Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 18:14

 

NORD-OUEST SEINE ET MARNE

7ème circonscription

Une circonscription qui reçoit plus

que sa propre part de pollution

et une exposition disproportionnée aux risques (2) 

 

 

Quel avenir pour nos enfants ?

Des emplois sous qualifiés ?

 

En effet nous ne pouvons que constater que cette circonscription ne compte pas de grandes écoles.

 

Un handicap certain pour nos enfants.

 

Nos enfants devront-ils se contenter d’emplois sous qualifiés

faute de moyens pour pouvoir rejoindre ces écoles ?

 

Ici on accumule les sites Seveso, les décharges et les carrières remblayées par des déchets « dits inertes ». 

 

 

Ailleurs comme au sud du département on accumule les grandes écoles, pour exemple Fontainebleau :

 

Classes préparatoires du lycée François 1er

Le seul établissement du département à proposer une offre complète de classes préparatoires scientifiques aux grandes écoles.

http://www.fontainebleau.fr/?classes-preparatoires

Lycée Couperin

BTS MUC et classe préparatoire économique et commerciale.

http://www.fontainebleau.fr/?lycee-couperin

I.U.T. Fontainebleau

Il accueille aujourd’hui plus de 500 étudiants par an et compte 2 départements et 3 licences professionnelles.

http://www.fontainebleau.fr/?i-u-t-de-fontainebleau-deux

INSEAD

Fondé en 1957, l’I.N.S.E.A.D. est l’une des plus prestigieuses écoles de management mondiales.

http://www.fontainebleau.fr/?insead

Ecole des Mines

Une antenne à Fontainebleau.

L’École des Mines a été fondée en 1783, à l’époque où l’exploitation des mines était l’industrie de haute technologie par excellence. C’est l’une des plus anciennes, célèbres et prestigieuses écoles d’ingénieurs françaises.

Installée depuis 1816 au cœur du quartier Latin, dans l’ancien hôtel de Vendôme, l’École des Mines s’est étendue en 1967 à Fontainebleau. L’école de Fontainebleau compte 249 permanents dont 82 enseignants chercheurs

http://www.fontainebleau.fr/?ecole-des-mines

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 11:12

 

 

NORD-OUEST SEINE ET MARNE

7ème circonscription

Une circonscription qui reçoit plus

que sa propre part de pollution

et une exposition disproportionnée aux risques (1) 

 


 

MITRY ZI 

Zone industrielle Mitry-Compans (à proximité du Lycée Honoré de Balzac)

vu sur l'incinérateur de déchets dangereux Gerep, Seveso à hauts risques,

survolé par un avion atterissant à Roissy en France

 

 

Si on parlait de nos enfants 

 

Pourquoi le Lycée Honoré de Balzac de Mitry-Mory qui compte près de 1200 élèves a été construit au bord  de la plus importante zone industrielle de l’Est Parisien Mitry-Compans qui compte 7 sites Seveso dont 3 à hauts risques ?

 

Pourquoi l’Ecole Maternelle de Fresnes sur Marne a-t-elle été construite à proximité de deux décharges dont la plus importante décharge de déchets ultimes de France  REP Veolia ?

 

Pourquoi l’une des plus importantes décharges de déchets dangereux de France Sita, aujourd’hui classée Seveso à hauts risques, a-t-elle été implantée à Villeparisis dans une commune qui compte aujourd’hui plus de 4000 enfants scolarisés ?

 

 

Pourquoi les enfants de St Thibault des Vignes et ses environs doivent supporter la proximité de deux incinérateurs ?

 

Pourquoi projette-t-on d’implanter une école à Claye-Souilly (secteur Bois des Granges) à proximité d’une future carrière de gypse qui devrait être exploitée à ciel ouvert et remblayée par des déchets « dits inertes » ?

 

 

 

 

Ce qui se passe ailleurs au sud de la Seine et Marne :

 

Une école en bordure de la Forêt de Fontainebleau

http://www.fontainebleau.fr/?insead

 

Une autre école en plein cœur de la forêt de Fontainebleau

http://www.fontainebleau.fr/?i-u-t-de-fontainebleau-deux

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 18:57

 

 

Comparaison du profil environnemental

de 2 circonscriptions de Seine et Marne

 

 

fontainebelau le chateau 14.4.2013

        Dans la 2ème circonscription :  Château de Fontainebleau 14/4/2013

 

 

 

 

2ème circonscription

Ville principale Fontainebleau

7ème circonscription

Ville principale Villeparisis

Députée : Valérie Lacroute, Maire de Nemours

Député : Yves Albarello, Maire de Claye-Souilly

 

Les + :

 

 + une réserve de biosphère (1) 


 + d’Espaces classés ou protégés


 + d’Espaces verts ou boisés


 +d’Espaces Naturels Sensibles ouverts au public (2)


 + de Grandes Ecoles (3)


 +de contrôle des polluants dans l’air par Airparif(4)


 + de captages d’eau prioritaires (5)

 + de rivières classées prioritaires

(retour au bon état écologique)

Le Lunain, le Fusain, Le Betz. (6)


 + un hôpital

 

Les + :

 

 + de sites Seveso à hauts risques : 4


 + d’incinérateurs : 3


 + de décharges : 8


 + des carrières remblayées par des déchets « dits inertes » :  4


 + d’entrepôts


 + de lignes à haute tension et un méga poste électrique haute tension à Villevaudé


 + de nuisances aériennes

(proximité des aéroports de Roissy et du Bourget)

 

 + de nuisances ferroviaires

(2 lignes TGV, 2 transiliens, 1 RER B)


 + de nuisances routières

(francilienne, N2 et N3)


 + de rivières polluées :

 La Beuvronne, le ru de Chantereine..

 

Les moins :

 

 

- Moins de nuisances routières

 

- Moins de nuisances  ferroviaires

 

- Moins de pollution de proximité

 

- Moins d’entrepôts

 

Les moins :

 

- Moins d’espaces classés

 

- Moins d’espaces verts ou boisés

 

Les pas :

 

 Pas de sites Seveso à Hauts risques

 

Pas d’incinérateurs

 

Pas de décharges de déchets dangereux

 

Pas de décharges d’ordures ménagères

 

Pas de grand aéroport

 

Pas de méga poste électrique haute tension

 

Les pas  :

 

Pas d’hôpital (fermeture de l’hôpital

de Lagny en 2012)

 

Pas de captage d’eau

prioritaire (5)

 

Pas de rivières classées

prioritaires

(retour au bon état écologique) (6)

 


Pas de contrôles fixes de

polluants dans l’air par Airparif

 

Pas de contrôles fixes du bruit par Bruitparif

 

Pas d’Espaces Naturels

Sensibles ouverts au public (2)

 

Pas de Grandes Ecoles

 

Pas de réserve de biosphère (1)

 

Les projets :

 

Parc National de la Forêt de Fontainebleau

Les projets :

 

Décharges à Annet sur Marne

et Villeneuve sous Dammartin

 

Carrière Placoplâtre à Villevaudé

remblayée par des déchets

« dits inertes »

 

Enfouissement de déchets  gaz

carbonique CO2 dans le sous-sol de la 

décharge Veolia de Claye-Souilly

 

Prolongation du délai d’exploitation de

  la décharge de déchets dangereux de

Villeparisis

 

 

 

 

(1) Réserve de biosphère

www.biosphere-fontainebleau-gatinais.fr

(2) Espaces Naturels sensibles ouvert au public

http://www.seine-et-marne.fr/les-espaces-naturels-sensibles

(3)

l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris (ENSMP) à Fontainebleau http://www.ensmp.fr/Fr/ENSMP

 

l’Institut Européen d’Administration des affaires (INSEAD) à Fontainebleau http://www.insead.edu

IUT Fontainebleau  http://www.iutsf.u-pec.fr

(4) http://adenca.over-blog.com/article-seine-et-marne-pourquoi-airparif-controle-plus-de-polluants-dans-l-air-a-fontainebleau-qu-a-montge-e-73552242.html

(5) Captages prioritaires

http://www.developpement-durable.gouv.fr/La-preservation-de-la-ressource-en.html

 

(6) Retour au bon état écologique http://eau.seine-et-marne.fr/library/conf-2012-financeurs-v2

 

 _6597.jpg

  Dans la 7ème circonscription : Terres agricoles recouvertes de déchets  "dits inertes" décharge ECT Annet sur Marne

 

 

Extrait de :
Inégalités environnementales en région Île-de-France : le rôle structurant des facteurs négatifs de l’environnement et des choix politiques afférents

 

Guillaume Faburel et Sandrine Gueymard

http://eps.revues.org/index2477.html

 

Paragraphe 41

 

 Inégalités environnementales en région ile de France G.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 21:52
Paru sur le site Le Monde.fr :
Luttons tout de suite contre la pollution de l'air

Le Monde.fr | 15.11.2012 à 10h51 Par Rémy Slama, Denis Zmirou-Navier, Isabella Annesi-Maesano et William Dab, chercheurs

Abonnez-vous
 

En France, la route tue davantage par la pollution qu'elle engendre que par les accidents de la circulation. Le nombre de décès annuels dus aux accidents de la route est, après d'importants efforts, maintenant inférieur à 4 000 (une diminution de 60 % en une vingtaine d'années), alors que la pollution atmosphérique est impliquée dans 20 000 à 40 000 décès chaque année, dont plus de la moitié pour la pollution due au trafic routier.

La majorité des décès surviennent par maladie cardiovasculaire, mais aussi par des maladies respiratoires, ainsi que par cancer. Les études épidémiologiques humaines et la toxicologie animale donnent des résultats convergents. Le Centre international de recherche sur le cancer a ainsi classé cette année les particules fines diesel comme des carcinogènes certains pour l'homme. L'Institut national du cancer rapporte que les particules fines diesel seraient responsables d'environ 1 000 à 1 500 nouveaux cas de cancer du poumon en France sur les 39 500 nouveaux cas estimés en 2011. L'Institut de veille sanitaire (InVS) a récemment rappelé que l'espérance de vie était diminuée de 4 à 8 mois dans les grandes agglomérations, par rapport à ce qui est attendu si le niveau de pollution recommandé par l'Organisation mondiale de la santé était respecté. Le coût financier, incluant les journées de travail perdues, est de l'ordre de 30 milliards d'euros par an en France. Tout euro investi pour faire diminuer la pollution atmosphérique est plusieurs fois remboursé par le gain sanitaire et économique résultant de cette diminution.

Or, les concentrations de particules fines et d'oxydes d'azote ne baissent pas, ou très lentement, comme le constate le bilan de la qualité de l'air publié par le ministère de l'écologie sur la période 2000-2011. Ce sont ces particules, et surtout les plus fines d'entre elles, qui sont d'après les connaissances actuelles les plus nocives, au sein des polluants présents dans l'air de nos villes…….

La carte européenne des zones à faibles émissions de pollution va-t-elle encore longtemps rester vierge pour la France, alors que 180 villes dans 39 pays ont mis en place une telle approche ? Il ne s'agit pas ici de se crisper sur un dispositif plutôt qu'un autre. Que les solutions relèvent de la police urbaine, de la politique des transports, de la fiscalité, ou de tout cela à la fois, il faut rappeler l'urgence de l'action. Ce n'est pas une question de précaution, comme avec les polluants aux effets encore mal caractérisés, mais de prévention. Parmi les facteurs sur lesquels la société peut agir, rares sont ceux qui causent des effets sanitaires d'une telle ampleur.

La lutte contre la pollution atmosphérique doit être poursuivie avec une efficacité similaire à celle de la lutte contre les accidents de la route, en y mettant des moyens en rapport avec son impact sanitaire. Cette efficacité doit être fondée sur une évaluation de l'impact des outils déployés. Modifier ceux-ci sans en tirer pleinement les enseignements n'est pas un gage de politique durable.

Rémy Slama, Denis Zmirou-Navier, Isabella Annesi-Maesano et William Dab, chercheurs

Rémy Slama, équipe d'épidémiologie environnementale de l'unité 823, Inserm et Université de Grenoble ;

Denis Zmirou-Navier, Université de Lorraine et Ecole des hautes études en santé publique, Inserm U1085-IRSET ;

Isabella Annesi-Maesano, équipe épidémiologie des maladies allergiques et respiratoires, UMR-S 707 Inserm et UPMC Sorbonne Universités ;

William Dab, Conservatoire national des arts et métiers, ancien directeur général de la santé.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/15/luttons-tout-de-suite-contre-la-pollution-de-l-air_1790832_3232.html

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 11:05

 

 

Seine et Marne 7ème circonscription :

le plus gros point noir environnemental d’Ile de France ? 

 

A vous de juger


rep-01.2008.jpg

Claye-Souilly 01/2008 la décharge Rep Veolia

 

L’approche des élections législatives nécessite un état des lieux environnemental de chaque circonscription française, nous l’avons fait pour la 7ème circonscription de Seine et Marne.

 

Cette circonscription

couvre moins de 5% du département de Seine et Marne

et accumule  :

 

- 92 ICPE (installation qui peut présenter des dangers  pour la santé, la salubrité,  l’environnement...) (1)

 

       parmi elles Mitry-Compans est la zone industrielle qui accumule sur un même site  :

       -  le plus d’ICPE de Seine et Marne (1),  au nombre de 44

      - le plus  d’installations classés SEVESO de Seine et Marne, au nombre de 7  dont 3   classées SEVESO seuil  haut (GAZECHIM, CCMP et GEREP incinérateur de déchets  dangereux) 

 

- 14 SITES OU SOLS POLLUES inscrits dans la base Basol (2)

 

- DECHETS

            -3 incinérateurs dont 2 sur la même commune de St Thibault des Vignes (soit 43% des               incinérateurs de Seine et Marne)

 

            -8 décharges (soit 38 % des décharges implantées en Seine et Marne) dont :

            - la plus importante décharge de France de déchets ultimes Veolia Claye-Souilly

            - l’unedes plus importantes décharges de France de déchets dangereux Sita   Villeparisis qui est l’unedes seules décharges de ce type à recevoir aussi des déchets  radioactifs

 

            -3 carrières remblayées par des déchets

 

            -2 décharges illégales

 

- Les nuisances des Aéroports de Roissy et du Bourget

 

- Un Poste Réseau Transport Electricité à très haute tension de Villevaudé

 

villevaudé 24.5.2009. 048

  Villevaudé 24/5/2009 près du poste RTE à très haute tension

 

 

 

Comment a-t-on pu accumuler autant de sites polluants

sur une surface aussi réduite ? 

 

 

Quelles conséquences :

 

- La rivière Beuvronneclassée parmi l’une des rivières les plus dégradées d’Ile de France, rivière qui se jette dans la Marne en amont proche de la station de pompage d’Annet sur Marne qui fournit en eau potable près de 500 000 habitants.

 

- Quel est l’état de notre nappe phréatique, de la qualité de notre air, de notre sol ?

 

Depuis des années nous demandons qu’une étude sanitaire soit réalisée dans ce secteur

sans aucuns résultats.

 


 beuvronne-28.9.2009-3.jpg

   Claye-Souilly 28/9/2009 pollution de la rivière Beuvronne 

 

Les projets :

   

- Projet de 4 nouvelles décharges de gravats de bâtiment (Paris et Petite Couronne cherche des emplacements pour stocker leurs ordures)

   - Projet  de 1er essai en France de stockage du gaz carbonique CO2  de taille industrielle dans les aquifères salins sous la décharge Veolia de Claye-Souilly (site qui serait classé SEVESO seuil haut si le projet était réalisé)

 

- Projet de carrières de gypse  à ciel ouvert sur Villevaudé puis sur Claye-Souilly et de destruction d’une partie de l’Aqueduc de la Dhuis,  carrières qui devraient être remblayées par des déchets.

 

- Mais peut-être aussi essai de Fracturation hydraulique Pétrole de Schiste (le site Ile de Gord étant situé sur ce territoire)

 

- Le Grand Roissy (encore plus de nuisances : bruit, pollution…)

 

- Le Grand Paris (encore plus de déchets de chantier)

 

 

Nous aurions aimé citer par exemple un projet de Parc Naturel Régional comme dans la région des deux Morins (4), mais il semble qu’ici ce ne sont que des projets dangereux ou polluants qui soient à l’ordre du jour.

 


(1)       http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Questions-Reponses-sur-les-ICPE-.html

(2)       http://basol.ecologie.gouv.fr/accueil.php

(3)       http://www.rte-france.com/uploads/media/pdf_zip/presse/dp-2011/2011_03_30_DP_Bilan_IDF.pdf

(4)       http://www.pnrbrie2morin.fr/index.php?option=com_content&view=category&id=38&Itemid=53 

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 15:34

 

Communiqué de Presse

France Nature Environnement

 

Lundi 20 février 2012 Fuite d’ammoniac : GRANDE PAROISSE SA, filiale de Total, reconnue coupable

 

Le tribunal de police de Melun (77) vient de rendre aujourd’hui une décision reconnaissant la culpabilité de la société GPN (anciennement Grande Paroisse) et de son représentant légal et les condamnant respectivement à payer une amende de 5 000 et 400 € pour une contravention à la législation sur les installations classées, suite à des fuites d’ammoniac, survenues en juillet et août 2009. France Nature Environnement et Nature Environnement 77 (NE 77) ont été reconnues comme victimes et le tribunal leur a accordé des dommages-intérêts. Des incidents à répétition La société GRANDE PAROISSE, filiale de Total exploite sur le territoire de la commune de Grandpuits-Bailly-Carois (77) une installation de production d’engrais et de produits chimiques. Elle fabrique, stocke et expédie des engrais azotés, de l’ammoniac, de l’acide nitrique et du nitrate d’ammonium. Le 4 juin 2009, le préfet de Seine-et-Marne l’a autorisée à exploiter de nouvelles unités de production et d’expédition de solutions azotées et d’urée à usage technique. Cet établissement relève du seuil haut du classement SEVESO. Dès juillet 2009, une fuite d’ammoniac s’est produite lors d’une opération de déchargement d’un camion d’acide chlorhydrique conduisant à l’hospitalisation de douze personnes. A la suite de cet incident, le service préfectoral de contrôle de l’environnement a constaté l’insuffisance des mesures mises en place pour détecter toute fuite anormale d’ammoniac au niveau du réseau de purge des postes de chargement. Le 13 août 2009, 22 jours seulement après l’incident, une nouvelle fuite d’ammoniac a été constatée lors d’une opération de maintenance de l’unité de liquéfaction du CO2 donnant lieu à l’évacuation du personnel, à la mise en œuvre du plan d’opération interne et à l’hospitalisation de quatre personnes pour observation. A nouveau, le service préfectoral de contrôle de l’environnement a mis en évidence le non respect de certaines dispositions de l’arrêté préfectoral du 4 juin 2009.

Un rappel au nécessaire respect de la réglementation

 

Jane Buisson, présidente de l’association NE 77 relève : «que les négligences de la société GPN aient été reconnues, ainsi que l’intérêt à agir de NE 77, et espère que cette condamnation contribuera à l’amélioration de la prévention et au respect de la réglementation à tous les niveaux de fonctionnement de l’installation de Grandpuits ».

 

http://www.fne.asso.fr/fr/fuite-d-ammoniac-grande-paroisse-sa-filiale-de-total-reconnue-coupable.html?cmp_id=33&news_id=12647&vID=897

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 20:13
Pas de projet  réseau télécentres au Nord-Ouest 77,
pourquoi ? 
Le nord-ouest 77
serait-il réservé à l’implantation
d’entreprises polluantes ? 
Extension Aéroport de Roissy,
décharges, incinérateurs, industrie chimique,
carrières à ciel ouvert…..
 
Paru sur le site de Parisien 77 :

Le conseil général a dévoilé hier les résultats d’une étude prouvant l’intérêt des entreprises pour le télétravail. Un réseau de télécentres va bientôt voir le jour , dont quatre en 2012.

Thomas Poupeau | Publié le 23.12.2011, 04h31

 

Cisco Systems (NDLR : entreprise américaine d’informatique) sont d’ores et déjà intéressés par un télécentre. »

 

Travailler près de son domicile : un rêve pour tous les Seine-et-Marnais qui font chaque jour des dizaines de kilomètres pour se rendre dans leur entreprise. Il deviendra bientôt réalité, puisque Seine-et-Marne Développement — l’agence économique du conseil général — vient d’annoncer qu’une douzaine de télécentres sont en projet.

Six d’entre eux ont déjà été prédéfinis, parmi lesquels « trois ou quatre devraient être concrètement lancés en 2012 », assure François-Xavier Deflou, directeur général de Seine-et-Marne Développement. Cette décision a été confortée par les résultats d’une étude, pour laquelle 27 grandes entreprises franciliennes et cent cinquante PME-TPE et indépendants de Seine-et-Marne ont été interrogées.

« 47% des indépendants seraient intéressés par des places en télécentres, détaille-t-on à Seine-et-Marne Développement. Par ailleurs, 24% des TPE et PME veulent un télécentre. » Les chiffres sont encore plus éloquents pour les grandes entreprises, car « 89% se disent intéressées à long terme » par un tel projet. Leur intérêt reste toutefois conditionné à d’autres facteurs. Parmi les critères : « une réduction des coûts immobiliers et des garanties sur la confidentialité ».

Ces centres, qui auront une capacité d’accueil de cinquante ou cent personnes, seront implantés en milieu urbain comme rural. Parmi les sites choisis : la cité Descartes, à Champs-sur-Marne. « C’est un secteur dynamique grâce à la présence de l’université et la proximité du Val-d’Europe », poursuit François-Xavier Deflou. Autre cible : « Melun et le quartier de la gare, qui va bientôt être réaménagé. » Toujours dans le sud du département, Fontainebleau et « sa pépinière d’entreprises de la rue Royale, qui va devoir s’étendre ». D’autres projets doivent être affinés, notamment à Coulommiers, Lizy-sur-Ourcq et Trilport.

« Si l’on veut que ces télécentres fonctionnent, il faut qu’ils soient organisés en réseau, pour bénéficier d’une communication et de services communs », estime François-Xavier Deflou. C’est pourquoi le conseil général est en train de mettre au point une structure d’accompagnement, qui regroupera les territoires et les sociétés avec un projet de télécentre. Et selon Seine-et-Marne Développement, il y a déjà des clients : « La RATP et Cisco Systems (NDLR : entreprise américaine d’informatique) sont d’ores et déjà intéressés par un télécentre. »

 

Le Parisien

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/le-travail-a-distance-va-s-etendre-des-2012-23-12-2011-1781022.php

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 14:15
Paru sur le site Le Parisien 77 :

Publié le 02.10.2011, 07h00

Hier matin, les sapeurs-pompiers ont éteint le feu qui s’était déclaré mercredi dans un silo de 22 m de haut rempli de fourrage à la ferme de la Mardelle, à Courtacon. Ils ont dû en démonter une partie pour le vider. Jusqu’à quarante pompiers et seize engins ont été mobilisés en même temps.

 

Sur le même sujet :

 

http://adenca.over-blog.com/article-seine-et-marne--39141412.html

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 11:43

La Brie va-t-elle perdre son identité ?

 

Disparition des terres agricoles :

Décharges, Carrières, Entrepôts, Routes, Urbanisation…

 

 

Extrait article paru dans le Parisien 77 :

 

Les villes grignotent les terres agricoles

La ville ronge environ 1 000 ha de terres agricoles chaque année. Un constat qui inquiète les Jeunes Agriculteurs de Seine-et-Marne réunis en assemblée générale.

SOPHIE BORDIER | Publié le 10.02.2011, 07h00

 

 

 

L’agriculture seine-et-marnaise a perdu environ 1000 ha de terres par an entre 1982 et 2006, soit l’équivalent de quelque 1500 terrains de football! Des surfaces reconverties dans l’urbanisation et la création d’équipements commerciaux ou de loisirs. Un sujet brûlant choisi comme thème de l’assemblée générale des Jeunes Agriculteurs de Seine-et-Marne, vendredi dernier, à la maison de l’agriculture du Mée-sur-Seine.

SUR LE MÊME SUJET

« La disparition du foncier est le principal frein à l’installation des agriculteurs », dénonce Cyrille Milard, président du syndicat agricole.

Invité à l’AG, Franck Limery, directeur des affaires juridiques et foncières de l’établissement public d’aménagement EpaMarne-EpaFrance, a présenté les projets sur Marne-la-Vallée, un secteur de 15000 ha. « Nous nous engageons à construire 2000 logements par an. Car il manque chaque année en Ile-de-France 15000 logements. On acquiert environ 100 ha de terres par an. » Résultat : l’agriculture à Marne-la-Vallée ne représente que 20% du territoire.

Face à l’assistance plutôt hostile, Franck Limery s’est voulu rassurant : « Les agriculteurs font partie des atouts de Marne-la-Vallée. Nous encourageons une agriculture urbaine, pérenne et intégrée dans les villes. Mais c’est un travail de longue haleine, il faudrait faire muter certains sites pour un autre type d’agriculture. Par exemple, à Ferrières-en-Brie, un projet de cueillette va voir le jour avec un potager bio, un verger bio. Une famille d’agriculteurs s’est engagée. On a fait des appels à projets car nous sommes demandeurs de propositions pour demain ! »

Réaction de Pierre Cuypers, président de la chambre d’agriculture de Seine-et-Marne : « Dans votre esprit, c’est la ville qui doit dire ce que l’agriculture doit être! La réalité, c’est quand même la ville qui grignote 1000 ha par an! Nous perdons ainsi une capacité économique, sociale et environnementale. Il faut une vraie politique auprès des schémas directeurs. Il faut apprendre à construire des parkings enterrés ou aériens, arrêter de bâtir des entrepôts logistiques qui sont vides! Tous les projets doivent faire l’objet d’une concertation en amont ! »

Président de la chambre régionale d’agriculture, Hervé Billet enfonce le clou : « Un agriculteur doit pouvoir vivre de son métier. Pour bâtir un projet, il faut du volontariat et une lisibilité sur l’avenir, des documents d’urbanisme fiables à long terme. On a compris les attentes de la société, mais il faut une garantie de revenus. »

 

Le Parisien

Lien vers l’article :

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/les-villes-grignotent-les-terres-agricoles-10-02-2011-1308083.php

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 20:56

 

DESTINATION TOURISTIQUE

NORD  SEINE ET MARNE :

Doue

 

Promenade autour des puits

d’extraction de l’huile de schiste

 

 

Doue au Nord Seine et Marne, charmant village briard, situé au pied de la butte dénommée « Phare de la Brie », citée dans la légende de Gargantua, autrefois lieu de production des fromages de Brie, à deux pas du très touristique parc d’attraction européen qui reçoit chaque année près de 15 millions de visiteurs, de Coulommiers « la ville du fromage » et des vignobles de Champagne.

 C’est en effet ici où l’Orgeval, affluent du Grand Morin, prend sa source, au milieu des champs de Brie qu’on a choisi d’expérimenter l’extraction de l’huile de schiste, une première en France.

 

 

 La Seine et Marne est-elle considérée comme une terre d’expérimentations ?

 

A-t-on oublié que des populations vivaient ici ?

 

En effet la 1ère expérimentation en France de stockage

du gaz carbonique CO2 dans les aquifères salins

devrait également voir le jour au nord Seine et Marne.

 sur le site de la décharge Véolia de Claye-Souilly.

 

 

Les Seine et Marnais sont-ils des « cobayes » ?

On pourrait le penser.

 

 

  

 

Pour aller plus loin :

Site de la mairie :

http://www.doue.fr/doue/accueil.html

Wikipédia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Orgeval_(rivi%C3%A8re)

 

  article paru sur le site Novethic :

http://www.novethic.fr/novethic/planete/environnement/ressources_naturelles/gaz_schiste_gouvernement_demande_finalement_mission_risques/132761.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

 

Article paru sur le site 20minutes.fr :

http://www.20minutes.fr/article/665408/planete-vers-collectif-anti-gaz-schiste-seine-et-marne

 

Article du journal le Parisien 77 :

http://www.leparisien.fr/doue-77510/nouvelles-prospections-de-petrole-dans-le-sous-sol-seine-et-marnais-26-01-2011-1243085.php

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche