Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2019 5 14 /06 /juin /2019 16:48

 

La 1ère phase de l'étude de zone nord-ouest 77 est un état des lieux qui va cibler les points les plus sensibles.

 

La seconde phase consistera à faire des études sur certains de ces points sensibles : pollution de l'air, de l'eau....

 

Mais pour cela il va falloir trouver l'argent

 

Les industriels implantés depuis des dizaines d'années sur le secteur pourraient faire comme leurs homologues des Yvelines participer au financement de ces études.

Pour ne citer qu'eux : Veolia, Suez, ADP, Placoplatre, Gazechim, CCMP, Gerep, Clamens, BASF , Messer, Air Liquide, ECT …......

 

Les collectivités territoriales comme le Conseil Régional IDF qui depuis des années favorise l'implantation de décharges dans ce secteur, pourrait également aider.

 

Sans oublier le Conseil Départemental du 77 et les communautés d'agglomération.

 

 

 

        Nous remercions pour leur soutien :

       Gérard Péhaut 

        sous préfet de Meaux

 

        Gérard Branly

           sous préfet de Torcy

 

     la DRIEE IDF

     la DRIEE 77

 

sans leur aide cette étude de zone n'aurait jamais pu voir le jour.

 

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2019 4 14 /02 /février /2019 19:02

 

 

 

EXTRAIT

Estimations régionales et départementales d’incidence et de mortalité par cancers en France, 2007-2016 Île-de-France de Janvier 2019

http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Maladies-chroniques-et-traumatismes/2019/Estimations-regionales-et-departementales-d-incidence-et-de-mortalite-par-cancers-en-France-2007-2016-Ile-de-France

 

Étude collaborative Réseau français des registres des cancers (réseau Francim), Service de Biostatistique-Bioinformatique des Hospices Civils de Lyon (HCL), Santé publique France, Institut national du cancer, dans le cadre du programme de travail partenarial relatif à la surveillance et à l’observation épidémiologiques des cancers à partir des registres

 

Auteurs du profil régional

Pauline Mathieu (Santé publique France Ile-de-France)

Agnès Lepoutre (Santé publique France Ile-de-France)

Mélanie Cariou (Registre finistérien des tumeurs digestives, Francim)

Alice Billot-Grasset (Registre finistérien des tumeurs digestives, Francim)

Édouard Chatignoux (Santé publique France)

 

 

 

Toutes localisations confondues, la mortalité par cancer est plus faible chez les hommes résidant à Paris, dans les Yvelines et dans les Hauts-de-Seine que dans les autres départements d’Île-de-France alors qu’elle est légèrement plus élevée chez les femmes de Seine-et-Marne et du Val-d’Oise.(1)

 

 

Chez les femmes d’Île-de-France, il existe une sur-incidence du cancer de l’estomac de 11 % par rapport à la France métropolitaine ….

 Au sein de la région, à l’exception de Paris, des Yvelines et des Hauts-de-Seine, tous les départements présentent une sur-incidence importante† de ces cancers chez les femmes : en Seine-Saint-Denis (32 %), dans le Val-d’Oise (15 %), dans le Val-de-Marne (13 %), dans l’Essonne (12 %) et la Seine-et-Marne (11 %) (2)

 

Chez les femmes d’Île-de-France, la mortalité par cancer du sein est en léger excès (+4 %) par rapport à celle de la France métropolitaine ……La sur-mortalité la plus élevée s’observe en Seine-et-Marne (+9 %) … (3)

 

Chez les hommes d’Île-de-France, la mortalité par cancer de la vessie est comparable† à celle des hommes de France métropolitaine …..Au sein de la région, la mortalité est inférieure de 11 % à Paris par rapport à celle de la France métropolitaine et supérieure de 13 % en Seine-et-Marne (4)

 

 

(1) page 12

(2) page 36

(3) page 80

(4) page 115

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2019 1 04 /02 /février /2019 17:22

 

EXTRAIT
 FOCUS SANTÉ EN ÎLE-DE-FRANCE | JANVIER 2019

LES ESPACES RURAUX D’ÎLE-DE-FRANCE DÉMOGRAPHIE, MORTALITÉ ET OFFRE DE SOINS LIBÉRALE

Edité par l’Observatoire Régionale de Santé

http://www.ors-idf.org/dmdocuments/2019/ruralite_vd.pdf

Espérance de vie en Ile de France : Il faut mieux vivre en ville qu’à la campagne !

Les communes peu denses et très peu denses

sont toutes situées en grande couronne

et principalement

en Seine-et-Marne

 

 

 

En Île-de-France, plus de la moitié des communes (57%) sont classées comme rurales selon leur degré d’urbanisation et occupent 64 % du territoire francilien. Elles regroupaient 640 000 habitants en 2015 soit 5 % des habitants d’Île-de-France. Cette population rurale est plutôt âgée avec une sur-représentation des personnes de 45 à 75 ans par rapport au reste de la région. La population active est surtout composée d’employés et de professions intermédiaires et marquée par une moindre présence de cadres. L’état de santé des personnes vivant dans les zones rurales est moins bon que dans les zones urbaines et périurbaines de la région, quels que soient les indicateurs examinés : espérance de vie, mortalité générale, mortalité prématurée, mortalité évitable, mortalité selon les principales pathologies étudiées, mortalité par accident de la circulation et mortalité par suicide. Pour tous ces indicateurs, on observe des excès de décès par rapport à la moyenne régionale. Enfin, les densités médicales, omnipraticiens et spécialistes, sont dans ces zones rurales, les plus faibles de la région.

 

Auteur : Jean-Philippe Camard

 Directrice de publication : Isabelle Grémy

 

 

L’offre de soins

 En 2017, les communes rurales de la région Île-deFrance recensent 313 médecins généralistes (en cabinet principal) en mode d’exercice libéral soit un taux de 49,1 médecins pour 100 000 habitants contre 76,2 pour l’Île-de-France.

 

En 2017, les communes rurales de la région Île-deFrance recensent 14 ophtalmologistes (en cabinet principal et secondaire) en mode d’exercice libéral soit un taux de 2,2 ophtalmologistes pour 100 000 habitants contre 11,2 pour l’Île-de-France.

 

En 2017, les communes rurales de la région Île-deFrance recensent 3 pédiatres (en cabinet principal et secondaire) en mode d’exercice libéral soit un taux de 0,5 pédiatres pour 100 000 habitants contre 6,6 pour 100 000 en Île-de-France.

 

En 2017, les communes rurales de la région Île-deFrance recensent 7 gynécologues (en cabinet principal et secondaire) en mode d’exercice libéral soit un taux de 1,1 gynécologues pour 100 000 habitants contre 12,7 pour 100 000 en Île-de-France.

 

 

 

Conclusion

 

L’état de santé moyen des populations rurales d’Île-de-France est relativement méconnu. Cette étude montre que celui-ci reste en retrait par rapport à celui du reste de la région. En effet, on observe une espérance de vie inférieure à celle des espaces urbains et une surmortalité générale supérieure de 16,7 % par rapport à la moyenne régionale. Pour de nombreuses pathologies, on observe également des surmortalités dans les commu ne s rurales avec par exemple, + 8,2 % pour les cancers, + 23 % pour les maladies de l’appareil circulatoire, + 18,1 % pour les maladies de l’appareil respiratoire et + 41,0 % pour les pathologies liées au tabac. Après avoir comparé les territoires ruraux aux territoires urbains franciliens, il serait intéressant de comparer la santé de la population rurale francilien ne à la population rurale d’autres régions

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2019 4 31 /01 /janvier /2019 14:43

 

 

La commune de Courtry souhaite implanter un crèche dans un futur ensemble immobilier qui serait situé avenue de l’Etang et rue Aimé Fluttaz sur un site actuellement pollué.

http://www.ville-courtry.fr/Presentation-du-projet-du-Petit-Etang#.XFL6e9ThBDD

 

La sté Bouygues qui a été choisie  par la commune vient de déposer une demande auprès de la DRIEE concernant l’éventuelle réalisation d’une évaluation environnementale suite au défrichement de 15 589 m2.

L’autorisation de défrichement qui pourrait être accordée par la préfecture, sera-t-elle assortie d’une mesure compensatoire, c’est à-dire de réimplanter un espace boisé sur cette commune ou à proximité ?

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/f01119p0002f.pdf

 

 

Dans cette demande le promoteur précise page 7 :

- le projet n’est pas situé à proximité d’une ICPE SEVESO ou soumise à autorisation/enregistrement.

 

Il semble avoir oublié que la décharge de déchets dangereux Suez classée SEVESO à hauts risques est implantée sur cette commune, que sur la commune voisine est implantée une carrière de gypse exploitée par Placoplatre.

 

 

Pour mémoire c’est sur cette commune et la commune voisine de Vaujours que Placoplatre souhaite implanter une carrière de gypse à ciel ouvert sur un ancien site exploité par le Commissariat à l’Energie Atomique.

 

 

Agnès Buzyn tiendra-t-elle compte de ces éléments pour prendre la décision d’accepter ou de refuser l’implantation d’une crèche à cet endroit ?

 

 

Pour le savoir

 nous vous conseillons de vous rapprocher

de votre député

Rodrigue Kokouendo

(En Marche)

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2018 5 07 /12 /décembre /2018 18:26

 

 

 

La réunion d’avant hier à Villeparisis était centrée sur les impacts sanitaires et environnementaux du projet.

 

Un autre atelier avait eu lieu 2 jours plus tôt à Courtry, lors duquel, Xavier Vanderbise, maire, avait écourté les débats en demandant aux participants de bien vouloir libérer la salle, alors même que Bruno Chareyron, ingénieur à la CRIIRAD avait fait le déplacement depuis Valence, en sa qualité de conseil aux associations.

 

Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de cette réunion :

http://www.criirad.org/vaujours/sommaire-vaujours.html

 

 

A Villeparisis, avant hier soir, il en sera autrement, peut-être dans le but d’apaiser les esprits, le maire Hervé Touguet, indiqua en début de réunion que la salle serait à disposition sans limite d’horaire et nous l’en remercions.

 

La majorité des débats fut de nouveau axée sur les risques pour la santé des riverains de cette exploitation de gypse à ciel ouvert et à l’explosif, que Placoplatre projette d’implanter sur le Fort de Vaujours.

 

Comme le 26 novembre dernier la représentante de l’Agence Régionale de Santé ARS 77 fit une présentation très technique des risques sur la santé pour les riverains de ce site, incompréhensible pour la majorité des participants, pour indiquer au final qu’il n’y avait pas plus de personnes qui mourraient de cancers à Courtry et peut-être même moins qu’ailleurs.

 

Une présentation peu convaincante et si longue que certains furent tentés de quitter la salle.

 

Une jeune maman inquiète, demanda si l’on avait des statistiques sur les cancers des enfants dans le secteur, mais ne reçut pas de réponse à sa question, pourtant un registre des cancers des enfants existe en France, il suffirait à l’ARS de le consulter.

 

Concernant le contrôle des eaux souterraines, des eaux des rivières environnantes et de la pollution de l’air, les réponses évasives de l’industriel  ne furent pas là non plus pour rassurer les participants.

 

Hervé Touguet qui sentait probablement l’angoisse montée proposa de contacter les communautés d’agglomération pour obtenir un financement, afin d’effectuer une étude épidémiologique, mais pour l’ARS, il semblerait, que ce type d’étude n’amènerait pas grand-chose.

 

Alors que faire pour répondre

à l’angoisse des riverains ?

 

Il semblerait que l’ARS n’ait pas beaucoup de solutions à proposer.

 

 

 

Et puis comme le dit Placoplatre

 « le gypse est un produit reconnu d’intérêt national  »

 

 

Et les riverains eux que sont-ils ?

Une population d’aucun intérêt ?

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2018 3 21 /11 /novembre /2018 11:32

 

 

Au pays des décharges

 comment avoir accès à un médecin à domicile de jour comme de nuit

si vous n’avez pas de véhicule à disposition   ?

 

Fresnes sur Marne

Isles les Meldeuses

Montgé sous Dammartin

Villeneuve sous Dammartin....

 

L’ETAT connaît ces communes rurales quant-il s’agit d’y implanter des décharges  mais ne semble pas beaucoup se soucier des difficultés des populations pour se faire soigner.

 

 

Pour tous renseignements

 concernant ce sujet nous vous conseillons

 de contacter

Béatrice Abollivier

Préfète du 77

 

 

 

 

 

Secteur d’intervention

SOS MEDECINS

http://www.sosmedecins77nord.com/visites/

Secteur d’intervention

Liste des villes desservies 24h/24 – 7j/7

ANNET SUR MARNE
BAILLY-ROMAINVILLIERS
BORDEAUX
BROU SUR CHANTEREINE
BUSSY SAINT GEORGES
BUSSY SAINT MARTIN
CARNETIN
CHALIFERT
CHAMPS SUR MARNE
CHANTELOUP EN BRIE
CHELLES
CHESSY
CLAYE-SOUILLY
COLLEGIEN
CONCHES SUR GONDOIRE
CONDE SAINTE LIBIAIRE
COUPVRAY
COURTRY
CROISSY-BEAUBOURG

DAMPMART
EMERAINVILLE
ESBLY
FERRIERES EN BRIE
GOUVERNES
GUERMANTES
JABLINES

 LAGNY SUR MARNE

LE PIN
LESCHES
LOGNES
NOISIEL

MAGNY LE HONGRE
MITRY-MORY
MONTEVRAIN
MONTJAY LA TOUR
MONTRY
OZOIR LA FERRIERE
POMPONNE
PONTAULT-COMBAULT
PONTCARRE
ROISSY EN BRIE
SAINT GERMAIN SUR MORIN
SAINT THIBAULT DES VIGNES
SERRIS
THORIGNY SUR MARNE
TORCY
VAIRES SUR MARNE
VILLENEUVE LE COMTE
VILLENEUVE SAINT DENIS
VILLEPARISIS
VILLEVAUDE

 

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2018 7 14 /10 /octobre /2018 18:10
Villenoy : environnement du futur complexe scolaire

Villenoy : environnement du futur complexe scolaire

 

Cette sucrerie a un lourd passé industriel, elle a vu le jour en 1870 et a fermé ses portes fin 2002, à la suite de quoi la préfecture imposa à l'exploitant des mesures de dépollution du site.

 

 

Hormis l'emplacement sur un ancien site industriel, cette future école se trouvera :

 

 

Des pollutions résiduelles

sont-elles

encore présentes sur le site ?

 

 

Pour le savoir et ne pas faire prendre de risques aux enfants en bas âge qui devraient fréquenter ce groupe scolaire  il serait nécessaire que la mairie fasse effectuer une EQRS "Evaluation Quantitative  des Risques Sanitaires" qui permettra de définir si le site peut être utilisé pour y construire une école et de contrôler si une pollution n'a pas migré vers la nappe phréatique.

 

Pour protéger la santé et la sécurité de ses futurs écoliers, Michel Venries, maire, et les conseillers municipaux de Villenoy ont-ils l'intention de faire réaliser cette étude ?

 

Pour le savoir nous vous conseillons de les contacter

 

Nom & prénom

Profession

Gérard BEAUJEAN

Retraité salarié privé

Franck BILLY

Fonctionnaire de catégorie B

Micheline BRETHIOT

Retraité salarié privé

Viviane BRIENT

Autre retraité

Chrystel CHIARELLI

Fonctionnaire de catégorie A

Carlos DA CRUZ

Employé (secteur privé)

Philippe DECRULLE

Autre retraité

Hervé DEROY

Journaliste et autre média

Michel DESANGIN

Retraité des entreprises publiques

Michelle DESESSARD

Retraité de l'enseignement

Harry DINSMORE

Retraité salarié privé

Mireille ENDRESS

Employé (autres entrep. publiques)

André ESMERY

Fonctionnaire de catégorie A

Isabelle FERRE

Ministre du culte

Pascal GRIMAUD

Journaliste et autre média

Patrick JARDINIER

Employé (autres entrep. publiques)

Nadia KOZA

Journaliste et autre média

Gilbert LAMOTTE

Retraité salarié privé

Sandra LEROY

Permanent politique

Marie-France MAHOUKOU

Enseignant 1er deg.-directeur école

Stéphanie MERCADIER

Enseignant 1er deg.-directeur école

Daniel SARTORY

Retraité salarié privé

Guyslaine SILVA

Employé (secteur privé)

Béatrice VANHAUTE

Enseignant 1er deg.-directeur école

Michel VENRIES

Retraité fonct.publique (sf enseig.)

Arlette WINTZER

Retraité salarié privé

Myriam ZARJEVSKI

Professeur du secondaire et techn.

Source : site Mairie de France

 

 

 

 

 

Paru dans le Journal la Marne :

 

Villenoy. Un groupe scolaire en projet dans l’ancienne sucrerie

Lors de la cérémonie de vœux, vendredi 12 janvier, Michel Venries, le maire, a annoncé le plus gros projet de la ville : la création d'un nouveau groupe scolaire.

Publié le 19 Jan 18 à 7:56

Villenoy : la population inquiète après l'annonce de l'implantation d'un groupe scolaire sur l'ancien site industriel de la sucrerie !

Les plans du nouveau groupe scolaire ont été actés par la mairie et le cabinet d’architecte. (©La Marne)

La totalité du projet ne verra le jour que dans neuf ans,mais le projet est acté par la municipalité : la création d’un nouveau groupe scolaire dans l’ancienne sucrerie. En raison de l’augmentation constante de la population, les structures maternelles et primaires ne pouvaient plus absorber la totalité des enfants. L’école maternelle a déjà été agrandie, en passant de 4 à 7 classes.,,,

C’est donc, l’ancienne sucrerie qui a été choisie pour accueillir ce nouveau groupe scolaire. « Il faut que cet espace soit utilisé, cela fait des années qu’il ne s’y passe rien », ajoute Michel Venries. En effet, un bâtiment va être démoli, celui des anciennes écuries, ce qui permettra de laisser un espace suffisant pour construire une école maternelle, une école primaire, une cantine, un centre de loisirs, un préau et deux cours de récréation.,,,,,

 

 Pour financer ce projet qui devient prioritaire, la municipalité a fait des demandes de subventions. « Nous avons prévu un budget de 15 millions d’euros », détaille le maire. ...

 

Maëlys DolboisLa Marne

 

PUBLICITÉ

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 10:46
Rue de Torcy St Thibault des Vignes ( photo Collectif C dans l'Air)

Rue de Torcy St Thibault des Vignes ( photo Collectif C dans l'Air)

 L’article L2212-2 du CGCT stipule clairement que :

« La police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques.

 Elle comprend notamment : ... 5º Le soin de prévenir, par des précautions convenables, et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux ainsi que les pollutions de toute nature... » .

 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019983190&cidTexte=LEGITEXT000006070633

Rue de Torcy St Thibault des Vignes ( photo Collectif C dans l'Air)

Rue de Torcy St Thibault des Vignes ( photo Collectif C dans l'Air)

 

Extrait du courrier adressé à M. le Maire de St Thibault des Vignes le 5/10/2018

avec copie à Madame la Préfète

par le Collectif

« C dans l'Air » de St Thibault des Vignes

 

« Une entreprise de démolition est actuellement à l'œuvre dans la commune de Saint Thibault des Vignes pour déconstruire plusieurs maisons situées au 11-17 Rue de Torcy.

Ces travaux ont commencé dans la semaine du 17 septembre.

Or, depuis le début des travaux, cette entreprise brûle chaque jour (depuis 15 jours) à l'air libre des déchets de démolition et des déchets verts, produisant des feux à une hauteur de 2 mètres. Nous ignorons la toxicité exacte de cette fumée quotidienne. De plus, une remorque de désamiantage installée sur le terrain nous indique une présence d'amiante.

 

Au terme de cette première semaine, une habitante alerte la Mairie pour "des odeurs nauséabondes et de la fumée". Des riverains nous informent également: "le 20 et le 21  septembre, il a y eu une épaisse fumée et des picotements à la gorge".

 

Le Commissariat de Lagny  et l'ASVP de la commune sont informés le 24 septembre au matin. L'ASVP de commune est passé plusieurs fois à notre demande, et le vendredi 28 septembre elle y était allée avec un élu.  Le lundi suivant, le 1 octobre, nous constatons à nouveau deux foyers de feu. Nouveau contact avec l'ASVP........ »

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2018 4 27 /09 /septembre /2018 09:47
Circonscription Rodrigue Kokouendo: Ecole primaire de St Mesmes au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

Circonscription Rodrigue Kokouendo: Ecole primaire de St Mesmes au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

 

Une poignée de députés présents à l'assemblée ont rejeté l'inscription, dans la loi, de l'interdiction du glyphosate d'ici 3 ans.

 

Notre député Rodrigue Kokouendo, était une nouvelle fois aux abonnés absents, il ne s'était même pas déplacé à l'assemblée nationale pour ce vote.

 

Pourtant Rodrigue Kokouendo se trouve dans une circonscription d'agriculture intensive où des écoles primaires sont situées à proximité des champs cultivés par cette agriculture intensive.

 

La situation préoccupante de l'environnement et la santé des populations, dans ce département où l'espérance de vie est l'une des plus faibles d'Ile de France ne semble pas être la préoccupation principale de notre député.

 

Pour mémoire nous avions rencontré Rodrigue Kokouendo il y a plus de 6 mois pour l'alerter sur les risques pour la santé des populations de  l'exploitation du gypse par Placoplatre sur l'ancien site du CEA Fort de Vaujours, mais notre député n'a donné aucunes suites à nos demandes.

 

Les riverains des installations polluantes ou dangereuses ont toujours été les oubliés de ce pays et il ne semble pas que notre député ait l'intention de se pencher sur ce lourd dossier et nous le regrettons.

 

 

Vote Glyphosate, concernant la Seine et Marne, voir les résultats ici : 

https://trombi-glyphosate.agirpourlenvironnement.org/department-77/

 

 

Circonscription Rodrigue Kokouendo: Ecole primaire de Fresnes sur Marne  au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

Circonscription Rodrigue Kokouendo: Ecole primaire de Fresnes sur Marne au bord des champs cultivés par l'agriculture intensive

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2018 4 13 /09 /septembre /2018 15:48

 

 

 

Une nouvelle étude de l'ORS sur l'état de santé des Franciliens nous apprend que les seine et marnais meurent plus tôt que la moyenne des populations d’Ile de France.

 http://www.ors-idf.org/dmdocuments/2018/profilsTerritoires/2018_profil_territoire_77_nord.pdf

 

 

Pourquoi ?

 

Depuis des années ce même constat est fait sans que l’ETAT ne se penche sur ce dossier.

 

On apprend dans cette étude que dans certains territoires du 93 (sud est), pourtant défavorisés socialement, l’espérance de vie y est plus élevée que dans le nord 77, et  si l’on compare avec le sud des Yvelines, l’espérance de vie y est là-bas de 3 ans supérieure à la Seine et Marne.

 

 

Un état de santé plus défavorable

chez les adultes !

 

 

 

Pour le Nord 77 on y apprend :

 

• Un état de santé marqué par une plus grande importance des maladies chroniques (diabète, cancers, maladies cardiovasculaires) chez les adultes et les seniors.

 

• Un état de santé plutôt défavorable chez les adultes avec une surmortalité prématurée évitable +6,7 % et surtout chez les seniors (+65 ans et plus) qui présentent une surmortalité de +17,3 % confirmé par des forts taux de surmortalité pour les principales pathologies chroniques : +8,5 % pour la mortalité générale par cancers, +11,4 % pour le cancer du poumon, +9,1 % pour le cancer colorectal, +10,9 % pour les maladies cardiovasculairess, +26 % pour les maladies de l’appareil respiratoire.

 

A quoi est due cette surmortalité ?

 

A un environnement

détérioré ?

 

 

Le Nord 77 est survolé par 2 aéroports : Roissy et Le Bourget

 

Le Nord 77 possède :

- la plus importante zone industrielle de l’Ile de France à Mitry-Compans

- L’ancien  site pollué du CEA Fort de Courtry/Vaujours

- une quarantaine de sites pollués inscrits dans la base Basol

- une multitude de communes où les champs sont traités aux pesticides

 

Le Nord 77 est le réceptacle des ordures des autres, il « accueille » :

- 10 décharges

- 7 carrières remblayées par des déchets

- 3 incinérateurs

- à la pelle des entreprises de recyclage, concassage de déchets

- une quinzaine de casse auto

- sur les champs  d’une  vingtaine de communes sont étalés les déchets de station d’épuration

venant d’autres départements.

 

Le Nord 77 possède :

- 7 sites Seveso à hauts Risques (dont 4 à Mitry-Compans et Villeparisis)

- 11 sites Seveso seuil bas

 

Le Nord 77 est traversé par La Francilienne, les nationales 2, 3 et 4…..

 

Le Nord 77 possède l’une des rivières les plus polluées du 77 : La Beuvronne

A cause des stations d’assainissement non rénovées, des industriels autorisés par l'ETAT  à envoyer des eaux polluées dans cette rivière (ADP, exploitants de décharges ou  sites industriels divers...)

 

Le Nord 77 supporte d’importantes inondations en bordure de Marne, du Morin et de la Beuvronne

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

contactez  

Agnès Buzyn

Ministre de la Santé

Et

François de Rugy

Ministre de l’Ecologie

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche