Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 11:31

Une association de Seine et Marne qui se bat

contre la disparition de notre patrimoine

les terres agricoles :

 

ARNASSEN
 
 2, chemin des Meuniers – hameau de Noisement – 77176 SAVIGNY le Temple

 

 

 

Article pour extrait :

La plaine de Rougeau = poumon vert de Seine-Port

A la sortie de la forêt de Rougeau : un large espace ouvert permettant de finir une journée de travail parisien dans un paysage bucolique et reposant :

LE PLATEAU DE ROUGEAU (Terrains situés au sud de la RD 346)
Par délibération 01-167 du 14 décembre 2001, le Conseil Municipal de Savigny le Temple a voté à l’unanimité « la demande de protection à l’état naturel et agricole des terrains situés au sud de la RD 346 par la Région Ile de France ».
Mais…
Par délibération 2007-02-01 du 27 mars 2007, le Conseil Municipal de Nandy, sous la présidence de Monsieur René Réthoré, Maire, fait voter le plan local d’urbanisme modifié. Il décide de la radiation totale des 75 ha de terres agricoles situées dans la partie nandéenne du sud de la RD 346, malgré le nombre impressionnant d’observations (4 cahiers de plus de 100 observations) recueillies pendant l’enquête publique, pour y permettre des lotissements comprenant logements (sur 35.000m2 soit environ 400 logements à terme) et entreprises (sur 45.000m2 y compris entreprises classées Sévéso)

• Et pourtant… le 24 février 1978...

Le préfet de la Région Ile de France
Le Préfet de Sei
ne et Marne

Le Préfet, Directeur Régional de l’Equipement d’Ile de France
Le Directeur Départemental de l’Equipement de Sei
ne et Marne
Le Directeur Départemental de l’Agriculture de Sei
ne et Marne
Le Directeur Général de l’Etablissement Public d’Aménagement
Le Président de la Chambre d’Agriculture de Sei
ne et Marne
Le Président de la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles de Sei
ne et Marne (F.D.S.E.A.)

Signaient le protocole d’accord dit «Protocole Citroën » autorisant l’installation des Etablissements Citroën à Moissy-Cramayel, en contrepartie de la pérennisation de la destination agricole des terres au sud de la RD346 du plateau de Rougeau…..

Article complet : http://www.seine-port.fr/04_Gazette/ARNASSEN/ArticleGazette.htm

                                              
*****

Un article d’archives fort intéressant écrit par Monsieur Marcel Benoist Agriculteur et Maire de Savigny le Temple de 1935 à 1971 sur le même sujet est paru sur le blog Claye-Souilly Découverte, pour extrait :

Un agriculteur de Seine et Marne
qui voulait protéger les terres de Brie.

La Croix de Seine et Marne 11/2/1968


D’u
ne monumentale erreur et de ses inhumaines conséquences.

 

Les meilleures terres à blé de la Brie

sacrifiées sur l’autel de la construction

 

A titre documentaire nous publions cette protestation que nous avons reçue de M. Marcel Benoist, maire de Savigny-le-Temple.  Il est bon d’entendre toutes les opinions.

 

Lettre ouverte à M. le président de la République, à MM. Les membres du gouvernement, à tous les élus, à tous les hommes et femmes de bonne volonté sur les projets gouvernementaux concernant l’opération «  Villes nouvelles » sur les communes de Tigery, Lieusaint, Nandy, Savigny-le-Temple et Cesson.

 

- Les terres retenues pour les projets  ci-dessus indiqués sont les meilleurs de la Brie.

- Leur sélection s’est faite au cours des ans par nos ancêtres. Elle est le résultat de différents profits qu’elles leur ont procurés.

       Apportant de préférence leurs soins à celles qui rapporteraient le plus, ils ont délaissé les terres ingrates, fixant  ainsi à chacune d’elles la destination qui lui était propre. Les plaines et les bois étaient nés.

-         Ce que de nombreuses générations ont établi et qu’une longue expérience a confirmé, nos urbanistes du moment veulent le supprimer.

-          En interdisant systématiquement et sans recours, au nom d’une sacrosainte protection des espaces verts, tout défrichement et déboisement. (Plan d’urbanisme 73. B 3, page 20), ils tentent de nous amener à leur effarante conception : conserver les mauvaises terres et faire disparaître les bonnes.

-         Confirmation nous est donné par le Conseil d’Administration du district de la Région Parisienne en publiant sa délibération n° 67-58 du 23 septembre 1967 concernant un projet d’achat de 506 ha 09 a  05 ca de la forêt de Rougeau pour un prix global de 4 millions de francs sous réserve notamment de la transmission des délibérations conformes des conseils municipaux (Moyenne 7 900 F l’hectare).

       Ayant levé «  à ce prix » - les Domaines l’avaient primitivement fixé à 4 500 F l’hectare – toute objection de la part du propriétaire, le District de la Région Parisienne veut s’assurer le poumon nécessaire autour duquel il pourra avec l’accord des urbanistes, édifier des gratte-ciel.

0r, alentour il n’y a que des terres de qualité…..

Le maire

Marcel BENOIST

Article complet : 

http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-marcel-benoist-agriculteur-et-maire-de-savigny-le-temple-voulait-proteger-les-terres-de-brie-44080061.html

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 17:51

Extrait article paru dans le Parisien 77

Provins

Un recours contre le projet de construction près des remparts

 

SÉBASTIEN MORELLI | 08.01.2010, 07h00

 

L’association Nature Environnement 77 ne baisse pas les bras. Elle a récemment déposé un recours devant le tribunal administratif de Melun contre la délibération prise par le conseilmunicipal de Provins le 19 octobre dernier. Délibération qui valide le projet de modification de la zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP).

Cette zone protège notamment les abords des remparts de la cité médiévale de Provins, classée au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, de toute urbanisation.

« Cela créerait un précédent pour tous les secteurs protégés »

Or, le projet de la mairie va rendre constructibles certains secteurs jusqu’à présent protégés. Le point le plus contesté de ce dossier concerne les abords de la porte Saint-Jean, par où arrivent la plupart des touristes. Le projet prévoit de faire disparaître deux pavillons et un hangar côté gauche. Mais le côté droit de la rue serait rendu constructible. Le commissaire-enquêteur avait rendu un avis négatif concernant le secteur de la porte Saint-Jean et le secteur des Courtils, relevant que « le projet, tel que présenté, relève d’un intérêt privé et non d’un intérêt général ». Décision confirmée par la commission régionale du patrimoine et des sites.
Mais contre toute attente, le préfet de Seine-et-Marne avait finalement rendu un avis positif. Avis entériné par le conseil municipal, seule l’opposition de gauche s’étant prononcée contre.
« Tous ceux qui ont étudié le dossier, quelles que soient leurs opinions
politiques, ont compris que ces deux modifications n’ont d’autre intérêt que de satisfaire des intérêts privés, écrit Nature Environnement 77 dans un communiqué titré Provins brade ses remparts. Il ne s’agit pas que de Provins. Si la modification de la ZPPAUP de Provins était appliquée, cela créerait un précédent pour tous les secteurs protégés par une semblable disposition en France. » Une autre association, la Fédération nationale des associations de sauvegarde des sites et ensembles monumentaux, vient d’ailleurs elle aussi de déposer un recours devant le tribunal administratif.»….

 De son côté, la mairie de Provins, prévenue de ce recours, n’a pas souhaité réagir.

  article complet :

http://www.leparisien.fr/abo-seine-et-marne-sud/un-recours-contre-le-projet-de-construction-pres-des-remparts-08-01-2010-769465.php

 

Informations complémentaires article NE 77 :

http://nature.environnement.77.over-blog.com/article-provins-brade-ses-remparts--41376095.html

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 18:11

BILAN CARBONE  EN SEINE ET MARNE

 


LA CIRCULATION CAUSE UN TIERS DE LA POLLUTION

 

Il semblerait que la pollution de la circulation soit imputée
aux particuliers ?

 

Aurait-on oublié  la pollution

engendrée par la circulation  des millions de camions

qui alimentent tous les décharges et sites industriels ?

 

 

 

 


Extrait article paru dans « Le Parisien 77 »

La circulation cause un tiers de la pollution
Le conseil général, qui prépare son plan Climat Energie, a fait réaliser par un cabinet spécialisé un bilan précis des émissions de gaz à effet de serre dans le département.

 Laure Parny | 22.12.2009, 07h00

Avec 11600 km de voirie, les déplacements sont la première source de pollution en Seine-et-Marne. C’est ce qui ressort du bilan carbone réalisé à la demande du conseil général qui étudiait vendredi, en séance plénière, la préparation de son plan Climat Energie. Pour la première fois, dans le cadre de l’Agenda 21, a donc été dressé un bilan précis des émissions de gaz à effet de serre.

Celles imputables au conseil général ainsi qu’à l’ensemble des Seine-et-Marnais.

L’expertise a été réalisée par un cabinet spécialisé, avec l’appui de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Elle servira de base à un plan d’action présenté en deux parties : en juin prochain pour le conseil général et pas avant le début de 2011 pour les actions à destination du grand public.

Cette étude révèle des émissions de CO2 largement supérieures en Seine-et-Marne à celles généralement constatées dans les départements qui ont réalisé leur bilan carbone. Soit 153920 t d’équivalent CO2 liées aux activités du conseil général et 11,89 millions de tonnes d’équivalent CO2 pour l’ensemble des Seine-et-Marnais (sans compter l’aéroport de Roissy), le tout sur l’année 2006, qui sert de référence .

« Cela n’a rien d’étonnant puisque nous sommes un département vaste, où les véhicules personnels sont très utilisés, constate Jean Dey (Verts), vice-président du conseil général chargé de l’environnement. Mais il faut être prudent avec les chiffres avancés, qui comportent une marge d’erreur. »

Petits plats carbonisés

Selon les chiffres, 60 % des émissions sont générées par les habitants, contre 40 % pour les activités économiques. Premier enseignement : les transports de personnes représentent un tiers des émissions globales, contre 25 % en moyenne dans les autres départements. Suivent les pollutions liées à la maison et au chauffage, puis les déchets, qui comptent pour 12 % des émissions, dont les deux tiers sont produits par ceux des départements voisins, stockés en Seine-et-Marne.

…..

Article complet :

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/la-circulation-cause-un-tiers-de-la-pollution-22-12-2009-752809.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 18:45

« La Seine-et-Marne ne peut pas accueillir
 tous les hangars et les déchets
dont le reste de l’Ile-de-France ne veut pas »…




Extrait article paru dans le Parisien de Seine et Marne :

 Roissy

Les élus ont leur plan pour profiter de l’aéroport
Stéphanie Auguy | 18.11.2009, 07h00

 

  «LONGTEMPS, nous avons été l’arrière-boutique de l’aéroport de Roissy. Aujourd’hui, nous aspirons a en être la vitrine. » Voilà en substance le message délivré par une délégation d’élus, de tous bords politiques, reçue le 27 octobre par Christian Blanc, secrétaire d’Etat chargé du Développement de la région capitale. Dans le cadre de la réflexion sur le Grand Paris, l’Etat avait jusqu’à présent oublié de consulter les élus des cantons voisins de l’aéroport : Mitry-Mory, Dammartin-en-Goële et Claye-Souilly.

 

……..

Renforcer l’offre de transport. Avec des routes surchargées et des transports en commun insuffisants, difficile de circuler dans le nord-ouest de la Seine-et-Marne.
Les élus réclament le prolongement du RER B jusqu’à Saint-Mard et le bouclage de la Francilienne à l’est de l’aéroport. Un dossier routier bloqué, l’Etat ne disposant pas des fonds nécessaires.

Stopper le « tout-logistique ». « La Seine-et-Marne ne peut pas accueillir tous les hangars et les déchets dont le reste de l’Ile-de-France ne veut pas », prévient Bernard Corneille. Le département veut attirer « des filières diversifiées », valorisantes, créatrices d’emplois et de richesse. Enfin, pour permettre aux jeunes d’accéder aux emplois générés par la plate-forme, les élus plaident pour l’implantation dans le Nord-Seine-et-Marne d’un institut technologique de l’aérien. « C’est un projet phare, souligne Bernard Corneille. Nous l’accorder serait déjà un signe positif venant de l’Etat. »

 

Limiter les nuisances pour les populations. Pour protéger les riverains de Roissy, le Grand Paris n’envisage pour l’instant que la plantation d’un million d’arbres dans le cône de bruit des avions. « Insuffisant ! » s’insurgent les populations survolées……

 

 Article complet :

http://www.leparisien.fr/avon-77210/les-elus-ont-leur-plan-pour-profiter-de-l-aeroport-18-11-2009-715154.php

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 20:23

Article paru sur le blog de Nature Environnement 77 :

 

Silos dangereux

Les silos sont des installations qui peuvent engendrer trois principaux types de dangers : le phénomène d’auto-échauffement, l’incendie et l’explosion.

En Seine-et-Marne : 77 silos dont 27 soumis à autorisation, rubrique 2160 stockage de céréales.

Lors du CoDERST du 29 octobre 2009 ont été examinés 20 silos sur les 23 classés SETI  (pour leur localisation, voir OdJ du CoDERST) dont les volumes de stockage sont compris entre 13 220 m3 et 66 640 m3 ! et dont les Arrêtés Préfectoraux d’autorisation datent de 1985 à 1994.

Les silos sont  classés SETI (Silo à Enjeu Très Important) s’ils se trouvent à proximité d’habitations, de route, de voie ferrée, de tiers (entreprises, etc).

Suite à deux gros incendies de silos en Seine et Marne, tous les silos classés SETI doivent respecter l’arrêté préfectoral  complémentaire du 20 février 2008.

La DRIRE a présenté les propositions de prescriptions techniques complémentaires de façon à réduire les risques. Compte tenu des résultats de l’étude de dangers et des modifications apportées sur certains silos, certains ont perdu leur classification SETI.

Si vous souhaitez d'autres infos, nous contacter : ne77@orange.fr  

 

Infos générales sur les silos et leurs dangers :

 

http://installationsclassees.ecologie.gouv.fr/Test-agriculture.html

 

 

 

pour plus amples informations : http://nature.environnement.77.over-blog.com/

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 19:25

Extrait article paru sur le site :

Groupe des élus écologistes
 de Mitry Mory

Monsieur le Président du Conseil Général de Seine et Marne,

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à nos territoires au travers des assises territoriales que vous avez initiées depuis le 1 juillet 2009 à Dammartin-en-Goële.
Nos territoires demeurent largement impactés par la plateforme aéroportuaire et tenter de rassembler les élus locaux pour élaborer un projet cohérent d’aménagement sur nos collectivités nous semble très pertinent. Nous avons pu assister à la présentation et écouter votre message.

Toutefois, le diagnostic présenté demeure largement inconséquent. Il apparait même difficile de comprendre le cahier des charges donné au bureau d’études.
En effet, on nous dresse un tableau largement connu sans grande réflexion, des projets de développement assez déplorables comme « Aéroville » ou encore un terrain de Golf sont mis en avant.

Sur le plan environnemental, on évoque très vaguement le sujet, alors qu’un aéroport comme Roissy constitue une illustration de notre société d’hyper consommation qui porte de graves atteintes à l’environnement : mangeur d’espace agricole, imperméabilisation des surfaces, énergivore, générateur de déplacement automobile,
nuisance sonore, impact sur l’air et sur l’eau.
Vous ne faites aucune mention de la cartographie du bruit élaborée depuis peu qui montre le fort impact de nos territoires par le bruit issu de l’activité aéroportuaire, mais aussi celui causé par les infrastructures routières et ferroviaires.
Vous ne faites pas apparaitre le devenir des terres agricoles mises à mal. Pourtant le grignotage continu et les coupures multiples des accès, les exploitants agricoles ne pourront plus continuer leur activité vitale pour l’alimentation humaine.
…..
Par ailleurs vous faites abstraction du projet de CDG express, projet inique pour transporter des voyageurs occasionnels au détriment du voyageur du quotidien qui subit les conditions déplorables.

A l’heure où on parle de biodiversité, ces territoires doivent être préservés et devenir un tampon entre les zones habitées et l’emprise d’ADP.
Mais malheureusement, pour satisfaire les appétits d’ADP, vous militez avec vos collègues, pour l’ouverture des territoires de Mitry-Mory notamment. A notre sens ce point de vue ne peut être accepté.
…….
 
Nous vous prions de croire Monsieur le Président, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 20:19


LE GRAND PARIS,
en 1956 on en parlait déjà

Extrait d'une article fort intéressant trouvé
dans un journal de Seine et Marne
aujourd'hui disparu



Source : 1/3/1956 La Liberté de Seine et Marne (Médiathèque de Meaux)

 

  Le Conseil Général met à l’étude le plan d’aménagement du territoire

 

   La Seine et Marne devient partie intégrante du « Grand Paris »

 

….

Aménagement du Territoire

Le reste de la séance a été occupé par un exposé de M. Gibel sur le récent arrêté concernant l’aménagement de la région parisienne, pris en considération le 12 janvier.


Accroissement de la population

La Seine, la Seine et Marne et la Seine et Oise en leur entier tant partie de l’unité dite « Région Parisienne » notion née de l’anarchie qui présida aux constructions d’habitations, d’usines etc… aux environs de Paris. Cette notion est imposée par l’accroissement des facilités de transports et des relations avec  la capitale.

En 1939, cette « Région » était limitée à 35 km autour de Paris, mais après guerre elle fut étendue à toute la Seine et Marne à cause du développement démographique. La région parisienne avait 6 800 000 habitants en 1936, et 7 400 000 en 1954, soit 17 % de la population française. L’augmentation a été de 2%  en France, et de 8 % pour la seule région parisienne. Or, cet accroissement n’est effectif qu’aux environs de Paris, car Paris même, en est resté à sa population de 1911. Le gros de cette enflure démographique se localise surtout entre Vaires , Chelles, Lagny et Combs-la-Ville. En Seine et Marne l’accroissement a été de 12 % (409 000 habitants en 1936, 453 000 en 1954).


Aide aux communes

M. Gibel indiqua que l’Etat étudiait présentement une possibilité d’aide spéciale aux communes défavorisées  du fait de la création de lotissement qui ont faussé la gestion communale.


Extension et développements structuraux

Depuis 1939 est intervenu un développement considérable des transports, des routes, de la situation aérienne, au point que la base d’hydravions envisagée à Corbeil en 1939 ne peut plus être retenue maintenant. Les télécommunications, l’accroissement de la consommation électrique (qui a doublé en 10 ans) justifient l’extension de la notion « Région parisienne ».

Il faut freiner la surlocalisation des habitats, éviter l’extension des lotissements mal placés (en zone insalubre, en zone inondable, en zone de bruit), grouper certaines communes (telles que Chelles, Brou, Vaires), de zone urbaine contenue avec étude d’une gestion intercommunale.


Zone d’activités

Il convient de réserver les zones d’activités industrielles, avec décentralisation des implantations d’ateliers et d’usines pour décongestionner les centres ( Melun, Meaux, Montereau) ; des zones d’économie urbaine, pour éviter la surlocalisation industrielle, le peuplement en zone continue, l’éloignement des lieux de travail ; des zones d’économie rurale pour maintenir autour de Paris, en couronne, une ceinture libre correspondant aux forêts, aux bois et aux terres arables.


Zones protégées

L’arrêté d’aménagement prévoit des zones intégralement protégées. D’abord en faveur des terres de cultures à forte production agricole, maraîchère et fruitière. On a empiété jusqu’à présent pour construire, sur d’excellentes terres. Puis en faveur des régions riches en carrières (surtout de sable, qui se raréfie autour de Paris ; mais aussi de plâtres, de pierres à bâtir). Enfin des zones de protection en faveur des forêts et des sites naturels ou monumentaux : Fontainebleau,  Armainvilliers et autres forêts domaniales ; Champs-sur-Marne, Provins, Vaux-le-Vicomte, Champeaux et Blandy-les-Tours.


Circulation et routes

Le plan d’aménagement prévoit la construction de trois rocades (traitées en autoroutes) concentriques autour de Paris : une sur la grande ceinture, une à 5 kilomètres de la capitale, la troisième à la limite de l’agglomération parisiennes. Des liaisons nouvelles sont prévues (Melun-Meaux) ainsi que l’amélioration des radiales. L’autoroute du Sud, prévue par Mâcherin-Nemours, aura une liaison vers Meaux et l’autoroute du Nord.


Localisations

Des zones de localisations seront étudiées pour centraliser les établissements d’enseignement supérieur, du second degré, techniques, hospitaliers, les centres aéronautiques. La station d’essais de Melun-Villaroche en zone trop urbaine, ne sera plus consacrée aux engins prototypes. 58 centres de télécommunications seront aménagés.


Centrales Thermiques

L’électricité de France ne suffit plus avec ses installations actuelles à satisfaire à l’accroissement de consommation du courant. Elle va être obligée d’implanter une demi-douzaine de centrales thermiques dans la région parisienne, stations très importantes qui coûteront plusieurs dizaines de milliards chacune. Plusieurs seront installées en Seine et Marne. Pour l’une d’elles l’emplacement est déjà choisi entre La Grande Paroisse et Vernou.

Ces installations entraîneront des modifications de structures des environs à cause du passage des lignes HT, de 200 000 volts pour assurer les interconnexions. Les  centrales seront installées dans les vallées (Seine, Marne) pour bénéficier de la proximité de l’eau nécessaire à la réfrigération.



……

 

 

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 08:43

TOTAL GRANDPUITS Seine et Marne
 l’unité de liquéfaction du CO2 arrêtée d’urgence le 14/8/2008

Communiqué de presse  de la Préfecture de Seine et Marne du 20 août 2009

 

Une réunion de la Commission Locale d’Information et de Concertation est prévue avant la fin 2009.


Pour consulter le communiqué de presse : 

http://www.seine-et-marne.pref.gouv.fr/sections/actualites/breves/securite_civile_-_pr/reunion_en_prefectur/downloadFile/attachedFile/20-08-09_GPN_Grandpuits_Bailly_Carrois.pdf?nocache=1250781310.98

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 15:12

Décharges autour de Claye-Souilly

Le rôle de l’Etat est de protéger le plus faible.

 


Qui s'inquiète de la santé

de ces populations minoritaires

que sont les riverains  ?


Pourquoi Monsieur le Préfet de Seine et Marne n'accepte-t-il pas de nous recevoir ?

à ce jour nous n'avons reçu aucune réponse
à notre courrier du 24 juillet 2009 :







Partager cet article
Repost0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 08:42

Extrait communiqué de Presse du RES le 9 septembre 2009 :

 

Epidémie de grippe A/H1N1 : les questions du

Réseau Environnement Santé

 

 

Le Réseau Environnement Santé (RES) a été créé pour mettre les questions de santé et d’environnement au cœur des politiques de santé. Il tient à exprimer ses préoccupations devant les risques que peut représenter une vaccination massive comme celle qui est aujourd’hui envisagée par les autorités de santé ainsi que sur le caractère disproportionné de ces mesures, eu égard à d’autres facteurs de risque infectieux et non infectieux.

 

 

- Evaluation coûts-bénéfices

 

Le RES constate qu’il y a aujourd’hui un large consensus pour caractériser ce nouveau virus comme très contagieux, mais peu virulent. C’est ce que montre l’avancée de la maladie, dans des territoires bénéficiant d’un système de santé de même nature que celui de la France métropolitaine, comme la Nouvelle Calédonie ou la Polynésie. Le RES s’interroge donc sur le fondement scientifique de la campagne de vaccination annoncée par les autorités sanitaires et demande que les preuves scientifiques soient fournies démontrant que le bénéfice de cette vaccination est supérieur aux effets secondaires attendus.

 

L’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) par la voix de sa chef du département de pharmacovigilance vient en effet de rappeler  que les vaccins contre la grippe A-H1N1  présentent un risque individuel non négligeable (entre autre le syndrome de Guillain-Barré, maladie auto-immune pouvant être mortelle et entraînant des séquelles graves pouvant aller jusqu'à une paralysie des membres). En 1976, une campagne de vaccination massive portant sur 45 millions de personnes contre un précédent virus H1N1 a été arrêtée aux Etats-Unis en raison de la survenue de cas de syndrome de Guillain-Barré. En tout, 4000 personnes ont porté plainte ultérieurement.
……
communiqué de presse complet :

http://www.reseau-environnement-sante.fr/images/PDF/cp_090909_res.pdf

 

 

Pour plus amples informations : http://www.reseau-environnement-sante.fr/

 

Partager cet article
Repost0

Recherche