Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 20:37

 

 

 

Claye-Souilly 

 non-conformité aux références de qualité

de l’eau du robinet

le 3/6/2016

 paramètres

Carbone organique total et turbidité

 

 

 

 

site du ministère de la santé

site du ministère de la santé

Partager cet article
Repost0
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 17:58
1.2.2009 la décharge illégale devenue aujourd'hui "Parc de la Prée"

1.2.2009 la décharge illégale devenue aujourd'hui "Parc de la Prée"

 
Dans un souci de transparence la mairie de Claye-Souilly doit prévenir les familles avec enfants qui fréquentent le parc de la Prée que c’est sur une ancienne décharge illégale qu’ils viennent se promener.
 
Quels types d'ordures 
ont été déversés
dans cette ancienne décharge illégale ?
 
Nous n’en savons rien.
 
 
Mais nous apprenons par la presse que des animaux qui fréquentaient le site sont morts : ânes, chevaux (1)
Combien d’animaux sont-ils morts ?
Une autopsie a-t-elle été réalisée  pour connaître les causes exactes de leur mort ?
Nous n’en savons rien.

 

Ce que nous savons c'est que le ru des Grues, affluent de la Beuvronne, reçoit les eaux de ruissellement de cette ancienne décharge, or nous apprenons dans une étude récente, que les sédiments de ce ru sont fortement chargés en métaux lourds, notamment cuivre, zinc et plomb.

Avant d’ouvrir le Parc de la Prée au public la mairie de Claye-Souilly a-t-elle fait réaliser des analyses des sols, de l’eau des ruisseaux et plan d’eau qui reçoivent les eaux de ruissellement du site ?
Nous n’en savons rien.
 
Pour tous renseignements complémentaires

nous vous conseillons de

contactez

les élus de Claye-Souilly
Paru sur le site Europe 1 :
Des éco-quartiers construits sur des décharges industrielles

L'association écologiste Les Robins des Bois tire la sonnette d'alarme. Les sols de nombreux éco-quartiers en France sont très pollués.

 

REPORTAGE

Verts en haut, pourris en dessous. C'est un paradoxe qui a de quoi étonner : de nombreux éco-quartiers sont construits sur des poubelles industrielles. L'alerte a été lancée par l’association écologiste Robins des Bois. Si l’immense majorité de ces chouchous de l’urbanisme actuel sont bien des bâtiments innovants en termes de performances énergétiques et de matériaux, ils sont bâtis sur d’anciennes friches industrielles dépolluées à minima à la fermeture des usines. Avec un risque sanitaire non mesuré.

 

Plomb, mercure, arsenic et amiante. A Toulouse, La Cartoucherie est bâtie sur des résidus de munitions dont du plomb, du mercure et de l’arsenic. Une pollution qui fait sans cesse reporter les travaux de l’école promise dans les plans initiaux. A côté de Roubaix, à Lys-lez-Lannoy, l’écoquartier a pris la place de l’usine sidérurgique de Stein, fermée en 2003 et dont le sol est truffé d’amiante. "L’usine ferme, le préfet prescrit des mesure de dépollution pour un futur usage industriel, il est donc dépollué à minima et un jour, il intéresse un aménageur, une collectivité ou un promoteur et par miracle il devient acceptable pour un usage résidentiel", résume Jacky Bonnemains, patron de l’association Les Robins des Bois.

 

Les habitants peu ou pas au courant. "La dépollution n’existe pas", abonde Françoise Lecoufle, maire de Limeil-Brévannes dans le Val-de-Marne. "Aujourd’hui, on gratte un peu la terre, on met une nappe géotextile et on remet 30 à 50 cm de terre propre par-dessus. la pollution reste", détaille l’élue de cette commune où l’éco quartier Les Temps Durables, voulu par son prédécesseur, repose sur 15 à 18 m de déchets dont des métaux lourds. Dans cet écoquartier, l’Agence régionale de santé (ARS) a interdit aux habitants de planter des fruits des légumes consommables dans leurs jardins. Mais dont de nombreux résidents qu’Europe 1 a pu rencontrer n’en ont pas connaissance. "Comment ça la terre ? Mon fils joue là-dedans", souffle une mère de famille locataire. Christian, lui, a été prévenu "oralement" de cette restriction mais "ça fait trois ans qu’on habite là, c’est un peu sorti de notre esprit", indique-t-il . Quant à Maria, retraitée, elle "n’aurait jamais acheté" si elle "avait su".

 

"Concessions à la précaution". Conséquence directe : les panneaux "à vendre" fleurissent sur les balcons. Mais combien de nouveaux acheteurs connaîtront les restrictions si elles ne sont pas dans les actes notariés ? Ailleurs, c’est carrément l’architecture qui s’adapte. A Lys-lez-Lannoy, il n’y a ni parking en sous-sol ni logements en rez-de-chaussée pour réduire les contacts entre les habitants et les polluants des sous-sols. "C’est totalement insuffisant", assène Jacky Bonnemains, des Robins des Bois. "Des années 1990 à 2000, 2005, c’était inimaginable mais comme ces terrains prennent de la valeur, on est prêts à faire des concessions à la précaution." Et de pointer du doigt "la pression démographique et le besoin d’habitat qui font que les collectivités vont trop vite, avec les encouragements de l’Etat."

 

"Enorme pression". A Limeil-Brévannes la maire Françoise Lecoufle confirme, le lobbying des promoteurs et l’insistance de l’Etat à faire construire des logements ont fait abandonner toute prudence. "Il y a une énorme pression", explique l’élue. "Le préfet, pour lui, ce n’est pas son problème, tant qu’on construit des logements c’est très bien. Moi j’étais dans l’opposition, on pensait que ça n’allait jamais se faire vu la qualité du sol… cela s’est fait quand même, maintenant il faut surveiller".  La mairie de Limeil-Brévannes réalise des prélèvements annuels pour vérifier qu’il n’y a pas d’émanation de polluants dans l’air. Pour l’instant rien à signaler. Cependant, quand elle a voulu lancer une enquête épidémiologique la préfecture l’en a dissuadée : "On m’a expliqué que les résultats ne seraient pas probants, que les gens avaient vécu ailleurs, travaillaient ailleurs et que ce ne serait pas concluant".

 

http://www.europe1.fr/societe/des-eco-quartiers-construits-sur-des-decharges-industrielles-2746228

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 14:57
1.2.2009 la décharge illégale devenue aujourd'hui "Parc de la Prée"

1.2.2009 la décharge illégale devenue aujourd'hui "Parc de la Prée"

Le Décor
Un site idyllique : de la pelouse, quelques arbres, des animaux et de l’animation pour encourager les populations  à venir s’y promener.
 
L’envers du décor
Nous apprenons par la presse que des animaux qui fréquentaient le site sont morts : ânes, chevaux (1)
 
 
Combien d’animaux sont-ils morts ?
 
Une autopsie a-t-elle été réalisée  pour connaître les causes exactes de leur mort ?
 
Nous n’en savons rien.

 

Ce que nous savons c'est que le ru des Grues, affluent de la Beuvronne, reçoit les eaux de ruissellement de cette ancienne décharge, or nous apprenons dans une étude récente, que les sédiments de ce ru sont fortement chargés en métaux lourds, notamment cuivre, zinc et plomb.

Avant d’ouvrir le Parc de la Prée au public la mairie de Claye-Souilly a-t-elle fait réaliser des analyses des sols, de l’eau des ruisseaux et plan d’eau qui reçoivent les eaux de ruissellement du site ?
Nous n’en savons rien.
 
Pour tous renseignements complémentaires

nous vous conseillons de

contactez

les élus de Claye-Souilly

 

(1) journal la Marne 25/5/2016
pour aller plus loin :

http://adenca.over-blog.com/article-achat-des-terrains-de-l-ancienne-decharge-illegale-les-remblais-paysagers-un-cadeau-empoissonn-115828239.html

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/une-butte-paysagere-sur-l-ancienne-decharge-22-09-2009-647907.php

http://www.leparisien.fr/annet-sur-marne-77410/la-ville-veut-en-finir-avec-la-decharge-sauvage-de-la-pree-16-03-2009-443847.php

 

Paru dans actu environnement :
Décharge d'Entressen : la blessure peine à cicatriser

La décharge d'Entressen, près de Marseille (13) a fermé en mars 2010. Une décharge transformée aujourd'hui en unité de valorisation de biogaz grâce à la dégradation des déchets. Mais la pollution de la nappe phréatique et de l'environnement aux sacs plastiques reste d'actualité. Reportage.

 | 30 mai 2016 | Baptiste Clarke

 

En 1912, date de la création de la décharge d'Entressen, la réglementation n'était pas aussi stricte qu'elle ne l'est aujourd'hui. Ce n'est qu'en 1997 qu'un arrêté précise les conditions d'enfouissement pour les installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND). L'ancien centre d'enfouissement d'Entressen était très loin de respecter ces normes. Sans aucune protection, notamment géotextile pour préserver la nappe phréatique, cette masse d'eau sera gravement polluée pendant des décennies. Par ailleurs, dès l'apparition des sacs plastiques dans les années 60, la pollution s'est propagée avec leur dispersion un peu partout aux alentours ; des paysages consternants : des arbres, des champs, des canaux, même des animaux d'élevage couverts de sacs plastiques.

L'ex-communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) est contrainte de fermer cette décharge en 2002 mais cela mettra près de 10 ans pour trouver un autre exutoire aux déchets de la collectivité… qui sera finalement l'incinérateur de Fos-sur-Mer.

Essayer de gommer les traces du passé

Aujourd'hui, sur le site on ne parle plus de décharge mais plutôt "d'une unité de valorisation de biogaz". Autrement dit, le méthane issu de la dégradation des déchets est capté et valorisé. Pour cela, il a préalablement fallu recouvrir les déchets par un système de couverture semi-perméable pour limiter l'infiltration des eaux de pluie et mettre en place plusieurs systèmes pour réduire la pollution de la nappe phréatique (voir le reportage).

La combustion du biogaz par Verdesis, une filiale de Dalkia, permet de produire de l'électricité : 40 GWh/an soit la consommation électrique de 16.000 foyers. L'installation valorise aussi la chaleur qu'elle produit pour assécher les lixiviats qui seront incinérés.

A dire vrai, le paysage a radicalement changé, on oublierait presque que sous cette colline des millions de tonnes de déchets ont été déchargés. Une végétation abondante, des arbres : "on finit par avoir un couvert végétal qui pourrait même permettre d'imaginer la création d'un parc naturel avec une vocation ludique d'ici 30 à 40 ans", déclare Guy Teissier, président du Conseil du territoire Marseille-Provence. Pourtant il faudra 30 ans au moins selon les estimations, pour que le site cesse de polluer la nappe phréatique.

Par ailleurs, la question de la pollution aux sacs plastiques reste entière à l'instar du canal du Centre Crau dont le fond est recouvert de lambeaux plastiques. Ce canal débouche sur la réserve naturelle du marais de Vigueirat. Mais ici, selon Guy Teissier, "ce n'est pas sur notre territoire"… En somme, pas de responsable, pas de payeur et donc aucune action en justice pour cette affaire !

Baptiste Clarke, journaliste
Reporter d'image
s

http://www.actu-environnement.com/ae/news/pollution-nappe-phratique-decharge-entressen-26885.php4

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 19:07

 

 

PLU Claye-Souilly

L'enquête se déroulera à la mairie

du lundi 2 mai 2016 au samedi 4 juin 2016.

le commissaire enquêteur Jacques DAUPHIN vous recevra

-  Le lundi 2 mai de 14 heures à 17 heures 30

-  Le mercredi 11 mai de 14 heures 30 à 18 heures

-  Le vendredi 27 mai de 14 heures à 17 heures

-  Le samedi 4 juin de 9 heures à 12 heures.

Un registre sera mis à votre disposition pour y indiquer vos observations

 

 

Dans le projet de PLU que la commune a présenté aux personnes associées en janvier 2016 il est prévu une extension de l’urbanisation  à Bois Fleuri :

 

- alors que le réseau d’assainissement est en unitaire (eaux usées et eaux pluviales ensembles).

- alors que toutes ces eaux sont renvoyées vers le centre d’épuration de Villeparisis qui depuis des années n’est pas en mesure de les traiter correctement et qui renvoie des eaux de mauvaise qualité vers le ru des Grues.

 

 

Eaux se déversant dans le ru des Grues à la sortie du centre d'épuration de Villeparisis

Eaux se déversant dans le ru des Grues à la sortie du centre d'épuration de Villeparisis

 

 

Le ru des Grues, une rivière complètement asphyxiée par la pollution, c’est cette rivière qui serpente à travers Souilly et dont l’odeur incommode les habitants situés à proximité.

 

 

Ru des Grues à Souilly

Ru des Grues à Souilly

 

 

Avant d’urbaniser à Bois Fleuri il est plus que nécessaire de mettre le réseau d’assainissement en séparatif (eaux usées d’une part et eaux pluviales d’autre-part) et de remettre en état de bon fonctionnement la station d’épuration de Villeparisis.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 18:34

 

PLU Claye-Souilly

L'enquête se déroulera à la mairie

du lundi 2 mai 2016 au samedi 4 juin 2016.

le commissaire enquêteur Jacques DAUPHIN vous recevra

-  Le lundi 2 mai de 14 heures à 17 heures 30

-  Le mercredi 11 mai de 14 heures 30 à 18 heures

-  Le vendredi 27 mai de 14 heures à 17 heures

-  Le samedi 4 juin de 9 heures à 12 heures.

Un registre sera mis à votre disposition pour y indiquer vos observations

 

 

Dans le projet de PLU que la commune a présenté aux personnes associées en janvier 2016 les installations d’intérêt collectif liées à la gestion de déchets devraient être autorisées dans les zones agricoles.

 

Ne pas interdire ce type d’installation sur les terres agricoles pourrait permettre de voir s’implanter des décharges « dite d’intérêt collectif » sur notre territoire.

 

Vous connaissez déjà, au titre de la « dite solidarité régionale » vous avez sur votre territoire le plus importante décharge d’Europe de déchets ultimes et puis le Grand Paris a besoin d’endroits pour venir déverser ses gravats de bâtiment,  ce projet pourrait-il  être considéré "d'intérêts collectifs" ?

 

 

 

 

Voulez-vous prendre le risque

de voir cela

sur votre commune ?

 

 

 

 

 

Décharge ISDI gravats de bâtiment Annet sur Marne

Décharge ISDI gravats de bâtiment Annet sur Marne

Partager cet article
Repost0
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 10:44

 

PLU Claye-Souilly

L'enquête se déroulera à la mairie

du lundi 2 mai 2016 au samedi 4 juin 2016.

le commissaire enquêteur Jacques DAUPHIN vous recevra

-  Le lundi 2 mai de 14 heures à 17 heures 30

-  Le mercredi 11 mai de 14 heures 30 à 18 heures

-  Le vendredi 27 mai de 14 heures à 17 heures

-  Le samedi 4 juin de 9 heures à 12 heures.

Un registre sera mis à votre disposition pour y indiquer vos observations

 

 

 

Dans le projet de PLU que la commune a présenté aux personnes associées en janvier 2016  aucune mention n’est faite pour interdire les affouillements et exhaussements de terrain en zone agricole.

 

Ne pas interdire les affouillements et exhaussements de terrain peut conduire à l’implantation de décharges illégales comme  RTR Environnement à Villeparisis.

 

 

 

 

Voulez-vous prendre le risque

de voir cela

sur votre commune ?

 

 

Déversement de gravats de bâtiment sur des terres agricoles à Villeparisis RTR Environnement

Déversement de gravats de bâtiment sur des terres agricoles à Villeparisis RTR Environnement

 

 

Dans l’attente d’une nouvelle loi, la seule solution actuelle à la disposition des maires afin d’éviter l’apport de gravats de bâtiment sur les terres agricoles est d’interdire dans leur PLU  les  rehaussements  et affouillements de terrain.

 

Les élus de Claye-Souilly doivent revoir leur copie et interdire les affouillements et exhaussements sur les zones agricoles.

 

 

 

 M. Albarello, député-maire de cette commune semble pourtant bien connaître le sujet pour avoir posé la question suivante à Mme La Ministre de l’Ecologie :

 

« Yves Albarello

J’appelle l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur l’absence de législation autorisant le rehaussement de terrains agricoles sur une hauteur inférieure à deux mètres. Au-delà de deux mètres, la législation autorise la présence d’installations de stockage de déchets inertes, les ISDI, dont les déclarations sont instruites par les services de l’État. En deçà de deux mètres, néanmoins, il n’existe aucune législation.

Nombreux sont les élus et les associations de défense de l’environnement qui s’inquiètent de la dérive observée ces dernières années concernant les rehaussements de terrains agricoles ouvrant la porte à des installations de stockage de déchets inertes sans aucune autorisation. Le dernier exemple en date concerne ma circonscription, non loin de Paris, le long de l’autoroute Francilienne. Des individus peu scrupuleux – j’irai même jusqu’à les qualifier de bandits – se sont emparés d’un terrain agricole pour y déposer des produits toxiques mélangés à des terres inertes.

Pourquoi vous signaler ce problème ? Vous savez que le Grand Paris prend corps et que les travaux ont d’ores et déjà commencé avec le prolongement de la ligne 14 du métro jusqu’à la mairie de Saint-Ouen. Ce chantier suppose d’extraire plus de 60 millions de tonnes de déblais, qu’il faudra stocker en Île-de-France. Le Conseil régional a adopté un moratoire concernant le plan régional d’élimination des déchets. L’Île-de-France court donc le risque que se développent sur son territoire ces rehaussements de terrains agricoles sans aucune autorisation.

Ma question est donc simple : ne pourrait-on pas modifier la législation pour donner compétence aux maires – qui sont d’ailleurs déjà compétents en matière d’urbanisme – concernant les permis de construire, pour éliminer ces décharges sauvages ? » (1)

 

 

(1) http://www.nosdeputes.fr/14/seance/3381#inter_8a612df7903bec9b319cc9b4bd1

Partager cet article
Repost0
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 09:46

 

 

 

Claye-Souilly

dossier Fecomme FMS 

 la commune signe des cautions bancaires

pour 500 000 €

sans obtenir une copie des actes de caution !

 

 

 

Quand vous cautionnez un enfant, un ami pour qu’il obtienne un logement ou un emprunt, l’organisme vous remet une copie de l’acte de caution que vous signez, mais pour la commune de Claye-Souilly, il semble en être autrement.

 

En effet notre  association a demandé le mois dernier les copies des actes de caution signés

par la mairie pour cautionner les emprunts, souscrits auprès des Banques HSBC Factoring France, CIC Banque SNVB  et BNP, par l’industriel Fecomme FMS, pour 500 000 €.

 

Réponse de la mairie :

« Les documents de caution demandés ne sont cependant pas actuellement détenus en mairie, ces actes étant en possession des parties intéressées »

 

 

Pourtant nous sommes parmi les parties intéressées puisque la Sté Fécomme FMS  est aujourd’hui en liquidation judiciaire et que c’est nous contribuables de Claye-Souilly qui allons probablement devoir payer, en lieu et place de cette entreprise, le solde des emprunts qu’elle n’a pas remboursé.

 

 

                       

En quelque  sorte, payez et taisez-vous, ne demandez pas de justificatif car la mairie n’en a pas.

 

 

Ne pas obtenir

une copie des actes de caution

que la commune a signé

n’est-ce pas une erreur de gestion ?

 

A vous de juger

 

 

Pour toute information complémentaire concernant ce dossier

 nous vous conseillons de vous rapprocher de :

Yves Albarello

Député-Maire de Claye-Souilly

 

 

 

Paru dans le Parisien 77

Liquidation de Fécomme : le maire accusé de conflit d'intérêts
Le Parisien | 
 

La liquidation judiciaire de l'imprimerie Fécomme Marketing Service, prononcée la semaine dernière, s'annonce forte en répercussions. Les élus d'opposition du groupe Rassemblons nous pour Claye-Souilly, réunis autour de Renaud Hée, Roseline Frémont, Sylvain Mandin et Sylvie Beauvallet ont envoyé un courrier au député-maire Yves Albarello (UMP), dans lequel ils l'accusent de conflit d'intérêt dans ce dossier.



« Vous avez engagé la ville de Claye-Souilly pour porter caution auprès des banques à hauteur de 500 000 € (NDLR : en 2011, lors de la reprise de la société par Thierry Fécomme et Simon Dulac, la municipalité de Claye-Souilly s'était portée caution pour le prêt contracté par ces deux investisseurs.) Il s'avère que votre implication dans cette entreprise va au-delà de cette caution comme l'atteste votre déclaration d'intérêt. Nous vous rappelons que le simple fait d'être actionnaire d'une entreprise et se porter garant de cette même entreprise avec des fonds publics est considéré comme du conflit d'intérêt. »

Yves Albarello (UMP) dénonce une diffamation

La déclaration d'intérêts et d'activités du député-maire Yves Albarello fait bien état d'une participation financière à hauteur de 12 000 € dans une société dirigée par Monsieur Fécomme. Mais il s'agit de Thierry Fécomme Consulting, une entreprise indépendante de la société d'imprimerie Fécomme Marketing Service (FMS). Remonté, Yves Albarello fustige un « courrier diffamatoire ». « Je n'ai aucun intérêt ni dans FMS ni dans la SCI qui porte le terrain. En ce qui concerne ma participation dans Thierry Fécomme Consulting, je n'ai touché ni rémunération ni dividende », affirme le député-maire, depuis longtemps proche de l'imprimerie de Claye-Souilly, dont il a d'ailleurs été un temps le directeur financier.

Sur le même dossier, Yves Albarello a reçu lundi les représentants des 34 salariés autour de deux demandes : la mise en place d'une cellule de reclassement via un cabinet privé et la négociation d'une prime dans le cadre du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). « Je leur ai assuré que j'allais intervenir auprès du dirigeant à propos de ces deux points, a affirmé l'élu à l'issue de ce rendez-vous. Je mettrai en relation les uns avec les autres mais mon job s'arrête là, je n'ai pas de moyens coercitifs vis-à-vis du dirigeant. »

http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/liquidation-de-fecomme-le-maire-accuse-de-conflit-d-interets-26-11-2014-4322295.php

 
 
Partager cet article
Repost0
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 15:52

 

 

En 2015 le député Albarello a versé 7 000 € à Team Vayssie de Tremblay (93)

 

A noter les subventions versées régulièrement à deux associations qui semblent avoir la préférence du député Yves Albarello :

 

La Société Nautique de Lagny

2015     10 000 €

2014       5 000 €

2013       5 000 €

2012 http://lesechosdusport77.eklablog.com/inauguration-d-un-nouveau-8-au-club-d-aviron-de-lagny-a46434991

 

La Ferme pédagogique de la Prée Messy

2015      8 000 €

2014      8 000 €

 

 

Pour compléter votre information, lien vers le site officiel consacré à la réserve parlementaire des députés :

2015  http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2015?idDemandeur=243&typeTri=dest

 

2014  http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2014?idDemandeur=243&typeTri=dest

 

2013 http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2013?idDemandeur=243&typeTri=dest

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 19:11
Extrait article le Moniteur.fr du 25/2/2016 :
« Avec son triangle d’interconnexion des TGV, son centre d’enfouissement technique et ses lignes à haute-tension qui convergent vers l’aéroport de Roissy, le patrimoine de Claye-Souilly ne peut pas rivaliser avec celui de Quimper ou de Périgueux…. »
Paru sur le Moniteur.fr :
Villes et villages fleuris : 30 communes au paradis

Laurent Miguet - PAYSAGE ACTUALITES - 

 

2015 se révèle comme un grand cru pour l’élite des villes et villages fleuris de France : « 12 nouvelles quatre fleurs, soit deux fois plus que l’an dernier ; neuf fleurs d’or, le maximum autorisé ; six prix spéciaux et deux mentions spéciales », a énuméré le préfet Paul Roncière, président du Conseil national des villes et villages fleuris de France (CNVVF) en ouverture de la 56e cérémonie, ce 23 février dans un pavillon d’Armenonville plein à craquer, en lisière du bois de Boulogne.

 

A l’applaudimètre, Caluire-et-Cuire remporte sans conteste la palme de la popularité,....

Pépites périurbaines

 

A côté des fleurons patrimoniaux comme de la France éternelle comme Versailles, Périgueux, Quimper, Annecy, Saint-Brieuc, Lannion ou les deux nouveaux représentants du patrimoine mondial de l’humanité Epernay et Beaune, le palmarès a démontré la capacité de territoires moins attendus à représenter « une certaine idée de l’art de vivre à la française »…

 

« Avec son triangle d’interconnexion des TGV, son centre d’enfouissement technique et ses lignes à haute-tension qui convergent vers l’aéroport de Roissy, le patrimoine de Claye-Souilly ne peut pas rivaliser avec celui de Quimper ou de Périgueux. Nous avons décroché le graal grâce au chef jardinier en qui j’ai placé ma confiance en 2008 », a témoigné Yves Albarello, député et maire de la commune de 12 000 habitants de Seine-et-Marne, au moment de recevoir sa Fleur d’or. ….. 

 

http://www.lemoniteur.fr/article/villes-et-villages-fleuris-30-communes-au-paradis-31469634

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 11:13

 

 

Afin de protéger les populations riveraines (école et zones pavillonnaires) et nos ressources naturelles la DRIEE 77 impose par arrêté préfectoral du 3 février 2016 un diagnostic de l’état des sols (y compris gaz) et des eaux souterraines au droit du site.

 

Dans l’arrêté préfectoral du 3.2.2016 dont vous trouverez extrait, nous apprenons que l’exploitant ne savait même pas comment circulaient les eaux sur le site, il ne possédait aucun plan des réseaux.

 

Claye-Souilly : La Sté Fécomme Marketing Services, en liquidation judiciaire, a-t-elle pollué nos sols et nos eaux souterraines : le diagnostic  imposé par la DRIEE 77 nous le dira ?

 

 

 

Arrêté préfectoral du 3.2.2016 pour extrait

 diagnostic imposé

au syndic chargé de la liquidation de la société :

Claye-Souilly : La Sté Fécomme Marketing Services, en liquidation judiciaire, a-t-elle pollué nos sols et nos eaux souterraines : le diagnostic  imposé par la DRIEE 77 nous le dira ?
Partager cet article
Repost0

Recherche