Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 13:41
Extrait article paru sur bioaddict.fr :
Pesticides : " La mort est dans le pré "

 

Le 17 avril, en deuxième partie de soirée sur France 2, sera diffusé un documentaire, " La mort est dans le pré " sur les agriculteurs malades des pesticides. Réalisé par Eric Guéret, ce film de 52 mn montre le " piège chimique " tendu aux agriculteurs et leurs difficultés à sortir d'un système verrouillé.

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=U3Ezfjz0xvA

 

" Quand on découvrira toute la vérité sur les dangers des pesticides, ce sera un scandale pire que celui du sang contaminé. Car les responsables savent ce qui se passe et ne font rien. C'est un grave problème de santé publique pour nous et pour les générations futures. Je n'ai pas de raisons de me taire. " explique le réalisateur Eric Guéret……

 

 

Lien vers l’article complet :

http://www.bioaddict.fr/article/pesticides-la-mort-est-dans-le-pre-a2988p1.html

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 15:53

 

 

Pourquoi ne lance-t-on pas d’enquête épidémiologique

autour des décharges du Nord-Ouest de Seine et Marne ?

 

A-t-on peur des résultats ?

 

paru sur le site  Romandie news :

Limousin : enquête sur un possible lien entre cancer et mines d'uranium


LIMOGES - L'Agence Régionale de la Santé (ARS) du Limousin a décidé de lancer une enquête épidémiologique qui devra établir s'il existe un lien entre certains types de cancers et la proximité de sites miniers d'uranium, a-t-elle indiqué jeudi à une correspondante de l'AFP.

Deux études, l'une émanant d'un géographe limougeaud du laboratoire de géographie physique et environnementale du CNRS, et l'autre du Groupement d'Expertise Pluraliste (GEP) sur les sites miniers d'uranium en Limousin, ont mis les autorités sanitaires en alerte.

Ainsi, l'ARS estime légitimes les interrogations posées par ces études et considère qu'il y a suffisamment d'éléments pour se poser la question d'une corrélation ou non entre ces constatations, a expliqué Jean Jaouen, de la direction de la santé publique à l'ARS du Limousin.

En effet, la première étude met notamment en évidence un nombre anormalement élevé de cancers (du rein essentiellement) autour du bassin versant de la Gartempe en Haute-Vienne.

Son étude a consisté à superposer des éléments de données des cancers avec la cartographie des sites miniers, et certains secteurs ont été mis en relief par cette superposition. Il nous appartient d'établir si l'importante proportion de cancers dans ces secteurs est le fruit du hasard ou s'il y a une vraie corrélation, a poursuivi Jean Jaouen.

A ce jour, les deux épidémiologistes qui seront chargés de la mission ont été recrutés, dont l'un issu de la cellule de veille sanitaire. Mais avant de lancer ce que Jean Jaouen qualifie d'enquête de grande ampleur, l'ARS doit élaborer une méthodologie, faute de quoi l'étude pourrait ne pas voir le jour, a-t-il cependant précisé.


(©AFP / 26 janvier 2012 17h09)

http://www.romandie.com/news/n/_Limousin__enquete_sur_un_possible_lien_entre_cancer_et_mines_d_uranium260120121701.asp

 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 16:14

 

 

 

Pour lutter contre les inégalités territoriales

des contrats de santé ont été signés

à Nemours, Meaux et Dammarie-les-Lys

 


 

A quand la signature de contrats de santé

à Claye-Souilly, Mitry-Compans et Villeparisis,

près des décharges, incinérateur et industries polluantes?



Paru dans le journal le Parisien :
Nemours, Dammarie et Meaux s’engagent envers les plus fragiles
Pascal VILLEBEUF | Publié le 20.01.2012, 07h00
 
 
MELUN, LE 18 JANVIER.


 
Lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé. Voilà le but des trois premiers contrats locaux de santé signés mercredi soir à l’antenne de l’agence régionale de santé (ARS) de Melun avec les villes de Dammarie-les-Lys, Meaux et Nemours, en présence de Claude Evin, directeur général de l’ARS.

« C’est un moyen de prolonger notre politique de santé en soutenant certaines communes dans leurs projets : opérations de prévention, offres de soins, accompagnement médico- social, sécurité sanitaire, etc. », a souligné l’ancien ministre.

Une permanence de soins le soir à Nemours

Pour choisir les villes candidates, l’ARS s’est basée sur un prédiagnostic territorial, qui détaille déjà des éléments importants sur le profil de la population concernée.
A Nemours, sur les 12900 habitants, 5300 vivent dans une zone urbaine sensible en cours de rénovation. Cette commune, au taux de chômage important (13,7% de la population active), présente des indicateurs sociaux et sanitaires peu favorables. On y vit moins longtemps que la moyenne dans le département. Les bénéficiaires de la couverture maladie universelle représentent 9,4% des bénéficiaires de la Sécurité sociale. « Je souhaite mettre en place une permanence des soins pour le soir, car nous avons de moins en moins de médecins, améliorer le dépistage du cancer, etc. », annonce la maire (UMP), Valérie Lacroute.
A Meaux, Achille Bali, directeur des affaires sociales, indique que la municipalité a l’intention de créer « un centre de ressources de la santé, en augmentant les actions de prévention auprès du jeune public ».
A Dammarie-les-Lys, le député et maire (UMP), Jean-Claude Mignon, souhaite « attendre, fin 2012, le résultat du diagnostic final de l’ARS, effectué en collaboration avec la commune. On pense qu’il aura des actions de lutte contre les addictions à l’alcool ou aux drogues, sur l’alimentation ou des offres de soins ».
 
Le Parisien
http://www.leparisien.fr/avon-77210/nemours-dammarie-et-meaux-s-engagent-envers-les-plus-fragiles-20-01-2012-1819830.php

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 18:37

 

 

 

Vivre au milieu des ordures des autres et se taire,
surtout se taire,
il semblerait que ce soit ce que l’on demande aux seine et marnais ?

Pourquoi depuis tant d’années vous n’avez rien dit, cela arrangeait bien tout le monde ?

 

 

 

 

 

Pourquoi demandez-vous une étude sanitaire ?

Le Conseil Général 77 renvoie la balle à l’Agence Régional de Santé et  au Conseil Régional Ile de France, Conseil  Régional  qui ne peut pas porter l’étude, pourquoi ? alors qu’il a financé une étude épidémiologique autour de l’aéroport de Roissy (95) et Orly (91) ?
http://www.actualites-news-environnement.com/23013-Pollution-trafic-aerien-Nouvelle-etude-sante.html

Quand aux maires de Claye-Souilly, Charny, Fresnes sur Marne…. ils ne répondent pas à notre courrier.  Pourquoi ?

Les populations qui subissent cet environnement pollué
 se posent la question:

- Quel impact sur leur santé?

Auront-elles un jour une réponse, cela ne semble pas en prendre le chemin, mais paraît-il il faut toujours espérer, alors espérons…….

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 14:49

 

 

 

Angoisse  à Compans 77

le Maire constate de plus en plus de pathologies graves sur sa commune

et demande une étude épidémiologique.

   

 


 biberonne compans 12.8.2007 2


Biberonne à Compans

 

 

 

 

C’est à proximité du centre de ce village rural de 715 hectares et 530 habitants, baigné par la rivière Biberonne, affluent de la Beuvronne, qui possède un château style Louis XIII et deux anciens moulins, qu’est venue s’implanter en 1972 cette zone industrielle sur les communes de Mitry-Mory et Compans pour éloigner  les entreprises dangereuses de la petite couronne parisienne, notamment les entreprises chimiques.

 

Aujourd’hui c’est  la zoneindustrielle de Seine et Marne qui compte le plus de sites classés SEVESO

(7 sites : conditionnement de gaz spéciaux, dépôt pétrolier, incinérateur de déchets dangereux, fabrication de gaz industriels, stockage  et conditionnement de gaz liquéfié, transformation matières plastiques, industrie du chlore).

Cette zone comptait en 2010 : 44 installations classées (exploitation industrielle ou agricole susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains).

 

3 sites classés Seveso Seuil Haut

 

- Gazechim  Conditionnement et distributions de gaz spéciaux

- CCMP          Dépôt pétrolier, stockage essence, gas-oil, fioul domestique pour la  consommation de la  région

- GEREP         Incinérateur de déchets dangereux en provenance d’unegrande partie de la   France

 

Les 4 autres sites classés Seveso étant :

 

-  Air Liquide/ Alphagaz Fabrication de gaz industriels

-  Messer                          Stockage et conditionnement de gaz léquifiés

-  Elastogran                    Transformation Matières Plastiques   (chimie et parachimie)

-  Univar                            Industrie du Chlore

 

Mais on y trouve également  des entreprises du secteur chimie et parachimie : Industrie Pharmaceutique (Cephalon), fabrication de savons, détergents et produits d’entretien (Prodene Klint)….

Mais aussi  de galvanisation à chaud (Galvachaud), centrales d’enrobage de produits routiers (MPRO et CIFA),  entrepôts  stockage de produits dangereux (SCI Lazulite, Celogix), fabrication d’encres ( Sicpa), dépôt pétrole et produits dérivés (Tropil), traitement de déchets (Technos), Usinage de Métaux et Alliages (Defi Group), Récupération Métaux et Alliages non ferreux (Cronimet), Fabrication de conserves (Agrana) et divers entrepôts (Darty, Exacompta, Etam….)

 

 

N’oublions pas que la zone industrielle de Mitry-Compans se trouve à proximité de l’aéroport de Roissy, de deux des plus importantes décharges de France : Sita Villeparisis (déchets dangereux et radioactifs),  Veolia Claye-Souilly (ordures ménagères et déchets industriels  et de 6 décharges de gravats de bâtiment  dans un bassin de population important de plus de 100 000 habitants : Mitry-Mory, Claye-Souilly, Villeparisis, Tremblay-en France, Villepinte, Roissy-en France…

 

 

 

Un Etat aurait-il le droit d’accumuler un grand nombre de sites polluants 

 (industries chimiques, stockage d’hydrocarbures, décharges, incinérateur ….)

 sur un même secteur,

le droit en quelque sorte  de programmer la dégradation prévisible

de la santé d’une partie de ces habitants

en compensant par  des mesures financières?

 

Ne serait-ce pas immoral ?

 

ZI MITRY INCINERATEUR 8122009

          Zone industrielle de Mitry-Compans, vu sur l'incinérateur de déchets dangereux Gerep

 

 

 

 

Article paru dans le Journal Parisien 77 le 8/12/2011

le parisien 8.12.2011 001

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

- Gazechim : http://www.senat.fr/questions/base/1993/qSEQ930501135.html 

- Gazechim, CCMP : http://www.mairiedecompans.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=19&Itemid=64

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 22:30
Paru sur le site Sciences et Avenir :
France: vers une cartographie des "points noirs" environnementaux

22-11-11 à 17:00 Réagir

Transport, agriculture, industrie… les sources de pollution sont multiples sur le territoire. Pour lutter contre les "points noirs" environnementaux en France, zones où différentes pollutions se concentrent, une nouvelle cartographie vient d’être établie par l’Ineris.

C’est à un empilement sans précédent de base de données que vient de procéder l’Institut national d’étude des risques (Ineris). Pour créer la «Plateforme intégrée pour l’analyse des inégalités d’exposition environnementale » (PLAINE), il a fallu croiser les recensements des sols pollués, l’inventaire national spatialisé des émissions dans l’air, les pollutions des sols agricoles compilées par l’Inra, les mesures des agences de l’eau sur les rivières et nappes phréatiques, l’occupation des sols selon les services statistiques du Ministère du développement durable, la densité et la structure des populations ainsi que les habitudes alimentaires étudiées par l’Insee.

Au final, sur une seule carte apparaissent les situations « d’inégalités environnementales», ces territoires où les populations sont exposées à de multiples polluants provenant de l’industrie, de l’agriculture, du trafic automobile.

Plomb ingéré, nickel inhalé

«Ces inégalités sont au cœur du deuxième plan national santé environnement (PNSE) rappelle Céline Boudet à la Direction des risques chroniques de l’Ineris. D’ici 2013, nous devons identifier les zones à risques pour les populations pour y réduire les niveaux de contamination et effectuer une surveillance environnementale. Nous venons de démontrer la faisabilité d’uneidentification rapide de ces zones au niveau national, régional et local». La démonstration a été effectuée avec les régions Nord-Pas de Calais et Picardie pour quatre éléments  métalliques présents à l'état de traces, particulièrement toxiques pour l’homme : le chrome, le cadmium, le nickel et le plomb. «Nous connaissons désormais la population totale exposée à ces quatre polluants, le nombre d’enfants ou de personnes âgées concernées et le mode de contamination, poursuit Céline Boudet. Les voies d’exposition prépondérantes correspondent ainsi à l’ingestion d’eau de consommation pour le plomb et de légumes pour le cadmium, tandis que le nickel est principalement inhalé».

 

Couverture complète en 2013

Cette expérience n’est qu’une première étape vers uneréelle définition des points noirs environnementaux. Il faut en effet y ajouter les expositions aux polluants des transports, ceux des organiques comme le PCB, les pesticides, etc. Mais PLAINE a fait la preuve qu’il constitue un outil qui propose une estimation réaliste des impacts sanitaires. Le travail va être approfondi sur les deux régions tests et les travaux sont bien avancés pour les régions Bretagne, Ile de France et Rhône-Alpes.

D’ici 2013, l’ensemble de la métropole devrait être couvert par ce système géographique, ce qui permettra aux pouvoirs publics mais surtout aux élus locaux de mieux cibler leurs actions de réduction des pollutions. Dans un deuxième temps, PLAINE pourra être croisé avec les études épidémiologiques menées par les observatoires régionaux de la santé (ORS). On aura ainsi une vision exhaustive des effets des pollutions sur la santé de la population française.

 

Loïc Chauveau
Sciences et Avenir.fr
22/11/11

 

Lien vers l’article : http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20111122.OBS5081/france-vers-une-cartographie-des-points-noirs-environnementaux.html

 

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 18:46

Santé 

Permanence des soins pour les activités de chirurgie en nuit profonde

Seine et Marne 

Un département oublié ? 

 

Département qui représente la moitié de l’Ile de France

Département dont la population a l’espérance de vie l’une des plus faibles d’Ile de France.

Département qui aura le nombre le plus réduit pour les activités de chirurgie en nuit profonde : seulement 2 sur 31 sites en Ile de France. (Yvelines 4, Essonne 3…)

 

 

Paru sur le site de l’Agence Régionale de Santé Ile de France :

 

L'ARS d'Île-de-France désigne31 sites pour assurer la permanence des soins pour les activités de chirurgie en nuit profonde.

Pour sécuriser et améliorer la qualité de la prise en charge des usagers, et à l'issue de dix-huit mois de travail avec tous les acteurs concernés (services de régulation médicale, professionnels, fédérations hospitalières, conférences de territoires), l'ARS d'Île-de-France propose un nouveau dispositif régional de prise en charge chirurgicale la nuit.

Rien ne change pour l’accueil des patients : tous les services d’urgences de tous les établissements de santé de la région restent disponibles 24h/24.
Simplement, si u
ne prise en charge chirurgicale orthopédique et viscérale en urgence d’un patient non hospitalisé s’avère nécessaire, il sera orienté dans un réseau organisé d’établissements de santé chargés d’assurer la permanence des soins (PDSES). Ce réseau bien structuré sur chaque territoire de santé sera lisible par tous les professionnels de santé, et conçu autour de sites disposant pour la nuit profonde d’équipes médico-chirurgicales complètes et disponibles. (cf. dossier de presse du 10 octobre 2011 : http://www.ars.iledefrance.sante.fr/fileadmin/ILE-DE-FRANCE/ARS/Actualites/2011/Chirurgie-de-nuit/DP-PDSES.pdf)

Après examen des candidatures des établissements pour assurer ce service par un comité consultatif d’instruction  rassemblant les principaux acteurs, l’ARS Ile-de-France a désigné 31 sites mobilisant 45 établissements de santé, qui assureront dès le début de l’année 2012 et pour un an, la permanence des soins pour les activités de chirurgie adulte orthopédique et traumatologique ainsi que les activités de chirurgie adulte digestive et viscérale, en nuit profonde (à partir de 22h30).

Sont concernés :

Pour Paris

  • Hôpital Saint-Joseph
  • Hopital Universitaire Paris Nord Val de Seine
  • Groupe hospitalier St-Louis/Lariboisière
  • Groupe hospitalier Pitié/Salpétrière
  • Groupe hospitalier St-Antoine/Tenon
  • Groupe hospitalier HEGP
  • Groupe hospitalier Cochin/Hotel Dieu/Broca

Pour la Seine-et-Marne

  • Groupe hospitalier de l’Est Francilien (en alternance entre le centre hopitalier de Meaux et le centre hospitalier de Lagny )
  • Groupement de coopération sanitaire public Melun – Fontainebleau avec une association des cliniques de Melun et du Centre Hospitalier Montereau

Pour les Yvelines

  • Centre hospitalier de Versailles en lien avec le centre hospitalier de Rambouillet
  • Centre hospitalier intercommunal de Poissy Saint Germain en lien avec le centre médico chirugical de l’Europe
  • Centre hospitalier intercommunal de Meulan - les Mureaux – Centre hospitalier Mantes-la-jolie en lien avec la polyclinique mantaise
  • Hôpital privé Ouest Parisien (Trappes)

Pour l'Essonne

  • Centre hospitalier Sud Francilien
  • Centre hospitalier Longjumeau
  • Centre hospitalier Sud Essonne

Pour les Hauts-de-Seine

  • Hôpital militaire PERCY
  • Hôpital Ambroise PARE
  • Hôpital LOUIS MOURIER/CASH
  • Hôpital Beclère en lien avec l’Hôpital privé d’Anthony
  • Hôpital Beaujon

Pour la Seine-Saint-Denis

  • Centre hospitalier Saint-Denis
  • Groupe hospitalier universitaire de Paris-Seine-St-Denis
  • Centre hospitalier intercommunal Aulnay-sous-bois en lien avec le CHI Le Raincy-Montfermeil

Pour le Val-de-Marne

  • Groupe hospitalier Mondor en lien avec le CHI de Créteil
  • Groupe hospitalier Bicêtre
  • Hôpital militaire Begin
  • Centre hospitalier intercommunal Villeneuve-Saint-Georges

Pour le Val-d'Oise

  • Groupe hospitalier Eaubonne-Montmorency/ centre hospitalier Argenteuil
  • Centre hospitalier Gonesse en lien avec l’Hôpital Privé Nord de Paris (Sarcelles)
  • Centre hospitalier Pontoise en lien avec le centre hospitalier intercommunal Portes de l’Oise, clinique Conti, Clinique Sainte Marie

Au total

48 dossiers avaient été déposés le 30 octobre dernier par les établissements de santé de la région.

Les établissements désignés devront respecter des engagements clés fixés par un cahier des charges :

  • Mettre en place une gouvernance interne et territoriale de la PDSES
  • Mettre en place un coordonnateur PDSES pour l’établissement
  • Dimensionner ses ressources de manière à pouvoir assurer la mission PDSES
  • S’engager au « zéro refus »
  • Favoriser le retour des patients vers les établissements de leur choix
  • S’engager à participer au suivi et à l’évaluation du dispositif
  • Garantir l’accessibilité financière aux soins

Un dispositif d’évaluation rigoureux est mis en place pour permettre d’adapter si nécessaire cette nouvelle organisation dans la perspective de son inscription dans le schéma régional d’organisation des soins du projet régional de santé qui sera arrêté pour 5 ans fin 2012.

L’ARS Ile-de-France remercie les professionnels de santé qui se sont fortement mobilisés sur ce projet. Ils ont été force de propositions notamment en matière de coopération entre établissements, avec la création attendue d’équipes territoriales dédiées.

Des propositions de réorganisations aux horaires de PDSES des autres spécialités chirurgicales (ORL, stomatologie, chirurgie de la main, urologie, neurochirurgie, ophtalmologie, chirurgie vasculaire) ainsi que la chirurgie infantile et la neuro-chirurgie sont en cours d’élaboration.

Contact Presse

Contact Presse : Alice Hassoune de Maximy
Courriel : alice.hassounedemaximy@ars.sante.fr
Téléphone : 01.44.02.01.75 – 01.44.02.01.55
www.ars.iledefrance.sante.fr

Lien vers l’article :

http://www.ars.iledefrance.sante.fr/L-ARS-d-Ile-de-France-designe.126391.0.html

 

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 12:34

1 GVTP cOUPVRAY 6.9.2011

  Décharge illégale GVTP Coupvray 6/9/2011

 

 

Manifester avec les populations à l’approche d’élections c’est  bien mais il faut aussi que les élus entendent les associations environnementales,  et pour certains acceptent au moins  de les recevoir et  répondent à leurs courriers.

 

 

Les discours ça suffit, les populations du nord-ouest 77 attendent des actes.

 


 

Après avoir  donné des avis favorables pour implanter des décharges encore et encore ou bien financé des routes pour faciliter l'accès aux camions d'ordures, aujourd'hui il est temps qu'ils se préoccupent de la santé des riverains des décharges et incinérateurs.

 

Les élus doivent  être à l'écoute des populations et pas du lobbie industriel du déchet.

 

Depuis des années notre association réclame des études sanitaires autour des décharges, des points de contrôle de la qualité de l’air,  mais ni l’Etat, ni les collectivités territoriales : Conseil Régional, Conseil Général et Mairies n’acceptent de financer.

 

 

Les élus ne doivent plus se renvoyer la balle mais s’entendre pour financer ensemble ces études sanitaires que les populations du nord-ouest Seine et Marne attendent toujours.

 

Ils pourraient  supprimer les cérémonies artificielles comme par exemple les banquets  en 2012. En ces temps de crise, l’argent du contribuable ne doit plus être utilisé pour des dépenses somptuaires mais à bon escient, notamment pour contrôler  l’état de notre nappe phréatique et de nos rivières, car c’est de notre responsabilité à tous de laisser une eau non polluée à nos enfants.

 

Pour aller plus loin : 

Courriers adressés aux élus restés à ce jour sans réponse :

http://adenca.over-blog.com/article-article-sans-titre-90024597.html

 

 http://adenca.over-blog.com/article-demande-de-financement-d-etude-sanitaire-a-monsieur-eble-president-du-conseil-general-du-77-90005360.html

 

 http://adenca.over-blog.com/article-seine-et-marne-demande-de-financement-d-etude-sanitaire-a-monsieur-huchon-sans-reponse-a-ce-jour-90004880.html

 

Réponse négative à notre demande d'étude sanitaire par l'Institut de Veille Sanitaire :

 http://adenca.over-blog.com/article-decharge-veolia-en-2009-l-institut-national-de-veille-sanitaire-ne-juge-pas-utile-de-faire-une-en-90003446.html

 

Refus de Mme la Ministre de l'Ecologie de nous accorder un rendez-vous :

 http://adenca.over-blog.com/article-madame-la-ministre-de-l-ecologie-refuse-de-recevoir-adenca-90001494.html


Partager cet article
Repost0
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 17:38

 

 

Demande de financement d'étude sanitaire

à Monsieur Yves Albarello, Député-Maire de Claye-Souilly

et aux maires de Charny, Annet sur Marne, Fresnes sur Marne et Messy

 

Sans réponses à ce jour

 

étude sanitaire décharges Veolia

étude sanitaire décharges Veolia 001

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 12:17

 

Demande de financement d'étude sanitaire

à Monsieur Eblé Président du Conseil Général du  77

 

 

Sans réponse à ce jour

 

cg 77étude sanitairecg 77étude sanitaire 001

Partager cet article
Repost0

Recherche