Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 11:05

Pourquoi des dérogations

aux limites de la qualité des eaux destinées

à la consommation humaine peuvent être obtenues

 pour l’eau du robinet ?

 

Les eaux destinées à la consommation humaine vendues en bouteilles ou conteneurs ne peuvent pas  obtenir de dérogation

 

 

Article R1321-31 Code de la santé publique

·                           Modifié par Décret n°2010-344 du 31 mars 2010 - art. 34

Lorsque les mesures correctives prises en application de l'article R. 1321-27 ne permettent pas de rétablir la qualité de l'eau, la personne responsable de la distribution d'eau dépose auprès du préfet une demande de dérogation aux limites de qualité, portant sur les paramètres chimiques, définies par l'arrêté mentionné à l'article R. 1321-2.

La délivrance par le préfet d'une dérogation, sur le rapport du directeur général de l'agence régionale de santé, est soumise aux conditions suivantes :

1° Le rapport du directeur général de l'agence régionale de santé établit que l'utilisation de l'eau ne constitue pas un danger potentiel pour la santé des personnes ;

2° La personne responsable de la distribution d'eau apporte la preuve qu'il n'existe pas d'autres moyens raisonnables pour maintenir la distribution de l'eau destinée à la consommation humaine dans le secteur concerné ;

3° Un plan d'actions concernant les mesures correctives permettant de rétablir la qualité de l'eau est établi par la personne responsable de la distribution d'eau.

Les dispositions du présent article ne s'appliquent pas aux eaux vendues en bouteilles ou en conteneurs.

La durée de cette dérogation, renouvelable dans les conditions définies aux articles R. 1321-33 et R. 1321-34, est aussi limitée dans le temps que possible et ne peut excéder trois ans.

Un arrêté du ministre chargé de la santé définit les modalités d'application du présent article et notamment la composition du dossier de demande de dérogation.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000022049939&cidTexte=LEGITEXT000006072665&dateTexte=20140214&oldAction=rechCodeArticle

 

Pour aller plus loin :

http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2014/02/cir_37910.pdf

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 10:52
Perchlorate dans l'eau du robine
et anciennes munitions? 

 

 

 

Le cas du site de l’ancien CEA de Vaujours

 

Quels risquent   actuels et futurs pour les habitants de l’Est Parisien 
qui boivent l’eau du robinet 
en  provenance des usines de Neuilly sur Marne et  d’Annet sur Marne (1)
 soit au total près de 2 280 000 habitants ? (2)
 
Le perchlorate est-il contrôlé
à la sortie
de ces 2 usines ?
 
Nous n’en savons rien.
 
 
Pour plus d’informations rapprochez-vous du responsable de la qualité de l’eau de votre commune.
Pour Claye-Souilly : Monsieur Jean-Luc Servières
 
 

(1)Les usines de Neuilly sur Marne et Annet sur Marne faisant un échange d’eau.

(2)Extrait plaquette 2013 SEDIF

 « L’usine de Neuilly sur Marne est l’une des plus grandes installations de production d’eau potable au monde alimentant la région parisienne. Située sur les bords de la Marn eà  une vingtaine de kilomètres en amont de son confluent avec la Seine, elle s’élève sur une superficie de 25 hectares. Elle a la particularité d’être répartie sur les communes de Neuilly sur Marne et Noisy-le-Grand reliées en 1967 par un aqueduc de 105 mètres qui assure le transfert de l’eau traitée d’une rive à l’autre de la Marne. A l’intérieur de cet ouvrage exceptionnel se trouve, depuis 2010, une canalisation de secours inter-usines. 

 255 000m3/jour

1.78 millions d’habitants concernés

Capacité maximale de 600 000 m2/jour »

http://www.sedif.com/iso_album/sedif_plaquette_patrimoine_web_fr.pdf

 

 

Paru sur le site 20 minutes :

Le perchlorate perturbe les eaux nordistes

Publié le 17 octobre 2012.

 

Santé L'ARS émet des recommandations pour 544 communes

La guerre 14-18 se rappelle au bon souvenir des Nordistes. L'agence régionale de santé (ARS) a annoncé, mardi, des restrictions de consommation d'eau dans 544 communes du Nord-Pas-de-Calais, en raison de la présence d'ions perchlorate dans les réseaux de distribution. La découverte des premières concentrations anormales, en septembre 2011, avait fait penser à une origine industrielle. Mais la cartographie obtenue après un an d'analyses pointe plutôt une pollution héritée des munitions explosives de la Première Guerre mondiale.

Quelles restrictions ? L'eau du robinet est déconseillée aux nourrissons de moins de 6 mois dans les 544 communes dont le taux dépasse 4 microgrammes par litre, ainsi qu'aux femmes enceintes ou allaitantes pour celles dont le taux dépasse 15 microgrammes.

Que fait le perchlorate ? L'ion ClO4- peut perturber le fonctionnement de la thyroïde en prenant la place de l'iode. L'hypothyroïdie qui en résulte freine le développement précoce des enfants. Mais selon le Dr Sandrine Ségovia-Kueny, de l'ARS, les statistiques régionales ne montrent pas de zones anormalement touchées par l'hypothyroïdie. « Le sel iodé distribué en France contribue à protéger les populations », estime la spécialiste.

Comment s'en débarrasser ? Le plus simple consiste à rechercher une nouvelle source d'eau, ou à diluer l'approvisionnement pollué avec une source « propre ». Mais on peut aussi retirer le perchlorate en passant l'eau sur des résines. La solution devrait être mise en œuvre rapidement (d'ici quelques mois) sur les grands réseaux de distribution, comme à Dunkerque. Les plus petits devront se connecter pour bénéficier d'un traitement d'ensemble, ce qui prendra « deux à trois ans », selon l'ARS.

 Olivier Aballain

Précaution

Les normes sur le perchlorate énoncées en mai par l'ANSES sont pour l'instant théoriques, aucun effet n'ayant été observé dans la région. « Nous appliquons le principe de précaution », indique l'ARS, qui a mis en place un n° d'information non surtaxé pour le grand public : 03 60 01 92 62.

http://www.20minutes.fr/lille/1023836-perchlorate-perturbe-eaux-nordistes

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 10:48

ZI MITRY INCINERATEUR 8122009

 

GEREP

Un établissement inscrit sur la base des sites pollués

 

Au regard du site des sols pollués Basol (1) nous nous apercevons qu’en 2012 certains piézomètres qui contrôlent la nappe phréatique font apparaître des fluctuations sur l’arsenic, les chlorures et le cis-dichloroéthylène.

 

 

Quelles mesures ont été prises

par les services de l’ETAT

pour protéger notre ressource en eau :

nous n’en savons rien.

 

Pour tous renseignements complémentaires nous vous conseillons de vous rapprocher de vos élus ou des services de la Préfecture

 

(1) http://basol.developpement-durable.gouv.fr/fiche.php?page=1&index_sp=77.0091

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 09:54

 

 

Pourquoi ADP

n’a-t-il toujours pas obtenu de ses fournisseurs

le détail des additifs contenus dans les fondants hivernaux

qu’il utilise ?

 

En effet à ce jour ces informations n’ont toujours pas été fournies aux associations environnementales qui le demandaient.

 

Pourtant un texte paru au journal officiel du 18 juillet 2013 impose aux opérateurs économiques de fournir des informations sur les substances contenues dans leurs articles :

 

 

 

JORF n°0165 du 18 juillet 2013 page 12030 
texte n° 109 


AVIS 
Avis aux opérateurs économiques sur l'obligation de communiquer des informations sur les substances contenues dans les articles, en application des articles 7.2 et 33 du règlement (CE) n° 1907/2006 REACH

 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027722315

 

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 18:53

 

Ce qui se fait ailleurs 

Contrôles de le nappe phréatique  

sur le site du

CEA de Pontfaverger- Moronvilliers 

 

- suivi de la nappe phréatique au moyen de piézomètres (mesures effectuées en période de hautes et basses eaux (mars et octobre)


- marquage en uranium  de la nappe à l'aplomb du site.

 

http://pontfaverger-environnement.jimdo.com/centre-d-exp%C3%A9rimentation-atomique/

 

 

Ce qui se fait à l’Est  Parisien 

Contrôles de le nappe phréatique

 sur le site de

l’ancien CEA du Fort de Courtry-Vaujours

 

Les nouveaux propriétaires du Fort de Courtry-Vaujours n'exploitant pas des installations classées,  il n'existe pas de contrôles qui leur soient imposés par L’ETAT.

 

 

Nous sommes d'autant plus inquiets que les eaux du Fort de  Courtry-Vaujours se dirigent vers 2 bassins versants:

 

- les unes  vers la Morée via la Seine , un captage d'eau important dans l'Albien se trouve dans ce bassin versant à Aulnay sous bois.

 

- les autres vers le ru de Chantereine qui se rejette dans la Marne en amont proche du captage stratégique de l'est parisien  de Neuilly sur Marne.

 

Un échange d'eau s'effectue

entre

les usines d’eaux potable

 de  Neuilly sur Marne (1)  et Annet sur Marne 

ces 2 usines fournissent

en eau potable près de 2 280 000 habitants 

 

 

 

 

(1) Extrait plaquette 2013 SEDIF

 « L’usine de Neuilly sur Marne est l’une des plus grandes installations de production d’eau potable au monde alimentant la région parisienne. Située sur les bords de la Marn eà  une vingtaine de kilomètres en amont de son confluent avec la Seine, elle s’élève sur une superficie de 25 hectares. Elle a la particularité d’être répartie sur les communes de Neuilly sur Marne et Noisy-le-Grand reliées en 1967 par un aqueduc de 105 mètres qui assure le transfert de l’eau traitée d’une rive à l’autre de la Marne. A l’intérieur de cet ouvrage exceptionnel se trouve, depuis 2010, une canalisation de secours inter-usines. 

 255 000m3/jour

1.78 millions d’habitants concernés

Capacité maximale de 600 000 m2/jour »

http://www.sedif.com/iso_album/sedif_plaquette_patrimoine_web_fr.pdf

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 10:40

Le talon d’Achille

de l’un des plus grands aéroports d’Europe

Roissy

son réseau d’assainissement

et

 l’exutoire de ses eaux ?

 

 En effet comment « nos décideurs » ont-ils pu implanter un aéroport qu’ils voulaient international sans s’être aperçus que Roissy avait pour exutoire principal de ses eaux une si petite rivière que la Beuvronne ?

 

 

Quel aéroport international

au monde

possède un exutoire aussi petit ?

 

 Aujourd’hui alors que « les élites » qui dirigent ce pays souhaitent encore agrandir cet aéroport, ce problème est  devenu récurrent et ne semble pas trouver de solutions sans faire prendre des risques d'inondations graves aux populations des communes en aval et en particulier de Claye-Souilly.

 

Un second problème se pose c’est celui de l’assainissement des eaux de l’aéroport de Roissy notamment en période hivernale, il semblerait que là non plus ADP ne trouve pas de solution.

 

En effet une des solutions envisagées  par ADP pour réduire la pollution dans la Beuvronne semble compromise,   ADP  voudrait   prolonger   sa   canalisation   de 8 kms, afin que ses eaux ne se rejettent plus dans la Reneuse, via la Beuvronne, mais directement dans la Marne en aval de la station de pompage d’Annet sur Marne.


Mais pour ce faire ADP devra traverser Claye-Souilly et Annet sur Marne, dans cette dernière commune ADP devra obtenir l’autorisation du Conseil Général 77  pour éventrer le rue du Gl de Gaulle  et de la commune d’Annet sur Marne  pour éventrer la rue de Rigaudin qui est en cours de réfection.

Le Conseil Général 77 a-t-il donné un avis favorable : nous n’en savons rien mais Annet sur Marne dit non.(1)

 

Extrait compte-rendu du conseil municipal d'Annet sur Marne du 24/1/2014

 

ANNET CM 24.1.2014

 


En attendant l’industriel continue d'obtenir des dérogations  de l’ETAT encore et encore.


Pour remettre aux normes son réseau d’assainissement ADP a besoin d’argent, mais ce n’est pas en distribuant plus de dividendes à ses actionnaires que l’industriel va trouver la solution.


En effet l’ETAT  propriétaire de 50.6 %  des parts d’ADP  a donné  son aval en 2013 pour augmenter la part des dividendes versés aux actionnaires  d'ADP:

« En 2013, l'Assemblée Générale des actionnaires a décidé de verser, au titre de l'exercice 2012, un dividende de 2.07 euro par action. Ce dividende correspond à un taux de distribution de 60%du résultat net part du Groupe de l'exercice 2012, contre 50% précédemment. Le paiement du dividende a eu lieu le 30 mai 2013. »(2)

 


Dans ce dossier

la priorité de l’ETAT français

est-elle

la préservation de notre ressource en eau

ou bien la rémunération

de plus en plus élevée des actionnaires d’ADP ?

 

A vous de juger

 

(1)http://www.annetsurmarne.com/image_files/pdf/cr-2014-01-24.pdf

(2)http://www.aeroportsdeparis.fr/ADP/fr-FR/Groupe/Finance/ActionAeroportsdeParis/Actionnariat/

pour aller plus loin :   http://adenca.over-blog.com/article-si-on-parlait-du-plus-important-captage-d-eau-de-seine-et-marne-annet-sur-marne-121123002.html

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 15:26

Anciennes munitions

et perchlorate dans l'eau du robinet ?

 

Teneurs en perchlorate

dans l’eau du robinet distribuée  dans l’est parisien

en Seine et Marne et Seine St Denis

Qu’en est-il ?

Nous n’en savons rien 

 

Dans le Nord Pas de Calais

L’Agence Régionale de Santé a fait une étude

 mais pas à notre connaissance  

en Ile de France

 

Concernant les munitions : ce qu’en dit Robin des Bois :

Les champs de bataille du nord et de l’est de la France

Chaque année, sur le territoire français, 500 à 800 tonnes de munitions anciennes, abandonnées, dégradées, imprévisibles et plus dangereuses encore qu’au moment de leur fabrication sont découvertes, collectées, regroupées, neutralisées ou entreposées dans l’attente de leur élimination finale. La grosse part de la collecte se fait dans le nord et l’est.

En lisant ce dossier, faites attention où vous mettez les pieds. Vous entrez dans les champs de bataille de trois guerres modernes, 1870, 1914-1918, 1939-1945. Les combattants ont utilisé des quantités incalculables de munitions innovantes, performantes, perforantes, insidieuses et polluantes. Le Nord-Pas-de-Calais, la Lorraine, la Champagne-Ardenne, l’Ile-de-France, la Picardie, l’Alsace et la Franche-Comté sont des terroirs de guerre superposées. Dans le nord et l’est de la France, un milliard d’obus de tous calibres équivalant à 15 millions de tonnes de métaux ont été tirés entre 1914 et 1918. Un quart de ces obus n’ont pas explosé et 6% contenaient des gaz de combat. Pendant la Seconde Guerre mondiale, 1.700 communes françaises ont été bombardées. 14% des bombes anglaises et 16% des bombes allemandes n’ont pas explosé et ont pénétré pour la majorité d’entre elles jusqu’à 4 mètres de profondeur, pour 20% jusqu’à 6 mètres, pour 10% jusqu’à 7 mètres et 1% au-delà de 9 mètres de profondeur. L’Ile-de-France porte encore des stigmates du siège de Paris en 1870 – voir à ce sujet Créteil dans l’inventaire Ile-de-France, 2008.

Les sols, les sous-sols, les eaux souterraines, les cours d’eau, les lacs, les canaux, sont des réservoirs de risques et de polluants militaires.

Dans les 7 régions du nord et de l’est de la France, 25 millions de personnes vivent et travaillent sur un sol truffé de munitions non explosées ou cachées et morphologiquement déformé par les cratères, les boyaux, les sapes, les tranchées, les trous de bombe, les cratères, les entonnoirs de mines. Les sucreries récoltent chaque année au bout des trieuses à betteraves des centaines d’engins de guerre, douilles, grenades, obus - voir à ce sujet Roye, inventaire de la Picardie, novembre 2010.

http://www.robindesbois.org/dossiers/dechets-de-guerre/2012/Inventaire-des-dechets-de-guerre-2008-2011.html

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 13:29
Perchlorate dans l'eau du robine
et anciennes munitions? 
 
Quels risquent   actuels et futurs pour les habitants de l’Est Parisien 
qui boivent l’eau du robinet 
en  provenance des usines de Neuilly sur Marne et  d’Annet sur Marne (1)
 soit au total près de 2 100 000 habitants ?
 
Le perchlorate est-il contrôlé à la sortie de ces 2 usines ?

 

Projet d’exploitation de la carrière de gypse sur l’ancien site du CEA  Vaujours :
La manipulation d’anciennes munitions restées sur le site
ne risque-t-elle pas de renvoyer du perchlorate  dans les eaux ?
 
A toutes ces questions nous n’avons pas de réponses.
 
Pour plus d’informations rapprochez-vous du responsable de la qualité de l’eau de votre commune.
Pour Claye-Souilly : Monsieur Jean-Luc Servières
 
 

(1)Les usines de Neuilly sur Marne et Annet sur Marnefaisant un échange d’eau.

 

 

Paru sur France info :
Nord-Pas-de-Calais : des sels de perchlorate dans l'eau du robinet
LE MARDI 16 OCTOBRE 2012 À 12:49
Par Ludovic Pauchan

Des taux de perchlorate supérieurs aux recommandations de l'Agence nationale de sécurité sanitaire ont été découverts dans des circuits d'eau potable. Les préfets du Nord et du Pas-de-Calais devraient prendre des arrêtés de restriction sur la consommation d'eau pour les nourrissons et les femmes enceintes.

"Il y a une suspicion d'un problème de santé publique mais on n'est pas dans une situation de crise sanitaire" : pour Christian Chocquet, le préfet délégué à la sécurité, il s'agit avant tout d'appliquer le principe de précaution. Notamment parce que le perchlorate peut s'avérer dangereux pour les nourrisons, visés avec les femmes enceintes par les arrêtés de restriction que prendront les préfets de la région dans la semaine et jusqu'à la semaine prochaine dans les 544 communes concernées.

Hyperthyroïdie, problèmes de croissance ou de développement neurologique chez le nourrisson

Solubles dans l'eau et fréquemment utilisés pour les applications militaires et aérospatiales, les perchlorates ne sont pas cancérogènes, ni mutagènes, ne s'accumulent pas dans l'organisme et leurs effets sur la santé sont réversibles. Pour autant, ils peuvent provoquer chez les nourrissons des problèmes d'hyperthyroïdie et des problèmes de croissance ou de développement neurologique.

Des taux largement dépassé sur quatre forages

Pour les bébés de moins de six mois, le taux de perchlorates fixés par l'Anses au-dessus desquels l'eau ne doit pas être consommée est de 4 microgrammes/litre. Pour les femmes enceintes ou allaitantes, il est relevé à 15 microgrammes/litre. D'après le quotidien la Voix du Nord, le seuil maximum de quatre microgrammes de perchlorate par litre d'eau a plusieurs fois été dépassé sur quatre des huit forages du champ captant de Flers-en-Escrebieux.

Pas de modification de l'incidence de l'hypothyroïdie congénitale

Les autorités ont donc annoncé le lancement de traitements à base de dilution de l'eau, ou grâce à des résines spécifiques, même si à ce jour, les études  réalisées n'auraient pas montré "de modification de l'incidence de l'hypothyroïdie congénitale" en Nord/Pas-de-Calais par rapport aux autres régions. C'est ce qu'explique Dr Sandrine Segovia-Kueny, rattachée à l'ARS. Elle poursuit, rassurante :  "La situation ne doit pas effrayer les parents. Le suivi des enfants doit rester le même, par le biais d'un pédiatre". 

Première Guerre mondiale

La présence des sels de perchlorate dans le sous-sol de la région n'est pas extraordinaire : elle pourrait s'expliquer, selon l'ARS, par les "nombreuses munitions tirées lors de la Première Guerre mondiale, en particulier sur la ligne de front qui se trouvait à la limite entre la plaine de Flandres et le plateau d'Artois."

Par Ludovic Pauchant
Partager cet article
Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 14:10

 

 

 

Un mélange des genres peu ordinaire ?

A vous de juger 

 

L’industriel ADP autorisé à assister aux réunions

d’un syndicat intercommunal d’élus ?

 

 

En effet nous apprenons qu’un contrat a été signé en juin 2010 entre le syndicat de la Basse Beuvronne(SIAERBB) et l’industriel ADP.

 

Ce syndicat est composé des communes d’Annet sur Marne, Claye-Souilly, Fresnes sur Marne,  Mitry-Mory, Villeparisis.

 

En effet ces élus ont autorisé le président de leur syndicat Yves Albarello à signer une convention financière avec l’industriel ADP.

Contre le versement de 100 000 € chaque année,  pendant 5 ans, l’industriel sera autorisé entre autres  à participer aux réunions ordinaires du comité syndical.

 

Et nous populations

qui versont nos deniers publics à ce syndicat,

pouvons-nous assister à ces réunions ? 

 

Circulez y’a  rien à voir

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 10:42

 

PRESERVATION

DE NOTRE RESSOURCE EN EAU

 

 

Pourquoi

le président du syndicat de la Haute Beuvronne

Jean-Pierre DORMEAU

(élu de la commune de Gressy)

ne répond pas à notre courrier

du 26/11/2013 ?

 

 


sieebhb fondants hivernaux ADP lettre recommandée

 

 

  

sieebhb fondants hivernaux ADP lettre recommandée 001

 

 

avis de la CIRE :

http://eau-iledefrance.fr/wp-content/uploads/2013/11/2012-E148_ARS-IDF_Avis-Cire-Glycol-vf.pdf

 

Partager cet article
Repost0

Recherche