Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 22:00

 

 

Le Conseil Régional IDF a approuvé en novembre 2009 un Plan Régional d’Elimination des Déchets Dangereux qui permet à l’Ile de France de recevoir des déchets dangereux de toute la France

 

Oui vous avez bien lu la surface de l’Ile de France représentant moins de 2 % de la surface de la France et l'IDF peut recevoir sur son territoire des déchets dangereux de toute la France.

 

Il est vrai que ce ne sont pas les quartiers chics de la capitale ou de l’Ouest de l’Ile de France qui reçoivent ces déchets dangereux, c’est, entre autres, chez « le petit peuple » du nord-ouest 77 qu’on les envoie, vous savez dans la décharge située à côté du fort de Courtry/Vaujours, site pollué utilisé au 20ème siècle par le CEA pour y faire des essais atomiques où Placoplatre veut exploiter du gypse.

 

 La décharge Sita FD Villeparisis se trouve de l'autre côté de la route, elle est classée SEVESO à hauts risques, en particulier parce qu’on y stocke les REFIOM, par stabilisation/solidification, procédé développé voici seulement une vingtaine d’années dont on ne connaît pas la viabilité dans le temps et notamment les risques de relargage des polluants dans les eaux souterraines.

 

 

Mais qu’est-ce que les REFIOM ?

Ce sont les résidus les plus dangereux de fumées d’incinérateurs, chargés en dioxines et furanes,  métaux lourds (arsenic, plomb, mercure, cadmium, nickel….)  déchets considérés comme très toxiques pour l’environnement

 

 

D’où viennent ces REFIOM ?

Une partie provient des incinérateurs d’ordures ménagères de la région parisienne 

comme le précise SITA sur son site :

 

« SITA FD, filiale de SITA SPE, assure le transport et le traitement des cendres et des boues des trois incinérateurs …du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers (Issy les Moulineaux, Ivry/Paris XIII et Saint-Ouen). Les REFIOM et les boues des 84 communes adhérentes au Syctom sont pris en charge et traités sur l’Installation de Stockage de Déchets Dangereux de SITA FD à Villeparisis (77). » http://www.sita.fr/refiom/

 

Mais pas seulement, en effet, Villeparisis reçoit également des REFIOM d’autres départements.

 

Car il faut savoir qu’un certain nombre de régions en France ne possèdent pas de décharges de déchets dangereux et comme le conseil régional IDF favorise «l’accueil » de ces déchets sur son territoire :

Pourquoi s’en priver.

 

La Picardie, le Nord Pas de Calais, le Centre Val de Loire, la Champagne Ardennes…. ne possèdent pas de décharges de déchets dangereux et se font un plaisir de venir les déverser à Villeparisis.

 

Pour mémoire les 2 décharges de déchets dangereux d’Ile de France dont Villeparisis ont reçu près de 170 000 tonnes de REFIOM en 5 ans (entre 2009 et 2013) en provenance d'autres régions.

 

 

Pour savoir si le futur Conseil Régional d’IDF

souhaite continuer

à « accueillir » à Villeparisis

les déchets dangereux de la France entière

nous vous conseillons

de vous rapprocher des candidats aux élections régionales

 

 

 

Liste des principaux candidats

 

LR-UDI-MoDem : Valerie Pécresse, tête de liste régionale

Anne Chain-Larché, Gilles Battail, Hamida Rezeg, Eric Jeunemaître, Claudine Thomas, James Chéron, Marie-Pierre Badré, Julien Proffit, Thi Hong Chau Van, Frédéric Valletoux, Laure-Agnès Mollard-Cadix, Benoît Chevron, Sylvie Monchecourt, Michel Fouchault, Valérie Epikmen, Vincent Paul-Petit, Nathalie Tortrat, Christian Robache, Patricia Astruc-Gavalda, Cédric Brottier, Martine Andrieu, Hervé Kiteba Simo, Sophie Deloisy, Michel Papin, Valérie Lacroute.

 

 

 

Parti socialiste : Claude Bartolone, tête de liste régionale

Roseline Sarkissian, François Kalfon, Liliane Vessah, Jean-Paul Planchou, Geneviève Wortham, Jérôme Impellizzieri, Brigitte Eude, Dominique Carotine, Liliane Pays, Mohommed Yenbou, Isabelle Cros, Gilles Bord, Lina Jali, Hadrien Ghomi, Sylvie Meriaux, Joël Lopes, Nathalie Moine, Bastien Marguerite, Nadine Seymour-Galou, Bastien Gibaut, Nathalie Pierre, Patrick Ratouchniak, Marie Erline Randon, Thomas Petit, Dorine Parravano.

 

Europe-Ecologie- les-Verts : Emmanuelle Cosse, tête de liste régionale

Bénédicte Monville de Cecco, Jean-Marc Pasquet, Rose de la Fuente, Benoît Penez, Fatna Lazreg ,Franck Rolland, Estelle Mazzega-Sbovata, Jacques Huleux, Isabelle Garassino, Paulin Roy, Niki Kanpur-Paraschos, Daniel Badiata-Kanza, Meriem Chebab, Farid Djabali, Brigitte Maisonneuve, Renaud Hée, Lydia Labertrandie, Cuong Pham-Phu, Houda Tahami-Bouallaga, Hocine Oumari, Filoména Berwick, Nicolas Lavallée, Karine Merel, Philippe Cluzeau, Odile Montagne.

 

Front de gauche : Pierre Laurent, tête de liste régionale

Jean-François Pellissier, Sylvie Fuchs, Franck Sureau, Françoise Godin, Alain Briard, Marina Galli-Decostes, Sylvain Pichard, Khadidja Bertino, Patrick Mavré, Heger Habert, Alexis Martinez, Stéphanie Treillet, Gérald Sutrooghen, Maud Tallet, Michel Bachman, Sarah Machrou, Maxime Laisney, Anouk Guezet, David Allaert, Chantal Thomas, Florent Demont, Dany Marguerite, Bruno Isselin, Elsa Martin, Guillaume Sprang.

 

Pour consulter la liste complète :

Voir le Parisien 77 : http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/regionales-la-liste-des-candidats-en-seine-et-marne-10-11-2015-5264599.php

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 18:22

 

 

 

JOUY SUR MORIN (nord 77)

 

Charmant village de plus de 2100 âmes, baigné par le Grand Morin et ses affluents les rus Couru et Michée, qui possèdent des ressources phréatiques importantes, de nombreux puits de particuliers et 2 captages d’eau potable.

 

Traversée sur sa hauteur par l’ancienne voie romaine reliant Paris à Reims.

 

Une douzaine d’exploitations agricoles se partagent le territoire (élevages, cultures céréalières et  Maraîchères…).(1)

 

Au 19ème siècle, la renommée de Jouy-sur-Morin viendra de la fabrication de  billets de la Banque de France dans la papeterie du quartier Crèvecoeur-Marais qui fonctionne toujours. (1) (2)

 

Parmi les hommes illustres qui fréquentèrent le village on peut citer :

- Hervé le Bourdellès (1928-2011), artiste peintre

- Jean Navarre (1895-1919), pilote de chasse pendant le guerre 14/18 et fils d’André Navarre, propriétaire de la papeterie de Jouy sur Morin

- Jean Guillaume-Serville (1775-1858), entomoligte .

- Maurice Nadeau (1911-2013) écrivain, éditeur, entre autres, de René Char, Céline, Beckett, Kerouac, Arrabal, etc., il est inhumé au cimetière de Jouy-sur-Morin.(1)

 

 

 

C’est dans ce village rural qu’était installée l’entreprise SOGAL (ex Europfil) spécialisée dans le traitement des métaux, une entreprise mise en liquidation le 29/3/2013 et qui a laissé derrière elle

des quantités de déchets dangereux sans les mettre en sécurité.

Plus de 2 ans après la situation étant très inquiétante l’ADEME a été mandatée par le Ministère de l’Ecologie (3) pour procéder au diagnostic suivant :

 

 

 

extrait arrêté préfectoral de 2015

extrait arrêté préfectoral de 2015

 

 

Quant à Jacques Zangerle, président de cette société au moment de son dépôt de bilan le  29/3/2013, il semble que l’ETAT n’ait engagé aucune procédure à son encontre.

 

Il gère aujourd’hui une autre société de traitement et revêtement de métaux dans le calvados  à la Vespière (GE PART 14)  depuis le 1/5/2013, un peu plus d’un mois après la liquidation de Sogal à Jouy sur Morin.

 

C’est la 3ème société où l’ADEME intervient au nord 77 depuis le début de l’année, les 2 autres étant Arlequin à Mitry-Mory et Siadis à Vaudoy en Brie (située à seulement une vingtaine de kms de Jouy sur Morin).

 

Une fois de plus ce sont vos impôts qui vont devoir financer les études et le cas échéant l’enlèvement des déchets et la remise en état du site.

 

           

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jouy-sur-Morin

(2)http://www.musee-seine-et-marne.fr/les-papeteries-du-marais

(3)http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/16504/116260/file/19%2006%2015%20AP%20Travaux%20d'Office.pdf

Partager cet article

Repost0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 10:34

 

Alors que M. Jean-Luc Marx, préfet du 77, annonçait le 30/12/2014 à grand renfort de médias (1) l’évacuation de 3000 m3 de déchets dangereux, ces déchets ne seront en fait évacués qu’aujourd’hui c'est-à-dire plus de 4 mois ½ après l’annonce du préfet.

 

Une situation qui perdure depuis de plus de 7 mois puisque Mme Royal avait été informée de la présence de ces déchets dangereux par la préfecture le 15/10/2014.

 

Mais la Seine et Marne, ce n’est pas l’ouest parisien, et comme d’habitude l’ETAT a des difficultés à trouver de l’argent pour soulager ce département de ses décharges illégales.

 

 

Une autre question se pose :

 

Où seront stockés

ces déchets dangereux venant d'autres départements

encore en Seine et Marne

dans la décharge de déchets dangereux de Villeparisis ?

 

Pour le savoir contacter les services de la préfecture.

 

 

 

 

(1) http://www.leparisien.fr/vaudoy-en-brie-77141/vaudoy-en-brie-le-prefet-ordonne-l-evacuation-des-3-000-m3-de-dechets-dangereux-30-12-2014-4409195.php

 

Paru dans le Parisien 77 :

 

Les premiers déchets dangereux évacués ce mardi à Vaudoy-en-Brie

 

Sébastien Blondé | 18 Mai 2015, 19h12 | MAJ : 18 Mai 2015, 19h12

 

Les premiers déchets dangereux évacués ce mardi à Vaudoy-en-Brie (77)

Vaudoy-en-Brie, ce lundi. Venue du département du Rhône, une entreprise appartenant au groupe Suez Environnement travaille à l’évacuation des déchets du hangar agricole depuis le 4 mai. (LP/Sé.B.)

 

Le premier convoi d’évacuation des 3 000 m3 de déchets dangereux stockés dans un hangar agricole, au lieu-dit Les Prés, en bordure de la D 209 à Vaudoy-en-Brie, aura lieu ce mardi après-midi. Venue du département du Rhône, une entreprise du groupe Suez Environnement y travaille sous la tutelle de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), depuis le 4 mai.

Il aura donc fallu plus de quatre mois pour mettre en oeuvre la mise en sécurité du site, sans doute pollué par ce stokage illégal de plusieurs milliers de tonnes, dont est responsable la Siadis, société basée en Seine-Saint-Denis et spécialisée dans la collecte et le recyclage des déchets industriels dangereux. Elle avait été mise en demeure par la préfecture, en décembre dernier, de régulariser la situation. Mais «du fait du non respect des premières échéances fixées, le préfet Jean-Luc Marx a décidé de saisir l’Ademe afin de mettre en sécurité le site, de caractériser et d’évacuer les déchets dans les bonnes filières d’élimination», indique-t-elle.

Sur place ce mardi après-midi, le préfet fera un point sur l’affaire. De son côté, Amélie Cladière, la procureur de la République de Senlis (Oise) a ouvert en janvier une information judiciaire. Cinq autres tonnes de déchets gérés par la Siadis avaient aussi été découvertes dans un entrepôt à Lagny-le-Sec (Oise), commune limitrophe de la Seine-et-Marne. «Des mises en examen sont prévues, mais elles n’ont pas encore eu lieu», indique la procureur de la République.

 

 

http://www.leparisien.fr/acheres-la-foret-77760/les-premiers-dechets-dangereux-evacues-ce-mardi-a-vaudoy-en-brie-18-05-2015-4781617.php

Partager cet article

Repost0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 22:15

 

Après avoir autorisé l’implantation d’une décharge ISDI

près de l' école d'Isles les Villenoy en décembre dernier

M. le préfet Jean-Luc Marx autorise

le 27/3/2015

dans la commune voisine de Quincy Voisins

l’implantation d’une installation

de regroupement et tri de déchets dangereux

Amiante lié et déchets souillés

 

 

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/15434/109498/file/AP%2015%20DCSE%20IC%20024%20du%2027%20mars%202015.pdf

 

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 18:06

 

 

Quand il s’agit du Lubéron ou du Var où vivent les populations aisées Mme Ségolène Royal s’exprime de suite mais quand il s’agit de site dangereux découvert en Seine et Marne, on ne l’entend pas !

 

Elle a pourtant été alertée par une lettre préfectorale du 15/10/2014, voici plus de 2 mois.

 

Il semblerait que ce soit un article paru de le Parisien 77 d’hier qui ait accéléré ce dossier.

 

En effet M. le préfet du 77 a ordonné l’évacuation de 3000 m3 de déchets dangereux de ce site hier.

Aujourd’hui il a pris 2 nouveaux arrêtés préfectoraux (1)  pour saisir l’Ademe, faire mettre le site en sécurité et évacuer les déchets vers les bonnes filières d’élimination.

 

 

Mais qui va payer ?

 

C’est vous comme d’habitude

 En effet l’ADEME est un organisme financé par vos deniers publics.

 

 

Pourtant si la Sté SIADIS est défaillante et non solvable l’ETAT peut se retourner contre le producteur des déchets qu’il doit connaître puisqu’il est en possession de bordereaux de transports de la Sté Lucas Lefèvre d’Aulnay.

http://www.entreprises.cci-paris-idf.fr/web/environnement/dechets/tout-savoir-dechets/obligations-producteur-dechets

 

Pourtant l’ETAT peut également se retourner contre le propriétaire du hangar où sont entreposés les déchets dangereux et qu’il connaît également.

http://www.actu-environnement.com/ae/news/sites-pollues-dechets-responsabilite-proprietaires-23162.php4

 

 

 Affaire à suivre........

 

(1) http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/14479/103302/file/AP%2030%20dec14%20DCSE%20Vaudoy.pdf

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/14481/103318/file/AP%2014%20DCSE%20IC%2079%20travaux%20d%20office%20ademe.pdf

 

 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:28

 30.1.2009 décharges sita villeparisis028

 

Déchets radioactifs (DRNR)

déversés dans la décharge de déchets dangereux

SEVESO à hauts risques

 SITA FD

Villeparisis

 

Villeparisis reçoit les ordures des autres, cela nous le savions déjà, mais nous apprenons qu’en 2013 aucuns des déchets radioactifs (DRNR) ne provenaient de Seine et Marne, ni même d'ailleurs en 2012 et pas même en 2011.

 

En 2013 ces déchets provenaient pour :

- 31.85 % de Seine Maritime

- 17.69 % des Hauts de Seine

- 11,45 % de l’Eure

- 7.82 %  du Nord

- 6.86 % de Charente Maritime

- 6.83 % des Pyrénées Atlantiques

- 6.53 % du Haut Rhin

mais aussi des Yvelines, de l’Ardèche, du Calvados, du Cher, des Landes, du Loiret, du Pas de Calais, de la Haute Vienne……

 

Nous apprenons également à la lecture du Plan National de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs (1) que seul en France 4 décharges de déchets dangereux reçoivent ce type de déchets radioactifs (DRNR), les 2 principales étant Sita FD Villeparisis et Bellegard (Gard).

Nous apprenons également que Villeparisis pourrait recevoir chaque année jusqu’à 250 000 tonnes de ces déchets radioactifs (DRNR).

 

Ces déchets sont-ils stockés dans des alvéoles séparées à Villeparisis pour permettre une surveillance  comme dans les sites de l’ANDRA (2) :

Pas du tout

Ces déchets radioactifs (DRNR) sont mélangés aux autres déchets.

 

 

Les  ouvriers qui manipulent ces déchets sont-ils munis de dosimètres comme dans les sites de l’ANDRA (2) :

Pas du tout.

 

La représentante de Nature Environnement 77 (3) le demande à  chaque commission de suivi de site mais les représentants de l’ETAT n’ont jamais donné suite à ses demandes.

 

Certains industriels n’attendent pas que les services de l’ETAT leurs imposent certaines prescriptions, ils le font d’eux-mêmes mais ce n’est pas le cas de SITA FD Villeparisis.

 

(1) page 109 à 111

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Plan-de-gestion-pour-la-periode.html

(2) http://www.andra.fr/?gclid=CJ2f_o2hvMICFe3MtAod3nYAWQ

(3) http://www.environnement77.fr/

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 16:58

         

 

Riverains de la décharge

 SEVESO à hauts risques SITA Villeparisis

vous ne pourrez pas assister demain

  à la commission de suivi de site.

 

30.1.2009 décharges sita villeparisis028

 

L’association Nature Environnement 77 a demandé à M. Jean-Luc MARX, préfet du 77, d’ouvrir cette commission au public, M. Vincent Eblé, président du CG77, a soutenu cette demande.

 

C’est une décision qui doit être prise par le bureau de cette commission, mais depuis la création de ce bureau, les préfets qui se sont succédés ne l’ont pas réuni.


L’ouverture de cette commission au public doit être débattue demain, nous vous tiendrons au courant de la décision prise par les membres du bureau.

 

 

Pour mémoire

vous supportez cette décharge depuis plus de 35 ans.

 

Les déchets dangereux et radioactifs (DRNR) qui sont déversés dans cette décharge  proviennent de pratiquement de toute la France.

 

 

Seulement 3.08 %

des déchets

 provenaient de la Seine et Marne

en 2013 (1)

 

Paris  vous en a envoyé plus de 17 %, Les Yvelines 15 %, L’Essonne près de 8%, les Hauts de Seine 5 %, le Val de Marne 17 %.

3% venaient de l’Eure et 5% du Pas de Calais (1)

 

 

  

(1) Annexe 2 document annuel d’information 2013

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 10:20

 

 

A deux pas  du centre ville de Villeparisis, à proximité d'une zone d’habitation dense et du ru des Grues, l’entreprise Quai 77stocke des substances dangereuses pour l’environnement sans autorisation  dans la ZAC de l’Ambrésis, au 9 et 11 avenue des entrepreneurs.


 Villeparisis quai 77

Cette entreprise gère un entrepôt de 124 295 m2 depuis février 2013, elle a pris la succession de l’entreprise Transalliance qui exploitait cet entrepôt depuis 1997.

 

Ces produits dangereux sont stockés sur des hauteurs supérieures à 5 mètres et sans installation d’extinction automatique d’incendie.

 

De tels produits sont classés sous la rubrique 1172 « stockage de substances dangereuses pour l’environnement très toxiques ».

Or cette entreprise n’a pas demandé l’autorisation de stocker de tels produits et est en infraction avec la législation en vigueur.

 

Les services de la DRIEE 77 viennent de dresser 2 mises en demeure en date du 23 octobre 2014 :

 

- l’exploitant à le choix soit de déposer les dossiers réglementaires pour obtenir l’autorisation de stocker ces produits dangereux et des liquides inflammables en réservoirs manufacturés... ou de cesser son activité en remettant en état les locaux.

- il doit également dans un délai de 14 jours faire des aménagements pour réduire les risques sur l’environnement.

 

Affaire à suivre…….

 

 

Pour aller plus loin :

http://www.societe.com/societe/quai-77-483012985.html

http://www.ineris.fr/aida/sites/default/files/fichiers/nomenclature.pdf

 

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 19:07

Préservation de la ressource en eau

du nord-ouest 77 

 

Madame Nicole Klein, préfète de Seine et Marne

va-t-elle autoriser l’implantation

d’un nouveau site polluant au nord-ouest 77

TRI  DE  DECHETS DANGEREUX

qui recevrait des déchets provenant

 pour 45%

de l’Oise, l’Aisne, Val de Marne, Nord-Ouest Essonne, Est du Val d’Oise,

Seine St Denis ? 

 

 Bennes services extrait carte localisation p 78

Localisation Bennes services Quincy Voisins et Mareuil les Meaux (2)

 

La Sté Bennes services demande l’autorisation d’exploiter  un centre de tri de déchets dangereux sur les communes de Quincy-Voisins et Mareuil les Meaux,

le site est situé à côté de l’Aqueduc de la Dhuis qui fournit Disneyland en eau potable. (1)

 Les eaux de ruissellements de ce site se rejetteront  dans le ruisseau du Val, ruisseau qui se déverse dans la Marne en amont du captage d’Annet sur Marne.

 

Dans le dossier de demande d’exploitation, on peut lire page 130 (2)

« Le projet prévoit des mesures pour que les effets sur l’environnement, et notamment sur la qualité des eaux de surface et souterraines, soient moindres. »

 

Dans le dossier de demande d’exploitation, on peut lire page 136 (2)

« Pollution des eaux

Les risques de pollution aqueuse sont liés :

 aux eaux pluviales ayant ruisselé sur le site ;

 aux effluents sanitaires ;

 aux eaux de lavages des bennes et du bâtiment d’activité.

La nature des déchets est susceptible de provoquer une pollution des eaux. » 

 

Ce site devrait recevoir des déchets dangereux et non dangereux et notamment  de l’amiante liée.

 

Ce site serait  alimenté par des poids lourds  (une augmentation de 22% du trafic par rapport à l’exploitation actuelle).

 

 

 (1) http://keblo1515.free.fr/souterrinterdit/dhuys.htm

(2) http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/13111/93695/file/DDAE.pdf

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 16:52

VILLEPARISIS

Le cas de l’entreprise Paté (devenue Mineris Idf)

Chemin des carrières aux Viormes

PATé 25.4.2011 0396

Paté Villeparisis 25/4/2011

 

Dans un article du mois dernier l’association Robin des Bois attire l’attention sur la dangerosité du stockage à l’air libre de verres de tubes cathodiques, or entre 2003 et avril 2011 l’entreprise Paté  a exploité à Villeparisis une installation de traitement de déchets dangereux de verres de tubes cathodiques sans autorisation, jusqu’à 29 000 tonnes de  ces déchets ont été stockés sur ce site à l’air libre, fin mars 2011 il en restait encore 13 700 tonnes.

 

Il semblerait que les services de l’ETAT faute probablement de moyens humains n’aient constaté cette infraction que 5 ans après le début de l’exploitation lors d’une visite le 7/2/2008.

 

En effet depuis des décennies les services de la DRIEE 77 sont en sous effectifs sur ce secteur, une situation inacceptable déjà dénoncée par Mme Nicole Bricq alors qu'elle était députée de Seine et Marne.

 

La situation a perduré encore 3 ans pendant lesquels les services de l’ETAT ont adressé diverses mises en demeure, 3 ans pendant lesquels Paté a continué à traiter ces déchets dangereux sans autorisation.

 

En 2011 Paté a enfin déposé un dossier de demande d’autorisation et une enquête publique a eut lieu en avril 2011.

 

Alors que les associations environnementales avaient alerté sur la dangerosité de cette activité et demandé de ne pas l’autoriser et que les communes de Villeparisis, Courtry, Le Pin, Mitry-Mory avaient émis un avis défavorable,M. le Préfet de Seine et Marne, a autorisé  la SAS Paté à exploiter à Villeparisis cette installation de traitement de déchets dangereux (tubes cathodiques de télévision) Arrêté Préfectoral  DCSE IC 112 du 15 nov 2011. 

 

 

Qu’en est-il aujourd’hui ?


A notre connaissance aucune étude sanitaire n’a été financée ni par l’ARS, ni par aucunes collectivités pour connaître les impacts de cette activité illégale sur la santé des populations de Villeparisis et alentours, ni sur leur environnement.


La Sté Paté a été reprise  par le groupe Mineris IDF qui ne construira pas les installations imposées par  la législation actuelle pour traiter les déchets dangereux et abandonne cette activité.


Par contre Mineris IDF souhaiterait faire du broyage de verre à Villeparisis conformément à l'arrêté préfectoral  DCSE IC 112 du 15 nov 2011. 


Dans cette commune de plus de 24 000 habitants, déjà lourdement touchée par nombre d'activités polluantes, est-ce vraiment sérieux de vouloir faire du broyage de verre, n’est-ce pas rajouter de la pollution à la pollution, des nuisances aux nuisances, de l'injustice à l'injustice?

 

Pourquoi le représentant de l'ETAT a-t-il autorisé une activité aussi polluante à Villeparisis en 2011contre l'avis des élus de cette commune ?

 

Pour mémoire c'est sur la commune voisine de Courtry que l'entreprise Placoplatre demande l'autorisation d'implanter une carrière à ciel ouvert sur l'ancien site du CEA de Courtry/Vaujours.

 

Madame la Préfète de Seine et Marne autorisera-t-elle une nouvelle fois une activité polluante dans la commune voisine de Villeparisis ?

 

Affaire à suivre........

 

pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-monsieur-le-prefet-de-seine-et-marne-vient-d-autoriser-la-sas-pate-a-exploiter-a-villeparisis-entre-93817410.html 

http://adenca.over-blog.com/article-depot-de-dechets-illegal-de-la-ste-pate-a-villeparisis-77-mais-pas-seulement-a-crouy-02-egalem-82660904.html

http://adenca.over-blog.com/article-depot-de-dechets-illegal-de-la-ste-pate-a-villeparisis-77-mais-pas-seulement-a-crouy-02-egalem-82660904.html

 

 

Extrait de l’article paru sur le site Robin des Bois :

 

 

Les déchets de la téléréalité

communiqué et reportage, 30 juin 2014 

Communiqué du 30 juin 2014 

Environ 20.000 tonnes d’écrans de télévision à tube cathodique concassés sont abandonnés à ciel ouvert ou sous des bâches déchirées. Ces déchets dangereux ont des teneurs élevées en plomb, en mercure, en cadmium ; ils contiennent aussi des terres rares très faiblement radioactives. 

Les amas de verre débordent des aires de stockage et libèrent des poussières diffuses et des eaux de ruissellement non canalisées. 

Ça ne se passe pas au Ghana ou en Chine mais dans la banlieue du Mans à 200 km de Paris et des sièges des éco organismes français chargés de la collecte et de la bonne fin de l’élimination des téléviseurs et des ordinateurs en fin de vie. 

Ce nouveau scandale résulte des activités illégales de MBM (Mercure Boys Manufacture) et de la liquidation judiciaire de l’entreprise. 

Le stock de déchets dangereux correspond environ au dépeçage de 650.000 postes de télévision. 

Après Zimaval (1) à Falaise dans le Calvados et Citron (2) dans la banlieue du Havre en Seine-Maritime, l’affaire Mercure Boys démontre les lacunes et les abus de la filière de traitement des DEEE (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques). 

Robin des Bois depuis plusieurs années réclame de la part des éco organismes, de la grande distribution, des pouvoirs publics plus de rigueur, d’inventivité technique et d’investissement financier pour construire une véritable filière de traitement des déchets recyclables. A défaut, le nouveau concept d’économie circulaire ne sera qu’un instrument de marketing politique et économique.

En été 2013, alors que le stock de déchets dangereux était déjà constitué et continuait à grossir faute de débouchés, les inspecteurs de la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) relevaient que « le site donne une vision chaotique » et constataient « des envols de poussière importants lors des manipulations ». « Les auvents encore correctement gérés en 2012 sont largement saturés et les déchets sont à l’air libre. Des tas sont constitués devant d’autres tas, eux-mêmes enserrant des big bags. Une ancienne chargeuse gît au milieu des déchets, huile moteur largement répandue au sol».

La manipulation des tubes cathodiques, de leurs broyats et des broyats d’ordinateurs expose les salariés à des mélanges de poussières complexes et toxiques dont l’effet cocktail est méconnu. Compte tenu des ex conditions de travail, il est souhaitable que l’inspection du travail et l’ARS (Agence Régionale de Santé) entreprennent un suivi sanitaire des 18 salariés dédiés à cette activité et aujourd’hui licenciés.

A quelques mètres des stocks, il y a un élevage de chevaux et des gîtes ruraux…….

(1) Piles : la face cachée, communiqué du 19 décembre 2002 / Piles : la farce cachée, communiqué du 6 janvier 2003
(2) Voyage au bout du recyclage, communiqué du 8 février 2011

l’article complet :

http://www.robindesbois.org/communiques/dechet/recyclage/2014/mercure_boys_manufacture_dechets_telerealite.html

 

 

Partager cet article

Repost0

Recherche