Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 20:45

 

Projet de stockage de gaz carbonique CO2

dans la décharge de Claye-Souilly par la multinationale VEOLIA

 

La France favoriserait-elle la mise en décharge des ordures ménagères plutôt que son recyclage pour permettre aux multinationales d’obtenir des crédits carbone (1) ?

 

 

La France ferait-elle prendre des risques aux populations riveraines de cette décharge pour  favoriser la finance (1)?

 

 

(1) http://ownipolitics.com/2011/02/07/les-credits-carbone-nouveau-joujou-toxique-de-la-finance/

http://www.solutionsauxchangementsclimatiques.com/2009/html/renew-gen-2.html

http://www.veolia.com/veolia/ressources/files/2/8804,2421,Compensation-carbone.pdf

 http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/06/25/climat-les-effets-pervers-des-credits-carbone_1378610_3244.html

 

Paru sur le site univers nature :

 

24-05-2012

Crédits carbone : l’hypocrisie de l’UE qui monnaie ses émissions

Selon une enquête (1) réalisée par l’Alliance Globale pour les Alternatives à l’Incinération (GAIA), portant sur près de 300 projets dans 50 pays, les Etats membres de l’Union européenne financent des projets de gestion de déchets municipaux illégaux dans les pays en voie de développement, via l’achat de crédits carbone. Le Mécanisme de Développement Propre (MDP) permet aux industries des pays de l’UE de s’acquitter de leurs objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), en achetant des crédits de compensation carbone. Ceux-ci financent alors des projets œuvrant en ce sens dans les pays en développement.

Mais un fossé sépare la théorie de la pratique. Selon GAIA, les incinérateurs et projets de captage des gaz issus de l’enfouissement des déchets financés dans les pays en développement ne respectent pas la réglementation européenne sur les déchets. En effet, si celle-ci impose des contrôles stricts sur les émissions toxiques provenant des incinérateurs de déchets, le MDP, lui, ne fixe pas de limites de pollution. Pour preuve, les incinérateurs financés en Chine avec les fonds du MDP sont autorisés à émettre dix fois plus de dioxines que ce que permet la législation européenne.

De même, deux tiers des projets de captage des gaz d’enfouissement soutenus par le MDP encouragent l’enfouissement des déchets organiques afin de produire plus de méthane. L’objectif est de vendre des crédits carbone grâce à la captation d’émissions de méthane supplémentaires. Outre ces subterfuges, c’est le fondement même du MDP qui a été détourné. Ainsi, au moins 32 incinérateurs financés par ce dispositif brûlent des déchets sans retenue, alors même que l’UE prône la prévention des déchets et leur recyclage.   

Présenté lors d’une séance d’information au Parlement européen, le rapport de GAIA a listé les pays membres présentant les pires dossiers en matière d’achats de crédits carbone en faveur de projets d’incinération et d’enfouissement illégaux. Parmi eux, figurent le Royaume-Uni, la France, l’Espagne et les Pays-Bas. Le mois dernier, le Commissaire européen de l’Energie a annoncé une réforme du système d’échange des émissions d’ici la fin de l’année. Si celle-ci portera principalement sur le prix des crédits carbone, elle offre la possibilité de contrer le détournement du MDP au profit de l’hypocrisie de certains Etats et sociétés, libérés de leur obligation de réduire leurs émissions.

Cécile Cassier

1- Le rapport rendant compte de cette enquête s’intitule : « EU’s Double Standards on Waste and Climate Policy ».

 

 

 

 

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=5178

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche