Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 00:00

Des déchets encore et encore ?

 

 

Lors de la fermeture provisoire ou définitive

de l’incinérateur d’Ivry,

où iront les 730 000 tonnes de déchets ?

 

La Seine et Marne devra-t-elle encore recevoir

des déchets supplémentaires ?

 

Posez vos questions sur le site :

http://front.tasend.com/php/emailing/view_mail.php?CODE=05RT8FJ4_22&HASH=3830937d76750ef3668b2f1239faf710

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 18:59

GRAND PARIS : ENCORE PLUS DE DECHETS EN SEINE ET MARNE ?

 

Grand Paris

 

Quel projet pour La Seine et Marne,

dépotoir de l’Ile de France

encore plus de déchets ?

 

***

 

Extrait article paru dans le n° 117 de septembre 2009

de Liaison Ile de France Environnement :

Grand Paris, l’avis d’IDFE

 

Le 29 avril 2009 le Président de la République a présenté les orientations qu’il souhaitait donner au « Grand Paris ». Ile de France-Environnement a analysé le texte du discours et le communiqué de presse publié par la Présidence. L’Union des asssociations franciliennes formule son avis en trois volets : des points sont jugés positifs ; des orientations importantes du projet suscitent un désaccord ; des doutes sont émis sur la validité de certaines options.

 Des doutes sur la validité des options

 

Alors que la région n’arrive pas à maîtriser les problèmes des réserves d’eau souterraine (multiplication des arrêtés sècheresse) et de l’élimination des déchets ( nombreuses décharges en Seine et Marne) et en l’absence de toute mention de ces sujets dans le discours, IDFE s’inquiète de leur aggravation dans le cadre d’une augmentation de la concentration de la population et des activités en Ile de France.

Pour plus amples renseignements consultez le site IDFE : http://www.idfe.org/

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 14:49

Décharge Rep Veolia

Claye-Souilly, Fresnes sur Marne, Charny

 

Le rôle de l’Etat est de protéger le plus faible.

 


Qui s'inquiète de la santé

de ces   populations minoritaires

que sont les riverains  ?


Suite à la visite de Monsieur Jean Louis Borloo  du 16 février 2009 sur le site du Centre d’Enfouissement Technique Veolia Rep à Claye-Souilly, à laquelle les associations environnementales siégeant à la Commission Locale d’Information et de Surveillance  n’avaient pas été conviées, nous avons demandé à rencontrer Madame Chantal Jouanno pour l’informer de deux sujets qui préoccupent les riverains de la décharge :

 

 

-         La pollution et les risques sur la santé humaine

-         Le projet de Pilote de Captage et Stockage CO2 pour lequel nous n’avons aucunes informations.

 

 

 

Pourquoi Madame Jouanno a-t-elle refusé de nous recevoir ?

Ci-dessous sa réponse :

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 21:53

*

Il ne suffisait pas au Nord Seine et Marne de posséder les deux plus importantes décharges de France : l’une de déchets dangereux à Villeparisis, l’autre de déchets ultimes à Claye-Souilly, Fresnes sur Marne, Charny, une association dénonce la plus grande décharge sauvage de France connue dans le milieu associatif à St Thibault des Vignes, si l’on y rajoute les décharges de déchets inertes (gravats de bâtiments) d’Annet sur Marne, de Villevaudé et de Claye-Souilly,

la 7ème circonscription de Seine et Marne, dont le Député est Monsieur Yves Albarello, Maire de Claye-Souilly, risque de rentrer dans le livre des records pour le plus grand nombre de décharges au km2.


*

Extrait article du Parisien 27/6/2009

L’OSE dénonce une décharge sauvage sous la Francilienne

SAINT-THIBAULT, MERCREDI MATIN.

Partager

 

 delicio.us
 facebook
 Digg.com
 Wikio.fr
 scoopeo.com
 blogmarks.net

« Ce secteur représente la plus grande décharge sauvage de France connue dans le milieu associatif… » L’association OSE, qui agit depuis des années à Saint-Thibault-des-Vignes, tire la sonnette d’alarme. Avant le 12 juillet, jour où elle organise une grosse journée nettoyage, elle tient à mettre le doigt sur un point noir situé sous le pont de la Francilienne (A 104).

 « On estime à au moins 300 m 3, donc des dizaines de tonnes, la quantité de déchets entreposés ici, explique Edouard Feinstein : des gravats, des plaques de fibrociment amiantées, un extincteur… C’est encore pire que les années précédentes. » L’OSE ne compte pas seulement nettoyer mais aussi fouiller les ordures, retrouver les pollueurs et déposer une plainte auprès du procureur de la République à Meaux. « Nous allons de plus mettre le secteur sous surveillance », explique ce dernier.

 

 

Pour plus amples informations :

http://www.leparisien.fr/meaux-77100/l-ose-denonce-une-decharge-sauvage-sous-la-francilienne-27-06-2009-561523.php

 

Site de l’« OSE » ORGANE DE SAUVETAGE ECOLOGIQUE :

http://www.oseonline.net/index.php

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 11:01

Responsable du site : ROUTIERE DE L'EST PARISIEN (REP)

même exploitant qu’à Claye-Souilly, Fresnes su Marne, Charny

 


Extrait Site BASOL



Nom usuel du site : DECHARGE DE FOUJU-MOISENAY  77390 


Affichage cartographique :
BASIAS - GEOSIGNAL


Précision : COMMUNE (CENTRE)   Adresse : la Grande Ronde

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)

Nom : ROUTIERE DE L'EST PARISIEN (REP)
   il s'agit DU DERNIER EXPLOITANT

 


Description du site :
Carrière de calcaire remblayée avec des ordures ménagères comportant notamment des cendres de la société Affimet. (La commune de Moisenay est également concernée).

 

Description qualitative à la date du 26/04/2005 :
Des dépôts de déchets ont été réalisés au contact de la nappe phréatique des calcaires de Brie. Cette nappe, non utilisée pour l'alimentation en eau potable, présente des traces de pollution à l'aval hydrologique du site.

Pour maintenir la pollution au niveau de la décharge, une paroi étanche d'isolation a été imposée par arrêté préfectoral du 16 septembre 1999. Cette paroi a été créée sur toute la périphérie du site (longueur 3,5 km) afin de confiner la pollution à l'intérieur de celle-ci et ainsi de protéger la nappe circulant autour de la décharge.
Les travaux ont débuté en novembre 2000 et se sont achevés fin 2001. La réalisation de la paroi a fait l'objet de nombreux contrôles de qualité visant à s'assurer de son étanchéité. En outre le site dispose d'un réseau de surveillance de la qualité des eaux souterraines. Les analyses sont effectuées trimestriellement.

Les résultats d'analyses des eaux de la nappe effectuées en 2004 à l'aide du réseau de surveillance indiquent que la paroi étanche d'isolation hydraulique semble remplir efficacement son rôle, il est constaté en effet une diminution des paramètres significatifs de la pollution par rapport aux résultats obtenus avant mise en place de la paroi étanche.
Les eaux polluées confinées à l'intérieur de la paroi font l'objet de pompages pour traitement extérieur.

http://basol.environnement.gouv.fr/fiche.php?page=1&index_sp=77.0009

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 22:00

Nous connaissons l’attachement de

Monsieur Jean François COPE

Député-Maire de Meaux

aux problèmes environnementaux liés aux décharges

notamment au travers de son soutien à l’association de Défense de Sainte Escobille dans l’Essonne qui se bat contre l’implantation d’une décharge sur sa commune.

 

               Mais dans sa circonscription se trouve la plus importante décharge de France de déchets ultimes Rep Veolia Claye-Souilly, Fresnes sur Marne, Charny, nous souhaiterions l’entretenir des problèmes environnementaux liés à cette méga décharge : pollution de l’air, de la nappe phréatique, bruit, risque sur la santé humaine, or il n’a pas toujours pas accepté de nous recevoir, c’est pourquoi nous réitérons ce jour notre demande de rendez-vous.

 

Affaire à suivre....

 

Pour plus amples informations concernant  le projet de décharge à

Sainte Escobille

  Pour extrait :

« Le soutien des Élus !

Cette page rassemble les noms des différents élus et communes ayant publiquement manifesté leur soutien à l'ADSE, depuis sa création en octobre 2002.
Les noms de ces élus ont pu occasionnellement changer par le jeu continuel des élections, mais nous tenons ici à les maintenir dans l'ordre historique,
en hommage pour leur engagement comme pour celles et ceux qu'ils ont représenté ou continuent toujours à représenter.


Actualité 2009 (mise à jour 2 juin 2009).

Nous sommes heureux de vous annoncer que les personnalités élues, listées ci-dessous par ordre alphabétique, nous ont communiqué ou renouvellé leur soutien, et nous les en remercions chaleureusement ici. »


M. Laurent BETEILLE, Sénateur d'Essonne 91, Président de l'Union des Maires de l'Essonne, et Maire de Brunoy,
M. Joël BILLARD, Sénateur d'Eure et Loir 28 et Maire de Bonneval,
Mme. Bernadette BOURZAI, Ancienne Député Européenne et Sénatrice de Corrèze 19,
M. Pierre CARDO, Député des Yvelines 78 et Maire de Chanteloup-les-Vignes,
Mme. Claire-Lise CAMPION, Sénatrice d'Essonne 91, Vice-Présidente du Conseil Général de l'Essonne,
M. Jean-François COPE
, Député de Seine et Marne 77 et Maire de Meaux,
M. Harlem DESIR
, Député Européen,
M. Jérôme LAMBERT
, Député de Charente 16,
Mme Marine LE PEN, Députée Européenne,
M. Frank MARLIN
, Député d'Essonne 91 et Maire d'Etampes,
M. Gérard ONESTA
, Vice-Président du Parlement Européen,
Mme Claire ROBILLARD, Conseillère Régionale de Ile de France et Vice-Présidente du Conseil Général de l'Essonne,
M. Georges SARRE, Ancien Secrétaire d'Etat, Ancien Député Européen, Ancien Député National,
M. Manuel VALLS
, Député-Maire d'Evry 91,
M. Philippe VIGIER
, Député d'Eure et Loir 28

 

Voir soutien des élus :

http://www.adse-saintescobille.com/home.htm

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 13:49
*

 

 

Décharge Rep Veolia

Claye-Souilly, Charny, Fresnes sur Marne

 

 

Alors qu’en 2008 le tonnage de déchets  autorisé avait été dépassé de

22 618 tonnes à la suite de l’arrêt d’un four de l’incinérateur d’ Ivry et

du retard de la mise en service de l’Installation d’Issy les Moulineaux,

 

 

où vont aller les 730 000 tonnes de déchets 

pendant l’arrêt de l’incinérateur d’Ivry ?


 

Combien de tonnes de déchets viendront à la décharge

Rep Veolia

Claye-Souilly, Charny, Fresnes sur Marne ???


 

Pour connaître la réponse nous demandons l'organisation d'une

réunion publique

à Claye-Souilly  ou  ses alentours proches

dans le cadre du débat public organisé par :

 

La Commission nationale du débat public (CNDP),

 autorité administrative indépendante.

 

 

 

« Le centre de valorisation énergétique des déchets ménagers d'Ivry/Paris XIII (capacité :

 730 000 tonnes par an) a été construit il y a 40 ans et arrivera en fin de vie à l'horizon 2010.

Le syndicat de traitement des déchets ménagers de l'agglomération parisienne (Syctom) a engagé des études et participé à une concertation locale pour son remplacement par un centre de valorisation énergétique et biologique d'une capacité globale de 600 000 tonnes par an

(350 000 tonnes maximum incinérées pour la production de chaleur, 100 000 tonnes minimum méthanisées pour la production de compost et de biogaz). »

 

Proposez des thèmes sur le site :

http://www.debatpublic-traitement-dechets-ivry.org/

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 17:22


SEINE ET MARNE

Pourquoi accumule-t-on des déchets

autour de certaines communes ?

 

A l’exemple de

Claye-Souilly et ses environs au nord Seine et Marne,

Misy-sur-Yonne et ses environs, au Sud Seine et Marne

semble avoir été choisie pour recevoir des décharges.

 

Le 28/11/2007 Monsieur le Préfet de Seine et Marne a  autorisé  l’exploitation d’une décharge de dépôts inertes (gravats de bâtiment et déchets d’amiante lié à des matériaux inertes) sur les communes de Barbey, Marolles, Misy s/yonne pour une durée de 10 ans soit au total

                            4 000 000  m3 de déchets.

Aujourd’hui c’est le maire de la commune de Misy-sur-Yonne  qui  accorde un permis de construire  pour un centre de compostage des boues urbaines provenant de la communauté de communes des deux fleuves et de Nemours.

Extrait de l’article du Parisien de Seine et Marne du 13/4/2009

Ils refusent d’accueillir les boues du secteur

Plus de 80 habitants de Misy-sur-Yonne ont manifesté samedi contre le projet de création d’une usine de traitement des boues, utile à une partie du sud du département.

 

Sophie Bordier | 13.04.2009, 07h00

Partager

 

 delicio.us
 facebook
 Digg.com
 Wikio.fr
 scoopeo.com
 blogmarks.net

«Misy ne sentira pas le caca ! » « Non aux boues, aux odeurs, à la pollution »… Samedi à 11 heures, à Misy-sur-Yonne, village de 800 âmes, plus de quatre-vingts personnes étaient rassemblées face à la mairie pour exprimer leur colère à Monique Jacquier, maire sans étiquette du village. Le message est clair : ils refusent l’implantation de la future usine de traitement des boues des stations d’épuration du secteur et des déchets verts de l’usine JMC.

Prévue à un kilomètre du village à vol d’oiseau, cette plate-forme de 12 000 m 2 , créée par la Saur, produirait 3 600 t de compost par an.
Président de l’association Mieux vivre à Misy, Guy Lachas n’a pas mâché ses mots. « Votre présence à tous est bien la preuve que les Misyciens ne veulent pas que leur village devienne la poubelle du Sud-Seine-et-Marne en traitant par fermentation les boues urbaines provenant de la communauté de communes des Deux Fleuves et de Nemours. On subit déjà les mélanges parfois hasardeux de JMC Vert et surtout les enfouissements massifs d’amiante par la société Glem (NDLR : cet enfouissement autorisé par le préfet sur Misy, Barbey et Marolles prévoit un stockage maximum de 300 000 m 3 de déchets d’amiante liés à des materiaux inertes en dix ans). »

 

…….

Pour plus amples informations consultez : http://www.leparisien.fr/barbey-77130/ils-refusent-d-accueillir-les-boues-du-secteur-13-04-2009-477186.php

 

 

Partager cet article
Repost0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 14:19

CHATEAU-LANDON : LE MAIRE SOUTIENT LA POPULATION,

L’EXPLOITANT RETIRE SON PROJET DE DECHARGE

 

                       La présidente d'AIDe au milieu des adhérents

                       et de Monsieur le Maire de Château-Landon (2ème à droite)

 

Nous avons été conviés dimanche 26 avril 2009 a une petite fête  organisée par l’association « AIDe Section locale de Château-Landon » à la suite du retrait du projet de décharge par l’exploitant la Société COVED.

En effet après une lutte de plusieurs années des riverains de cette future décharge (voir article du 20 avril 2009) et un avis défavorable du Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires, la Société COVED a retiré son projet de 3ème décharge.

Après une courte allocation de la présidente remerciant Monsieur le Maire de Château-Landon, la fédération d’associations Seine et marne Nature Environnement 77 et notre association pour leur soutien, nous fûmes conviés à un buffet préparé par tous les membres de l’association.

Cela a permis de conforter les liens entre les associations du nord Seine et Marne et celles du sud pour un même combat :

 

« Pas tous les déchets  dans notre jardin,

la Seine et Marne n’est pas un dépotoir »

 

Les  participants ont promis de nous aider dans nos combats, nous avons distribué un CD intitulé les décharges autour de Claye-Souilly, présentant des photos des différentes décharges.

 

  Les riverains de Château-Landon

restent toutefois très vigilants :

 

« un projet de décharge abandonné

peut en cacher un autre ».

 

 

La présidente d'AIDe en compagnie de la présidente de NE 77 ( à gauche)



Il est certain qu’à Claye-Souilly notre situation est beaucoup plus difficile, Monsieur le Député Maire, Yves Albarello, n’a toujours pas accepté de nous recevoir, le Grenelle  de l’Environnement devait permettre aux associations de se faire entendre mais dans notre commune  il en est autrement.

 

 

Site de la mairie de Château-Landon :

 

Fin du projet de décharge (CET n°3)

le 03-04-2009 à 15:30

FIN DU PROJET DE DECHARGE Par lettre du Préfet de Seine-et-Marne reçue le 27 mars dernier, nous avons l’immense plaisir de vous informer que la Société COVED a retiré son projet d’extension du C.E.T. 3, suite à l’avis défavorable du Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires. Après toutes ces années de lutte, de démarches et d’interventions, de participations à l’enquête publique, que chacun et chacune d’entre vous soit remercié sincèrement pour sa contribution. Le Maire, Antoine DEFOIX

 

Pour plus amples informations,  consultez : http://www.mairie-chateau-landon.fr/suite-actualites.php?id_news=41

 

Contact :

AIDe Section locale de Château-Landon

4. rue du Lieutenant Charron                     

77570 Château-Landon

Xavier Ecoutin, vice président  xavier.ecoutin@wanadoo.fr

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 09:04

COVED go home !

 

 

La petite ville de Château-Landon ( 3500 habitants dans le sud Seine-et-Marnais ), vient d’échapper à un monstrueux projet COVED :

Enfouissement de 100.000 tonnes de déchets par an pendant plus de 8 années, soit une colline d’ordures, haute de 22 mètres et étalée sur 5 terrains de foot.

 

            Mais, pour en arriver là…. 3 années d’efforts pour faire valoir ce qui paraît être un droit élémentaire : pouvoir respirer chez soi, à l’école, au gymnase, dans les rues… de l’air « normal », sans odeurs de viandes décomposées ou d’œufs pourris !

 

En novembre 2005, alors que depuis 1998 la population subit bon gré, mal gré, les désagréments du centre d’enfouissement technique n°2 (CET), où COVED enfouit 70.000 T de déchets par an, le bruit circule qu’une 3ème décharge, 2 fois plus grosse, est sur le point d’ouvrir, au même endroit.

C’est la poubelle de trop : voici des décennies que les anciennes carrières se remplissent, d’abord avec les ordures des locaux, puis, depuis le CET n°1, avec les poubelles du SICTRM ( syndicat des ordures ménagères des 33 communes environnantes ).

 

Il apparaît très vite que cette information, peu ou pas donnée aux conseillers municipaux, était détenue par Madame le Maire, qui encourageait  même ce projet en tant que présidente du SICTRM.

 

Début 2006 :

organisation d’une réunion publique avec près de 200 participants

création d’une association locale, rattachée à AID France, avec 150 adhérents

pétitions contre ce projet avec plus de 1600 signataires

démission de madame le Maire et de 4 autres élus.

 

Nous croyons pouvoir dire, avec du recul, que le refus cette 3ème décharge a été aidé par une levée de bouclier contre la façon dont Madame le Maire partageait les informations au sein de la municipalité.

 

Tout au long de 2006, de nombreuses actions ont montré la motivation de la population (Opération escargot à la déchèterie, manifestations dans les rues de Château-Landon, à la sous-préfecture et lors des différents meeting politiques… )

Les lettres envoyées aux politiques n’ont pas toutes été vaines : Jean Dey, vice-président du conseil général s’est déplacé personnellement sur le site et, par la suite, le conseil général a voté une motion contre les déchets issus des autres départements.

La nouvelle municipalité a organisé un referendum, en juin 2006, où 88% des votants se sont exprimés contre ce projet.

Le sous-préfet de Fontainebleau, Monsieur Chopin, a reçu des représentants de l’association ce même mois.

 

Bilan provisoire : COVED, qui était sur le point d’ouvrir le 3ème CET « en douce » en 2006, voit ses projets contrariés et demande une rallonge à la préfecture pour continuer avec le CET n°2.

A noter : La DRIRE ( Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Equipement ) et la préfecture acceptent complaisamment toutes les demandes de COVED car, à cette époque, il n’existe pas d’autre solution pour gérer les déchets du sud 77, même si la construction d’un incinérateur à Pithiviers est décidée.

Ce qui donne 550.000 T de déchets dans un site prévu pour 360.000 T initialement, sans aucun procès verbal adressé à l’exploitant !

 

Début 2007 : Clash à la CLIS ( Commission Locale d’Information et de Surveillance du site n°2).

Dans cette commission, paradoxalement, il ne siégeait aucun riverain du CET, aucun habitant pourtant placé aux premières loges….

Seule Madame le Maire, avec le parti pris qu’on lui connaît, en tant que présidente du SICTRM, pouvait s’exprimer au nom de la population.

La plupart des autres membres avaient grand intérêt à cette décharge où leurs déchets aboutissaient à moindre coût, loin de leurs prés carrés….

En janvier 2007, 2 riverains viennent siéger à la CLIS, au nom de l’ASMSN ( association Seine et Marnaise de Sauvegarde de la Nature, maintenant dénommée « Nature Environnement 77 » ) mais le sous-préfet, Monsieur Chopin, se méprend en pensant que ces 2 personnes sont là pour représenter l’association locale AID, à qui il avait refusé la présence aux CLIS.

Monsieur Chopin annonce alors qu’il ne commencera la séance que lorsque les « intrus » seront partis.

Les représentants de l’ASMSN, sûrs de leur bon droit, refusent de quitter la salle et, Monsieur le sous-préfet, n’ayant qu’une parole, rentre à Fontainebleau sans que la CLIS ne puisse se tenir.

 

Cette anecdote est loin d’être banale : Elle montre un virage, une nette détermination des habitants à ne plus vouloir subir sans se défendre.

Dès lors, COVED et les services de l’Etat comprennent que les riverains iront jusqu’au bout pour faire appliquer leurs droits, quitte à attaquer les arrêtés préfectoraux au Tribunal Administratif.

 

En février 2007, la CLIS se tient normalement, avec les 2 représentants de l’ASMSN, riverains de la décharge et reconnus, cette fois-ci, comme ayant droit de citer.

 

Les actions se poursuivent, les contacts politiques se multiplient, le dépôt du dossier par COVED est régulièrement repoussé…

 

En 2008 :

Election municipale d’une nouvelle équipe clairement opposée au projet COVED.

Nouveau sous-préfet à Fontainebleau. Monsieur Fétrot reçoit AIDe ( association désormais indépendante d’AID France dissoute) et accepte sa présence à la prochaine CLIS de septembre 2008.

Lors de cette CLIS, le ton est nettement différent, grâce, entre autre, à la présence de 6 habitants de notre commune, au travers de 2 associations ( AIDe et NE77 ) et de la nouvelle municipalité.

Monsieur le sous-préfet propose un vote, même s’il n’a aucune valeur décisionnelle, sur le projet présenté par COVED : seules 2 personnes ( le personnel COVED ) votent pour !

Tous les maires environnants ont compris que la coupe était pleine chez nous !

 

ouverture de l’incinérateur de Pithiviers en octobre 2008

Enquête publique en novembre.

 

Elle a constitué, sans aucun doute, le point d’orgue de ces 3 années… mais il est certain que sans tout ce qui précède, cette enquête publique ne se serait pas si bien déroulée :

Plus de 1000 dépositions, 7 registres pleins à craquer, des lettres issues de particuliers mais aussi d’institutions, de syndicats des ordures ménagères (BGV, SICTRM… ), de la municipalité, d’établissements publics, de politiques, de mairies, 80 pages de rapport envoyées par l’avocat d’AIDe, de spécialistes des sols et polluants, d’hydrologue…. expliquant l’inutilité d’un nouveau CET et sa dangerosité pour l’environnement.

Au final, le commissaire enquêteur, pourtant convaincu ouvertement du bien-fondé de ce projet au début de son enquête, donne un avis défavorable.

 

En février 2009, le CODERST ( Conseil Départemental de l'Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques ) se réunit :

Chacun de ses membres a reçu, quelques jours avant, une information en provenance d’AIDe mais aussi de la mairie de Château-Landon.

 

Il faut savoir que le rapporteur ( DRIRE ou DDASS ) présente ses dossiers avec un avis tranché, et que les membres du CODERST suivent, en général, cette opinion.

 

En ce qui nous concerne, le rapporteur de la DRIRE a présenté ce dossier comme étant un mauvais projet (alors que 3 mois auparavant, avant l’enquête publique, la DRIRE n’y voyait pas grand chose à redire !!!)

Le vote du CODERST a donc été NON.

 

Quoi qu’il en soit, le dernier à décider, et ce, quels que soient les avis précédents ( Enquête publique, CODERST… ), c’est le préfet.

 

Pour notre histoire, le préfet devait donner sa réponse fin mars et, en toute logique, son intention était de dire NON au projet de COVED.

Dans une (dernière ?) pirouette, la COVED vient de retirer sa demande, afin d’éviter un refus cuisant.

Faut-il y voir une raison de se méfier ?

COVED possède-t-elle encore quelques atouts ?

 

Voilà peut-être une remarque qui peut en dire long :

Lors du CODERST, un représentant de la DRIRE a courageusement ( ou inconsciemment ? ) reconnu, peut-être pour soulager sa conscience, que COVED pouvait pratiquement tout se permettre, sachant qu’il n’existait pas d’autre solution pour la gestion des ordures.

Depuis l’ouverture de l’incinérateur de Pithiviers, la donne a changé, expliquant sûrement le revirement de la DRIRE, et la joie de son représentant lors du vote du CODERST…  

 

            Pour conclure, nous souhaiterions élargir le débat :

Enfouissement ou incinération, l’essentiel est ailleurs.

Nous devons absolument comprendre que nous, occidentaux, nous vivons comme si nous possédions 5 planètes.

En bref, nous consommons à crédit, sur le dos des autres populations, mais aussi sur celui des générations à venir.

Il devient indispensable de recycler, afin de limiter ces montagnes honteuses d’immondices et de faire face aux pénuries de plus en plus nombreuses.

Mais cette attitude doit aller de paire avec une nouvelle façon de consommer, le gaspillage doit cesser, malgré le discours politique qui nous pousse à toujours plus, au nom de la sacro-sainte croissance…

 

 

 

 

Contact :

AIDe Section locale de Château-Landon

4. rue du Lieutenant Charron                     

77570 Château-Landon

Xavier Ecoutin, vice président  xavier.ecoutin@wanadoo.fr

 

Partager cet article
Repost0

Recherche