Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 14:11
 
 
Le projet  des bassines de la Bassée, qui fait polémique, consiste en fait, pour faire court, à créer un cinquième réservoir de retenue des eaux de la Seine, réservoir qui serait réalisé en y stockant les déchets « dits inertes » du Grand Paris.

 

D’une pierre, deux coups, une solution pour envoyer encore plus de déchets « dits inertes »  du Grand Paris en Seine et Marne, en toute discrétion.

 

Le transport se ferait par péniches sur la Seine : à l’aller vers Paris  les péniches seraient chargées de sable et de graviers pris dans nos carrières et au retour le Grand Paris nous renverrait ses déchets « dits inertes »  que l’on entasserait à la Bassée pour y créer un 5ème réservoir de retenue des eaux de la Seine.
Extrait article Nature Environnement 77 :
La Bassée en Danger

 

La Bassée est une vaste plaine alluviale inondable, tronçon de la vallée de la Seine en amont de Paris. Elle s’étend de Romilly-sur-Seine en amont (confluence Seine-Aube) à Montereau-Fault-Yonne en aval (confluence Seine-Yonne).

Le fond de vallée, large et à faible pente a permis à la Seine de divaguer, formant un chevelu de cours d’eau et un réseau de noues. La faible pente est à l’origine des méandres du fleuve et de ses crues régulières.

Cette vaste plaine alluviale est connue pour ses richesses écologiques exceptionnelles et ses ressources naturelles, elle est classée parmi les 87 zones humides d’importance nationale en France. Une réserve naturelle nationale y a été créée en 2002, on y trouve des espèces végétales et d’insectes protégées au niveau national.

Mais, aujourd’hui, ce patrimoine est menacé par des projets d’aménagements lourds…..

Paru dans le journal le Monde :
Inondations : « Il n’y a aucune solution technique pour stopper une crue majeure à Paris »

LE MONDE | 02.06.2016 à 20h44 • Mis à jour le 03.06.2016 à 09h32 | Par Laetitia Van Eeckhout

Les pluies et inondations de ces derniers jours rappellent que le spectre d’une crue centennale plane sur Paris et l’Ile-de-France. Dans la capitale, où le niveau de vigilance jaune a été activé, la montée des eaux a été rapide. Sur les seuls quatre derniers jours, de lundi 30 mai à jeudi 2 juin 16 heures, le niveau de la Seine est passé de 1,94 à 5,17 mètres. Le zouave du pont de l’Alma a les genoux dans l’eau. Mais on est encore loin de la crue de 1910, qui avait atteint 8,60 mètres.

Les quatre grands lacs de la Seine, créés à la suite cette crue centennale pour prévenir des inondations, ont néanmoins été fortement sollicités par un niveau de pluies inhabituel en cette saison. La difficulté est que ces précipitations intenses surviennent à une période où ces lacs de retenue sont pleins, en prévision de la nécessité d’alimenter la Seine l’été pour soutenir son débit. « Le 27 mai, lorsque l’épisode de pluies intenses a commencé, ils étaient à 90 % de leur capacité de stockage. Or, les débits entrants des lacs réservoirs représentent un cumul total de près de 60 mètres cubes-seconde contre 12 en temps normal », explique Claudine Jost, directrice de l’hydrologie à l’établissement public Seine Grands Lacs, ajoutant qu’il reste tout de même 66 millions de mètres cubes de stockage sur une capacité totale de 850 millions. Ils ont désormais atteint 94 % de leur capacité.

……

 « Il faut la conjonction de crues de la Seine et de la Marne pour que se produise une crue majeure [plus de 7 m] à Paris. Pour cela, il faut des précipitations importantes sur l’ensemble du bassin-versant de la Seine », confirme Magali Reghezza-Zitt, géographe, qui rappelle que les quatre grands lacs de Seine permettent surtout d’empêcher les crues moyennes. « En cas de crue, ces réservoirs permettent de “gagner” jusqu’à 70 cm de hauteur d’eau environ. Cela n’est pas suffisant pour empêcher une crue centennale de la Seine. Mais ce sont de précieux centimètres pour réduire les dommages. Cela peut être suffisant pour mettre hors d’eau certains réseaux critiques de l’agglomération parisienne, d’eau, d’électricité, de transport. »

 

Polémique sur la création d’un cinquième lac réservoir

Il existe un projet de création de nouvelles zones endiguées, destinées à évacuer le surplus en cas de crise, à La Bassée (Seine-et-Marne). Mais celui-ci piétine depuis vingt ans. Un débat public a eu lieu en 2012, et il a été décidé de créer une première zone pilote pour en évaluer les incidences environnementales locales. Et encore, cette première zone pilote ne pourra être réalisée avant 2023.

Dans son ensemble, ce nouvel ouvrage permettrait de stocker l’équivalent de 50 millions de mètres cubes d’eau. « Ce qui ferait encore gagner quelques précieux centimètres, mais ne permettra pas de stopper une crue centennale », observe Magali Reghezza-Zitt. Et la géographe d’ajouter : « Il n’y a aucune solution technique qui soit capable d’empêcher une crue de cette ampleur. Seule la préparation de tous les acteurs, y compris la population, permettra defaire face et de limiter les dégâts. »


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/02/inondations-il-n-y-a-aucune-solution-technique-pour-stopper-une-crue-majeure-a-paris_4931892_3244.html#mhRp0YOkZhrlOvgJ.99

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 09:17

 

 

Après les inondations de la Beuvronne en 2001 lors desquelles le collège des Tourelles avait dû être évacué, Aéroport de Paris demanda à l'ETAT de modifier son arrêté préfectoral "Loi sur l'Eau".

 

Pour faire court c'était, entre autres, pour permettre à ADP d'éviter, en cas de fortes pluies, le débordement de ses bassins de rétention d'eau sans l'obliger à créer de nouveaux bassins, bien que depuis la création de l'aéroport ADP avait continué à bétonner encore et encore.

 

L'ETAT passa outre l'opposition des associations environnementales et valida la demande de l'industriel ADP par arrêté préfectoral de 2008.

 

Mais malgré cela l'industriel ne pu respecter cet arrêté préfectoral à plusieurs reprises, mais qu'à cela ne tienne l'ETAT lui donna dérogation sur dérogation.

 

Pourtant dans sa demande de modification loi sur l'eau de 2007, ADP disait concernant son bassin de retenue d'eau des Renardières  :

« Quel que soit le niveau d’eau dans les Renardières, le débit de vidange « Q » pourra être suspendu momentanément,afin de limiter au maximum les risques de saturation du réseau aval en cas de pluviométrie exceptionnelle affectant les bassins versants de la Reneuse et de la Beuvronne » (1)

et

« Dans le nouveau mode de  fonctionnement proposé Aéroports de Paris a la possibilité d’arrêter complètement son rejet afin de laisser passer la période de crues et de ne pas ainsi contribuer aux risques d’inondation des points bas de la commune de Claye-Souilly » (1)

 

Une promesse qu'ADP ne semble-t-il pas avoir tenu lors des évènements pluvieux de ces derniers jours, en effet  nous avons constaté  le 30/5/2016 à 18h30 que l'industriel déversait des vagues d'eau vers la Reneuse à Gressy alors que la Beuvronne allait déborder près du collège des Tourelles, ce qui arriva d'ailleurs le lendemain.

 

Pour éviter un désastre lors de pluies plus importantes ou d'un important orage, il serait temps que l'ETAT soit moins conciliant avec ADP et écoute un peu plus les associations environnementales qui depuis des années alertent sur ce dossier sans être entendues.

 

(1) pages 37  et 41 dossier de demande d'autorisation Loi sur l'Eau 2007, modification de l'arrêté interpréfectoral n° 97 DAE 2E 020 Dossier principal

 

 

 

Inondations à Claye-Souilly : pourquoi  ADP n'a pas suspendu ses rejets d'eau dans la Reneuse le 30/5/2016 ?

Les vagues d'eaux en provenance

d'Aéroport de Roissy

se déversant dans la Reneuse

à Gressy

le 30.5.2016

vers 18h30

 

Inondations à Claye-Souilly : pourquoi  ADP n'a pas suspendu ses rejets d'eau dans la Reneuse le 30/5/2016 ?

La Beuvronne

au bord de la saturation

allée André Benoit

le 30.5.2016 à 19 heures

Inondations à Claye-Souilly : pourquoi  ADP n'a pas suspendu ses rejets d'eau dans la Reneuse le 30/5/2016 ?

La Beuvronne

déborde

allée André Benoit

le 31.5.2016 à 18 h 30

 
Inondations à Claye-Souilly : pourquoi  ADP n'a pas suspendu ses rejets d'eau dans la Reneuse le 30/5/2016 ?

La Beuvronne

déborde

au bord du collège des Tourelles

le 31.5.2016 à 19h

 
Partager cet article
Repost0
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 22:02

 

L'ARS non informe ce jour  qu'elle n'a pas constaté de non-conformité bactériologique  en sortie d’usine des eaux d'Annet sur Marne, une analyse poussée est prévue prochainement.

 

Nous attendons avec impatience les résultats de cette analyse, en effet, nous sommes très inquiets, car samedi dernier nous avons constaté que le camping de Condé Ste Libiaire était sous les eaux, qu'en est-il des rejets de l'usine Savoy Technology, comment  les rejets de cette usine ont-ils été traités par la station d'épuration de Quincy-Voisins ?

 

 

Réédition de notre article du 12/1/2016

 

Savoy Technology Quincy Voisins 3ème émetteur de France de cuivre dans l’eau (indirect) en 2014

 

Il passe du rang de 4ème émetteur français en 2013

à celui de 3ème émetteur français en 2014.

Ses émissions ont été multipliées par plus de 3 entre 2013 et 2014.

 

 

Savoy Technology Quincy Voisins (anciennement Grothe et Hartmann Connexions), cet établissement est installé sur la commune depuis 1974.

Cette entreprise est spécialisée dans la production de connecteurs (connexions électriques montées dans des boîtiers plastiques).

 

Les effluents industriels, après traitement physico chimique dans la station de la société, sont rejetés dans le réseau d’eaux usées communal, raccordé à la station d’épuration de Quincy-Voisins. (1)

 

La société bénéficie-t-elle d’une autorisation de déversement de ses eaux usées industrielles vers la station d’épuration de Quincy-Voisins ?

Nous n’en savons rien

 

Ce que nous savons c’est que la préfecture n’était pas en possession de ce document le 25/3/2013.(1)

 

Ce que nous savons c’est que le centre d’épuration de Quincy-Voisins est situé en zone inondable. (2)

 

Ce que nous savons, c’est que le centre d’épuration de Quincy-Voisins a été mis en service en 1983, que la station est saturée depuis de nombreuses années, tant sur le plan de la pollution que sur celui des débits à traiter, que lors des crues du Grand Morin, des retours d'eau de la rivière peuvent s'opérer par le trop-plein du poste du camping de Condé-Sainte-Libiaire (3).

 

Comment dans ces conditions les eaux rejetées par l’industriel Savoy dans la station d’épuration de Quincy-Voisins peuvent-elles être traitées correctement ?

 

Nous n’en savons rien.

 

Ce que nous savons c’est que les eaux en provenance de la station d’épuration de Quincy-Voisins se rejettent dans la Marne en amont du captage d’eau d’Annet sur Marne qui fournit en eau potable près de 500 000 habitants.

 

(1) rapport DRIEE 77 25/3/2013

(2) Groupe de travail DDT 77 13/4/2015 Vulnérabilité aux inondations, résilience et robustesse des

réseaux – TRI de Meaux

(3) DIRECTION DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT - S.A.T.E.S.E. rapport 2014

file:///C:/Documents%20and%20Settings/Station/Mes%20documents/Downloads/19293%20(4).pdf

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 14:16
ZI de Lagny sur Marne/Saint Thibault des Vignes et inondations : le cas d’Yprema qui est autorisée à stocker des mâchefers d'incinération en bordure de Marne

Lagny sur Marne 4/6/2016, Yprema sur la photo à l’avant entre les arbres et à l’arrière l’incinérateur d’ordures ménagères,ce jour là, les eaux de la Marne étaient inférieures d’environ 1m par rapport à la crue de 2001, et inférieures de plus de 2m par rapport à la crue de 1910 (2)

 

 

 

Yprema a été autorisée par arrêté préfectoral du 17/8/1999 à exploiter un centre de transit et de traitement de mâchefers d’incinération.

 

En 2008 il a été constaté lors d’une inspection que l’entreprise stockait des terres inertes sans y être autorisée.

 

Puis le 9/12/2008  l’ETAT demande à Yprema de lui fournir son étude d’impact et de dangers mise à jour, sous 3 mois, mais Yprema  mettra 17 mois à fournir l’étude complète.

 

Alors que cette société est située pour partie dans une zone inondable concernée par le plan de prévention risques inondation, le préfet autorisera le 3/4/ 2013 l’entreprise à stocker des mâchefers et des terres inertes  en bordure de Marne (à plus de 30 mètres du bord, à la côte minimum NGF 42.40)

 

Mais Yprema ne respectera pas cette obligation et fera l’objet d’une mise en demeure en 2014 et d’un arrêté de sanction le 26/11/2015.

 

 

Qu’en est-il aujourd’hui alors que la Marne déborde ? (1)

Quels risques de pollution de l’eau de la Marne ?

Quels risques pour le captage de l’eau de Neuilly sur Marne ?

 

Nous n’en savons rien.

 

 

Mais à  la lecture du plan de prévention inondation (1), nous ne pouvons qu’être inquiets.

 

En effet on peut lire page 10 :

«la zone rouge dans laquelle les possibilités de construction sont extrêmement limitées ; elle regroupe d'une part les secteurs d'aléas très forts (hauteurs de submersion supérieures à 2 m) et d'autre part des secteurs de moindre aléa délimités sur le plan, mais suffisamment proches du lit mineur pour que les vitesses y soient également très élevées en période de cru.  En l’absence de connaissance précise de la zone de fort écoulement , une bande de 40 mètres à partir du haut de la berge du lit mineur a été instaurée, à titre conservatoire, le long de certains tronçons de la Marne, dans les zones autres que les centre urbains, les zones urbaines denses ou la ZAC de Saint-Thibault-des-Vigne»

 

 

Pour faire court l’ETAT a autorisé l’implantation d’entreprises en bordure de Marne alors qu’il ne connaît pas précisément la zone de fort écoulement des eaux en période de crue.

 

 

Car Yprema n’est pas la seule entreprise à être implantée en bordure de Marne dans la zone industrielle de Lagny sur Marne/St Thibault des Vignes,  on trouve également :

 

- l’incinérateur d’ordures ménagères Sietrem qui stocke des  gaz inflammables en réservoirs

- l’entreprise  de bitume Enrobés de l’Est qui utilise de la houille, des matières bitumineuses et qui possède 5 cuves sur le site dont nous ne connaissons pas le contenu.

- l’usine Eqiom Bétons (ex Holcim)

- un site dont nous ne connaissons pas le propriétaire qui stocke des déchets en bordure de Marne.......

 

 (1) PPRI

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7503/48649/file/Pomponne_StThibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7451/48441/file/Pomponne_StThibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7568/48909/file/REG_Isles_Villenoy_St_Thibault.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/7555/48857/file/NOT_Isles_Villenoy_St_Thibault.pdf

 

(2) Sources Vigicrues, écluse de Chalifert et Gournay sur Marne

http://www.vigicrues.gouv.fr/niveau3.php?CdEntVigiCru=7&CdStationHydro=F662000101

http://www.vigicrues.gouv.fr/niveau3.php?CdEntVigiCru=7&CdStationHydro=F664000104

ZI de Lagny sur Marne/Saint Thibault des Vignes et inondations : le cas d’Yprema qui est autorisée à stocker des mâchefers d'incinération en bordure de Marne

Lagny sur Marne le 4/6/2016 , vue sur le site où sont stockés des déchets en bordure de Marne,ce jour là, les eaux de la Marne étaient inférieures d’environ 1m par rapport à la crue de 2001 et inférieures de plus de 2m par rapport à la crue de 1910 (2)

 
Partager cet article
Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 09:58

 

Projet PLU Claye-Souilly

 

Les riverains lancent une pétition pour s’opposer à la construction dans une zone inondable près du centre d’épuration de Claye-Souilly.

 

Ils connaissent bien le sujet, eux qui ont subi de fortes inondations en 2001, ils ne veulent pas que d’autres habitants doivent supporter ce qu’eux-mêmes ont supporté.

 

Les associations environnementales avaient déjà attiré l’attention des élus depuis de plusieurs années sur ce dossier. Elles avaient également demandé qu’une étude soit réalisée sur les risques d’inondations sur la commune, mais les élus n’ont pas entendu leurs demandes.

 

Souhaitons qu’aujourd’hui les riverains et associations environnementales soient enfin entendus car le rôle premier d’un élu est de protéger les populations et non d’être à l’écoute du lobby des industriels de l'immobilier ou du bâtiment.

 

Nous demandons qu'à Claye-Souilly, comme en Allemagne, des poteaux soient posés dans les zones inondables indiquant le niveau des crues.

 

 

Paru dans le Journal de l’Environnement :

 

Eau

«La France a perdu la mémoire des inondations»

Le 03 juin 2016 par Stéphanie Senet

Si la crue a surpris les autorités, elle n’a pourtant rien d’exceptionnel à l’échelle des 5 derniers siècles. Mais comme la France a perdu la mémoire des inondations, elle a oublié de s’y préparer, estime l’historien du climat et des risques Emmanuel Garnier, directeur de recherche CNRS au laboratoire LIENS l’université de La Rochelle.

La crue du Loing et de la Seine est-elle exceptionnelle?

On peut considérer qu’elle est exceptionnelle à l’échelle du XXe siècle mais pas du tout dans l’histoire. Si l’on remonte jusqu’à 500 ans, ce qu’il est tout à fait possible de faire en consultant les archives du bureau de la ville de Paris[1], on se rend compte que la région francilienne a connu 50 inondations majeures depuis 1450-1480. L’une des pires crues de la Seine s’est produite en mars 1658. Elle a duré des semaines et a emporté avec elle le pont Marie. Il faut savoir qu’au XVIIe siècle, les Parisiens étaient toutefois mieux préparés. Des personnes étaient chargées d’observer le lit de l’Yonne et en cas de niveau irrégulier, elles se rendaient aussitôt à Paris pour donner l’alerte.

 

Les crues historiques de la Seine au XXe siècle
28 janvier 1910: 8,62 m au pont d’Austerlitz
23 janvier 1955: 7,1 m
14 janvier 1982: 6,18 m

 

A l’heure d’internet, les riverains semblent peu préparés…

Le problème vient des concepteurs des modèles de prévention des inondations. Ils ont fondé leur système sur les crues du XXe siècle, alors qu’en intensité elles ne représentent que 9% des inondations produites au cours des 500 dernières années. Par comparaison, 34% d’entre elles se sont déroulées au XVIe siècle. Ainsi, l’annonce faite par Vigicrues à 15h12 cet après-midi montre que ses relevés pouvaient être sous-estimés en raison de «dysfonctionnements des équipements de mesures».

 

Que nous apprennent les inondations plus anciennes?

Qu’il peut y avoir des inondations en juin! Si l’on se base sur le XXe siècle, les grandes crues parisiennes se sont exclusivement déroulées en janvier ou en février (en 1910, en 1955 et en 1982, ndlr). Résultat: les politiques de prévention n’ont pas envisagé un tel phénomène en juin. Pourtant, l’histoire nous montre que près de 30% des crues observées au cours des 5 derniers siècles se sont produites entre avril et juin.

 

Comment cette mémoire se perd-elle?

Les autorités françaises ont tendance à cacher le souvenir de la catastrophe. En théorie, l’Etat recommande plutôt d’accroître la prévention des risques mais dans les faits, les repères historiques des crues disparaissent des zones urbanisées. On n’en trouve plus qu’aux marges des villes, en pleine nature, où ils ne dérangent pas l’urbanisation. L’autre problème provient de la formation des gestionnaires des inondations. Dans l’Hexagone, il s’agit essentiellement d’ingénieurs, issus des sciences dures, qui ont une foi incommensurable dans la technique, alors qu’ailleurs en Europe, les représentants des sciences humaines sont associés et apportent un éclairage plus social et donc plus adapté aux attentes des populations.

 

Que préconisez-vous?

Il est essentiel de retrouver la mémoire des inondations et des submersions, car la tempête Xynthia a révélé le même problème. Les autorités l’ont considérée comme un phénomène exceptionnel, alors qu’une submersion similaire s’était produite dans les années 1950. Seulement, les élus préfèrent l’oublier pour construire et justifier leur manque de réaction. Le jour où l’aléa va se reproduire, ils vont pouvoir dire à nouveau qu’il s’agit d’un phénomène exceptionnel, mais que dorénavant ils l’envisageront. C’est typiquement français, et plus largement latin. Ils vont construire quelques digues, puis oublier de les entretenir… Au Royaume-Uni, au contraire, les repères des crues sont maintenus et entretenus régulièrement. Les écoliers se rendent sur les lieux. Et après chaque nouvelle catastrophe de nouveaux sont créés ! En Allemagne, des poteaux de 2 à 3 mètres sont érigés dans les zones inondées. Ils rappellent les dates et l’intensité des inondations. Cela stoppe toute velléité d’urbanisation.

 

 


[1] Il s’agit des archives des délibérations municipales qui débutent à la fin du XVème siècle

 

http://www.journaldelenvironnement.net/article/la-france-a-perdu-la-memoire-des-inondations,71067?xtor=EPR-9

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 15:18
2.6.2016 Crue de la Marne à Trilbardou
Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 09:51
30.5.2016 les eaux en provenance d'aéroport de Paris se déversant dans la Reneuse affluent de la Beuvronne

30.5.2016 les eaux en provenance d'aéroport de Paris se déversant dans la Reneuse affluent de la Beuvronne

 

 

 

A Claye-Souilly, les habitants du centre ville ont toujours en tête les inondations de mars 2001.

 

Certains quartiers avaient été particulièrement touchés : l’allée des soupirs, la résidence de la Beuvronne, des Jardins Anglais, la Résidence de la Source Bleue et la rue de Vilaine..., sans oublier le collège des Tourelles qui a dû être évacué.

 

On peut lire l’inquiétude des élus dans le compte rendu de la réunion du 24/4/2001 Syndicat Basse Beuvronne SIAERBB :

 

« Monsieur Daragon souligne qu’avec le Bassin des Renardières, les communes ont « une épée de Damoclès » au dessus de la tête. Lors des inondations, une cellule de crise s’est tenue à la Préfecture. Pour faire face à la situation préoccupante (le niveau d’eau était à 40 cm du déversoir, il ne restait plus que 100 000 m3 de réserve) les rejets d’ADP ont été dirigés dans le Canal de l’Ourcq, par la mise en place d’une station de pompage (une autorisation exceptionnelle ayant été donnée sur une semaine) sachant que la Ville de Paris, qui gère le Canal de l’Ourcq, si elle pouvait recevoir les eaux, ne devait pas créer de désordres (au niveau des berges…)

Des dispositions sont à prendre, des moyens sont à mettre en œuvre pour protéger les Villes. En effet, même s’il ne pleut pas, un scénario catastrophe pourrait se produire, si la digue venait à céder.

 

Monsieur Albarello précise

« Que l’eau naturelle des Villes pouvait passer, ce qui n’était pas le cas des eaux d’ADP, soulignant qu’il a vu l’eau monter aussi vite qu’il l’a vu descendre…..

Le bassin des Renardières a montré ses limites. Ce qui s’est passé peut se reproduire…. »

 

Depuis un arrêté interpréfectoral « Loi sur l’Eau » a été pris, arrêté censé éviter de telles situations mais qui ne satisfait pas les associations environnementales.

 

 

Qu’en est-il aujourd’hui

de l’état

du bassin des Renardières ?

Un contrôle devrait être effectué ce mois-ci par les services de l’ETAT.

 

 

Ce bassin est classé parmi les 600 premiers barrages français, compte-tenu de la sécurité publique

 

Au delà du remplissage à 50 % de ce bassin la situation devient inquiétante

 or aujourd’hui le bassin est rempli à plus de 42 %.(1)

 

 

 

(1)  http://ev-labo.aeroportsdeparis.fr/environnement/eau-et-sols/surveillance-eau-pluviale/bassin_des_renardieres

 

 

 

 

Paru dans le Parisien 77 :

Une journée sans répit sur le front des crues

Valentine Rousseau et Eric Hacquemand | 23 Mars 2001, 00h00

4 HEURES Stupeur pour l'équipe de nuit de l'entreprise Motul située dans la zone industrielle de Chelles-Vaires, chemin du Corps-de-Garde, en bordure de la Marne. Après les pluies diluviennes, l'eau monte de quatre-vingts centimètres environ. Même phénomène chez Lescot, l'entreprise située à côté.

 

Les pompiers, en état d'alerte, interviennent afin de procéder à l'évacuation et pour éviter notamment tout risque de pollution. A 11 heures, les salariés n'avaient toujours pas réintégré l'entreprise, l'accès à la zone industrielle étant barré à la circulation.

 

8 HEURES La Direction départementale de l'équipement neutralise une voie de chaque côté de la N 3 à Claye-Souilly, au niveau de l'échangeur de Carrefour, jusqu'à 15 h 30. La route n'est pas coupée, mais réduite à la circulation. Les champs limitrophes dégorgent de gros débits. Toute cette nuit, les équipes de la DDE prévues sur les travaux d'entretien de la A 104 sont restées en alerte pour assurer la sécurité des usagers. 11 H 30 L'hélicoptère de la gendarmerie équipé d'un treuil pour secourir d'éventuelles victimes survole les secteurs inondés d'Esbly, Condé et Isles-lès-Villenoy. Dans la journée, trois habitations sont évacuées en canot pneumatique. Quatre-vingts maisons sont noyées sur ce secteur. La salle des fêtes d'Esbly est prête à accueillir les personnes sans toit. A Précy-sur-Marne, les pompiers et gendarmes répertorient entre 60 et 80 maisons inondées ou coupées d'accès.

 

MIDI Les pompiers pompent dans le gymnase Ostermeyer de Mitry-Mory, avenue des Martyrs-de-Châteaubriant, victime du débordement des champs. Environ dix centimètres d'eau s'étalent sur toute sa superficie. Le gymnase, utilisé par les écoles, le collège, le lycée et les associations sportives, est fermé jusqu'à nouvel ordre. Le CD 9 entre Mitry-Bourg et la Villette-aux-Aulnes est coupé.

 

13 HEURES La principale du collège des Tourelles de Claye-Souilly décide d'évacuer les élèves, qui n'ont pas cours non plus aujourd'hui. L'établissement de 490 élèves, planté tout près de la Beuveronne, voit l'eau monter à une trentaine de centimètres autour de ses bâtiments. Les sous-sols sont inondés, le chauffage et l'électricité sont coupés. Les pompiers interviennent tout au long de la journée auprès des habitants de Claye inondés. Une cinquantaine de maisons au moins sont touchées.

 

17 HEURES La DDE de Meaux coupe la première route de son secteur, la D 54a, entre Trilbardou et Charmentray.

 

18 HEURES Les secours se préparent à une garde particulièrement agitée. « L'hélicoptère est prêt à évacuer les personnes en cas de besoin. On visite chaque maison inondée », assurent les gendarmes. Aujourd'hui, ils seront accompagnés d'un médecin pour assister les personnes âgées.

 

 

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne/une-journee-sans-repit-sur-le-front-des-crues-23-03-2001-2002049947.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 08:56
1.6.2016 vers 16 heures Lagny sur Marne les quais sont inondés, l'eau déborde sur la route

1.6.2016 vers 16 heures Lagny sur Marne les quais sont inondés, l'eau déborde sur la route

1.6.2016 vers 17 heures Annet sur Marne la crue, vue prise du pont en direction du captage d'eau

1.6.2016 vers 17 heures Annet sur Marne la crue, vue prise du pont en direction du captage d'eau

Partager cet article
Repost0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 12:10
31.5.2016 Trilbardou le barrage sous les eaux

31.5.2016 Trilbardou le barrage sous les eaux

31.5.2016 Trilbardou la Marne en furie

31.5.2016 Trilbardou la Marne en furie

Partager cet article
Repost0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 11:53
31.5.2016 vers 19 heures près du collège des Tourelles

31.5.2016 vers 19 heures près du collège des Tourelles

31.5.2016 vers 18h30 pont allée André Benoisr près du collège des Tourelles

31.5.2016 vers 18h30 pont allée André Benoisr près du collège des Tourelles

Partager cet article
Repost0

Recherche