Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 19:08
Visite de la carrière Placoplatre de Villevaudé/Villeparisis : un manque de transparence !

Villevaudé 1.6.2017  Placoplatre :

les matériels de travaux publics près à se mettre en marche pour détruire

le bois Gratuel

 

 

 

 

 

 

Visite de la carrière Placoplatre de Villevaudé/Villeparisis : un manque de transparence !

Villevaudé 29.9.2018  

un trou béant laissé par Placoplatre à la place du Bois Gratuel

L'industriel n'a pas encore exploité le gypse, il va devoir encore creuser pour atteindre la 1ère couche de gypse  qui se trouve environ à 30m sous le sol

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un conseil

lors des visites carrières

de Placoplatre

 Evitez de poser les questions

qui fâchent.

 

Ecoutez

la présentation idyllique des intervenants

et taisez-vous

 

 

Ne demandez pas si ces carrières vont être remblayées par les déchets du Grand Paris.

On ne répondra pas à votre question.

 

 

Ne demandez pas si la carrière de Villevaudé va être exploitée à l’aide d’explosifs.

L’intervenant ne le sait pas.

 

 

Ne demandez pas pourquoi Placoplatre va détruire 19 hectares du bois Gratuel à Villevaudé et pourquoi l’industriel va participer au reboisement de forêts domaniales Crécy (7ha), Villefermoy (4.5ha), Malvoisine (5.77 ha) et Montceaux (2.5 ha).

 

L’intervenant vous répondra que c’est une mesure compensatoire, n’en demandez pas plus, on est déjà en retard.

 

 

Ne demandez pas où se trouvent le réseau de fossés et les bassins de rétention disposés

afin de limiter l’écoulement des eaux superficielles en cas de fortes pluies.

L’intervenant n’a pas le temps, il faut remonter dans le car.

 

 

Si en plus vous avez eu  la malchance d’être dans un car qui se perd dans le site Placoplatre de Vaujours et doivent écourter la visite et  que dans l’assistance  une participante soit introduite, semble-t-il, pour vous surveiller en permanence, vous demandant si vous avez le droit de prendre des notes et vous montrant du doigt en indiquant à ses voisins que vous faites partie « d’une association environnementale », la boucle est bouclée.

 

 

 

  Un conseil à Placoplatre :

n’acceptez plus

dans vos journées portes ouvertes

les associations environnementales.

 

 

 

Visite de la carrière Placoplatre de Villevaudé/Villeparisis : un manque de transparence !

 

Villevaudé 29.9.2018

 aux dires de Placoplatre : reconstitution d'une mare

 certains n'y ont vu ici qu'une flaque d'eau

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2018 6 22 /09 /septembre /2018 12:12
Forêt régionale de Montgé en Goële

Forêt régionale de Montgé en Goële

 

 

Montgé-en Goële, charmant village de 700 âmes, occupé en majorité par la forêt et les espaces agricoles.

La forêt régionale de Montgé-en-Goële s’étend sur 960 hectares, pour majorité situés sur cette commune, la région IDF est propriétaire de 358 hectares à Montgé-en-Goële.

Une forêt plantée d’arbres remarquables, un boisement important de châtaigniers, des chênes, des frênes, des marronniers,  des charmes, des tulipiers de Virginie et une magnifique allée plantée de platanes (c’est la baronne d’Eichthal qui avait fait planter 252 platanes  au début du 20ème siècle).

On y trouve également de l’ail sauvage, du muguet, des jacinthes sauvages, des iris, des buissons de rhododendrons…..

 

Cette butte est un réservoir hydrologique, ses sources alimentent plusieurs rivières  la Beuvronne, La Thérouanne, La Nonette qui baigne le château de Chantilly

 

 

 

 

 

 

forêt régionale de Montgé en Goële en automne

forêt régionale de Montgé en Goële en automne

 

Comme le dit 

Stéphane Bern

 notre patrimoine naturel

 doit être également

protégé.

 

Un cas d'école : la magnifique forêt régionale de Montgé en Goële que l'industriel allemand Knauf veut détruire pour ouvrir une carrière de gypse à ciel ouvert qu'on pourra ensuite remblayer par les déchets du Grand Paris.

 

Car l'industriel pourrait se contenter d'exploiter le sous-sol et laisser le sol, c'est-à-dire la forêt aux riverains, mais l'industriel allemand veut tout : le sol et le sous-sol.

 

L'économique avant tout

Les riverains

serviront comme d'habitude

de cobayes

 

Jean-Paul Huchon (PS) précédent président du Conseil Régional IDF avait déjà permis à l'industriel Knauf de détruire une partie de la forêt au lieudit le Bois des Sables, une paille, seulement 35 hectares.

 

La photo qui suit vous montrera l'ampleur des dégâts sur notre patrimoine naturel.

 

Destruction du Bois des Sables par l'industriel Knauf pour y exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert

Destruction du Bois des Sables par l'industriel Knauf pour y exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert

 

Quant à Valérie Pécresse (LR) elle ne semble pas se prononcer  sur ce dossier, ce qui ne laisse rien présager de bon pour les riverains.

 

Il est sûr que Valérie Pécresse préfère probablement protéger le patrimoine des Yvelines, comme la forêt de Rambouillet, département dont elle est l'élue.

 

D'ailleurs, la présidente du Conseil Régional IDF connaît-elle la forêt régionale de Montgé en Goële ?

Pas si sûr, car il semblerait qu'elle se déplace plutôt au nord-ouest 77 au moment des élections.

 

Pour aller plus loin :

http://www.leparisien.fr/saint-soupplets-77165/montge-en-goele-l-exploitation-du-gypse-en-foret-au-conseil-departemental-27-04-2017-6896115.php

Partager cet article
Repost0
7 août 2018 2 07 /08 /août /2018 11:49
Forêt régionale de Montgé en Goële

Forêt régionale de Montgé en Goële

 

 

 

 

Les forêts sont nos alliés contre le changement climatique. En effet elles capturent le CO2 et réduisent par-delà ses émissions dans l’air.

 

 

Valérie Pécresse, qui dit vouloir réduire les émissions de CO2 dans l’air, ne doit pas autoriser l’industriel Knauf à détruire notre forêt régionale de Montgé en Goële pour y implanter une carrière de gypse à ciel ouvert remblayée par des déchets.

 

L’industriel Knauf pourrait exploiter le sous sol et nous laisser la forêt, mais il semble que le sous sol ne lui suffise pas, il veut aussi le sol (la forêt).

 

 

 

 

 

Paru sur le site l’ECHO :

 

https://www.lecho.be/economie-politique/europe/general/la-capture-de-co2-ne-peut-remplacer-les-forets/10037497.html

 

La capture de CO2 ne peut remplacer les forêts

17:31

 

Limiter le réchauffement de la planète à 2°C, voire 1,5°C comme le prévoit l’Accord de Paris se fera difficilement sans capture de gaz à effet de serre. Mais la manière dont cette capture est envisagée pourrait être contre-productive, observent des scientifiques de l’Université d’Exeter, au Royaume-Uni.

 

Dans leur viseur: la technologie BECCS, une combinaison de production d’énergie à partir de biomasse et de capture et stockage de carbone, qui suscite beaucoup d’espoirs. Selon l’étude publiée ce lundi dans la revue "Nature Communications", les effets bénéfiques de cette technologie risquent d’être largement compensés par ses effets pervers.

 

 

 

"La vaste majorité des scénarios actuels du Giec (groupe d’experts climatiques de l’ONU, NDLR) sur la manière dont nous pouvons limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C incluent la technologie BECCS", indique Dr Anna Harper, premier auteur de l’étude. Or la surface nécessaire pour faire pousser de la biomasse dans ces scénarios "serait deux fois la taille de l’Inde".

 

 

Le dégagement de CO2 qui résulterait de la conversion de vastes zones pour développer la BECCS pourrait largement contrebalancer les émissions capturées et stockées, et protéger et régénérer les forêts serait une meilleure option dans beaucoup de cas, calcule le groupe de chercheurs. Quand des champs de bioénergie remplacent des écosystèmes fortement chargés en carbone, la (re)forestation et la déforestation évitée sont généralement plus efficaces pour la suppression de CO2 que les BECCS.

 

Les concentrations de gaz carboniques dans l’atmosphère sont déjà très proches de celles associées à une stabilisation du réchauffement à 1,5°C, rendant indispensable, pour atteindre cet objectif, le développement d’émissions "négatives", à côté des réductions d'émissions.

 

En Europe, le premier projet de BECCS est en cours au Royaume-Uni. Le développement de ce type de technologies dépend de la définition d’un prix au carbone suffisamment incitatif.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2018 6 30 /06 /juin /2018 19:15
Ses arbres plus que centenaires

Ses arbres plus que centenaires

Sa tour

Sa tour

Partager cet article
Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 16:26
Les iris

Les iris

La rivière et ses iris

La rivière et ses iris

Partager cet article
Repost0
27 mai 2018 7 27 /05 /mai /2018 12:19
Forêt Régionale de Montgé en Göele  : Venez découvrir les iris  et les buissons de rhododendrons
Forêt Régionale de Montgé en Göele  : Venez découvrir les iris  et les buissons de rhododendrons
Forêt Régionale de Montgé en Göele  : Venez découvrir les iris  et les buissons de rhododendrons
Partager cet article
Repost0
5 mai 2018 6 05 /05 /mai /2018 19:42
FORET REGIONALE DE MONTGE EN GOELE :  en mai, une occasion  pour aller découvrir les magnifiques buissons de rhododendrons
FORET REGIONALE DE MONTGE EN GOELE :  en mai, une occasion  pour aller découvrir les magnifiques buissons de rhododendrons
Partager cet article
Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 19:46

 

 

 

 Pour mémoire, l’industriel allemand Knauf souhaiterait raser cette forêt, située sur une butte, pour exploiter le gypse à ciel ouvert.

 

La butte initiale serait reconstituée à l’aide de déchets déversés dans les trous, et puis, on plantera  des dizaines d'années plus tard les arbres qui voudront bien pousser sur ces ordures.  

 

Depuis de nombreuses années Adenca  a demandé le classement de l’allée de platanes de Montgé en Goële dans la catégorie arbres remarquables.

 

Une nouvelle fois le COPIL comité de pilotage arbres remarquables de Seine et Marne a refusé de classer les platanes qui bordent la forêt de Montgé en Goële comme arbres remarquables.

 

Le comité renvoie la balle vers la commune qui pourrait, semble-t-il,  classer cette allée au niveau communal ou dans son Plan Local d’Urbanisme.

 


 

 

 

Le nouveau président du Conseil Départemental

Jean-Louis Thiérot

doit  dire s’il souhaite protéger cette forêt

où la laisser aux mains

de l’industriel allemand Knauf ?

 

Les populations du nord-ouest 77 ont le droit de savoir.

 

 


 

 

Le Conseil Départemental  77 refuse de classer les  platanes qui bordent la forêt régional de Montgé en Goële comme arbres remarquables

 

 

 

Allée de Platanes Forêt régionale de Montgé en Goële

non classée

dans la catégorie arbres remarquables

 

Le Conseil Départemental  77 refuse de classer les  platanes qui bordent la forêt régional de Montgé en Goële comme arbres remarquables
Le Conseil Départemental  77 refuse de classer les  platanes qui bordent la forêt régional de Montgé en Goële comme arbres remarquables
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2018 3 10 /01 /janvier /2018 16:20
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2017 1 25 /12 /décembre /2017 17:26
Montgé en Goêle : une forêt d'exception

 

Montgé-en Goële, charmant village de 700 âmes, occupé en majorité par la forêt et les espaces agricoles.

 

La forêt régionale de Montgé-en-Goële s’étend sur 960 hectares, pour majorité situés sur cette commune, la région IDF est propriétaire de 358 hectares à Montgé-en-Goële.

 

Une forêt plantée d’arbres remarquables, un boisement important de châtaigniers, des chênes, des frênes, des marronniers,  des charmes, des tulipiers de Virginie et une magnifique allée plantée de platanes (c’est la baronne d’Eichthal qui avait fait planter 252 platanes  au début du 20ème siècle).

On y trouve également de l’ail sauvage, du muguet, des jacinthes sauvages, des iris, des buissons de rhododendrons…..

 

Cette butte est un réservoir hydrologique, ses sources alimentent plusieurs rivières  la Beuvronne, La Thérouanne, La Nonette qui baigne le château de Chantilly.

 

Au 12ème siècle un prieuré s’y implanta, qui aurait été fondé par Thibault, comte de Champagneet Roi de Navarre, qui sera  donné  aux chanoines réguliers du St Sépulcre d’Allemagne,  dépendant de la congrégation bénédictine  fondée en 1105 par Bernard d'Abbeville, abbé de Saint Cyprien de Poitiers (abbaye dépendant de la Chaise-Dieu).

 

Ce prieuré comprenait une chapelle et une ferme.

 

Au 16ème siècle le prieuré aurait été dévasté en partie par les protestants, des religieuses s’y installèrent ensuite.

 

Au 18ème siècle les religieux n’occupent plus les lieux et les locaux sont loués à un particulier jusque vers 1792 où les biens furent vendus aux enchères publiques, suite à la dissolution de toutes les communautés religieuses par l’Assemblée législative.

 

Le prieuré devenu une propriété particulière passa entre les mains de divers propriétaires, à  M. Paultre de la Motte, puis au général de Montigny Turpin qui le transforma en rendez-vous de chasse et restaurera la chapelle.

 

C’est M. Marouzi qui y construisit vers  1840 le château de St Thibault, qui fut vendu à plusieurs reprises, en 1852 à M. de Thurneyssen, puis quelques années plus tard à M. Lainé qui fit terminer le château et le meubla, agrandit la ferme et les dépendances.

 

 Il fit reconstruire la chapelle fit remettre le monument funéraire de Jean de Chabannes,

 comte de Dammartin, accompagné d'une mise au tombeau du Christ, sculpté vers le 16ème siècle.. (aujourd’hui au château de Bourdeilles en Dordogne)

 

 

 

Pendant quelques années cette chapelle redevint un lieu de pèlerinage, jusqu’à ce que M.Perret, nouveau propriétaire en interdise l’entrée au public.

 

Au début du 20ème le banquier d’origine allemande, le baron André d’Eitchthal, achète la propriété, son épouse y fera planter une allée cavalière de 252 platanes.

Le baron d’Eitchthal sera maire de Montgé en Goële entre 1919 et 1929.

 

Le château disparaîtra dans les années 1970.

 

 

La forêt est convoitée par l’industriel allemand Knauf qui voudrait la détruire en y implantant une carrière de gypse à ciel ouvert.

 

Un dossier entre les mains de Valérie Pécresse, c’est elle et les conseillers régionaux qui devront décider pour nous si cette forêt régionale doit être détruite ou protégée.

 

 

Montgé en Goêle : une forêt d'exception
Partager cet article
Repost0

Recherche