Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 18:58
Vignely : vous en reprendrez bien un peu de déchets ?

 

Les déchets ils connaissent bien à Vignely, en effet en 2008 l’ETAT a autorisé la Sté Rep Veolia à exploiter une carrière alluvionnaire de sables et graviers de 107 hectares, pour une durée de 5 ans, remblayée par des déchets « dits inertes ».

 

Une paille, ce sont environ 280 000 tonnes (150 000 m3) de déchets « dits inertes » qui sont venus remplir les trous de la carrière.

 

Aujourd’hui l’annulation du moratoire PREDEC va permettre d’implanter de nouveau des décharges ISDI en Seine et Marne.

 

 

Les déchets du Grand Paris, il faut bien les mettre quelque part, comme l’ouest parisien n’en veut pas, ce sera encore pour la Seine et Marne.

 

 

En 2014 l’entreprise Setrap projetait d’implanter une décharge ISDI à Vignely aux lieudits « la porte aux bergers » et « les sables », mais l’implantation n’avait pu se faire suite au moratoire PREDEC qui interdisait l’implantation de décharges ISDI en Seine et Marne pendant 3 ans.

 

 

Aujourd’hui

comme il n’y a plus d’interdiction

 la Ste SETRAP

 va-t-elle déposer un nouveau dossier ?

 

 

 

Pour le savoir nous vous conseillons de contacter

- Monsieur Jean Piat Maire de Vignely

- Monsieur Olivier Morin  conseiller départemental

- Monsieur Jean-François Copé président de la communauté d’agglomération.

 

 

 

 
Si la décharge devait se faire
leurs jolies maisons
 les habitants de
Vignely
devront-ils les solder ?

 

 

En effet
qui voudra les acheter
et  venir vivre
près
d'une montagne de déchets  ?

 

 

Vignely : vous en reprendrez bien un peu de déchets ?
Partager cet article
Repost0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 18:51
Annulation du moratoire PREDEC sur le 77 : Bientôt une décharge ISDI à Grisy Suisnes lieudit « La Grange le Roi »?

 

L’annulation du moratoire PREDEC va permettre d’implanter de nouveau des décharges ISDI en Seine et Marne.

 

Les déchets du Grand Paris, il faut bien les mettre quelque part, comme l’ouest parisien n’en veut pas, ce sera encore pour la Seine et Marne.

 

J.M. Chanussot, maire de la charmante commune de Grisy-Suisnes, semble avoir anticipé l’annulation du PREDEC, en effet en janvier dernier, il a fait modifier le Plan Local d’Urbanisme pour permettre  à la SAFER de réaliser  un projet : déverser 1.3 millions de déchets inertes au lieudit "La grange le roi", une paille, et puis ce sont seulement  120 poids lourds supplémentaires, par jour, qui devraient empruntés la RD 471 puis le RD 96 sur 120 m seulement.

 

La SAFER, un organisme dirigé par le monde agricole, censé protéger  les terres agricoles.

 

En effet ce serait pour « réhabiliter » un terrain déjà pollué que l’on viendrait y rajouter des déchets inertes.

 

  C’est la dite réhabilitation à la française

rajouter

de la pollution à la pollution ?

 

Il paraît qu’ensuite on pourrait y replanter des arbres, peut-être des noyers ?

 

Nous demandons à voir, en effet sur combien de décharges de déchets inertes en France a-t-on pu planter des noyers ?

 

 

 

pour aller plus loin :

file:///C:/Documents%20and%20Settings/Station/Mes%20documents/Downloads/01-2017%20(1).pdf

http://www.grisy-suisnes.fr/wp-content/uploads/2014/12/2014-07-22.pdf

http://atelierroberta.com/projets/etudes-de-territoire/la-grange-le-roy

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 19:29
Décharge ISDI Annet sur Marne

Décharge ISDI Annet sur Marne

 
Un désastre
pour la Seine et Marne 
le moratoire PREDEC
interdisant
l’implantation de décharges ISDI vient d’être annulé
 
 
 
 
Paru sur le site du Moniteur :
Déchets de chantier : le moratoire sur les décharges en Seine-et-Marne est annulé

Sandrine Pheulpin - LE MONITEUR.FR -

 

 

Par un jugement du 9 mars 2017, le tribunal administratif de Paris a annulé le plan régional de prévention et de gestion des déchets de chantiers du bâtiment et des travaux publics (Predec) d’Île-de-France.

 

 

Les dispositions du plan francilien pour la prévention et la gestion des déchets de chantier, qui interdisaient pendant trois ans l’extension et la création de nouvelles installations de stockage de déchets inertes (Isdi) en Seine-et-Marne, puis soumettaient à l’issue de cette période les autorisations de nouvelles capacités de stockage de déchets inertes dans ce département au respect d’un plafond de quatre millions de tonnes par an, sont annulées.

Le Predec, approuvé par le conseil régional d’Île-de-France le 18 juin 2015, vise à définir et coordonner les actions à mener par l’ensemble des acteurs – publics ou privés – en vue d’assurer la réalisation des objectifs généraux de gestion des déchets définis par les articles L. 541-1 et suivants du Code de l’environnement. Il a été attaqué par le département du Val d’Oise, par l’Union nationale des...

 

http://www.lemoniteur.fr/article/dechets-de-chantier-le-moratoire-sur-les-decharges-en-seine-et-marne-est-annule-34317401

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 19:58
Mâchefers sur la décharge Veolia de Claye-Souilly

Mâchefers sur la décharge Veolia de Claye-Souilly

 

 

 

Le nord 77 est le réceptacle

des déchets d’incinérateur de la région parisienne

Le cas des mâchefers

 

 

Veolia Claye-Souilly reçoit les mâchefers de Monthyon, Vaux le Pénil, Issy les Moulineaux  et même de Rungis et d’Ivry.

Yprema St Thibault des Vignes reçoit ceux de cette commune et  de Montereau Fault Yonne (mâchefers qu’Yprema ne veut plus).

Cideme Isles les Meldeuses reçoit ceux de diverses usines d’incinération de la région parisienne.

 

Les mâchefers

un produit « dit valorisable »

de plus en plus difficile à se débarrasser

puisque presque personne n’en veut.

 

C’est pourquoi il y a quelques années des mâchefers, en provenance de Cideme Isles les Meldeuses, se sont retrouvés sur un terrain agricole dans la jolie commune de St Cyr sur Morin, stockés là , en infraction avec la législation en vigueur mais qui y resteront définitivement sans qu’à notre connaissance l’ETAT n’oblige le dépositaire à les retirer.

 

A St Thibault des Vignes, c’est un autre problème, là c’est Yprema, qui a des difficultés à s’en débarrasser, Yprema qui a fait l’objet de plusieurs arrêtés préfectoraux de mise en demeure pour avoir stocker ces mâchefers trop près de la Marne.

 

A Claye-Souilly, Veolia a le droit de stocker 80 000 tonnes de mâchefers mais ne veut pas donner à Adenca le chiffre exact stocké sur le site, Veolia qui en revend bien peu et utilise la majorité de ces mâchefers sur son site de Claye-Souilly.

Comment ces mâchefers sont utilisés sur ce site ? Les associations réclament depuis des années les lieux d’implantation mais la multinationale ne les fournit pas, probablement parce que la législation ne l’y oblige pas.

Car il faut savoir qu’afin de protéger les eaux souterraines ces mâchefers ne peuvent pas être déversés n’importe où, c’est en majorité en  technique routière qu’ils peuvent être utilisés sous certaines conditions édictées par l’arrêté du 18 novembre 2011.

 

Le syndicat d'ordures ménagères Sietrem encourage même ses communes membres à utiliser ces matériaux "selon les principes vertueux de l’économie circulaire".

Le Sietrem oublierait-il de préciser que les mâchefers sont des matériaux chargés de polluants qui peuvent être dangereux pour les eaux souterraines et ne peuvent pas être déversés n'importe où ?

 

Paru dans le Parisien 77 :
Saint-Thibault-des-Vignes. Le Sietrem invite ses 31 membres à écouler le stock de mâchefers de l’incinérateur

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Saint-Thibault-des-Vignes|Hendrik Delaire|12 décembre 2016, 19h00 | MAJ : 12 décembre 2016, 19h20|

 

 

Redorer le blason des mâchefers pour convaincre les collectivités de les utiliser et ne pas voir les stocks déborder, c’était l’objectif du Syndicat mixte d’enlèvement des résidus ménagers (Sietrem) et de la société Yprema qui avaient invité les élus des 31 communes membres du syndicat à son siège de Saint-Thibault-des-Vignes vendredi.

Chaque année le syndicat produit 30 000 t de ces résidus issus de la combustion des déchets ménagers dans son incinérateur de Saint-Thibault-des-Vignes avant d’en confier le retraitement à l’usine de la société Yprema située à 500 m de là. Un site où ces résidus sont acheminés dans des barges hallées par des chevaux pour être rendus inertes et sans danger. « Dans les années 1990 ces résidus étaient vus comme des vrais matériaux et étaient très utilisés dans les remblais et pour les sous-couches de chaussée mais aujourd’hui ils sont vus comme des déchets et de moins en moins demandés », explique Patrick Donzel-Bourjade, directeur du Sietrem.

En 2015, l’usine Yprema n’a ainsi commercialisé que 21 000 t de mâchefers sur les 30 000 t qu’elle a retraitées. « Les mâchefers s’accumulent et Yprema a déjà plus six mois de stocks». Le Sietrem sera bientôt obligé d’évacuer ces résidus vers une installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND). « Soit un coût de près de 700 000 € qui se répercuterait sur la taxe d’enlèvement d’ordure ménager », insiste Patrick Donzel-Bourjade. Cette opération ferait passer le taux moyen de la taxe de 7,40 % à 7,59 % selon le Sietrem.

Le Sietrem insiste sur les avantages d’utiliser un matériau local qui permet de diminuer l’intensité du prélèvement des matériaux de carrières et de limiter les distances de transports, selon les principes vertueux de l’économie circulaire. Ces matériaux doivent être considérés comme la solution de base dans les appels d’offres publics », insiste le Sietrem.

leparisien.fr

 

http://www.leparisien.fr/saint-thibault-des-vignes-77400/saint-thibault-des-vignes-le-sietrem-invite-ses-31-membres-a-ecouler-le-stock-de-machefers-de-l-incinerateur-12-12-2016-6446955.php

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-machefers-un-nouvel-arrete-au-service-des-interets-de-la-filiere-incineration-la-nature-comme-subs-124103433.html

http://www.lemarneux.fr/2016/12/yprema-lagny-sur-marne-non-respect-des-lois-environnementales.html

http://groupe-crc.org/activite-des-senateurs/dans-le-departement/31-000-tonnes-de-machefer-deposes

Partager cet article
Repost0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 20:22
 
Lagny sur Marne démolit sa piscine mais la ville ne possède pas de décharge de gravats de bâtiment, elle devra donc les envoyer chez les autres.
 
Les déchets seront-ils déversés près de l’école maternelle de Fresnes sur Marne ou près de l’école primaire d’Isles les Villenoy ou à proximité du captage d’eau d’Annet sur Marne …?
 
Pour le savoir contactez la mairie.
 
 
Paru dans le Parisien 77 :
Lagny-sur-Marne : la destruction de l’ancienne piscine a commencé

Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Lagny-sur-Marne|A.M.|26 février 2017, 12h30|0

 

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Lagny-sur-Marne|A.M.|26 février 2017, 12h30|0

 

Lagny-sur-Marne, mercredi 15 février 2017. Les premiers travaux de déconstruction de l’ancienne piscine ont débuté au mois de janvier. (LP/Alexandre Métivier)

Les travaux de démolition de l’ancienne piscine de Lagny-sur-Marne, fermée depuis bientôt dix ans, ont débuté. Autour du bâtiment, une grande barrière métallique a été dressée. Sur celle-ci, un panneau confirme le coût des travaux, 295 000 € TTC, et indique quatre mois de travaux ….

 

 

http://www.leparisien.fr/lagny-sur-marne-77400/lagny-sur-marne-la-destruction-de-l-ancienne-piscine-a-commence-26-02-2017-6713079.php

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 12:08
Vue sur la décharge Veolia Claye-Souilly

Vue sur la décharge Veolia Claye-Souilly

 

 

Décharge

Veolia Claye-Souilly

 un manque de transparence ?

 

A vous de juger

 

 

Lors de la dernière commission de suivi de site les associations environnementales n’avaient pas pu poser toutes leurs questions, compte tenu des temps de parole réduits qui leur sont alloués dans ces commissions qui durent environ 2 heures, temps réservé en grande partie à l’exploitant.

 Le sous préfet Gérard Péhaut leur avait conseillé de  poser ces questions par écrit, ce qu’Adenca a fait.

 

Près de 3 mois après notre demande Veolia nous répond.

 

Le rapport du laboratoire Dioxlab concernant la campagne de mesures trisannuelles dioxines et furanes, Veolia ne nous le fournira pas, la législation ne l’y oblige pas.

 

Les rapports du laboratoire IDDEA sur les eaux souterraines 2014-2015, Veolia ne nous le fournira pas non plus, la législation ne l’y oblige pas.

 

Quant aux produits chimiques utilisés pour masquer les odeurs, nous n’aurons pas leur composition, la législation ne l’y oblige pas.

 

 

Les tonnages de mâchefers stockés actuellement sur le site, Veolia ne les donnera pas non plus, l’industriel botte en touche, en indiquant qu’il est autorisé à stocker 80 000 tonnes de mâchefers, ce que les associations savaient déjà.

 

 

 

Une législation

cousue mains pour l’industriel ?

 

 

A vous de juger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 13:17

 

 

 

Une jolie piscine

pour Meaux

et

les gravats

pour les villages ruraux ?

 

 

 

 Un projet de démolition-reconstruction de la piscine de Meaux « parc Frot » vient d'être engagé, pour un coût de 13 millions d’euros, financé pour majorité par vos impôts au travers de la communauté d’agglomération de Meaux, du département et de la Région.

 

Dans la presse Jean-François Copé présente ce projet valorisant pour la ville de Meaux, sans jamais préciser dans quels villages ruraux seront déversés les gravats de démolition :

 - dans la décharge ISDI de Crégy les Meaux, près d’un lotissement ?

- ou celle d’Isles les Villenoy, près d’une école primaire et d’un lotissement ?

-ou à Fresnes sur Marne près de l’école maternelle et primaire et du centre « aéré »?

....

Certains voudraient nous faire croire que tous ces déchets vont être recyclés dans une entreprise de recyclage de  béton située dans un village rural voisin de Meaux, mais nous ne sommes pas dupes la démolition de cette piscine ne produira pas que des déchets de béton, il y aura du verre, du carrelage, de la faïence et autres qui pourront être « accueillis » en décharge ISDI.

 

 

Rénover plutôt que détruire

cela n’aurait-il pas été la solution ?

 

 

Face à Meaux

 la 2ème plus importante ville de Seine et Marne

les populations des villages ruraux ne font pas le poids.

 

 

Leurs jolies maisons
les habitants
des villages ruraux
« accueillant »
des décharges
devront-ils les solder ?

 

 

En effet
qui voudra les acheter
et venir vivre
dans un secteur entouré
de tas d’ordures ?

 

 

Une jolie piscine pour Meaux et les gravats pour les villages ruraux ?
Partager cet article
Repost0
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 16:06
 
 
Dans le cadre du Grand Paris, l’ETAT  signe des Contrats d’Intérêt Général, qui vont permettre de financer des projets de préservation des espaces naturels et agricoles, des grands projets culturels..
 
 
 Combien de contrat seront signés pour préserver les espaces naturels et agricoles du nord-ouest 77 dans la vallée de la Beuvronne ?
 
A notre connaissance aucuns.
 
Mais pourquoi vous entêter ?
 
Vous savez bien que ce secteur est en quelque sorte réservé aux ordures.
 
Vous savez bien qu’Yves Albarello, député de cette circonscription  et rapporteur du Grand Paris, recherche désespérément des  sites pour "accueillir"  les déchets du Grand Paris, dénommés parfois remblais  inertes pour ne pas attirer l'attention des populations.
 
Sur sa propre commune de Claye-Souilly, il a même prévu d’autoriser à déverser plus de 190 000 m3 de remblais "dits inertes" près du lotissement huppé des Jardins Anglais, dans le but d’y implanter une piste de BMX au bord du TGV et à proximité d’une autre décharge.
 

 

 

Leurs jolies maisons
les habitants de Claye-Souilly
et des villages ruraux alentours
devront-ils les solder ?

 

 

En effet
qui voudra les acheter
et venir vivre
dans un secteur entouré
de tas d’ordures ?
 
 
 
Paru dans le Moniteur :
Grand Paris: le gouvernement identifie quinze territoires d’intérêt national

Nathalie Moutarde (Bureau Ile-de-France du Moniteur) - LE MONITEUR.FR - Publié le 16/10/15 à 17h47 - Mis à jour le 03/11/15 à 16h18

Le troisième comité interministériel consacré au Grand Paris s’est tenu le 15 octobre. Le gouvernement a annoncé la création de «contrats d’intérêt national» pour accompagner une quinzaine de sites à fort potentiel. Six nouvelles opérations d’intérêt national vont être créées.

e 15 octobre, le Premier ministre a présidé le troisième comité interministériel (CIM) du Grand Paris. En matière d’aménagement, l’annonce la plus forte concerne l’identification par le gouvernement d’une quinzaine de territoires dit d’«intérêt national». Ces sites à fort potentiel vont bénéficier du soutien de l’Etat pour faire émerger des projets d’aménagement ambitieux. Reprenant l’une des propositions du rapport de Thierry Lajoie, le gouvernement propose d’accompagner ces territoires par des contrats d’intérêt national (CIN) qui seront signés dans les six mois à venir. Ouverts à la signature de tous les partenaires, ils détailleront les gouvernances, les procédures, les outils de l’Etat et de ses opérateurs.

 

Six projets de création d’opérations d’intérêt national

Six de ces territoires font l’objet d’un projet de création d’opération d’intérêt national (OIN): Portes sud du Grand Paris (Bondoufle, Courcouronnes, Corbeil-Essonnes, Evry, Grigny, Fleury-Mérogis, Ris-Orangis); Champigny-sur-Marne, Villiers-sur-Marne, Sucy-en-Brie, Ormesson, Chenevières; Argenteuil; Territoires de Roissy-Nord; Aulnay-sous-Bois et Gonesse (ancien site industriel PSA); Campus Grand Parc-Villejuif. D’autres, déjà en OIN, verront leur périmètre modifié ou élargi (Seine-Aval, Saclay, La Défense, Orly-Rungis Seine-Amont). Dans cette liste de territoires à fort potentiel figurent des sites, signataires d’un contrat de développement territorial (CDT) qui aspirent à passer d’un contrat stratégique et programmatique à un contrat d’application opérationnel ou concernés par des projets complexes…….

http://www.lemoniteur.fr/article/grand-paris-le-gouvernement-identifie-quinze-territoires-d-interet-national-30195746

 

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 11:19
Fresnes sur Marne : bord du canal de l'Ourcq

Fresnes sur Marne : bord du canal de l'Ourcq

 
 
Jean-Jacques Barbaux récompense les communes  de moins de 3 500 habitants bénéficiant d’un patrimoine bâti ou naturel remarquable :
Barbizon, Beaumont du Gâtinais, Gretz sur Loing, Montceaux les Meaux,
Seine Port, Villeneuve le Comte, Villeneuve sur Bellot
 
 
 
Il est vrai qu’il est facile  pour Jean-Jacques Barbaux de favoriser
«l’accueil des ordures »
dans nos jolis villages ruraux du nord 77
mais quand il s’agit de leur donnele label
« villages de caractère »
JJ Barbaux est aux abonnés absents.
 
Vous n’y pensez pas Jean-Jacques Barbaux ne va pas tout de même pas encourager les touristes à y venir.

 

La double peine
pour ces villages martyrs
 
Pourtant Villeneuve sous Dammartin possède un joli château, siège de l’exploitant de décharges ECT et également la plus importante décharge ISDI d’Ile de France, sinon de France.
 
Pourtant Moussy le Neuf possède une église classée monument historique mais aussi une décharge.
 
Pourtant Annet sur Marne possède 3 châteaux, les peintres de l’école de Barbizon y venaient volontiers au 19ème siècle, aujourd’hui la commune en est à sa 3ème décharge.
 

Pourtant Fresnes sur Marne, commune baignée par le canal de l’Ourcq et la Marne possède une église qui date du 17ème siècle, l'histoire dit que c'est Pierre Forget de Fresnes qui fut à l'origine de sa construction. Il était propriétaire du château, aujourd'hui disparu. Il fut l'un des rédacteurs de "l'Edit de Nantes".

Aujourd'hui cette commune possède 2 décharges, dont la plus importante ISDND d'Europe et une décharge ISDI construite près de son école maternelle.

 

 
Pourtant Isles les Villenoy, baignée par la Marne et le canal de l’Ourcq, était un site de villégiature depuis le 19ème siècle, on y compte de nombreuses maisons bourgeoises, une décharge vient d’y être implantée récemment, à proximité de son école primaire, et on projette d’y implanter une installation de recyclage de déchets dangereux pour laquelle Jean-Jacques Barbaux n’a, semble-t-il, pas émis un avis défavorable.

 

Annet sur Marne : Château de Sannois

Annet sur Marne : Château de Sannois

Paru dans le Parisien 77 :
Seine-et-Marne : voici les sept nouveaux villages de caractère

> Rémy Calland|19 janvier 2017, 16h10 | MAJ : 19 janvier 2017, 16h40

 

Promouvoir le tourisme dans les commu-et-marnaises……..nes de moins de 3 500 habitants bénéficiant d’un patrimoine bâti ou naturel remarquable et disposant de services d’hébergement et de restauration. Tel est l’objet du label « Village de caractère » remis vendredi au conseil départemental par son président Jean-Jacques Barbaux (LR) à sept communes seine

 

http://www.leparisien.fr/acheres-la-foret-77760/seine-et-marne-voici-les-sept-nouveaux-villages-de-caractere-19-01-2017-6590142.php

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 11:18

 

C’est l’habitude au Conseil Régional IDF de ne pas inviter, dans les réunions de concertation déchets, ceux qui supportent les ordures des autres.

 

Jean-Paul Huchon (PS) et Corinne Rufet (EELV) n’avaient pas souhaité inviter « le bas peuple du nord 77 », aux réunions de concertation déchets, Valérie Pécresse (LR) et Chantal Jouanno (UDI) font de même aujourd'hui.

 

 Concertation, vous dites concertation !

 

Plutôt des petites réunions « entre amis » : exploitants de décharges, démolisseurs, promoteurs immobiliers, élus….. et quelques associations subventionnées par le Conseil Régional IDF, qui ne peuvent pas mordre la main qui les nourrit.

 

Pour mieux comprendre la situation il faut savoir que les déchets produits en IDF se décomposent comme suit :

- 12 % pour les ordures ménagères

- 88 % pour les déchets des industriels (BTP 73 % et autres activités 15%)

 

Mmes Pécresse et Jouanno doivent expliquer leur projet « zéro déchet dans le BTP » alors que l’EPFIF, « le bras armé » du Conseil Régional d’IDF, qui finance « la dite rénovation urbaine », encourage les projets de démolition pour reconstruire à côté, car rénover sans démolir ne semble pas être à l’ordre du jour.

 

 

On peut voir sur le site de l'EPFIF une photo et une remarque  qui en disent long :

 http://www.grandepf.fr/logements/notre-intervention/produire-vite/

Pourquoi Valérie Pécresse et Chantal Jouanno n’invitent pas ADENCA aux réunions de concertation du futur Plan Déchets d’IDF ?

Pour augmenter la production de logements, il faut mobiliser et libérer rapidement du foncier .

 

 

Un système « dit d’amélioration de la qualité de vie dans les grandes villes », en envoyant les ordures du BTP chez les autres, dans les villages ruraux du nord 77 que l’on détruit.

 

Que connaissent des problèmes du « bas peuple » des villages ruraux du nord 77 Valérie Pécresse élue des Yvelines et Chantal Jouanno, élue de Paris, 2 départements qui envoient leurs ordures chez les autres ?

 

Elles ne sont jamais venues

 à la rencontre

des riverains des décharges du nord 77

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche