Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 15:24

 

Paru sur le site de la mairie de Chauconin Neufmontiers :

 

Projet TERZÉO, une décharge de déchets dangereux aux portes de Chauconin-Neufmontiers

22 novembre 2016Actualités

Avec le projet de décharge Terzéo, le pays de Meaux recevra plus d’un million de tonnes de déchets dangereux en 30 ans. Seule la Commune de Chauconin-Neufmontiers aide les citoyens motivés à lutter contre ce projet.

Fidèle à sa réputation de poubelle de la région Ile de France, le nord Seine-et-Marne et plus particulièrement la région de Meaux est pressenti pour accueillir une énième décharge. En effet, si l’autorisation est accordée au projet Terzéo, les communes de Villenoy et Isles-lès-Villenoy hébergeront la 17ème Installation de France de Stockage de Déchets Dangereux.

Qu’est-ce que le Projet Terzéo ?
Selon la présentation faite par les représentants des sociétés Clamens et Cosson (filière du groupe Bouygues via Colas) partenaires financiers de la société Terzéo, spécialisées dans la valorisation de déchets de chantiers du BTP, ce projet vertueux garantit un haut niveau de maîtrise environnementale.
Les 60 hectares des anciens bassins de la sucrerie Béghin-Say situés sur les communes de Villenoy et Isles-lès-Villenoy auront le privilège d’accueillir une plateforme de tri hydraulique et de valorisation de terre de terrassement associée à une installation de stockage.
Ces anciens bassins seront dépollués et la plateforme de tri valorisera par un processus novateur 75% des 200 000 tonnes de déchets annuels en provenance de chantiers du bâtiment, liés notamment aux travaux du Grand Paris, évitant le recours aux carrières de granulats et de sable.
Qu’en est-il réellement ?
Une lecture en détail et entre les lignes des 24 kilogrammes du projet raconte tout autre chose.

Dépollution ?
Terzéo se dispense de rappeler que dans le périmètre du projet,  l’essentiel des polluants déjà sur le site :cadmium, arsenic… est confiné dans un  sarcophage, propriété de TÉRÉOS ,anciennement Béghuin-Say.  TÉRÉOS pour raison financière s’oppose à toute dépollution ainsi le sarcophage  continuera de menacer par ses écoulements résiduels la Marne et les nappes phréatiques.

 

Installation  de stockage : oui mais laquelle ?
Une nouvelle barrière tombe avec le projet Terzéo. En effet, pour la première fois dans le Pays de Meaux, une Installation de Stockage de Déchets Dangereux est susceptible de s’implanter à quelques centaines de mètres des habitations. Ce site stockera 40 000 tonnes de déchets dangereux pendant 30 ans.
Quelle fiabilité donner aux études sur l’imperméabilité du confinement de ces déchets dangereux sur une aussi longue période? Comment interpréter l’absence de financement de la post exploitation du site prévue sur une période de trente ans? La CAPM aura-t-elle à subir, à l’instar du CET de Crégy-lès-Meaux le coût de cette post exploitation ?

Trafic routier ?
Comme d’habitude, la seule option retenue pour transporter les 200 000 tonnes annuelles de déchets dangereux est la route. Si on se reporte à la rubrique du projet consacrée aux flux, la RD 5 verra son trafic journalier moyen augmenter de près de 100 poids lourds aller-retour et de 10 à 14 véhicules légers en double fret sur une amplitude horaire allant 7h à 22h. A noter que l’impact de ce trafic supplémentaire sur la RN3 n’a pas été étudié.

Le nord Seine-et-Marne poubelle de l’Ile de France ?
Sachant que 80% des déchets de chantier du BTP d’Ile de France sont déjà stockés dans le département, un des engagements de Terzéo est de développer un procédé qui diminuera le recours au site de stockage de matériaux pollués en Seine et Marne. Force est de constater que bien au contraire, c’est une nouvelle installation de stockage de surcroit de Déchets Dangereux qui est prévue avec des capacités bien supérieures à l’ISDD SITA FD de Villeparisis.

Elle s’ajoutera à la liste déjà longue des Installations de Stockage de Déchets Inertes du nord Seine-et-Marne : Crégy-lès-Meaux, Isles-lès-Villenoy, Fresnes-sur-Marne, Annet-sur-Marne…

Il est bon de rappeler que les élus de la majorité du Conseil Départemental ont renié leur parole en mettant fin au moratoire voté à l’unanimité en 2015 qui interdisait pour 3 ans l’implantation de toutes nouvelles installations de stockage de déchets dangereux en Seine et Marne. En contrepartie de ce renoncement, le Département touchera un million d’euros de la part de la société ECT. Un million d’euros pour annuler les recours contre l’extension du site de stockage de Villeneuve-sous-Dammartin c’est bien peu comparé aux nuisances pour les riverains et le coût environnemental pour les générations futures.
Mercredi 16 novembre salle de la convivialité, une réunion publique à l’initiative du PCF a rassemblé plus de 100 citoyens déterminés à lutter contre l’implantation de cette plateforme de tri associé à une installation de stockage de déchets dangereux. Les participants ont regretté le silence des 17 autres communes de la CAPM sur le sujet. Le 26 novembre à Villenoy et le 2 décembre à Meaux, ont eu lieu les premières manifestations de citoyens opposés à ce projet.

Les citoyens qui veulent empêcher cette installation peuvent se mobiliser  en rejoignant le collectif «Non au site de Déchets Dangereux Terzéo »,  en signant la pétition en ligne, ou participer à tous les mouvements d’opposition à ce projet (voir agenda des actions). Après les projets de Notre Dame des Landes, du Barrage de Sivens, le Pays de Meaux deviendra-t-il une nouvelle ZAD?
Le bureau municipal proposera au prochain conseil municipal de donner un avis négatif à ce projet. Le résultat du vote sera consultable sur le site internet de la commune.

Consultables en ligne :

Agenda des actions

Samedi 26 novembre à 10 heures : Rassemblement devant la mairie de Villenoy.

Vendredi 02 décembre à 18 heures 30 : Rassemblement devant la mairie de Meaux pour assister au Conseil communautaire de la Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux et faire pression sur les élus des communes concernées par le projet TERZEO.

Mercredi   30 novembre de 14 heures à 19 heures, samedi 10 décembre de 9 heures à 14 heures et mercredi 14 décembre de 14 heures à 19 heures : La société Terzéo organise des réunions de présentation , près du calvaire de Villenoy, sur l’ex-RD5. Exprimez votre refus de ce site de stockage.

http://chauconin-neufmontiers.fr/projet-terzeo-decharge-de-dechets-dangereux-aux-portes-de-chauconin-neufmontiers/

 

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 13:32

 

 

Un certain nombre d’écoles, de terrains de sport, se trouvent dans les villages environnants le projet à Isles les Villenoy,  Villenoy, Mareuil les Meaux, Esbly, Quincy-Voisins….

 

Le canal de l’Ourcq où se promènent des familles avec enfants se trouve également en bordure du site.

 

Autour du projet se sont accumulés des installations de traitements de déchets :

- 2 décharges ISDI, l’une à Isles les Villenoy, l’autre à Crégy les Meaux

- 1 ancienne décharge d’ordures ménagères à Crégy les Meaux toujours sous surveillance

- des carrières remblayées par des déchets à Trilbardou, Charmentray et Lesches

- une installation de tri de déchets dangereux à Quincy-Voisins (Bennes Services)

 

Pourquoi rajouter

une décharge de déchets dangereux,

alors qu’on devait réduire

les points noirs environnementaux ?

 

En effet les engagements du Grenelle de l’Environnement (Articles 138a, 138c, 140) déclinés dans le plan national santé environnement  prévoyaient pourtant :

1° de réduire les points noirs environnementaux en identifiant les zones géographiques dans lesquelles on observe une surexposition à des substances toxiques.

2° de protéger la santé des enfants en réduisant leur exposition ainsi que celle des femmes enceintes  en âge de procréer aux substances les plus dangereuses

 

 

Mais là-bas  comme l’explique Terzeo dans son étude d’impact page 192 :

« le territoire bénéficie d’une population jeune et en croissance  mais globalement sa population reste fragile, avec de grandes difficultés sociales, particulièrement en termes d’accès à l’emploi, et avec un niveau de qualification globalement plus faible que la moyenne et une sous représentation des catégories socioprofessionnelles supérieures…. »

 

 

En quelque sorte

le petit peuple de France

qui n’a le choix que de subir

et de se taire,

Surtout se taire

 

 

Paru dans l’OBS :

Pollution: 300 millions d'enfants respirent de l'air toxique

 

Washington (AFP) - Quelque 300 millions d'enfants dans le monde, soit un sur sept, vivent dans un endroit où la pollution de l'air extérieur excède jusqu'à six fois les normes internationales, contribuant dans une large mesure à la mortalité infantile, selon un rapport de l'Unicef publié lundi.

Cette nouvelle étude du Fonds des Nations unies pour l'enfance paraît une semaine avant le début de la conférence de l'ONU sur le climat, la COP22, qui doit se tenir à Marrakech au Maroc du 7 au 18 novembre.

L'Unicef saisira cette occasion pour lancer un appel aux dirigeants mondiaux pour qu'ils agissent sans attendre pour réduire la pollution atmosphérique dans leur pays.

"La pollution de l'air contribue de façon importante à la mortalité de quelque 600.000 enfants de moins de cinq ans annuellement et menace la vie et l'avenir de millions d'autres", déplore le Directeur général de l'Unicef, Anthony Lake.

 

"Les substances polluantes, non seulement endommagent les poumons des enfants mais elles peuvent aussi franchir la barrière protectrice du cerveau et endommager irrémédiablement leur développement cérébral, compromettant leur avenir", ajoute-t-il, avant de souligner qu'"aucune société ne peut se permettre d'ignorer la pollution".

 

En s'appuyant sur l'imagerie satellite, cette étude montre qu'environ deux milliards d'enfants vivent dans des pays où la pollution atmosphérique résultant des émissions des véhicules, de l'utilisation intensive de carburants fossiles, de la poussière et de l'incinération des déchets, surpasse les normes acceptables de qualité de l'air établies par l'Organisation mondiale de la santé (OMS)…..

 

- Mieux protéger les enfants -

Les enfants en bas âge sont plus sensibles que les adultes à la pollution car leurs poumons, leur cerveau et leur système immunitaire ne sont pas encore complètement formés et leurs voies respiratoires sont aussi plus perméables.

Les jeunes enfants respirent également plus vite que les adultes et aspirent plus d'air relativement à leur masse corporelle….

 

L'agence préconise également que les sources de pollution comme les usines ne se trouvent pas à proximité des écoles et des terrains de jeu. Et souligne aussi qu'une meilleure gestion des déchets peut réduire la quantité de détritus brûlés dans les collectivités…

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20161031.AFP0743/pollution-300-millions-d-enfants-respirent-de-l-air-toxique.html

 

 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 12:07

 

 

Tout est-il déjà décidé

derrière le dos des populations ?

 

Nous n’en savons rien

 

 

Ce que nous savons c’est que le préfet a décidé de créer une commission de suivi de site Terzeo avant même que la décharge de déchets dangereux ne soit autorisée.

 

La législation française prévoit  que seront membres de la commission de suivi de site (1) :

 

« Art. R. 125-8-2. − I. – La commission est composée d’un membre au moins choisi dans chacun des cinq collèges suivants :
« – administrations de l’Etat ;
« – élus des collectivités territoriales ou d’établissements publics de coopération intercommunale concernés ;
« – riverains d’installations classées pour laquelle la commission a été créée ou associations de protection de l’environnement dont l’objet couvre tout ou partie de la zone géographique pour laquelle la commission
a été créée ;
« – exploitants d’installations classées pour laquelle la commission a été créée ou organismes professionnels
les représentant ;
« – salariés des installations classées pour laquelle la commission a été créée.
« Le collège “Administrations de l’Etat” comprend au moins le représentant de l’Etat dans le département où est sise l’installation classée ou son représentant ainsi que le service en charge de l’inspection des installations classées. Il peut comprendre un représentant de l’agence régionale de santé.
« Les représentants des salariés sont choisis parmi les salariés protégés au sens du code du travail.
« Pour les installations relevant du ministère de la défense, ces représentants peuvent être des personnels militaires des installations classées pour lesquelles la commission est créée.

 

C’est le préfet

qui choisit

les membres de cette commission

 

Dans le cas présent nous sommes curieux de connaître les noms des salariés qui vont être nommés dans cette commission, car il semblerait que  cette société n’emploie aucun salarié. (1)

 

Nous vous indiquerons le nom des membres choisis par le préfet pour représenter les riverains et la défense de l’environnement afin que vous puissiez les contacter pour faire remonter vos demandes auprès de la préfecture.

 

(1) http://www.ineris.fr/aida/consultation_document/1855

(2) http://www.societe.com/societe/terzeo-791481823.html

 

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 09:58
Etude impact  emplacement sarcophage(document Terzeo)

Etude impact emplacement sarcophage(document Terzeo)

 

Comment l’Agence Régionale de Santé a-t-elle pu donner un avis favorable à ce projet ?

alors que :

- 5 captages d’eau potable non protégés par une DUP se trouvent en aval du site dont un sur la commune d’Isles les Villenoy 

- Alors qu’une pollution importante de la nappe phréatique a été détectée sur la friche industrielle en fer et arsenic à l’aval du sarcophage, ce qui a conduit Terzeo à retirer la parcelle sarcophage de son périmètre ICPE dit de « réhabilitation » de cette friche (1).

 

 

avis autorité environnnementale page 14 (2)

avis autorité environnnementale page 14 (2)

 

 

Qu’est-ce qu’une DUP ?

 

C’est un arrêté qui est pris par le Préfet pour protéger les alentours d’un captage d’eau, protéger la ressource en eau contre la pollution, avec interdiction de pratiquer certaines activités polluantes ou dangereuses autour de ces captages.

 

La protection de la ressource en eau a été rendue obligatoire depuis la loi sur l’eau du 3/1/1992(3), mais au nord 77 un certain nombre de captages ne sont toujours pas protégés, en infraction avec la législation en vigueur, une situation favorable aux industries polluantes ou dangereuses.

 

 

Quelles sont

les captages non protégées

par une DUP

en aval de la friche industrielle ?

 

 

- Isles les Villenoy, Condé Ste Libiaire

gérés par le SIPAEP des confluents des Vallées de Marne et Morin à Montry (qui possède également un 3ème captage à Couilly Pont aux Dames)

 

ces 3 captages fournissent en eau potable :

 Condé Ste Libiaire, Isles les Villenoy, Esbly,  Montry, Mareuil les Meaux (bourg), Quincy Voisins, Couilly Pont aux Dames, St Germain sur Morin, Trilbardou et Vignely

soit  24 675 habitants.

 

- 2 captages à Charmentray

- 1 captage à Lesches.

 

 

Avant toute prise de décision

par le Préfet du 77

dans ce dossier

Marisol Touraine et Ségolène Royal

doivent financer

une étude hydrogéologique complète

de la friche industrielle et de l’aval du site

autour des 5 captages d’eau

afin de protéger la ressource en eau des populations

 buvant l’eau du robinet

en provenance de ces captages

 

 

 

(1) Etude d’impact p 76, p 357

 http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/23649/188138/file/Etude%20d'impact%20projet%20TERZEO-1.pdf

(2) http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/22825/182194/file/AVIS%20DE%20L'AE%20du%202%20SEPTEMBRE%202016.pdf

(3) http://www.eaufrance.fr/agir-et-participer/prevenir-les-risques/protection-des-captages

http://captages.onema.fr/enjeu/la-protection-des-captages/laire-dalimentation-de-captage

http://www.cpepesc.org/L-eau-du-robinet-LES-PERIMETRES-DE.html

 

 

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 18:08
Projet Terzeo Etude impact décembre 2015 (carte complétée par Adenca indiquant l'emplacement de la future décharge de déchets dangereux)

Projet Terzeo Etude impact décembre 2015 (carte complétée par Adenca indiquant l'emplacement de la future décharge de déchets dangereux)

 

 

A grand renfort de médias

l’industriel Terzeo

indique

qu’il va réhabiliter une friche industrielle.

 

Drôle de façon de réhabiliter une friche industrielle en y déversant plus d’un million de tonnes de déchets dangereux !

 

Quant aux terres polluées à l’arsenic contenues dans un sarcophage qui se trouve sur la friche industrielle Terzeo ne devrait pas s’en occuper.

 

A la page 39 de l’étude d’impact (1) on peut lire :

« La parcelle du sarcophage correspondant au bassin 18 ouest-A ne sera pas touchée (hors périmètre ICPE). »

 

 Drôle de procédé pour un industriel qui dit vouloir dépolluer des terres polluées !

 

Ne devrait-il pas en priorité « faire des essais » de dépollution sur les terres polluées à l’arsenic de la friche industrielle avant d’en faire venir d’ailleurs ?

 

A vous de juger

 

Affaire à suivre……

 

(1) http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/23649/188138/file/Etude%20d'impact%20projet%20TERZEO-1.pdf

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 13:28
Projet Terzeo décharge déchets dangereux près de Mareuil les Meaux, Isles les Villenoy et Villenoy : un article de l’association des Riverains du bord de Marne

 

 

 

Pour compléter notre précédente information sur le projet de décharge de déchets dangereux Terzeo, nous vous conseillons de consulter le dossier très bien documenté édité par l’association des Riverains du bord de Marne :

 

Pour extrait :

"Comme à chaque fois dans ce cas précis d'aménagement :

" Le pétitionnaire présente une demande de dérogation à l'interdiction de destruction et de perturbation d'espèces protégées...

le"marneux"

 

Lien vers l'article complet :

http://www.lemarneux.fr/2016/09/tri-et-valorisation-de-terres-de-terrassement-de-chantiers-a-villenoy-77.html

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2016/09/projet-terzeo-une-decharge-de-dechets-dangereux-au-bord-du-village-de-mareuil-les-meaux-d-une-duree-de-30-ans.html

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 11:37

 

 

Dernière minute

 

Nous apprenons que la DRIEE 77 vient d’adresser une mise en demeure à la Sté Lucas Lefevre de Mitry-Mory qui exploite une entreprise de regroupement et tri de déchets dangereux sans autorisation.

 

Lucas Lefevre est située 15 rue des Frères Lumière, à proximité d’une zone de préparation et reconditionnement de jouet pour enfants  et de produits alimentaires (Agrana….).

 

Il a été trouvé sur le site de Lucas Lefevre des déchets amiantés et déchets de plomb.

 

 

 

Extrait de l’arrêté préfectoral du 21/7/2016

 

Mitry-Mory : l’entreprise Lucas Lefevre stocke des déchets amiantés et de plomb sans autorisation à proximité d’une zone de préparation de jouet pour enfants !

 

 

Pour mémoire  l’agence Lucas Lefevre d’Aulnay avait transporté en 2011 des fûts, palettes et conteneurs de déchets pour le compte de la Sté Siadis dans un hangar à Vaudoy en Brie, déchets déposés illégalement par Siadis et qui avaient dû être évacués en 2015 aux frais du contribuable.(AP 14 DCSE IC 075 du 8/12/2014)

 

 

http://www.larepublique77.fr/2015/07/12/seine-et-marne-dechets-vaudoy-en-brieevacuation-des-dechets-toxiques-est-terminee/

Partager cet article

Repost0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 11:23

 

ADENCA

opposée

à l’exploitation de la décharge de déchets dangereux Sita FD

au-delà de 2020 !

 

 

Sita pourrait tout à fait pour préserver les emplois diriger son activité par exemple vers le recyclage du plâtre et des terres gypsifères du Grand Paris, ce qui permettrait de réutiliser le gypse sans ronger jusqu’à l’os nos ressources.

 

 

   Nous supportons cette décharge depuis plus de 40 ans

 il est temps que cela s’arrête.

 

 

Nos vies ne sont pas à vendre

contre

des emplois polluants !

 

Depuis plusieurs années cette décharge reçoit moins de 10% de déchets dangereux provenant de la Seine et Marne, Villeparisis ne peut pas continuer à être le dépotoir de déchets dangereux de la France.

 

 

La faute à qui ?

 

- Aux préfets qui dans leurs arrêtés préfectoraux auraient pu limiter le stockage des déchets dangereux reçus à Villeparisis à la seule région IDF.

 

- A toutes ces régions qui ne savent que faire de leurs déchets dangereux puisqu’ils n’ont pas de décharges pour les stocker et les envoient à Villeparisis.

Pour ne citer qu’elles Nord Pas de Calais, Picardie,Champagne Ardennes, Centre ….

 

- Au Conseil Régional d’Ile de France qui met en place et vote les plans déchets sans permettre aux représentants des populations du nord-ouest 77 d’assister aux réunions de concertation plan déchets.

Au Conseil Régional d'Ile de France qui dans son Plan d'élimination des déchets dangereux ne fixe aucune limite quant aux lieux de provenance des déchets stockés en IDF (ce qui permet à l'Ile de France de pouvoir stocker des déchets de la France entière et même de l'étranger).

 

 

 

Vous êtes ici

chez le petit peuple du nord-ouest 77.

 

Serviable et corvéable à merci

Comme les serfs au Moyen-Age

 

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 14:57

Villeparisis

une décharge de déchets dangereux

Seveso à hauts risques

à perpétuité !

 

 

La décharge de déchets dangereux de Villeparisis devait fermer ses portes en 2020, mais comme personne ne veut de ce type de décharge sur son territoire Sita veut continuer son exploitation au-delà de 2020 sur le même site et pourquoi pas remplir également de déchets dangereux les trous des carrières avoisinantes exploitées par Placoplatre sur Villeparisis et Le Pin. Sita serait partant si Placoplatre est d’accord.

 

Entre 2012 et 2015 cette décharge à reçu chaque année moins de 10 % de déchets en provenance de Seine et Marne, en 2015 ce n’était même plus que 5.17%.

 

Les Hauts de Seine se sont débarrassés entre 2014 et 2015 de plus de 48 000 tonnes de déchets dangereux, la majorité constitués par des Refioms, résidus les plus dangereux des incinérateurs, c’est en partie parce que cette décharge reçoit ce type de déchets qu’elle est classée Seveso à Hauts Risques.

 

La Seine Maritime est venue déverser entre 2014 et 2015 plus de 20 000 tonnes de déchets, en partie des déchets en provenance de l’entreprise Citron du Havre qui est considérée comme « un désastre pour l’environnement et la santé des salariés ».

http://cgtlehavre.ul.over-blog.com/article-citron-un-cas-d-ecole-du-capitalisme-sauvage-dans-la-zone-portuaire-du-havre-74291543.html

 

L’Aisne, l’Oise, le Pas de Calais, le Nord, la Marne, L’ile et Vilaine, l’Allier, la Meurthe et Moselle, les Charentes Maritmes, l’Isère, la Gironde… viennent se débarrasser de leurs déchets dangereux à Villeparisis.

 

Car il faut bien comprendre qu’un certain nombre de régions en France ne possèdent pas de décharges de déchets dangereux et n’en veulent pas, elles préfèrent envoyer leurs ordures à Villeparisis puisque le Conseil Régional IDF l’autorise.

 

 

En blanc les régions qui ne possédaient pas de décharge de déchets dangereux en 2012

En blanc les régions qui ne possédaient pas de décharge de déchets dangereux en 2012

 

Bien sûr on nous fait le chantage à l’emploi, vous devez préserver les emplois polluants

d’une poignée de salariés au-delà de 2020 et surtout ne pas vous préoccuper des risques

sur votre santé et celle de vos enfants.

 

 

L’avis du petit peuple du nord-ouest 77 

n’intéresse personne

 

 

D’autres décident pour vous

 derrière votre dos

avec

les industriels.

 

 

Rappelez-vous les plans déchets sont votés par le Conseil Régional IDF qui ne vous a pas invité aux réunions de concertation.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 07:48
Décharge Sita Villeparisis

Décharge Sita Villeparisis

 

Nord-ouest 77 

 les déchets radioactifs DRNR

déversés

dans la décharge Sita FD de Villeparisis

ne viennent pas de Seine et Marne.

 

 

Entre 2011 et 2013 cette décharge a reçu plus de 25 000 tonnes de déchets radioactifs DRNR

Sans qu’aucuns de ces déchets ne proviennent de Seine et Marne.

Entre 2013 et 2015 le tonnage de DRNR déversés à Villeparisis a plus que doublé.

 

Ce sont en particulier les départements de Seine Maritime, Charente Maritime, Hauts de Seine et Pyrénées Atlantiques qui se sont débarrassés de ces déchets nocifs et sont venus les déverser en Seine et Marne.  

Seules 2 décharges de déchets dangereux en France reçoivent ce type de déchets Villeparisis et Bellegarde (Gard).

 

Nous servons en quelque sorte de cobayes, car la législation ne semble pas très au point sur le stockage de ce type de déchets dans les décharges de déchets dangereux et des évolutions de cette législation devraient avoir lieu dans les années à venir.

 

Car il faut savoir que ce type de déchets n’est pas stocké à Villeparisis dans des alvéoles séparées mais mélangés aux autres déchets,la législation n'oblige par l'exploitant à le faire, le préfet aurait pu l'imposer à l'exploitant mais il ne l'a pas fait.

 

Comment dans ces conditions

pouvoir surveiller sérieusement à long terme

 ces déchets radioactifs DRNR ?

 

En 2014 les ouvriers qui manipulaient ce type de déchets n’étaient  toujours pas munis de dosimètre (instrument de mesure destiné à mesurer la dose radioactive), ce n’est pas obligatoire dans ce type de décharge, par mesure de sécurité supplémentaire Sita Fd aurait pu les équiper de ce type de matériel qui coûte moins de 300 €, mais puisque ce n’est pas obligatoire Sita Fd ne le fait pas.

Partager cet article

Repost0

Recherche