Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 14:51

 

La RD 105 A (une petite route de campagne qui permet aux habitants de Carnetin de rejoindre leur commune en toute tranquilité) pourrait être élargie pour permettre à des centaines de camions de l’emprunter.

En effet la multinationale Sanofi-Aventis doit remettre en état sa décharge, c’est le préfet qui l’a demandé le 21/1/2002. Cette décharge avait été autorisée par arrêté préfectoral du 18/12/1958 et a fermé en 1975.

L’industriel projette d’évacuer 503 m3 de déchets dangereux et  pour « confiner » son ancienne décharge Sanofi-Aventis prévoit de  déverser sur le site près de 100 fois plus de matériaux ( 50 000 m3)  dont on ne connaît ni la consistance, ni la provenance.

D’où viendront ces matériaux 

Des travaux du Grand Paris ou d’ailleurs ?

Sanofi-Aventis ne le dit pas

 

Sanofi-Aventis souhaiterait être dispensé par l'ETAT d’étude environnementale (1) pour mener à bien son projet, bien que l’industriel prévoit :

  • D’abattre des arbres sur plus de 5000 m2
  • D’acheminer ses matériaux en passant à l’aide d’un convoyeur au dessus du chemin de grande randonnée GR 14A (promenade de la Dhuis), emprunté régulièrement par des familles avec enfants en bas âge
  •  L’élargissement de la RD 105 A pour permettre l’apport par camions de ces milliers de tonnes de matériaux dont on ne connaît ni la consistance, ni la provenance.

 

 

Pour « rendre service » à la multinationale Sanofi-Aventis

le Conseil Général

va-t-il élargir cette route

sans concertation avec la population de Carnetin ?

 

 

Pour le savoir

Nous vous conseillons de vous rapprocher de

Xavier Vanderbise

Maire de Courtry

Vice président chargé des routes au sein du Conseil Départemental du 77

 

 

Pour mémoire en septembre dernier notre association avait rencontré Xavier Vanderbise, mais à notre grand regret nous n’avions pu obtenir aucunes informations sur ce dossier.

 

(1) http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/f01120p0084.pdf

plan de situation (en jaune l'implantation du projet)  document issu de la demande  http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/f01120p0084.pdf

plan de situation (en jaune l'implantation du projet) document issu de la demande  http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/f01120p0084.pdf

Partager cet article
Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 15:24

 

L’avis de la Mission Régionale d’autorité Environnementale d’IDF

concernant le projet de Plan Local d’Urbanisme d’Annet sur Marne vient d’être mis en ligne.

http://www.mrae.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/200529_mrae_avis_sur_modification_du_plu_d_annet-sur-marne_77_.pdf

 

Alors que l’ancien plan déchets d'IDF ne le permettait pas, le nouveau plan déchets IDF de Valérie Pécresse, voté en novembre 2019, permet l’extension de la décharge ISDI  ECT d'Annet sur Marne à condition qu’elle soit contigüe à la décharge existante.

Dans la foulée le conseil municipal d’Annet sur Marne propose dans son futur PLU de dédier une zone agricole aux décharges ISDI, en bordure de la vallée de la rivière Beuvronne, sous le secteur réglementaire Ai. (voir page 7 avis MRAE)

Oui vous avez bien lu les élus d'Annet sur Marne veulent "consacrer" sur leur commune une zone aux décharges ISDI, est-ce une première en France ?

 

Comme vous le verrez sur le plan qui suit une partie de cette zone est très proche de 2 zones pavillonnaires et de la vallée de la Beuvronne.

source : avis mrae page 7

source : avis mrae page 7

On peut lire page 6 de l’avis MRAE

« S’agissant de la création du sous-secteur Ai dédié aux ISDI au sein de la zone agricole A, la MRAe estime que l’évaluation environnementale présentée ne répond pas de façon satisfaisante à l’ensemble des obligations du code de l’urbanisme relatives à son contenu, et considère qu’en l’état actuel du dossier, la justification des adaptations réglementaires liées à la création de ce sous-secteur Ai est insuffisante, notamment au regard de leurs incidences sur l’environnement »

 

Pour mémoire les jus d’une décharge ISDI repartent directement vers le milieu naturel, sans être traités.

A Annet sur Marne c’est vers le fossé de Montigny, affluent de la Beuvronne, que repartent ces jus. La Beuvronne se rejetant dans la Marne, sur cette même commune, en amont proche du plus important captage d’eau du 77, qui fournit en eau potable près de 500 000 habitants.

Les enjeux de santé sont devenus une préoccupation prioritaire des français, l’urbanisme doit prémunir les habitants des pollutions et protéger leur environnement (eau, air, sol…), l’implantation d’une  nouvelle décharge près d’habitations et en bordure d’une rivière ne  semble pas le meilleur moyen d’atteindre ce but.

 

La santé et l’environnement

 sont-ils

 au cœur des préoccupations

des élus

d’Annet sur Marne ?

 

 

A vous de juger

Partager cet article
Repost0
5 mars 2020 4 05 /03 /mars /2020 13:48
Fresnes sur Marne (à droite la décharge ISDI, à gauche l'école et le centre aéré)

Fresnes sur Marne (à droite la décharge ISDI, à gauche l'école et le centre aéré)

 

C’est la 2ème prolongation de la durée d'exploitation de cette décharge qui devait initialement fermer le 18/5/2017, puis le 31/12/2019 et aujourd’hui prolongée pour 1 an 1/2 jusqu’au 30/6/2021.

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/content/download/42350/318237/file/AP%20n%C2%B02020%20DRIEE%20UD77%20013%20du%2025%2002%202020.pdf

 

Extrait de l'arrêté préfectoral

Fresnes sur Marne : le préfet Thierry COUDERT autorise la prolongation du délai d’exploitation de la décharge ISDI  REP VEOLIA  située près de l’école maternelle et du centre « aéré » !
Fresnes sur Marne : le préfet Thierry COUDERT autorise la prolongation du délai d’exploitation de la décharge ISDI  REP VEOLIA  située près de l’école maternelle et du centre « aéré » !

 

 

Vous avez bien lu le Préfet  Thierry COUDERT estime que  la prolongation du délai d’exploitation de la décharge ISDI n’est pas de nature à entraîner de nouveaux dangers ou inconvénients significatifs (visés aux articles du code de l’environnement cités plus haut).

 

 

Les parents des petits écoliers et enfants

qui fréquentent l’école et le centre aéré voisin

 apprécieront.

 

Ironie du sort les habitants de Fresnes sur Marne seront autorisés à se promener les samedi, dimanche et jours fériés sur la partie de l’ancienne décharge « réaménagée » , ils pourront prendre un bon bol d’air à proximité de la RN3 et de l’autre décharge d’ordures ménagères ISDND REP VEOLIA, ouverte elle le samedi, qui envoie chaque année dans l’air des gaz polluants et notamment le formaldéhyde classé par le Centre International de Recherche sur le Cancer comme substance cancérigène avéré chez l’homme.

 

pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2019/12/pollution-air-2018-la-decharge-veolia-de-claye-souilly-est-le-2eme-emetteur-de-france-de-methane-et-le-2eme-emetteur-de-gaz-formald.

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2020 2 04 /02 /février /2020 11:34
 rond point de Fresnes vers 11 heures les camions qui viennent décharger  leurs ordures attendent de pouvoir accéder à la décharge Veolia sous le regard de la gendarmerie

rond point de Fresnes vers 11 heures les camions qui viennent décharger leurs ordures attendent de pouvoir accéder à la décharge Veolia sous le regard de la gendarmerie

A grand renfort de médias le Syctom indique qu'à cause de la grève des éboueurs et des salariés des incinérateurs parisiens il est obligé d'enfuir ses déchets dans les décharges d'IDF et notamment celle de Claye-Souilly mais le Syctom oublie de dire qu'à chaque arrêt ou  reconstruction d'incinérateur il en est de même.

 

Il est inadmissible de tenter de montrer du doigt des ouvriers qui ont une espérance de vie bien en dessous de la moyenne et qui font grève dans l'espoir de pouvoir bénéficier de quelques années de retraite en bonne santé.

 

C'est l'ETAT qui  a  autorisé  la  décharge  de    Claye-Souilly à enfouir    chaque  année  1 100 000 tonnes de déchets. Pour les populations environnantes que ce soit des ordures ménagères ou des déchets industriels que l'on enfouira ici c'est le même problème.

 

Pour protéger l'environnement l'ETAT doit prendre ses responsabilités et obliger la population parisienne à réduire ses déchets et à les trier plutôt que de geindre en indiquant que  leurs déchets sentent mauvais et qu'ils amènent des rats.

 

A l'occasion des futures élections municipales parisiennes on entend peu de candidats se pencher sur ce dossier qui pourrait, semble-t-il, fâcher les  parisiens, mais qui empoisonne les populations des villages ruraux du 77 à qui l'on impose de supporter les ordures des autres.

 

 

 

Paru sur France Inter :
Réforme des retraites : les chiffres à avoir en tête sur les disparités d'espérance de vie en France

par Vianney Smiarowski publié le 

Écart entre hommes et femmes, riches et pauvres, cadres et ouvriers... À l'occasion des débats autour de la réforme des retraites, focus sur l'espérance de vie, variable, des Français.

"Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir", écrivait Jean de la Fontaine. Et selon que vous soyez cadre ou éboueur, vous vivrez plus ou moins longtemps, pourrait-on ajouter. Les débats autour de la réforme des retraites ont remis en lumière la question de la pénibilité au travail qui, tout comme le genre et la richesse, a une incidence directe sur l’espérance de vie de Français.

Focus sur des chiffres éloquents.....

 

Les femmes les plus pauvres vivent moins longtemps que les hommes les plus riches

Au-delà du critère du sexe, la richesse entre aussi dans l'équation. "À partir de 1 300 euros de niveau de vie par mois, l'espérance de vie des femmes dépasse celle des hommes parmi les 5% les plus aisés. Ainsi, seules les femmes dont le niveau de vie se situe parmi les 30% les plus modestes vivent en moyenne moins longtemps que les hommes appartenant aux 5% les plus aisés", explique un rapport de l'Insee publié en 2018.

Les 5 % de Français les plus aisés ont une espérance de vie de 13 ans supérieure aux 5 % les plus pauvres

Plus on gagne de l'argent, plus on a de chances de vivre longtemps, avec ou sans diplôme, c'est l'un des autres constats de l'Insee. D'après les analyses de l'Institut de la statistiques, il y a 13 ans d'écart d'espérance de vie entre les hommes les plus aisés et les plus modestes

"Parmi les 5% les plus aisés, l'espérance de vie à la naissance des hommes est de 84,4 ans, contre 71,7 ans parmi les 5% les plus pauvres. Chez les femmes, cet écart est plus faible : huit ans séparent les plus aisées des plus pauvres. Aux alentours d'un niveau de vie à 1000 euros de salaire mensuel, 100 euros supplémentaires sont associés à 0,9 an d'espérance de vie en plus chez les hommes et 0,7 an chez les femmes, tandis que l'écart n'est plus que de 0,3 ans et 0,2 an aux alentours d'un niveau de vie de 2000 euros par mois", détaille le rapport de l'Insee.

Les cadres vivent plus longtemps que les ouvriers...

D'après les chiffres rapportés par l'Observatoire des inégalités en février 2016, il y a un écart d'espérance de vie de plus de six ans entre les hommes cadres et les ouvriers. Un cadre a une espérance de vie à 35 ans de 49 ans, contre 42,6 ans pour un ouvrier, autrement dit, les cadres peuvent espérer vivre jusqu'à 84 ans, les ouvriers jusqu'à 77,6 ans.

Chez les femmes, il y a également un écart d'espérance de vie entre les cadres et les ouvrières mais il est deux fois moins important que chez les hommes. À 35 ans, l'espérance de vie d'une femme cadre est de 53 ans et de 49,8 ans pour une ouvrière en moyenne. Les cadres peuvent donc espérer vivre jusqu'à 88 ans et les ouvrières jusqu'à 84,8 ans.

... les égoutiers et les éboueurs meurent prématurément 

Pour certaines professions, la pénibilité au travail a un impact significatif sur la durée de vie. C'est le cas des égoutiers et des éboueurs, qui vivent 17 ans de moins que la moyennerelate Le Monde diplomatique, en s'appuyant sur les chiffres de L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

"On va mourir dans les égouts"

Les deux professions, qui peuvent actuellement partir cinq à dix ans plus tôt,portent un jugement lapidaire sur la réforme des retraites : "J'ai une capacité pulmonaire qui a été amoindrie, j'ai eu les poumons et les voies nasales brûlées", témoignait jeudi sur France Inter Nicolas Joseph, égoutier à Paris depuis 20 ans. Même inquiétude de Frédéric Aubis, égoutier de la filière déchets, eau et assainissement : "Vous prenez dix égoutiers qui sont partis à la retraite à 54 ans. Vous revenez dix ans plus tard, il y en a à peu près sept ou huit qui sont décédés."

 

https://www.franceinter.fr/reforme-des-retraites-les-chiffres-a-avoir-en-tete-sur-les-disparites-d-esperance-de-vie-en-france

 

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2020 4 23 /01 /janvier /2020 12:50
Projet d’extension de la décharge de déchets dangereux Suez Villeparisis : Hervé Touguet maire de Villeparisis et Xavier Vanderbise maire de Courtry doivent s'expliquer !

 

La compatibilité

du PLU avec le projet

une des pièces maîtresses du dossier

 

Pour obtenir l’extension de sa décharge de déchets dangereux de Villeparisis, comme il le souhaitait, Suez devait obtenir des élus la modification des PLU de Villeparisis et Courtry.

 

Du côté de Villeparisis le PLU a été modifié comme le souhaitait Suez.

Du côté de Courtry le PLU est en cours de modification comme le souhaite Suez, l’enquête publique a eu lieu fin 2019, la décision dépend maintenant des membres du conseil municipal qui vont devoir se prononcer sur le projet présenté par Xavier Vanderbise.

 

Mais en même temps les 2 communes de Villeparisis et Courtry viennent de donner un avis défavorable à l’extension de cette décharge.

https://villeparisis.fr/wp-content/uploads/2019/12/1219_CM_11dec2019c.pdf

http://ville-courtry.fr/IMG/pdf/cr_sommaire-6.pdf

 

Les populations n’y comprennent plus rien 

Hervé Touguet et Xavier Vanderbise

 doivent s’expliquer

 sont-ils

pour ou contre l’extension de la décharge !

 

Explications:

  • Sans la modification des PLU Suez ne peut pas étendre la décharge comme il le souhaite.
  • L’avis défavorable des communes lors de l’enquête publique est une simple consultation,  c’est le préfet qui donne l’autorisation.

 

Pour exemple la préfète Béatrice Abollivier a autorisé l’exploitation de la décharge de déchets dangereux Terzeo à Villenoy/Isles les Villenoy bien que toutes les communes consultées aient donné un avis défavorable, mais le PLU était compatible avec le projet.

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/pays-de-meaux-la-prefete-repousse-encore-la-decision-sur-le-dossier-terzeo-12-12-2018-7966773.php

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2020 2 07 /01 /janvier /2020 17:04

 

Les  ordures des autres

Il faut bien les mettre quelque part

Pourquoi pas chez vous ?

 

 

Jean Piat, maire de Vignely et  vice président de la communauté d’agglomération pays de Meaux, projette de modifier son PLU dans le but d’« accueillir » des déchets inertes sur un terrain agricole, au lieudit Les Hayettes, à proximité de l’écluse du Canal de l’Ourcq de Vignely.

Extrait  avis MRAE Mission  Régionale d’Autorité Environnementale d’IDF

Extrait avis MRAE Mission  Régionale d’Autorité Environnementale d’IDF

 

 

Ironie du sort, c’est à l’emplacement d’une ancienne carrière Rep Veolia, où la préfecture n’avait pas autorisé en 2008 l’industriel à remblayer avec des déchets inertes mais à maintenir le site en zone sable calcaire.

 

Une aubaine pour Jean-François Copé, maire de Meaux, qui doit faire abattre plusieurs tours et devra rechercher des villages ruraux environnants pour y « accueillir » ses déchets.

 

Pour éviter que les camions, chargés de déchets, ne passent par le centre de Vignely ou de Trilbardou, il faudrait refaire la route de Vignely, actuellement fermée à la circulation, pour cause de mauvais état.

 

Un casse tête financier  pour Jean Piat qui pourra peut-être demander une aide à son collègue Jean-François Copé, président de la communauté d’agglomération.

 

Pour mieux comprendre le dossier vous trouverez ci-dessus des extraits de l’avis de la MRAE Mission  Régionale d’Autorité Environnementale d’IDF

http://www.mrae.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/191212_mrae_avis_delibere_revision_plu_de_vignely_77_.pdf

PAGE 6

PAGE 6

PAGE 8

PAGE 8

PAGE 11

PAGE 11

PAGE 12

PAGE 12

PAGE 12  (estimation des déchets "accueillis")

PAGE 12 (estimation des déchets "accueillis")

PAGE 14

PAGE 14

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2020 4 02 /01 /janvier /2020 14:07

 

 

 

 

Décharge ISDI Annet sur Marne "lieudit les Carreaux"  dont il est projeté l'extension

Annet sur Marne, modification du Plan Local d’Urbanisme qui permettrait d'étendre la décharge ISDI : une mauvaise nouvelle pour Christian Marchandeau, la MRAE demande une étude environnementale

 

 

Avant les prochaines élections municipales, le maire Christian Marchandeau souhaitait modifier son Plan Local d’Urbanisme pour, entre autres, permettre l’extension de 20 hectares de la décharge ISDI, jouxtant des zones d’habitats existantes, au nord du bourg, une extension de décharge contestée par certains riverains.

 

L’enquête publique devait se tenir entre le 6/1/2020 et 5/2/2020. 

http://www.annetsurmarne.com/wp-content/uploads/2019/12/PLU-Modif-Affiche.pdf

 

Elle est reportée.

http://www.annetsurmarne.com/wp-content/uploads/2019/12/Arr%C3%AAt%C3%A9-Report-Enqu%C3%AAte-Modif-PLU.pdf

La procédure obligeait Christian Marchandeau à consulter la MRAE (Mission Régionale d’Autorité Environnementale)  pour savoir si une étude environnementale était nécessaire, la décision vient de tomber le 20 décembre dernier : le MRAE impose une étude environnementale, entre autres, pour les raisons suivantes :

 

«Considérant que la modification du PLU d’Annet-sur-Marne a notamment pour objet de créer, au sein de la zone agricole A, un sous-secteur Ai dédié d’une part aux installations existantes de stockage de déchets inertes (ISDI) et, d’autre part, à l’extension de ces installations sur une superficie 20 hectares, jouxtant des zones d’habitat existantes ou à créer situées au nord du bourg.....

 

Considérant que les choix réglementaires envisagés pour les ISDI et les exhaussements de sols dans le cadre de la présente modification du PLU d’Annet-sur-Marne doivent être justifiés au regard de leurs incidences sur l’environnement et la santé humaine.....

 

http://www.mrae.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/191220_mrae_decision_deliberee_cas_par_cas_modification_du_plu_d_annet-sur-marne_77_.pd

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 18:25
VILLEVAUDE : la mairie va-t-elle prendre en charge le poids  de l’ancienne décharge TERRALIA (groupe PAPREC) en achetant le terrain pour le franc symbolique ?

 

 

Cette décharge a cessé définitivement son activité le 18 février dernier, sans que l’industriel ne dépose son mémoire de réhabilitation comme l’obligeait la législation.

 

C’est à la suite de plusieurs rappels de la préfecture que TERRALIA (groupe PAPREC) a enfin adressé son mémoire de réhabilitation le 26 juillet dernier, un mémoire dans lequel la préfecture a constaté que l’aménagement final du stockage de déchets inertes était inachevé.

 

En date du 27 août dernier la préfecture a adressé une mise en demeure imposant à l’industriel de fournir, dans les 4 mois, un mémoire de réhabilitation complet.

http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-cadre-de-vie/ICPE-carrieres/Decisions/Sanctions/Societe-TERRALIA-Commune-de-Villevaude

 

Or 8 mois après la fermeture définitive de la décharge et près de 2 mois après cette mise en demeure, il semblerait qu’aucuns travaux de réhabilitation n’aient été effectués sur l’ancienne décharge.

 

Plutôt que de remettre en état l’ancienne décharge, comme prévu dans l’arrêté préfectoral, TERRALIA ne serait-il pas entrain d’engager des tractations avec la commune de Villevaudé, afin de lui céder, pour le franc symbolique, le poids de cette ancienne décharge, dont il n’a plus l’utilité ?

 

Il faut savoir qu’accepter de prendre en charge un ancien site industriel n’est pas une mince affaire pour une commune et en particulier cette décharge où plusieurs glissements de terrain ont été constatés notamment en 2005 et mai 2008 et dans laquelle la préfecture a imposé, par arrêté préfectoral des 17/2/2009 et 14/2/2014 un contrôle des eaux souterraines par 2 piézomètres et des eaux de ruissellement dans le fossé longeant la RD34 (plomb, cuivre, mercure, cadmium, nickel, hydrocarbures....) et ceci trimestriellement.

 

 

L’exemple de la petite commune de Canari en Corse appelle à réfléchir sur la prise en charge par les communes d’anciens sites industriels.

 

 

 

Paru dans le journal le Monde :

 

 

Cinquante ans après sa fermeture, l’usine d’amiante de Corse reste un problème insoluble

Le site de Canari, qui produisait jusqu’à 28 000 tonnes de minerai par jour dans les années 1960, coûte des millions d’euros pour être mis en sécurité.

Publié le 28 août 2015 à 21h33 - Mis à jour le 03 septembre 2015 à 14h53

L’usine d’amiante de Canari, au Cap Corse, dans le nord de l’île de Beauté, a fermé définitivement ses portes le 12 juin 1965. Cinquante ans plus tard, cette friche industrielle et sa carrière continuent, année après année, d’engloutir des millions d’euros d’argent public, dépensés dans le seul but de limiter la menace qu’elles font peser sur l’environnement.

 

Lorsque la commune de Canari (Haute-Corse) décide, en 1973, de racheter le site pour un franc symbolique à Eternit, le géant français de l’amiante qui l’exploitait, elle est loin de se douter des tracas qu’il lui causerait.

A flanc de colline, au bord de la route pittoresque du Cap Corse, entre montagne et mer, les anciens bâtiments de l’usine paraissent aujourd’hui difficiles à désamianter ou même à dynamiter. « Si on détruisait le site, les fibres d’amiante s’envoleraient dans l’air, se désole Armand Guerra, maire de Canari, réélu en 2014 (sans étiquette), qui a travaillé dans les bureaux de l’usine de 1959 à 1964. Laisser le bâtiment tel quel est le seul moyen de se protéger de la poussière toxique. »

 

Comme le relève un rapport d’information du Sénat de 2005, à cause de sa position topographique, de l’impact potentiel sur l’activité touristique, de l’ampleur du chantier et des impératifs de sécurité de plus en plus drastiques, la réhabilitation du site paraît aujourd’hui des plus improbables. .....

 

Loup Espargilière

https://www.lemonde.fr/planete/article/2015/09/03/cinquante-ans-apres-sa-fermeture-l-usine-d-amiante-de-corse-reste-un-probleme-insoluble_4743781_3244.html

 

 

 Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2018/03/villevaude-la-decharge-terralia-rouvre-vous-en-reprendrez-bien-un-peu-d-ordures-des-autres.html

http://adenca.over-blog.com/article-villevaude-l-ancienne-decharge-terralia-groupe-paprec-une-verrue-polluee-122599825.html

http://adenca.over-blog.com/article-protection-du-captage-d-annet-sur-marne-le-cas-de-la-decharge-polluee-de-villevaude-terralia-grou-124855441.html

http://adenca.over-blog.com/article-groupe-paprec-decharge-terralia-de-villevaude-106375885.html

http://adenca.over-blog.com/article-groupe-paprec-pourquoi-la-decharge-terralia-de-villevaudest-elle-toujours-fermee-115646517.html

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne/terralia-ferme-apres-un-eboulement-03-06-2008-3298542085.php

 http://adenca.over-blog.com/article-26673223.html

 http://adenca.over-blog.com/article-28179424.html

 http://adenca.over-blog.com/article-groupe-paprec-decharge-terralia-de-villevaude-106375885.html

 http://adenca.over-blog.com/article-epinay-champlatreux-le-chateau-et-la-decharge-97782339.html

http://www.leparisien.fr/val-d-oise/un-projet-de-decharge-au-coeur-du-parc-naturel-20-05-2004-2004995100.php

http://adenca.over-blog.com/article-villevaude-omerta-des-services-de-l-etat-a-la-suite-de-pollution-de-la-decharge-terralia-aux-h-122037993.html

http://adenca.over-blog.com/2016/04/reouverture-de-la-decharge-terralia-de-villevaude-alors-que-l-industriel-ne-respecte-pas-l-arrete-prefectoral.html

http://adenca.over-blog.com/article-protection-de-la-ressource-en-eau-du-captage-d-annet-sur-marne-le-cas-de-la-decharge-terralia-vill-120622395.html

http://adenca.over-blog.com/article-26673223.html

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 16:21
Les sondages sont réalisés aux alentours de l'endroit marqué d'une croix

Les sondages sont réalisés aux alentours de l'endroit marqué d'une croix

Des habitants d’Annet sur Marne ont constaté que des sondages étaient réalisés sur un terrain agricole face à leur lotissement en bordure de la méga décharge ISDI ECT.

 

Ils sont d’autant plus inquiets que ce terrain d’une vingtaine d’hectares, propriété en 2018, de Gérard RAUSCENT et son épouse Catherine, des propriétaires qui avaient déjà vendu près de 80 hectares à l’industriel ECT afin de lui permettre d’implanter sa décharge.

 

Pour mémoire Gérard RAUSCENT est agriculteur et conseiller municipal d’Annet sur Marne.

Son épouse Catherine est nommée par la commune dans  les commissions communales des impôts directs et d'action sociale.

 

Vue sur les sondages

Vue sur les sondages

Dans le but de réduire les contraintes imposées aux industriels, la législation simplifiée est entrée en vigueur, quelques jours seulement après l’arrivée d’Emmanuel Macron, à la présidence de la République.

 

Pour faire court les exploitants de ce type d’installations qui font une demande aujourd’hui sous le régime de déclaration bénéficient d’une instruction réduite par les services de l’ETAT  sans évaluation environnementale, ni enquête publique, sauf si l’administration juge que le projet a une incidence notable sur la sensibilité environnementale de la zone d'implantation et l’environnement.

 

Difficile à comprendre pour la population que l’ETAT n’impose pas d’office une étude hydraulique et géotechnique sur un secteur comme Annet sur Marne où la route RD 418 a été inondée, à chaque orage, pendant plusieurs années, dans ce village où certains ont subi des coulées de boues jusque dans leurs habitations, un village reconnu en état de catastrophes naturelles 3 fois en 2018 pour coulées de boues et inondations.

11.2.2018 RD 418 coupée suite aux inondations au bord de la décharge ECT

11.2.2018 RD 418 coupée suite aux inondations au bord de la décharge ECT

 

 

Une solution peut-être  pour savoir

si les habitants sont favorables

 à l'implantation de nouvelles décharges

ou nouveaux remblais sur leur commune ?

 

ORGANISER UNE CONSULTATION LOCALE

comme à Marchemoret (1)

 

 

En demandant par exemple :

 

«Etes-vous favorable ou non aux exhaussements de terrain sur les espaces naturels et agricoles (décharges, remblais...) de la commune, pour accueillir des déchets ou terres inertes»

 

(1) https://www.marchemoret.fr/2019-10-consultation-locale/

 

 

Pour savoir si un projet d’extension de décharge ou de remblais est à l’ordre du jour sur cette parcelle de terrain, nous vous conseillons de contacter vos élus. 

 
 

 

Leurs jolies maisons
 les habitants
d’Annet sur Marne
devront-ils les solder ?

 

 

En effet
qui voudra les acheter
et  venir vivre 
auprès d’autant
de décharges ?

 

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 10:22
Décharge ECT d’Annet sur Marne route de Claye : près de 80 hectares de terres vendues par un agriculteur à l’industriel !

 

 

 

Des terres agricoles

transformées en décharge !

 

Ce sont Gérard Rauscent et son épouse qui ont vendu à l’industriel ECT près de 80 hectares de terres agricoles pour lui permettre d’implanter cette décharge ISDI.

 Gérard Rauscent un agriculteur et conseiller municipal d’Annet sur Marne, adjoint au maire à une certaine époque.

 

 

Les autres propriétaires qui ont vendu leurs terres sont  :

- la commune d’Annet sur Marne

- Mireille Poulet et son frère Didier

- Alphonse Eschalier avenue Kléber Paris 16e et son frère Paul Eschalier de Noisy sur Ecole 77,

ils sont tous deux nés à Claye-Souilly, ce sont les enfants du docteur Francisque, Casimir Eschalier, qui fut également maire de Claye-Souilly de 1932 à 1935.

- Evelyne Herbette et Martial Herbette

- Yvonne Bézy.

Décharge ECT d’Annet sur Marne route de Claye : près de 80 hectares de terres vendues par un agriculteur à l’industriel !
Partager cet article
Repost0

Recherche