Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 17:56

 

 

Nous tenons à remercier Madame Lydie Wallez, maire de le Pin, qui a répondu de suite à notre demande et signe le courrier aux préfets.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2018 4 04 /01 /janvier /2018 13:22

 

 

Fort de Vaujours

 demande d'arrêt des travaux

 

 

Adenca vient d’envoyer un message aux élus de proximité, qui n’ont pas encore signé la lettre aux préfets du 77 et 93, afin d'obtenir leur soutien.

 

 

Il s’agit de :

- Yves Albarello, maire de Claye-Souilly

- Joël Marion, maire de Compans

- Hervé Touguet, maire de Villeparisis

- Lydie Wallez, maire de le Pin

 

- Isabelle Recio, conseillère départementale du canton de Villeparisis

- Véronique Pasquier conseillère départementale du canton de Claye-Souilly

- Olivier Morin, conseiller départemental du canton de Claye-Souilly

- Bernard Corneille, conseiller départemental du canton de Mitry-Mory

 

- Julien Proffit, conseiller régional IDF et élu de Claye-Souilly

- Jean-Paul Planchou, conseiller régional IDF et ancien maire de Chelles

 

Nous laissons le soin à Mme Claudine Thomas, sénatrice et adjointe au maire de Chelles de solliciter la signature de Brice Rabaste, maire de Chelles.

 

 

Nous vous tiendrons au courant de leur réponse.

 

 

 

Aidez-nous à obtenir la signature

d'un maximum  

d'élus de Seine et Marne

 

contactez-les

 

 

 

Ils peuvent envoyer leur accord sur notre e.mail et nous transmettrons

adenca@club-internet.fr

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 16:58

 

 

 

 

Aucuns sénateurs de Seine et Marne n’a signé la lettre adressée aux Préfets du 77 et 93, pas même Claudine Thomas (LR) ni Vincent Eblé (PS), membres de la commission de suivi de suite Fort de Vaujours, ni même le sénateur du nord-ouest 77, Arnaud de Bellenet (LREM).

 

La sénatrice Claudine Thomas demande qu'un rectificatif soit fait à cet article,

en effet elle nous indique ne pas avoir refusé de signer la lettre aux sous préfets,

ce qui d'ailleurs n'avait pas été indiqué dans notre article, mais n'avoir pas été sollicité pour le faire, nous en prenons bonne note et souhaitons qu'elle soit dans la liste des nouveaux signataires, ce dont nous la remercions par avance.

 

Dans la précédente mandature 2 sénateurs du 77 étaient au côté des associations : Hélène Lipietz (EELV) et Michel Billout (PC), mais ces sénateurs ne se sont pas représentés aux sénatoriales et nous le regrettons.

 

 

Les sénateurs

de Seine St Denis

sont-ils plus à l’écoute

de la détresse

des riverains du Fort de Vaujours ?

 

 

 

En Seine St Denis il en est autrement 3 sénateurs ont signé le courrier avec les associations :

- Gilbert Roger (PS) qui suit le dossier avec les associations depuis de nombreuses années

- Annie Delmont-Koropoulis (LR)

tous deux membres de la commission de suivi de site Fort et Vaujours.

 

Ainsi que Fabien Gay (PC).

Nous les en remercions.

 

 

 

 

 Fort de Vaujours : Pourquoi les sénateurs du 77, membres de la CSS, Vincent Eblé et Claudine Thomas n’ont pas signé le courrier aux préfets ?
 Fort de Vaujours : Pourquoi les sénateurs du 77, membres de la CSS, Vincent Eblé et Claudine Thomas n’ont pas signé le courrier aux préfets ?
Partager cet article
Repost0
2 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 21:11

 

 
 
Ironie du sort l’ETAT trouve  l’argent pour étendre le laboratoire des monuments historiques mais quand il s’agit de financer une étude épidémiologique ou de contrôler la qualité des eaux souterraines, des rivières et de l’air autour du Fort de Vaujours l’ETAT est aux abonnés absents.
 
 
La santé d’un monument historique
serait-elle plus importante
que celles des riverains
des sites dangereux et polluants ?
 
 
 
Paru dans le Parisien 77 :
Champs-sur-Marne : un laboratoire pour protéger les monuments historiques

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne|Julie Olagnol J. O.|01 janvier 2018, 19h44|0

Champs-sur-Marne, jeudi 7 décembre. Aline Magnien, directrice du laboratoire de recherche des monuments historiques, devant une enceinte de vieillissement artificiel. LP/Julie Olagnol

 

Ce grand centre de recherche et de restauration, financé par le ministère de la Culture, vient d’obtenir l’habilitation à diriger des thèses. Ses locaux vont être agrandis prochainement. Interview d’Aline Magnien, sa directrice.

Pourquoi le laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH) se trouve-t-il à Champs-sur-Marne ?

« Le LRMH est installé depuis 1970 dans les communs du château de Champs-sur-Marne. Ils avaient été libérés par la garde nationale lorsqu’il a cessé d’être une résidence pour les présidents étrangers. À l’époque, il y avait un manque de connaissances scientifiques sur la conservation des matériaux du patrimoine et notamment sur les désordres qui pouvaient apparaître après la restauration. D’où la création de ce grand centre de recherche et de restauration de 2000 m2, composé de neuf pôles. »

 

Quelles sont les nouveautés au LRMH ?

« Le LRMH, qui assurait déjà une mission d’encadrement de 10 à 15 doctorants, a obtenu le 1er décembre dernier sa première habilitation à diriger des recherches (HDR). Nous allons aussi nous agrandir prochainement de 300 à 500 m2 supplémentaires grâce à d’anciens logements de fonction que le Centre des monuments nationaux va mettre à notre disposition. Nos trente-six salariés étaient un peu à l’étroit ! »

 

Comment d’interventions réalisez-vous par an ?

« En 2016, le LRMH a ouvert 260 fiches émanant de monuments historiques classés. Sa mission est d’assurer une activité de service pour répondre à ces requêtes et d’effectuer des recherches lorsque des problématiques inédites se posent. Nous n’accueillons pas d’œuvres in situ. Nos vingt-trois scientifiques se déplacent sur les monuments. Cette année, nous avons travaillé par exemple sur le portail central de la cathédrale de Reims ou les peintures murales de la salle capitulaire de la cathédrale de Chartres. Nous avons aussi un programme de recherche sur la mérule (NDLR : le champignon qui avait provoqué l’effondrement du plafond du salon chinois du château). »

 

De quel type d’appareils disposez-vous ?

« Nous avons une centaine d’instruments scientifiques : microscope à balayage, porosimètre à mercure ou encore caméra à infrarouge pour nous aider à comprendre comment sont faits les matériaux. Nous travaillons sur des échantillons de différentes tailles. L’enceinte de vieillissement artificiel nous permet de contrôler la température, l’humidité, l’éclairage pour étudier leur comportement dans le temps. Notre camion sert de laboratoire mobile pour commencer sur place les analyses. »……..

 

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/champs-sur-marne-un-laboratoire-pour-proteger-les-monuments-historiques-01-01-2018-7479348.php

 

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2017 4 28 /12 /décembre /2017 19:19

 

 

Courrier adressé

par les associations et les élus

aux préfets du 93 et 77

 

 

 

Fort de Vaujours : Pourquoi Rodrigue Kokouendo, député de la 7ème circonscription du 77 n'a pas signé le courrier avec les associations et  élus
Fort de Vaujours : Pourquoi Rodrigue Kokouendo, député de la 7ème circonscription du 77 n'a pas signé le courrier avec les associations et  élus

 

 

Le député

Rodrigue Kokouendo

vient d'éditer un communiqué de presse

mais n'a toujours pas signé

 la lettre aux préfets

avec les élus et associations.

 

 

Pourquoi ?

 

 

Pour le savoir nous vous conseillons de le contacter.

rodrigue.kokouendo@assemblee-nationale.fr

 

 

Fort de Vaujours : Pourquoi Rodrigue Kokouendo, député de la 7ème circonscription du 77 n'a pas signé le courrier avec les associations et  élus
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2017 5 15 /12 /décembre /2017 14:54

 

Le reportage de complément d'enquête d'hier soir sur France 2 sur le Fort de Vaujours a été regardé avec intérêt par des riverains très inquiets pour leur santé.

 

Particulièrement remarqué l'interview du député de la circonscription Rodrigue Kokouendo (LREM) à la sortie de la commission de suivi de suite, un député qu'il n'avait pas le temps de répondre aux questions des journalistes car il était attendu à l'assemblée.

 

Un député qui d'ailleurs n'avait posé aucunes questions lors de cette commission de suivi de site et semblait peu au courant du sujet, difficile à comprendre lorsque l'on sait que ce député habite depuis de nombreuses années à Villeparisis,

 

Rodrigue Kokouendo a-t-il demandé à Mme la Ministre des Armées la levée du secret défense ?

Pas à notre connaissance

 

Rodrigue Kokouendo a-t-il demandé à Mme la Ministre de la Santé qu'une étude épidémiologique  soit effectuée autour du fort de Vaujours ?

Pas à notre connaissance

 

Rodrigue Kokouendo a-t-il demandé à Monsieur le  Ministre de l'Ecologie qu'une étude de la pollution radioactive et chimique des eaux souterraines et des rivières soit réalisée autour du fort de Vaujours ?

Pas à notre connaissance

 

 

 

La question du jour :

a quoi sert un député?

 

Nous vous laissons le soin de répondre,

 

 

 

Pour ceux qui n'aurait pas pu voir l'émission d'hier

 vous pouvez la revoir sur ce site :

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/video-un-secret-explosif_2512141.html

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 11:15

 

Avec un reportage consacré au Fort de Vaujours :

Un secret explosif 

Des essais nucléaires à quelques kilomètres de Paris ! Au fort de Vaujours, en Seine-Saint-Denis, l'armée française a testé des détonateurs de bombes atomiques pendant quarante ans. Le site est aujourd’hui fermé, mais les habitants vivent dans l'angoisse. Présence de radioactivité, taux anormal de tumeurs et de cancers de la thyroïde… Elus et citoyens se battent pour obtenir la levée du secret-défense.

Un reportage de Thomas Lelong.

http://www.programme-tv.net/programme/culture-infos/r4983-complement-d-enquete/11371547-complement-d-enquete/

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2017 3 13 /12 /décembre /2017 17:45

 

 

 

Fort de Vaujours

 

Lettre du sénateur de Seine St Denis  

Fabien Gay

qui demande la levée du secret défense

à Madame la Ministre des Armées

 

 

 

 

Fort de Vaujours : Le sénateur du 93 Fabien Gay demande la levée du secret défense !
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2017 4 30 /11 /novembre /2017 14:19

 

Après la découverte d'objets radioactifs dans des secteurs censés ne pas en posséder

l'inquiétude était palpable lors de cette réunion,

 

Le problème sur ce site est que personne ne semble savoir ce que renferme exactement les entrailles du Fort de Vaujours.

 

Les élus du 93 semblaient très inquiets notamment Dominique Dellac et Pierre Laporte, les 2 conseillers départementaux qui sont intervenus à plusieurs reprises et ont fait part de leurs observations.

La sénatrice du 93 Annie Delmont-Koropoulis a proposé de poser une question écrite au gouvernement.

Le sénateur du 93 Gilbert Roger indique qu'un rapport sur l'eau serait utile.

 

Du côté du 77, il faut noter l'absence remarquée du sénateur Eblé,

Le maire de Courtry et conseiller départemental Xavier Vanderbise était également absent, représenté par son directeur de cabinet.

La sénatrice Claudine Thomas, adjointe au maire de Chelles et le député Rodrigue Kokouendo étaient présents mais n'ont posé aucunes questions ;

Ironie du sort le député Rodrigue Kokouendo qui habite Villeparisis, depuis de longues années, semblait peu au courant du sujet, Adenca propose de lui présenter un résumé du dossier s'il accepte de nous recevoir.

 

L'Agence de Sureté Nucléaire ASN impose à Placoplatre des mesures de sécurité supplémentaires.

 

Bruno Chareyron, Ingénieur en Physique Nucléaire, Directeur du Laboratoire de la CRIIAD, intervenait en qualité de conseiller des associations environnementales.

Il a présenté une analyse du dossier qui montre les lacunes et incertitudes et qui n'est pas là pour réconforter les associations qui ont, elles-mêmes, poser beaucoup de questions sans parfois obtenir de réponses qui auraient pu les rassurer.

 

Lors de l'abandon du site le CEA avait listé les déchets radioactifs qui devaient être éliminés sans fournir les bordereaux d'élimination de ces déchets, les sous préfets vont les réclamer au CEA.

 

Le fort de Vaujours étant situé sur une colline, la difficulté est de connaître le sens d'écoulement des eaux de ruissellement et souterraines.

Une association demande qu'une étude hydrogéologique soit réalisée par le laboratoire eaux et sols de la Préfecture de police de Paris ou un autre organisme, en compilant les informations du CEA, de Placoplatre et de Suez Sita Villeparisis.

 

Mais tous ces problèmes ne semblent pas trop inquiéter la multinationale qui compte obtenir l'autorisation d'exploiter le site dans le courant du 2ème trimestre 2019.

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 18:08

 

Nous avons appris que Placoplatre, après divers contrôles  notamment radiologiques, devrait nettoyer les canalisations du Fort à grande eau, avant de les démolir.

 

 

Placoplatre précise dans son protocole :

« l’eau sera autant que possible récupérée grâce à la mise en place de barrage puis stockée dans des GRV (1) avant d’être envoyée en analyse »
 

 

Oui, vous avez bien lu :

« autant que possible »

 

Que deviendront les eaux  polluées aux métaux lourds et radioactives  que Placoplatre n’aura pas pu récupérer ?

 

Nous n’en savons rien.

 

Concernant les eaux de lavage ne présentant pas de contamination « radiologique d’origine anthropique »(2) Placoplatre compte les reverser dans le réseau d’eaux pluviales de la commune de Courtry.

 

Placoplatre effectuera-t-il des analyses des métaux lourds de ces eaux avant ses rejets dans le réseau communal de Courtry ?

 l’IRSN (1) ne nous le dit pas.

 

 

Mais pour reverser ses eaux pluviales vers le réseau communal de Courtry, Placoplatre doit utiliser une partie du réseau qui ne lui appartient pas, puisqu’il est situé sur l'ancien terrain du CEA appartenant aujourd'hui à la  communauté d’Agglomération  Paris Vallée de  Paris (Ex Marne et Chantereine).

 

 

Cette Communauté d’Agglomération  Paris Vallée de  Paris  a-t-elle signé une convention avec Placoplatre  l’autorisant à utiliser son réseau eaux pluviales ?

 

Nous n’en savons rien.

 

 

Pour le savoir

 nous vous conseillons de vous rapprocher de 

 

M. Paul  Miguel

Président

de la  Communauté d’Agglomération Paris Vallée de  Paris

(ex Marne et Chantereine)

 

 

 

 (1) Grands Réservoirs Vrac (contenants mobiles, citernes sur remorques par exemple).

(2) sont qualifiés d’anthropiques tous les phénomènes qui peuvent être conséquents de la présence ou de l’action de l’être humain http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/anthropique/

http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Communiques_et_dossiers_de_presse/Documents/ASN-DGS-IRSN_Note-de-synthese_Bilan-qualite-radiologique-eaux_052009.pdf

 

Partager cet article
Repost0

Recherche