Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 19:14
Nos villages ruraux ne sont pas des poubelles : manifestation contre le projet de décharge de déchets dangereux Terzeo !

 

 

Ce samedi matin, les populations des villages ruraux de Mareuil les Meaux, Villenoy, Isles les Villenoy et environs manifestaient devant la sous préfecture de Meaux contre le projet de décharge de déchets dangereux Terzeo.

 

Nous remercions les élus très attachés aux villages ruraux qui étaient venus les soutenir :

- la conseillère régionale Bénédicte de Cecco Monville avait fait le déplacement du sud de la Seine et Marne

- la conseillère départementale et maire d’Esbly Valérie Pottiez-Husson, accompagnée de son adjoint était venue également soutenir les populations

- 4 adjoints au maire de Chauconin-Neufmontiers étaient présents

- un conseiller municipal de Courtry était également présent, Courtry est la commune riveraine de la plus importante décharge de déchets dangereux de France, située à Villeparisis.

Des adhérents d’Adenca étaient également venus les soutenir.

 

Sous la surveillance des forces de police et de la DGSI (ex renseignements généraux), les manifestants se sont rendus ensuite devant la mairie de Meaux.

 

 Jean-François Copé et Jean-François Parigi les ont reçus sur le parvis de l’hôtel de ville, ils ont promis de rencontrer le collectif la semaine prochaine.

 

 

Nos villages ruraux ne sont pas des poubelles : manifestation contre le projet de décharge de déchets dangereux Terzeo !
Partager cet article
Repost0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 11:02
 
A grand renfort de médias Jean-Jacques Barbaux vient de signer un contrat d’intérêt national pour Melun/ Dammarie les Lys et alentours.
 
Pour faire court c’est  un projet de démolition/reconstruction pour  améliorer le cadre de vie dans ces villes en détruisant le cadre de vie des villages ruraux qui recevront les ordures de démolition.
 
Jean-Jacques Barbaux ne dit pas où seront recyclés les déchets dangereux de déconstruction et quelles décharges recevront ceux qui ne seront pas recyclés ?
 
En effet la région de Melun ne possède pas de décharge de déchets dangereux, déchets qu’elle envoie régulièrement chez les autres, pour beaucoup au nord 77 à Villeparisis.
 
Quant au recyclage/décharge des déchets dangereux provenant de la démolition du bâtiment, à notre connaissance le seul projet actuellement se trouve au nord-ouest 77 : Terzeo à Villenoy/Isles les Villenoy.
 
Pourquoi le sud 77 se priverait-il aujourd’hui d’envoyer ses ordures au nord-ouest 77 alors qu’il le fait depuis de nombreuses années, on ne va tout de même pas implanter une entreprise de recyclage /décharge de déchets dangereux en bordure de la forêt de Fontainebleau, laissons cela pour les habitants de Villenoy/Isles les Villenoy.
 
Là-bas les ordures des autres ils y sont habitués, leurs carrières, décharges  et entreprise de recyclage en regorgent.
 
Alors un peu plus
un peu moins
 ils ne vont tout de même pas faire la fine bouche.
 
 
Paru sur le site de la préfecture de région :
Grand Paris – Signature d’un 8e CIN en Seine-et-Marne et MIPIM de Cannes : l’État sur tous les fronts pour aménager et promouvoir la région-capitale !

Mise à jour : 30 mars 2017

Michel Delpuech, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, a signé le 15 mars dernier le 8e Contrat d’intérêt national (CIN) « Communauté d’agglomération Melun-Val-de-Seine » avec Jean-Jacques Barbaux, président du conseil départemental de Seine-et-Marne, et Louis Vogel, maire de Melun, président de la communauté d’agglomération Melun Val-de-Seine....

http://www.prefectures-regions.gouv.fr/ile-de-france/Documents-publications/Pref-Actualites/2017/Avril/Grand-Paris-Signature-d-un-8e-CIN-en-Seine-et-Marne-et-MIPIM-de-Cannes

 

Paru dans le Parisien 77 :

Melun Val-de-Seine : un contrat d’intérêt national pour booster les projets de l’agglomération

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Melun|Sophie Bordier|28 février 2017, 18h50|0

CIN. Derrière ces trois lettres du Contrat d’intérêt national se trouvent des projets que l’Etat s’engage à booster financièrement entre 2017 et 2021, au nom de « l’intérêt national ». Lundi soir, les élus de la Communauté d’agglomération Melun Val-de-Seine (CAMVS) ont voté le principe de signature d’un CIN avec l’Etat et le Département.

Une aubaine pour cette intercommunalité de 20 communes et 128 000 habitants. Le contrat sera signé d’ici mi-mars. « Cela montre que l’Etat reconnaît des projets de valeur sur notre territoire. On espère qu’il s’engage sur un soutien de 10 M€ par an sur cinq ans, une manne extraordinaire qui viendrait en supplément des subventions de droit commun », salue Louis Vogel (LR), maire de Melun et président de la CAMVS.

Melun, 27 février. Louis Vogel (LR) est ravi du soutien financier de l’Etat, espéré à hauteur de 10M€ par an sur cinq ans, soit 50 M€ au total. LP/Sophie Bordier

Les neuf élus d’opposition se sont abstenus. « Ce CIN pèche par une vision technocratique de l’aménagement du territoire. On nous parle de compétitivité quand il y a urgence à penser emploi, nourriture saine, air respirable, qualité de vie. Un pont créera plus de trafic», estime Bénédicte Monville de Cecco (EELV).

Les grands axes retenus

Conforter le développement économique. Un gros coup de pouce est prévu pour le pôle aéronautique de Paris Villaroche, avec le développement d’un véritable cluster d’envergure nationale. L’investissement total est estimé à 40M€ d’ici 2030. La compétitivité du pôle passera notamment par une amélioration de la desserte du site (bus en lien avec les gares du secteur) et le lancement de formations adaptées. Par ailleurs, autour du Santépôle (futur hôpital de Melun-Sénart), une nouvelle filière santé est envisagée (centre des soins de suite, laboratoires, maisons médicales... ).

Proposer un « Grand Melun touristique ». Le classement de Maincy en « Grand site de France» sera demandé, impliquant l’amélioration de la desserte de Vaux-le-Vicomte. L’offre hôtelière devra se renforcer.

Maîtriser les déplacements. Face aux 90 000 véhicules traversant chaque jour Melun (dont 50 000, avenue Thiers), le CIN exige que la création du pont franchissant la Seine en amont de Melun, entre La Rochette et Vaux le Pénil, démarre dès 2021. Cet ouvrage doit coûter 20 M€. Une étude sera lancée pour un pont aval. Les signataires s’engagent en outre à ce que le pôle d’échanges multimodal de la gare de Melun (nouvelle gare routière au nord et au sud des voies ferrées, stationnements pour vélos, parking souterrain, etc.) soit terminé en 2021 pour accueillir le Tzen 2 en 2023.

Augmenter l’offre de formation. Le CIN veut renforcer l’offre universitaire à Melun, avec l’extension de Paris II-Assas, la venue de Paris VI (médecine), du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) et la création d’un centre d’études sur la sécurité.

Améliorer le logement. Le CIN doit faciliter les programmes de rénovation-réhabilitation-construction, notamment sur l’arc nord, le centre-ville et la future friche de l’hôpital Marc-Jacquet à Melun, ainsi qu’au Clos Saint-Louis à Dammarie.

leparisien.fr

 

http://www.leparisien.fr/melun-77000/melun-val-de-seine-un-contrat-d-interet-national-pour-booster-les-projets-de-l-agglomeration-28-02-2017-6720234.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 10:37
 
Pourquoi Vincent Eblé
veut-il protéger la nappe de Champigny
et pas le plus important captage d’eau d’Annet sur Marne
qui fournit 500 000 habitants en eau potable ?
 
C’est ce qu’on peut lire dans l’avis de 2014 du département de Seine et Marne.
Le département est favorable à l’envoi des ordures du Grand Paris à Villeparisis, St Soupplets, Claye-Souilly et Annet sur Marne .
 
 Cela nene pas Vincent Eblé que les ordures soient déversées dans la décharge d’Annet sur Marne à même la terre, les jus de décharges s’évacuant dans la nappe phréatique et vers la Marne par la Beuvronne qui se rejette en amont proche du captage d’eau situé sur cette même commune et qui fournit 500 000 habitants en eau potable.
 
Mais pour protéger la nappe de Brie  surtout ne pas envoyer ces ordures dans les carrières

De Villegagnon et Pécy.

 
Pour extrait :
AVIS DU DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE SUR LES LIGNES 16 ET 17 SUD DU RÉSEAU DE TRANSPORT PUBLIC DU GRAND PARIS
…….
Dans le cadre de la planification de l’évacuation des déblais, la SGP propose un découpage des tronçons en secteurs et en lots géographiques permettant de mettre en œuvre 3 scénarios, « lots » d’évacuation des déblais en fonction de la localisation des secteurs de production de déblais :
 
- lot 1 « Mutualisation du transport par voie d’eau », Ce lot concerne les déblais provenant des travaux du tronçon de la ligne 14 et d’une partie de la ligne 16 allant des gares de Saint-Denis Pleyel à la Courneuve. Leur quantité est estimée à 2 millions de tonnes. Seuls les déblais pollués, non quantifiés seront évacués en Seine-et Marne vers l’installation de stockage des déchets dangereux de SITA FD à Villeparisis.
 
- lot 2 « Recherche de l’évacuation par la route en direction du Nord de l’Ile-deFrance », Ce lot concerne les déblais d’une partie du tronçon de la ligne 16 allant de la gare du Bourget à la gare de Clichy-Montfermeil. Leur quantité est estimée à 3,2 millions de tonnes.
 

Pour la Seine-et-Marne sont identifiés : 

Les carrières de Placoplatre à Villeparisis et de Knauf à Saint-Soupplets quiü prévoient le remblayage des fouilles par apports de déchets inertes.

 Les installations de stockage de déchets inertes d’ECT à Annet-sur-Marne, de laü REP Véolia à Claye-Souilly.

 L’installation de stockage de déchets non dangereux de la REP Véolia à ClayeSouilly.ü  L’installation de stockage de déchets dangereux de SITA FD à Villeparisis.ü

 

- lot 3 « Evacuation des déblais par la route dans le département de production ». Ce lot concerne les déblais d’une partie du tronçon allant de la gare de Clichy-Montfermeil à la gare de Noisy-Champs. Leur quantité est estimée à 1,2 millions de tonnes. Pour ce lot, les sites potentiels d’évacuation sont situés exclusivement en Seine-et-Marne.

 

 Ils sont communs au lot 2 et deux sites supplémentaires ont été ajoutés : les carrières de SCBV Bannost à Villegagnon et de Cemex Granulat à Pécy. Or, ces deux carrières exploitent les calcaires situés dans la nappe de Champigny obtenus par rabattage de la nappe. Les conditions de réaménagement prévus dans les arrêtés préfectoraux prévoient pour les deux sites « un remblayage par apport de matériaux minéraux inertes, non contaminés ni pollués, constitués de déblais de chantier à base de terres naturelles ou de matériaux issus de travaux publics excluant tout autre produit que les sols naturels ». Le Département considère que ces sites situés dans le périmètre de la nappe de Champigny ne sont pas appropriés pour recevoir des déchets inertes si le caractère inerte de ces derniers n’est pas démontré par des analyses systématiques sur les remblais. En effet, ces matériaux seront au contact immédiat d’une nappe qui alimente en eau potable 1 million de franciliens. Par précaution, en raison d’un risque sanitaire existant, ces sites doivent être écartés. Le Département demande par ailleurs que les carrières de Villegagnon et Pécy soient exclues des sites potentiels définitifs d’accueil de déchets inertes.

file:///C:/Documents%20and%20Settings/Station/Mes%20documents/Downloads/Avis%20D%C3%A9partement%20-%20Note%20technique%20(3).pdf

 

Quand à Jean-Jacques Barbaux son successeur, il a accepté 1 million d’euros de l’exploitant de décharge ECT pour retirer ses recours administratifs contre les décharges d'Annet sur Marne et Villeneuve sous Dammartin.

 

Jean-Jacques Barbaux veut également accueillir les entreprises de recyclage de déchets et  remblayer les carrières avec des déchets,  mais ne dit pas où.

- veut-il encourager la destruction du joyau de ce secteur, la forêt régionale de Montgé en Goële pour permettre à l’exploitant allemand Knauf d’exploiter une carrière/ décharge pour y déverser les ordures du Grand Paris ?

 

-veut-il encourager l’implantation à Moussy le Neuf d'une entreprise de compostage de boues de station d’épuration accompagnée d’une décharge ECT et d’une entreprise de recyclage/ décharge de déchets dangereux à Villenoy/Isles les Villenoy ?

 

- veut-il encourager l’implantation et d’une installation de tri, regroupement et traitement de déchets dangereux (désamiantage des trains, dépollution…) au bord de cette même forêt de Montgé en Goële ?

 

 

-veut-il encourager l’implantation à Moussy le Neuf d'une entreprise de compostage de boues de station d’épuration accompagnée d’une décharge ECT et d’une entreprise de méthanisation pour soulager, entre autres, la ville princière de Chantilly des crottins de chevaux dont elle ne sait que faire ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 15:46
Forêt Régionale de Montgé en Goële : Va-t-on détruire le joyau du nord-ouest 77 pour s'en servir de décharge pour les ordures du Grand Paris

Forêt Régionale de Montgé en Goële : Va-t-on détruire le joyau du nord-ouest 77 pour s'en servir de décharge pour les ordures du Grand Paris

 

 

Les ordures

ça peut rapporter gros

 

Jean-Jacques Barbaux le sait, puisqu’il a reçu pour sa collectivité 1 million d’euros de l’exploitant de décharges ECT en compensation du retrait de ses recours auprès du tribunal contre les monstrueuses décharges ISDI d’Annet sur Marne et Villeneuve sous Dammartin.

 

Aujourd’hui nous apprenons que Jean-Jacques Barbaux vient d’envoyer une lettre aux élus de Seine et Marne dans laquelle il indique ses intentions, pour faire court  il souhaite soulager l'IDF des déchets  dont elle ne sait que faire, en encourageant le recyclage des déchets et  les carrières/décharges, on ronge jusqu'à l'os nos ressources, gypse, graviers,sable, pierres... et puis on rebouche les trous avec les ordures du Grand Paris.

 

 

Jean-Jacques Barbaux doit préciser sa pensée

 il doit indiquer

 si c’est aux populations meurtries

du nord-ouest 77

qu’il veut  continuer à faire supporter

 les ordures des autres

 pour exemple :

 

- s’il va encourager la destruction du joyau de ce secteur, la forêt régionale de Montgé en Goële pour permettre à l’exploitant allemand Knauf d’exploiter une carrière/ décharge  pour y déverser  les ordures du Grand Paris ?

 

- s’il va encourager l’implantation d’une installation de tri, regroupement et traitement de déchets dangereux (désamiantage des trains, dépollution…) au bord  de cette même forêt de Montgé en Goële ?

 

- s’il va encourager l’implantation et d’une entreprise de recyclage/ décharge de déchets dangereux à Villenoy/Isles les Villenoy ?

 

-s’il va encourager l’implantation à Moussy le Neuf  d'une entreprise de compostage de boues de station d’épuration accompagnée d’une décharge ECT et d’une entreprise de méthanisation pour soulager, entre autres,  la ville princière de Chantilly des crottins de chevaux dont elle ne sait que faire ?

 

 

Sinon Jean-Jacques Barbaux doit dire si c’est dans son village de Neufmoutiers en Brie qu’il souhaite implanter des entreprises de recyclage des déchets des autres, un village bien protégé actuellement puisque Neufmoutiers en Brie envoie depuis des décennies ses ordures chez les autres ?

 

 

Sinon Jean-Jacques Barbaux projettent-ils d’envoyer les ordures des autres autour de Fontainebleau, une région bien épargnée par les décharges mais qui possède des carrières de grès qu’on pourrait rouvrir où les trous pourraient servir ensuite de décharge pour les ordures du Grand Paris ?

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 09:39
Annulation du moratoire PREDEC par le tribunal administratif : 3 associations environnementales du nord-ouest 77 demandent à être reçues par Chantal Jouanno !

 

Suite à l’annulation du moratoire PREDEC qui va permettre d’implanter de nouvelles

décharges ISDI au nord-ouest 77 trois associations de défense de l’environnement

du nord-ouest 77 demandent à être reçues par Chantal Jouanno.

 

En effet le Conseil Régional doit contester le jugement du tribunal administratif qui annule le moratoire PREDEC mais nous ne savons pas si cette décision sera suspensive, pour faire court si cette contestation pourra suspendre l’implantation de décharges ISDI en  Seine et Marne jusqu’à juin 2018 ?

 

Un nouvel plan déchets pour l’Ile de France est en cours de concertation, c’est le conseil régional d’Ile de France qui choisit les associations qui pourront venir à la table de la concertation mais à notre connaissance aucunes associations de Seine et Marne n’a été invitée.

 

En effet c’est le nord-ouest 77 qu’on couvre d’ordures mais quand il s’agit de préparer les plans déchets qui décideront de notre avenir, on ne  donne pas la parole aux associations  de défense de l’environnement de ce secteur, d’autres décident pour nous.

 

Comme à l’habitude, ici le seul droit que vous ayez c’est de payer vos impôts et que votre argent soit utilisé au titre de la solidarité régionale en majorité pour les autres.

 

C’est au titre

de cette même solidarité régionale

qu’on vous envoie

les ordures des autres.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 18:36
Annulation du moratoire PREDEC ou l’acharnement de l’ETAT contre le nord-ouest 77 ?

 

Comment expliquer que le gouvernement de Manuel Valls ait pu engager une action au côté de l’Union nationale des exploitants du déchet contre l’intérêt des plus fragiles populations de Seine et Marne, celles qui vivent au milieu des ordures des autres.

 

Comme l’indique le Conseil Régional d’IDF :

« Le Tribunal administratif de Paris, en date du 9 mars, a fait droit au recours du représentant de l’État en annulant la délibération du Conseil régional d’Île-de-France : cette décision a pour effet immédiat d’annuler le moratoire de 3 ans. Les autres dispositions du PREDEC et son rapport environnemental restent valides jusqu’au 1er janvier 2020. »

 

L’intérêt des industriels du déchet passe-t-il avant la protection des populations, notamment du nord-ouest 77, qui vivent au milieu des ordures des autres et vont devoir en supporter encore plus ?

 

Voici une liste non exhaustive  des communes qui pourraient accueillir des décharges ISDI dans les mois à venir :

 

Au nord-ouest 77

Vignely, Trilbardou, Isles les Villenoy, Marcilly, Moussy le Neuf, Collégien, Fresnes sur Marne,Chelles.

 

et ailleurs

Grisy Suisnes, Montereau le Jard, Voisenon, Rubelles

 

Nous pensions vivre

dans un pays démocratique

dans lequel la souveraineté émane du peuple.

 

Est-ce cela

« ladite démocratie à la française » ?

 

A vous de juger

 

 

http://www.ordif.com/article/dechets-de-chantier-le-tribunal-administratif-annule-le-predec

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 11:09

 

Interview d'Asterio Fernandez président de l'association de défense de l'environnement MARNE, association qui se bat contre l"implantation de nouvelles décharges autour d'Isles les Villenoy : la décharge de déchets dangereux Terzeo mais également les décharges ISDI qui pourraient voir le jour suite à l'annulation du moratoire Predec : Vignely, Isles les Villenoy, Trilbardou....

 

BFM PARIS

 
 VIDEO
La Seine-et-Marne ne veut plus être la décharge de l'Ile-de-France

Associations et élus de Seine-et-Marne ne veulent plus que leur département soit la poubelle de l'Ile-de-France. Ce département francilien accueille déjà 80% des déchets de la région et pourrait continuer à en accueillir davantage. En cause, l'annulation d'un moratoire qui devait interdire temporairement l'installation de décharges supplémentaires.

 

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/la-seine-et-marne-ne-veut-plus-etre-la-decharge-de-l-ile-de-france-926895.html

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 09:33
Jean-François COPE aurait-il oublié que depuis des années il fait démolir des tours et envoie les déchets chez les autres  !

 

En effet la ville de Meaux n’assume pas ses propres déchets, elle les envoie chez les autres, les ordures ménagères étaient enterrés dans le village rural de Crégy les Meaux, aujourd’hui elles  sont incinérées dans le village rural de Monthyon, quant aux mâchefers de l’incinérateur de Monthyon, ils partent dans la décharge des villages ruraux de Charny et Fresnes sur Marne

 

Concernant les déchets issus des démolitions des tours  de Meaux, les déchets de béton seraient retraités dans le village rural de Poincy et le reste des déchets « dits inertes » ?

 Jean-François Copé est très discret quant aux villages ruraux qui les reçoivent.

 

Sont-ils déversés dans les ISDI :

- près de l’école maternelle de Fresnes sur Marne ?
- près de l’école primaire d’Isles les Villenoy ?
- près du lotissement de Crégy les Meaux ?
- près du captage d’eau d’Annet sur Marne ?

......

 

Et ce n’est pas fini Jean-François Copé prévoit, plutôt que de rénover les tours de Meaux, d'en détruire encore  près de 7.

 

 

                                       Leurs jolies maisons

les habitants
des villages ruraux
entourés  
de décharges
devront-ils les solder ?

 

 

En effet
qui voudra les acheter
et venir vivre
près
de tous ces tas d’ordures ?

 

Paru dans le Parisien 77 :
Pays de Meaux. Copé redoute une « catastrophe » après l’annulation du moratoire sur les déchets

>Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Meaux|A.A.|21 mars 2017, 16h40|

 

Jean-François Copé (LR) emboîte le pas de Valérie Pécresse (LR). Le député-maire de Meaux salue la décision de la présidente du conseil régional de faire appel de l’annulation du moratoire du Prédec, le plan régional de prévention et de gestion des déchets de chantiers. Le 9 mars, le tribunal administratif de Paris a mis fin à ce moratoire à la suite d’un recours du préfet de région. Le Prédec prévoyait notamment la suspension de la création et de l’extension des sites de stockage en Seine-et-Marne.

Redoutant une « catastrophe pour le cadre de vie des Seine-et-Marnais », le député-maire rappelle l’avis défavorable qu’il a rendu sur le projet de recyclage de déchets Terzéo, prévu dans le Pays de Meaux. « Jean-François Copé assure aussi que lui et son équipe continueront de se battre sans relâche pour la protection de la Seine-et-Marne afin d’éviter qu’elle ne devienne la poubelle de l’Ile-de-France », indique la mairie de Meaux.

 

http://www.leparisien.fr/meaux-77100/pays-de-meaux-cope-redoute-une-catastrophe-apres-l-annulation-du-moratoire-sur-les-dechets-21-03-2017-6782715.php

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 17:42
démolition hôpital de Lagny sur Marne 20/3/2017

démolition hôpital de Lagny sur Marne 20/3/2017

 

L’ETAT a décidé il y a quelques années de supprimer le seul hôpital de la 7ème circonscription du 77.

 

Vous savez dans  ce secteur où l’on  fait vivre les populations au bord des  ordures des autres (décharges, carrières remblayées par des déchets…).

 

Plutôt que de rénover les bâtiments la Communauté Marne et Gondoire a décidé de les détruire. Les riverains n’en peuvent plus de respirer les poussières de démolition dont on ne connaît pas la consistance  et de supporter le bruit des matériels de travaux publics, une communauté d’agglo qui semble aux abonnés absents quand ces mêmes riverains se plaignent.

 

 Quant aux gravats de démolition cette communauté de commune ne les enverra pas sur son territoire, car elle a refusé en 2014 l’implantation d’une décharge de gravats BTP à Jossigny, mais quand il s’agit d’envoyer ses gravats chez les autres Marne et Gondoire ne semble pas gênée et  est bien muette sur le lieu de leur destination.

 
Qui nous prouve que les gravats de démolition qui peuvent être radioactifs n’atterriront dans l’une des décharges ISDI des villages ruraux du nord-ouest 77 qui, à notre connaissance,  ne sont pas équipés de portique de contrôle de la radioactivité,  par exemple :
 
- près de l’école maternelle de Fresnes sur Marne ?
- près de l’école primaire d’Isles les Villenoy ?
- près du lotissement de Crégy les Meaux ?
- près du captage d’eau d’Annet sur Marne ?
…….

 

voir ce qu'en dit l'Agence de Sureté Nucléaire :

Les déchets radioactifs provien solution de gestion à long terme adaptés afin de maîtriser les risques présentés, notamment le risque radiologique." nent pour l'essentiel de l'industrie nucléaire. Pour le reste, ils sont issus de l'utilisation d'éléments radioactifs dans les hôpitaux, les universités, certaines industries non nucléaires, et des activités liées à la défense.Chaque type de déchets nécessite un traitement et une
 
Pour plus d'informations contactez :
Jean-Paul MICHEL
président de la communauté de Marne et Gondoire
 
Yves ALBARELLO
Député de la 7ème circonscription
 
Partager cet article
Repost0
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 18:35
ECT Annet sur Marne

ECT Annet sur Marne

Valérie Pécresse, à grand renfort de médias annonce qu’elle conteste la décision  du tribunal administratif qui annule le moratoire interdisant l’implantation de décharges ISDI en Seine et Marne jusqu’à 2018, mais Mme Pécresse ne précise pas si ce recours est suspensif.(1)

 

Pour faire court nous voulons simplement savoir si le recours déposé par Mme Pécresse permettra de suspendre ou non l’implantation de décharge ISDI jusqu’en 2018 en Seine et Marne comme le prévoyait le moratoire PREDEC et pour l’instant nous n’en savons rien, nous en avons assez d’avoir une épée de Damoclès en permanence  au dessus de la tête au nord-ouest 77.


 

 

(1) http://www.conseil-etat.fr/Conseil-d-Etat/Demarches-Procedures/Introduire-une-requete-devant-la-cour-administrative-d-appel/Dans-quel-cas-peut-on-faire-appel

https://www.senat.fr/rap/l98-380/l98-3806.html

 

 

 

Paru sur le site du Parisien :

 

Seine-et-Marne. La région fait appel de l’annulation du moratoire sur les déchets

Île-de-France & Oise>Seine-et-Marne>Villeneuve-sous-Dammartin|Faustine Léo|17 mars 2017, 19h50

oup de tonCnerre. Saisi par la préfecture de région et l’Union nationale des exploitants de déchets, le tribunal administratif de Paris a annulé le plan régional de prévention et de gestion des déchets issus des chantiers du bâtiment et des travaux publics (Prédec) à partir, de 2020. Il a surtout mis fin immédiatement au moratoire de trois ans décidé en 2015 concernant la création et l’extension des sites de stockage en Seine-et-Marne. En jeu, le sort des déchets inertes issus des chantiers du Grand Paris, soit 43 millions de tonnes qu’il faudra bien mettre quelque part, alors que 80 % de cette masse, atterrit déjà dans le nord-ouest du département.

Mais le bras de fer continue puisque la région, même si sa majorité a changé il y a un an avec l’élection de Valérie Pécresse (LR), a décidé de faire appel …….

 

http://www.leparisien.fr/villeneuve-sous-dammartin-77230/seine-et-marne-la-region-fait-appel-de-l-annulation-du-moratoire-sur-les-dechets-17-03-2017-6772380.php

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche