Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 10:40
la chapelle dans la forêt de Montgé en Goële

la chapelle dans la forêt de Montgé en Goële

 

 

Ne laissons pas le Conseil Régional IDF

détruire notre patrimoine 

la forêt régionale de Montgé en Goële

en autorisant le carrier allemand Knauf à ouvrir une carrière à ciel ouvert

 

 

 

« Petit peuple »

du nord-ouest 77

N’acceptez pas d’être considéré

comme une population « d’aucun intérêt »

alors que le gypse est considéré

par le Conseil Régional IDF

comme une “richesse d’importance nationale” et d’intérêt communautaire.

 

 

 

Pour plus d'informations sur ce dossier contactez vos élus du conseil régional IDF :

 

Mme Hamida Rezeg (UMP) adjointe au maire de Meaux

M. Éric Jeunemaître (UMP) adjoint au maire de Provins

Mme Chantal Brunel (UMP) Maire de Bussy Saint Georges

M. Gilles Battail (UMP) Conseiller municipal Dammarie les Lys

Mme Claudine Thomas (UMP-PR) adjointe au maire de Chelles

M. Frédéric Valletoux (UMP) Maire de Fontainebleau

Mme Marie-Pierre Badré (UMP) adjointe au Maire de Couilly Pont aux Dames

M. Gérard Ruffin (Nouveau Centre) ancien maire de Lésigny

M. Jean-Marc Brulé (Europe Écologie) ancien maire de Cesson

Mme Marie Richard (PS et app.) conseillère municipale de La Ferté sous Jouarre

M. Jean-Paul Planchou (PS et app.) ancien maire de Chelles

Mme Geneviève Wortham (PS et app.) présidente de l’Ordif

M. Jean-François Pellissier (FG) membre commission consultative Predma

Mme Liliane Pays (Europe Écologie) de Fontainebleau, vice présidente de l’AEV

M. Pascal Marotte (Europe Ecologie) conseiller municipal de Moret sur Loing

Mme Brigitte Eude (PS et app.) conseillère municipale Torcy

M. François Kalfon (PS et app.) conseiller municipal Melun

Mme Fatna Lazreg (Europe Écologie) de Melun

M. Philippe Sainsard (PS et app.) conseiller municipal Combs la Ville

Mme Julie Nouvion (Europe Écologie) Marne la Vallée

M. Philippe Camo (FG) adjoint au maire Brétigny sur Orge (91)

Mme Josette Mollet-Lidy (PRG) conseillère municipale de Coulommiers

M. Thibaud Guillemet (Europe Écologie) Maire de Thorigny sur Marne

Mme Roseline Sarkissian (PS et app.) conseillère municipale de Fontainebleau

de la conseillère régionale du 91 :

Mme Charlotte Blandiot-Faride (FDG) adjointe au maire de Mitry-Mory

 

 

 

forêt régionale de Montgé en Goële  l'ancienne esplanade du Château St Thibault

forêt régionale de Montgé en Goële l'ancienne esplanade du Château St Thibault

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 14:37
Destruction châtaignier dans la forêt de Montgé en Goële par l'AEV

Destruction châtaignier dans la forêt de Montgé en Goële par l'AEV

 

Dans les Yvelines l’Agence des Espaces Verts, acquière un terrain

à un montant supérieur

à la valeur arrêtée par l’administration Domaines

pour protéger

5 châtaigniers

"bicentenaires, arbres remarquables, à haute valeur patrimoniale"

 tandis qu’en Seine et Marne, dans la forêt de Montgé en Goële, l’AEV détruit plusieurs hectares de châtaigniers et autres arbres pour certains plus que centenaires.

 

 

Pourquoi une telle différence de traitement ?

 

 

Mais rappelez-vous à Montgé-en-Goële vous êtes

chez « le petit peuple » de l’est parisien.

 

 

Ces gens-là 

ont-ils besoin de conserver

un patrimoine

d’arbres remarquables ?

 

 

Là est la question, à laquelle nous vous laissons le soin de répondre....

 

 

 

 

PROCES VERBAL DE LA SÉANCE DU 20 AVRIL 2015

DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’AEV

Pour extrait Rapport N° 15-061 AEV Acquisitions foncières (1)

« Un accord amiable a été recueilli à un montant supérieur à l’avis des Domaines. Il s’agit de l’acquisition de parcelles boisées et en friche situées à Medan et à Morainvilliers dans les Yvelines supportant 5 châtaigniers bicentenaires. Aussi, en vue de protéger ces arbres remarquables, de haute valeur patrimoniale, il est proposé de passer outre à l’avis des Domaines. »

 

 

http://www.aev-iledefrance.fr/phocadownload/conseil-d-administration/proces-verbaux/2015%2004%2020%20pv%20bd.pdf

 

destruction par l'AEV des arbres dans la forêt régionale de Montgé

destruction par l'AEV des arbres dans la forêt régionale de Montgé

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 10:35
 

 

Christian Dubreuil, ancien directeur de l’AEV, directeur de l’ONF ferme le centre de formation forestière de Velaine  en Haye….

 

 

Pour mémoire Christian Dubreuil était directeur de l’AEV quand il a été décidé de fermer au public le domaine St Thibault dans la forêt régionale de Montgé et d’abattre plusieurs hectares d'arbres plus que centenaires pour créer un important chemin forestier.

 

 

 

 

Paru sur le site Chalenges :
Quand l’ONF décide de vendre ses petites forêts

Publié le 08-10-2015 à 16h50Mis à jour le 09-10-2015 à 11h16

 

 

Pour se désendetter l’établissement public a pris la décision de céder ses petites forêts aux collectivités locales ou à des particuliers. Un vrai changement de culture.

Pour se désendetter l’établissement public a pris la décision de céder ses petites forêts aux collectivités locales ou à des particuliers. AFP

 

L’Office National des forêts (ONF) doit faire face à une dette de plus de 400 millions d’euros contre 287 millions en 2009. Cet établissement public qui a fêté ses 50 ans l’an dernier est dans "une situation financière préoccupante" a estimé la Cour des Comptes dans son dernier rapport. Le nouveau contrat d’objectif et de performances voté ce matin en conseil d’administration a décidé à faire baisser la dette de 140 millions d’euros d’ici 2020 pour la ramener à 260 millions. Pour y parvenir, l’ONF a pris une décision radicale : se débarrasser des petites forêts domaniales trop coûteuses à gérer.

Un vrai changement de culture pour cette administration très ancienne qui depuis Philippe Le Bel gère le patrimoine forestier français. Car si les grands massifs forestiers public sont inaliénables, "le code forestier autorise les cessions des forêts domaniales à condition que le massif ne dépasse pas 150 hectares", explique Christian Dubreuil, nouveau directeur général de l’ONF nommé en juin dernier. D’autres conditions s’ajoutent à cette première règle : il faut démontrer que la charge de gestion n’est pas couverte par les produits tirés de son exploitation mais aussi que le territoire concerné ne présente pas un caractère environnemental remarquable.

L'ONF prêt à céder des forêts à des particuliers

L’ONF gère aujourd’hui 1300 forêts domaniales dont 274 ont une surface comprise entre 1 et 200 hectares. L’idée est d’abord de procéder à une sorte d’échange avec les collectivités locales. "Nous proposons aux régions ou communauté de communes de récupérer ces petites forêts et en échange nous pouvons par exemple récupérer des parcelles de bois communaux pour les réunir dans un grand massif domanial avec ou sans soulte selon la valorisation des actifs estimés par France Domaine", explique Christian Dubreuil. Mais si les collectivités locales ne sont pas intéressées, l’ONF est prête à les "céder à des particuliers".

C’est donc une partie de la carte des forêts de France qui sera redessinée dans les mois à venir. L’établissement refuse pour l’heure de chiffrer le montant de ces privatisations. Elles ne suffiront pas à combler le déficit de l’établissement mais y contribueront. Cette annonce a rendu les syndicats fous de rage. La CGT dénonce un bradage historique qui "s’attaque aux fondements de la République".

Pour accélérer le désendettement de l’ONF, le contrat d’objectif avec l’Etat prévoit aussi la cession d’actifs non stratégiques. "Nous allons amplifier les ventes des maisons forestières, les bâtiments administratifs et techniques",poursuit Christian Dubreuil qui vient de fermer le Centre national de formation forestière de Velaine en Haye (Moselle) obligeant le déplacement de 100 fonctionnaires. En revanche, l’ONF a obtenu de l’Etat une stabilisation de ces effectifs à 9.200 agents. Le précédent plan avait donné lieu à 600 départs. Désormais les 300 départs à la retraite par an seront systématiquement remplacés. Mais pas forcément avec le statut de fonctionnaire.

L'Office National  des Forêts nous a adressé le droit de réponse suivant:
 

« Le directeur général de l’ONF que je suis depuis quelques semaines, se doit de réagir à l’article publié le 8 octobre sous le titre «  Quand l’ONF décide de vendre ses petites forêts ». Cet article contient des erreurs substantielles que je ne peux, au nom des 9200 agents que je dirige, laisser perdurer sans réagir. Tout d’abord la dette de l’ONF n’est pas celle que vous annoncez, elle est bien moindre. Pour réduire son déficit, l’ONF n’a pas l’intention de brader ses forêts, quelle que soit la taille. Il est important de rappeler que l’ONF n’est pas propriétaire desdites forêt, il n’est que le gestionnaire légal de forêts qui sont la propriété de l’Etat.  En outre, la vente de forêts domaniales n’est pas un simple acte de commerce. C’est la loi et plus précisément le Code Général de la Propriété des Personnes Publiques qui fixe les conditions dans lesquelles peut s’opérer une cession.

Le projet de contrat d’objectifs et de performance actuellement en discussion (et qui n’a fait l’objet d’aucun vote lors du conseil d’administration du 8 octobre, contrairement à ce que vous indiquez) n’envisage aucune modification de la loi. Il fixe un objectif de rationalisation du foncier des massifs forestiers domaniaux dans les territoires, en liaison avec les collectivités locales propriétaires de forêts.

La forêt publique n’est pas sur la voie d’une privatisation, je ne peux accepter cette réduction de ma pensée. L’ONF est un établissement responsable qui se doit de se désendetter comme l’a décidé le gouvernement. L’exemple du centre de formation de Velaine en Haye est symptomatique de la déformation de mes propos. Ce ne sont pas 100 fonctionnaires qui devront se déplacer mais un maximum de 39 et ils le feront à quelques kilomètres pour poursuivre leur mission à Nancy ou à proximité. Il me paraissait donc nécessaire de rectifier un certain nombre d’erreurs, dans l’intérêt de votre lectorat mais aussi pour rassurer les personnels de l’ONF que j’ai désormais l’honneur de diriger. »

Christian Dubreuil.

 

La réponse de Challenges :

Nous n’avons jamais écrit que vous alliez « brader » vos forêts mais bien vendre les plus petites d’entre-elles, ce que vous appelez, plus pudiquement, une « rationalisation du foncier ». Nous aurions aimé, en revanche, que vous informiez le lecteur sur le montant de la dette de l’établissement. Le chiffre de 400 millions que nous évoquons est celui mentionné dans le dernier rapport de la Cour des comptes, sur l’ONF, publié fin 2014. Dont acte pour la réorganisation du centre de formation nationale. T.D.

 

http://www.challenges.fr/challenges-soir/20151008.CHA0264/quand-l-onf-decide-de-vendre-ses-petites-forets.html

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 20:52

 

Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil Départemental du 77 est venu aujourd’hui dans le bassin versant Beuvronne, mais ce n’était pas pour rencontrer les populations qui souffrent, vivent au milieu des entreprises polluantes, des sites SEVESO et des ordures des autres, au bord d’une rivière polluée la Beuvronne.

 

Bien que la qualité de l’eau soit de la compétence du conseil départemental, il semble que ce ne soit pas la préoccupation principale de J.J. Barbaux qui n’a même pas fait le détour jusqu’à Compans pour constater l’état des eaux noirâtres qui se déversaient de la monstrueuse décharge illégale vers la rivière Beuvronne par ce jour de fortes pluies.

 

D’ailleurs J.J. Barbaux ne semble pas non plus se préoccuper de la qualité de l’air, ni des salariés d’Airparif qu’il risque de mettre au chômage pour ne plus subventionner cet organisme en 2015.

 

Quant aux espaces naturels sensibles que J.J. Barbaux ne souhaite plus financer, il aurait pu éviter d’en parler ici dans un des secteurs qui possèdent le moins d’espaces naturels sensibles de Seine et Marne.

 

Que Jean-Jacques Barbaux mette de l’argent dans les entreprises c’est bien, mais qu’il favorise ici l’implantation d’entreprises non polluantes. Car il doit comprendre, que le chantage à l’emploi, pour faire accepter encore des entreprises polluantes, ici les populations n’en veulent plus, aujourd’hui elles veulent que l’on respecte ici comme ailleurs leurs droits de vivre dans un environnement propre à assurer leur santé et leur bien-être.

 

 

Paru sur le site du Parisien 77 :

Conseil départemental : Barbaux (LR) envoie un signal fort aux entreprises

Gilles Cordillot | 24 Août 2015, 18h36 | MAJ : 24 Août 2015, 18h36

 

 

« Je préfère mettre de l’argent dans les entreprises, que dans les espaces naturels sensibles ! », un message du Président J.J Barbaux qui passe mal !

Thieux, ce lundi matin. L’entreprise E3Cortex conçoit et fabrique des emballages de précision. Comme cette caisse ultra-solide contenant des cerveaux commandes d’Airbus A 380 que découvre Jean-Jacques Barbaux, président (LR) du conseil départemental (au centre). (LP/Gilles Cordillot.)

 

« Nos entreprises ont du talent ». C’est un peu le message qui ressort de la visite du président du conseil départemental, Jean-Jacques Barbaux (LR). Ce lundi matin, le chef de l’exécutif départemental s’est rendu dans deux sociétés à Thieux et Dammartin-en-Goële, en compagnie de responsables de Seine-et-Marne Développement.

L’occasion de rappeler que malgré les nouvelles dispositions législatives (voir notre encadré) qui délèguent désormais la responsabilité de l’emploi à la région, le conseil départemental de Seine-et-Marne n’entend pas abandonner les entreprises.

« Je préfère mettre de l’argent dans les entreprises, que dans les espaces naturelles sensibles ! », lâche d’emblée Jean-Jacques Barbaux

……..

 

http://www.leparisien.fr/acheres-la-foret-77760/conseil-departemental-barbaux-lr-envoie-un-signal-fort-aux-entreprises-24-08-2015-5032019.php

Partager cet article
Repost0
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 10:43
AEV délibération 15 094 7/7/2015 annexe

AEV délibération 15 094 7/7/2015 annexe

 

Par délibération 15094 du 7/7/2015

L’AEV

signe un marché

de 500 000 €

pour la restauration écologique

des Yvelines, Hauts de Seine et Val d’Oise

 

 

file:///C:/Documents%20and%20Settings/Station/Mes%20documents/Downloads/15-094_delib_marche_travaux_restauration_ecologique_lot_1%20(2).pdf

http://www.aev-iledefrance.fr/ressources/deliberations-du-conseil-d-administration?start=15

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 13:43
Forêt régionale de Montgé en Goële : protection, vous avez dit protection ? Mais quelle protection ?

 

 

Pourquoi cette forêt n’est-elle pas classée

au titre de la loi du 2 mai 1930 ?

 

Celui fait 50 ans que la forêt de Fontainebleau

bénéficie de cette protection.(1)

 

Pourquoi le Conseil Régional IDF

n’a-t-il pas proposé ce site pour le classement

Natura 2000 ?

 

Ici pas même de projet de Parc Naturel Régional.

 

Pas même le statut de « forêt de protection ».

 

Seule une partie de la forêt est classée en espaces naturels sensibles mais le Conseil Général a la possibilité de la déclasser s’il estime que son état s’est dégradé.

 

 

 

 

(1) http://tl2bleau.blogspot.fr/p/evolution.html

Forêt régionale de Montgé en Goële : protection, vous avez dit protection ? Mais quelle protection ?
Partager cet article
Repost0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 09:32

 

 

On vous parle souvent de zones protégées :

mais qu’est-ce

qu’une zone protégée ?

 

C’est une zone où les « élites » qui y vivent ont cherché tous les moyens disponibles

en France pour protéger leur environnement.

 

Ils sont en général aidés par leurs amis des ministères qui sont à la pointe de toutes les législations.

 

Pendant ce temps, ils laissent allègrement détruire le territoire des autres.

 

Chez eux

pas de sites Seveso, pas de décharges, ni d’incinérateurs,

ils envoient leurs ordures chez les autres.

 

Si leur sous-sol contient des ressources intéressantes pour la collectivité, on ne les exploitera pas, on ira les prendre chez les autres, chez ceux qui n’ont pas de site classé ou protégé, on rongera sans vergogne jusqu’à l’os leurs ressources cela permettra en plus de remplir les trous par des ordures.

 

Et puis pour boire ou se laver ils prendront aux autres les eaux de leurs meilleures sources, leur laissant boire l’eau puisée au pied des décharges.

 

 

Pour améliorer l’état de leurs zones protégées, ils utiliseront les deniers publics des

« petites gens », au titre de la solidarité nationale ou régionale, car à quoi servirait de dépenser l’argent public dans des zones où l’environnement est dégradé, là-bas c’est mieux de rajouter des sites polluants et de toute façon ces« petites gens » qui vivent dans ces zones dégradées n’ont pas les moyens de se défendre.

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 18:54
Base de Loisirs de Jablines : site Natura 2000 des Boucles de la Marne

Base de Loisirs de Jablines : site Natura 2000 des Boucles de la Marne

 

Une réunion Natura 2000 Boucles de la Marne s’est tenue le 28 mai dernier  à la sous préfecture de Meaux, Adenca n’était pas invitée car notre association  une fois de plus n’a pas été nommée par M. le Préfet Jean-Luc Marx pour participer au comité de pilotage et nous le regrettons.

 

Nature Environnement 77, notre fédération départementale a été nommée dans ce comité de pilotage et c’est grâce à elle que nous avons pu obtenir des informations.

 

Nous apprenons notamment que l’Ile de France compte 35 sites Natura 2000 dont 18 en Seine et Marne soit 51 %.

 

Mais pour la répartition financière le compte n’y est pas, en effet la Seine et Marne ne reçoit que 45 % des financements publics.

 

 

Pour faire court, comme à l’habitude, au titre de la solidarité régionale votre argent est distribué ailleurs.

 

A qui profite

 les sommes

qui en toute logique de justice environnementale

auraient dû être distribuées

à la Seine et Marne ?

 

 

Est-ce qu’une fois de plus 

c’est

l’Ouest Parisien

qui est avantagé dans ce dossier ?

 

 

Pour le savoir nous vous conseillons de vous rapprocher de :

Corinne RUFET (EELV), vice présidente du Conseil Régional IDF, chargée de l’environnement.

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 19:47
Chapelle St Thibault forêt régionale de Montgé en Goële

Chapelle St Thibault forêt régionale de Montgé en Goële

 

Le Conseil Régional Ile de France

va-t-il autoriser le carrier Knauf

à détruire la forêt régionale de Montgé en Goële ?

 

 

En effet c’est la question que se pose les populations du nord-ouest 77 depuis qu’elles ont appris que c’était la Région Ile de France qui avait décrété que le gypse était “richesse d’importance nationale et d’intérêt communautaire" et que leurs conseillers régionaux avaient voté un Schéma Directeur (SDRIF) qui validait cette option.

 

 

En effet ce n'est pas l'ETAT qui en a décidé ainsi mais seulement le conseil régional IDF pour la seule région Ile de France.

 

Nous sommes d’autant plus inquiets que le Conseil Régional IDF a déjà permis au carrier Knauf de détruire une partie de cette forêt « Le Bois des Sables » pour y implanter une carrière de gypse à ciel ouvert, exploitée avec des explosifs et remblayée par des déchets.

 

 

 

Le Conseil Régional Ile de France va-t-il autoriser le carrier Knauf à détruire la forêt régionale de Montgé en Goële ?

Panneau présent dans la forêt de Montgé en Goële

Nous avons entouré en noir l'emplacement du bois des Sables

qui est en cours de destruction 

à cause de l'implantation d'une carrière à ciel ouvert

permise

par le Conseil Régional sur un

terrain lui appartenant.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 07:53
Forêt de Montgé en Goële : La Chapelle St Thibault

 

La chapelle St Thibault date du 19ème siècle, construite sur le site de l’ancien prieuré St Thibault fondé en 1145.

 

C’est le seul vestige qui reste du château construit au 19ème siècle, résidence secondaire des banquiers d’Eitchal.

 

Cette chapelle abritait le mausolée de Jean de Chabannes, comte de Dammartin et une mise au tombeau, ces deux monuments ont été transférés au Château de Bourdeilles en Dordogne.(1)

 

La chapelle a été restaurée voici quelques années.

 

C’est ce patrimoine qui pourrait disparaître si le Conseil Régional Ile de France autorisait le carrier Knauf à ouvrir une carrière à ciel ouvert dans la Forêt régionale de Montgé en Goële.

 

(1) Le patrimoine des communes de la Seine et Marne

Partager cet article
Repost0

Recherche