Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 14:52

 

 

_6597.jpg

 

 

Décharge Annet sur Marne ECT 11/3/2009

 

 

 

Reportage sur les décharges en Seine et Marne

auquel a participé notre association

 

 

Reportage de Baptiste Clarke  paru sur le site actu environnement :
 

 

Les conditions d'enfouissement des déchets inertes en question
 

 

C'est en millions de tonnes que se chiffrent les déchets dits inertes, de construction et de démolition. Mais en l'absence de contrôles précis lors de l'enfouissement, le risque de pollution est d'autant plus problématique qu'après remblai, l'agriculture peut s'installer sur ces centres de stockage.....
 

 

 

Lien voir le reportage, cliquer sur la flèche en bas de l’image à gauche: link

 

 

 

 

 


Repost 0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 13:07

 

 

 

 

 

Reportage sur les  décharges illégales

  LGD Limeil Brevannes

  et Seine et  Marne

entre Lizy sur Ourcq  et Meaux

 


 

 

http://vimeo.com/33501385

 

 

 

 

Entre 2008 et l'été 2011, LGD Développement a accumulé illégalement 150.000 tonnes de déchets sur un terrain de Limeil-Brévannes, à 15km de Paris.


Une montagne de déchets qui a commencé à se consumer sous l'effet de la fermentation, et a fini par brûler presque tous les jours de l'été 2011 jusqu'à alerter les autorités.

Le 5 septembre 2011, la ministre du développement durable vient annoncer que la montagne disparaîtra. Une opération financée par l'Etat à hauteur de 14 millions d'euros.

 

 

 

Où iront les déchets de Limeil Brevannes :

en Seine et Marne dans la décharge

Veolia de Claye-Souilly

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-ces-ordures-de-limeil-brevanne-qu-on-va-enterrer-a-claye-souilly-86865648.html

http://adenca.over-blog.com/article-environnement-claye-souilly-ces-dechets-de-limeil-brevannes-qui-vont-etre-deverses-a-claye-souill-83802897.html

 

Repost 0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 20:33

 

 

 

 

 

1 GVTP cOUPVRAY 6.9.2011

                                      décharge illégale de Coupvray 6/9/2011 lieudit "Les Pendants"

 

 

 

 

C’est dans l’une des communes voisines du plus Grand Parc d’Attractions Européen, dans le charmant village de Coupvray, berceau de Louis Braille, l’inventeur du système d’écriture en relief pour aveugles (1) que s’est implanté cette décharge illégale depuis plusieurs années.

 

 

La Société GVHTP exploite illégalement une installation de transit, regroupement et tri de déchets non dangereux et stocke des déchets au lieudit « Les Pendants » sur un terrain appartenant à son dirigeant Monsieur Gabriel Van Honacker.

 

Ces déchets proviennent-ils en partie du chantier du futur  hôpital de Lagny situé à Jossigny  comme le prétend Monsieur Gabriel Van Honacker ?

 

Un 1er arrêté préfectoral du 27/5/2011  suspend  l’activité illégale exercée sur ce site : suspension non respectée jusque début août 2011.

 

Un 2ème arrêté préfectoral en date du 4/7/2011 impose l’évacuation des déchets vers une installation dûment autorisée dans les 3 mois.

 

 

 3 GVTP cOUPVRAY 6.9.2011

 

L’état du site à la date du 6 septembre dernier (voir photo ci-dessus) nous fait douter de l’évacuation de tous les déchets pour le 4 octobre prochain, mais attendons.

 

Le ministère de l’écologie, en date du 2 septembre 2011 indique qu’il va prendre de nouvelles mesures pour mieux encadrer la gestion des déchets et notamment en appelle à la fermeté des préfets dans l’application des sanctions encourues (3), si les déchets de Coupvray ne sont pas évacués à la date du 4 octobre prochain la préfecture pourrait se retourner vers le producteur des déchets  en vertu de  l’article 541-3 du Code de l’Environnement (4).

 


 

Affaire à suivre ……

 

 

  (1) http://www.claye-souilly-decouverte.com/article-26508370.html

(2) 2, allée Jean de la Fontaine à Lesches

(3) http://www.developpement-durable.gouv.fr/Coup-d-envoi-des-travaux-d.html

(4)http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023268599&cidTexte=LEGITEXT000006074220&dateTexte=20110910&oldAction=rechCodeArticle

 

 

Repost 0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 14:48

 

 

 

Encore une décharge  illégale en Seine et Marne 

 

SLBTP

Poincy

rue de l’ancien bois

 

 

Par arrêté préfectoral du 4 juillet 2011 Monsieur le Préfet de Seine et Marne 

impose à cette société de procéder à l’évacuation des déchets stockés sur son site.

 

http://www.seine-et-marne.pref.gouv.fr/sections/actions_de_l_etat/environnement_et_san/icpe_-_carrieres/decisions/prescriptions_comple/poincy-_societe_slbt/downloadFile/attachedFile/AP_PC_N_11_DRIEE_099_du_8_juillet_2011.pdf?nocache=1312201773.31

 

Et une installation illégale  de regroupement ou tri de déchets non dangereux, non inertes

 

 

http://www.seine-et-marne.pref.gouv.fr/sections/actions_de_l_etat/environnement_et_san/icpe_-_carrieres/decisions/sanctions/poincy-societe_slbtp/downloadFile/attachedFile/AP_SUSPENSION_D_ACTIVITES_du_27_mai_2011_SLBTP.pdf?nocache=1306846134.97

 

 

En Seine et Marne, mais pas seulement

à Saint Leu la Forêt (95) également

 

 

Article du Parisien 95 :

Saint-Leu-la-Forêt

Le centre de tri des déchets pollue en toute impunité

 14.07.2010

Dans la zone d'activités des Frères-Lumières à Saint-Leu-la-Forêt, l'air est chargé. Il ne s'agit pas d'un orage qui pointe à l'horizon, mais bien d'odeurs pestilentielles. « L'odeur est insupportable, on a l'impression que des matériaux humides pourrissent, qu'il y a des champignons… Je n'ouvre plus mes fenêtres », se plaint Cécile Chalignes, belle-fille des gérants de l'entreprise voisine du centre de tri mis en cause. « C'est davantage une déchetterie à ciel ouvert qu'un centre de tri! » poursuit-elle. De fait, le tas de déchets BTP de l'entreprise Santis Environnement grossit au fil des jours. « Dans le Val-d'Oise, c'est le seul dossier BTP d'une telle ampleur », indique Baptiste Lorenzi, chef de l'unité territoriale de la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie (Driee) d'Ile-de-France, qui surveille les installations industrielles. « On a fait de nombreuses visites et publié de nombreux rapports. A chaque fois, le préfet a suivi nos avis de mise en demeure de l'activité de l'entreprise polluante. » Et à chaque fois, ces arrêtés de cessation d'activité sont restés sans effet. Officiellement, Santis Environnement, filiale de Pro-Bennes, n'a plus le droit de trier ses déchets. « Mais depuis 2008 rien n'a changé », confie la Driee. Des rapports accablants Pourtant, les rapports sont accablants. Baptiste Lorenzi explique : « Sur le terrain, on a constaté des traces de pollution des sols, un stockage d'huile et de carburants qui ne sont pas dans des lieux de rétention et un stockage de déchets BTP à même le sol. » Selon les normes en vigueur, les déchets BTP doivent être stockés sur une surface dure et étanche. L'Agence de l'eau avait donc subventionné l'entreprise pour qu'elle fasse les travaux, mais rien n'a été entrepris. « J'ai fait tout ce que j'ai pu, mais ils ne m'ont pas laissé le temps de mettre tout aux normes! » s'énerve Marc Valette, le propriétaire de la société incriminée. Et de continuer sur le même ton : « Je suis en perte nette de 300000 € parce que j'ai passé mon temps à dépenser de l'argent pour me mettre aux normes! » Au départ, l'apparente bonne volonté de Marc Valette avait rassuré, mais maintenant, plus personne n'y croit. « Entre ses manifestations de bonne foi et la réalité, il y a un pas », explique Ekarat Thanadabouth, directeur du développement économique et commercial de la communauté d'agglomération Val et Forêt. Et ce pas, il n'a pas souvent été franchi depuis 2008. Aujourd'hui, Sébastien Meurant, le maire UMP de Saint-Leu-la-Forêt, craint que « Santis Environnement ne s'en aille en nous laissant tous ses déchets sur le dos ». La réponse du propriétaire de la société polluante ne peut le rassurer qu'à moitié : « J'en ai marre, je veux mettre la clé sous la porte », menace Marc Valette, qui promet d'enlever tous ses déchets « à l'exception des gravats ». « Et je souhaite bonne chance au repreneur! » conclut-il, amer.


Le Parisien

Cet article a été publié dans la rubrique Val d'Oise 

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/le-centre-de-tri-des-dechets-pollue-en-toute-impunite-14-07-2010-1000299.php

 

Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 20:22

 

5 BMR 4.9.2011 

 

Villeparisis BMR  4  septembre 2011

 

 

Encore une décharge illégale en Seine et Marne 

 

BMR Villeparisis

Route de Villevaudé

Villeparisis

 

 

CETTE ENTREPRISE CONTRAINTE DE QUITTER LE 93 EST VENUE S'INSTALLER A VILLEPARISIS.

 

Son dossier passe au Coderst (1) le 8 septembre prochain :

 

"Projet d'arrêté de prescriptions complémentaires en application de l'article L 512-20 du code de l'environnement, l'évacuation de tous déchets présents sur le site vers les installations dûment autorisées à les recevoir."

 

Et une installation illégale  de broyage

de déchets issus du bâtiment et des travaux publics

 

http://www.seine-et-marne.pref.gouv.fr/sections/actions_de_l_etat/environnement_et_san/icpe_-_carrieres/decisions/sanctions/villeparisis-societe/downloadFile/attachedFile/AP_N_11_DCSE_IC_071_du_5_juillet_2011.pdf?nocache=1310473066.47

 

http://www.seine-et-marne.pref.gouv.fr/sections/actions_de_l_etat/environnement_et_san/icpe_-_carrieres/decisions/sanctions/villeparisis-societe8506/downloadFile/attachedFile/AP_N_11_DCSE_IC_072_du_5_juillet_2011.pdf?nocache=1310977792.32

 

 

 

 

(1)     http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/13-_Qu_est_ce_que_le_CODERST.pdf 

 

7 BMR 4.9.2011

                                            Villeparisis BMR 4.9.2011

 

En Seine et Marne, mais pas seulement

à Montreuil (93) également

 

Paru sur le site rue 89 : 

Les Montreuillois en guerre pour sauver leurs murs à pêches

Par Maria Mancilla | Rue89 | 27/06/2007 | 18H31

Un tas de déchets de plus de cinq mètres de haut, une foule de rats et de corbeaux, un passage incessant de camions, des routes de leur quartier détruites, tout comme les » murs à pêches » . Ce site, partiellement classé depuis 2003, abritait en effet des murs (ceux qui sont encore debout sont en très mauvais état) où des arbres fruitiers poussaient depuis le XVIe siècle.

Ces problèmes sont devenus » insupportables » pour les habitants du quartier Saint-Antoine, à Montreuil, en plein cœur du site des murs à pêches. Avant de se constituer en association, certains avaient envoyé individuellement des lettres à la mairie pour signaler les activités de la SLB (devenue BMR en 2006). L'association des habitants de Montreuil a également écrit au commissaire de police, sans obtenir de réponse.

Ils accusent cette entreprise de trier et de broyer des déchets en tout genre, de la laine de verre aux déchets hospitaliers, alors que ceci n'est pas prévu dans ses statuts (voir document). Rue89 a contacté Roger Filliatre, gérant de l'entreprise BMR, qui n'a pas souhaité nous parler.

Le passage de camions a quoi qu'il en soit dégradé les rues du quartier, interdites aux véhicules de plus de 3,5 tonnes (voir vidéo). Mais les habitants disent ne plus savoir à qui s'adresser, puisque la mairie les renvoie vers la police et cette dernière vers la municipalité....


La préfecture de Seine-Saint-Denis aurait été plus active pour stopper les activités illicites de BMR. Le dernier arrêté préfectoral, daté de 2002, demande à l'entreprise SLB (aujourd'hui BMR) de « supprimer la totalité des déchets qui ne constituent pas des gravats inertes » et de mettre le site en état (voir document ci-dessous), ce qui n'a pas été fait.

L'association des habitants de Montreuil compte continuer à faire pression sur la mairie et sur la préfecture jusqu'à ce que l'entreprise BMR arrête ses activités et que les sols soient dépollués.

.........

 

Lien vers l'article complet :

 

http://www.rue89.com/2007/06/27/les-montreuillois-en-guerre-pour-sauver-leurs-murs-a-peches

 

Autres articles sur le même sujet :

 

http://lepoivron.free.fr/article.php3?id_article=743

 

http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:1UxpRkjAu40J:www.liberation.fr/societe/0109107103-a-montreuil-les-graves-nuisances-des-gravats+adhm+bmr&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&source=www.google.fr

 

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/les-murs-a-peches-debarrasses-de-l-entreprise-polluante-27-08-2008-174966.php

 

http://www.la-croix.com/Archives/2007-07-12/Montreuil-en-guerre-contre-une-decharge.-_NP_-2007-07-12-296315

Repost 0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 15:00

 

 

 

Encore une décharge  illégale en Seine et Marne 

GVHTP

Dirigée par Gabriel Van Honacker

Coupvray

« Lieudit les Pendants »

 

 

Par arrêté préfectoral du 4 juillet 2011 Monsieur le Préfet de Seine et Marne 

impose à cette société de procéder à l’évacuation de tous les déchets stockés sur son site.

 

Lien vers l’arrêté préfectoral :

http://www.seine-et-marne.pref.gouv.fr/sections/actions_de_l_etat/environnement_et_san/icpe_-_carrieres/decisions/prescriptions_comple/coupvray-gvhtp/downloadFile/attachedFile/AP_PC_N_11_DRIEE_092_du_4_juillet_2011.pdf?nocache=1310473995.28

 

pour aller plus loin : http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/soupcons-de-pollution-dans-une-decharge-09-07-2010-994716.php

Repost 0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 18:58

 

 

 

Encore

une décharge illégale

  au nord de la Seine et Marne

 

à Cocherel

 

 

 

 

Pour extrait, département de Seine et Marne en date du 18/7/2011:

 

2011/DDT/SEPR/279 — Arrêté préfectoral mettant en demeure la société WIAME de

cesser les travaux et de déposer un dossier de demande d'autorisation d'exploiter

une installation de stockage de déchets inertes pris pour l'application de l'article

L.541-30-1 du code de l'environnement sur la commune de Cocherel

 

Article 1 : La société WIAME VRD représentée par M. Hervé WIAME, dont le siège social est situé B.P. 90074 – ZAC du

Hainault – Sept Sorts 77263 LA FERTE-SOUS-JOUARRE Cedex est mise en demeure de cesser tout remblai à partir de la

date de signature du présent arrêté sur les parcelles 532, 606, 766, 504, 26, 28 et 29 sur la commune de COCHEREL.......

 

 

Lien vers le site de la préfecture voir pages 16,17,18 :

http://www.seine-et-marne.pref.gouv.fr/sections/recueil_des_actes_ad/recueils_2011/2eme_semestre/recueil_des_actes_ad9525/downloadFile/attachedFile/raa_n_29_du_19_juillet_201120_pages.pdf?nocache=1311079790.39

 

 

Repost 0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 21:48

 

 

 

Vive inquiétude à Villeroy 77

après la mise en liquidation judiciare de la  Société LGD Développement

 

En effet nous venons d’apprendre que la Société LGD Développement

Rue Albert Garry Prolongée à 94 Limeil-Brévannes

placée en liquidation judiciaire le 28 avril 2011 par le Tribunal de Créteil

qui a laissé une montagne de déchets sur la commune de Limeil Brévannes

oeuvrait également  route départementale 129 à Villeroy (77)

 

 

 

Que va devenir la montagne de déchets

stockés illégalement

par cette société  à Villeroy ?

 

Qui va payer pour l'enlèvement  des déchets ?

 

 

 

 

Paru sur le site du Parisien 94 :

Limeil-Brévannes: le maire veut faire bouger la montagne

Le maire de Limeil a adressé hier un courrier au ministre de l’Environnement pour débloquer les 9 M€ nécessaires à l’enlèvement du tas.

AGNÈS VIVES | Publié le 08.06.2011, 07h00

 

 

 

limeil-brÉvannes, hier. Depuis 2002, les détritus s’accumulent et forment un énorme tas nauséabond. (LP/MARC MENOU.)

Nouvelle démarche pour faire bouger la montagne. Hier, le maire de Limeil-Brévannes, Joseph Rossignol (Parti de gauche), a saisi la ministre de l’Environnement afin d’obtenir de l’Etat l’évacuation des 150000 t de déchets du site de LGD Développement qui polluent le quotidien des habitants de Limeil et Valenton. Selon les estimations officielles, il faut 9 M€ pour dégager cette butte haute de 25 m.



« Le tas ne peut pas rester là, martèle Joseph Rossignol. L’Etat dispose d’un fonds pour aider les collectivités. » L’élu n’accepte pas d’attendre les résultats des mesures prises par le préfet. Les clients de LGD, responsables de leurs déchets, sont recherchés. Dans les jours qui viennent, le tas doit être arrosé pour éviter les incendies à répétition. Une réunion publique est organisée demain avec les riverains pour faire le point sur ce dossier et envisager les actions possibles.

Des manquements à la réglementation

Elus et riverains s’interrogent sur la « complaisance » des services de l’Etat. Car cette montagne ne s’est pas créée du jour au lendemain. C’est en 2002 que LGD, après une tentative à Valenton, s’installe sans autorisation à Limeil. A l’époque, Patrick Bueno, coactionnaire, veut monter un centre de transit et de tri de déchets industriels. « Avant 2002, il n’y avait pas d’autorisation à avoir », prétend-il. La législation change. Pour préparer sa régularisation, le gérant s’adjoint les services du cabinet Huglo-Lepage, spécialisé dans les affaires d’environnement. Une enquête publique est ouverte. Valenton et Limeil s’opposent farouchement. « On a dénoncé les nuisances, la poussière, le passage des camions, les odeurs », se souvient Jean-Claude Peter, de l’association des riverains (Adrerg). A la surprise générale, le préfet de l’époque suit l’avis favorable de ses services. LGD doit simplement respecter certaines règles (hauteur, traçabilité des déchets…) « M. Bueno avait un projet ambitieux, écolo même, souligne son ex-conseil, Me Huglo. Mais on n’a pas réussi à fédérer les gens. »

Pendant trois ans, le centre de transit tourne à plein. En 2008, le maire de Limeil sensibilise l’Etat sur des manquements à la réglementation. « Il avait son projet de quartier écolo en face. Je le gênais », insiste Patrick Bueno. Des contrôles sont réalisés. Pour les services de l’Etat, tout est conforme. Un an plus tard, le tas commence à se former. Jusque-là, LGD se servait du centre d’enfouissement de Villeau (Eure-et-Loir) pour décharger ses camions. Sauf qu’en juillet 2009 la décharge est interdite. « On a voulu me faire couler, se défend Patrick Bueno. J’ai peut-être fait des erreurs. Toutes les sociétés sont négligentes. Le métier n’est pas encore bien défini. »

Et le patron d’assurer avoir voulu se mettre en conformité à Limeil. La montagne grimpe. Les mises en demeure se succèdent. LGD continue. Dans la balance, une trentaine d’emplois. Ce n’est qu’en novembre 2010 que les autorités feront cesser l’activité. L’actuel préfet, qui « suit de près » le dossier, assure que ses prédécesseurs « ont fait ce qu’il fallait ».

Le Parisien

Lien vers l'article :

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/limeil-brevannes-le-maire-veut-faire-bouger-la-montagne-08-06-2011-1485172.php

 

 

 

Sur le même sujet :

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/cinq-mesures-d-urgence-contre-la-montagne-en-feu-20-05-2011-1458085.php

http://ex.pompier.free.fr/viewtopic.php?p=5596

 

http://www.metrofrance.com/paris/limeil-hantee-par-son-mont-d-ordures/pkfo!Usw2DYfEuKZQy9SaKDrcg/

 

http://www.leparisien.fr/limeil-brevannes-94450/le-sort-de-lgd-doit-servir-d-exemple-en-ile-de-france-11-06-2011-1489246.php

 

 

 

Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 11:36

 

NORD-OUEST SEINE ET MARNE 

 

 ENCORE DES DECHETS :

LE CAS DE COUPVRAY

 

 

Article le Parisien 77 9/7/2010 :

 

 

 

 

DSCN8289 

Repost 0

Recherche