Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 09:16

 

Gressy 29.12.2012

La Beuvronne à Gressy

Depuis le 19ème siècle Paris a pris les eaux de la Beuvronne pour alimenter le Canal de l’Ourcq, eaux  qui servent à laver les trottoirs de Paris, à alimenter quelques lacs parisiens et à arroser les pelouses de cette ville et quelques jardins privés…..

 Mais vous habitants de Seine et Marne avez-vous le droit de laver vos trottoirs, d'arroser vos pelouses ....avec l'eau du Canal de L'Ourcq, la réponse est non, sauf autorisation de la Ville de Paris :

C'est l'article L2124-8 du Code général de la propriété des personnes publiques qui s’applique.

« Aucun travail ne peut être exécuté, aucune prise d'eau ne peut être pratiquée sur le domaine public fluvial sans autorisation du propriétaire de ce domaine.

Les décisions d'autorisation fixent les dispositions nécessaires pour assurer notamment la sécurité des personnes et la protection de l'environnement. »

 

Une injustice environnementale supplémentaire pour les seine et marnais : L’accès à l’eau devrait être un droit universel mais il semble que la capitale bénéficie toujours de certains privilèges.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 17:19

 

Dans le cadre de la révision du SDAGE (1) prévue en 2015, à la demande de Agence de l’Eau Seine Normandie, 5 points de surveillance des rivières du 77 ont été créés en 2013 sous maîtrise d’ouvrage du Conseil Général 77 afin de suivre des petites masses d’eau dont la qualité d’eau était inconnue.(2)

 

Parmi les 5 points :

- 3 se situent sur la Basse Voulzie (pour mémoire rivière qui alimente Paris en eau)

- 1 sur un petit affluent de la Seine

- 1 sur un affluent de la Thérouanne.

 

 

Pourquoi 

Ni

l’ETAT

Ni

l’Agence Seine Normandie

Ni

le Conseil Général de Seine et Marne 

n’ont souhaité implanter de points de contrôles

sur cette rivière ? 

 

Pas de contrôles = pas de problèmes ?

A vous de juger 

 

 


Pourtant ce ru reçoit les eaux de ruissellement :

- de la plus importante décharge de France de déchets dangereux de France Sita Villeparisis

classée SEVESO à hauts risques

- de deux décharges illégales à Villeparisis

- d’une ancienne décharge illégale à Claye-Souilly

- de la Sté Clamens qui l’a pollué en 2013

- de plusieurs installations de traitements de déchets.

 

Pourtant ce ru reçoit les eaux de la station intercommunale d’assainissement de Villeparisis 

qui traite les eaux usées de Villeparisis, du quartier de Bois Fleuri à Claye-Souilly et de certains quartiers de Mitry-Mory.

 

Ces trois communes sont parmi les quelques communes de Seine et Marne qui possèdent encore des réseaux unitaires (eaux usées/eaux pluviales).

En cas de fortes pluies la station intercommunale de Villeparisis n’est pas en mesure de traiter toutes ces eaux  et des eaux non traitées repartent à certaines périodes directement dans le ru des Grues.

 

Nous déplorons qu’aucuns contrôles ni bactériologique, ni physico-chimique, ni des métaux lourds, ni de la radioactivité de l’eau, ni des pesticides, ni eutrophisation… n’aient été mis en place dans ce ru, affluent de la Beuvronne, rivière qui se rejette dans la Marne en amont proche du plus important captage d’eau de Seine et Marne, qui fournit en eau potable près de 500 000 habitants.

 

Pour plus d’informations

nous vous conseillons de vous rapprocher :

De M. Jean-Luc Marx, préfet de Seine et Marne 

De M. François Sauvadet, présidente de l’Agence Seine Normandie

De M. Yves Albarello, président du syndicat de la Basse Beuvronne 

De Mme Michèle Pélabère et M. Jean Pierre Bontoux, conseillers généraux

Des élus des communes de Claye-Souilly, Mitry-Mory et Villeparisis

 

(1)http://www.eaufrance.fr/agir-et-participer/planifier-et-programmer/schemas-directeurs-d-amenagement

 

(2)Qualité des cours d’eau en Seine et Marne édition 2013

http://eau.seine-et-marne.fr/library/QUalite-des-cours-d-eau-2013

 

 87 points de mesures du réseau de surveillance des cours d’eau édition 2013

 http://eau.seine-et-marne.fr/library/87-points-surveillance-2013

 

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 12:09

 

 

 

 

Le réseau

 complémentaire de bassin

 (RCB)

ne contrôle pas les eaux de la Basse Beuvronne

 

Ce réseau ne contrôle pas les eaux de la Basse Beuvronne en provenance :

 d’ADP, de la zone industrielle de Mitry-Compans et des  décharges de Villeparisis, Claye-Souilly, Annet sur Marne, Villevaudé et Fresnes sur Marne et des  sites pollués inscrits dans la base Basol de ce secteur…..

 

Pour mémoire la majorité des eaux rejetées par la Beuvronne dans la Marne en amont proche du captage d’eau d’Annet sur Marne provient de la partie Basse Beuvronne.

 

 

Ce réseau RCB contrôle seulement les eaux de la Haute Beuvronne qui servent à alimenter à près de 90 % le Canal de L’Ourcq.

 

 Pour mémoire l’eau du canal de l’Ourcq sert à laver les trottoirs et  les rues de Paris, à alimenter plusieurs lacs du bois de Boulogne et du bois de Vincennes et les cascades des Buttes Chaumont…

 

Ce réseau est géré par 

L’Agence de l’Eau Seine Normandie  (1)

 

L’Agence Seine Normandie

serait-elle plus préoccupée

par la qualité de l’eau

qui sert à laver les trottoirs et les rues de Paris

que par celle que boivent les 500 000 habitants 

qui sont alimentés par l’usine d’eau potable d’Annet sur Marne ?

 

Pour le savoir

nous vous conseillons de contacter :

Monsieur François Sauvadet,

président de l’Agence SeineNormandie. (1)

(1) http://www.eau-seine-normandie.fr/

 

 

 

Extrait article paru sur le site de la Mairie de Paris :

Le réseau d’eau non potable

[20/08/2012]

Paris a la particularité de disposer d'un réseau d’eau non potable, appelée également « eau brute », produite à partir de trois usines prélevant l’eau de la Seine et du canal de l’Ourcq.

Paris a la particularité de disposer, depuis le XIXe siècle, d’un double réseau garantissant la fourniture d’eaux de qualité différente : l’eau potable, destinée à la consommation humaine, et l’eau non potable, appelée également « eau brute », produite à partir de trois usines prélevant l’eau de la Seine et du canal de l’Ourcq. Cette eau fait l’objet d’une filtration grossière permettant d’y enlever les débris et particules supérieurs à 4 mm.
La quasi-totalité de l’eau non potable distribuée - 170 000 m3/j en 2009 - est consommée par les services municipaux pour l’alimentation des lacs et rivières des bois de Vincennes et de Boulogne, l’arrosage des espaces verts, le coulage des caniveaux et le lavage des trottoirs et des chaussées, et le curage des égouts. Les autres utilisateurs publics ou privés de l’eau non potable ne représentent que 2 % de la consommation : arrosage de certains parcs publics de l’Etat, production et distribution d’eau pour la climatisation, usages industriels divers….. 

Des études complémentaires ont été menées en 2010 et 2011

S’appuyant sur les recommandations des membres du jury, la Ville a confié à l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) la réalisation d'une étude sur les usages possibles du réseau d'eau non potable sur le long terme, notamment face au changement climatique. Parallèlement, Eau de Paris et le Service Technique de l'Eau et de l'Assainissement ont étudié l'optimisation des moyens de production et de disrtibution du réseau d'eau non potable.

 Ces études ont montré que l'abandon du réseau présenterait des inconvénients environnementaux et financiers majeurs : il faudrait remplacer l'eau non potable par de l'eau potable pour nettoyer tous les trottoirs, remplir les lacs des Bois de Boulogne et de Vincennes, arroser tous les jardins ou nettoyer les égouts. Enfin, le coût de la suppression serait de cinq à sept fois plus important que celui de son maintien, notamment parce qu'il faudrait installer de nouvelles conduites d'eau potable et démanteler les canalisations d'eau non potable.

C'est pourquoi le Conseil de Paris a voté à l'unanimité le maintien du réseau et l'optimisation de son fonctionnement en mars 2012.

http://www.paris.fr/pratique/environnement/eau/le-reseau-d-eau-non-potable/rub_134_stand_94116_port_3119

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-que-ferait-paris-sans-la-seine-et-marne-ou-trouverait-elle-l-eau-pour-arroser-ses-espaces-verts-nett-109416430.html

http://adenca.over-blog.com/article-que-ferait-paris-sans-la-seine-et-marne-ou-trouverait-elle-l-eau-pour-alimenter-les-cascades-ruis-109416334.html

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 07:00

 

Protection de la ressource en eau 

du bassin versant Beuvronne 

 

Pourquoi

le réseau départemental de surveillance des cours d’eau 

 ne  contrôle pas les sulfates

dans le ru des Cerceaux et la Reneuse 

rivières qui reçoivent les eaux de ruissellements

d’espaces agricoles à culture intensive ?

 

Par contre les sulfates(1) sont contrôlés dans la Haute Beuvronne à Compans par le réseau RCO et à Gressy par le réseau RCB, mais ces deux réseaux de contrôle, mis en place par l’Agence de l’Eau Seine Normandie en coordination avec l’ETAT n’existent pas sur la Basse Beuvronne.

 

Pour mémoire les eaux de la Haute Beuvronne servent à alimenter à près de 90 % le Canal de L’Ourcq.

 Le canal de l’Ourcq sert à laver les trottoirs et  les rues de Paris, à alimenter plusieurs lacs du bois de Boulogne et du bois de Vincennes et les cascades des Buttes Chaumont…

 

Pour plus d’informations

nous vous conseillons de contacter :

Monsieur François Sauvadet,

président de l’Agence Seine Normandie (1)

Monsieur Jean-Luc Marx, préfet de Seine et Marne

Et Monsieur Vincent Eblé, président du Conseil Général du 77

 

 

 

(1) Contrôles ions majeurs : Calcium, Magnésium, TAC, Hydrogénocarbonates, Carbonates, Potassium, Sodium, Sulfates

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 10:19

 

 

 

Le réseau de contrôle de surveillance

 (RCS)

ne contrôle pas

les rivières du bassin versant Beuvronne 

 

Pourtant la Beuvronne est  une rivière qui se rejette en amont proche du plus important captage d’eau de Seine et Marne, à Annet sur Marne dans la Marne qui fournit en eau potable près de 500 000 habitants.

 

Ce réseau est géré par :

- L’Agence de l’Eau Seine Normandie : président Monsieur François Sauvadet (1)

- L’ETAT : DRIEE et ONEMA.

 

 

Pour plus d’informations

contactez ces organismes

 

 

 

 

(1) http://www.eau-seine-normandie.fr/

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 08:32

 

Aéroport de Roissy (1) utilise en période hivernale du sel industriel pour traiter son réseau routier et du formate de potassium et sodium  pour traiter ses pistes, or nous constatons  que le réseau départemental des cours d’eau du 77 ne contrôle pas le sodium dans la Reneuse après déversement des eaux d’ADP.


Par contre le sodium (2) est contrôlé dans la Haute Beuvronne à Compans par le réseau RCO et à Gressy par le réseau RCB, mais ces deux réseaux de contrôle, mis en place par l’Agence de l’Eau Seine Normandie en coordination avec l’ETAT pour le réseau RCO, n’existent pas sur la Basse Beuvronne qui reçoit les eaux d'Aéroport de Roissy.

 

Pour mémoire les eaux de la Haute Beuvronne servent à alimenter à près de 90 % le Canal de L’Ourcq.

 

Le canal de l’Ourcq sert à laver les trottoirs et  les rues de Paris, à alimenter plusieurs lacs du bois de Boulogne et du bois de Vincennes et les cascades des Buttes Chaumont…

   

 

L’Agence Seine Normandie (3) et l’ETAT

seraient-ils plus préoccupés

par la qualité de l’eau

qui sert à laver les trottoirs et les rues de Paris

que par celle que boivent

les 500 000 habitants 

qui sont alimentés par l’usine d’eau potable d’Annet sur Marne ?

 

Pour le savoir

nous vous conseillons de contacter :

Monsieur François Sauvadet,

président de l’Agence Seine Normandie (1)

et M. Jean-Luc Marx, préfet de Seine et Marne

 

 

(1) http://www.aeroportsdeparis.fr/ADP/resources/23be108a-c263-4928-966a-01365fe9a845-DPneige2010V5.pdf

(2) Contrôles ions majeurs : Calcium, Magnésium, TAC, Hydrogénocarbonates, Carbonates, Potassium, Sodium, Sulfates

Partager cet article
Repost0
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 08:54

Le réseau

 De contrôle opérationnel

 (RCO)

ne contrôle pas les eaux de la Basse Beuvronne

 

Ce réseau ne contrôle pas les eaux de la Basse Beuvronne en provenance :

 

d’ADP, de la zone industrielle de Mitry-Compans et des  décharges de Villeparisis, Claye-Souilly, Annet sur Marne, Villevaudé et Fresnes sur Marne, et des  sites pollués inscrits dans la base Basol…..

 

Pour mémoire la majorité des eaux rejetées par la Beuvronne dans la Marne en amont proche du captage d’eau d’Annet sur Marne provient de la partie Basse Beuvronne.

  

 

Ce réseau RCO contrôle seulement les eaux de la Haute Beuvronne qui servent à alimenter à près de 90 % le Canal de L’Ourcq.

 

 Pour mémoire l’eau du canal de l’Ourcq sert à laver les trottoirs et  les rues de Paris, à alimenter plusieurs lacs du bois de Boulogne et du bois de Vincennes et les cascades des Buttes Chaumont…

 

Ce réseau RCO est géré par

L’Agence de l’Eau Seine Normandie  et l’ETAT (DRIEE).

 

 

L’Agence Seine Normandie et l’ETAT

seraient-ils plus préoccupés

par la qualité de l’eau

qui sert à laver les trottoirs et les rues de Paris

que par celle que boivent

les 500 000 habitants 

qui sont alimentés par l’usine d’eau potable d’Annet sur Marne ?

 

Pour le savoir

nous vous conseillons de contacter :

Monsieur François Sauvadet,

président de l’Agence SeineNormandie (1)

et la préfecture de Seine et Marne

 

(1) http://www.eau-seine-normandie.fr/

 

 

 

Extrait article paru sur le site de la Mairie de Paris :

Le réseau d’eau non potable

[20/08/2012]

Paris a la particularité de disposer d'un réseau d’eau non potable, appelée également « eau brute », produite à partir de trois usines prélevant l’eau de la Seine et du canal de l’Ourcq.

Paris a la particularité de disposer, depuis le XIXe siècle, d’un double réseau garantissant la fourniture d’eaux de qualité différente : l’eau potable, destinée à la consommation humaine, et l’eau non potable, appelée également « eau brute », produite à partir de trois usines prélevant l’eau de la Seine et du canal de l’Ourcq. Cette eau fait l’objet d’une filtration grossière permettant d’y enlever les débris et particules supérieurs à 4 mm.
La quasi-totalité de l’eau non potable distribuée - 170 000 m3/j en 2009 - est consommée par les services municipaux pour l’alimentation des lacs et rivières des bois de Vincennes et de Boulogne, l’arrosage des espaces verts, le coulage des caniveaux et le lavage des trottoirs et des chaussées, et le curage des égouts. Les autres utilisateurs publics ou privés de l’eau non potable ne représentent que 2 % de la consommation : arrosage de certains parcs publics de l’Etat, production et distribution d’eau pour la climatisation, usages industriels divers….. 

Des études complémentaires ont été menées en 2010 et 2011

S’appuyant sur les recommandations des membres du jury, la Ville a confié à l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) la réalisation d'une étude sur les usages possibles du réseau d'eau non potable sur le long terme, notamment face au changement climatique. Parallèlement, Eau de Paris et le Service Technique de l'Eau et de l'Assainissement ont étudié l'optimisation des moyens de production et de disrtibution du réseau d'eau non potable.

 Ces études ont montré que l'abandon du réseau présenterait des inconvénients environnementaux et financiers majeurs : il faudrait remplacer l'eau non potable par de l'eau potable pour nettoyer tous les trottoirs, remplir les lacs des Bois de Boulogne et de Vincennes, arroser tous les jardins ou nettoyer les égouts. Enfin, le coût de la suppression serait de cinq à sept fois plus important que celui de son maintien, notamment parce qu'il faudrait installer de nouvelles conduites d'eau potable et démanteler les canalisations d'eau non potable.

C'est pourquoi le Conseil de Paris a voté à l'unanimité le maintien du réseau et l'optimisation de son fonctionnement en mars 2012.

http://www.paris.fr/pratique/environnement/eau/le-reseau-d-eau-non-potable/rub_134_stand_94116_port_3119

 

http://adenca.over-blog.com/article-que-ferait-paris-sans-la-seine-et-marne-ou-trouverait-elle-l-eau-pour-alimenter-les-cascades-ruis-109416334.html

Partager cet article
Repost0
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 14:21

Paru sur le site Le Huffington Post :

Emmanuel Poilane 

Directeur de France Libertes Fondation Danielle Mitterrand.

           Publication: 28/08/2014 07h43 CEST Mis à jour: 28/08/2014 07h43 CEST

Coupure d'eau: Veolia sciemment hors-la-loi

0

Nul n'est censé ignorer la loi. Ce vieil adage ne signifie pas que chaque citoyen doit connaître tous les textes - avec plus de 8000 lois françaises, il y aurait de quoi se casser la tête. Néanmoins, cet adage est indispensable pour éviter que toute personne poursuivie puisse se décharger de sa responsabilité en invoquant son ignorance du texte. Il nous interpelle aujourd'hui dans le cas des coupures d'eau en France.

Une complexité législative sur l'illégalité des coupures d'eau

Petit rappel législatif au sujet de l'illégalité des coupures d'eau en France. La situation est d'une belle complexité. Quand on s'y attelle avec la plus grande objectivité possible, c'est-à-dire sans chercher entre les lignes des textes de loi ce qu'on voudrait y trouver, les mots parlent d'eux-mêmes. Jugez par vous-même de la loi en vigueur:

Le premier texte de loi qui parle des coupures d'eau est le décret n° 2008-780 du 13 août 2008 relatif à la procédure applicable en cas d'impayés des factures d'électricité, de gaz, de chaleur et d'eau. Nous pourrions nous attarder sur ce texte sauf que tous les articles qui concernent les coupures d'eau, le 1er particulièrement, ont été modifiés par le décret n°2014-274 du 27 février 2014. Allons donc directement voir ce décret du 27 février 2014, décret d'application de la loi Brottes (dernière loi en vigueur qui légifère sur les coupures d'eau). Ce texte stipule dans son paragraphe introductif que "le décret modifie le décret n° 2008-780 du 13 août 2008 relatif à la procédure est applicable en cas d'impayés des factures d'électricité, de gaz, de chaleur et d'eau afin de tenir compte des évolutions apportées à l'article L. 115-3 du code de l'action sociale et des familles par la loi n° 2013-312 du 15 avril 2013" (dite loi Brottes).

Lire aussi: 
 Plan social: Veolia Environnement va supprimer entre 700 et 750 postes en France
 Veolia, Dexia... une crise de gouvernance
 Borloo à Veolia: Sarkozy réaffirme qu'il n'est pas intervenu
 Après Total, Vinci, Lagardère ou Veolia, le Qatar veut investir 10 milliards supplémentaires

Pas besoin d'aller voir plus loin pour comprendre que c'est cet article L. 115-3 du Code de l'action sociale et des familles (CASF) qui donne le "la" au sujet des coupures d'eau. C'est l'alinéa 3 qui donne la clé du mystère juridique: "Du 1er novembre de chaque année au 15 mars de l'année suivante, les fournisseurs d'électricité, de chaleur, de gaz ne peuvent procéder, dans une résidence principale, à l'interruption, y compris par résiliation de contrat, pour non-paiement des factures, de la fourniture d'électricité, de chaleur ou de gaz aux personnes ou familles. [...] Ces dispositions s'appliquent aux distributeurs d'eau pour la distribution d'eau tout au long de l'année."

Des distributeurs d'eau de mauvaise foi ou ignorants?

Certains distributeurs d'eau, entreprises ou régies, cherchent visiblement entre les lignes leur solution et contournent, voire se jouent de la loi en vigueur, comme le démontre le procès-verbal du dernier CE de Véolia Eau Île-de-France en date du 25 juillet 2014. Sans détour, voici le point de vue de Sophie Vidalis-Duvert, DRH de Véolia Eau Île-de-France sur l'actualité législative des coupures d'eau:

"la loi Brottes est une nouvelle loi qui porte notamment sur la tarification de l'eau. Elle comporte trois articles (19, 27 et 28) concernant le service public de l'eau et de l'assainissement [...] Ce texte de loi a été promulgué le 15 avril 2013 [...] L'article 19 interdit les coupures d'eau dans le cas des résidences principales. Avant la loi, les coupures d'eau étaient interdites lorsque deux conditions simultanées étaient réunies: il fallait que la fourniture concerne une résidence principale et que les occupants bénéficient d'une aide du Fonds de solidarité pour le logement (FSL). La loi du 15 avril a supprimé la seconde condition, mais a maintenu la première. En conséquence, la loi interdit désormais toute coupure d'eau à un logement occupé au titre de résidence principale sans que l'abonné ait à prouver son éligibilité à une aide sociale [...] Il existe une incertitude juridique dans l'application de cette loi [...] Cet article L. 115-3 du Code de l'action sociale, issu de l'article 9 de la loi du 15 avril 2013, institue des mesures inverses à celles prévues par la loi précédente. Le décret d'application de la nouvelle loi n'étant pas publié, elle repose sur un décret d'application contraire à son contenu. Toutes les sociétés du secteur, dont Veolia, ainsi que les régies ont décidé d'attendre la clarification de la situation. Dans l'attente de la sortie du décret d'application de la loi, la pratique antérieure se poursuit. [...] Au niveau du Groupe, une opération de lobbying est menée afin que le décret soit publié"

Eh bien, Mme Vidalis, il est l'heure de vous mettre à la page législative. En effet, le décret d'application de la nouvelle loi a été publié le 27 février 2014. Vos lobbyistespeuvent donc arrêter de faire pression sur nos politiques dans la mesure où l'article L115-3 du CASF, modifié par le décret du 27 février 2014, est clair. Il est interdit de couper l'eau en cas d'impayés dans une résidence principale. Et ce, pour tout le monde et toute l'année. Plus d'exception liée à la trêve hivernale ou au statut social de vos abonnés. Il semble donc indispensable d'un point de vue légal que la pratique antérieure soit stoppée sans délai.

Veolia, vous êtes hors-la-loi.

Les témoignages que nous recevons à la Fondation sont éloquents et mettent en lumière de nombreux dysfonctionnement scandaleux de notre service public de l'eau en France, voire dans certains cas d'un dysfonctionnement démocratique de notre pays.

Des responsables politiques qui ne sont plus garants des droits

Il est de la responsabilité des élus politiques, garants des droits, de maintenir l'eau dans tous les logements pour permettre un accès minimum et une vie digne qui réponde aux besoins d'alimentation et sanitaires.

Il est aussi du devoir de ceux qui distribuent l'eau d'agir de façon bienveillante, humaniste et d'inclure dans leurs activités la dimension sociale. Quand on sait que les interlocuteurs des usagers de l'eau dans les grandes entreprises de l'eau ou même dans certaines régies publiques, Nauréade pour ne pas la citer, refusent d'échelonner les paiements, il y a de quoi se demander sérieusement si le service de l'eau en France est un réel service public.

Couper l'eau est immoral, inhumain et aujourd'hui simplement illégal. Les distributeurs d'eau ne pourront pas faire valoir leur ignorance des nouveaux textes en vigueur pour défendre leurs actes illégaux car nul n'est censé ignorer la loi.

On vous coupe l'eau? faites le savoir sur le site de France Libertés!

http://www.huffingtonpost.fr/emmanuel-poilane/coupure-deau-veolia-sciemment-hors-la-loi_b_5713801.html?utm_hp_ref=france

 

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 15:13
Partager cet article
Repost0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 09:55

 

cs 30.7.2014

 

Pour la  21ème fois en moins de 20 mois 

le 30/7/2014

 l’eau potable

distribuée par l’usine d’Annet sur Marne

ne respecte

pas les références de qualité

 


Site du ministère de la santé

http://www.sante.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html

 

Mais le Ministère de la Santé

ne diffuse

 pas tous les contrôles réalisés à Annet sur Marne 

 

Qu’en est-il des autres contrôles ?

 

Nous n’en savons rien

 

Vos élus ont accès à tous ces contrôles.

 

Pour obtenir   toutes les informations

sur la qualité de l'eau du robinet

que vous buvez

demandez à vos élus

 qu’ils diffusent  tous les résultats des contrôles

de la qualité

 de l'eau du robinet

sur le site Internet de votre mairie 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche