Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 18:26
la Beuvronne rue de Vilaine à Claye-Souilly

la Beuvronne rue de Vilaine à Claye-Souilly

 

 

Les associations attendent avec la plus grande attention la nouvelle cartographie des cours d’eau de Seine et Marne.

 

Aux dernières nouvelles le ru du Courgain, affluent du ru de Chantereine ne devrait pas être déclassé mais certains affluents de la Beuvronne n'auront probablement pas la même chance, certains devraient être déclassés.

 

Un déclassement 

quelle conséquence pour un cours d’eau ?

 

Cours d’eau déclassé = une aubaine pour l’agriculture intensive

 

Afin de protéger les rivières des pollutions diffuses, la loi sur l’eau oblige à implanter, au bord des cours d’eau,  une bande enherbée  de 5 à 20 mètres, sans pesticides, ni engrais (nitrates…), cette obligation concerne les cours d’eau figurant sur les cartes IGN.

 

Les agriculteurs ne peuvent pas bénéficier des juteuses subventions de la PAC s’ils ne respectent pas cette obligation.

 

 Si le cours d’eau est déclassé, la loi sur l’eau ne s’applique plus, les agriculteurs pourront notamment cultiver et déverser des pesticides, nitrates… jusqu’au bord de ces cours d’eau qui n’apparaîtront plus sur la carte IGN et bénéficier sans contraintes des juteuses subventions de la PAC.

 

 

 

Article de l’association Les Riverains du Bord de Marne :

 

Ru du Courgain :

une centaine de mètres pour un classement possible

 

 http://www.lemarneux.fr/2019/02/ru-de-courgain-une-centaine-de-metres-pour-un-possible-classement.htm

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2018 2 03 /07 /juillet /2018 18:50

 

Le ru des Grues, affluent de la Beuvronne,  reçoit les eaux de la station d’épuration  intercommunal de Villeparisis, qui traite les eaux de cette commune, d’une partie de Claye-Souilly (Bois Fleuri) et d’une partie de Mitry-Mory, station d'épuration déclarée non conforme depuis 2012.

 

Comme le précisait déjà la mise en demeure de la préfecture de 2014, il était constaté des déversements d’effluents non traités quasi journalier par temps sec comme par temps de pluie vers l’affluent de la Beuvronne : le ru des Grues.

La préfecture a délivré une 2ème mise en demeure en 2017 donnant à la communauté d’agglomération un délai maximum de 15 ans pour mettre la station aux normes, en temps de pluie, soit pour 2032 au plus tard.

 

 

C'est Jean-Luc Servières, adjoint au maire de Claye-Souilly, et vice président de la communauté d'agglomération qui est en charge de ce dossier.

 

 

 

Dans un article paru dans le Parisien 77 le 13/6/2016 un riverain de Souilly du ru des Grues alertait déjà sur l’état de cet affluent de la Beuvronne, article repris sur le site Adenca le 14/6/2018.

http://adenca.over-blog.com/2016/06/claye-souilly-pollue-le-ru-des-grues-n-est-plus-que-l-ombre-de-lui-meme.html

 

Paru dans le Parisien 77 :
 
Claye-Souilly : pollué, le ru des Grues n’est plus que l’ombre de lui-même

 

Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Claye-Souilly|Grégory Plesse|13 juin 2016, 16h48 | 

Pollution de la Beuvronne : le cas de la station d'épuration intercommual de Villeparisis

 

Claye-Souilly, le 18 mai. Au fond de son jardin, Bruno Marc s’alarme de l’état de pollution du ru des Grues, où sont déversés des excédents d’eaux usées. Il s’y baignait lorsqu’il était enfant. (LP/G.P..)

 

 

 

Lorsqu’il s’approche du ru des Grues, qui passe au bout de son jardin, dans le hameau de Souilly, Bruno Marc est assailli par un sentiment d’amertume.

 

Ce petit cours d’eau, affluent de la Beuvronne, qui sillonne à travers la Goële avant de se jeter dans la Marne, a bien changé depuis l’enfance de Bruno. « Quand j’étais gamin, on se nourrissait de poissons qu’on y pêchait », se souvient-il tout en plissant des narines en raison de l’odeur nauséabonde qui exhale du cours d’eau dont la couleur nous fait comprendre pourquoi les chats aiment si peu la baignade.

 

Le responsable principal, mais probablement pas le seul, c’est la station d’épuration que se partagent les villes de Villeparisis, Mitry-Mory et Claye-Souilly. C’est ce que confirme un arrêté préfectoral pris en 2014, qui met en demeure la communauté de communes Plaines et Monts de France -aujourd’hui disparue- de mettre en conformité la station d’épuration, dont le « dimensionnement est insuffisant au regard des débits collectés par les réseaux » des trois communes. La CCPMF devait présenter, d’ici à novembre 2015, un plan d’actions devant aboutir au plus tard en 2018.

 

Sauf qu’entre-temps, la CCPMF a disparu et que les communes précitées, fortement opposées à leur rattachement au Grand Roissy, ont tout laissé en suspens depuis septembre 2015. « On a repris le dossier en main en avril, nous allons soumettre notre plan d’actions à la préfecture d’ici le mois de juillet », explique Jean-Luc Servières (DVD), vice-président en charge de l’assainissement et de l’eau à Roissy Porte de France.

 

Mais moins que la station d’épuration, le problème principal viendrait des réseaux d’assainissement des trois communes, qui ne séparent pas eaux pluviales et eaux usées, entraînant du coup un débit que la station d’épuration n’est pas à même de gérer.

 

On l’autorise donc à rejeter, sans traitement, des eaux usées dans le ru des Grues. Pour ce dernier, il est déjà trop tard. Le contrôle réalisé l’an dernier par le syndicat de la Basse Beuvronne révélait que le ru des Grues souffrait de « pollutions aux métaux lourds » ainsi qu’une teneur en oxygène six fois inférieure au minimum nécessaire pour que des poissons puissent y vivre.

 

Le Parisien |

 

http://www.leparisien.fr/claye-souilly-77410/claye-souilly-pollue-le-ru-des-grues-n-est-plus-que-l-ombre-de-lui-meme-13-06-2016-5880103.php

 

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2016/06/villeparisis-mitry-mory-gressy-la-reneuse-un-egout-a-ciel-ouvert.html

Partager cet article
Repost0
14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 16:18

 

 

 

 

Après la station d’épuration de  Villeparisis qui pollue depuis de nombreuses années la Beuvronne, nous apprenons aujourd’hui que celle de St Mard en fait de même, la préfecture vient d’adresser une mise en demeure en date du 22/1/2018. (1)

 

Cette station d’épuration a été construite en 1984 alors que la commune comptait environ 2 500 habitants, aujourd’hui la commune en compte 60 % de plus et a créé une zone d’activité économique qui s’étend à vue d’œil, en oubliant semble-t-il son assainissement.

Dès 1995 une étude diagnostic avait émis des recommandations qui sont restées sans suite.

 

En 2014, le système d’assainissement a été déclaré non-conforme, alors même que Daniel Dometz, maire de St Mard, venait d’être nommé, vice président chargé de l’assainissement, au sein de la communauté de communes « Plaines et Monts de France ».

 

Le 20/4/2015, cette communauté préconisait d’entreprendre  des travaux visant à mettre en place des ouvrages de traitement du phosphore par voie physico-chimique sur cette station d’épuration.

 

Elle indiquait : «  L’évolution de la réglementation depuis la date de mise en service de cette station ainsi que les objectifs de reconquête du milieu récepteur notamment sur le phosphore nécessite la mise en place d’un traitement spécifique à ce paramètre. Le montant estimé des travaux est le suivant 60 500 euros HT. »

 

 

Des fleurs

qui voudraient cacher

le mauvais état

de la station d’épuration ?

 

 

 

Dans ces vœux pour 2018, Daniel Dometz, dit même vouloir concilier « respect de l’environnement et développement économique ». L’édile se félicite notamment de l’obtention de 2 fleurs dans un concours des villages fleuris, mais ne dit mot sur le mauvais état de sa station d’épuration.

 

 

 

(1)Mise en demeure de la préfecture en date du 22/1/2018 :

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/31139/245836/file/AP%202017%20DDT%20SEPR%20291%20du%2022-1-18.pdf

 

 

 

 

 

Extrait article  paru dans Mag Journal :

 

Saint Mard ► Le maire veut allier environnement et enjeux économiques

19JAN2018 Stéphanie Moraux

 

.......

En matière de cadre de vie, la ville s’est vu décerner une 2ème fleur lors du concours régional des villes et villages fleuris.

« La deuxième fleur récompense le travail accompli pour la valorisation du patrimoine communal et démontre notre volonté de promouvoir l’image de ville-nature » a précisé l’édile.

.......

Essor des deux ZAC : dynamisme et emplois à la clé

Lors de son allocution, Daniel Dometz a dressé un état des lieux de l’avancement des travaux  dans  la ZAC intercommunale de la Fontaine des Bergers et la ZAC des 2 moulins.

L’ouverture d’un supermarché de l’enseigne Carrefour, d’une surface de 5 200 m2, est prévue pour le mois de mars. En parallèle, un retail park d’une vingtaine de commerces, dont les enseignes Gifi, Maxi Zoo , Action, Maison Dépôt et Générale d’Optique, devrait voir le jour en 2018. Viendront ensuite des  magasins spécialisés comme Norauto, Brico- Cash, une station service Carrefour, un lavage auto Eléphant Bleu ainsi qu’un hôtel 4 étoiles .

En matière de logistique, un bâtiment de 25 000 m2 abritera des activités de stockage de  la Française des  Jeux.  Une extension de 25 000 m2 du bâtiment  exploité par C Discount est également prévue.

Daniel Dometz s’est réjoui des conséquences du développement de ces deux  ZAC. « Nous devrions atteindre 1 200 emplois à terme. Ce sera un beau succès pour notre secteur et cela génèrera d’importantes retombées fiscales qui seront appréciables pour  notre budget ».

 

http://www.magjournal77.fr/saint-mard-le-maire-veut-allier-environnement-et-enjeux-economiques/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2018 3 14 /02 /février /2018 18:22
8.2.2018 La Beuvronne rue de Vilaine

8.2.2018 La Beuvronne rue de Vilaine

 

 

 

Aéroport de Roissy : l’envers du décor !

 

 

 

Dans un communiqué de presse du 26 octobre 2017 ADP se félicite de la croissance de son chiffre d’affaires pour les 9 premiers mois de 2017.
 

 

A noter que le produit des redevances spécialisées est en croissance de 6,1 %, à 174 millions d'euros en raison principalement de la forte hausse du produit de la redevance pour mise à disposition des infrastructures pour le dégivrage des avions (+ 53,4 %, à 16 millions d'euros). (1)

 

Mais ADP oublie d’indiquer que + de  produits dégivrants  utilisés sur la plateforme de Roissy c’est + de polluants renvoyés vers la Reneuse.

 

Mais ADP oublie de dire que cette rivière est à affluent de la Beuvronne qui se rejette dans la Marne en amont proche du captage d’Annet sur Marne, qui fournit près de 500 000 habitants en eau potable.

  

 

Mais ADP oublie de dire qu’il n’a pas pu respecter certaines prescriptions, de l’arrêté interpréfectoral « Loi sur L’eau » de 2008, pour réduire la pollution de ses eaux reversées dans la rivière Beuvronne.

 

Lors des hivers rudes, ADP n’a pas été  en mesure de respecter ses obligations et a dû demander des dérogations à la police de l’eau pour déverser des eaux chargées de polluants dépassant les normes autorisées.

 

Cette situation est due au réseau d'assainissement  d’ADP qui doit être mis aux normes pour lui permettre d’éliminer les résidus de  produits dégivrants déversés sur les avions et sur les pistes notamment Glycol avec additifs chimiques dont nous ne connaissons pas la composition, il paraît que c’est « un secret industriel ».

 

Dans l’attente d’un dispositif de gestion efficace des eaux  d’Aéroport de Roissy, les préfets avaient autorisé en 2012 ADP à reverser des eaux pluviales plus chargées en polluants dans la Beuvronne, c’était une situation « dite transitoire », qui devait durer 1 an, mais en 2013 la situation « dite transitoire » a été prolongée de 3 ans et en 2016 de 2ans jusqu’au 1er juin 2018.

 

9 ans déjà

que l’arrêté « loi sur l’eau » a été pris

et qu’ADP

ne serait  toujours pas en mesure

de le respecter !

 

 

Mais pendant ce temps là 

qui paye l’addition ?

 

 

Les populations qui boivent l’eau du captage d’Annet sur Marne ont vu leur note d’eau potable augmenter d’année en année, pourquoi ?

 

Est-ce pour partie à cause de la mauvaise qualité de l’eau brute pompée dans la Marne, qui doit subir une dépollution  plus importante pour être consommable ?

 

    Le principe

pollueur = payeur

n’est pas encore pour demain 

 

 

 

  L’ETAT français actionnaire (2) majoritaire d’ADP (50.6%) ne doit-il pas se préoccuper  en priorité de la qualité des eaux de la Beuvronne ? 

 

 

La santé des habitants du nord-ouest 77 n’est-elle pas plus importante que  de faire décoller à tous prix des avions en période hivernale pour augmenter le chiffre d'affaires d'ADP ?

 

 

 

 

 

(1) http://www.parisaeroport.fr/docs/default-source/groupe-fichiers/finance/relations-investisseurs/information-financi%C3%A8re/r%C3%A9sultats-et-chiffre-d'affaires/2017/2017009-communique-de-presse-des-9-premiers-mois-de-l-annee-2017.pdf?sfvrsn=2299e5bd_2

 

 

 

(2) http://www.aeroportsdeparis.fr/ADP/fr-FR/Groupe/Finance/ActionAeroportsdeParis/Actionnariat/

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2018 2 23 /01 /janvier /2018 20:10

 

INONDATIONS DE LA BEUVRONNE

 

Le chemin

qui longe le collège des Tourelles

est fermé

par des barrières de sécurité

 

23/1/2018 Claye-Souilly

23/1/2018 Claye-Souilly

23/1/2018 Claye-Souilly

23/1/2018 Claye-Souilly

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2018 1 22 /01 /janvier /2018 20:57
22/1/2018 14 heures Claye-Souilly, pont allée André Benoist

22/1/2018 14 heures Claye-Souilly, pont allée André Benoist

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2018 1 22 /01 /janvier /2018 09:13
21/1/2018 Inondation de l'Aubetin à Pommeuse (la lavanderie)

21/1/2018 Inondation de l'Aubetin à Pommeuse (la lavanderie)

21/1/2018 La cascade de l'Aubetin à St Augustin

21/1/2018 La cascade de l'Aubetin à St Augustin

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 11:32
Carte éditée par la DRIEE complétée par Adenca pour indiquer l'emplacement de la Beuvronne et la Thérouanne

Carte éditée par la DRIEE complétée par Adenca pour indiquer l'emplacement de la Beuvronne et la Thérouanne

 

 

 

Une carte établie par la DRIEE nous indique que les taux de pesticides sont très mauvais dans nombreuses rivières du 77 dont la Beuvronne depuis plusieurs années et varient de mauvais à très mauvais dans la Thérouanne.

 

A la demande de l’agriculture intensive le préfet Jean-Luc Marx a décidé de déclasser un nombre important de cours d’eau dont des affluents de la Beuvronne et de la Thérouanne par un arrêté préfectoral du 14/6/2017

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/Eau/Milieux-aquatiques-et-zones-humides/Cartographie-des-cours-d-eau/Cartographie-des-cours-d-eau-de-Seine-et-Marne

 

 

 

Quelles conséquences ?

 

 

  Le 21/7/2017, en pleine période de vacances, la nouvelle préfète du 77 Béatrice Abollivier, met en consultation un projet d' arrêté préfectoral, vous avez jusqu’au 14/8/2017 pour faire vos observations.

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/27968/223942/file/AP_points_eau_ZNT_consultation.pdf

 

Ce projet  d’arrêté préfectoral nous éclaire sur les raisons des demandes de l’agriculture intensive.

 

En effet, les agriculteurs n’auront plus l’obligation de laisser une bande enherbée en bordure de ces cours d’eau déclassés pour éviter le transfert de pesticides et nitrates vers les points d’eau.

 

Pour protéger notre ressource en eau Mme la Préfète aurait pu maintenir cette obligation mais elle déconseille simplement aux agriculteurs de supprimer la bande enherbée.

 

Mme la Préfète

 voudrait-elle

ne pas contrarier le lobby agricole ?

 

 

Pourtant Nicolas Hulot, ministre de l’écologie et Agnès Buzyn, ministre de la santé disent vouloir faire de la santé/environnement un axe prioritaire de leur action.

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/communique-nicolas-hulot-et-dagnes-buzyn-sur-qualite-lair#xtor=RSS-23

 

 

Ce ne sont pas des paroles qu’attendent les populations de Seine et Marne qui boivent une eau non-conforme chargée de pesticides mais des actes forts de l’ETAT.

 

 

 

 

 

 

 

Extrait de la cartographie des cours d'eau issue de la préfecture 77, Adenca a entouré en rouge les cours d'eau déclassés sur la Beuvronne, La Thérouanne et le ru de Rutel

Extrait de la cartographie des cours d'eau issue de la préfecture 77, Adenca a entouré en rouge les cours d'eau déclassés sur la Beuvronne, La Thérouanne et le ru de Rutel

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 09:44
Gressy : la Beuvronne 1ère rivière qui alimente le canal de l'Ourcq

Gressy : la Beuvronne 1ère rivière qui alimente le canal de l'Ourcq

 

 

 

Le canal de l’Ourcq est alimenté par plusieurs rivières :

- la 1ère  qui l’alimente est la Beuvronne,  à Gressy

- puis viennent la Thérouanne, La Gergogne, La Collinance, Le Clignon et enfin la rivière Ourcq qui prend sa source dans le département de l’Aisne.

 

2 usines élévatoires située à Trilbardou et Villers les Rigault  peuvent pomper l’eau dans la Marne pour réguler le niveau d’eau du canal.

 

C’est le 15/8/1813 que les  premiers bateaux ont pu circuler sur le canal de l’Ourcq grâce

à l’apport d’une partie de l’eau de la Beuvronne et de 2 de ses affluents l’Arneuse (ou Reneuse) et le ru de Mory (ou ru des Cerceaux).

 

Le 1/2/1841  une convention est signée entre la Compagnie des Canaux et la Ville de Paris qui  supprime l’introduction des eaux de l’Arneuse (ou Reneuse) et le ru de Mory (ou ru des Cerceaux) dans le canal de l’Ourcq.

En effet par temps d’orage ces 2 affluents y jetaient une eau considérable et de mauvaise qualité, comme le précisait le Préfet de la Seine dans son courrier du 28/1/1835.

 

Après cette date le canal de l’Ourcq ne recevra donc qu’une partie des eaux de la Haute Beuvronne. Un système, situé à Gressy,  permet de réguler l’apport d’eau dans le canal.

 

 

Dans le Schéma Départemental de Vocation Piscicole de Seine et Marne, approuvé par arrêté préfectoral du 10/5/2011(1) on peut lire, pour extrait :

 

« La Beuvronne et la Biberonne ont subit de lourds travaux hydrauliques de curage et traitement de la végétation rivulaire et d'aménagement. Les travaux hydrauliques ont modifié l'intégrité physique du cours d'eau….. Ces interventions sont d'autant plus préjudiciables au milieu qu'elles sont irréversibles.

 

 A l'amont de Claye-Souilly, la Beuvronne est prélevée d'une partie de son débit pour l'alimentation du canal de l'Ourcq.

 

 Sur l'ensemble des cours d'eau de la masse d'eau, les rejets agricoles ne peuvent être quantifiés mais on considère qu'ils représentent des apports diffus importants de fertilisants et de produits phytosanitaires par les eaux de ruissellement et de drainage des zones de cultures intensives riveraines du cours d'eau. .....Ils reçoivent également des rejets domestiques de hameaux ou habitations riveraines non raccordés à un dispositif d'épuration collectif. Les eaux usées ou pluviales apportent dans le cours d'eau des matières organiques, azotées, phosphatées, des hydrocarbures ainsi que des matières en suspension, dégradant fortement la qualité physico-chimique des eaux. …

 

Le bassin versant de la Beuvronne a la particularité de présenter la juxtaposition de secteurs au caractère rural où prédomine une activité agricole orientée vers la monoculture intensive et en aval des secteurs fortement urbanisés et industrialisés. Le sousbassin de la Biberonne est occupé par des zones de cultures intensives majoritairement

 

Tous les cours d’eau de la masse d’eau : Beuvronne, Biberonne, Reneuse, le ru des Cerceaux et le ru des Grues sont de mauvaise qualité physico-chimique ; la faiblesse de leur débit, accentuée par les prélèvements, au regard de tout ce qu’ils recueillent (eaux pluviales, et eaux usées) en est la cause. »

 

 

 

La Directive Cadre sur l’Eau 2000/60/CE (DCE) a introduit trois grands objectifs environnementaux : l’atteinte du bon état des eaux d’ici 2015, l’ETAT, ne pouvant respecter

cette obligation pour la Beuvronne, a dû demander une dérogation  jusqu’en 2027.

 

 

La Beuvronne est considérée comme l’une des rivières les plus polluées de Seine et Marne.

 

 

 

Sources :

- Au fil de l’Ourcq http://www.aufildelourcq.org/histoire/

- Registre des délibérations de la Compagnie des Canaux 3.2.1835

- (1) http://www.sdvp77.fr/wp-content/uploads/2012/12/Beuvronne_cle0b2d74.pdf

- https://shunrize.com/blog/randonnee-au-fil-du-canal-de-lourcq

 

Pour aller plus loin :

Décharge ECT  Villeneuve sous Dammartin

http://www.leparisien.fr/villeneuve-sous-dammartin-77230/villeneuve-sous-dammartin-ect-autorise-a-polluer-trois-fois-plus-avec-ses-dechets-13-10-2016-6204210.php

 

La Beuvronne est la 1ère rivière qui alimente le canal de l’Ourcq, ces eaux arrivent à Paris au bassin de la Villette
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 13:25

 

 

Paru dans Claye-Souilly découverte :

 

 

HISTOIRE CLAYE-SOUILLY : LA BEUVRONNE

  La Beuvronne à Vinantes

  La Beuvronne à Vinantes

 

 

       

                                           

Au début du 19ème siècle si l’on se réfère à différentes cartographies le cours d’eau qui traverse Vinantes jusqu’à Compans se nommait « La petite Beuvronne » (aujourd’hui La Beuvronne) et celui qui prenait sa source à Moussy-le-Neuf « La Beuvronne » (aujourd’hui La Biberonne).

 De nos jours il en a été décidé autrement, la rivière qui prend sa source au delà de Vinantes est considérée comme le cours d’eau principal dénommé « La Beuvronne », son affluent est « La Biberonne » qu’elle reçoit sur la droite entre St Mesmes et Compans.

 

 Compte tenu de l’étymologie proche de Beuvronne et Biberonne, il est probable que ces deux rivières étaient colonisées par de nombreux castors.

 Parlons de la source de « La Beuvronne »,  ce sont plusieurs rus qui descendent de la forêt de Montgé au niveau des villages de Cuisy et Montgé-en-Goële qui forment un ruisseau  à Vinantes et  l’origine de la rivière.

 

 

 

  « La Beuvronne » traverse les villages de Vinantes, Nantouillet, St Mesmes, Messy, Gressy, Souilly, Claye, Annet s/Marne, Fresnes s/Marne et se jette dans « La Marne » entre Fresnes s/ Marne  et Annet s/Marne.

 « La Biberonne » passe à Moussy-le-Neuf, Moussy-le-Vieux, Villeneuve-sous-Dammartin, Thieux, Compans et se jette dans la Beuvronne entre Compans et St Mesmes.

 

Citons quelques moulins (disparus aujourd’hui pour certains) sur « La Beuvronne » :

-         « Moulin de Vinantes »,

-         « Moulin de la Haize » et « Moulin, chemin de St Mesmes à Nantouillet »,

-         « Moulin de  Tussac » à St Mesmes, 

-         « Moulin de Moulignon » à Messy (deux moulins dans la même cage),

-         « Moulin Rouge » à Gressy,

-         « Moulin de Souilly»,

-         « Moulin de Claye » (deux moulins dans la même cage),

-         « Moulin de Vilaine » à Claye,

-         « Le vieux Moulin »  à Fresnes s/Marne,

-         « Le Moulin de Fresnes s/Marne ».

 

sur «  la Biberonne » :

-         « Grand Moulin Dongé » à Thieux, 

-         « Moulin d’Ouacre » à Compans,

-         « Moulin de Condé » à Compans.

 

 A dater du 15/8/1813 les eaux de la Beuvronne sont introduites dans le canal de l’Ourcq et les moulins situés en aval : Souilly, Claye, Vilaine et Fresnes ne recevront plus que le trop plein de la Beuvronne, le ru des Grues et L’Arneuse ou Reyneuse et disparaîtront progressivement.

 

Sources :

Carte IGN 2413 OT.

AN : -F20/293,  ET/XCVII/741 .

 Médiathèque de Meaux :

 - Sté d’Histoire et d’Archéologie de la Goële 1991.92.

 - Carte topographie arrondissement de Meaux dressée par Bonnet 1822.

 - Carte topographique par L. Denis Géographe 1778.

 - Claye-Souilly et le pays de la Beuvronne, Claude Cajat, Presses du Village,

 Médiathèque Claye-Souilly :

 - Si Gressy m’était conté Raymond Selleret.

http://claye-souilly-decouverte.over-blog.com/article-6356708.html

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche