Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 18:29
12.6.2018 parking derrière la pharmacie

12.6.2018 parking derrière la pharmacie

 

 

 

Enquête publique su 16 juin au 16 juillet 2018  portant sur la demande de renouvellement de l'autorisation de rejet des eaux pluviales de la plate-forme aéroportuaire de Paris Charles de Gaulle située sur les départements du Val-d'Oise, de la Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne.

 

 

Sans concertation avec les populations, sans réunions publiques, l’enquête publique se tiendra pour partie pendant les vacances scolaires.

 

 

 

Au point où vous en êtes

 un peu plus

 un peu moins d’eau

dans

la Beuvronne !

 

 

 

Pour sécuriser certains de ses sites ADP Roissy a besoin d’imperméabiliser 125 000 m2 (12.5 hectares), une paille : environ 16 terrains de foot.

 

 

Mais pour ce faire ADP doit trouver une rivière pour renvoyer ce surplus d’eaux pluviales qui ne pourra pas s’infiltrer dans le sol.

 

 

L’industriel indique pour une pluie centennale une quantité supplémentaire

d’eau de 8025 m3 ( aucune étude hydraulique n’est jointe pour justifier ce chiffre).

 

 

ADP a choisi la Reneuse (affluent de la Beuvronne) pour évacuer son surplus d’eaux pluviales, il faut que vous compreniez qu’il serait impensable d’évacuer cette eau vers le département 93 (ru du Sausset), la population y est beaucoup trop importante, il faut que vous l’acceptiez, c’est au titre de ladite « solidarité nationale » pour sécuriser l’aéroport.

 

 

 

Et votre sécurité à vous ?

Les risques d’inondations

 les risques de rupture des barrages

du Vor et des Renardières

 

ADP en parle peu, sinon presque pas.

 

 

 

Voyons

il ne faut surtout pas ameuter

les populations.

 

 

 

Manque de chance pour l’industriel, suite à de fortes pluies Claye-Souilly a subi  cette semaine d’importantes inondations en centre ville, de mémoire d’anciens, l’eau n’était pas montée aussi haut dans les parkings bordant la Beuvronne, depuis des lustres.

 

 

12.6.2018 parking derrière la caisse d'épargne

12.6.2018 parking derrière la caisse d'épargne

Si vous souhaitez vous pourrez rencontrer les commissaires enquêteurs et indiquer vos observations sur un cahier d’enquête publique qui est à votre disposition au service de l’urbanisme de la mairie de Claye-Souilly et dans plusieurs autres communes.

 

 

Communes et horaires de consultation

https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/DOSSIER-A.awp?P1=EP18213&AWPIDEEA696BA=205F45B9E64B311506B983FD328C45E22918C07D

 

 

Documents à consulter

https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/DOSSIER-A.awp?P1=EP18213&AWPIDEEA696BA=205F45B9E64B311506B983FD328C45E22918C07D

Partager cet article
Repost0
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 21:39
Inondations  le collège des Tourelles évacué

Inondations le collège des Tourelles évacué

parking du centre ville derrière la boucherie

parking du centre ville derrière la boucherie

parking du centre ville derrière la pharmacie

parking du centre ville derrière la pharmacie

Partager cet article
Repost0
8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 10:23
 

Le secrétaire d’État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu , s'inquiète des problèmes d'inondations dans l'Eure, du bétonnage des terres agricoles et de l'absence de PPRI (Plan Prévention Risque Inondation) dans le sud de ce département, mais quant il s'agit de l'extension de l'Aéroport de Roissy on ne l'entend pas, ni même Nicolas Hulot, ministre de l'écologie,

 

Les habitants du bassin Beuvronne

seraient-il considérés

comme des populations de 2ème zone ?

 

Les inondations à répétition, cette année, sur la communes d'Annet sur Marne et celles supportées il y a quelques années par les populations de Claye-Souilly ne devraient-elles pas être prises en considération dans le cadre d'un PPRI ?

 

Les risques pour les habitants de Mitry-Mory et Claye-Souilly, en cas de rupture du barrage des Renardiéres, ne devraient-elles pas être pris en considération  dans le cadre d'un PPRI ?

 

 

Paru sur le site Ouest France :

Eure. Après les orages, Sébastien Lecornu fixe un cap

Gilles MOTTEAU.

Modifié le 07/06/2018 à 17h53

Publié le 07/06/2018 à 14h36

Le secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire était présent ce jeudi matin 7 juin 2018 à Évreux puis Breteuil pour un point de situation, après la crue de l’Iton. Le département est repassé en vigilance jaune aux crues.

L’Eure a subi d’importants dégâts après les orages qui ont frappé en début de semaine, faisant un mort.   Le département était placé, ce jeudi 7 juin 2018, en vigilance orange aux crues, jusqu’à 16 h. Il est repassé en fin d’après-midi en vigilance jaune. « Si on continue à bétonner comme ça et à supprimer des terres agricoles, on ne s’en sortira pas, a asséné à plusieurs reprises Sébastien Lecornu, le secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, lors de sa visite, jeudi 7 juin 2018, au centre opérationnel de crise de la préfecture de l’Eure.  On voit bien, à travers cet épisode douloureux pour certains, toute l’utilité que peuvent avoir les zones humides. »

« On va devoir être plus rigide »

Au-delà de la compassion envers les victimes de cet épisode de crue de l’Iton dans le secteur de Breteuil notamment, Sébastien Lecornu a clairement endossé le costume de membre du gouvernement, à l’occasion de sa visite à Évreux.  « On va devoir être plus rigide sur ces problématiques et saisir la Chambre d’agriculture, mais aussi les collectivités territoriales et l’État », a poursuivi le secrétaire d’État et ex-président du conseil départemental de l’Eure, qui s’est étonné que le sud de l’Eure ne soit pas encore pourvu de plan de prévention des risques d’inondations (PPRI).  « Il est nécessaire de finir rapidement ce cycle de PPRI, comme il semble opportun de proposer une formation aux maires et agents des petites communes qui ne peuvent pas se référer à d’importants services, comme c’est le cas dans les grandes collectivités. »

 

https://www.ouest-france.fr/normandie/evreux-27000/eure-sebastien-apres-les-orages-sebastien-lecornu-fixe-un-cap-5809285

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 13:59

 

Ironie du sort ces 2 communes, qui « accueillent » chacune sur leur territoire des décharges et donnent des avis favorables pour leur extension, investissent tant et plus dans les fleurs pour participer au concours des villes et villages fleuris et obtenir en récompense« 1 à 4 fleurs ».

 

Des fleurs

qui voudraient cachées

les décharges

et la dégradation de l'environnement ?

 

Etre favorable à l'implantation ou l'extension de décharges, cela peut rapporter gros financièrement à une commune et permettre à son maire de boucler son budget sans trop de difficultés, mais du côté environnement, c'est une autre affaire.

 

La décharge ECT d'Annet sur Marne est l'une des illustrations des problèmes posés par ce type d'exploitation.

 

Hormis les diverses pollutions sol, air, rivières,,,, causées par ce type d'industrie polluante, il y a aussi le bruit des milliers de camions qui chaque année fréquente le site et puis à chaque orage ou pluie importante la fermeture de la RD 418 pour cause d'inondations.

 Les eaux de ruissellement, en provenance des champs, se trouvant face à la montagne de déchets,  stagnent sur la route.

 

 

 Béatrice Abollivier, préfète du 77, va-t-elle enfin prendre des mesures nécessaires pour faire cesser cette situation intolérable pour les usagers de cette route ?

 

 

 

 

 

Paru dans le Parisien 77

 

Annet-sur-Marne : une route coupée à cause des inondations

Claye-Souilly/Annet sur Marne, l'envers du décor : une nouvelle fois la D 418 coupée pour inondations, près de la décharge ECT !

 

Annet-sur-Marne, mercredi 6 juin 2018. La circulation a été coupée sur la D418 entre Claye-Souilly et Annet-sur-Marne à cause d’une inondation. LP/Hendrik Delaire

 

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/annet-sur-marne-une-route-coupee-a-cause-des-inondations-06-06-2018-7756032.php

 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 14:06
MESSY (secteur de Moulignon) : risques de pollution de la Beuvronne après les inondations et coulées de boues ?
Les pompiers ce matin à Messy

Les pompiers ce matin à Messy

Coulées de boue chez un artisan peintre

Coulées de boue chez un artisan peintre

Ancien site occupé par l'entreprise Gressy Auto Prestige envahi par la boue

Ancien site occupé par l'entreprise Gressy Auto Prestige envahi par la boue

 

L'orage important de cette nuit sur les communes de Messy et alentours a provoqué dans la nuit des inondations et coulées de boues.

Plusieurs entreprises situées au lieudit "Moulignon" à Messy ont été particulièrement touchées par ces inondations et coulées de boue.

En fin de matinée les pompiers étaient toujours sur site au côté des dirigeants d'entreprises.

 

C'est sur ce secteur que se trouvait l'entreprise Gressy Auto Prestige qui démontait des véhicules hors d'usage sans posséder d'agrément et dont le site était dépourvu de dispositif de rétention des eaux polluées.

 

A la suite de nombreuses mises en demeure de la préfecture, cette entreprise a quitté le site il y a quelques mois  mais sans le débarrasser complètement. 

 

Des produits polluants

étaient-ils encore stockés dans les locaux

de Gressy Auto Prestige

et ont-ils été évacués avec les eaux ?

 

Nous n'en savons rien.

 

Pour plus d'informations, nous vous conseillons de contacter

Jean-Lou SZYSZKA

Maire de Messy

qui était ce matin sur site.

 

Pour aller plus loin : 

http://adenca.over-blog.com/article-l-entreprise-gressy-auto-prestige-a-t-elle-polluee-la-beuvronne-124769622.html

http://adenca.over-blog.com/2015/04/messy-une-installation-illegale-dans-un-village-rural-au-bord-de-gressy.html

http://adenca.over-blog.com/2015/08/messy-installation-illegale-plutot-que-de-fermer-le-site-l-etat-prefere-encaisser-9700.html

 

 

Le champ situé devant le moulin de Moulignon transformé en étang

Le champ situé devant le moulin de Moulignon transformé en étang

La Beuvronne à Gressy

La Beuvronne à Gressy

Partager cet article
Repost0
13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 17:26
10.2.2018 Mareuil Les Meaux : à droite inondations de la Marne, à gauche   le canal de Chalifert près à se rejoindre

10.2.2018 Mareuil Les Meaux : à droite inondations de la Marne, à gauche le canal de Chalifert près à se rejoindre

Partager cet article
Repost0
11 février 2018 7 11 /02 /février /2018 19:25
11/2/2018 Claye-Souilly

11/2/2018 Claye-Souilly

11/2/2018 vers 14 heures  RD 418  Annet sur Marne au bord de la décharge ECT

11/2/2018 vers 14 heures RD 418 Annet sur Marne au bord de la décharge ECT

 

 

C’est la 3ème fois en  20 jours que la RD 418 a été coupée pour cause d’inondations au pied de la décharge ECT.

 

Déjà le 31/5/2016 cette route avait été coupée pour inondations au même endroit.

 

 

 

 

Christian Marchandeau

Un maire aux abonnés absents ?

 

 

 

Quant il s’agit de conclure des conventions financières entre sa commune et l’exploitant de décharge ECT, pas de problèmes, mais quand il s’agit de résoudre les problèmes d’inondation de la RD 418 au niveau de la décharge ECT, on n’entend pas Christian Marchandeau.

 

Christian Marchandeau est-il allé contrôler si ECT avait bien réalisé les fossés prévus le long de sa décharge, avec la bonne pente permettant d’évacuer les eaux de ruissellements vers l’affluent de la Beuvronne ?

 

Christian Marchandeau a-t-il alerté la préfecture pour demander qu’une inspection soit réalisée sur cette décharge pour contrôler la conformité des installations et notamment des fossés d’évacuation des eaux de ruissellements ?

 

Nous n’en savons rien

 

 

Ce que nous savons c’est la 3ème fois en  20 jours que la RD 418 est coupée entre Claye-Souilly et Annet sur Marne et que des matériels doivent pomper l’eau qui n’arrive pas à s’évacuer.

 

Est-ce le contribuable

 qui va payer

l’addition ?

 

 

Pour tous renseignements complémentaires

 nous vous conseillons de vous rapprocher

de Monsieur le Maire

d’Annet sur Marne

 

 

 

 

 

 

 

 

Annet sur Marne inondations au pied de la décharge ECT, une nouvelle fois la RD 418 coupée entre Claye-Souilly et Annet sur Marne : Christian Marchandeau, un maire aux abonnés absents ?
Partager cet article
Repost0
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 10:25
ZI de Lagny sur Marne/Saint Thibault des Vignes et inondations 2018 : Les mâchefers et autres déchets stockés à 30 m de la Marne par Yprema ont-ils été inondés ?

 

Lagny sur Marne 4/6/2016, Yprema sur la photo à l’avant entre les arbres et à l’arrière l’incinérateur d’ordures ménagères,ce jour là, les eaux de la Marne étaient inférieures d’environ 1m par rapport à la crue de cette année, et inférieures de plus de 2m par rapport à la crue de 1910 (2)

 

 

 

Yprema a été autorisée par arrêté préfectoral du 17/8/1999 à exploiter un centre de transit et de traitement de mâchefers d’incinération.

 

En 2008 il a été constaté lors d’une inspection que l’entreprise stockait des terres inertes sans y être autorisée.

 

Puis le 9/12/2008  l’ETAT demande à Yprema de lui fournir son étude d’impact et de dangers mise à jour, sous 3 mois, mais Yprema  mettra 17 mois à fournir l’étude complète.

 

Alors que cette société est située pour partie dans une zone inondable concernée par le plan de prévention risques inondation, le préfet autorisera le 3/4/ 2013 l’entreprise à stocker des mâchefers et des terres inertes  en bordure de Marne (à plus de 30 mètres du bord, à la côte minimum NGF 42.40)

 

Mais Yprema ne respectera pas cette obligation et fera l’objet d’une mise en demeure en 2014 et d’un arrêté de sanction le 26/11/2015.

 

Le 1/12/2016 deux nouveaux arrêtés préfectoraux seront  pris qui constateront entre autres qu’ Yprema entreposait toujours des déchets inertes à moins de 30 m des bords de Marne…..

 

 

Qu’en est-il aujourd’hui alors que la Marne déborde ? (1)

Quels risques de pollution de l’eau de la Marne ?

Quels risques pour le captage de l’eau de Neuilly sur Marne ?

 

Nous n’en savons rien.

 

 

A  la lecture du plan de prévention inondation (1), nous ne pouvons qu’être inquiets.

 

En effet on peut lire page 10 :

«la zone rouge dans laquelle les possibilités de construction sont extrêmement limitées ; elle regroupe d'une part les secteurs d'aléas très forts (hauteurs de submersion supérieures à 2 m) et d'autre part des secteurs de moindre aléa délimités sur le plan, mais suffisamment proches du lit mineur pour que les vitesses y soient également très élevées en période de cru. En l’absence de connaissance précise de la zone de fort écoulement, une bande de 40 mètres à partir du haut de la berge du lit mineur a été instaurée, à titre conservatoire, le long de certains tronçons de la Marne, dans les zones autres que les centre urbains, les zones urbaines denses ou la ZAC de Saint-Thibault-des-Vigne»

 

 

Pour faire court l’ETAT a autorisé l’implantation d’entreprises en bordure de Marne alors qu’il ne connaît pas précisément la zone de fort écoulement des eaux en période de crue.

 

 

Car Yprema n’est pas la seule entreprise à être implantée en bordure de Marne dans la zone industrielle de Lagny sur Marne/St Thibault des Vignes,  on trouve également :

 

- l’incinérateur d’ordures ménagères Sietrem qui stocke des  gaz inflammables en réservoirs

- l’entreprise  de bitume Enrobés de l’Est qui utilise de la houille, des matières bitumineuses et qui possède 5 cuves sur le site dont nous ne connaissons pas le contenu.

- l’usine Eqiom Bétons (ex Holcim)

 

 

 (1) PPRI

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7503/48649/file/Pomponne_StThibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7451/48441/file/Pomponne_StThibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7568/48909/file/REG_Isles_Villenoy_St_Thibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7555/48857/file/NOT_Isles_Villenoy_St_Thibault.pdf

 

 Sources Vigicrues, écluse de Chalifert et Gournay sur Marne

http://www.vigicrues.gouv.fr/niveau3.php?CdEntVigiCru=7&CdStationHydro=F662000101

http://www.vigicrues.gouv.fr/niveau3.php?CdEntVigiCru=7&CdStationHydro=F664000104

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 11:44

 

 

 

Dans le rapport  GEIDE (1) « Les déchets des inondations du 28 mai au 5 juin 2016 dans les bassins amont de la Seine et de la Loire » on apprend que lors des inondations de 2016 l’incinérateur de Saint-Thibault-des-Vignes (Seine-et-Marne) a été inondé par remontée du réseau. Le local de stockage de réactif (bicarbonate de sodium) nécessaire au traitement des fumées a été touché.

 

 

Qu’en est-il aujourd’hui alors que la station Vigicrues de Chalifert, en amont de St Thibault des Vignes annonce une crue supérieure d’un mètre  à celle de 2016 ?

 

Comment l’ETAT a-t-il pu autoriser l’implantation de cet  incinérateur d’ordures en bordure de la Marne, en amont de la plus importante station de pompage d’eau de l’est parisien ?

 

Quels risques pour le captage d’eau de Neuilly sur Marne ?

 

A toutes ces questions

les populations attendent des réponses.

 

 

 

A la lecture du plan de prévention inondation (2), nous ne pouvons qu’être inquiets.

 

En effet on peut lire page 10 :

«la zone rouge dans laquelle les possibilités de construction sont extrêmement limitées ; elle regroupe d'une part les secteurs d'aléas très forts (hauteurs de submersion supérieures à 2 m) et d'autre part des secteurs de moindre aléa délimités sur le plan, mais suffisamment proches du lit mineur pour que les vitesses y soient également très élevées en période de cru. En l’absence de connaissance précise de la zone de fort écoulement, une bande de 40 mètres à partir du haut de la berge du lit mineur a été instaurée, à titre conservatoire, le long de certains tronçons de la Marne, dans les zones autres que les centre urbains, les zones urbaines denses ou la ZAC de Saint-Thibault-des-Vigne»

 

 

Pour faire court l’ETAT a autorisé l’implantation de cet incinérateur en bordure de Marne alors qu’il ne connaît pas précisément la zone de fort écoulement des eaux en période de crue.

 

 

 

(1) http://207.204.5.11/wp-content/uploads/Dechets-inondations-Seine-Loire-GEIDE-RdB-mai-2017.pdf

(2) PPRI

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7503/48649/file/Pomponne_StThibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7451/48441/file/Pomponne_StThibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7568/48909/file/REG_Isles_Villenoy_St_Thibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7555/48857/file/NOT_Isles_Villenoy_St_Thibault.pdf

 

4.6.2016 Vue sur l'incinérateur de St Thibault des Vignes alors que la crue était inférieure d'un mètre à celle de 2018

4.6.2016 Vue sur l'incinérateur de St Thibault des Vignes alors que la crue était inférieure d'un mètre à celle de 2018

Partager cet article
Repost0
6 février 2018 2 06 /02 /février /2018 17:48
31.1 2018 .Annet sur Marne ruelle du Marais

31.1 2018 .Annet sur Marne ruelle du Marais

 

 

Quand la Marne est haute, les eaux de la Beuvronne ne peuvent plus s’y écouler et reviendraient par les fossés vers Annet sur Marne.

 

Depuis des années les associations environnementales demandent qu’une étude du risque inondation soit réalisée sur cette rivière, mais l’ETAT, les collectivités territoriales et les communes font la sourde oreille.

 

L’argent en question ?

 

Une étude cela coûte chère et personne

ne semble vouloir

mettre la main à la poche.

 

 

Depuis la construction de l’aéroport de Roissy, cette petite rivière Beuvronne est très sollicitée.

 

 

On apprend notamment que :

- « Dès la création de l’aéroport, l’écoulement des eaux et les capacités d’évacuation des réseaux de la plateforme ont été prévu pour faire face aux précipitations de fréquence décennale…. (1) »

 

Bien qu'ADP n'ait pas prévu dès la création de l'aéroport un réseau d'évacuation des eaux pour faire face à une crue centennale, les bassins versants du futur aéroport seront  pourtant modifiés pour envoyer encore plus d’eaux de ruissellement vers la Reneuse, c' est  160 hectares d’eau de ruissellement  supplémentaire qu'ADP fera supporter à la Beuvronne .

Ce qui donnera une répartition des eaux de ruissellement de :

- 88 % vers La Beuvronne (Reneuse) bassin versant Marne

- 12%  vers le ru du Sausset bassin versant Seine (2)

 

 

Pourtant les inondations de la Beuvronne sont bien connues, déjà en 1461 puis d’autres crues se succédèrent 1573, 1589,1594, 1608, 1649 et l’importante crue de 1658….Et encore celles de 1784, 1910, 1955,1958, 1983…..

 

Ironie du sort l’Ile de France a mis en place un plan « Territoires à risques inondations » mais la  commune d’Annet sur Marne n’est pas concernée par ce plan.

 

Ce qui veut dire qu’aucunes réunions n’ont été organisées par l’ETAT entre les associations environnementales, élus et services de l’Etat pour établir un plan de protection des populations et des biens sur ce secteur en cas d’inondations importantes.

 

 

Il faut bien que vous compreniez que le  village rural d’Annet sur Marne ne compte qu’environ 3000 âmes, mettre en place un tel plan pour protéger si peu d’habitants, est-ce vraiment nécessaire ?

 

Les sinistrés d’Annet sur Marne doivent savoir que l’ETAT doit faire des priorités.

 

Pourtant difficile à comprendre la position de l’ETAT lorsqu’on apprend qu’un tel plan de protection a été mis en place  dans des communes des Yvelines qui comptent bien moins d’habitants comme Nezel (1042 hab), Mézy sur seine (1949 hab) ...

 

 

Les élus des Yvelines

auraient-ils mieux défendus

leurs administrés  ?

 

 

 

 

 (1) Dossier  de demande autorisation loi sur l’eau 1996 , Pièce 3 Page 4

(2) Dossier loi sur l’eau ADP 2006/2007

 

Sources :

- base de données historique sur les inondationhttp://bdhi.fr/appli/web/welcome

- inondations en France depuis le XIe siècle à nos jours par M. Champion 1859 (V. Dalmond et Dunod éditeurs)

 

 

Paru dans Mag Journal 77 :
Annet-sur-Marne ► Etat des lieux sur passerelles : le maire rend visite aux sinistrés de la crue

Le maire d’Annet-sur-Marne, Christian Marchandeau, et son premier adjoint, Jean-Luc Audé, ont rendu visite aux sinistrés de la crue de la Marne,  jeudi 1er février.
 

Les élus ont procédé à un état des lieux, jeudi, dans la ruelle des Marais entièrement inondée depuis une semaine. L’eau atteint 60 centimètres de hauteur dans la rue et les jardins, et 80 dans les sous-sols. La Marne est située à 300 mètres de la route. Des passerelles ont été montées sur des parpaings pour que les riverains puissent se déplacer. Christian Marchandeau indique :  « Pour le moment, presque tout le monde est encore à la maison mais l’eau continue de monter. Nous avons dû relever les passerelles d’un cran ce matin ».

Les riverains ont encore le chauffage et l’électricité. « Nous avons pris la précaution dans ce quartier d’installer les compteurs électriques en hauteur. Ils sont encore hors d’eau » précise le maire.

L’eau remonte par les fossés

L’inondation ne proviendrait pas directement du confluent de la Seine mais de la Breuvonne qui s’y jette et se déleste par les fossés. Christian Marchandeau explique : « Quand la Marne est haute, l’eau revient par les fossés. S’ajoutent également l’eau de pluie qui ne s’infiltre plus et celles des nappes phréatiques qui remontent ». La zone est classée au deuxième degré en risque d’inondation. « On n’a plus de droit de construire sauf si le projet améliore la protection des habitants ou vient amoindrir les risques » ajoute encore le maire. Ainsi, la municipalité pourrait accepter des projets d’extension de l’étage d’une maison en rendant le sous-sol inconstructible……


En savoir plus sur http://www.magjournal77.fr/annet-marne-etat-des-lieux-sur-passerelles-le-maire-rend-visite-aux-sinistres-de-la-crue/#zZaPTY86S9kcvZIX.99

 

Partager cet article
Repost0

Recherche