Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2018 4 20 /09 /septembre /2018 11:56

 

 

 

Pas de contrôles = pas de problèmes pour les industriels

 

Depuis des décennies, alors que l'ETAT a autorisé, à la pelle, l'implantation d'entreprises polluantes et dangereuses (SEVESO) au nord-ouest 77, les inspecteurs des installations classées ont toujours été en sous effectifs dans ce secteur.

Aujourd'hui l'ETAT veut encore réduire les effectifs de cette administration .

 

Pas de contrôles

=

des problèmes pour les riverains !

 

Pour mémoire c'est l'inspection des établissements classées DRIEE 77 sous la direction du sous préfet Gérard Péhaut qui a découvert des installations non conformes à la législation à vigueur :

  • Wipelec Meaux près d'une crèche  où une partie du site a été fermé tant que les travaux de mises aux normes n'ont pas été réalisés
  •  
  • Wipelec Pomponne, près de la Marne, où des déchets dangereux ont été retirés en urgence avant les inondations de mars dernier
  •  
  • Gressy Auto Prestige à Messy, une entreprise qui polluait la Beuvronne et est aujourd'hui fermée
  •  
  • Men Autos Le Pin une casse illégale qui a pris feu et qui est fermée depuis.

...........

Et plus récemment ce sont les inspecteurs de la DRIEE 77 qui  surveillent toujours à Villeparisis l'ancien site du magasin Leclerc où des populations ont dû être déplacées pendant près d'une semaine suite à une fuite d'hydrocarbures.

 

L'administration des installations classées compte en son sein un bon nombre d'ingénieurs des mines, or la situation semble très grave puisque nous avons appris que demain ces ingénieurs seront en grève, une information annoncée par leur syndicat, la grève une pratique inhabituelle dans ce corps d'ETAT.

 

 

 

 

 

Paru sur le Site du Syndicat National des Ingénieurs de l'Industrie et des Mines

 

Publié le 18 septembre 2018

Communiqué de presse

 

Les Ingénieurs de l'Industrie et de Mines dénoncent les menaces que présente la réforme de l'État pour le développement économique et la prévention des risques

 

 

Le jour anniversaire de l'accident d’AZF, les ingénieurs de l'industrie et des mines, chargés du contrôle des sites présentant des risques industriels, seront massivement en grève pour attirer l'attention sur les conséquences prévisibles de la réforme de l'État en cours et la casse du service public.

 

À l’heure où le gouvernement dit vouloir dynamiser l’économie française, la réforme en cours va paradoxalement affaiblirlaprésence de l’État au plus près des entreprises.

À l’heure où la sécurité de l’industrie française (yc nucléaire) demeure une préoccupation majeure de nos concitoyens, la réforme en cours va affaiblir le contrôle de l'industrie.

 

L’État doit porter une politique économique et industrielle forte, structurée et assumée. Elle doit s’articuler autour d’une politique nationale unique de filières, dont les services déconcentrés de l’État doivent être le bras armé. Si des évolutions ou priorisations des missions de développement économique peuvent être envisagées, le maintien de seulement 120 agents[1] dans les services déconcentrés ne peut conduire qu’à un échec.

 

L'inspection des installations classées doit rester le garant d'un contrôle indépendant et de qualité, uniforme sur le territoire national, dans le respect de l’équité de traitement entre les industriels. L’affaiblissement de la chaîne de commandement de l’inspection des installations classées ne peut qu’inéluctablement diminuer le niveau de protection des populations vis-à-vis des risques industriels, notamment des sites Seveso.

 

Lourdement impactés par les réformes de l’État successives, les ingénieurs de l'industrie et des mines se mobilisent pour dénoncer les nouvelles menaces qui pèsent sur leurs missions. Un appel à la grève le 21 septembre 2018, jour anniversaire de la catastrophe AZF, est symbolique et marque le début d'une campagne de mobilisation, dont les actions pourront prendre d'autres formes. Les IIM déplorent la fragilisation de l’approche intégrée entre l’économie, les risques industriels l’énergie, et le numérique.

 

Les ingénieurs de l'industrie et des mines (IIM) constituent un corps d'environ 1900 ingénieurs exerçant, sous la gestion du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF), différentes missions régaliennes (à l’Autorité de Sûreté Nucléaire ou au Ministère de la Transition Écologique et Solidaire et dans ses services déconcentrés) ou d'animation (au MEF et dans ses services déconcentrés). Ils contribuent historiquement à la prévention des risques anthropiques, à la sûreté nucléaire et au développement économique et sont reconnus pour porter l’approche intégrée de l’industrie. Le Syndicat National des Ingénieurs de l’Industrie et des Mines (SNIIM) est le seul syndicat représentatif du Corps des IIM avec près de 93 % des voix lors des dernières élections syndicales.

 


[1]          Annonce du ministre de l'économie et des finances le 4 septembre 2018

https://www.sniim.com/les-iim-en-greve-p909

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2018 4 06 /09 /septembre /2018 18:01

 

Le centre commercial Intermarché de Thorigny sur Marne vient d'être déplacé et avec lui sa station service de carburant,

Après la pollution aux hydrocarbures de l'ancien centre commercial Leclerc de Villeparisis, les riverains s'inquiètent du devenir des anciennes cuves de carburant implantées en 1979 sur l'ancien site d'Intermarché Thorigny, Il s'agissait de 3 cuves, l'une de 40 m3 et les 2 autres de 10 m3,

http://fiches-risques.brgm.fr/georisques/basias-detaillee/IDF7702486

 

Les riverains voudraient savoir

si ces cuves ont été vidées et mises en sécurité.

 

Afin de les rassurer

 nous les informons que ce dossier est suivi par la préfecture

 

 

Pour toutes informations complémentaires

nous leur conseillons de se rapprocher de

Thibault Guillemet

maire de Thorigny sur Marne

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2018 4 22 /03 /mars /2018 11:18
 

 

La Seine et Marne « accueille » sur son territoire

une usine Brenntag à Tournan

classée Seveso à Hauts Risques

 

 

 

Il y a quelques années cet établissement a reçu plusieurs mises en demeure, prescription mesures d'urgence, arrêté de sanction...de la part de la préfecture.

 

http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/ficheEtablissement.php?selectRegion=&selectDept=-1&champcommune=&champNomEtabl=brenntag&selectRegSeveso=-1&selectRegEtab=-1&selectPrioriteNat=-1&selectIPPC=-1&champActivitePrinc=-1&champListeIC=&selectDeclaEmi=&champEtablBase=65&champEtablNumero=2803&ordre=&champNoEnregTrouves=19&champPremierEnregAffiche=0&champNoEnregAffiches=20

 

 

 

Paru sur le site La Dépêche,fr :

 

Publié le 21/03/2018 à 11:04, Mis à jour le 22/03/2018 à 07:43

 

Explosion dans une usine de produits chimiques du Tarn : 2 sous-traitants en urgence absolue

 

Une explosion est survenue, ce mercredi matin, en milieu de matinée, à l'usine Brenntag de Saint-Sulpice dans le Tarn. L'explosion s'est produite dans une cuve enterrée de solvants, contenant de l'acétate d'éthyle, dans cette usine de distribution de produits chimiques.

L'installation exploitée par la société BRENNTAG à Saint-Sulpice-La-Pointe est une installation classée
soumise à autorisation avec statut SEVESO seuil haut dû à la nature des activités du site, avec des risques
accidentels pouvant générer des effets toxiques et des effets thermiques en dehors du site.

 

L'accident s'est produit à l'occasion d'une procédure de maintenance-nettoyage de la cuve de 35 m3, vide au moment de l'explosion. "C'est probablement l'absence de ventilation suffisante de la cuve qui contenait l'acétate d'éthyle qui serait à l'origine de l'explosion", indique la préfecture du Tarn. Une enquête a été ouverte.

Les risques de pollution de l'air et d'explosion secondaire sont écartés.

Deux ouvriers gravement brûlés

Deux sous-traitants de l'entreprise Deldossi, basée à Saint-Sulpice, en charge de la maintenance, ont été gravement brûlés au visage et au torse et transportés en urgence absolue à l'hôpital Rangueil de Toulouse à 11h15. Le pronostic vital d'un des deux blessés est engagé. Douze salariés de l'usine ont été placés en sécurité.

Environ 50 pompiers sont sur place venus des centres de secours de Saint-Sulpice, Albi, Castres, Gaillac et Lavaur. La préfecture du Tarn a activé son centre opérationnel départemental, une cellule d'urgence, pour suivre les événements.

 

Suivez l'évolution minute par minute

16h10 - Les sapeurs pompiers ont quitté le site depuis 13h30. Celui-ci reste pour l'heure inaccessible. La gendarmerie est sur place pour réaliser des constatations. Une vingtaine d'entre eux ont participé à la sécurisation sur un périmètre de 500 mètres autour de l'usine, sous les ordres du commandant Matuszak qui a fait appel aux brigades de Saint-Sulpice-Lavaur, à la brigade de recherche, à la brigade motorisée, au PSIG et à la cellule d'identification criminelle d'Albi.

16h - Le cirque Zapatta implanté juste à côté de l'usine ne donnera pas de représentation ce mercredi midi. "Ils nous ont dit que ça risquait de refaire un boom", confie un des salariés tout en démontant la structure.

12h45 - Le commandant des opérations de secours Stéphane Giroir annonce que "les opérations sont sous contrôle". 15 engins ont été engagés dont certains spécialisés dans les risques chimiques.

12h40 - Le directeur de l'usine, Dominique Guillou, déclare que "le plan d'évacuation s'est déroulé parfaitement". Il affirme que les ouvriers blessés sont des sous-traitants. Il indique qu'il n'y a aucune atteinte à l'environnement ce que confirment les pompiers.

12h15 - L'explosion a été entendue au centre-ville de Saint-Sulpice situé à 1 km. Un témoin décrit un bruit similaire à un avion qui passe le mur du son. Un autre témoin, salarié du cirque Zavatta, installé à proximité affirme avoir entendu "un sifflement puis une explosion" et raconte avoir vu des débris voler à 20 mètres de haut.

11h40 - La préfecture du Tarn annonce "la levée de doutes", le déconfinement des élèves et le rétablissement progressif de la circulation des véhicules et des trains.

https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/21/2764135-explosion-dans-une-usine-seveso-dans-le-tarn-2-blesses.html

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2018 4 18 /01 /janvier /2018 16:29

 

 

 

Après Wipelec Romainville, Pomponne et Meaux

Après la SNEM  Montreuil sous bois,

 

 

Aujourd’hui une autre entreprise qui travaille pour « la Défense » reçoit une mise en demeure de la préfecture :

 

Rabourdin Bussy St Georges

 

 

C’était une  entreprise familiale qui exploitait une unité de production d’éléments de mécanique de précision et de visserie spéciale créée en 1926 par Louis Rabourdin, implantée à Bussy St Georges depuis 1992, qui fut mise en liquidation  judiciaire en 2014.

L’arrière petit-fils du créateur Guillaume Rabourdin reprendra l’activité  la même année.

 

Une entreprise qui a été gérée, pendant de nombreuses années par Guy Rabourdin, maire de Chelles (1959-1977) et député de la 2ème circonscription du 77 (1962-1973).

 

 

Cette entreprise emploie et  stocke des substances et préparations liquides très toxiques. Elle a demandé en 2012, la régularisation de sa situation administrative.

 

Oui vous avez bien lu avant 2012 Rabourdin n’avait pas toutes les autorisations nécessaires pour exercer ce type d’activité.

 

L’ETAT mis devant le fait accompli autorisera l’exploitation en 2015, à condition de respecter l’arrêté préfectoral !

 

Difficile

pour l’industriel

de rentrer dans le rang

 et de respecter la législation ?

 

 

Le 30/10/2017 la DRIEE 77 a fait une inspection et constaté des infractions à la législation en vigueur:

 

Présence d’installations fonctionnant avec un produit interdit depuis 2015.

On ne sait pas où partent certaines eaux  de rinçage de pièces ayant subi un bain de décapage ?

Pas d’étude de caractérisation des rejets atmosphériques.

Certains bacs de rinçage ne sont pas équipés d’une rétention, constituant un défaut de sécurité pour le personnel.

Une pollution des sols a été détectée en 2014 à proximité immédiate de deux cuves enterrées  de stockage des huiles entières.

Aucun contrôle d’étanchéité des cuves extérieures n’a été réalisé……

 

 

 

Extrait AP du 9/1/2018

 

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/ICPE-carrieres/Decisions/Sanctions/Societe-RABOURDIN-Commune-de-BUSSY-SAINT-GEORGES-7760

 

 

Ces entreprises qui travaillent pour la « Défense » et qui ne respectent pas la législation en vigueur : le cas de Rabourdin Bussy St Georges 

 

 

 

 

La question du jour :

 

 

Travailler pour « la Défense »

Est-ce une raison

pour ne pas appliquer la législation en vigueur ?

 

 

 

 

 

 

Paru dans le Moniteur de Seine et Marne :

Rabourdin SAS : relancée, l'entreprise se tourne vers l'international

le  - Quentin CLAUZON - Entreprise - Vie des entreprises

 

Repris en 2014 par Guillaume Rabourdin suite au dépôt de bilan de la société Rabourdin Industrie, ce fleuron industriel français basé à Bussy-Saint-Georges, spécialisé dans la fabrication d'éléments destinés aux domaines du moule, de la découpe et de l'emboutissage, peut, dès à présent, se projeter vers l'avenir et passer de 18 à 50 % d'exportations.


http://www.lemoniteur77.com/rabourdin-sas-relancee-l-entreprise-familiale-se-projette-vers-l-international-3323.html

 

 

 

le 7 juin 2017

Salon SIAE Bourget

La 52e édition du salon aura lieu au Parc des Expositions du Bourget du 19 au 25 juin 2017 et réunira l’ensemble des acteurs de l’Industrie mondiale autour des dernières innovations technologiques.

Les 4 premiers jours du Salon seront réservés aux professionnels suivis de 3 jours pour le Grand Public.

Le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace est organisé par le SIAE, filiale du Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS) dont RABOURDIN SAS est membre.

Spécialisée dans le domaine de la visserie Aéronautique, Spatial et Défense, RABOURDIN SAS  est en mesure de réaliser de la visserie suivant normes et plans sur devis, adaptée à vos besoins et dans des délais convenus.

Nous fabriquons également des pièces de haute précision et des axes destinés aux secteurs Aéronautiques et autres domaines de pointe selon les exigences techniques élevées de nos clients.

Forte d’un savoir-faire historique, RABOURDIN a toujours su faire évoluer la qualité de sa production interne. Des investissements ont dernièrement été faits afin de robotiser nos cellules de production en visserie en y intégrant nos processus de contrôle automatisés.

Venez nous rencontrer et partager vos besoins avec notre équipe commerciale Hall 2B Stand B43.

https://www.rabourdin.fr/salon-siae-bourget/

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 18:32

 

 

 

 

 

La préfecture vient de dresser 2 nouveaux arrêtés préfectoraux à l’encontre de Wipelec Meaux. Ce sont 9 arrêtés que la préfecture a dressé en un peu plus d’un an à l’encontre de l’industriel.

 

 

 

Un industriel qui a déjà pollué plusieurs sites l’un à Romainville et l’autre à Pomponne mais il faut que vous compreniez  l’industriel travaille pour la « Défense ».

 

 

 

 

La question du jour :

 

Un industriel

 qui exploite une entreprise près d’une crèche

 peut-il ne pas respecter la législation en vigueur 

parce qu’il travaille pour la « Défense » ?

 

 

 

 

 

Extrait arrêté préfectoral :

 

 

Wipelec Meaux, l’usine se trouvant près d’une crèche, n’a toujours pas excavé les terres polluées situées près de l’ancien atelier de peinture !
Wipelec Meaux, l’usine se trouvant près d’une crèche, n’a toujours pas excavé les terres polluées situées près de l’ancien atelier de peinture !
Wipelec Meaux, l’usine se trouvant près d’une crèche, n’a toujours pas excavé les terres polluées situées près de l’ancien atelier de peinture !
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 14:04
Nord-Ouest 77, bientôt un nouveau site SEVESO : l'entrepôt géant CSP Moussy le Neuf ?

 

C'est dans la commune martyre de Moussy-le-Neuf, où l'ETAT a déjà autorisé l'implantation de plusieurs décharges, que voudrait s'étendre l'entrepôt géant CSP, qui deviendrait SEVESO, suite au stockage d'un tonnage important de produits dangereux pour l'environnement.

 

Cette entreprise est située 3 avenue des 22 arpents, elle stocke des produits pharmaceutiques  et a déjà subi 2 incendies en 2008 et 2010. (1)

Après extension ce serait 190 poids lourds/jour qui fréquenteraient le site.

Il n'est pas prévu de création d'emplois.

 
Leurs jolis maisons

les habitants de

Moussy le Neuf

devront-ils les solder ?

 

 

En effet
qui voudra les acheter
et  venir vivre
près
d'un site SEVESO ?
 

 

(1)étude environnementale

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/avis_ae_-_csp_-_extension_d_un_entrepot_de_stockage_de_matieres_combustibles_a_moussy-le-neuf_77_-

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

CSP reconstruit ses entrepôts géants incendiés

>Île-de-France & Oise > Seine-et-Marne > Moussy-le-Neuf|28 février 2009, 7h00|0

Un immense champ de boue a remplacé les carcasses calcinées des entrepôts de CSP (Centre spécialités pharmaceutiques) à Moussy-le-Neuf. Il y a presque un an, le 19 mars 2008, un violent incendie détruisait 18 000 m 2 des dépôts de cette entreprise de stockage de produits pharmaceutiques, soit 40 % de la surface de l'époque. Les fumées étaient visibles à vingt kilomètres à la ronde. Onze mois plus tard, pelleteuses et foreuses s'activent pour redonner son image d'origine au site qui alimente une quarantaine de laboratoires.
« Dès le troisième jour après l'incendie, on savait que l'on allait reconstruire », se souvient Philippe Caruel, le directeur des opérations de l'entreprise. Les structures et la dalle de béton datant de 1991 ont été enlevées en janvier et les fondations des nouveaux entrepôts sont en train d'être mises en place. « Ils seront plus modernes, avec des capacités de stockage plus importantes, explique Jean-Luc Delmas, le directeur de la communication. Les murs seront en béton, avec des protections incendie automatiques. »

Un an après, la cause du sinistre reste inconnue

Ces entrepôts seront ainsi équipés comme les autres construits dans les années 2000 qui, eux, n'ont pas brûlé. Des traces de feu sur leurs murs rappellent ce petit matin où 20 000 palettes remplies de médicaments sont parties en fumée. Le personnel qui travaillait de nuit a tenté d'éteindre l'incendie, mais le feu était déjà bien trop puissant. Tous ont pu sortir à temps. Il n'y a eu aucune victime à déplorer. « La cause de l'incendie reste indéterminée, assure Jean-Luc Delmas. Mais nous ne sommes pas inquiets car nous n'avons jamais reçu de menace. Si la cause est humaine, elle est involontaire. »
A la fin de l'été, la première partie de la construction sera terminée. Le chantier coûtera plusieurs dizaines de millions d'euros, en partie pris en charge par les assurances. Les salariés exilés à quelques kilomètres de là à Saint-Witz (Val-d'Oise) dans 15 400 m 2 de locaux pourront commencer à revenir à Moussy-le-Neuf. « Une semaine après le sinistre, il ne restait que 140 salariés au chômage technique », se félicite Philippe Caruel. Les travaux s'achèveront à la fin de l'année. L'incendie ne sera plus que dans les mémoires.

Moussy-le-Neuf

 

http://www.leparisien.fr/moussy-le-neuf-77230/csp-reconstruit-ses-entrepots-geants-incendies-28-02-2009-425670.php

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 18:04

 

 

Paru sur le site La Marne :

 

Crécy-la-Chapelle. Un important incendie dans un ancien garage automobile

 

Ce dimanche vers 16 h, un incendie s'est déclaré dans un ancien garage automobile situé avenue de Villiers à Crécy-la-Chapelle.

Publié le 5 Nov 17 à 20:16

 
 
Nord 77 , la série continue :Crécy la Chapelle, un incendie dans un ancien garage automobile !

 

Dimanche 5 novembre, vers 16h, un épais nuage de fumée était visible à des kilomètres à la ronde. Un feu s’est déclaré dans un ancien garage automobile, avenue de Villiers, à Crécy-la-Chapelle. Les flammes se sont rapidement propagées à un hangar, juste à côté, contenant du bois de chauffage.

Les raisons de cet incendie restent encore indéterminées. L’incendie n’a fait aucun blessé.

La ligne P coupée

Durant l’intervention des pompiers, qui est toujours en cours et qui devrait se prolonger jusque 5 h du matin, l’avenue de Villiers est fermée à la circulation et une déviation a été mise en place par les services techniques de la mairie.

Côté rails, la circulation ferroviaire a été coupée entre Crécy-la-Chapelle et Esbly, dans les deux sens. Des bus de substitution ont été mis en place.

https://actu.fr/ile-de-france/crecy-la-chapelle_77142/crecy-chapelle-important-incendie-dans-ancien-garage-automobile_13281982.html

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 17:48

 

 

 

 

Une taxe qui était payée, sous conditions, en particulier par les exploitants de stockage de déchets non dangereux comme Veolia Claye-Souilly et par les exploitants d'incinérateur comme Suez St Thibault des Vignes .

 
Pour tous renseignements complémentaires
 nous vous conseillons de contacter
votre député
Rodrigue Kokouendo
 
 

Paru sur le site Reporterre :

Le gouvernement supprime la taxe sur les activités polluantes et les installations classées

 

26 octobre 2017 
 

 

 

Les industriels pollueurs peuvent se frotter les mains : Le gouvernement supprime la taxe sur les activités polluantes et les installations classées !

Les députés ont adopté, samedi 21 octobre, un amendement gouvernemental au projet de loi de finances pour 2018 (PLF 2018) qui supprime les deux composantes de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). L’une est recouvrée au moment de la délivrance de l’autorisation, l’autre, chaque année, au titre de l’exploitation de l’installation.

Le gouvernement met en avant plusieurs arguments pour justifier cette suppression. D’abord, le rendement faible (19 miilions d’€ en 2016) de la taxe et sa baisse (la recette était de 25 M€ en 2014) en raison du passage d’un nombre important d’installations du régime d’autorisation à celui d’enregistrement, qui est non taxé. Ensuite, son caractère non incitatif. Les deux composantes se fondent « d’une part, sur les projets et, d’autre part, sur l’existence de l’installation et non sur les niveaux de pollution des installations soumises aux prélèvements », justifie l’exécutif. Ce dernier omet toutefois de préciser que des coefficients multiplicateurs sont censés prendre en compte les différents degrés de nuisances des installations pour la composante « exploitation » de la taxe. Celle-ci représente la majeure partie de son produit (17 M€).

Enfin, le gouvernement met en avant la charge administrative qui repose sur l’inspection des installations classées chargée du recouvrement de la taxe. Une tâche qui serait effectuée au détriment des activités de contrôle technique et d’instruction des demandes, qui constituent les missions principales de ce corps d’inspection.

 

https://reporterre.net/Le-gouvernement-supprime-la-taxe-sur-les-activites-polluantes-et-les

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 11:55

 

 

Le site ICPE (1) du ministère de l’environnement répertorie les entreprises soumises au régime d’enregistrement ou autorisation.

 

Sur les 7 entreprises ayant subi un incendie ces 5 derniers mois

5 ne sont pas répertoriées sur ce site :

 

SFRM à Thorigny sur Marne, First Plast à Chelles, Frasnier à Compans,

Le Menu Dubreuil à Ozoir la Ferrière, Newrest à Mesnil Amelot

 

 

Pourquoi ?

 

Ce sont les entreprises soumises au régime de déclaration.

Des entreprises considérées par l’ETAT comme peut-être moins dangereuses.

 

 

 

Dans un rapport de 2015 du Conseil Général de l'Environnement et du Développement Durable CGEDD (2) nous apprenons : 

 - que 10 % de ces installations doivent faire réaliser un contrôle tous les 5 ans par un

organisme extérieur agréé par l’ETAT  mais que seulement 1/5 de ces installations s’y soumettraient

- Qu’aucune fréquence minimale d’inspection n’est fixée par l’ETAT

- Que la fréquence moyenne de contrôle de ces entreprises est comprise entre une fois tous les 90 ans et une fois tous les 100 ans.  

 

                                               Pourquoi si peu de contrôles ?

 

 

Le ministère de l’écologie ne donne pas les moyens humains nécessaires à ses services

pour réaliser régulièrement des contrôles dans ces entreprises.

 

En plus sur ce secteur du nord-ouest 77 les services de la DRIEE qui contrôlent ces installations sont en sous effectifs, depuis des décennies.

 

 

 

Les députés de ce secteur doivent demander à Nicolas Hulot des moyens humains  supplémentaires pour mieux protéger les riverains de ces installations.

 

 

 

 

Si vous souhaitez faire avancer ce dossier

nous vous conseillons de les contacter

il s’agit de :

 

Stéphanie DO

Jean Michel FAUVERGUE

Rodrigue KOUENDO

Tous trois du mouvement « En Marche »

 

 

 

 

 

 

(1) http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/rechercheICForm.php

(2)  p 32 http://www.modernisation.gouv.fr/sites/default/files/epp/epp_police-environnement_rapport.pdf

 

 

 

 

Incendie le dimanche 4/6/2017

dans un centre de compostage de déchets Frasnier

à Compans (77)

http://adenca.over-blog.com/2017/06/7eme-circonscription-de-seine-et-marne-village-rural-martyr-de-compans-feu-dans-une-entreprise-de-compostage-de-dechets-a-proximite

 

 Incendie le samedi 10/6/2017

dans l’imprimerie Rotofrance de Lognes

http://adenca.over-blog.com/2017/06/nord-ouest-77-incendie-rotofrance-dans-quel-etat-se-trouvait-l-installation-electrique-l-industriel-avait-il-respecte-la-mise-en-dem

 

Incendie jeudi 15/6/2017

dans l’imprimerie «  Le Menu Dubreuil » d’Ozoir la Ferrière

http://adenca.over-blog.com/2017/06/ozoir-la-ferriere-2eme-incendie-en-quelques-jours-dans-une-imprimerie-du-nord-ouest-77.html

 

 

Incendie le jeudi 13/7/2017

dans  l’entrepôt Nemrest de Mesnil Amelot

http://adenca.over-blog.com/2017/07/des-incendies-en-serie-dans-plusieurs-entreprises-au-nord-ouest-77-le-dernier-en-date-l-entrepot-newrest-a-mesnil-amelot.html

 

 

 

Incendie le samedi  30/7/ 2017

dans la décharge Veolia de Claye-Souilly (77)

 

http://adenca.over-blog.com/2017/07/incendie-samedi-et-dimanche-dans-la-decharge-veolia-claye-souilly-des-pompiers-de-4-casernes-deplaces-pour-eteindre-le-sinistre.html

 

 

 Incendie le vendredi 22/9/2017

dans l’entrepôt First Plast de Chelles (77)

http://adenca.over-blog.com/2017/09/apres-la-decharge-veolia-de-claye-souilly-c-est-aujourd-hui-un-grave-incendie-qui-s-est-declare-dans-la-zone-industrielle-de-chelles

 

 

 

 

   Paru dans Actu.fr :

 

Thorigny-sur-Marne. D’importants moyens déployés par les pompiers pour venir à bout de l’incendie d’entrepôt

 

Un violent incendie s'est déclaré, vendredi 27 octobre dans la soirée, dans un entrepôt de Thorigny-sur-Marne. Une enquête a été ouverte pour comprendre l'origine des flammes.

 

 

Publié le 28 Oct 17 à 10:49|Modifié le 28 Oct 17 à 10:49

 

 

Nord-Ouest 77 : Incendies en séries dans des entreprises depuis plusieurs mois, le dernier en date SFRM à Thorigny sur Marne  ce 27 octobre !

Illustration – 54 pompiers ont été déployés pour venir à bout de l’important incendie qui s’est déclaré dans un entrepôt de Thorigny-sur-Marne (©Franck Desprez / Sdis 77/archives)

 

 

 

 

Les pompiers ont mis plus de huit heures pour venir à bout des flammes. Un violent incendie dont l’origine n’est pour le moment pas déterminée s’est produit, ce vendredi 27 octobre dans la soirée, dans la commune de Thorigny-sur-Marne, dans le nord de la Seine-et-Marne. D’importants moyens ont été déployés par les soldats du feu pour intervenir dans un entrepôt de 1 500 m2, qui abrite la société SFRM.

 

Cinquante-quatre pompiers ont été mobilisés pour circonscrire l’incendie qui a finalement été maîtrisé vers 4 heures du matin. Une enquête a été ouverte par la police pour comprendre l’origine de l’incendie qui a touché cette société spécialisée, qui, sur Internet, indique proposer des équipements de manutention.

Ce samedi matin, les pompiers étaient toujours sur place et la police attendait le feu vert afin de pouvoir réaliser des prélèvements nécessaires dans le cadre des investigations, menées par le commissariat de Lagny-sur-Marne. Selon les forces de l’ordre, il n’y a pas eu de dégagement de produits toxiques et l’incendie n’a pas nécessité d’évacuation.

Fin septembre, un spectaculaire incendie avait déjà touché une entreprise dans le nord du département,dans la zone industrielle de la commune de Chelles.

 

 

https://actu.fr/ile-de-france/thorigny-sur-marne_77464/thorigny-sur-marne-dimportants-moyens-deployes-par-pompiers-venir-bout-lincendie-dentrepot_13194661.html

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 14:53
WIPELEC POMPONNE :   Des riverains dans l'angoisse  qui réclament depuis plusieurs années  la mise en sécurité du site

 

 

 

WIPELEC POMPONNE

 

Des riverains dans l'angoisse

qui réclament depuis plusieurs années

la mise en sécurité du site

 

 

L'affaire Wipelec ne cesse d'avoir des ramifications sur 3 sites de l'Est Parisien, après Romainville et Meaux ( près d'une crèche), c'est aujourd'hui à Pomponne que l'ETAT va faire réaliser  des analyses  de l'air ambiant dans les  maisons riveraines de l'usine.

 

Une fois de plus ce sont les contribuables qui vont payer ces analyses et non l'industriel pollueur Wipelec qui, depuis plusieurs années, ne donne pas suite aux diverses mises en demeure de la préfecture.

 

 

 

Pour toutes informations complémentaires

nous vous conseillons de vous rapprocher

du député de cette circonscription

Rodrigue KOKOUENDO


 

Paru sur le site BASOL :

WIPELEC: 
16, rue Eugène Gaudineau

77 POMPONNE


L'activité de la société WIPELEC consistait à fabriquer des pièces de grande précision pour l'industrie de l'électronique.
Cette activité peut se décomposer en deux secteurs :
- découpe chimique,
- traitement de surface.

En juillet 2012, la société WIPELEC a transmis à Madame la Préfète de Seine-et-Marne le mémoire de cessation d'activité du site de POMPONNE.

Description qualitative :
Par arrêté préfectoral en date du 23 février 1999, la société WIPELEC devait réaliser un diagnostic initial et une évaluation simplifiée des risques pour son établissement.

Un arrêté préfectoral complémentaire relatif à la surveillance des eaux souterraines a été pris en date du 7 juillet 2004.

Les résultats de la surveillance n'ont pas appelé d'actions particulières.

Suite à l'arrêt des activités du site, le repli définitif des installations techniques et le nettoyage du site étaient prévus pour fin septembre 2012.

L’inspection du 3 décembre 2013 a mis en évidence que l'exploitant n’avait pas pris toutes les dispositions pour mettre en sécurité le site (trous dans la clôture, déchets et produits présents sur le site...). Dans ce contexte, un arrêté préfectoral de mesures d’urgence imposant la mise en œuvre de mesures visant à mettre en sécurité le site et à transmettre un rapport explicitant les mesures prises et comportant tous les justificatifs nécessaires a été signé le 8 janvier 2014. 

Concernant l'usage futur du site et sa réhabilitation, dans son mémoire transmis le 9 juillet 2012, la société WIPELEC indique que compte tenu des résultats de la surveillance des eaux souterraines au droit du site réalisée jusqu'en 2011, il n'est pas nécessaire de procéder à de nouvelles investigations. 

Toutefois, au vu des anciennes activités exercées par la société WIPELEC mettant en œuvre des produits chimiques destinés notamment à l'activité de traitement de surfaces, des conditions de stockage et de manipulation des produits et de l'incendie ayant eu lieu en 2012, de la situation du site à proximité d’habitations et de la Marne, l'arrêté préfectoral complémentaire du 28 mars 2014 impose à l'exploitant de réaliser des investigations complémentaires dans les sols (y compris gaz du sol) et les eaux souterraines et d'appréhender l’état des pollutions des milieux et des voies d’exposition aux pollutions au regard des activités et des usages constatés.

La visite d'inspection réalisée le 13 février 2014 a permis de constater que le site n'avait pas totalement été mis en sécurité. Un arrêté préfectoral de mise en demeure imposant à l'exploitant de respecter l'arrêté préfectoral de mesures d'urgence du 8 janvier 2014 a été signé le 3 avril 2014.

En l'absence d'information ou de justification et suite à une intrusion sur le site, une nouvelle visite d'inspection a été diligentée le 3 mars 2015. Cette visite a permis de constater que le site n'était toujours pas mis en sécurité malgré la condamnation des accès, les produits chimiques et déchets n'étant pas évacués. Aussi, pour le non respect de la mise en demeure signée en date du 3 avril, il a été décidé par arrêté préfectoral du 13 mai 2015 de prendre à l'encontre de la société WIPELEC des sanctions administratives sous la forme d'astreinte journalière jusqu'à satisfaction de la mise en demeure. Un arrêté de mise en demeure imposant à l'exploitant de respecter l'arrêté préfectoral complémentaire du 28 mars 2014 pour la réalisation d'un diagnostic de l'état des sols a également été pris en date du 13 mai 2015.

Le 11 mars 2016, la mairie de Pomponne a alerté la DRIEE de l'occupation du site par les gens du voyage. Un arrêté préfectoral d'expulsion a été pris. Les forces de l'ordre ont évacué les caravanes le 15 mars 2016.

Une nouvelle visite d'inspection a été réalisée le 30 mai 2016, à la suite de laquelle l'exploitant s'est engagé à mettre en sécurité le site et réaliser le diagnostic de l'état des milieux d'ici fin septembre 2016.

Devant la persistance de la non mise en sécurité du site, de nouvelles sanctions administratives ont été prises à l'encontre de l'exploitant par arrêté préfectoral du 13 février 2017 consistant à une consignation de sommes répondant du coût de l'évacuation et du traitement des déchets encore présents sur site d'une part et de la réalisation d'un diagnostic de l'état des milieux d'autre part.


Suite à des plaintes de riverains, des analyses de l'air ambiant dans les habitations riveraines ont été mandatées par l’État en octobre 2017 à un laboratoire compétent.

 

http://basol.developpement-durable.gouv.fr/fiche.php?page=5&index_sp=77.0026

 

Partager cet article
Repost0

Recherche