Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2018 4 12 /04 /avril /2018 19:09

 

 

Projet Plan Déchets IDF 

 

Ladite concertation à la française

Valérie Pécresse a choisi d’inviter des élus qui y viennent que très rarement ainsi que les professionnels du déchet, qui eux sont présents à chaque réunion.

Quant  aux associations de défense de l’environnement ou des riverains du 77, elles auraient bien aimer y participer, mais à notre connaissance aucunes n’ont été invitées.

 

 

Hier la dernière réunion déchets dangereux avait lieu à Paris 

Une association environnementale représentant l’Ile de France a eu le malheur de poser la question qui fâche, elle souhaitait aborder les conditions de vie des riverains des décharges.

Elle a été vite remise à sa place

par la représentante du Conseil Régional

qui lui a indiqué que c’était

« HORS SUJET »

 

En effet la pollution de votre nappe phréatique, de votre air et les risques sur votre santé cela n’était pas à l’ordre du jour de cette réunion.

 

 

Par contre était à l’ordre du jour un sujet qui intéresse les exploitants de décharge

« la solidarité interrégionale »

 

 

Un peu de pédagogie à la française :

 

« La solidarité interrégionale » consiste à rendre service aux autres, à ceux qui ne veulent pas enterrer les déchets dangereux près de chez eux, qui préfèrent les enterrer chez vous.

 

Depuis des décennies Villeparisis reçoit notamment des déchets dangereux des Hauts de France, une région qui ne possède pas de décharges de déchets dangereux et ne semble pas pressée d’en implanter une, puisque ses ordures elle les enterre chez vous.

Il paraît même que cela fait 30 ans qu’elle cherche un emplacement.

 

Vous comprenez mieux pourquoi Suez Villeparisis veut demander une extension de la durée d’exploitation de sa décharge, ce n’est pas pour stocker les déchets dangereux du 77 qui représentent en moyenne  un peu plus de 5 % des déchets  annuellement stockés, bien moins que les Hauts de France.

 

 

Et puis votre commune touchera  l’argent des subventions

 

Elle  pourra fleurir vos trottoirs 

 

Vous savez les fleurs

qui cachent la décharge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2018 3 11 /04 /avril /2018 10:18
Communauté d'Agglomération des Pays de Meaux

Communauté d'Agglomération des Pays de Meaux

 

 

 

Meaux la 2ème ville de Seine et Marne au nombre d’habitants : 53 000.

 

Son Maire Jean-François Copé cumule le mandat de Président de la communauté d’Agglomération du Pays de Meaux, une aubaine, cette collectivité qui compte près de 94 000 habitants est constituée de 21 communes rurales.

 

Meaux s’offre la part du lion dans cette communauté d’agglo, en plus d’avoir la présidence, elle compte 4 vice présidences, elle bénéficie de la majorité des voix (31), alors que les 21 autres communes se partagent le reste : 14 communes n’ont qu’une voix, quand aux autres la mieux lotie en a 5.

 

 

Afin d’améliorer la qualité de vie de ses habitants et de faire évoluer la valeur du foncier, Meaux se décharge de ce qui la gêne.

 

Meaux

 la ville qui envoie

ses ordures chez les autres

 

 

Ses ordures ménagères, elle les envoie se faire incinérer dans le village rural de Monthyon (1700 habitants), village qui possède déjà une décharge et même une ancienne décharge polluée.

 

Plutôt que de réhabiliter 7 tours à Beauval, pour les transformer en résidences pour étudiants, en maison de retraite ou en centre médical......, la ville a décidé de les abattre.

 

Les déchets

Meaux

ne va tout de même pas les déverser

au pied de la cathédrale

ou dans le jardin Bossuet

 

 

Ce sont les villages ruraux de son agglomération qui pourraient les recevoir :

- pour concasser, cela fait du bruit et de la poussière, la commune rurale de Poincy (683 habitants) pourrait tout à fait les recevoir.

- pour les déchets « dits inertes », ils pourraient être déversés dans les décharges de Crégy-les- Meaux (4721 habitants), près d’un lotissement ou bien à Isles les Villenoy (915 habitants), près de l’école primaire.

- pour les déchets dangereux, l’idéal serait la future décharge Terzeo de Villenoy/Isles les Villenoy, mais les populations semblent ne pas en vouloir, c’est un casse-tête pour les élus de Meaux.

 

 

La « dite pédagogie à la française »

ne semble pas fonctionner

à Villenoy/Isles les Villenoy

 

Ils ont vraiment la tête dure

 

Ils pourraient accepter

de l’argent de subventions

 en compensation de l’accueil des déchets dangereux

 

Mais ils préfèrent

un environnement sain

 

Des idées vraiment d’un autre temps….

 

Partager cet article
Repost0
6 avril 2018 5 06 /04 /avril /2018 18:13
Travaux du futur embranchement Villevaudé Le Pin

Travaux du futur embranchement Villevaudé Le Pin

 

 
Le Conseil Départemental a décidé d’ouvrir une nouvelle sortie de la 104 à Villevaudé le Pin, cela vous coûtera 2.2 millions d’euros.
 
Il est vrai que cela va bien rendre service au Grand Paris, cette route facilitera l’accès des camions chargés de déchets vers la décharge Terralia de Villevaudé et  les carrières/décharges Siniat de le Pin et  Placoplatre de Villevaudé.
 
Mais en plus de supporter ses ordures, vous devrez supporter le trafic incessant des poids lourds et payer la remise en état des routes.
 
Vous ne comprenez donc pas, il semble que vous ayez la tête un peu dure, on vous l’a déjà expliqué à maintes reprises, les ordures il faut bien les mettre quelque part et comme personne n’en veut, c’est votre secteur qui a été choisi.
 
 
C’est « ladite solidarité régionale »
On détruit un territoire
pour permettre aux autres
de vivre mieux.
 
 
 
Paru sur le site la Marne :
Villevaudé-Le Pin. Une bretelle pour fluidifier les 12 500 véhicules par jour

Le nouvelle bretelle d'accès sera ouverte fin mai, elle permettra de fluidifier le trafic qui est très important sur cet axe.

Au pied de la route départementale 86, le trafic est incessant. Les voitures sont bloquées entre quatre à cinq poids lourd à la suite et le virage sous la départementale 404 pour aller en direction du Pin n’est pas simple à négocier.

Hésitation, problème de visibilité, vitesse excessive, les utilisateurs qui empruntent cet axe quotidiennement ont l’habitude. « C’est un axe très embouteillé, parfois on fait la queue à la sortie de la Francilienne et c’est très dangereux », explique Myriam qui circule ici tous les jours .

1 200 poids lourds

Xavier Vanderbise, vice-président du Département chargé des routes, des transports et des mobilités,

Sur la bretelle de sortie de l’autoroute A 104, à Montjay-la-Tour, qui rejoint la route départementale D 86, on a dénombré 12 500 véhicules par jour, dont 1 200 poids lourds. Ces chiffres reflètent un trafic très important qui dépasse celui d’une route nationale. Le Département a donc classé cette route en « rouge » qui est le niveau le plus élevé.

En effet, la sortie dessert de nombreuses communes (Villevaudé, Le Pin, Villeparisis, Claye-Souilly…). Elle devrait être soulagée par la création d’une sortie au niveau du Pin. « Cet aménagement va permettre de réorganiser le trafic afin qu’il ne soit pas condensé sur une seule sortie. Cependant, il va falloir casser les habitudes des automobilistes pour qu’ils passent par le nouvel accès », ajoute le vice-président du Département.

2,2 millions d’euros

Il faudra bientôt changer les habitudes car la bretelle d’accès sera ouverte fin mai. Malgré un mois d’arrêt total du chantier à cause des intempéries, le chantier sera livré dans les tempsLe budget de cet aménagement d’envergure est de 2,2 millions d’euros, des aides de la Région sont venues compléter cette somme.

https://actu.fr/ile-de-france/villevaude_77517/villevaude-pin-une-bretelle-fluidifier-12-500-vehicules-par-jour_16057522.html

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2018 4 29 /03 /mars /2018 15:56
Futur Plan déchets IDF : Valérie Pécresse va-t-elle autoriser le stockage des ordures de la France entière dans les décharges d’IDF ?

 

 

Les plans déchets, élaborés par Jean-Paul Huchon et votés par les conseillers régionaux d’IDF

permettent « d’accueillir » dans les décharges et incinérateurs d’IDF des déchets provenant de la France entière et même de l’étranger, M. Jean-Paul Huchon n’avait pas imposé de limite de provenance des déchets dans ses plans.

 

C’est ce qui permet à la décharge de déchets dangereux  Suez de Villeparisis de recevoir des

déchets dangereux de le France entière.

 

En effet il faut bien rendre service aux régions qui n’ont pas de décharges de déchets dangereux comme les Hauts de France qui tentent d’en implanter depuis une trentaine d’années dans le Nord et le Pas de Calais, sans succès.

La Bretagne, le Centre Val de Loire, la Nouvelle Aquitaine, Auvergne Rhône Alpes, Paca

ne possèdent pas non plus de décharge de déchets dangereux.

 

 

Leurs déchets  dangereux

c’est bien mieux

de les déverser chez les autres !

 

 

Ce plan permet également à la décharge Veolia de Claye-Souilly de recevoir des déchets

de pneumatiques de la France entière.

 

 

Pour construire ce nouveau plan déchets

Valérie Pécresse

 a organisé

« une concertation  dite à la française »

 

C’est elle qui choisit les participants.

 

 

 

Des petites réunions

entre amis ?

 

Les exploitants de décharges, démolisseurs, promoteurs et industriels du déchet semblent y être accueillis à bras ouverts, tandis que pour les associations c’est autre chose.

A notre connaissance, aucune association environnementale ou de riverains de Seine et Marne n’a été invitée à la table des débats.

 

 

 

Riverains de décharge et incinérateurs de Seine et Marne

vous avez

seulement le droit

de subir et de vous taire

surtout vous taire

d’autres décident pour vous.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2018 3 21 /03 /mars /2018 18:21

 

L’assistance publique est entrain de vendre ses bijoux de famille : immeubles, terrains….
 
L’assistance publique possède notamment à Annet sur Marne, un terrain agricole de 20 hectares très bien placé, au bord de l’ancienne décharge
ECT et en face de la nouvelle. Seule la départementale 418 sépare les terrains.
 
Vous savez cette départementale qui a été inondée à plusieurs reprises en ce début d’année, suite aux eaux de ruissellement des champs quI ne pouvaient
plus s’évacuer face à la décharge ECT.
 
D’ailleurs pour éviter ce problème si le conseil départemental fermait cette route et la cédait à ECT, ce serait un souci de moins pour l’exploitant, qui pourrait faire d’une pierre 2 coups en achetant les terrains agricoles de l’assistante publique.
 
Il pourrait soit demander au préfet  d’exploiter une nouvelle décharge ISDI  ou bien demander au maire d’Annet sur Marne, une autorisation d’aménager, c’est-à-dire de remblayer ces terres agricoles avec des déchets « dits inertes », cela rendrait bien service au Grand Paris  qui a bien besoin d’emplacements pour déverser ses déchets.
 
Mais nous direz-vous le rôle de la Safer (1) est de protéger les terres agricoles,
opposera-t-elle son veto si cette vente devait se faire ? Pas sûr, regardez en face elle a bien laissé de bonnes terres agricoles se transformer en décharge.
 

 

Annet sur Marne : l’assistance publique va-t-elle vendre ses terres agricoles à un exploitant de décharge ?

1 Décharge Veolia Claye-Souilly (289 hectares)

 la plus importante décharge ISDND de France (ordures ménagères et autres)

2 Décharge Veolia Fresnes sur Marne (35 hectares)

décharge ISDI (gravats bâtiments) près d’une école maternelle

3 Décharge ECT Annet sur Marne (98 hectares)

décharge ISDI près du plus important captage d’eau du 77 qui fournit en eau

potable près de 500 000 habitants

4 Ancienne décharge ISDI ECT Annet sur Marne

5 Décharge ISDI Terralia Villevaudé (14 hectares)

 au bord de la promenade de la Dhuis

6 Décharge illégale Fresnes sur Marne/Claye-Souilly

7 Terrain agricole de 20 hectares appartenant à l’assistance publique

8 Captage d’eau d’Annet sur Marne qui fournit en eau potable 500 000 habitants.

 
 
Paru dans le Figaro :
Hôpitaux de Paris: vente du siège d'ici 2021
  • Par  Le Figaro.fr avec AFP 

 

  • Mis à jour le 15/01/2018 à 19:53 

 

L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) va vendre son siège social au coeur de la capitale pour s'installer dans un nouveau bâtiment au sein de l'hôpital Saint-Antoine, a annoncé aujourd'hui son directeur général, Martin Hirsch.

"J'ai décidé une profonde transformation du siège de l'AP-HP (...) dans des locaux plus modernes, avec des effectifs plus resserrés", a déclaré M. Hirsch lors de la présentation de ses voeux. "Mon choix s'est arrêté sur l'hôpital Saint-Antoine, où nous construirons un nouveau bâtiment", a-t-il ajouté.

» LIRE AUSSI - Hôpitaux de Paris: le déficit se creuse

Situé dans l'Est parisien, ce lieu a l'avantage d'être installé "au coeur d'un ensemble hospitalier, qui reste central et bien desservi", a-t-il expliqué. Ce déménagement "prévu en 2021" sera compensé par la vente du siège actuel, composé de deux immeubles proches de l'Hôtel de Ville.

"La différence entre le produit de cette vente (...) et la réalisation du nouveau siège sera intégralement réinjectée dans notre plan d'investissement pour les hôpitaux", a assuré M. Hirsch.

Le plus grand centre hospitalier français a en effet prévu de dépenser 2,4 milliards d'euros d'ici 2022 dans les équipements médicaux, l'informatique et surtout les travaux, dont plus d'un milliard pour des restructurations immobilières. Mais sa situation budgétaire s'est fortement dégradée en 2017, le déficit des activités de soins plongeant à 174 millions d'euros, contre 43 millions en 2016

 

Avant l'annonce de la vente du siège, l'AP-HP comptait déjà sur sa "politique dynamique de valorisation de son patrimoine" pour financer ses projets: le plan global de financement pluriannuel (PGFP) présenté à l'automne reposait notamment sur la cession d'immeubles, logements et terrains pour environ 300 millions d'euros en cinq ans.

 

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/01/15/97002-20180115FILWWW00367-hopitaux-de-paris-vente-du-siege-d-ici-2021.php

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2018 7 18 /03 /mars /2018 21:30

A qui la SAFER

envisage-t-elle d’attribuer

un terrain de 2 hectares

encombré de déchets

à Isles les Villenoy ?

 

 

 

Pour le savoir

nous vous conseillons de la contacter

 

 

 

 

 

 

Terrain concerné situé lieudit Le Bois du Chêne

Terrain concerné situé lieudit Le Bois du Chêne

 

 

Qui est la SAFER ?

 

La Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural (SAFER) est un opérateur foncier assumant une mission de service public d’aménagement du territoire rural et périurbain sur la région Ile-de-France.

La SAFER de l’Ile-de-France est une société anonyme sans but lucratif placée sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, et du ministère des Finances ;

http://www.saferidf.fr/website/accueil_du_site_de_la_safer_ile_de_france_&901.html

http://www.saferidf.fr/website/appel_candidature_carte_&800.html

http://www.saferidf.fr/website/appel_candidature_carte_&800.html

Partager cet article
Repost0
18 mars 2018 7 18 /03 /mars /2018 10:50

 

 

 

 

Les ordures du Grand Paris

 il faut bien

les mettre quelque part

 

comme personne n’en veut

Pourquoi ne pas les déverser

Chez vous ?

 

 

 

La décharge d’ordures ménagères (ISDND) Veolia Monthyon devait fermer en mars 2018, mais Veolia a décidé  de demander une nouvelle autorisation pour stocker les ordures du Grand Paris,  ce serait un projet d’une ISDI +3.

 

Que veut dire ISDI+3 :

C’est une décharge de gravats de bâtiment qui pourra « accueillir » des terres beaucoup plus sulfatées qu’habituellement.

 

 

 Pourquoi nous direz-vous

l’industriel voisin Knauf

ne cherche pas à recycler ces terres ? 

 

 

Cela rapporte beaucoup plus de détruire la forêt régionale de Montgé en Goële pour exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert et  y déverser ensuite les ordures du Grand Paris.

 

 

Et puis à Monthyon

 les ordures vous connaissez !

 

A la place d’une décharge fermée en 1966, SODAP avait implanté une autre décharge qui a pollué votre sous-sol , elle  a reçu jusqu’en 1994 des déchets industriels illégaux, date à laquelle la société a été mise en liquidation.

En 1983 il avait même été découvert de l’huile de vidange à 9m de profondeur. (1)

A notre connaissance l’ETAT a depuis laissé le site tel quel.

 

Vous avez aussi l’incinérateur d’ordures ménagères Somoval, qui cherche aujourd’hui des ordures « pour le nourrir », suite au départ de plusieurs villes du 77 vers la communauté d’agglo Roissy Pays de France.

 

 

Et enfin la décharge d’ordures ménagères (ISDND) Veolia qui « accueille » des ordures depuis 1980, 38 ans déjà.

 

 

Nicolas Hulot

autorisera-t-il l’extension

du délai d’exploitation de cette décharge

ou encouragera-t-il

Knauf, Placoplatre, Siniat  

à recycler les terres gypsifères du Grand Paris?

 

 

 

Vous le saurez bientôt.

 

 

 

 

 

(1) http://basol.developpement-durable.gouv.fr/fiche.php?page=1&index_sp=77.0022

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2018 4 15 /03 /mars /2018 12:18
Entrée décharge Terralia Villevaudé

Entrée décharge Terralia Villevaudé

 

 

 

    Les ordures des autres

Il faut bien les mettre quelque part

    Pourquoi pas chez vous ?

 

 

 C’est en 1965 que s’implante une décharge illégale  sur ce site, de près de 14 hectares, on y déversera un peu de tout des déchets Industriels, des ordures ménagères….

 

En 1970 l’exploitant décide de régulariser sa situation et demande l’autorisation d’exploiter une décharge de gravois, résidus industriels et produits terreux.

 

Les 3 représentants de l’ETAT consultés demanderont la fermeture de la décharge, l’un d’eux signalera que toutes les eaux pluviales tombant sur la décharge, donc ensuite polluées, alimentent le Rû des Broutilles qui se jette dans la Beuvronne, un autre indiquera que la décharge est située sur le tracé du G4.

 

Mais qu’à cela ne tienne le maire André Chopelin donnera l’autorisation à Terralia le 1/10/2000 d’y implanter un centre de stockage de déchets inertes.

 

Plusieurs glissements de terrain seront constatés, l’un en 2005, l’autre en mai 2008 qui obligera le maire à prendre un arrêté de fermeture de la décharge.

 

Cela n’empêchera pas l’ETAT de donner le 17/2/2009 l’autorisation d’exploiter une décharge ISDI et en 2014 de prolonger l’autorisation d’exploiter cette décharge jusqu’au 18/2/2019, alors même que cette décharge est fermée depuis 2 ans, suite à une pollution aux hydrocarbures.

 

La décharge rouvrira quelques jours en avril 2016, puis refermera.

 

Et de nouveau elle vient  de rouvrir, il y a quelques jours.

 

Une insécurité croissante

sur la portion de D34

 à l’approche de la décharge ?

 

 

A la sortie de la décharge les camions laissent sur la route d’importantes traces de boue, une balayeuse de l’entreprise Recipon essaie en permanence de nettoyer cette boue épaisse qui imprègne la route et ralentit fortement la circulation.

 

 

Une insécurité croissante semble s’installer sur cette portion de départementale 34, car certains automobilistes pressés tentent de dépasser la balayeuse, au risque d’un choc frontal ou d’une déstabilisation due au mauvais état de la  route.

 

 

 

Un manque de transparence ?

 

 

A notre connaissance, les résultats des contrôles trimestriels de la pollution des eaux souterraines et superficielles imposés par la préfecture (fer, aluminium, mercure, cadmium, plomb, chrome, cuivre, nickel, étain, manganèse….) ne sont consultables sur aucuns sites.

 

 

Ne serait-il pas souhaitable

que ces analyses

 soient mises en ligne par la commune

de Villevaudé ?

 

 

 

 

Pour toute demande à ce sujet

Nous vous conseillons de vous rapprocher de

 

Pascal Pian

Maire de Villevaudé

 

 

 

 

 

 

pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-villevaude-l-ancienne-decharge-terralia-groupe-paprec-une-verrue-polluee-122599825.html

http://adenca.over-blog.com/article-protection-du-captage-d-annet-sur-marne-le-cas-de-la-decharge-polluee-de-villevaude-terralia-grou-124855441.html

http://adenca.over-blog.com/article-groupe-paprec-decharge-terralia-de-villevaude-106375885.html

http://adenca.over-blog.com/article-groupe-paprec-pourquoi-la-decharge-terralia-de-villevaudest-elle-toujours-fermee-115646517.html

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne/terralia-ferme-apres-un-eboulement-03-06-2008-3298542085.php

 http://adenca.over-blog.com/article-26673223.html

 http://adenca.over-blog.com/article-28179424.html

 http://adenca.over-blog.com/article-groupe-paprec-decharge-terralia-de-villevaude-106375885.html

 http://adenca.over-blog.com/article-epinay-champlatreux-le-chateau-et-la-decharge-97782339.html

http://www.leparisien.fr/val-d-oise/un-projet-de-decharge-au-coeur-du-parc-naturel-20-05-2004-2004995100.php

http://adenca.over-blog.com/article-villevaude-omerta-des-services-de-l-etat-a-la-suite-de-pollution-de-la-decharge-terralia-aux-h-122037993.html

http://adenca.over-blog.com/2016/04/reouverture-de-la-decharge-terralia-de-villevaude-alors-que-l-industriel-ne-respecte-pas-l-arrete-prefectoral.html

http://adenca.over-blog.com/article-protection-de-la-ressource-en-eau-du-captage-d-annet-sur-marne-le-cas-de-la-decharge-terralia-vill-120622395.html

http://adenca.over-blog.com/article-26673223.html

 

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2018 4 08 /03 /mars /2018 11:30

 

 

Un article paru aujourd’hui dans le journal le Parisien 77, signé Marine Legrand a retenu toute notre attention.

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/grand-paris-les-dechets-du-supermetro-vont-redonner-vie-au-chateau-07-03-2018-7595967.php

 

 

La journaliste évoque le projet « dit de réhabilitation » du site de la Grange Le Roi à Grisy-Suisnes. Elle dresse une situation qui paraît idyllique, mais elle oublie de dire que le Conseil National de la Protection de la Nature a donné un avis défavorable. Elle ne parle pas des 28 hectares qui vont être déboisés et de l’étang qui va être remblayé. Elle semble également avoir oublié de demander leur avis aux associations et aux riverains qui vont devoir supporter 120 camions par jour.

 

 

Pour en revenir au projet.

 

Il se situe sur la commune de Grisy-Suisnes sur une superficie de 28,8 hectares, aujourd’hui occupé par des boisements et un étang, aux abords immédiats du château de La Grange Le Roi, construit au 16ème/17ème siècle.

 

Dans les années 90 il avait été déversé sur ce site des milliers de m3 de terres polluées évacuées  du terrain  devant accueillir le stade de France de St Denis

 

C’était dans le but « soi-disant » d’y implanter un golf, mais le projet a capoté.

 

Aujourd’hui c’est un nouveau projet d’aménagement  du site qui est prévu, en quelque sorte « une décharge déguisée », puisque ce sont 2 600 000 tonnes de déchets qui devraient y être déversés.

 

C’est la commune qui délivrera ce permis d’aménagement et qui pourra contrôler les apports de déchets, une si petite commune, en aura-t-elle les moyens humains ?

 

Un apport de déchets bien moins contraignant qu’une décharge ISDI,  qui est surveillée par les services de l’ETAT et qui ne peut accepter des déchets pollués à l’arsenic, plomb, cadmium…., seulement sous certaines conditions.

 

Plutôt que de dépolluer

Si on rajoutait de la pollution

 à la pollution ?

 

Pour l’heure il semblerait que l’on ait peu d’information sur l’état de pollution des déchets qui devraient être déversés sur ce site.

 

Le projet consiste :

- à déboiser 28 ha de terrain

- à remblayer un étang

- à déverser 2 600 000 tonnes de déchets « dits inertes » sur une hauteur de 17 m

- à planter ensuite des noyers sur 21 hectares, cet arbre qui préfère les terres arables de bonne qualité, s’adaptera-t-il à ces remblais ?

 

 

 

Extrait résumé de l’avis de l’autorité environnementale du 20/2/2018 (1) :

 

« Le présent avis porte sur le projet de réhabilitation du site de La Grange Le Roi comprenant l’exhaussement du terrain et la création d’une exploitation de noyers à fruit et accessoirement de bois-énergie à GrisySuisnes (Seine-et-Marne), soumis à permis d’aménager et à autorisation unique (comprenant une demande d’autorisation au titre de la loi sur l’eau, une demande d’autorisation de défrichement et une demande de dérogation à la destruction d’espèces protégées). Implanté sur une partie du domaine du château de La Grange Le Roi et en partie remblayé dans les années 1990 par des matériaux pollués (projet de golf abandonné), le projet prévoit, après défrichement, l’exhaussement des terrains par un apport de déchets inertes d’une hauteur maximale de 17 mètres et d’un volume de 1 300 000 m3 puis la création d’une exploitation de noyers de la variété Fernor (21 hectares) et d’un boisement destiné à la production de bois-énergie (2 hectares) ainsi que la réalisation d’un « glacis » planté d’une pelouse offrant une vue sur le château (1 hectare). La durée du chantier est estimée à 5 ans…..

 

 

Les principaux enjeux environnementaux identifiés par la MRAe pour ce projet concernent la qualité des matériaux apportés, la topographie et la stabilité des terrains, la gestion des eaux pluviales et le fonctionnement hydraulique du site, la qualité des sols et des eaux liée à la présence d’anciens remblais pollués, la préservation des milieux naturels, de la biodiversité et des continuités écologiques, la prise en compte du paysage et la limitation des déplacements et des nuisances associées (émissions de gaz à effet de serre, pollution de l’air, bruit).

 

La MRAe recommande :

- de mieux justifier le choix d’appréhender les nouveaux apports de matériaux sur le site dans le cadre d’un permis d’aménager et non d’une installation de stockage de déchets inertes (ISDI), ainsi que le projet agricole retenu, la hauteur des remblais, l’absence de traitement et d’évacuation des « spots » de pollution identifiés ;

- d’approfondir l’étude de la pollution des sols et des eaux souterraines (étude historique à compléter, zones n’ayant pas fait l’objet investigations, pollution des eaux souterraines à qualifier) et de préciser l’ensemble des mesures qui seront prises pour le traitement des pollutions des matériaux en place et le contrôle de la nature des nouveaux matériaux apportés

- de prendre en compte l’avis défavorable du CNPN dans le sens d’une meilleure préservation des espèces animales et végétales protégées présentes sur le site, et si ce n’est pas le cas, de l’argumenter. La MRAe fait par ailleurs d’autres recommandations, précisées dans l’avis détaillé ci-après. »

 

 

 (1)http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/180221_mrae_avis_projet_la_grange_le_roi_77.pdf

 

Pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/2017/03/annulation-du-moratoire-predec-sur-le-77-bientot-une-decharge-isdi-a-grisy-suisnes-lieudit-la-grange-le-roi.html

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2018 5 23 /02 /février /2018 14:29
Carnetin Vallon Entonnoir avril 2004 FNE Seine et Marne (anciennement dénommée ASMSN)

Carnetin Vallon Entonnoir avril 2004 FNE Seine et Marne (anciennement dénommée ASMSN)

 

 

Les déchets du Grand Paris

 il faut bien les mettre quelque part !

 

 

Pourquoi pas

à Carnetin

 là-bas ils sont habitués ?

 

 

 

 

A la lecture du SCOT Marne et Gondoire approuvé le25/2/2013 on apprend que :

 

 

 « La société UCLAF avait été autorisée, par arrêté préfectoral du 18 décembre 1958, à 

exploiter au lieu dit « Les Bois » à Carnetin, une ancienne carrière de gypse à ciel ouvert

 pour y  déposer des résidus industriels et d’ordures ménagères : 

- produits chimiques imprégnant des terres filtrantes et des charbons actifs

- mycéliums issus de l’extraction des antibiotiques

- déchets divers s’apparentant à des ordures ménagères »

 

« Le 21 janvier 2002, suite aux nombreux projets de remblais, aux conséquences environnementales importantes (mouvements de terres polluées), portés à sa connaissance, le

préfet de Seine et Marne a ordonné à la société ROUSSEL-UCLAF  (aujourd'hui appartenant au groupe Sanofi Aventis)  la remise  du site  en  état, pour  que  celui-ci  ne  présente plus aucun danger

Depuis, aucune démarche n’a encore été engagée sur le dossieractuellement suivi par la DRIRE »(1)

 

 

 

Et depuis 2002 ?

 

Rien de nouveau

 

 

Sauf qu’aujourd’hui le Plan Local d’Urbanisme va être révisé, et ironie du sort, d’après nos informations, l’héritier du site SANOFI-AVENTIS  se décide à engager des investigations entre mars et mai 2018 pour caractériser la pollution de cette ancienne décharge, un rapport devant être établi d’ici la fin de l’année.

 

Pour mémoire, il y a une dizaine d’années un projet d’implantation de décharge près de ce site avait été bloqué par les associations. (2)

 

 

Aujourd’hui

le Grand Paris

a besoin de sites

pour stocker ses ordures.

 

 

 

A Villenoy/Isles les Villenoy, Terzeo projette d’implanter une décharge de déchets dangereux sur un site pollué à l’arsenic par une multinationale.

 

 

 

Pourquoi

 

ne pas faire de même

 rajouter

de la pollution à la pollution

à Carnetin ?

 

 

 

 

Pour en savoir plus, nous vous conseillons de vous rendre à la réunion publique organisée par la mairie aujourd’hui :

   

Carnetin : bientôt une nouvelle décharge ?

 

 

 

Extrait SCoT Marne Brosse Gondoire :

 

  

Carnetin : bientôt une nouvelle décharge ?
Partager cet article
Repost0

Recherche