stockage de CO2, Geogreen.

……….

L’intégralité de l’assemblée générale est à consulter sur le site :

http://blog.ifrance.com/coteauxdejuranconenvironnement

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 18:34

Extrait article site internet METRO

Le CO2, sous terre et pas dans l'atmosphère

Des risques environnementaux et sanitaires
Pierre Toulhouat, directeur scientifique de l’Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques), confirme le manque de connaissance dans le domaine du stockage de CO2. « Le risque le plus étudié est la possibilité que le gaz carbonique ressorte des failles, ce qui pourrait un dommage pour la planète car le CO2 finirait dans l’atmosphère, mais aussi éventuellement pour l’homme si un accident devait survenir pendant le transport ou par une rupture de pipeline : 4% de CO2 dans l’air peut avoir des conséquences sanitaires importantes », souligne le scientifique. Plus à long terme, les propriétés chimiques du CO2 posent problème car des réaction chimiques peuvent entraîner une dissolution accélérée des métaux contenus dans le roches des gisements remplis de CO2. Des éléments polluants comme le plomb et l’aluminium pourraient ainsi se retrouver dans les eaux souterraines. Selon le scientifique, la recherche dans ce domaine resterait balbutiante.

 Mis à jour 12-06-2008 16:13 Nadia Loddo

Article complet sur le site de METRO :
http://www.metrofrance.com/x/metro/2008/06/12/OEBR6vPtjnop2/index.xml

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 10:31

Extrait de la  note de position du RESEAU ACTION CLIMAT France

RESEAU D’ASSOCIATIONS DE LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES sur le Captage et le Stockage du CO2 (CSC)
Janvier 2007

 Risques environnementaux :

Le CSC inclut un large éventail de risques environnementaux qui ne sont que faiblement maîtrisés, eu égard à l’application de la technologie de captage et aux risques non quantifiés associés au stockage (risques pour la biodiversité et les cours d’eau). Le relargage soudain de CO2 dans l’atmosphère pourrait avoir de sérieuses conséquences pour les êtres humains, les animaux et les plantes…….

Cadre réglementaire :

A l’heure actuelle, il n’existe pas de cadre réglementaire portant sur la technologie du CSC au sein de l’Union européenne. Ni de régime de responsabilité ou de critères pour la surveillance et la vérification des projets. Avant que tout projet ne soit développé, il est nécessaire de mettre en place un cadre réglementaire adéquat qui reposera sur des standards environnementaux élevés, ainsi que sur un système de responsabilité juridiquement contraignant……

Concertation publique :

Le CSC devra également faire face aux barrières d’acceptation du public et nécessitera donc l’organisation d’un débat informé. L’inclusion des ONG et du public dans les discussions sur les technologies destinées à lutter contre le changement climatique est absolument nécessaire, notamment parce que ces discussions débouchent ensuite sur des projets concrets et des politiques. Le débat devra porter sur la sélection des sites et des réservoirs de stockage mais également sur les autres impacts environnementaux liés à l’extraction et à l’utilisation des combustibles fossiles.

Il n’est pas raisonnable d’imposer les risques du CSC aux générations futures sans la communication de toutes les informations et la participation du public pendant le processus d’évaluation.

 Recherche :

Des recherches sont nécessaires pour combler les manques de connaissances, en particulier en ce qui concerne le stockage, et elles doivent inclure l’évaluation des impacts environnementaux liés à cette technologie….

Voir l'article complet sur le site de Réseau Action Climat :
 
http://www.rac-f.org/article.php3?id_article=1224

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 21:34
Partager cet article
Repost0

Recherche