Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 11:40

 

 

A la suite d’une visite de la DRIEE 77 en date du 15 janvier dernier  il a été constaté que l’entreprise MATHIEU de Charny exploitait une installation de concassage et criblage de déchets inertes, une entreprise de transit de déchets inertes d’une superficie de 13000m² sans disposer de l’autorisation nécessaire pour exploiter ces types d’installations.

 Nord-Ouest 77 : L’entreprise Mathieu de Charny exploite une installation de traitement de déchets illégale

Un arrêté préfectoral de mise en demeure en date du 9/3/2015 a été pris, arrêté signé par M. Guillaume BAILLY,responsable de la DRIEE77.

 

L’entreprise MATHIEU TP est mise en demeure de :

- Déposer un dossier d’enregistrement en préfecture sous 3 mois

- Ou de cesser ses activités en procédant à la remise en état.

 

Pour mémoire le dirigeant de l’entreprise MATHIEU n’est autre que M. Laurent AUGUSTE dirigeant également de l’entreprise VITRANS de Charny  dont il a été fait état dans le dossier de la décharge illégale de Villeparisis l’année dernière.

 

Le journal du dimanche écrivait le 9/3/2014:

Les décharges sauvages du "clan Hornec" 

Scandale environnemental aux portes de Paris sur fond de banditisme. Un business lucratif où amiante et bitumes étaient lâchés en pleine nature

 

«……. Côté rentrées d'argent, tout va bien. Près de 2 millions d'euros ont été crédités en un peu plus d'un an. Ils proviennent à 75% d'une société de transport spécialisée dans l'évacuation de chantiers du BTP, Vitrans SA, basée à Charny (Seine-et-Marne). Son président s'appelle Laurent Auguste. En s'intéressant à son téléphone, les enquêteurs s'aperçoivent qu'il a séjourné en Corse début juin 2013, aux mêmes dates que Loune Hornec et Habib Ben M'Hamed, le directeur de RTR groupe environnement, eux aussi trahis par leurs portables. Renseignements pris, la facture du jet privé – de l'ordre de 50.000 € – a été prise en charge par Vitrans. »(1)

 

Pour tous renseignements complémentaires

nous vous conseillons de contacter les élus de Charny :

Mmes et Mrs

Xavier FERREIRA, maire

Catherine DUFRENOY, Nathalie RONGIERE, Jennifer DAURIAC, Elodie DELAME-MONIER, Dominique MESLAYDaniel GUIMBARD, Didier DEBRIT,Isabelle SUTTER-VINCENZIValérie MORIN, Pascal DEKEYSER,Antoine CHATELAIN, Arnaud LAFOSSE, Edouard PROFFIT, Bruno BAUTISTA.

 

(1) http://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Les-decharges-sauvages-du-clan-Hornec-656349

 

Pour aller plus loin :

Sté M ATHIEU TP http://www.societe.com/societe/sarl-matthieu-388443137.html

Sté VITRANS http://www.societe.com/societe/vitrans-323300095.html

Sté VESTA http://www.societe.com/societe/vesta-finance-402573620.html

Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 10:48

M. Jean-Luc Marx, préfet du 77

va-t-il faire fermer définitivement

la décharge illégale

GVHTP Coupvray ?

 1 GVTP cOUPVRAY 6.9.2011

Décharge illégale GVHTP 2011

 

C’est dans l’une des communes voisines du plus Grand Parc d’Attractions Européen  Disneyland, dans le charmant village de Coupvray, berceau de Louis Braille, l’inventeur du système d’écriture en relief pour aveugles que s’est implanté cette décharge illégale depuis plusieurs années.

 Un article de Gilles Van Kote publié le 16 Février 2012  dans le journal le Monde disait :

 «  Le gouvernement veut fermer toutes les décharges illégales d'ici à fin 2012  

Extrait : On compterait en France 500 déchetteries non conformes. A l'instar du site de Coupvray, près de Disneyland Paris, dont l'activité a été suspendue. Sur le plateau agricole qui surplombe Disneyland Paris, des centaines de mètres cubes de déchets s'entassent dans un terrain boueux situé sur la commune de Coupvray (Seine-et-Marne). Le site ne dispose pas d'autorisation pour stocker les déchets de chantier ou industriels qui s'y trouvent. Il est homologué comme plate-forme de fabrication de compost. Des installations de ce type, il en existe des centaines en France…….. »

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1183010

 

Deux fédérations de défense de l’environnement avaient déposé plainte  auprès de M. Le Procureur de la République de Meaux en date du 21/3/2012, le dossier a été classé sans suite en date du 15/10/2013.

 

Qu’en est-il aujourd’hui ?


C’est le 11ème arrêté préfectoral qui vient d’être délivré par la préfecture en date du 6 janvier dernier à l’encontre de cet exploitant.

C’est un arrêté de suspension d’activité dans l’attente de régularisation administrative, un copier-coller des arrêtés de 2011.

En effet  voici plus de 3 ans  le 27/5/2011 la DRIEE 77 avait déjà mis en demeure l’entreprise de régulariser sa situation et suspendu son activité.

 

 

Les élus de Coupvray viennent d’adresser un courrier en date du 29/12/2014 à M. Le Préfet lui demandant de faire appliquer les dispositions réglementaires qui s’imposent.

Dans ce courrier  la mairie de Coupvray fait l’historique du dossier, indique que cette société a fait des exhaussements de terre dans une zone où le PLU l’interdit et indique qu’elle a pris un arrêté interruptif de travaux qui malheureusement est resté sans suite.

 

Des élus bien démunis face à cette situation qui perdure depuis de nombreuses années.

 

 

La balle est dans le camp de M. Jean-Luc Marx qui nous le souhaitons va mettre fin à cette situation inacceptable qui perdure depuis de nombreuses années et porte atteinte à la qualité de vie des riverains et à l’environnement, notamment à la préservation de notre ressource en eau, car les eaux de ruissellements de cette décharge illégale se dirigent vers la Marne, rivière sur laquelle sont situées plusieurs usines de captage d’eau qui fournissent en eau potable l’est parisien.

Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 15:10

 

 

Fabrice Nicolino, journaliste à Charlie Hebdo grièvement blessé lors de l’attentat du 7/1/2014 dans ce journal.

Ce qu’en dit Energie de la mer dans un article du 10/1/2015, pour extrait :

 « Fabrice Nicolo déjà victime d'un attentat, « il se vivait déjà comme un survivant », dit de lui sa compagne, grande journaliste engagée dans l'environnement et l'écologie « Aller à Charlie Hebdo n’était pas rien. Il avait conscience du danger. Je lui disais toujours, quand il allait à la conférence de rédaction : “Si tu vois un homme avec une barbe et un grand sabre, cours…” Ce mercredi je ne le lui avais pas dit...(1) »

(1) http://energiesdelamer.blogspot.fr/2015/01/charlie-pas-de-necrologie-ils-ne-sont.html

 

Publié sur le blog de Fabrice Nicolino, journaliste à Charlie Hebdo blessé lors de l’attentat de « Charlie Hebdo » :

Publié sur le blog de Fabrice Nicolino :

 

Au pays des déchets et des ordures

Publié le 3 avril 2014

Cet article a été publié le 20 mars 2014 par Charlie hebdo

Un clan mafieux à la française contrôle l’enfouissement de déchets dangereux, façon Camorra de Naples. Derrière les gros titres de la télé, une autre réalité : les services d’État laissent faire les magouilleurs, car c’est la seule solution qu’ils ont trouvée.

Les journaux aiment enfiler des perles, ça passe le temps. Exemple entre cent : l’affaire de la décharge mafieuse. En deux mots, u
ne famille de la grande truanderie – le clan Hornec -, installée à Montreuil, tout près de Paris, magouillait de manière à enfouir illégalement des déchets toxiques. Où ? À la frontière entre Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne, à Villeparisis. La combine est fort simple : on propose d’embarquer des déchets spéciaux, qui devraient être retraités dans des installations adaptées, et on les enterre dans des champs, si possible près de décharges autorisées, pour contrarier de très éventuels contrôles. Si l’industriel respecte la loi, il paie bonbon. S’il refile ses merdes sans savoir où elles atterriront, il fait une belle affaire.

S’agit-il, comme le répètent en boucle les gazettes, d’une importation des mœurs de la Camorra italienne, qui a pourri toute la région autour de Naples, la Campanie ? Rien n’est moins sûr. L’affaire de Villeparisis révèle en fait une impasse radicale, celle de la gestion des déchets de notre monde. En 2007, la farce du Grenelle de l’Environnement avait juré de réduire le volume de déchets ménagers de 7 % par habitant en cinq ans. Il est passé de 29,3 millions de tonnes en 2008 à 31,9 en 2012, soit une augmentation de 9 % qui ne veut de toute façon rien dire, car personne ne contrôle véritablement de tels flux.

Pour ce qui concerne les déchets industriels, les classements statistiques distinguent à la louche folklorique les déchets dangereux et non-dangereux. Vous m’en mettrez 315 millions de tonnes en 2008, dont 15 seraient craignos. Dans tous les cas, il faut banquer, et comme on ne parvient plus à ouvrir une décharge sans provoquer une levée de fourches, le système est auto-bloqué. La vérité approximative de l’affaire de Villeparisis, c’est que tout le monde est au courant, et que tout le monde regarde ailleurs.

La preuve par ce fait divers rapporté dans un coin du Parisien le 3 mai 2013. Près d’un an avant le supposé scandale en cours, la Direction départementale des territoires (ancienne DDE) fait les gros yeux à la société RTR, celle impliquée dans l’affaire Hornec. Des camions remplissent 18 hectares de terres proches de Villeparisis – là même où les flics viennent de débarquer – et exigent l’arrêt du déversement de déchets. RTR continue comme si de rien n’était. Un type de la DDT, dans Le Parisien : « Ces pratiques diffuses se multiplient. C’est difficile à contrôler ».

Ne rêvons pas : si les flics sont cette fois intervenus, ce n’est pas pour empêcher des enfouissements illégaux, mais pour coincer leurs ennemis jurés, les Hornec. Sur place, à Villeparisis, une association locale comme on les aime se bat depuis des années le dos au mur, dans l’indifférence la plus totale.  L’Adenca (http://adenca.over-blog.com) s’inquiète notamment pour les Grues, une petite rivière qui coule dans la Beuvronne, un affluent de la Marne. Le captage d’Annet, qui abreuve en eau potable 500 000 habitants, est juste en aval. Combien de points de contrôle de la qualité des eaux des Grues ? Aucun.

Aucun, et c’est plutôt vertigineux, car les Grues reçoivent les eaux de ruissellement de RTR – dépôt illégal -, de déchets dangereux de la société Paté de Villeparisis – dépôt illégal -, de l’ancienne décharge « Les Remblais Paysagers de Claye-Souilly » - dépôt illégal -, de la décharge BMR – dépôt illégal. Un mot de plus sur BMR, spécialisée dans « les déchets de chantier ». La boîte a pourri pendant 13 ans le site des Murs à pêche de Montreuil – chez les Hornec ! – déversant le chargement dégueu de centaines de camions, sans aucune autorisation. Ont-ils reçu la visite des flics ? Jamais. Après une énième mise en demeure, BMR a jugé plus prudent de quitter Montreuil pour dégueuler sur Villeparisis. Et se trouve depuis octobre 2013 en règlement judiciaire. Le nettoyage, s’il a lieu, sera payé sur fonds publics.

La morale de l’histoire est limpide : incapables de faire face à une situation délirante – la surproduction de déchets, y compris toxiques -, les services d’État laissent faire les margoulins. On pourrait presque ouvrir une chronique hebdomadaire.

Publié dans Pouvoir et démocratie, Industrie et propagande

 

http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1720

 

 

 

Repost 0
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 10:48

SIADIS 4.1.2015

 

En effet c’est  au 51 rue de Plessis Belleville à Lagny le sec (60) qu’a été découvert cette décharge de déchets dangereux, mais il faut savoir que St Pathus (77) est tout près puisque les numéros pairs de cette rue se trouvent à St Pathus.

 

C’est au milieu d’un quartier pavillonnaire, très proche du centre ville de St Pathus que se trouve cette décharge illégale, dans un hangar situé sur l’ancien site  de la « lignière » comme l’appelle les anciens, autrefois ici on fabriquait de la toile de lin, lin qui était récolté dans les champs avoisinants.

 SIADIS 4.1.2015.....

St Pathus est situé sur le canton martyr de Dammartin-en-Goële qui reçoit déjà les ordures des autres et  compte :

- 4 décharges

- 1 incinérateur

- 1 carrière remblayée par des déchets

 

Canton de Dammartin-en-Goële  où sont à l’étude :

- 2 projets de décharges

- 1 projet de carrière à ciel ouvert qui détruirait la forêt de Montgé-en-Goële.

 

Aujourd’hui l’inquiétude est grande tant à St Pathus qu’à Lagny le Sec, car les habitants viennent d’apprendre que l’entreprise SIADIS située à Tremblay en France a également stocké des déchets dangereux à Vaudoy en Brie (77) où une partie des déchets ont été évacués en urgence la semaine dernière.

 

Pourquoi

 ces déchets dangereux

n’ont toujours pas été évacués à Lagny le Sec

alors qu’ils ont été découverts

lors d’une inspection qui date de plus de 6 mois ?

 

 Nous n’en savons rien.

 

Qu’en est-il

des risques de pollution

de la rivière Thérouanne ?

 

Nous n’en savons rien.

 

Pour toutes informations complémentaires contactez les mairies de St Pathus (77) et Lagny le Sec (60)

 

Pour aller plus loin :

http://www.leparisien.fr/vaudoy-en-brie-77141/vaudoy-en-brie-le-prefet-ordonne-l-evacuation-des-3-000-m3-de-dechets-dangereux-30-12-2014-4409195.php

 

http://www.liberation.fr/terre/2014/12/30/enquete-preliminaire-sur-des-dechets-toxiques-illegaux-dans-l-oise-et-en-seine-et-marne_1171930

Repost 0
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 10:06

Paru sur le site la République de Seine et Marne :

Vaudoy-en-Brie Le préfet fait évacuer 3 tonnes d'ammonitrate d'un hangar agricole

Après la découverte de produits dangereux dans un hangar agricole du Vaudoy-en-Brie, le préfet de Seine-et-Marne a fait évacuer 3 tonnes d'ammonitrate.

Dernière mise à jour : 29/12/2014 à 19:25

 

Le préfet de Seine-et-Marnea confirmé ce lundi 29 décembre, en conférence de presse, la présence d'ammonitrate dans un hangar du Vaudoy-en-Brie” L’inspection des installations classées a mis la main sur un trafic de déchets dans un hangar du Vaudoy-en-Brie ! ” C’est ce qu’a confirmé en conférence de presse, ce lundi 29 décembre, le préfet de Seine-et-Marne, Jean-Luc Marx.

Ammonitrate

La société exploitante spécialisée dans le recyclage des déchets industriels dangereux, Siadis, entreposait chez un agriculteur local 3 tonnes d’ammonitrate (un engrais azoté à base de nitrate d’ammonium) ainsi que de la paille. ” L’ammonitrate explose, comme ce fut le cas pourl’usine AZF de Toulouse, et la paille ça brûle, précise le représentant de l’État. Le risque le plus évident était celui de l’incendie “.

Évacuation

L’ammonitrate vient d’êtré évacué par mesure de précaution. Ainsi, les habitants du Vaudoy-en-Brie, un village situé dans le canton de Rozay-en-Brie, ont peut être échappé au pire. Même si le hangar est situé à 700 mètres du premier hameau d’habitation, le long de la D 609.
” L’Etat va prendre charge l’état des lieux, puisque malgré deux arrêtés de mise en demeure pour procéder à la mise à l’abri des stocks, rien n’a été fait, poursuit le préfet, qui avait entamé cette procédure le 8 décembre dernier. Chaque récipient devra être analysé. Nous allons ensuite nous retour
ner contre l’exploitant qui aurait dû déclarer ces déchets à recycler “.

Une enquête de gendarmerie est en cours.

Agnès GAUDICHON-BRAÏK

http://www.larepublique77.fr/2014/12/29/le-prefet-fait-evacuer-3-tonnes-dammonitrate-dun-hangar-agricole/

 

Repost 0
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 12:45

 

 

Vaudoy en Brie, charmant village de plus de 800 âmes, proche de Coulommiers, traversé par la Visandre affluent de l’Yerres.

C’est dans ce charmant village où Vermillon exploite du pétrole (concession de Champotran) (1), mais pas seulement, la DRIEE 77 vient de découvrir une décharge illégale, des tonnes  de déchets dangereux étaient stockés dans un hangar situé au lieudit les Prés RD209 à 400 m d’une ferme et des gîtes ruraux. (2).

Ce sont  3000 m3 de déchets dangereux qui ont été stockés illégalement par la Sté SIADIS, des bordereaux de livraison indiquent notamment que la Sté Lucas Lefevre d’Aulnay sous bois a livré sur ce site des fûts, palettes et conteneurs de déchets en date du 23/2 et 14/3/2011.

 

Quant à la Sté SIADIS 1 rue de la Haye à Tremblay en France (93),  c’est une société qui ne dépose pas ses comptes au greffe du tribunal de commerce comme la loi l’y oblige.

La gérante Sylvie GASPARIK exploitait également une autre entreprise de traitements de déchets à Eaubonne (95), société mise en liquidation judiciaire le 9/5/2011.

 

On se demande comment dans ces conditions les services de l’ETAT ont permis à cette gérante de continuer à exploiter une entreprise de traitement de déchets dangereux.

 

En effet il serait souhaitable que Mme Royal se penche sérieusement sur le dossier  des décharges illégales avant que les seine et marnais  ne soient privés d’eau  potable.

 

Rappelons que la décharge illégale LGD à Villeroy (3) n’a toujours pas été dépolluée, que GVHTP à Coupvray (4) continuait en 2014 à exploiter une installation de tri de déchets illégale…… et que les eaux de ruissellement de ces établissements illégaux se déversent dans la Marne.

 

 

(1) http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/12747/91261/file/rapport%20CE%207-6-2014.pdf

(2) le parisien  77   29/12/2014

(3) http://adenca.over-blog.com/article-les-jus-de-la-decharge-illegale-lgd-de-villeroy-se-rejettent-dans-le-perimetre-rapproche-du-captage-116273654.html

(4) http://adenca.over-blog.com/article-le-cas-de-la-decharge-illegale-gvhtp-coupvray-125255908.html

 

 

 

 

Repost 0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 10:35

Le cas de la décharge illégale GVHTP Coupvray


 1 GVTP cOUPVRAY 6.9.2011

GVHTP 2011

 

C’est dans l’une des communes voisines du plus Grand Parc d’Attractions Européen  Disneyland, dans le charmant village de Coupvray, berceau de Louis Braille, l’inventeur du système d’écriture en relief pour aveugles que s’est implanté cette décharge illégale depuis plusieurs années.



 Un article de Gilles Van Kote publié le 16 Février 2012  dans le journal le Monde disait :

 «  Le gouvernement veut fermer toutes les décharges illégales d'ici à fin 2012  

Extrait : On compterait en France 500 déchetteries non conformes. A l'instar du site de Coupvray, près de Disneyland Paris, dont l'activité a été suspendue. Sur le plateau agricole qui surplombe Disneyland Paris, des centaines de mètres cubes de déchets s'entassent dans un terrain boueux situé sur la commune de Coupvray (Seine-et-Marne). Le site ne dispose pas d'autorisation pour stocker les déchets de chantier ou industriels qui s'y trouvent. Il est homologué comme plate-forme de fabrication de compost. Des installations de ce type, il en existe des centaines en France…….. »

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1183010

 

 

 

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Après avoir fait l’objet depuis 2011 de 10 arrêtés préfectoraux : mises en demeure, suspension d’activité, diagnostic de pollution des sols ….

L’entreprise exerce toujours une activité de tri et regroupement de déchets sans autorisation.

 

 

La DRIEE 77 vient de lui adresser une énième mise en demeure en date du 17/12/2014 lui imposant de régulariser sa situation ou de cesser son activité en remettant en état le site, l’entreprise devra sous 3 semaines indiquer l’option qu’elle choisit.

 

Mais voici plus de 3 ans  le 27/5/2011 la DRIEE 77 avait déjà mis en demeure l’entreprise de régulariser sa situation.

 

Combien de temps encore cette entreprise fonctionnera  en toute illégalité ? Nous n’en savons rien


 

Pour améliorer la situation il faudrait que Mme Royal se penche sérieusement sur le dossier des déchets mais cela c’est une autre histoire.

Repost 0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 11:39

La forêt de Fontainebleau protégé par l'ONF



 

 

 

Un dispositif qui ne semble pas être  mis en place

au nord-ouest 77

 

Pourquoi ? 

 

Pour le savoir contactez vos élus

 


Paru sur le site 77 info.fr :

FONTAINEBLEAU : les pollueurs flashés !


Publié le 28 Juillet 2014 à 10:30 | concernant : Sei
ne-et-Marne  

Afin d'éradiquer les dépôts sauvages dans le massif de Fontainebleau, au sud de la Seine-et-Marne, plus grande forêt de France, l'ONF (Office National des Forêts) dispose d'une nouvelle arme : le flasheur de pollueurs.

Les appareils ultra-sophistiqués prennent en photo les personnes qui déposent des déchets, de jour comme de nuit, dans des secteurs ciblés.

La pollution de la forêt de Fontainebleau qui accueille chaque près de 4 millions de visiteurs est un vrai gouffre financier pour l'ONF. L'an dernier, le dépôt de gravats et de déchets verts a coûté à l'Etat 160 000€. Pour rappel, les pollueurs s'exposent à une amende de 1500€ et à une possible suspension du permis de conduire.

http://www.77info.fr/pages/breves.php?breve=3556&titre=FONTAINEBLEAU+++les+pollueurs+flashes+!

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 09:45

Paru dans le journal de l’environnement :

Décharge de Bagnols-en-Forêt: condamnation alourdie en appel

Le 18 juin 2013 par Stéphanie Senet

>  Déchets, Droits/Fiscalité Déchets, Sites & Sols, Droits/Fiscalité Sites & Sols

 

84.000 tonnes de mâchefers ont été illégalement enfouis

Deux filiales du groupe Pizzorno Environnement devront payer plus de 800.000 euros d’amendes pour l’exploitation illégale de la décharge de Bagnols-en-Forêt (Var), selon une décision de la cour d’appel d’Aix-en-Provence (Bouches-du Rhône).

Les juges ont alourdi le montant des amendes prononcées le 15 décembre 2011 par le tribunal correctionnel de Draguignan (Var), soit plus de 600.000€, en partie pour exploitation sans autorisation d’une installation de stockage des déchets inertes (voir JDLE).

La société moderne d’assainissement (SMA), filiale du groupe, a ainsi été condamnée à verser 747.600€ pour les 623 amendes. Elle a en effet réceptionné, entre 2004 et 2007 ainsi qu’en 2009, de façon délibérée et illégale, des déchets toxiques volontairement dissimulés au milieu des ordures ménagères. Au programme: boues de stations d’épuration, gravats de chantiers et 84 tonnes de mâchefers issus de l’incinérateur d’Antibes (Alpes-Maritimes).

«L’utilisation de mâchefers pour couvrir des ordures ménagères est particulièrement déconseillée, car les jus de fermentation des ordures ménagères mobilisent les métaux lourds dans les mâchefers, ce qui génère une pollution des sols et des eaux », explique Amanda Bouard, chargée de mission Industrie à France Nature Environnement Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui s’est constituée partie civile aux côtés de FNE et de l’UDVN 83 (1).

La cour d’appel d’Aix-en-Provence a également condamné une autre filiale du groupe, la société Sovatram, à 50.000€ d’amende pour délit de faux puisqu’elle avait dissimulé l’acheminement des mâchefers dans la décharge.

Dans un communiqué, les trois associations parties civiles se sont déclarées «satisfaites de cet arrêt», et «espèrent que le montant des amendes permettra d’éviter que de telles situations se reproduisent».

(1)Union départementale pour la sauvegarde de la vie, de la nature et de l’environnement du Var

 

http://www.journaldelenvironnement.net/article/decharge-de-bagnols-en-foret-condamnation-alourdie-en-appel,35173

 

 

Repost 0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 20:41

Paru dans le journal Liaison d’IDFE de Mai/juin 2014 :

 

LIAISON MAI JUIN

Repost 0

Recherche