Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 18:37

 

 

Les déchets radioactifs DRNR (1) peuvent être stockés dans différents types de décharges, mais là où le bas blesse c’est la différence de traitement pour la sécurité du personnel et des populations entre ces types de décharges.

 

Dans le site Cires de Morvilliers appartenant à L’ANDRA :

- le personnel manipulant les DRNR est muni d’un dosimètre

voir page 10 http://www.andra.fr/andra-aube/download/andra-aube-fr/document/ra_cires_2012.pdf

Eau

- des contrôles caractéristiques radiologiques sont réalisés  en amont du point de rejet des eaux de la décharge

- des mesures radiologiques sont réalisées semestriellement dans les sédiments des rus recevant les eaux pluviales du site

- les mesures réalisées sur les eaux de ruissellements et la nappe phréatique sont transmises à la police de l’eau

Air

- les rejets atmosphériques doivent respecter des valeurs limites  pour les radionucléides.

……

http://www.andra.fr/andra-aube/pages/fr/menu4/le-cires/la-surveillance-de-l-environnement-1101.html

 


Dans la décharge de déchets dangereux Sita FD Villeparisis Classée Seveso à hauts risques

L’arrêté préfectoral de la Sita Villeparisis  n’impose aucunes des mesures  citées précédemment, pas même de contrôle de la radioactivité dans les sédiments du ru des Grues qui reçoit les eaux pluviales de cette décharge, ru qui est un affluent de la Beuvronne, rivière qui se rejette dans la Marne en amont proche de l’usine de traitement d’eau d’Annet sur Marne qui fournit en eau potable près de 500 000 habitants.

 


 

Ces déchets radioactifs DRNR (1) sont stockés depuis près de 6 ans dans cette décharge, il est temps que les élus membres de la Commission de Suivi de Site de la Sita  Villeparisis et Monsieur le député de la 7ème circonscription entendent les demandes des associations de protection de l’environnement et se penchent sérieusement sur ce dossier.

 

Ces élus doivent demander  à Madame la Préfète qu’elle prenne un arrêté préfectoral imposant des prescriptions complémentaires afin que pour la sécurité des salariés et des populations ces déchets soient stockés dans les mêmes conditions à  Villeparisis que dans le site Cires de L’Andra à Morvilliers.

 

(1)   déchets à radioactivité naturelle renforcée

 

Pour tous renseignements complémentaires contactez:

 

les élus siégeant à la Clis de Sita FD Villeparisis:

Madame Michèle Pélabère, conseillère générale du canton de Claye-Souilly

Monsieur Jean-Luc Pilar, maire de Courtry

Monsieur Jean-Paul Pasco-Labarre, maire de Le Pin

Monsieur Jean-Claude Poupet, adjoint au maire de Villeparisis

Monsieur Henri-Philippe Congar, adjoint au maire de Coubron

 

 

 le député de la 7ème circonscription et président du syndicat de la Basse Beuvronne

Monsieur Yves Albarello

 

 

 

Pour extrait étude de l’ANDRA

 

ETUDE DES SCENARIOS DE GESTION A LONG TERME DES DECHETS DE FAIBLE ACTIVITE MASSIQUE A VIE LONGUE (21/12/2012)

https://www.google.fr/#q=+ETUDE+DES+SCENARIOS+DE+GESTION+A+LONG+TERME+DES+DECHETS+DE+FAIBLE+ACTIVITE+MASSIQUE+A+VIE+LONGUE+ 

 

Pages 49 à 51

 

5.4 Déchets à radioactivité naturelle renforcée

Les déchets à radioactivité naturelle (RNR) font l’objet d’études et recherches pour compléter et

renforcer leurs modes de gestion à long terme. En particulier, l’Andra étudie conformément au

PNGMDR 2010-2012 dans le cadre de ses projets d’entreposage de déchets, la mise à disposition de

solutions d’entreposage pour les industriels produisant ponctuellement des déchets à radioactivité

naturelle renforcée destinés à être stockés dans le futur centre de stockage de déchets FAVL.

 

5.4.1 Définition et inventaire

Les déchets RNR sont des déchets générés par la transformation de matières premières naturellement

riches en radioéléments mais qui nesont pas utilisées pour leurs propriétés radioactives. Ces déchets

sont d’origines très diverses et présentent des volumes significatifs. Ce sont des déchets à vie longue

avec des activités radiologiques variables. L’Andra a mené uneétude bibliographique pour identifier

leurs modes de gestion à long terme.

Un inventaire des déchets RNR a été établi en s’appuyant sur les déclarations faites par les producteurs

en vue de l’établissement de l’Inventaire national. Ces informations ont été complétées par les données

collectées par l’association Robin des Bois [11] et les publications de l’ASN [12] et [13].

 

Des déchets RNR sont produits lors de l’extraction à partir de minéraux d’éléments valorisables (tels

que l’oxyde de titane, l’alumine, l’acide phosphorique, le zirconium, les terres rares). Il s’agit de boues

rouges, de phosphogypses et une partie des déchets radifères (déchets de Rhodia et de Cezus).

Les boues rouges sont produites notamment par l’extraction de l’alumineà partir de la bauxite et par

le traitement des eaux chargée en uranium, radium et en polluants chimiques (dans le cas d’unecoextraction

du manganèse et du fer).

 

Dans le domainede l’énergie, la production de chaleur et d’électricité par la combustion de la

biomasse et du charbon peut concentrer la radioactivité dans les cendres. L’extraction du gaz et du

pétrole produit des tartres et des boues radioactifs.

Un autre processus pouvant conduire à la concentration de la radioactivité naturelle est l’incorporation

d’un élément radioactif dans un produit. Il s’agit par exemple d’uranium ou de thorium dans des

alliages principalement utilisés dans l’aéronautique, de zircon dans des céramiques, ou de sable de

zircon utilisé en fonderie. Le zircon est un minérai naturellement riche en radionucléides.

Par ailleurs, la radioactivité peut également se concentrer sur des machines ou dans des tuyaux au

cours de processus industriels…..

 

Les déchets RNR concentrent les radioéléments des chaînes de désintégration de l’uranium 238 et du

thorium 232 (celle de l’uranium 235 est très peu présente) ainsi que le potassium 40. On trouve aussi

dans certains déchets de l’industrie de la papeterie et de la biomasse du césium 137.

 

…… 5.4.2.3 Gestion dans des centres de stockage de déchets conventionnels

La circulaire ministérielle [14] relative aux installations classées stipule les conditions d’acceptation de

déchets à radioactivité naturelle renforcée ou concentrée dans les centres de stockage de déchets.

Cette acceptation requiert notamment que l’impact radiologique associé à leur stockage nedépasse

pas 1 mSv / an en valeur ajoutée au rayonnement naturel. La méthodologie de l’évaluation de cet

impact a été définie par l’IRSN.

 

5.4.2.4 Gestion dans les centres de stockage de déchets radioactifs

Lorsqu’ils présentent une activité très faible, les déchets RNR peuvent être pris en charge en stockage au Cires.

Le Centre de stockage de l’Aube ne peut pas recevoir des RNR à cause notamment de leur exhalaison du radon (cf. 2.3). 

 

…..

Partager cet article

Repost0

commentaires

Recherche