Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 11:11
Inondations Annet sur Marne  RD 418  le 11.2.2018 près de la décharge ECT

Inondations Annet sur Marne RD 418 le 11.2.2018 près de la décharge ECT

 

A la lecture du compte-rendu du conseil municipal d'Annet sur Marne du 11 avril dernier on apprend qu'ECT n'aurait pas réalisé les fossés prévus au dossier Loi sur l'eau et qu'il va le faire.

 

Déjà en 2016 cette route avait été inondée

mais pourquoi ces travaux n'avaient pas été réalisés ?

 

Pourtant les élus d'Annet sur Marne avaient en mains le dossier complet de demande d'autorisation dans lequel ces fossés étaient prévus.

 

Les élus d'Annet sur Marne et de Claye-Souilly qui ont donné un avis favorable à l'exploitation de cette décharge ne devraient-ils pas réfléchir à l'avenir aux dérèglements hydrauliques qu'engendrent ce type d'exploitation et ne plus  favoriser l'implantation de décharges afin de ne pas faire prendre des risques à leur population lors de fortes pluies engendrant des inondations ?

 

 

EXTRAIT COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL Mercredi 11 Avril 2018

 

DELIBERATION N° 2018-27, Informations affaires en cours, Installation de stockage de déchets inerte (ISDI), Lieudits Les Carreaux, Les Culées, Travaux ECT d’évacuation des eaux pluviales,

 

Le Maire informe le Conseil Municipal des travaux projetés par la Société ECT pour pallier les phénomènes d’inondations hivernales de la RD 418 entre Claye et Annet. En cas de pluies abondantes et persistantes, les eaux de ruissellement de part et d’autre de la voie, ne trouvent plus leur exutoire naturel d’écoulement dans le talweg transversal interrompu par le remblai de l’ISDI autorisé par arrêté préfectoral. En accord avec les Services départementaux concernés, et en fonction du relief, ECT va non seulement réaliser les fossés prévus au dossier Loi sur l’Eau acheminant les eaux de ruissellement dans la Beuvronne, mais aussi les canaliser sur 550 mètres linéaires (diamètre 1.000) avec exécutoires et bassin de rétention pour franchir les deux bosses comprises entre le point haut du projet (proche du TGV Est) et la portion en descente plongeant sur Annet. Le Conseil Municipal prend acte de cette perspective qui devrait garantir la non-submersion de la RD 418 en cas d’orages ou de pluies hivernales soutenues et souhaite une mise en œuvre rapide.

http://www.annetsurmarne.com/wp-content/uploads/2018/05/cr-2018-04-11.pdf

17.7.2018 Annet sur Marne travaux sur la décharge ECT

17.7.2018 Annet sur Marne travaux sur la décharge ECT

17.7.2018 Annet sur Marne travaux sur la décharge ECT près du TGV

17.7.2018 Annet sur Marne travaux sur la décharge ECT près du TGV

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 12:04
Inondations 12/6/2018 parking centre ville Claye-Souilly

Inondations 12/6/2018 parking centre ville Claye-Souilly

 

La préfecture vient de faire paraître la liste des communes reconnues en état de catastrophe naturelle, on peut y lire les noms d'Annet sur Marne, Jablines, Compans, Messy, Mitry-Mory....... mais pour l'instant Claye-Souilly ne figure pas sur la liste.

 

Nous apprenons par un article paru dans le journal « La Marne » que 95 communes avaient déposées une demande de reconnaissance en état de catastrophe naturelle, que 69 dossiers concernant 59 communes ont reçu un avis favorable et 14 dossiers un avis défavorable.

Certains dossiers sont encore à l'étude par la commission.

 

Claye-Souilly

se trouve-t-elle dans la liste des dossiers encore à l'étude ?

 

Pour le savoir, nous vous conseillons de contacter vos élus.

 

 

 

 

Voir sur le site de la préfecture la liste des communes reconnues en catastrophe naturelle.

 

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/33499/261966/file/20180727-liste%20collectivites%20declarees%20catnat.pdf

 

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2018 4 19 /07 /juillet /2018 12:50
12.6.2018 parking d'une supérette en contre ville de Claye-Souilly

12.6.2018 parking d'une supérette en contre ville de Claye-Souilly

 

 

Le président du syndicat de la Basse Beuvronne est Yves Albarello, maire de Claye-Souilly.

Le président de la Haute Beuvronne est Jean-Pierre Dormeau, adjoint au maire de Gressy.

 

 

Dans le contrat Bassin Beuvronne 2012-2016 il était prévu d’utiliser 90 millions d’euros pour nettoyer la Beuvronne.

 

On pouvait lire à la page 17

 

Claye-Souilly : après les importantes inondations du 12/6/2018, les syndicats de la rivière Beuvronne doivent dire comment ont été utilisés les 90 millions d’euros prévus pour nettoyer cette rivière !

 

 

Mais il ne faut pas croire que c’était le 1er contrat Bassin Beuvronne qui était signé, un autre

avait été signé en 2001 pour la période 2001-2006  et d’un montant de 29.27 millions d’euros.

https://www.lemoniteur.fr/article/seine-et-marne-signature-d-un-nouveau-contrat-de-bassin.85709

 

 

 

 

Après les importantes inondations de ces derniers jours, les élus doivent rendre des comptes, la population a le droit de savoir comment ont été utilisés leurs impôts.

 

 
 
Paru dans le Parisien 77 :
90 M€ pour nettoyer l’eau de la Beuvronne

faustine léo | 22 Juin 2012, 07h00 | MAJ : 22 Juin 2012, 06h53

 

L’artillerie est sortie pour améliorer la qualité de l’eau de la Beuvronne, ce cours d’eau de 25 km de long qui, de Cuisy à Annet-sur-Marne, traverse quinze communes des cantons de Dammartin et de Mitry et se déverse dans la Marne, à côté de la station de pompage d’eau potable.

Son affluent principal, la Biberonne, longue de 12 km, qui passe par six communes de Moussy-le-Neuf à Saint-Mesmes, est aussi concernée.

L’Agence de l’eau, la région et le département investissent 90 M€ sur cinq ans. Vingt-neuf communes s’associent à eux et signent aujourd’hui un contrat par lequel elles s’engagent à maîtriser les nuisances. Elles participeront aux actions à hauteur de 20%. Aéroports de Paris est aussi partie prenante car l’hiver il rejette, grâce à une dérogation, des eaux pluviales chargées en dégivrant, quand sa station de traitement est saturée.

Les eaux de la Beuvronne et de ses affluents sont considérées comme « mauvaises » depuis plus de dix ans, le niveau le plus élevé de pollution référencé. En cause, les rejets domestiques, industriels et agricoles mal maîtrisés sur le territoire. Les hydrocarbures du trafic routier drainés par les pluies sur l’A 104, la N2 et la N3 sont aussi en cause. Les syndicats des eaux du bassin se fédèrent donc pour agir. « Jusqu’à maintenant, tout le monde agissait dans son coin », regrette Yves Albarello, le maire de Claye-Souilly (UMP) et président du syndicat de la Basse Beuvronne.

Un meilleur réseau d’assainissement. Nombreux sont les réseaux vieillissants qui présentent des fuites qui se déversent dans la rivière. Il s’agit donc de les refaire, ce qui est coûteux, en séparant les eaux pluviales du réseau d’eau usées, notamment à Mitry-Mory et Villeparisis. « Nous avons déjà commencé, précise la mairie de Mitry-Mory. Ce sera long, nous avons 50 km de voirie. » Il faudra aussi réhabiliter les stations d’épuration, voire en construire.

Créer des bassins d’orage. Une grande partie de l’amélioration réside dans la collecte des eaux pluviales. Elle permettra aussi de lutter contre les inondations qui perturbent le secteur, comme à Villeparisis où un bassin doit récupérer les eaux et celles de la Francilienne. Il sera équipé de roseaux pour filtrer les molécules toxiques.

Protéger les sols. Les communes ont cinq ans pour peu à peu diminuer leur consommation de produits phytosanitaires et utiliser, par exemple, des brûleurs thermiques pour désherber. « Nous devons aussi convaincre de l’intérêt de faire des parkings végétalisés, qui permettent l’écoulement des eaux, et non en bitume », insiste la chargée de mission du projet.


Préserver les zones humides. Toutes ces actions permettront à l’écosystème des cours d’eau de ne pas disparaître. En plus, des aménagements spécifiques seront réalisés comme la création de mares, de noues ou de passes à poissons. « Nous sommes forcément contents que l’on veuille remédier aux pollutions, concède Jane Buisson de Nature Environnement 77. Mais nous voudrions que l’on s’attaque à elles à la source. »

 

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/90-meur-pour-nettoyer-l-eau-de-la-beuvronne-22-06-2012-2059910.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 12:28

 

 

 

La Haute Beuvronne se rejetant dans le canal de l'Ourcq à Gressy

Inondations 12/6/2018 centre ville Claye-Souilly : Yves Albarello aurait-il oublié que la majorité des eaux de la Haute Beuvronne se rejettent dans le canal de l’Ourcq ?

 

 

 

On peut lire, à la page 9, du bulletin, édité par la mairie de Claye-Souilly :

« J’aime Claye-Souilly le Mag » n° 121 de juin 2018 :

 

« L’eau provenant du bassin versant de la Haute Beuvronne a fait monter très rapidement le niveau de la rivière impactant sévèrement le Centre de loisirs Planète Oxygène »

 

 

Yves Albarello aurait-il oublié de dire que l’eau provenant de la Haute Beuvronne se rejette en majorité dans le canal de l’Ourcq, la ville de Paris peut en prélever jusqu’à 80 %.

La Beuvronne est la 1ère rivière qui alimente le canal de l’Ourcq.

 

 

 Yves Albarello semble avoir oublié de dire que les eaux qui arrivent vers le centre ville de Claye-Souilly proviennent en majorité de la Basse Beuvronne, secteur dont il est responsable en sa qualité de président du syndicat de la Bassse Beuvronne SIAERBB.

 

 

Yves Albarello a même oublié de dire qu’Aéroport de Roissy continuait de déverser le 12/6/2018, en fin de matinée, près de 600 litres d’eau seconde dans la Reneuse (via la Beuvronne) alors que le centre ville commençait a être inondé.

Un manque de coordination entre ADP et le SIAERBB ?

 

 

Yves Albarello oublie de dire également que le centre ville de Claye-Souilly reçoit les eaux

en provenance de Mitry-Mory, de Villevaudé (via Mauperthuis), de Souilly, de Bois Fleuri... et de la station d’épuration de Villeparisis où un bassin d’orage aurait dû être construit depuis de nombreuses années……

 

 

 

Pour toutes informations concernant la Haute Beuvronne

 

 nous vous conseillons de vous rapprocher de :

 

Jean-Pierre Dormeau

président du syndicat de la Haute Beuvronne

adjoint au maire de Gressy


et de

Jean-Claude Geniés

Maire de Gressy

 

 

 

 

 

Le bassin versant Haute Beuvronne est entouré

Le bassin versant Haute Beuvronne est entouré

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 18:36
2007 Décharge ECT Annet sur Mare, lieudit Les Gabots

2007 Décharge ECT Annet sur Mare, lieudit Les Gabots

Annet sur Marne inondations lotissement Carrouge : les populations regardent vers la montagne de déchets implantée de 2006 à 2012 par ECT  aux lieudits Les Gabots et Carrouge à Annet sur Marne et le TGV 

 

 

La 1ère autorisation de remblais avait été délivrée le 24/6/2006 par la mairie d’Annet sur Marne, au lieudit les Gabots, à l’exploitant de décharges ECT

La 2ème autorisation sera délivrée, au même exploitant  par la préfecture le 28/1/2008 pour une durée de 4 ans pour y déverser 1 836 800 tonnes de déchets «  dits inertes » aux lieudits « Les Gabots et Carrouge » en bordure du TGV.

 

Les eaux de ruissellements de la montagne de déchets se dirigeant pour partie vers le ru

de Louche à Annet sur Marne.

 

Un affluent de la Beuvronne qui vient d’être rayé de la carte par la préfecture en 2017 et est aujourd’hui considéré comme un fossé, une aubaine pour le syndicat de la Basse Beuvronne qui n’a plus en charge de l’entretenir.

 

Un affluent qui a été rayé de la carte sur avis de l’Onema, devenu AFB, un organisme censé protéger les rivières et la biodiversité. https://www.afbiodiversite.fr/

 

Le ru de Louche (ou ru des Champs Pourris) prenait autrefois sa source dans le Bois St Martin, maintenant il n’a plus de nom c’est un fossé, un fossé qui n’est pas entretenu comme vous pouvez le voir sur notre photo (plus bas), mais un fossé qui déverse ses eaux vers le centre ville d’Annet sur Marne.

 

Dans le lotissement du Carrouge ils n’en peuvent plus de supporter ces inondations à répétition  3 en un peu plus de 15 jours, mais la dernière inondation du 12/6/2018 à elle été la plus violente inondant près de 100 maisons.

 

 

L’exploitant de décharge ECT a sig une convention avec la commune d’Annet sur Marne et lui verse chaque année 80 000 € en compensations de la dégradation des équipements communaux. http://adenca.over-blog.com/article-nord-ouest-77-les-elus-de-la-commune-d-annet-sur-marne-qui-possede-deja-2-communes-donnent-un-avis-103408074.html

 

 

Afin de protéger la sécurité de sa population la mairie d’Annet sur Marne pourrait peut-être

investir cet argent pour créer un bassin de rétention d’eau, en amont du lotissement Carrouge.

 

Le dossier concernant l’autorisation de décharge ECT de 2008 est consultable en mairie d’Annet sur Marne.

 

Si vous voulez savoir pourquoi l’ONEMA (aujourd’hui AFB) a donné un avis de déclassement du ru du Louche, vous pouvez les contacter au  01 68 65 38 22.

 

 

22.6.2018 Ru de Louche près de l'ancienne décharge ECT lieudit Les Gabots à Annet sur Marne

22.6.2018 Ru de Louche près de l'ancienne décharge ECT lieudit Les Gabots à Annet sur Marne

Partager cet article
Repost0
28 juin 2018 4 28 /06 /juin /2018 20:36
Claye-Souilly, inondations Mauperthuis : les populations regardent vers la montagne de déchets Terralia de Villevaudé, une décharge autorisée jusqu’en 2019 !

 

 

 

C’est en 1965 qu’une décharge illégale est venue s’implanter sur le site de l’Hermitage

à Villevaudé, on y déversait dans la plus parfaite illégalité : des terres, gravats, déchets industriels urbains, fermentescibles et putrescibles.

 

En 1970 les exploitants demandent la régularisation de leur situation mais les divers ingénieurs de la Direction Départementale de l’Equipement sont défavorables au projet.

  Pourtant le 7/10/2000, André Chopelin maire de Villevaudé autorisera par arrêté municipal l’ouverture d’un centre de stockage et plateforme de déchets " dits inertes" par Terralia Blanc Mesnil.

 

En 2005 on constate un glissement de terrain, l’exploitant effectue des travaux pour éviter les instabilités de terrain par l’accumulation de poches d’eau sous les remblais

 

 Mais ironie du sort en 2008 le maire est obligé de fermer de nouveau l’installation par sécurité suite à un  éboulement qui risquerait d impacter le ru de l’Etang.

 

Qu’à cela ne tienne le 17/2/2009 la préfecture donnera l’autorisation d’exploiter une décharge ISDI pendant 5 ans pour y déverser 200 000 tonnes de déchets « dits inertes » contre l’avis des associations environnementales.

 

La décharge fermera en 2012, suite à une suspicion de pollution.

 

Le 14/2/2014, alors que la décharge n’avait pas été dépolluée la préfète prolongera le délai d’exploitation de la décharge de 5 ans jusqu’au 18/2/2019.

 

En avril 2016 la décharge rouvrira, puis  quelques jours plus tard refermera.

Puis de nouveau elle rouvrira en mars 2018, alors que le site avait supporté de fortes pluies, et de nouveau quelques jours plus tard refermera pour une raison inconnue.

 

Les eaux de ruissellement de cette décharge se déversent dans le ru de l’Etang, un affluent du ru Botteret, qui prend sa source à Villevaudé,  il longe la décharge Terralia puis  un busage sous la RD 34 lui permet de rejoindre Mauperthuis en longeant les entreprises Brunet et Boutet, après passage par  un second busage sous la RD 34.

 

 

Dans quel état

est le ru de l’Etang

au bord de la décharge ?

 

 

Suite aux importantes pluies de ces derniers mois il y a-t-il eu de nouveaux éboulements de terres au niveau de la décharge qui ont pu obstruer le cours d’eau ?

 

 

Terralia avait-il obtenu du conseil départemental l’autorisation de déverser une partie

de ses eaux de ruissellements dans le fossé de la RD 34 comme l’imposait l’arrêté préfectoral  ?

 

Nous n’en savons rien

 

 

 

Pour le savoir nous vous conseillons de vous rapprocher

 

 d’Yves Albarello

Président du syndicat de la Basse Beuvronne

 en charge de la surveillance de ce cours d’eau

 

 

de Xavier Vanderbise

Maire de Courtry

Et

Vice Président du Conseil Départemental chargé des routes

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2018 1 25 /06 /juin /2018 22:18
Vagues d'eau envoyées par ADP le 30/5/2016 à 18 h30  dans la Reneuse, affluent de la Beuvronne

Vagues d'eau envoyées par ADP le 30/5/2016 à 18 h30 dans la Reneuse, affluent de la Beuvronne

CLAYE-SOUILLY 30/5/2016  à 19 heures : La Beuvronne prête à déborder

CLAYE-SOUILLY 30/5/2016 à 19 heures : La Beuvronne prête à déborder

 

Après les inondations du 12/6/2018 ADP Roissy doit revoir sa copie : la sécurité des populations de Claye-Souilly doit être prise en compte.

 

L’industriel d’année en année bétonne encore et encore  d’anciennes surfaces agricoles mais ne crée pas de bassin de rétention d’eau en rapport avec ces surfaces bétonnées.

 

ADP tend à limiter le stockage des eaux de pluie pour des impératifs de sécurité aéroportuaires : éviter les points de concentration de certains oiseaux et pour ce faire il les déverse dans la Beuvronne, alors que cette petite rivière n’est plus en mesure de supporter toute cette eau en cas de fortes pluies.

 

Quant à la sécurité des riverains en aval de l’aéroport, qui en période de fortes pluies

sont inondés, il semblerait que ce ne soit pas la principale préoccupation  de l’industriel.

 

 

L’économique avant tout

 

N’oubliez pas que les entreprises de l’emprise aéroportuaire de Roissy emploient

87 000 salariés.

 

Alors vous comprendrez que vous riverains, qui subissez les inondations de la Beuvronne et ses affluents , vous ne pesez pas lourd dans la balance.

 

 

 

Une enquête publique a lieu actuellement pour permettre, entre autres à ADP d’envoyer encore plus d’eau dans la Beuvronne, suite à un projet de bétonnage de plus de 12 hectares.

 

Le dossier est consultable à la Mairie de Claye-Souilly , au service urbanisme.

 

Afin de faire entendre votre voix, nous vous encourageons à aller indiquer vos observations sur un registre prévu à cet effet jusqu’au 18/7/2018.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2018 7 24 /06 /juin /2018 21:06

 

 

 

Le ru Botteret, qui descend vers les Arzillières,  prend sa source dans le massif de l’Aulnay.

 

Un ru complètement laissé à l’abandon, qui n'était pas en mesure de laisser passer les eaux d'un fort orage,  on y retrouve toutes sortes d’embâcle, des arbres qui ont poussé dans son lit, des troncs d’arbres, d’anciennes traverses de chemin de fer utilisées en guise de pont et même une chaise qui s’est trouvé bloquée dans un pont de fortune

 

Il y a aussi à quelques dizaines de mètres avant le busage de la rue des Arzillières un autre busage dont on se demande dans quel état il se trouve.

 

Quand au busage du ru Botteret, ru des Arzillières et de Vilaine, dans quel état est-il ?

des contrôles par caméra sont-ils effectués régulièrement dans le but d’en retirer les déchets

qui pourraient s’y concentrer ?

 

On remarque que la buse située à l’entrée de la rue des Arzillières est  plus petite

que celle qui rejette les eaux du ru Botteret, au pont de Vilaine, dans la Beuvronne.

 

On constate également qu’en cas de montée importante de la Beuvronne, l’eau venant du ru Botteret doit avoir des difficultés à s’évacuer dans la Beuvronne vu la position d’implantation

de la buse d’évacuation.

Nous vous rappelons que c’est le syndicat de la Basse Beuvronne qui est en charge de la surveillance de ce ru, son président étant Yves Albarello.

 

 

Souhaitons qu'un nouvel orage ne sévice pas dans les jours à venir.

 

 

Nous reviendrons vers vous pour parler des eaux pluviales qui proviennent de l'amont du ru Botteret, des alentours du TGV et de la décharge ECT fermée en 2012 à proximité de l'Allée Pissaro à Annet sur Marne.

 

 

 

 

Vous trouverez ci-dessous quelques photos assez édifiantes.

 

 

D'anciennes traverses de chemin de fer utilisées en guise de pont

D'anciennes traverses de chemin de fer utilisées en guise de pont

Une chaise bloquée dans un pont de fortune

Une chaise bloquée dans un pont de fortune

Des arbres  qui poussent dans le lit du ru et des branches qui gênent la circulation de l'eau

Des arbres qui poussent dans le lit du ru et des branches qui gênent la circulation de l'eau

La buse qui déverse l'eau en provenance du ru Botteret dans la Beuvronne aujourd'hui alors que la rivière est basse

La buse qui déverse l'eau en provenance du ru Botteret dans la Beuvronne aujourd'hui alors que la rivière est basse

Partager cet article
Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 20:04
 
Des images impressionnantes
des inondations
de la RN3 et de la rue des Arzillières
 

 

                              https://www.youtube.com/watch?v=K-p_QTypC2o

 
Partager cet article
Repost0
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 17:37

 

 

 

Ne m’appeler plus jamais

 ru de Louche

la France m’a déclassé

en fossé !

 

 

Dans la plus parfaite discrétion le préfet de Seine et Marne a réuni  entre 2015 et 2016  le lobby agricole (la Chambre d'agriculture, la FDSEA, les Jeunes Agriculteurs, la Coordination Rurale) l’Edater du Conseil départemental, la Fédération de Pêche, l’ONEMA, la DRIEE et l'Agence de l'eau pour établir la carte des cours d’eau du 77.

C’est à la demande du Ministère de l’Ecologie que cette carte doit être établie dans tous les départements.

 

Les associations environnementales n’ont pas été conviées à ces réunions en Seine et Marne alors que dans bon nombre de départements les préfets les y ont invitées.

 

C’est comme cela que le ru de Louche à Annet sur Marne a été déclassé par la préfecture, bien que les associations environnementales s’y soient opposées.

  

 Le ru de Louche est un affluent  de la Beuvronne ( situé près du captage d’eau d’Annet sur Marne) l’une des rivières les plus polluées du 77  qui n'a pas pu atteindre le bon état des eaux  en 2015 comme l'imposait la  législation européenne et  pour laquelle la France a dû demander une dérogation jusqu’en 2027 pour atteindre ce bon état. (rivière très polluée notamment par les nitrates et les pesticides) 

 

Lorsque le cours d’eau  est déclassé, la loi sur l’eau ne s’applique plus, le cours d’eau est considéré comme un fossé.

Pour faire court il n’y a pratiquement plus de contrôles des services de l’ETAT, ce cours d’eau devenu fossé  peut en quelque sorte être presque laissé à l’abandon.

 

 

Une aubaine

pour le syndicat de la basse Beuvronne

 qui n’est plus en charge

de ce cours d’eau.

 

 

 

Mais avant son déclassement en mai 2017, quels travaux avaient réalisé ce syndicat  pour limiter  les inondations des riverains ?

 

 

 

Pour le savoir nous vous conseillons de contacter

Christian Marchandeau

La commune d’Annet sur Marne

étant membre de ce syndicat.

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/Eau/Milieux-aquatiques-et-zones-humides/Cartographie-des-cours-d-eau/Cartographie-des-cours-d-eau-de-Seine-et-Marne

 

http://adenca.over-blog.com/2016/09/cartographie-cours-d-eau-77-bassin-versant-beuvronne-projet-de-declassement-du-ru-de-louche-a-annet-sur-marne-l-onema-doit-s-expliqu

 

https://reporterre.net/La-FNSEA-veut-faire-disparaitre-les-petits-cours-d-eau-de-nos-cartes

https://reporterre.net/La-nouvelle-cartographie-des-cours-d-eau-menace-l-interet-general

 

 

 
Paru dans le Parisien 77 :
À Annet-sur-Marne, une centaine d’habitations inondées

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne|Hendrik Delaire|12 juin 2018, 18h55|MAJ : 12 juin 2018, 18h58|0

 

Après les importantes inondations d’Annet sur Marne, la préfecture doit s’expliquer : pourquoi a-t-elle déclassé le ru de Louche, considéré aujourd’hui comme un fossé ?

Annet-sur-Marne (Seine-et-Marne), ce mardi matin. Comme plusieurs autres axes de la commune dévastée par les, la rue du Général-de-Gaulle a été fermée à la circulation pendant une grande partie de la journée. Les habitants sinistrés viennent y jeter leur mobilier désormais inutilisable. LP/Hendrik Delaire

 

 

L’eau a tout dévasté sur son passage, notamment rue du Général-du-Gaulle, ont été inondées suite aux intempéries exceptionnelles de la nuit de lundi à mardi.

 

« Le courant était tellement fort dans la rue, on aurait dit que c’était la Marne. J’ai entendu les gens dans le voisinage hurler et appeler au secours. L’électricité avait été coupée. On était dans le noir, on entendait juste le bruit de l’eau et J’ai eu très peur ! ».

Tout comme Katy, c’est une nuit de cauchemar qu’ont vécu de nombreux habitants d’Annet-sur-Marne (Seine-et-Marne) dans la nuit de lundi à mardi. Près d’une centaine d’habitations ont été inondées dans la commune après les fortes pluies de la nuit. La rue du Général-de-Gaulle, l’avenue Vasarely, le quartier de la Croix-Es-Louis sont les secteurs les plus touchés mais aussi des allées Alfred Sisley et Paul Cézanne déjà victimes de la montée des eaux la semaine dernière.

 

Les pompiers sont intervenus à la maison de retraite au château de Louche où une quinzaine des 71 résidents a été déplacée une partie de la journée vers les étages supérieurs.

Vers 3 heures du matin c’est un véritable torrent qui a dévalé depuis les hauteurs de la commune jusqu’à la rue du Général-de-Gaulle et la résidence Villa Château, où les quinze habitations ont toutes été inondées. Sous la fureur des éléments plusieurs tronçons de chaussées ont été arrachés.

 

« Le ru a débordé et traversé ma maison, mais comme je n’étais pas chez moi la porte était fermée. L’eau est montée à 1,50 m avant de casser la cloison et s’écouler chez mon voisin », raconte Nathalie déjà inondée la semaine dernière.

 

 

Plusieurs habitations ont ainsi été submergées par plus d’un mètre d’eau comme chez Pascal, qui vit allée Alfred Sisley. « L’eau est rentrée au rez-de-chaussée, tout mon mobilier flottait. Lorsque j’ai ouvert la porte l’eau s’est engouffrée, j’ai passé la nuit à rouvrir les différentes portes fermées par le courant pour que l’eau s’évacue. D’habitude on ne voit de telles images qu’à la télévision, on ne s’imagine pas que cela puisse arriver ici à Annet-sur-Marne où il n’y a pas de cours d’eau ».

 

Mais pour certains sinistrés l’abattement laisse place au ras-le-bol, voir à la colère. « J’ai déjà été inondée la semaine dernière et très peu de voisins sont venus me donner un coup de main pour déblayer et déplacer ce qui pouvait être sauvé. Il restait encore du mobilier sur place, j’ai tout perdu ! », déplore Nathalie.

 

Cible de la colère de certains habitants : les agriculteurs qui n’auraient pas suffisamment entretenu leurs champs en amont. « Je suis en colère contre l’agriculteur qui a fait ses sillons verticalement dans le sens de la pente », s’indigne Emmanuel, inondé pour la deuxième fois en une semaine.

 

Plusieurs habitants s’insurgent également contre le déclassement du ru du Louche en fossé et non plus en cours d’eau. « On nous interdit de construire ou de renforcer des murets alors que nous vivons à proximité immédiate du ru et que nous avons signalé que ce problème surviendrait », assène Michael, un résident.

 

« Je suis en train de constituer un deuxième dossier de demande de reconnaissance de catastrophe naturelle. Avec l’intercommunalité nous étudions la possibilité de faire des bassins de retenue et des merlons pour limiter les conséquences si un épisode aussi exceptionnel survenait de nouveau. Les habitants peuvent faire une demande pour construire un muret auprès de la Police de l’eau même si canaliser n’est pas forcément la meilleure des solutions », rétorque le maire Christian Marchandeau (LR).

 

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/a-annet-sur-marne-une-centaine-d-habitations-inondees-12-06-2018-7768458.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche